Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
22 juin 2017 4 22 /06 /juin /2017 01:01

Pierre Nicolas Buchot naît le 28 prairial an 12 (17 juin 1804) à Paris (1er arr.). Il est le fils Marie Fortunée Pitard et de son époux Pierre Buchot, alors brigadier des chasseurs de la garde impériale, en opérations à Ostende (act. Belgique) au moment de sa naissance.

Comme son père, Pierre Nicolas Buchot s’engage volontairement dès septembre dans les hussards de la garde royale. Devenu brigadier en juin 1825, il passe au 4e régiment de dragons en septembre 1829 en tant que maréchal des logis puis maréchal des logis chef en décembre 1830. Cependant, un an plus tard, il se démet volontairement de son grade et redevient simple dragon le 30 décembre 1831, pour devenir le lendemain chasseur au 2e régiment de chasseurs d’Afrique. Affecté en Algérie, il va reprendre son évolution dans la hiérarchie militaire, brigadier en février 1832 puis maréchal des logis fourrier et à nouveau maréchal des logis chef en septembre 1835 et adjudant le mois suivant.

Il est deux fois cité à l’ordre de la division en août 1832 puis décembre 1835 lors de campagnes contre les arabes.

Buchot devient officier, sous-lieutenant en novembre 1836 au 4e régiment de chasseurs d’Afrique stationné à Bône (act. Annaba). Après avoir épousé en février 1840 Catherine Izard, Buchot est encore cité, cette fois à l’ordre de l’armée, en août de la même année. Il est nommé lieutenant en retournant au 2e chasseurs en juillet 1841.

Après 12 campagnes en Afrique du nord, Buchot intègre la gendarmerie en août 1843, étant nommé lieutenant à la compagnie des Basses-Alpes (act. Alpes-de-Haute-Provence) à Digne (18e légion). Il y est fait chevalier de la Légion d’honneur en avril 1849.

En mars 1852, Buchot devient capitaine à Boulogne-sur-Mer (Pas-de-Calais) dans la 24e légion. Affecté à Arras, siège de ladite légion, il est détaché à la force publique du corps d’occupation en Italie en 1855 ; il y mènera 5 campagnes.

Fin décembre 1857, il est nommé chef d’escadron de la compagnie de gendarmerie de l’Aube (20e légion) à Troyes. C’est dans cette ville qu’il est décoré officier de la Légion d’honneur par l’empereur Napoléon III le 28 juillet 1858.

Pour sa retraite en janvier 1862, Pierre Nicolas Buchot, s’installe à Chambéry, dans la Savoie qui vient de devenir française, et y vit rue Juiverie. Il y meurt deux mois plus tard le 3 mars 1862 et y est enterré avec les honneurs militaires. Il était titulaire d’une décoration des États de l’Église, chevalier de l'ordre de Pie IX.

Sa veuve se remariera à Chambéry avec celui qui fut le témoin de son décès, 11 mois après celui-ci, Didier Augustin Maret, 44 ans, trésorier de la gendarmerie, chevalier de la Légion d’honneur et de Saint-Grégoire-le-Grand.

Comme Pierre Nicolas Buchot, son père, Pierre Nicolas, et ses deux frères, Étienne Nicolas et Louis Martin Adrien, sont devenus officiers et ont été décorés de la Légion d’honneur, ce qui est certainement rare.

 Chasseur à cheval de la Garde impériale (Wikipédia)

Repost 0
20 juin 2017 2 20 /06 /juin /2017 01:01

Pierre Buchot naît le 27 octobre 1770 et est baptisé à la paroisse Saint-Nicolas de Saint-Maur (act. Val-de-Marne). Ses parents, Pierre Nicolas Buchot, élagueur et Marie Louise Adélaïde Paquet, vivent dans le hameau du Port de Créteil, qui dépend administrativement de la paroisse Saint-Hilaire de La Varenne.

Aucune source ne permet de penser qu’il réside à La Varenne après 1782, il est ainsi peu plausible qu’il soit le Buchot, signataire en avril 1789 du cahier de doléances de La Varenne. Son âge à l’époque (18 ans) rend d’ailleurs très douteux qu’il ait pu jouer ce rôle. Il est donc probable que c’est son oncle, Jean Buchot, qui participe à la rédaction de ce document prérévolutionnaire.

