Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
29 octobre 2014 3 29 /10 /octobre /2014 01:05

François David (né vers 1763), épicier, notable et conseiller municipal de La Branche du Pont de Saint-Maur.

François David naît vers 1763 ; il épouse Marie Louise Marmillou, sa cadette de huit ans, et aura au moins quatre enfants : Louise Geneviève, (1791 – an IX), Pélagie Marguerite, née en l’an III (1795) et Pierre, an IX (1801), Jacques Toussaint (né et décédé en l’an XI). Il est épicier dans le village du Pont de Saint-Maur et réside rue du Pont.

François David est membre de la municipalité élue en fructidor an IX à La Branche du Pont de Saint-Maur en tant que notable. Le maire est Laurent Pinson.

Il est élu en avril 1818 conseiller municipal dans l’assemblée communale dont Jean Joseph Robin est le maire. Il continue de siéger en 1821 sous son successeur Claude Pierre Jacmart. Réélu (sans doute en 1824), il présente sa démission en février 1827 et est remplacé par Charles Hyppolite Pinson. Il a alors 64 ans.

Sa date de décès n’est pas connue.

Sources : Liste des notables communaux du département de la Seine, Chaignieau aîné, Paris, fructidor an IX (1801) ; Arch. du Val-de-Marne (recensements, élections).

© Reproduction soumise à l’accord explicite du rédacteur, Benoit Willot.

Partager cet article
Repost0
24 octobre 2014 5 24 /10 /octobre /2014 01:10
Roger GUY
Roger GUY

Roger Guy naît en août 1909 à Paris. Il est employé commercial et réside à Joinville-le-Pont (alors dans le département de la Seine) au 55, avenue des Familles avec sa mère veuve handicapée.

Il a été secrétaire des Jeunesses communistes, peut-être à Joinville-le-Pont (selon la notice publiée sur le site Mémoire Vive).

Au cours de la guerre 1939-1940, il est mobilisé pendant un an.

Sous l’occupation, toujours d’après la notice du site Mémoire Vive, il reste actif au sein du Parti communiste clandestin. Selon la police, il « s’emploie à la reconstitution des anciennes cellules de Joinville et participe à la propagande clandestine ». Il aurait été arrêté à son domicile lors de la grande vague d’arrestations ciblées organisée dans les départements de la Seine et de la Seine-et-Oise par les préfets du gouvernement de Pétain à l’encontre des responsables communistes de la région parisienne avant-guerre (élus, cadres du PC et de la CGT) le 5 octobre 1940.

Il est d’abord transféré au centre de séjour surveillé d’Aincourt, un ancien sanatorium aujourd’hui dans le Val d’Oise. Le directeur du camp lui a confié la direction des jeunes âgés de moins de 25 ans (50 internés) ; selon le témoignage d’un de ceux-ci, Fernand Devaux Roger Guy, « n’a fait aucun excès de zèle en terme de discipline, restant un camarade très estimé. »

Il sera ensuite déplacé en mai 1942 au camp de Voves (Eure et Loir) avant de transiter 5 jours plus tard par le camp allemand de Royallieu à Compiègne (Oise), administré et gardé par la Wehrmacht. Guy est sélectionné avec plus d’un millier d’otages désignés comme communistes et une cinquantaine d’otages désignés comme juifs en représailles des actions armées de la résistance contre l’armée.

Roger Guy fait partie, comme un autre Joinvillais, Adrien Thomas, du convoi qui quitte le camp le 6 juillet 1942. Les détenus sont conduits à l’aube sous escorte allemande à la gare et entassés dans des wagons de marchandises. Le voyage dure deux jours. Les déportés ne sont pas ravitaillés en eau.

Le 8 juillet 1942, Roger Guy est enregistré au camp de concentration d’Auschwitz, sans doute sous le numéro 45648.

Il meurt à Auschwitz le 30 septembre 1942, selon les registres du camp. Deux semaines auparavant a lieu une grande sélection des « inaptes au travail » à l’intérieur du camp à la suite de laquelle 146 des personnes déportées en même temps que lui sont inscrits sur le registre des décès en deux jours (probablement gazés).

Le Musée d’État d'Auschwitz-Birkenau, Oswiecim (Pologne) dispose d’une photo mentionnant le n° 45648, qui est donc probablement celle de Roger Guy.

