Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
15 novembre 2020 7 15 /11 /novembre /2020 00:01

Paul Charles Victor Guye naît le 10 juin 1876 à Paris (4e arr.). Il est le fils d’Eugénie Justine Caroline Asselin et de son mari Pierre Étienne Achille Guye, cordonnier.

À dix-huit ans, Guye, qui est employé de commerce, devance le service militaire et s’engage dans l’armée pour cinq ans. Il est affecté au 27e régiment d’infanterie ; en juin, 1895, il est réformé à Dijon (Côte-d'Or), une pleurésie purulente étant diagnostiquée. Il devient ensuite professeur de langue anglaise puis inspecteur à l’école Berlitz.

Marié en janvier 1901 à Paris (11e arr.) avec une institutrice, Marthe Le Vasseur, ils vivent boulevard Beaumarchais. Après le décès de son épouse, Paul Guye se remarie en novembre 1910 à Paris (9e arr.) avec une secrétaire de l’école Berlitz, Marthe Dreyfus. Ils s’installent d’abord boulevard des Italiens, puis rue Choron et rue Saint-Hilaire à Colombes, (Seine, act. Hauts-de-Seine).

En 1914, Paul Guye enseigne en Angleterre, probablement à Harrogate, dans le Yorkshire, où il demande à adhérer au Touring club de France. Il est à Londres en 1917. Son exemption du service militaire armé est confirmée à deux reprises.

Après le conflit mondial, la famille Guye s’installe à Joinville-le-Pont (Seine, act. Val-de-Marne) où elle réside en 1926 avenue d’Hill (act. avenue de la Plage) dans le quartier de Palissy. Guye reprend une activité commerciale et semble bénéficier d’un certain confort financier.

Dans sa nouvelle commune, Paul Guye s’engage dans l’action politique. Il préside le Comité d’union républicaine et d’action sociale, principale organisation locale de la droite libérale et conservatrice. En octobre 1932, il présente sa démission de président du comité pour des raisons de santé. Les membres ne l’acceptent pas et confient l’intérim à Lucien Pinton.

Paul Guye meurt le 12 septembre 1933 à Joinville. Il était âgé de 57 ans et père de deux filles. En janvier 1912, il avait été décoré des Palmes académiques en tant qu’officier d’académie.

La presse locale lui rend hommage, y compris l’hebdomadaire Voix des communes, de ses opposants radicaux-socialistes, qui remarque qu’il « ne comptait que des amis à Joinville » tandis que le journal libéral Union régionale dit qu’il était « très estimé du comité d’union républicaine dont il était le président. »

Le Pont de Joinville et le quartier de Palissy

 

Partager cet article
Repost0
27 octobre 2020 2 27 /10 /octobre /2020 00:01

Avant la première guerre mondiale, la notoriété de l’école du Parangon devient assez grande. Henri Rousseau a associé, en 1909, son fils aîné, Louis, à la direction. Il est spécialement en charge de l’accueil des élèves étrangers. L’école est présente en 1913 à l’exposition universelle de Gand, présentant une bibliothèque pliante portative construite par les élèves, contenant une petite collection de produits coloniaux.

Au début du conflit, alors que son fils Louis est mobilisé, Henri Rousseau s’efforce de maintenir l’activité de l'Institution du Parangon. La rentrée est cependant décalée de deux semaines, début octobre 1914. L’enseignement est offert gratuitement aux enfants de mobilisés.

Dès le 3 août 1914, une Œuvre de patronage et d'hospitalisation des enfants est constituée au Parangon, sous la conduite du Dr Rousseau et de son épouse. Le sculpteur et médailliste Jules Édouard Roiné en est le vice-président.

En 1915, les activités de la Société de gymnastique et de préparation militaire du Parangon reprennent sous la conduite d’un militaire blessé.

Cependant, faute sans doute d’une clientèle suffisante, l’école ferme définitivement en 1917. Ses bâtiments servent à l’implantation d’un hôpital américain cette même année. À la fin du conflit, le service de santé de la Croix-Rouge française prend le relais. Après-guerre, la transformation du Parangon est envisagée par le département de la Seine, mais son aménagement est jugé trop coûteux. Ce sont finalement les Sœurs de l'Assomption qui s’y installent. Elles mènent une activité de garde-malades pour les pauvres.

Après la fermeture de ses établissements, le docteur Rousseau cesse son activité médicale en 1917.

En complément de son activité médicale, Henri Rousseau avait poursuivi son travail scientifique et fait œuvre de naturaliste. Outre des articles dans le Journal des campagnes, il publie plusieurs ouvrages comme Herbiers d’enseignement (1888), Atlas des plantes médicinales et vénéneuses (1895, réédité en 1920), Les Plantes nuisibles (1902). Il est également l’auteur d’ouvrages pédagogiques et de brochures scientifiques ou médicales, comme Contribution à l’étude de l’acide chromique (1878) ou Secours à donner aux noyés en attendant l’arrivée du médecin (1874).

