Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
1 septembre 2020 2 01 /09 /septembre /2020 00:01

Pierre Louis Hugedé naît le 1er janvier 1831 à Paris (8e arr.). Il est le fils de Nicole Moreau et de son époux Guy Louis Hugedé.

Associé à un bijoutier pour l'exploitation d’une fabrique de lettres et enseignes rue des Filles-du-Calvaire à Paris (3e arr.), il s’en sépare dès 1858 mais poursuit l’activité tout seul. Il dépose un brevet dans ce domaine en 1864 et améliore son invention en 1866. Hugedé présente ses produits à plusieurs grandes expositions, comme à Paris en 1867, Le Havre 1868, et Rome 1870.

À côté de son activité industrielle, Hugedé s’intéresse également à l’immobilier, les deux domaines profitant largement du réaménagement de Paris à l’œuvre au cours du second empire. Il fait reconstruire un immeuble boulevard Bonne-Nouvelle à Paris (10e arr.) où il déménage son activité. Il acquiert également des terrains à Joinville-le-Pont, dans le tout nouvellement lancé quartier de Palissy, que le céramiste Gille a commencé à diviser en lots. Hugedé commence à commercialiser ses parcelles au début de l’année 1870.

La guerre franco-prussienne cette année-là va interrompre la vente des lots, d’autant que la zone est connexe au champ de bataille de Champigny, qui fait plus de 2 000 morts fin 1870 sur les communes de Joinville et Champigny. Le pont qui permettait d’accéder au quartier depuis la rive droite de la Marne et Paris est détruit.

Pendant le conflit, Hugedé se mobilise en faveur des blessés. Il préside le premier comité local de la Société de secours aux blessés militaires (Croix-Rouge), qui est installée en novembre 1870. Il crée une ambulance en bord de rivière (hôpital de toile provisoire). Au sein de la Croix-Rouge, Hugedé est chargé du ravitaillement. Il s’intéressera ensuite aux possibilités d’amélioration des constructions provisoires, et notamment des moyens de leur assurer une bonne aération et du chauffage. Il restera actif dans la Société de secours aux blessés jusqu’à la fin de sa vie.

Après la guerre, Hugedé reprend son activité de production de lettres, médailles et enseignes. Il est présent à l’exposition internationale de Lyon en 1872 et à l'Exposition universelle de Vienne en 1873. Il emploie dans son atelier des invalides de guerre. En avril 1875, Hugédé cède son fonds de commerce.

Il devient alors architecte, construisant d’abord sur ses terres de Joinville des constructions réputées être économiques et hygiéniques, qu’il s’efforce de diffuser.

Louis Hugedé épouse en août 1883 à Paris (1er arr.) Anne Catherine Steinmann. Il mobilise ses compétences en mécanique et architecture pour proposer pour la Croix-Rouge un modèle-type de baraques d'ambulances mobiles, destiné selon ses partisans « à rendre d’énormes services en temps de guerre et d'épidémie ». Il décrit et fait fabriquer aussi des panneaux aérifères, à circulation d'air, d'un moulage facile et rapide, faits avec les matériaux quelconques que présente le sol, n'exigeant ni cuisson, ni appareils, ni ouvriers spéciaux, qu’il recommande pour les soubassements des baraques d'ambulance et des hôpitaux provisoires. Il met aussi au point des calorifères portatifs pour les ambulances et tentes. Ses produits sont présentés à l’exposition universelle de 1885 à Anvers (Belgique).

Il étend son champ d’action à l’industrie de la bière, proposant des glacières, germoirs, séchoirs ainsi que des matériaux isolateurs lors de l’exposition des bières françaises de 1887 à Paris.

Si le comportement humanitaire d’Hugedé est fréquemment salué dans la presse conservatrice, il n’en est pas de même dans le journal local de tendance radicale-socialiste. Ainsi, après le décès du premier adjoint au maire de Joinville, Nicolas Chéret, une polémique éclate. Chéret, franc-maçon, se fait administrer l’extrême onction. Une foule, évaluée à 500 personnes par l’hebdomadaire Voix des communes, et comprenant selon lui 200 libres-penseurs, se rend aux obsèques. Hugedé prend la parole pour en appeler à la « miséricorde divine sur le pêcheur repenti. »

Pierre Louis Hugedé meurt le 31 décembre 1891 à Paris (8e arr.) à son domicile de la rue du Faubourg-Saint-Honoré. Son épouse, quant à elle, résidait à Heidelberg (Grand-Duché de Bade, Allemagne). Il était âgé de 60 ans et ne semble pas avoir eu d’enfants.