Roger Guy, mort en déportation à Auschwitz

Partager cet article
Repost0
22 octobre 2014 3 22 /10 /octobre /2014 01:03

Jean Baptiste Crimonet (1744 - an VI [1797]), tailleur de pierre, notable de La Branche du Pont de Saint-Maur.

Jean Baptiste Crimonet naît à Saint-Maur-des-Fossés le 25 janvier 1744. Il est le fils d’Hubert Mathurin Crimonet et d’Élisabeth Breteuil, son épouse. Il épouse Marie Anne Blatier (ou Blattié), sa cadette de cinq ans (1749-1807) le 3 février 1767 à la paroisse Saint-Nicolas de Saint-Maur ; le couple a au moins trois enfants. Il exerce la profession de tailleur de pierre à La Branche du Pont de Saint-Maur. Le village du Pont de Saint-Maur dépendait de la paroisse Saint-Nicolas de Saint-Maur jusqu’en 1790.

Un des historiens de Joinville-le-Pont (nouveau nom de la commune après 1831), Basile Nivelet, le présente sous le nom de « Trimonet » comme maire de la commune en l’an III. Cependant, aucun élément ne permet de conforter ce titre. Le maire en titre est Charles-Laurent Parvy, tandis que Jean Baptiste Crimonet signe le registre d’état-civil le 8 prairial an III (27/05/1795) comme membre du conseil général (conseiller municipal) de la municipalité élue le 26 germinal an III (15/04/1795).

Il décède à La Branche du Pont de Saint-Maur le 24 frimaire an VI (14/12/1797), âgé de cinquante-trois ans. Sa mort est rapportée par son frère, Pierre François de La Croix, maçon domicilié à Saint-Maur, et par Jean Baptiste Louis Besançon, 24 ans, marchand de vin, futur maire de La Branche du Pont de Saint-Maur, présenté comme un ami.

Sources : Basile Nivelet : Joinville-le-Pont, F. Huby, 1910 ; Émile Galtier : Histoire de Saint-Maur-des-Fossés, Édouard Champion, 1913 ; Arch. du Val-de-Marne (état-civil).

© Reproduction soumise à l’accord explicite du rédacteur, Benoit Willot.

Partager cet article
Repost0
17 octobre 2014 5 17 /10 /octobre /2014 01:08

Adrien Thomas naît en novembre 1908 à Paris. Agent hospitalier à l’hôpital Tenon, dans la 20ème arrondissement de la capitale, il réside dans les habitations à bon marché au 7, rue de l’Égalité à Joinville-le-Pont (alors dans le département de la Seine).

Sous l’occupation, la police le considère comme un « communiste notoire, agent actif de la propagande clandestine ». Le 5 octobre 1940, il est appréhendé, peut-être en tant que détenteur de tracts par la police française lors de la grande rafle organisée dans les départements de la Seine et de la Seine-et-Oise par la police française.

Le gouvernement du maréchal Pétain a proposé aux autorités d’occupation allemandes, qui l’ont accepté, l’arrestation des responsables communistes de la région parisienne (élus, cadres du PC et de la CGT).

Après avoir été regroupés en différents lieux, ceux-ci sont rapidement placés en internement administratif au centre de séjour surveillé d’Aincourt (aujourd’hui dans le Val d’Oise), un ancien sanatorium.

Le 6 septembre 1941, Adrien Thomas fait partie d’un groupe de 150 détenus d’Aincourt (dont 106 de la Seine) transférés au camp français de Rouillé (Vienne).

Le 9 février 1942, il est parmi les 52 « communistes » (dont 36 seront déportés avec lui) remis aux autorités d’occupation à la demande de celles-ci et conduits par des Feldgendarmes à la gare de Poitiers. Enfermés dans deux wagons à bestiaux, ils sont transférés - via Paris - au camp allemand de Royallieu à Compiègne (Oise), administré et gardé par la Wehrmacht.

Il est sélectionné avec plus d’un millier d’otages désignés comme communistes et une cinquantaine d’otages désignés comme juifs dont la déportation a été décidée en représailles des actions armées de la résistance communiste contre l’armée allemande.

Le 6 juillet 1942 à l’aube, les détenus sont conduits sous escorte allemande à la gare de Compiègne et entassés dans des wagons de marchandises. Le voyage dure deux jours. Les déportés ne sont pas ravitaillés en eau.