Engagé dans l’armée révolutionnaire en septembre 1793, il sert dans le 11e hussards, d’abord en Vendée, puis en l’an 5 sur le Rhin. L’année suivante, il est affecté aux gardes du général Bonaparte, avec lesquelles il poursuit les opérations en Allemagne puis en l’an 9 en Suisse. Incorporé aux chasseurs de la garde impériale en l’an 10, il est de nouveau sur le Rhin.

Devenu brigadier en l’an 11, Buchot se marie à Paris en vendémiaire an 12 (septembre 1803) avec Marie Fortunée Pitard. Il rejoint ensuite les côtes de l’océan et est décoré chevalier de la Légion d’honneur en thermidor an 13 (août 1805).

Tout en progressant en grade, Buchot parcourt l’Europe avec les armées napoléoniennes. Il est ainsi maréchal des logis en l’an 14 (1806) en Autriche puis au sein des dragons de la garde, en Prusse et l’année suivante en Pologne. Maréchal des logis chef, il sert en 1808 en Espagne et de nouveau en 1809 en Autriche. Deuxième lieutenant en 1809, il est en Saxe en 1813 t, passé premier lieutenant, fait la campagne de France en 1814. Il cesse son activité militaire en novembre 1816, avec le grade de capitaine.

Installé à Maintenon (Eure-et-Loir) pour sa retraite, Pierre Buchot y meurt le 24 juillet 1840, à l’âge de 69 ans. Il était chevalier de Saint-Louis, ordre recréé en 1814 par le roi Louis XVIII.

Avec son épouse Marie Fortunée, il aura eu trois garçons (Pierre Nicolas, Étienne Nicolas et Louis Martin Adrien) tous devenus officiers et tous décorés aussi de la Légion d’honneur, ce qui constitue peut-être un record.

Chasseur d'Afrique

Repost 0
6 juin 2017 2 06 /06 /juin /2017 01:01

Jean Louis Nicolas Lucot naît le 26 brumaire an 4 (15/09/1795) à La Branche-du-Pont-de-Saint-Maur (future commune de Joinville-le-Pont). Il est le fils de Jean Baptiste Lucot, alors manouvrier puis tailleur de pierre, qui atteindra une relative aisance, puisqu’il sera inscrit sur la liste des électeurs censitaires en 1874. Sa mère, Magdeleine Petit est d’origine modeste et ne sait pas signer. Son grand-père paternel, Louis Lucot était officier municipal (adjoint au maire) jusqu’à la suppression des municipalités communales l’année de la naissance de Jean Louis, en l’an 4 ; il le redeviendra sous le consulat.

Vers 1820 Lucot épouse Marie Félicité Neveu, avec laquelle il aura quatre enfants. Il est d’abord marchand de vins. Il est ensuite, au moins à partir de 1843, entrepreneur de maçonnerie. En 1848, il se situe au cinquième rang sur la liste des électeurs de Joinville par ordre de fortune. Il est chargé de la construction de la première église paroissiale de la commune, Saint Charles Borromée, entre 1856 et 1860 sous la conduite de Naissant, architecte du département de la Seine, en style néo-gothique. Il cède ses affaires à son fils aîné Jean Ferdinand, dans le courant des années 1860.

Le maire Claude Pierre Jacmart le propose comme remplaçant d’un conseiller municipal démissionnaire, et le préfet le nomme en mars 1830 à l’assemblée de La Branche-du-Pont-de-Saint-Maur. L’année suivante, la commune change de maire, avec Laurent Nicolas Pinson, et de nom, devenant Joinville-le-Pont.

Avec l’introduction d’une élection au suffrage censitaire, Lucot est élu en 1834, puis réélu en 1836 et en 1843. Il siège au moins jusqu’au scrutin de juillet 1848. Mais il est possible qu’il reste membre du conseil pendant toute la période, puisqu’il il est à nouveau désigné conseiller municipal en août 1865.

Lucot mobilise ses ouvriers en 1856 pour offrir des dons en faveur de l'armée d'Orient, qui se bat en Crimée. Il siège au bureau de bienfaisance municipal.