Plusieurs médailles ont été accordées à Louis Hugedé lors d’expositions : médaille d'argent à l’exposition universelle de Paris 1867, mention honorable à celle d’Anvers 1885 et médaille d'or à l’exposition maritime du Havre 1868. Il a également reçu en septembre 1874 une médaille de vermeil des Sauveteurs de la Seine et en mai 1886 une médaille spéciale de la Société d'encouragement au bien. Il est décoré de la médaille militaire pour son activité pendant la guerre de 1870-1871.

Une voie de la commune de Joinville-le-Pont porte le nom de rue Hugedé. Il ne s’agit pas d’une dénomination décidée en hommage à Louis Hugedé, mais d’un usage traditionnel maintenu. La rue correspond à la partie du quartier de Palissy lotie par Hugédé, où il a construit une demi-douzaine de pavillons, dont la villa Hugedé. Le nom est attesté de son vivant, dans la presse dès 1877 et il est officiellement utilisé dans le recensement communal de 1891. Un arrêté préfectoral du 15 octobre 1934 la classe parmi les voies publiques urbaines de la commune de Joinville-le-Pont.

Partager cet article
Repost0
22 juillet 2020 3 22 /07 /juillet /2020 00:01

Joséphine Modeste Bondu naît le 23 novembre 1841 à La Séguinière (Maine-et-Loire). Elle est la fille de Marie Augereau et de son époux Michel Bondu, laboureurs.

Elle fut d’abord bergère à douze ou treize ans, sans avoir fréquenté l’école. À 17 ans, elle entra au noviciat des sœurs franciscaines de Cholet (Maine-et-Loire) en avril 1859 sous le nom de sœur Agnès de Jésus. Elles assurent une fonction de gardes-malades. Dès 1864, la supérieure de la communauté étant paralysée, sœur Agnès fut appelée à la suppléer. Pour être capable d’assumer ses responsabilités, elle apprit à lire et à écrire grâce à la sous-prieure de la communauté. Au décès de la supérieure en 1867, elle prit officiellement le titre et devint mère Agnès.

Après la guerre franco-prussienne de 1870, un moine de l’abbaye de Solesmes, Dom Camille Leduc, décida de fonder une congrégation de servantes des pauvres, pour laquelle il adopta la règle de Saint-Benoit. Il mit à la disposition de la nouvelle œuvre la maison de la rue Saint-Eutrope, à Angers, dont il venait d’hériter au décès de son père. Il sollicita les franciscaines de Cholet, qui acceptèrent et, la nouvelle congrégation des Servantes des pauvres ouvrit en février 1872. Elle établit un noviciat au lieu-dit Les Plaines en août 1873 et reçut son approbation officielle en tant qu’ordre bénédictin en avec à sa tête mère Agnès en mai 1874.

Une laïque contribua à l’établissement de la nouvelle communauté. Françoise Jouin, veuve d’un ébéniste d’Angers, était mère de deux prêtres, Amédée Jouin, qui sera supérieur de l’ordre dominicain, et Ernest Jouin, alors vicaire à Angers et qui devint directeur spirituel des Servantes des pauvres.

En novembre 1883, l’abbé Ernest Jouin, devenu curé de Joinville-le-Pont (Seine, act. Val-de-Marne), sollicita les Servantes des pauvres d’Angers pour établir une communauté dans sa paroisse. Trois sœurs venues d’Angers vinrent s’y installer, baptisant leur maison du nom de  Sainte-Geneviève. La prieure en fut mère Agnès. Outre le service des malades, les sœurs s’attachent, sur les consignes de l’abbé Jouin à prêcher le cathéchisme ; il se réjouit ainsi qu’elles aient converti des agnostiques, une protestante, des juifs, un franc-maçon.