Le 8 juillet 1942, Adrien Thomas est enregistré au camp de concentration d’Auschwitz sous le numéro 46143.

Il meurt à Auschwitz le 19 septembre 1942, d’après les registres du camp, alors qu’a lieu une grande sélection des « inaptes au travail » à l’intérieur du camp à la suite de laquelle 146 des personnes déportées en même temps que lui sont inscrits sur le registre des décès en deux jours (probablement gazés).

Le nom d’Adrien Thomas est inscrit sur le Monument aux morts de Joinville-le-Pont, situé dans le cimetière communal.

Partager cet article
Repost0
15 octobre 2014 3 15 /10 /octobre /2014 01:01

Nicolas Crapart (né en 1764), aubergiste, notable de La Branche du Pont de Saint-Maur.

Basile Nicolas Crapart naît le 26 mars 1764, sans doute à Pontault-Combault (Seine-et-Marne) où vivent ses parents, cultivateurs, Basile Crapart (1728-1773) et Marie Anne Buissonneau (née en 1740). Il épouse à Dampmart (Seine-et-Marne) en novembre 1786 Marie Adélaïde Labour (née en 1762). Ils auront au moins quatre enfants : Nicolas Toussaint, né en 1788 ; Louis Basile, 1790 ; Victor, 1792 ; Pierre, an IV (1796).

Il exerce en l’an IX et l’an X la profession d’aubergiste dans le village du Pont de Saint-Maur.

Il est membre de la municipalité élue en fructidor an IX (1801) à La Branche du Pont de Saint-Maur (qui deviendra Joinville-le-Pont en 1831) en tant que notable. Le maire est Laurent François Pinson.

Sa date de décès n’est pas connue.

Sources : Liste des notables communaux du département de la Seine, Chaignieau aîné, Paris, fructidor an IX (1801) ; Arch. du Val-de-Marne (recensements) ; Arch. de Seine-et-Marne (état-civil).

© Reproduction soumise à l’accord explicite du rédacteur, Benoit Willot.

Partager cet article
Repost0
10 octobre 2014 5 10 /10 /octobre /2014 01:02

Alphonse Antoine, né en 1890 à Raon-sur-Plaine (Vosges) est le fils d’une brodeuse et d’un douanier au poste frontière du Donon, qui délimite alors la séparation entre la France et l'empire allemand occupant l'Alsace.

Après des études primaires supérieures à l'école Colbert de Paris, il est reçu au concours des Chemins de Fer de l'Est, société exploitant les lignes ferroviaires entre Paris et la Lorraine.

Mobilisé pendant la guerre de 1914-1918, il devient sous-lieutenant dans l'arme du génie et fait presque toute la guerre sur le front de Lorraine, en particulier dans le secteur de la Chapelotte (Vosges).

Après la fin de la guerre, il poursuit son activité au sein de l’armée et est chargé d'organiser le Central interallié de Berlin. Il participe, avec le général Gustave Ferrié (1868-1932), à la création de Radio Tour Eiffel, premier émetteur français de télégraphie sans fil, à vocation militaire dans les années 1920.

Alphonse Antoine enseigne en 1930-1940, à l’école des transmissions, puis est affecté au ministère de la guerre, et à celui de l'armement.

De 1940 à 1942, il est affecté en Tunisie où, sous les ordres du général de Lattre de Tassigny, il commande les transmissions. Il participe à la lutte clandestine et organise le camouflage du matériel et du personnel.

Il rentre en métropole, et rejoint le mouvement de résistance nationale « Les Ardents », sous le pseudonyme de Dammartin (ou André). Il est chargé de mettre en œuvre, dans la zone Sud, le sabotage du réseau allemand des lignes souterraines à grande distance, le contre-sabotage et la remise en état du réseau national. Son intégration dans le groupe aurait eu lieu en 1944.

Le futur premier ministre Jacques Chaban-Delmas (Lakanal) le nomme délégué national aux Transmissions au printemps 1944. Il est chargé de l'exécution du « Plan Violet », qui prévoit le sabotage des réseaux téléphoniques allemands. Il le met en œuvre le 5 juin 1944, à 21 heures 15, suite à un message sur les ondes langue française de la radio anglaise BBC (« le Colonel leur a coupé le sifflet »).