L’activité la plus marquante de Lucot sera le commandement de la garde nationale. Joinville qui compte 600 habitants en Paris, mobilise 100 grenadiers, qui constituent la 1e compagnie du 3e bataillon de la 4e légion de la banlieue de la garde nationale, constituée en vertu d’une loi de 1831. Lucot est élu capitaine par ses troupes.

Au lendemain de l’insurrection des partisans de Blanqui et Barbès, groupés dans la Société des saisons et Martin Bernard, le 12 mai 1839, Lucot reçoit l'ordre de se rendre avec sa compagnie au rond-point de la barrière du Trône à Paris. Il refuse, prétextant que ses troupes n’étaient pas assez nombreuses, et reste dans le Bois de Vincennes. Appelé en police correctionnelle pour refus volontaire d'un service obligatoire, il est condamné à six jours de prison et la privation de son grade. L’arrêt est confirmé par la cour royale en juillet 1839.

Cependant, en mars 1840, Lucot est réélu capitaine de la compagnie à une grande majorité, malgré les réserves du marie, président de la session électorale, qui en réfère à l'autorité supérieure après des échanges assez vifs avec les partisans de Lucot. Ce dernier reprendra cependant son poste. Il intervient en 1845 avec les pompiers au cours de l’incendie d’une filature de soie sur une île de la Marne près du village de Gravelle. Il l’occupe toujours en 1846.

Jean Louis Lucot, qui vivait 29, rue de Paris meurt à Joinville le 8 avril 1870 ; il était âgé de 75 ans.

Son fils Jean Ferdinand, qui lui avait succédé dans les affaires, prendra presqu’immédiatement sa relève au sein du conseil municipal.

Repost 0
4 juin 2017 7 04 /06 /juin /2017 01:01

Hippolyte Alexandre Lesage naît le 20 février 1823 à Paris (ancien 8e arr., actuel 11e arr.). Son père est tourneur en cuivre et – comme certains de ses frères – il exercera la même profession, notamment pour la fabrication de roulettes, avant de devenir rentier.

Il épouse en 1852 la fille d’un cultivateur de Joinville, Marie Adélaïde Rousseau, dont la famille développera ensuite une école privée (Le Parangon) et donnera plusieurs élus, dont un maire (Ferdinand Rousseau). Une fille naît de ce premier mariage. Après la mort de sa première épouse en 1877, Hippolyte Lesage partagera la vie d’une femme beaucoup plus jeune que lui, Marie Amélie Delage, qui lui donne un premier fils en 1884, avant qu’il ne l’épouse en 1888. Lors de son second mariage, il avait 65 ans et sa femme seulement 27. Lors de la naissance de son quatrième enfant en 1899, il a 74 ans.

Lié à Joinville depuis son premier mariage, Hippolyte Lesage réside cependant au moins l’hiver à Paris jusque la fin des années 1880.

Il est élu conseiller municipal de Joinville en 1881, aux côtés de Gabriel Pinson, républicain. Il intègre en 1882 la commission municipale scolaire chargée de mettre en œuvre l’instruction obligatoire. Il est réélu en 1884 mais démissionne en cours de mandat. Il s’installe à Nanteuil-sur-Marne (Seine-et-Marne) en 1889.

Revenu à Joinville en 1890, il s’intéresse de nouveau à la vie publique puisqu’il est assesseur, en octobre 1891, de la première réunion organisée dans la ville pour que les élus rendent compte de leur mandat ; elle est présidée par le député radical-socialiste Jules Ferdinand Baulard.

En mai 1892, il redevient conseiller municipal sur la liste du maire radical-socialiste Eugène Voisin. Il est élu dès le premier tour avec 397 voix sur 639 suffrages exprimés (62%). Ses colistiers remportent 22 des 23 sièges à pourvoir, face à une liste libérale qui n’a qu’un élu. Lesage devient membre d’un nombre important de commissions : bibliothèque, chemins, travaux et éclairage, finances, chauffage, octroi.

Peut-être est-ce lui le Lesage qui participe, en 1895, avec de nombreux citoyens de la commune, à une souscription « Pour les affamés de Carmaux » en faveur des grévistes des verreries, lancée notamment par une militante coopératrice Victoria Vaudémont et un radical-socialiste, Pierre Jules Tireau.

En mai 1896, Hippolyte Lesage est réélu sur la liste d’Eugène Voisin, qui n’a pas d’opposition. Il est à nouveau renvoyé au conseil municipal en mai 1900, toujours sur la liste du maire.