Le Dr Rousseau est également impliqué dans plusieurs associations. Il est signalé comme membre de l’association de lutte contre l’alcoolisme La Tempérance entre 1881 et 1885. Depuis 1885, il participe à la Société nationale d'horticulture de France et y est toujours actif en 1905. Il intègre la Société de géographie commerciale de Paris en 1900 et continue d’y participer jusqu’en 1914. Sa contribution à l’Association française pour l'avancement des sciences est signalée en 1889-1890. Il est un des conseillers du Comité de Saint-Maur, Joinville et Charenton de la Société de secours aux blessés militaires (Croix-Rouge) en 1902 et en 1905. Enfin, il préside à partir de 1910 la Société de gymnastique du Parangon, structure de l'Union nationale des sociétés de tir de France.

En septembre 1923, il participe au congrès des jardins ouvriers qui se tient à Strasbourg (Bas-Rhin).

Henri Rousseau meurt le 23 octobre 1926 à Joinville. Il était âgé de 80 ans et était père de deux fils. Henri Rousseau était titulaire de nombreuses décorations : outre au moins six distinctions agricoles, il est officier de l’ordre de Nicham Iftikar (Tunisie), titulaire de la médaille annamite de Khim Kaï (Viêt-Nam), des Palmes académiques comme officier d’académie (mai 1889) puis officier de l’instruction publique (janvier 1897), et chevalier de la Légion d’honneur (juillet 1926).

Son fils aîné, Louis Jules, fut associé à la direction de l’institution du Parangon à partir de 1909, officier et décoré de la Croix de guerre.

Son fils cadet, Paul, avocat à la cour d'appel puis procureur et juge, épousa Alice Roiné, fille du sculpteur Jules-Édouard Roiné.

Henri Rousseau, Les Plantes nuisibles

 

Partager cet article
Repost0
25 octobre 2020 7 25 /10 /octobre /2020 01:01

Devenu seul directeur de l’école du Parangon en 1897, Henri Rousseau était apprécié des élèves, même si sa très petite taille lui valait quelques sobriquets, comme ceux de Petit Bout ou Mégot. Il recevait chaque semaine dans son salon certains pensionnaires, pris parmi les plus méritants, et, outre des rafraîchissements, leur proposait de la musique et des récitations de vers. La remise des prix annuelle fin juillet ou début août, instituée par son père et poursuivie par son frère, devint, au fil des années, un véritable évènement, largement couvert par la presse hebdomadaire ou quotidienne.

La transformation de l’école du Parangon en une école pratique coloniale, à partir de 1899, est l’œuvre majeure d’Henri Rousseau. Elle aura un important impact dans l’opinion publique.

La création d’un enseignement colonial partit d’une réflexion que la France, qui venait de conquérir Madagascar, le Tonkin et l'Annam s’ajoutant à la Cochinchine, la Guinée, le Dahomey, la Côte d'Ivoire ou le Congo qui complétaient ainsi l’empire français, déjà composé des Antilles, de l'Algérie, de la Tunisie et du Sénégal. Pour les partisans de cette expansion coloniale, c’est-à-dire la plupart des partis républicains et une grande partie des milieux économiques, il fallait désormais mettre en valeur ces régions.

Le Dr Rousseau soutenait qu’on ne s’improvise pas colon, et qu’il faut encourager des départs, non dans l’illusion de faire fortune, amis pour accéder à un emploi rémunérateur. Il expliquait son intention : « J'ai limité le rôle colonial de mon établissement à la seule formation d'un colon travailleur, exploitant par lui-même, ou se mettant au service d’exploitations ». L'élève colon trouvait dans le domaine une ferme, un atelier et un jardin potager qui lui fournissaient les instruments propres à sa formation pratique. L’enseignement du Parangon était, par cet axe professionnel, nettement différencié des formations offertes par les chambres de commerce, et encore plus de celui de l'École coloniale, qui avait pour objet l’éducation des fonctionnaires. Si l’artisanat n’était pas négligé, le Parangon s’intéressait en priorité aux agriculteurs.

La clientèle de départ était constituée de jeunes gens, en particulier des campagnes, pour lesquels le Dr Rousseau négociait des subventions auprès des conseils généraux. Outre un apprentissage de langues étrangères, le programme des études comprenait la géographie, la botanique, la chimie agricole et industrielle, l'agriculture avec l'arboriculture, l'horticulture et la viticulture, la comptabilité et les principaux éléments du commerce, l'électrotechnique, la météorologie, l'hygiène et des notions de médecine humaine et vétérinaire, l’entretien et l’usage des machines ainsi que le dessin. Selon ses La Quinzaine coloniale, « Un élève qui sortira de Joinville-le-Pont ne saura pas tous les métiers à fond, mais il saura un peu de tous les métiers. Il sera en mesure de forger un écrou, de manœuvrer un appareil télégraphique, de débiter une pièce de bois, de lever un plan, de conduire une machine à vapeur; il saura faire du beurre et du fromage, préparer une peau et la tanner. »

Le Dr Rousseau devient une personnalité du monde colonial, recevant beaucoup de délégations, participant aux banquets et congrès et s’exprimant dans la presse de ce milieu. L’orientation agricole de l’enseignement fait qu’à partir de 1907, une proportion croissante des élèves va venir des populations indigènes, avec neuf jeunes originaires de l’Indochine ou de la Chine françaises, dont le prince Myngoon, fils du roi déchu de Birmanie Min Doon, réfugié à Hanoï.