Alphonse Antoine est promu général en 1944. Il quitte l'armée en 1946 et rejoint la société privée RTI (Relations Techniques Intercontinentales) où il met au point des appareils de transmission, notamment des oscilloscopes.

Décédé à Paris le 9 février 1969, il est enterré au cimetière d'Allarmont (Vosges), commune où il disposait d'une demeure.

Il est le père de Gérald Antoine (1915-2014), philologue, recteur de l’académie de Tours Orléans, maire d’Allarmont.

Partager cet article
Repost0
8 octobre 2014 3 08 /10 /octobre /2014 01:09

Antoine Cornu (1752-1828), maçon, notable de La Branche du Pont de Saint-Maur.

Antoine Cornu naît le 8 mars 1752 au Pont de Saint Maur, village qui dépend alors de la paroisse Saint-Nicolas de Saint-Maur et deviendra en 1831 Joinville-le-Pont. Il épouse Angélique Charlotte Vendre, née vers 1758, qui lui donnera au moins six enfants vivants. Ils résident quai Beaubourg et Antoine exerce la profession de maçon.

Cornu figure, comme notable, c’est-à-dire membre du conseil municipal, dans la municipalité élue en novembre 1791, qui a pour maire Edme Lheureux. Il exerce la même fonction dans la municipalité élue le 4 avril 1793 avec pour maire Nicolas Lheureux puis Jean-Charles Contour. Les mandats électifs sont de deux ans. En l’an IV (1795), les municipalités communales sont supprimées au profit de municipalités de canton, la commune étant rattachée à celui de Vincennes.

On retrouve Antoine Cornu après le rétablissement des municipalités communales en l’an VIII (1800). Le maire est alors Laurent Pinson. Il conserve son titre de notable dans la municipalité élue en l’an IX, toujours avec Laurent Pinson.

Il est élu conseiller municipal en avril 1818 dans la municipalité conduite par Jean Joseph Robin.

Antoine Cornu meurt le 6 septembre 1828 à La Branche du Pont de Saint-Maur selon les sources d’état-civil ; il était âgé de 76 ans. Cependant, il est mentionné par un arrêté du 12 septembre 1828 comme figurant parmi les 12 membres du conseil municipal, avec la profession d’ancien maçon ; l’arrêté indique qu’un élu est décédé, mais ne précise pas lequel. Le remplacement d’Antoine Cornu par Jean Louis Nicolas Lucot fait l’objet d’un arrêté préfectoral en mars 1830.

Si la présence d’Antoine Cornu ne peut être attestée dans toutes les assemblées communales élues sous l’empire et la restauration, il est cependant possible qu’il ait siégé sans discontinuer entre 1791 et 1828, à l’exception des quatre années pendant lesquelles les municipalités communales ont été supprimées (an IV – an VIII).

Sources : Émile Galtier : Histoire de Saint-Maur-des-Fossés, Édouard Champion, 1913 ; Almanach général du département de Paris pour l'année 1791, impr. de Devaux, 1791 ; Liste des notables communaux du département de la Seine, Chaignieau aîné, Paris, fructidor an IX (1801) ; René Denilauler (manus.) ; Arch. du Val-de-Marne (état-civil, recensements, élections).

© Reproduction soumise à l’accord explicite du rédacteur, Benoit Willot.

Partager cet article
Repost0
3 octobre 2014 5 03 /10 /octobre /2014 01:07
L'amiral Alphonse Lecuve, 1922
L'amiral Alphonse Lecuve, 1922

Pierre Paul Alphonse Lecuve, naît le 30 avril 1851 à Vexaincourt, petite localité du département des Vosges, où son père est instituteur. Ce dernier, Pierre Lecuve (1830–1869) est originaire du village voisin, Allarmont, tandis que sa mère Marie Bart, vient de Bionville, qui jouxte le précédent dans le département de la Moselle.

Les Vosges sont sans doute la terre française la plus éloignée de toutes mers, mais il est néanmoins attiré par le large et rentre, dès l’âge de 16 ans, à 850 kilomètres de là, à l’école navale de Brest.

En 1870, il devient élève-officier, aspirant, cette fois sur les rives de la Méditerranée, à Toulon, où sa famille se fixera plus tard.