Hippolyte Lesage meurt à Joinville le 10 août 1900, à l’âge de 76 ans. Lors de ses funérailles civiles, Eugène Voisin, maire de Joinville avec lequel il a siégé quinze ans dans l’assemblée communale, soulignera qu’il était un républicain et un libre-penseur.

Il avait été décoré des palmes académiques en tant qu’officier d’académie en 1899. Son fils Léon jouera également un rôle associatif et politique significatif après-guerre à Joinville.

Repost 0
17 mai 2017 3 17 /05 /mai /2017 01:01

Louis Joseph Février naît le 6 septembre 1875 à Paris (2e arr.). Il est le fils de Julie Augustine Lerouxel, concierge, et de son époux Edmond Février, tonnelier.

Marié en juin 1900 à Paris (2e arr.) avec Élise Muntzinger, Louis Février est monteur en bronze. Ils s’installent d’abord dans le 14e arrondissement de Paris, puis à Joinville-le-Pont (Seine, act. Val-de-Marne), où ils résident quai de la Marne. Ils auront deux filles.

Louis Février est désigné comme membre du bureau de la section SFIO de Joinville-le-Pont en tant que correspondant de l’Humanité en mai 1913.

Installé après 1914 à Saint-Maurice (Seine, act. Val-de-Marne), rue du Chemin de Presles, Louis Février y décède le 15 septembre 1922. Il était âgé de 47 ans. Sa fille et son gendre, Germaine et Félix Quénehen, seront tous deux militants dans des organisations de gauche à Joinville, Saint-Maur et Saint-Maurice.

Repost 0
3 mai 2017 3 03 /05 /mai /2017 01:01

Antoine Duranthon naît le 15 mai 1877 à Saint-Médard (Creuse) où son père est mineur.

Il devient brodeur et s’installe à Paris (3e arr.), où il épouse en avril 1903 Jeanne Combe, avec laquelle il aura au moins quatre enfants. Il réside avec eux à partir de 1909 dans le quartier de Palissy à Joinville-le-Pont (Seine, act. Val-de-Marne).

En janvier 1913, Duranthon devient membre de la commission exécutive de la section socialiste SFIO de Joinville et est délégué à l'Union cantonale de Saint-Maur. En mai de la même année, il est élu membre du bureau en tant que trésorier. Il est renouvelé dans cette fonction en juin 1914. En février 1914, il avait été désigné comme électeur sénatorial par le conseil municipal où les socialistes ont huit élus.

Pendant la guerre, Duranthon est mobilisé en tant qu’ordonnance du Dr Pierre Vallat, une personnalité radicale-socialiste de Joinville. Il adresse plusieurs lettres témoignant de son activité militaire à un hebdomadaire radical-socialiste local, Voix des communes. En 1915, il expédie une chanson intitulée Ah, quel fourbi ! L’année suivante, il écrit de Verdun.

En décembre 1919, Duranthon, qui est désormais serrurier, est candidat en septième position sur la liste socialiste unifiée (SFIO), conduite par Georges Laruelle ; elle recueille 30% des voix au premier tour et 34% au second, sans obtenir d’élus.

En février 1920, il est de nouveau trésorier dans le bureau de la section SFIO, dont André Flambard est le secrétaire. Il recueille plusieurs souscriptions en faveur de grévistes entre 1920 et 1922.

Comme l’ensemble des adhérents de la section SFIO de Joinville, Duranthon rallie le nouveau parti communiste. Il réside toujours dans la commune en 1923. Sa date de décès n’est pas connue. Son épouse meurt en 1969 à Gonesse (Val-d’Oise).

Repost 0
1 mai 2017 1 01 /05 /mai /2017 01:01

Pour la fête du travail, nous publions une biographie d'un militant ouvrier particulièrement actif, disparu il y a 120 ans.

Jean-Baptiste Boguet naît le 11 décembre 1853 au Creusot (Saône-et-Loire) dans une famille de mineurs ; son père est illettré.