Le soutien de l'Alliance française élargit le recrutement à quelques zones d’Afrique, comme Fernand Paraiso, originaire du Dahomey et descendant d’esclave, futur officier de l’armée française et résistant à l’occupation allemande. Un nombre limité d’autres élèves sont venus des Antilles ou d’Afrique du Nord.

Dans l'école du Parangon

 

Partager cet article
Repost0
23 octobre 2020 5 23 /10 /octobre /2020 00:01

Henri Jean Ferdinand Rousseau naît le 23 février 1846 à Joinville-le-Pont (Seine, act. Val-de-Marne). Il est le fils de Désirée Catherine Nicole Lavenue et de Louis Ferdinand Rousseau. Sa mère est la fille adoptive de Jean Marie Molette, fondateur de l’école qui porte son nom, probablement le premier établissement pérenne dans la commune, et conseiller municipal. Son père, professeur dans ladite institution, en sera le repreneur à la mort de Molette et la développera, en l’installant dans le château du Parangon.

Ayant fait d’abord des études scientifiques, Henri Rousseau obtient une licence dans ce domaine. Pendant qu’il est encore étudiant, il est mobilisé dans l’ambulance du Parangon, hôpital auxiliaire créé par son père dans le domaine où était implantée son école, au cours de la guerre franco-prussienne de 1870. Selon l’historien Jean Roblin, les villages de Saint-Maur-des-Fossés et Joinville-le-Pont, situés à proximité immédiate du champ de la bataille de Champigny reçoivent une « véritable pluie de fer » entre novembre 1870 et janvier 1871. Le Parangon arborait sur son toit le drapeau de la Croix-Rouge ; il fut épargné au début. Mais, le 9 janvier, un obus éclata dans l’escalier du bâtiment occupé par un frère d’Henri, Jules Rousseau et son épouse. Femmes et enfants furent envoyés à Paris. La famille Rousseau prend en charge une trentaine de familles joinvillaises obligées de se réfugier dans la capitale pendant le siège avec la quasi-totalité de la population du village.

Durement touchée, Joinville a notamment perdu le pont qui a été détruit par l’armée française en décembre 1870 pour empêcher, en vain, l’avancée allemande. La bataille de Champigny, qui se dispute en partie à Joinville dans la zone, encore largement non habitée de Polangis, fait environ 2 000 morts dans les deux armées.

Après-guerre, Henri Rousseau poursuit un cursus de médecine, devenant docteur, lauréat de la faculté de Paris en 1878. Il est installé dans le domaine du Parangon et épouse, à Joinville en octobre 1875 une jeune professeure de lettres, orpheline et originaire de Cherbourg (Manche). Elle conduira ensuite, à ses côtés, une carrière littéraire, dramatique, mondaine et humanitaire.

Contrairement à son père et à son frère, Henri Rousseau n’a pas d’activité politique publique majeure. Cependant, en juillet 1888, il appuie la candidature d’Amédée Gosset, mécanicien, lors d’une élection municipale complémentaire. Il représente une tendance républicaine modérée. En juin 1892/06/04, le conseil municipal de Joinville le nomme membre de la commission des logements insalubres, présidée par François Nicolas Couppé, adjoint au maire.

La disparition en 1889 de son père Ferdinand Rousseau et de Théodore Quirot, les deux fondateurs de l’école du Parangon, puis celle en 1897 de son frère aîné, Jules Rousseau, développeur de cette école, va amener Henri Rousseau à s’impliquer dans la gestion de l’institution du Parangon dont il reprend la direction. Il était jusqu’ici sous-directeur de l’école.

Le docteur Henri Rousseau

 

Partager cet article
Repost0
21 octobre 2020 3 21 /10 /octobre /2020 00:01

Louis Jules Rousseau naît le 11 août 1876 à Joinville-le-Pont (Seine, act. Val-de-Marne). Il est le fils de Louise Éléonore Delalonde et d’Henri Jean Ferdinand Rousseau. Sa mère est une personnalité mondaine et une écrivaine et dramaturge. Son père, professeur de science, docteur en médecine, prend la succession de son père et de son frère comme chef de l’école du Parangon. C’est un important établissement privé laïque d’enseignement de Joinville que ses parents transforment en une école pratique d’enseignement colonial.

Après avoir fait des études de droit et de langues à l’École spéciale des langues orientales à Paris, Louis Rousseau épouse en février 1902, à Pantin (Seine, act. Seine-Saint-Denis) Jeanne Marie Léonie Poullin, couturière. Ils vivent à Neuilly-sur-Seine en 1903, avenue de Neuilly (act. avenue du Général-de-Gaulle), puis à Saint-Maur-des-Fossés en 1906, boulevard de Créteil avant de s’installer en 1909 à Joinville, dans le vaste parc du Parangon. Louis Rousseau rejoint son père à la tête de l’institution dont il est, en 1911, le directeur au côté de son père. Il est spécialement en charge de l’accueil des étudiants étrangers, nombreux dans l’établissement.