La maison des sœurs servantes des pauvres à Joinville-le-Pont

En conflit avec les autorités municipales, l’abbé Jouin quitte Joinville en 1886. Il assurera ensuite qu’un des motifs de ses mauvaises relations avec la municipalité radicale était l’établissement des sœurs.

L’annonce du départ de Joinville de l'abbé Jouin et de celle possible des sœurs provoqua une pétition, qui obtint 900 signatures, dans une commune qui comptait 3 800 habitants, et fut portée à l'Archevêché. Les sœurs gardes-malades restèrent sur place avec le soutien actif du nouveau curé, Alfred Roustan. Leur maison grandira, abritant 13 gardes-malades en 1936 et rayonnant sur certains quartiers des communes voisines de Saint-Maur et Champigny.

Devenu curé de Saint-Médard à Paris (5e arr.), l’abbé Jouin fait de nouveau appel aux Servantes des pauvres pour sa paroisse. Mère Agnès et trois autres religieuses quittent en novembre 1896 Joinville pour établir la première communauté parisienne de l’ordre. Lorsque le même abbé fut nommé à Saint-Augustin, en 1898, il fit encore une fois appel à elle et à la communauté qui s’y installa en 1901.

Le priorat de la Mère Agnès à Saint-Augustin dura huit années. En 1909, elle célébra le jubilé de ses 50 ans de vie religieuse. À la fin de l’année, malade, elle retourna à la maison-mère d’Angers.

Modeste Bondu meurt le 4 mars 1918 à Angers. Elle était âgée de 76 ans et fut enterrée à proximité du fondateur de l’ordre, Dom Leduc. La messe d’enterrement le 6 mars fut présidée par Mgr Rumeau, évêque d’Angers. Son éloge funèbre a été prononcé par Mgr Jouin, curé de Saint-Augustin à Paris et a été édité.

Le noviciat des Plaines à Angers

 

Partager cet article
Repost0
22 janvier 2020 3 22 /01 /janvier /2020 00:01

Suite de la biographie d’Henri Melchior

Le secrétaire général du Secours catholique l'abbé Jean Rodhain, qui a créé l’institution en septembre 1946, appelle en 1959, après la fin de ses mandats électoraux, Henri Melchior en tant que délégué permanent de l’association humanitaire pour Paris et la banlieue. Il est l’initiateur du jumelage avec le Secours catholique de Dakar. En région parisienne, le mouvement se mobilise pour les personnes incapables de payer leur loyer. Il met en place des centres d'hébergement pour travailleurs africains et organise des permanences sociales au cœur des bidonvilles.

Avec le support d’Henri Melchior, plusieurs centaines d'étudiants participaient les week-ends à la remise en état de logements insalubres dans la capitale et sa banlieue, chez des personnes âgées ou des familles d'immigrés. Ils s'étaient dénommé « taudis-boys. »

Se préoccupant des sortants de prison, Henri Melchior est l’animateur, en octobre 1972, d’un congrès du Secours Catholique, à Paris intitulé « Action en faveur des détenus et sortants de prison ». Soulignant leur le délabrement psychologique, il critique la faiblesse de l’Administration pénitentiaire, dans le domaine de la réinsertion. Melchior cesse sa fonction permanente au Secours Catholique en 1974.

Il était également engagé dans le mouvement Siloé du père René Pinsard, qui œuvrait en faveur des personnes en détresse physique et morale, en accueillant jeunes et prostituées dans un bistrot du quartier Pigalle à Paris. Melchior est le gérant du restaurant Pigalle-Providence, 21, boulevard de Clichy à Paris.

Henri Melchior meurt le 16 février 1982 à Corbeil-Essonnes (Essonne). Il était âgé de 70 ans. Une plaque à sa mémoire a été apposée en mai 1985 sur son ancienne habitation au 23, avenue Jamin à Joinville-le-Pont.

Particularité familiale, l’hommage aux rois-mages : le grand-père paternel d’Henri Melchior portait le nom de Gaspard Balthasar Melchior.