C’est en 1885 qu’il prend le départ pour le grand large à bord de la Naïade pour Madagascar et l’océan indien. Il obtient un commandement en 1889 et croise avec l’aviso Alouette en Indochine (Cochinchine, Cambodge, Tonkin).

Après un retour en Méditerranée, sur le cuirassé Dévastation, il embarque pour deux ans dans le Pacifique. Les pays européens se disputent alors la colonisation des îles du sud, Allemagne et surtout Angleterre et France. Alphonse Lecuve va jouer un rôle diplomatique dans ces querelles à Tonga et aux Nouvelles-Hébrides.

Pour protéger ses intérêts, la France ouvre une agence consulaire à Tonga, territoire placé sous la juridiction du Haut-commissariat britannique pour le Pacifique oriental depuis 1893. Le capitaine de frégate Lecuve, qui rencontre le roi George Tupou II lors d’une escale, raconte l’entrevue dans une lettre : « Le 4 novembre 1897, accompagné d’une partie des officiers, je faisais ma visite au roi. Dans le cours de notre entretien, il appuya fortement la crainte qu’il éprouvait de voir son pays annexé par l’Angleterre et dit qu’il espérait bien que la France ne le permettrait jamais. Quelques jours plus tard, le père du roi me fit demander une entrevue, et il accentua plus fortement encore que ce dernier le désir de voir la France se mettre en travers des projets supposés de l’Angleterre, insistant sur les excellentes relations qui avaient toujours existé entre les deux pays. Je me contentai à l’un comme à l’autre de répondre par des paroles aimables et courtoises, mais sans aucune portée. Dès lors, l’archipel de Tonga fut livré aux Anglais »

Aux Nouvelles-Hébrides, devenues depuis le Vanuatu, Alphonse Lecuve montre aussi peu d’enthousiasme face à ceux qui lui proposent d’annexer des territoires au risque de provoquer un conflit avec les anglais. C’est le quotidien La Croix qui relate (22/08/1924) : « Le 18 septembre 1898, à Port-Sandwich, en présence de M. Lecuve, commandant de l’Eure, de M. Milliard, agent de la Société française, et d'autres personnalités coloniales, Mgr Fraysse conférait le baptême à 50 catéchumènes et bénissait la première église hébridaise, érigée par le P. Pionnier. À l'issue de la cérémonie, les indigènes venus des îles voisines avec leurs missionnaires acclamèrent le drapeau tricolore. C'était une invite indirecte à la France à prendre sans tarder possession de l'archipel. On tergiversa, et il fallut se contenter du condominium franco-anglais. »

De retour en Europe, il devient commandant de plusieurs cuirassés et croiseurs : Saint-Louis, d'Entrecasteaux, Desaix, Pothuau, Brennus.

Promu contre-amiral en septembre 1908, il est major général de la marine à Cherbourg.

En 1911, il commande la division navale dans la régence de Tunisie; sur son dernier bâtiment, le cuirassé Henri-IV. Il se consacre non seulement à ses tâches politiques et militaires, mais appuie également des activités culturelles donne des réceptions qui restent fameuses.

Au 1er janvier 1912, il rejoint l’état-major, comme président de la Commission d'essais des bâtiments de la Flotte. Il prend sa retraite en janvier 1914.

Devenu commandeur de la Légion d'honneur en décembre 1912, il porte également des médailles malgache, italienne et tunisienne. Mais, même sorti du service actif, Alphonse Lecuve reste fort actif : il est président d'honneur de l'Alliance française et siège au conseil d’administration de l’Observatoire de Paris et à celui de l’Observatoire d’astronomie physique de Meudon.

Il s’installe à Toulon. En mai 1918, il y participe à une commémoration patriotique en mémoire de l'équipage du sous-marin Bernouilli, disparu en février dans l’Adriatique. Il y meurt le 26 février 1944.

L’amiral Lecuve était l’époux de Marguerite Peyron (1868-1969) ; leur grande différence d’âge et la longévité de sa femme font que l’État français leur aura servi une pension de retraite pendant 55 ans.

Alphonse était le frère de Charles Lecuve, maire d’Allarmont, fusillé comme otage par l’armée allemande au début de la Première Guerre mondiale, en août 1914 (voir Fusillades dans les Vosges en 1914).