Léonie Rousseau

Ayant effectué son service militaire entre novembre 1897 et septembre 1900, d’abord au 72e régiment d’infanterie puis dans une section d’état-major de recrutement, Louis Rousseau en ressort avec le grade de sergent. Il contribue à créer une Société de préparation militaire au sein de l’école, ce qui lui vaut en juillet 1913 une lettre de félicitations du ministre de la guerre. Il est rappelé au début de la première guerre mondiale et est nommé adjudant en août adjudant puis sous-lieutenant en mars 1916 et enfin, lieutenant à titre temporaire en juillet 1918. Rousseau sert au sein de la mission militaire française auprès de l’armée britannique. Son attitude lui vaut deux citations, l’une à l’ordre de la brigade, l’autre à l’ordre du jour général.

L’école du Parangon, que son père a tenté de maintenir pendant la guerre, ferme en 1917 et le bâtiment devient un hôpital américain. Louis Rousseau et sa famille vont s’installer à Dinard Saint-Enogat (Ille-et-Vilaine), où ils ouvrent d’abord une épicerie en 1920 puis une agence immobilière.

S’étant déjà fait remarquer par des conférences comme naturaliste en 1912, Rousseau adhère en 1914 à la Société nationale d'acclimatation et fait des communications notamment sur les oiseaux.

Louis Rousseau meurt le 7 janvier 1928 à Dinard Saint-Enogat. Il était âgé de 51 ans et avait deux enfants. Décoré de la Croix de guerre, il est inhumé à Saint-Maur-des-Fossés (Seine, act. Val-de-Marne).

Louis Rousseau

 

Partager cet article
Repost0
24 août 2020 1 24 /08 /août /2020 00:01

Jules Marie Ferdinand Rousseau naît le 6 novembre 1837 à Joinville-le-Pont (Seine, act. Val-de-Marne). Il est le fils de Désirée Catherine Nicole Lavenue et de son mari Louis Ferdinand Rousseau, professeur. Son grand-père maternel est Jean Marie Molette, instituteur de l’école qui porte son nom et dans laquelle son père est employé. C’est un établissement privé, créé en 1825, qui fut probablement la première structure pérenne d’éducation dans la commune. L’institution est reprise en 1851 par Ferdinand Rousseau et porte désormais son nom.

En 1857, il fait l’acquisition d’un vaste terrain, rue de Paris, en limite de Joinville et Saint-Maur, le parc du Parangon, qui accueillit notamment Mme de Lafayette. L’école se développe et atteint 300 élèves. Pour accompagner son développement, Ferdinand Rousseau décide de proposer, outre un enseignement classique, confié à son beau-fils Théodore Rousseau, de mettre en place un enseignement professionnel, dont Jules Rousseau est responsable. L’établissement du Parangon est désormais nommé institution Rousseau-Quirot.

Selon l’historien Georges Bousquié, qui fut élève du Parangon, « Jules Rousseau fut un merveilleux organisateur de l'orientation et de l'enseignement professionnel. Son école est une des premières écoles libres en France où l'on ait donné cet enseignement. Il en avait compris l'urgente nécessité, pour répondre aux besoins nouveaux de l'industrie. Mais, grand psychologue et soucieux de la formation de l’esprit des enfants, il savait les inconvénients, intellectuels et moraux, des procédés de spécialisation hâtive. Aussi il n'eût jamais abaissé l'éducation au niveau d'un dressage utilitaire. Cet enseignement professionnel, il le voulait élevé, méthodique, « classique à sa façon» disait-il. »

Tandis que son père en est le capitaine, Jules Rousseau est sergent-major de la garde nationale et des sapeurs-pompiers de la commune de Joinville en 1868. En avril 1870 à Joinville, Jules Rousseau épouse Marie Valentine Guillemot, fille d’un vigneron et tisserand de Grésigny, Côte-d'Or. Ils auront un fils.

Pendant la guerre franco-prussienne de 1870-1871, le Parangon accueille une ambulance (hôpital auxiliaire) qui recueille 270 blessés. Selon l’historien Jean Roblin, les villages de Saint-Maur-des-Fossés et Joinville-le-Pont, situés à proximité immédiate du champ de la bataille de Champigny reçoivent une « véritable pluie de fer » entre novembre 1870 et janvier 1871. Le Parangon arborait sur son toit le drapeau de la Croix-Rouge ; il fut épargné au début. Mais, le 9 janvier, un obus éclata dans l’escalier du bâtiment occupé par Jules Rousseau et son épouse. Femmes et enfants furent envoyés à Paris. La famille Rousseau prend en charge une trentaine de familles joinvillaises obligées de se réfugier dans la capitale pendant le siège avec la quasi-totalité de la population du village.