Fin

 

Partager cet article
Repost0
18 janvier 2020 6 18 /01 /janvier /2020 00:01

Début de la biographie d’Henri Melchior

Henri Melchior naît le 27 août 1911 à Boulogne (Seine, act. Boulogne-Billancourt, Hauts-de-Seine). Il est le fils de Louise Charlotte Hubert et de son mari Georges Alfred Casimir Melchior, employé. Ils vivent 62, rue de Bellevue. Cette même année, la famille s’installa à Joinville-le-Pont (Seine, act. Val-de-Marne), dans le quartier de Polangis.

En 1921, Henri est comme son frère aîné Maurice employé à la compagnie des Chemins de fer de l’Est, qui exploite la ligne ferroviaire desservant Joinville. Il travaille en 1926 à la Société des Cinéromans, entreprise cinématographique fondée en septembre 1919 par Serge Sandberg et installée dans le quartier voisin de Palissy, à Joinville, sur des terrains loués par Charles Pathé. En 1936, un an après le décès de son père, Henri et Maurice sont répertoriés tous deux dans le recensement de la population de Joinville comme agent PP (probablement de la préfecture de police).

Selon l’ancien sénateur Emmanuel La Gravière (MRP), Henri Melchior est militant à la JOC (Jeunesse ouvrière chrétienne) dès ses 13 ans, c’est-à-dire en 1924 ou 1925 ; cependant, le mouvement se constitue en 1926 et est fondé juridiquement en 1927. Melchior est proche de Paul Bacon, premier secrétaire général de la JOC, qui sera résistant, député et ministre, et qui réside dans la commune voisine de Saint-Maur-des-Fossés.

Mobilisé pendant la deuxième guerre mondiale, Henri Melchior est fait prisonnier. À son retour de captivité, toujours installé avec sa mère à Joinville, il reprend des études pour devenir professeur de l'enseignement technique. De nouveau comme Paul Bacon, il milite à la Confédération française des travailleurs chrétiens (CFTC). Selon l’hommage qui lui fut rendu en mai 1985 par Pierre Aubry, maire de Joinville, Henri Melchior, « par sa conduite, a sauvé de nombreuses vies humaines durant la seconde guerre mondiale. »

À Joinville-le-Pont, dans sa paroisse Saint-Anne, il côtoya l’abbé Jacques Hollande, nommé curé de Polangis en juillet 1942 et qui le resta jusqu’en mars 1944 quand le cardinal Suhard, archevêque de Paris, l’a nommé supérieur de la Mission de Paris, laquelle constitua le mouvement des prêtres ouvriers.

À suivre

Eglise Saint-Anne de Polangis (Joinville-le-Pont)

 

Partager cet article
Repost0
10 janvier 2020 5 10 /01 /janvier /2020 00:01

Louise Pinon naît le 6 septembre 1866 à Clamecy (Nièvre). Elle est la d’Augustine Girault et de son époux, Léonard Constant Pinon, manœuvre, illettré.

Elle épouse à Paris (10e arr.) en juin 1888 Pierre Célestin Soulié, négociant en tissus et champion puis dirigeant de club sportif d’aviron. Ils séjourneront dans le sud-ouest de 1889 à 1896 et dans le Nord en 1900, avant de se fixer à Joinville-le-Pont (Seine, act. Val-de-Marne), sur l’île Fanac, où son mari sera dirigeant du de la principale organisation sportive locale, la Société nautique de la Marne, dont il fera le premier club français en aviron.

C’est en matière sociale que Louise Soulié va s’engager. Elle contribue aux œuvres scolaires, ce qui lui vaut d’être décorée des Palmes académiques entant qu’officier d’académie en février 1933.

La société de l’allaitement maternel, une des premières œuvres humanitaires locales, compte également Louise Soulié parmi ses membres actifs depuis au moins 1911. En 1923, elle fait partie des dames enquêteuses de cette association, qui accompagne des mères en difficulté. Elle siège également au conseil d’administration et est trésorière en 1931.

C’est à ce titre qu’elle est décorée de la médaille de bronze de l’Assistance publique.

Après le décès de son mari en 1934, Louise Soulié réside toujours à Joinville dans le quartier de Polangis en 1936, avenue Foch. Elle meurt le 2 mars 1938, à l’âge de 72 ans. Elle avait eu une fille.