Il s’installe à Paris, peut-être avant 1873, et exerce la profession de tourneur en cuivre. Il est membre en 1876 du conseil de la chambre syndicale des ouvriers mécaniciens du département de la Seine. En août de la même année, il devient secrétaire de la commission d'enquête constituée pour examiner les candidatures pour faire partie du conseil des prud'hommes du département. Son mandat au conseil syndical est renouvelé en 1877. Il préside en avril une assemblée corporative des ouvriers mécaniciens, qui a eu lieu à Saint Denis. En septembre 1880, il s’oppose avec en particulier Paulard à la formation d'une nouvelle société de mécaniciens prônée par Barberet. Lors de la Conférence internationale de Paris en octobre 1883, il est délégué des mécaniciens. En août 1886, il est toujours secrétaire de l'Union des ouvriers mécaniciens.

Parallèlement à son activité syndicale, Boguet s’engage politiquement. Il est en 1876, avec Bourgogne et Desplanches, délégué d’un comité ouvrier qui veut faire prévaloir la candidature d'un ouvrier et qui fusionne avec deux autres comités républicains du 17e Arrondissement. La même année, il lance une souscription pour l’envoi d’une délégation ouvrière à l’exposition universelle de Philadelphie qui rassemble 23 signataires.

En mars 1878, plusieurs groupements, dont l’assemblée des ouvriers mécaniciens sous la présidence d’Amand, décident l’organisation d’un congrès ouvrier international pendant l'Exposition universelle. Boguet est membre de la commission d'initiative pour la réception des délégués français et étrangers. Il participe également, avec Jules Guesde en particulier, à la commission de propagande.

Le congrès est prévu du 2 au 12 septembre. Il est interdit verbalement, fin août, par la préfecture de police et le ministère de l'intérieur. Les organisateurs décident de maintenir la rencontre sous forme de « réunion privée » ; ils démissionnent au profit d’un comité provisoire dont Jules Guesde est le secrétaire et dont Boguet est membre. Il fait partie des 39 personnes poursuivies devant la 10e Chambre de police correctionnelle de Paris en octobre pour « association non autorisée » ; le délit d'affiliation à l'Internationale des travailleurs avait été envisagé, mais l’accusation y a renoncé. Jules Guesde est chargé de la défense collective de 18 des prévenus qui se déclarent collectivistes révolutionnaires, dont Boguet. Parmi les personnes poursuivies, 36 sont condamnées, Boguet l’étant à 100 francs d’amende, Jules Guesde se voyant infliger six mois de prison et 200 fr. d'amende. En décembre, une commission est formée « pour secourir les femmes et les enfants des condamnés » ; elle tient elle aussi une « réunion privée », qui est également interdite.

Au congrès tenu au Havre, salle de l’Union lyrique, rue de Fécamp (1880), par les délégués de tendance collectiviste, Boguet représente l’Union des mécaniciens de la Seine. Mais, à partir de la scission de 1882, il se range parmi les socialistes possibilistes. En 1890, il représente les ouvriers mécaniciens de Paris au congrès de la FTSR à Châtellerault (Vienne) et dispose également de mandats de la chambre syndicale ouvrière des tourneurs-robinetiers et de celle des forgerons et frappeurs. Il est membre de la commission des résolutions, avec notamment Prudent-Dervillers et Brousse. Boguet est nommé membre du Comité national provisoire mais déclare qu'il « n'accepte que sous toutes réserves. »

Boguet s’installe à Joinville-le-Pont. En 1885, il est secrétaire du comité ouvrier socialiste révolutionnaire, qui se réclame du parti ouvrier socialiste révolutionnaire. Il est candidat en 18e position sur 21 aux élections municipales en mai 1888, avec un autre membre du comité, Gustave Charton, sur la liste du comité électoral républicain radical-socialiste conduite par Alphonse Demeestère ; ni Charton ni Boguet ne figurent parmi les trois élus au second tour de la liste. En 1887, il milite, aux côtés d’Henri Martinet, pour que les petits employés puissent, comme les ouvriers, bénéficier de tarifs à prix réduits sur les trains de banlieue vers Paris. En octobre 1889, il représente avec Duhamel (secrétaire) le parti ouvrier, dont il est le trésorier, au sein du comité de concentration qui patronne la candidature du radical-socialiste Jules-Ferdinand Baulard pour le second tour de l’élection législative dans la 2e circonscription de l’arrondissement de Sceaux ; Baulard est élu face à un candidat boulangiste.