Durement touchée, Joinville a notamment perdu le pont qui a été détruit par l’armée française en décembre 1870 pour empêcher, en vain, l’avancée allemande. La bataille de Champigny, qui se dispute en partie à Joinville dans la zone, encore largement non habitée de Polangis, fait environ 2 000 morts dans les deux armées.

Joinville est occupé depuis fin janvier 1871 par près de 3 000 soldats allemands, majoritairement Wurtembourgeois au début puis Badois et Bavarois ensuite. À la rentrée scolaire de l’automne 1871, alors que les troupes d’occupation viennent juste de quitter la commune où elles sont restées près de six mois, il n’y a que trois élèves dans l’école du Parangon. Mais l’activité reprend progressivement, avec la reconstruction des bâtiments. Le père de Jules, Ferdinand Rousseau, siège au conseil municipal sous le second empire puis devient adjoint au maire Auguste Courtin (conservateur) avant de le remplacer en 1875. Il sera battu, sous l’étiquette bonapartiste, aux élections municipales de 1878.

Des scouts dans la cour du Parangon

Devenu veuf, Jules Rousseau se remarie en avril 1884 avec Désirée Colette Guillemot, maîtresse de pension à Joinville et sœur cadette de son ancienne épouse. Il doit pour cela obtenir l’autorisation du président de la République en vertu de l’article 162 du code civil, qui prescrit les mariages entre frères et sœurs. Ils auront une fille. Ses témoins sont ses trois frères (Nicolas Quirot, Léon Rousseau et le docteur Henri Rousseau) ainsi que son neveu par alliance, Ernest Mermet, professeur de chimie au lycée Charlemagne, chef de laboratoire à l’école Centrale et futur maire de Joinville. Son beau-père, Pierre Guillemot, est maire du village de Grésigny-Sainte-Reine (Côte-d'Or).

Le mois suivant, en mai 1884, Jules Rousseau est candidat au conseil municipal. Il figure sur la liste républicaine du maire sortant, Gabriel Pinson, qui recueille une moyenne de 310 voix au premier tour, soit environ 85% des suffrages exprimés, face à des candidats réactionnaires qui en ont 15%. Jules Rousseau est élu au second tour. Au cours du mandat, il devient secrétaire (ou syndic) du conseil, complétant le bureau municipal qui comprend le maire et les deux adjoints. En avril 1888, il ne prend pas position lors de la question qui oppose la majorité laïque des élus locaux au conseil de fabrique, gestionnaire de la paroisse. La majorité décide d’engager des poursuites, estimant les comptes inexacts, tandis que quatre conseillers s’y opposent. Rousseau fait partie des trois absents.

Les élections municipales générales de mai 1888 voient s’opposer les républicains modérés, derrière Gabriel Pinson, avec les radicaux-socialistes, alliés à quelques socialistes-révolutionnaires, guidés par Alphonse Demeestère. Jules Rousseau soutient le maire sortant. La liste républicaine a obtenu 17 sièges, contre 4 radicaux. Elle a en moyenne 302 voix. Le mieux élu est Rousseau qui, avec 372 votes, devance ses colistiers y compris le maire et ses adjoints. Il redevient secrétaire du conseil. Le mois suivant, Gabriel Pinson meurt en fonction. La presse locale donne Jules Rousseau en tant que favori pour prendre sa succession. Cependant, au cours d’un vote tendu en août 1888, c’est le premier adjoint, Eugène Voisin, qui l’emporte face à Jules Rousseau. Rousseau quitta la salle absolument seul et paraissant très abattu, selon témoignage de Charles Pâquet, petit-fils d’Eugène Voisin. Il démissionna fin 1889.

À ce moment, avec le décès de son père et de son demi-frère, Jules Rousseau devient le seul dirigeant de l’école du Parangon. Depuis 1885, les remises de prix, organisées chaque année fin juillet ou début août, sont des évènements bénéficiant d’une forte couverture de presse.

En matière sociale, Jules Rousseau prend la présidence de la société de Saint-Nicolas, basée dans la commune voisine de Saint-Maur. Il est également président de la délégation cantonale, en charge de l’enseignement public pour la circonscription de Charenton-le-Pont.

Jules Rousseau meurt le 27 mai 1897 à Joinville. Il était âgé de 59 ans et décoré des Palmes académiques, d’abord comme officier d’académie puis en tant qu’officier de l’instruction publique.

Une voie de la commune de Joinville-le-Pont est baptisée impasse Jules-Rousseau. C’est son frère, le docteur Henri Rousseau, qui prend sa succession à la tête de l’école.

Jules Rousseau

 

Partager cet article
Repost0
22 août 2020 6 22 /08 /août /2020 00:01

Suite de la biographie de Ferdinand Rousseau

La municipalité de Joinville, après la guerre de 1870-1871 et l’insurrection de la Commune de Paris, doit faire face à de nombreux problèmes : reconstruction des édifices détruits, dont le pont de Joinville, principal axe de l’Est parisien, et réfection plusieurs bâtiments endommagés comme les châteaux du Parangon et de Polangis.