 

Partager cet article
Repost0
10 janvier 2019 4 10 /01 /janvier /2019 00:01

Marie Louise Eulalie Vénard naît le 25 janvier 1840 à Fay-le-Froid (act. Fay-sur-Lignon, Haute-Loire). Elle est la fille de Félicité Desevars et de son mari Jacques Louis Vénard.

En 1875, elle est cafetière à Lyon (2e arr.) quand elle épouse en mai dans cette ville Casimir Paul Joseph dit Louis Rey, alors cuisinier et originaire d’Ardèche, où il est cuisinier au Cheylard après cinq ans de service militaire marqués par la campagne contre l’Allemagne et une expédition en Algérie. Le couple s’installe, la même année, à Paris. Ils résideront ensuite à Joinville-le-Pont (Seine, act. Val-de-Marne), où ils louent une villa qu’ils habitent pendant la période estivale au moins à partir de 1892, avant de s’y installer définitivement, probablement à partir de 1910.

Son mari, Louis Rey, expert chimiste et responsable de structures professionnelles du secteur vinicole, a été un très actif militant radical-socialiste et conseiller municipal de Joinville-le-Pont. Il fut un polémiste assurant la rubrique locale de l’hebdomadaire radical Voix des communes.

Comme plusieurs épouses de responsables politiques locaux, Marie Rey va s’engager dans une association humanitaire, la société de l’allaitement maternel. Son activité y est attestée entre 1908 et 1912. L’association, ouvertement laïque, affiche sa différence avec celles que Louis Rey appelle les « dames patronnesses » qui méconnaîtraient les « enfants des mécréants ». L’Allaitement maternel pour sa part ne s’occuperait pas de savoir si elles sont filles-mères ou concubines.

En 1909, l’association est présidée par Hortense Voisin, femme du maire, et son conseil comprend également les épouses de deux futurs maires, Mmes Vel-Durand et Briolay, d’adjoints au maire (Villain, Jullien, Beauvais) ou de conseillers municipaux (Diot, Arnaud, Cosson, Rey, Ferrand, Nivelet) ; une seule administratrice n’est pas liée à l’activité politique, Mme Pratet.

Présentée comme « très florissante » par la presse radicale, l’association assiste 25 mères en 1908. Marie Rey est l’organisatrice d’un banquet de collecte de fonds en juin 1909. Elle se mobilise pendant les inondations de la Marne lors de l’hiver 1910.

C’est probablement du fait de son activité associative que Marie Rey est décorée en mars 1911 des Palmes académiques et devient officier d’académie.

Marie Rey, qui ne semble pas avoir eu d’enfant, meurt le 10 août 1928 à Joinville. Elle était âgée de 88 ans et veuve depuis 10 ans.

 

Partager cet article
Repost0
8 janvier 2019 2 08 /01 /janvier /2019 00:01

Ernestine Jeanne Marie Piat naît le 30 août 1867 à Meudon (Seine-et-Oise, act. Hauts-de-Seine). Elle est la fille de Marie Victoire Constance Soinoury et de son époux Léopold Ernest Piat, banquier.

Elle épouse en mai 1891 à Coulommiers (Seine-et-Marne) le docteur Georges Paul Elie Bitterlin. Ils s’installent d’abord rue du Four à Saint-Maur-des-Fossés (Seine, act. Val-de-Marne), puis, à partir de 1899 rue Pasteur dans la commune voisine de Joinville-le-Pont.

Engagé dans l’action sociale, Georges Bitterlin sera également militant politique, candidat pour le mouvement royaliste de l’Action française aux élections législatives de 1919 et conseiller municipal de Joinville-le-Pont (1912-1919 et 1942-1944).

Leurs deux fils, Charles et Jean, médecins, seront également affiliés à la même organisation d’extrême-droite.

La Société de l'Allaitement maternel et des refuges-ouvroirs pour les femmes enceintes, a été fondée en 1876 par Mme Béquet de Vienne, veuve d’un conseiller d’État. Si elle jouit d’une réputation nationale, qui lui permettra d’être reconnue d'utilité publique en 1905, elle dispose d’un nombre très limité d’implantations locales (trois).