Partager cet article
Repost0
1 octobre 2014 3 01 /10 /octobre /2014 01:07

Avec cette nouvelle notice, nous reprenons la publication du Dictionnaire biographique des élus de Joinville-le-Pont pour la partie consacrée à la Révolution française (Dictionnaire biographique – première période (1790-1815)

Jacques Blanchet (1732-vers 1801), charron, notable de La Branche du Pont de Saint-Maur.

Jacques Blanchet, naît en 1732. Il épouse Geneviève Deschamps (morte le 5 ventôse an V [24/02/1797]). Ils auront au moins trois enfants : Jacques Nicolas (né en 1757) et Jean Charles (né en 1759) seront tous deux charrons, respectivement à Fontenay-sous-Bois et au Pont de Saint-Maur ; Marie Marguerite (née en 1763) épouse un menuisier de Saint-Maur.

Le père exerce la profession de charron, ce qui en fait un spécialiste des charrettes autres engins roulant en bois. Il est qualifié de « maitre charron ». Il demeure au Pont de Saint-Maur, village qui deviendra Joinville-le-Pont en 1831 et est un important port, recevant du bois flotté. Le pont lui-même voit passer de nombreux véhicules.

Jacques Blanchet est un notable, membre du conseil général de La Branche du Pont de Saint-Maur élu pour deux ans en 1790 ; le maire est Edme Lheureux (1733-1798). Il siégera avec le même titre en l’an VIII (1800). Le maire est alors Laurent Pinson (1755 – 1814).

Contrairement à son fils Jean Charles et sa famille, Jacques Blanchet n’est pas mentionné dans le recensement fait à La Branche du Pont de Saint-Maur en l’an X (1802). Il a donc pu disparaître vers 1801 ; il aurait eu 69 ans.

Sources : Émile Galtier : Histoire de Saint-Maur-des-Fossés, Édouard Champion, 1913 ; Arch. du Val-de-Marne (état-civil, recensements) ; René Denilauler (manus.).

© Reproduction soumise à l’accord explicite du rédacteur, Benoit Willot.

Partager cet article
Repost0
26 septembre 2014 5 26 /09 /septembre /2014 01:02

Plan de la boucle de la Marne, 1865

Fils cadet d’une compositrice et salonnière, la comtesse Anaïs Pilté (voir Anaïs Pilté, comtesse du pape), et d’un très riche pionnier du gaz à Paris, Pierre Pilté (mort en 1853), Alphonse va se lancer dans une aventure industrielle.

Alphonse Louis Pilté naît le 4 novembre 1838 à Paris (10e arr.). Il est le fils d’Anne Laure Joséphine Hurel, qui sera connue en tant que comtesse Anaïs Perrière-Pilté, et de son époux, Pierre Pilté, industriel et directeur de théâtre.

Une forge a été créée vers 1834 sur le territoire de Joinville-le-Pont (Seine, act. Val-de-Marne), qui vient tout juste d’échanger son ancien nom de « La Branche-du-Pont-de-Saint-Maur » pour celui d’un fils du roi Louis-Philippe en 1831. Elle occupe un espace situé sur le tracé de l’actuel quai Pierre Mendès-France, à l’angle de la rue Henri Barbusse, à proximité du canal nouvellement créé et près du futur pont de Maisons-Alfort (qui sera construit trois-quarts de siècle plus tard).

La forge utilise une chute d'eau de 4 mètres qui actionne une roue, produisant une force de 40 à 50 chevaux. Sous le nom de « Forges de Saint-Maur », la société produit du fer de riblon, c’est-à-dire du métal fait à partir de ferraille de récupération. À l’époque, la lutte contre le gaspillage était d’actualité.

Elle est, avec celle de Grenelle, une des deux forges du département de la Seine présente à l'exposition des produits de l'industrie française, qui tient sa dixième édition en 1844. Les Forges disposent également d’un stand lors de l’exposition universelle de Paris en 1855.

Alphonse Pilté séjourne à Joinville pendant la guerre de 1870 contre la Prusse. Brigadier à cheval dans une unité de volontaires (l’escadron Franchetti) pendant le siège de Paris, en 1870, il combat aux alentours du carrefour Pompadour, puis est affecté à la garde de l’état-major du général Ducrot, installé dans le château de Polangis, pendant la grande bataille de novembre et décembre, dite de Champigny, qui se déroule entre le pont de Joinville et la plaine du Tremblay.