La Marne sort également de son lit à plusieurs reprises. Une première inondation est notée en novembre 1872. Mais c’est à la fin du mois de décembre et en janvier 1873 qu’une crue très importante survint.

Rousseau, comme adjoint au maire, Fontaine, secrétaire de mairie, Burgain et Brillaux, conseillers municipaux sont en charge de l’organisation des secours. 520 personnes de la commune, qui comptait 2 380 habitants en 1872, ont besoin de secours soit plus d’un cinquième de la population. Une souscription, lancée par le quotidien Le Figaro permet de les aider. Rousseau établit un tableau des pertes subies par les inondés, sur lequel les délégués du Figaro statuèrent, en tenant compte de la situation de fortune de chaque sinistré.

Lors des élections municipales de novembre 1874, on voit s’affronter à Joinville-le-Pont deux tendances bien distinctes. D’un côté, la majorité conservatrice de la municipalité sortante, et de l’autre une liste républicaine. Si la majorité est reconduite, avec à sa tête Auguste Courtin comme maire et Ferdinand Rousseau comme adjoint, trois des élus se sont ouvertement affichés en tant qu’opposants républicains : Antoine Cambier, Louis-Benoit et le maître de forges Alphonse Pilté.

De nouveau, en mars 1876, 160 maisons de Joinville sont envahies par les eaux de la Marne. Le deuxième étage du restaurant Jullien, sur l’île Fanac est inondé, les arches du pont reconstruit ont disparu et on ne va plus qu'en bateau dans le nouveau quartier de Palissy. 37 maisons sont évacuées complètement et il faut secourir 300 personnes.

En cour de mandat, Courtin, propriétaire du château de Polangis, l’autre grande demeure de Joinville avec le Parangon, décide de quitter son poste et la ville. Après sa démission en août 1876, Ferdinand Rousseau est élu maire de Joinville. Il prend Charles Brillaux comme adjoint.

La création de la société de secours mutuels des sapeurs-pompiers de Joinville, réalisée en 1876 à l’initiative de Rousseau, est approuvée en décembre 1877.

Les élections municipales générales suivantes, en janvier 1878, voient la victoire des républicains à Joinville, conduits par Gabriel Pinson, troisième de sa famille à devenir maire. Selon le quotidien Le Siècle, « les candidats bonapartistes, parmi lesquels figurait le maire encore en fonctions, n’ont obtenu que très peu de voix ». Sur les 17 conseillers municipaux élus au premier tour (pour 21 postes), on compte 16 républicains et 1 orléaniste.

Une société en nom collectif, sous le nom de Quirot-Rousseau, est formée en décembre 1881 pour l’exploitation du pensionnat de garçons dénommé Institution du Parangon. À partir de 1885, la cérémonie annuelle de remise des prix de l’école du Parangon, au mois d’août, devient un évènement bénéficiant d’une importante couverture dans la presse nationale et locale. À la rentrée scolaire 1888, Ferdinand Rousseau, malade depuis 1881, divisa l’exploitation du Parangon en deux établissements, l’un confié à son fils Jules Rousseau et l’autre à son beau-fils Théodore Quirot.

Des élèves dans la cour du Parangon

 

Ayant adhéré en 1864 à la Société zoologique d'acclimatation, Ferdinand Rousseau en reste membre ensuite. Administrateur de la caisse d’épargne, Rousseau a été président de la délégation cantonale de Charenton qui gère les questions d’éducation.

Louis Ferdinand Rousseau meurt le 21 juin 1889 Joinville. Il était âgé de 78 ans et père de deux enfants.

Il avait été décoré des Palmes académiques en 1879 comme officier de l’instruction publique et chevalier de la Légion d’honneur depuis décembre 1881. Une fondation Ferdinand Rousseau est formée et contribue à doter des prix pour les élèves de l’institution du Parangon à partir de l’été 1889 et jusqu’en 1914.

Son fils et successeur à l’institution du Parangon, Jules Rousseau a été également conseiller municipal de Joinville-le-Pont. Il a donné son nom à une voie de la commune. Son deuxième fils, le docteur Henri Rousseau, prit ensuite la succession à la tête de l’établissement d’enseignement et en fit une école coloniale.

Peut-être le nom de Ferdinand Rousseau doit-il être associé à une autre artère de Joinville, la villa Rousseau (voie privée).

Fin

Ferdinand Rousseau

 

Partager cet article
Repost0
20 août 2020 4 20 /08 /août /2020 00:01

Suite de la biographie de Ferdinand Rousseau

Suite à la proclamation de la 3e République, des élections municipales sont organisées en septembre 1870 à Joinville. Ferdinand Rousseau est réélu conseiller municipal et le conservateur Auguste Courtin est réélu maire, mais Ferdinand Rousseau remplace Hippolyte Pinson comme adjoint, poste qu’il occupait depuis 1843.