Parmi celles-ci, on compte une section à Saint-Maur-des-Fossés, qui essaimera avec une sous-section à Joinville en 1899, devenue en 1902 une section de plein exercice tandis que celle de Saint-Maur périclite. Jeanne Bitterlin est la fondatrice de la section, dont le Dr Pierre Vallat est le médecin. Julia Véron, trésorière et Mme Delobel, secrétaire, l’accompagnent dans la création de cette structure, qui a 60 adhérents.

En 1901, la société secourt 31 familles auxquelles elle apporte des soins, de la layette, mais aussi de la viande, du pain, du lait, du charbon, des lentilles ou des pruneaux. Elle accueille toutes les demandes qui lui sont adressées, sans distinction de religion ni d'état civil. Son mari et le Dr Jean Baptiste Gripon sont, en 1904, les médecins de la section.

Si la section semble se développer, Jeanne Bitterlin s’en retire cependant et c’est en 1909 Hortense Voisin, femme du maire de Joinville, qui est la présidente. Le conseil comprend sur ses 13 membres, toutes des femmes, 12 qui sont mariées à des notabilités politiques.

C’est un désaccord avec le comité directeur de Paris qui a provoqué la démission d’une partie des fondatrices. Elles créent en juin 1913 l’Union des mères de Joinville, qui s’affilie en 1917 à la Mutualité maternelle de Paris. Jeanne Bitterlin en est la présidente, accompagnée de Léontine Lecuirot, vice-présidente, de Fréna Depasse, vice-présidente, trésorière et visiteuse ainsi que de sa fille Antoinette (elle aussi militante à l’Action française).

Si la presse locale regrette la multiplicité d’organismes à même vocation à Joinville, et surtout le fait qu’elles s’ignorent, l’émulation que cela procure fait qu’en 1923, le maire Henri Vel-Durand se félicite de la concurrence entre œuvres similaires. Cette année-là, la section de Joinville de la Mutualité maternelle a 93 adhérents et s’occupe de 56 enfants.

En mars 1928, Jeanne Bitterlin devient présidente honoraire, tandis que Jeanne Carlier prend la responsabilité exécutive de la section. Son fils Jean assure, en 1935, les consultations de nourrissons au nouveau dispensaire que la Mutualité maternelle ouvre rue de l’Église à Joinville.

Jeanne Bitterlin meurt le 26 décembre 1933 à Joinville. Elle était âgée de 66 ans et avait eu quatre enfants.

 

Partager cet article
Repost0
4 janvier 2019 5 04 /01 /janvier /2019 00:01

Adèle Héloïse Amandine Lemaire naît le 14 novembre 1864 à Saint-Maur-des-Fossés (Seine, act. Val-de-Marne). Elle est la fille d’Adèle Augustine Thiens et de son époux, Ange Émile Lemaire, fabricant d’eau gazeuse.

Elle épouse en août 1888 à Saint-Maur François Charles Provin. Le couple s’installe dans la commune voisine de Joinville-le-Pont. François Provin, serrurier, exerce d’importantes responsabilités politiques dans la commune entre 1900 et 1934. Il est également président de la société de secours mutuels des sapeurs-pompiers.

Ils vivent rue du Pont, au centre de la commune et ont une fille.

Après la première guerre mondiale, Adèle Provin va s’engager dans une activité humanitaire, au sein de la section locale de la Mutualité maternelle de Paris. Elle est secrétaire de l’association en 1927 et 1928, vice-présidente en 1931.

L’association comptait en 1923 93 adhérents, essentiellement des adhérentes. Elle avait aidé cette année-là 56 enfants.

Son activité vaut à Adèle Provin d’être attributaire, en septembre 1931, d’une mention honorable au titre de son rôle mutualiste. Sa fille Alice est également membre de la même association.

Adèle Provin meurt le 14 octobre 1933 à Joinville. Elle était âgée de 69 ans.

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Polmorésie, blog d’histoire
  • : Histoire politique, économique, culturelle et sociale au travers des acteurs qui ont se sont engagés dans la vie publique.
  • Contact

Recherche

Liens