Après-guerre, celui que le journal Le Figaro qualifie de « jeune et intelligent industriel », prend la direction des forges « après bien des vicissitudes ». Elles comptent alors plus d’une cinquantaine d’ouvriers et employés. Fin novembre 1872, la Marne connaît une très importante inondation. L’usine sera fermée pendant 25 jours. Le journal a ouvert une souscription en faveur des inondés, et des secours sont versés à 520 personnes de Joinville-le-Pont, dont les ouvriers de la forge, qui ont perdu toute rémunération pendant cette période. Le quotidien leur attribue 3 000 francs (équivalent en pouvoir d’achat actuel à 10 000 euros), ce qui représente un tiers des salaires perdus par les ouvriers.

Après l’eau, c’est la crise qui touche l’entreprise avec un « ralentissement considérable des affaires depuis le commencement de juin 1873, et par conséquent la gêne que subissent les ouvriers par le manque de travail », selon Alphonse Pilté, qui s’exprime toujours dans Le Figaro. Il n’y a, à l’époque, ni allocation de chômage, ni assurance sociale et que les salaires dépendent des heures travaillées.

Le maître de forges réside à Joinville. Il s’implique dans la vie locale, et affiche des convictions républicaines, même si sa famille a été annoblie par le pape Pie IX en 1869. En novembre 1874, il participe à la constitution d’une liste républicaine pour les élections municipales, première incursion connue des clivages poltiques dans les scrutins municipaux. Trois des sept candidats connus de cette liste se font élire, Louis Benoit, Antoine Cambier et Pilté ; un autre colistier, battu cette fois-ci, Alphonse Demeestère, sera ensuite le fondateur du comité radical-socialiste de la 2e circonscription de l’arrondissement Sceaux (Seine). La majorité des 16 membres du conseil municipal élu en novembre 1874 est conservatrice, avec Auguste Courtin, rescapé du second empire, qui démissionne en 1876. Il est remplacé par Louis Ferdinand Rousseau, qui échoue à la tête d’une liste bonapartiste en 1878. Alphonse Pilté est réélu dans la nouvelle majorité républicaine, qui désigne Gabriel Pinson, premier maire franchement républicain de Joinville.

Lors d’une élection au conseil général de mars 1876, Pilté, avec l’ancien adjoint au maire, Hippolyte Pinson, fait partie du comité de soutien au Dr Béclard, qui obtiendra à leur demande l’investiture du comité de la gauche républicaine pour le canton de Charenton.

Venu d’un milieu très introduit dans la grande société parisienne, Alphonse Pilté n’en a pas moins une vie assez éloignée des règles de l’époque. Ainsi, Louise Françoise Pain lui donne deux filles hors mariage en 1868 et 1875, avant leurs noces à Paris en mai 1880. L’élu profère alors, sous serment, un gros mensonge. Son frère et lui déclarent que leurs parents « sont décédés et qu’ils ignorent le lieu de leur décès et leur dernier domicile. »

Ils seraient bien les seuls du Tout-Paris à méconnaitre que la comtesse, leur mère, habitait un splendide hôtel particulier, 57, rue de Babylone à Paris, devenu depuis le siège du conseil régional d’Île-de-France. Ils le savaient d’autant plus que c’est Alphonse lui-même qui a effectué, auprès de la mairie du 7e arrondissement, la déclaration du décès de sa mère, tout juste un an et demi plus tôt… Mais sans doute, peu soucieux des démarches administratives, voulait-il éviter d’avoir à fournir un certificat de décès.

Alphonse Pilté n’est pas réélu à Joinville en 1881. Il demeure depuis 1880 à Paris où il meurt, à l'âge de 52 ans, le 2 février 1891.

L’usine des forges pouruivra son activité. En 1879, elle est devenue Aciéries de Seine-et-Rhône, dirigée par un autre élu municipal, Émile Deiber. Elle sera rebaptise en 1892 Compagnie du Bi-Métal et sera reprise, dans les années 1960, par la société Pirelli après avoir emmenagé de l’autre côté du canal, à Saint-Maurice.

Plan de Joinville, avec indication des forges, en 1865.

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Polmorésie, blog d’histoire
  • : Histoire politique, économique, culturelle et sociale au travers des acteurs qui ont se sont engagés dans la vie publique.
  • Contact

Recherche

Liens