Pendant la guerre franco-prussienne de 1870-1871, l’établissement Rousseau-Quirot du Parangon accueille une ambulance (hôpital auxiliaire) qui recueille 270 blessés. Situé à proximité immédiate du champ de la bataille de Champigny entre novembre 1870 et janvier 1871, les villages de Saint-Maur-des-Fossés et Joinville-le-Pont sont l’objet d’une « véritable pluie de fer » selon l’historien Jean Roblin. Le Parangon, arborant sur son toit le drapeau de la Croix-Rouge, fut épargné au début. Cependant, le 9 janvier, un obus vint dans l’escalier du bâtiment occupé par Jules Rousseau et son épouse. On se hâta d’envoyer à Paris femmes et enfants. Ferdinand Rousseau prend en charge une trentaine de familles joinvillaises obligées de se réfugier dans la capitale pendant le siège avec la quasi-totalité de la population du village.

Charge des zouaves pendant la bataille de Champigny

Durement touchée, Joinville a notamment perdu le pont qui a été détruit par l’armée française en décembre 1870 pour empêcher, en vain, l’avancée allemande. La bataille de Champigny, qui se dispute en partie à Joinville dans la zone, encore largement non habitée de Polangis, fait environ 2 000 morts dans les deux armées.

La municipalité, repliée à Paris pendant le siège, rentre à Joinville au début de l’insurrection de la Commune de Paris et le maire s’associe aux initiatives pour recréer un dialogue entre le gouvernement de Versailles et les insurgés. Joinville est occupé depuis fin janvier 1871 par près de 3 000 soldats allemands, majoritairement Wurtembourgeois au début puis Badois et Bavarois ensuite.

En juillet 1871, le conseil municipal est réélu malgré la présence de l’occupant qui provoque plusieurs incidents avec la population. Courtin et Rousseau sont reconduits comme maire et adjoint.

À la rentrée scolaire de l’automne 1871, alors que les troupes d’occupation viennent juste de quitter la commune où elles sont restées près de six mois, il n’y a que trois élèves dans l’école du Parangon. Mais l’activité reprend progressivement, avec la reconstruction des bâtiments.

À suivre

Joinville pendant la guerre de 1870

 

Partager cet article
Repost0
18 août 2020 2 18 /08 /août /2020 00:01

Début de la biographie de Ferdinand Rousseau

Louis Ferdinand Rousseau naît le 14 décembre 1810 à Paris (1er arr.). Il est le fils de Louise Marie Quirot et de Longin Marie Ferdinand Rousseau. Il a un frère jumeau, Antoine, dont le devenir est inconnu.

En 1832, Ferdinand Rousseau rejoignit à Joinville-le-Pont (Seine, act. Val-de-Marne) comme professeur une petite école laïque d’enseignement libre dirigée par Jean Marie Molette, issue de l’école Longin de Paris que Molette avait reprise. Elle comptait 15 pensionnaires en 1836 et 30 en 1841. Dans cette fonction, Rousseau remplaça Adrien Quirot, décédé en août, qui avait épousé en novembre 1831 Désirée Catherine Nicole Lavenue, fille adoptive de Molette. En juin 1835 à Joinville, Rousseau épousa la jeune veuve.

Au décès de Jean Marie Molette, en 1851, Rousseau devint le maître de pension et renomma l’institution Rousseau-Molette. Dans une annonce de 1853, il assure qu’il « offre à la jeunesse tous les avantages, tant sous le rapport de l'éducation que par les soins de famille que les élèves y reçoivent, les élèves vivant en communauté avec les maîtres. »

La succession de Molette au conseil municipal de Joinville est également assumée par Rousseau, qui est peut-être élu lors d’un scrutin partiel début 1850. La 2e République a aboli le vote censitaire et rétabli le suffrage universel masculin, avec une première élection municipale en en juillet 1848. Apollon Delaherche, qui assumait l’intérim depuis fin décembre 1848, est élu maire en mars 1850.

Face au développement de l’école, Ferdinand Rousseau fait l’acquisition d’un vaste terrain, doté d’un petit château qui fut un temps la résidence de la Madame de La Fayette. Il y installe l’école, qui prend désormais le nom du Parangon en 1857.

A suivre.

L'internat du Parangon

 

Le nombre d’élèves augmenta jusqu’à 300 personnes. En 1865, son fils, Jules Rousseau, introduit pour la première fois un enseignement technique et professionnel tandis que son beau-fils, Théodore Quirot, est chargé de l'enseignement classique. L’établissement, laïque, jouit d’une bonne réputation.

Pendant tout le second empire, Rousseau siège au conseil municipal. Charles Pierre Chapsal a repris le poste de maire en 1852. À sa mort en 1858, il est remplacé par Auguste Courtin, son fils adoptif. Hippolyte Pinson est l’éternel maire adjoint pendant toute la période. Rousseau s’occupe notamment du bureau de bienfaisance municipal.

En 1868, Ferdinand Rousseau est capitaine de la garde nationale et des sapeurs-pompiers de Joinville-le-Pont. Les autres officiers sont Martin, Bessault et Provin, tandis que son fils Jules Rousseau est sergent-major. Jusqu’ici, la garde nationale était surtout une milice destinée à maintenir l’ordre, composée et armée de propriétaires. C’est Rousseau, dans la commune, qui élargit son rôle en incluant le service du feu.

L'école du Parangon vue du parc

 

Partager cet article
Repost0
14 août 2020 5 14 /08 /août /2020 00:01

 

Nicolas Jules Théodore Quirot naît le 28 novembre 1832 à Joinville-le-Pont (Seine, act. Val-de-Marne). Il est le fils de Désirée Catherine Nicole Lavenue et le fils posthume de son mari Adrien Théodore Quirot, professeur ; mort le 9 août 1832. Il réside avec sa mère dans l’institution d’enseignement de Jean-Marie Molette, qui a adopté sa mère.

Cette dernière épousera en mai 1835 Ferdinand Rousseau, autre enseignant de l’école Molette, futur créateur de l’école du Parangon et maire de Joinville-le-Pont. Quirot devient, comme son père, professeur dans l’école, qui est reprise à la mort de ce dernier en 1851 par son beau-père, Ferdinand Rousseau.

En septembre 1857 Théodore Quirot épouse à Joinville Jeanne Henriette Charlotte Amiel. Le père de son épouse, Charles Amiel, comme son grand-père, Jean Baptiste Amiel, ont tous deux été conseillers municipaux de Joinville-le-Pont et propriétaires. Son oncle, Louis Félix Amiel, est un célèbre portraitiste.

C’est en cette même année que Ferdinand Rousseau déménage l’école Molette dans la propriété qu’il a achetée, toujours rue de Paris à Joinville, dans le parc du Parangon. L’ancien château, qui fut un temps la résidence de Mme de Lafayette, était doté d’un vaste parc. Le nombre d’élèves augmenta jusqu’à 300 personnes. En 1865, Théodore Quirot devient le directeur de la section classique, tandis que le fils de Ferdinand Rousseau, Jules, est nommé directeur de la section professionnelle. L’existence de cette seconde filière est une innovation, assez rare dans l’enseignement. L’établissement, laïque, jouit d’une bonne réputation.

Pendant la guerre franco-prussienne de 1870-1871, l’établissement Rousseau-Quirot du Parangon accueille une ambulance (hôpital auxiliaire) qui recueille 270 blessés. Situé à proximité immédiate du champ de la bataille de Champigny entre novembre 1870 et janvier 1871, les villages de Saint-Maur-des-Fossés et Joinville-le-Pont sont l’objet d’une « véritable pluie de fer » selon l’historien Jean Roblin. Le Parangon, arborant sur son toi le drapeau de la Croix-Rouge, fut épargné au début. Cependant, le 9 janvier, un obus vint éclater au-dessus de l’appartement occupé par Mme Quirot et ses enfants. On se hâta de faire rentrer à Paris femmes et enfants.

À la rentrée scolaire de l’automne 1871, alors que les troupes d’occupation allemandes viennent juste de quitter la commune, il n’y a que trois élèves dans l’école du Parangon. Mais l’activité reprend progressivement, avec la reconstruction des bâtiments.

Théodore Quirot est, en décembre 1874, membre du conseil d’administration de la Société des chefs d'institution, qui regroupe les dirigeants d’établissements d’enseignement privés laïques ; un de ses voisins, Gustave Lebègue, à la tête d’une école de Nogent-sur-Marne, siège dans la même instance. En janvier 1878, Quirot est vice-président de la société. Il exerce encore la même fonction jusque fin 1881.

Une société en nom collectif, sous le nom de Quirot-Rousseau, est formée en décembre 1881 pour l’exploitation du pensionnat de garçons dénommé Institution du Parangon.

À partir de 1885, la cérémonie annuelle de remise des prix de l’école du Parangon, au mois d’août, devient un évènement bénéficiant d’une importante couverture dans la presse nationale et locale. Cette même année, Quirot est membre du conseil départemental de l’instruction publique de la Seine, présidé par M. Catalo, maire de Charenton-le-Pont.

À la rentrée scolaire 1888, Quirot se sépara du fondateur de l'école, son beau-père Ferdinand Rousseau, et l’exploitation du Parangon fut provisoirement divisée en deux établissements.

Théodore Quirot meurt le 1er février 1889 à Joinville. Il était âgé de 56 ans et était décoré des Palmes académiques en tant qu’officier de l’instruction publique. Il était veuf depuis août 1881 et père de trois filles.

Sa deuxième fille, Berthe, fut l’épouse du colonel Émile Gauchotte, membre de l’état-major particulier du président de la République pendant la première guerre mondiale, mort pour la France en décembre 1914, chevalier de la Légion d’honneur.

La cadette, Émilie, se maria avec Achille Ernest Mermet, enseignant à l’école du Parangon puis professeur de chimie, maire de Joinville-le-Pont (1912-1919), également chevalier de la Légion d’honneur.

Le château du Parangon à Joinville-le-Pont en 1860

 

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Polmorésie, blog d’histoire
  • : Histoire politique, économique, culturelle et sociale au travers des acteurs qui ont se sont engagés dans la vie publique.
  • Contact

Recherche

Liens