Boguet quitte Joinville, sans doute en 1890. Il décède le 4 avril 1897, à l’âge de 43 ans. Il était alors domicilié dans le 3e arrondissement de Paris, 36, rue de Saintonge et restait membre de l'Union des ouvriers mécaniciens. Jean-Baptiste Boguet avait épousé au Creusot en juillet 1887 une couturière, Jeanne Fourillon.

Baulard, député, ancien ouvrier

Repost 0
29 avril 2017 6 29 /04 /avril /2017 01:01

André Louis Wierzbolowiez est le fils de Jean André Wierzbolowiez, mécanicien, ancien lutteur devenu forain, et de son épouse Marie Eugénie Lachenal, perleuse. Il naît le 16 août 1893 à Paris (20e arr.). Il est confié à sa grand-mère par ses parents.

Wierzbolowiez effectue probablement à partir de 1913 son service militaire puis la première guerre mondiale dans la marine, ce qui l’amène à passer par exemple le détroit de Magellan.

Il épouse à Joinville-le-Pont (Seine, act. Val-de-Marne) Anne Marguerite Cotrone en septembre 1917. Il s’installe après-guerre dans la commune.

Présenté comme autodidacte, Wierzbolowiez est d’abord dessinateur industriel. Il devient libraire vers 1918 et, dans les années vingt, il est le gérant de la librairie du journal, devenu communiste, L’Humanité, située à Paris au 120, rue Lafayette, où il est connu sous le pseudonyme « André ».

André Wierzbolowiez se présente sur la liste du syndicat Cgtu, proche des communistes, aux élections prud’homales du 13 novembre 1932 dans la huitième catégorie de la section commerce, s’identifiant comme « employé de librairie ». Il recueille 14 voix sur 275 suffrages exprimés soit 5%, loin derrière le candidat de la Cgt qui en a 34 et surtout celui de la Cftc (catholique), élu avec 227 votes.

Lors des élections municipales des 5 et 12 mai 1929, Wierzbolowiez est candidat en 8e position sur la liste du Bloc ouvrier et paysan (BOP, communiste) aux élections municipales à Joinville-le-Pont. La liste est conduite par le futur député de Seine-et-Marne Roger Bénenson. Elle obtient en moyenne 391 voix au premier tour, soit 18,4 % des suffrages exprimés. Au second tour, elle se maintient contre la liste du cartel des gauches, conduite par le radical Georges Briolay, qui comprend des socialistes SFIO. La liste BOP recueille 278 voix en moyenne (12,5 %). La liste radicale et socialiste remporte 22 sièges, contre 5 à une liste de droite ; les communistes n’ont pas d’élus.

Au cours d’un scrutin municipal partiel à Joinville en octobre 1934, provoqué par la vacance de 10 sièges sur 27, Wierzbolowiez est annoncé comme devant conduire la liste communiste. Cependant, il est exclu du Parti communiste en raison de son opposition à la politique d’alliance avec les socialistes et il sera remplacé par Robert Laforest en tête de liste.

André Wierzbolowiez avait dû quitter son emploi de libraire, sans doute dès 1933, du fait de ses divergences, et il se met à la recherche d’un emploi.

Il est recruté par Jean Fréville, probablement en 1935, avec lequel il va collaborer à l’écriture de plusieurs ouvrages. Jean Fréville est le pseudonyme d'Eugène Schkaff (1895-1971), né à Kharkov (Ukraine), collaborateur de Maurice Thorez. Selon les historiens Paul Boulland, Claude Pennetier et Rossana Vaccaro, André Wierzbolowiez aurait fourni les matériaux de Pain de brique, premier roman de Fréville, consacré à des grèves de 1936 et publié en 1937, ainsi que de Port-Famine, dans lequel un autre historien, Philippe Robrieux, considère que Wierzbolowiez utilise ses souvenirs de marin passé par le détroit de Magellan.

Jean Fréville lui aurait demandé, en 1935, de l’aider à rédiger la biographie du secrétaire général du parti communiste que Maurice Thorez fit publier en 1937 aux Éditions sociales internationales sous le titre Fils du peuple. Selon Philippe Robrieux, Wierzbolowiez serait le véritable auteur de la biographie. Cependant, l’écrivain socialiste Victor Fay relativise le rôle son rôle, estimant que « Maurice Thorez donnait des indications, les lignes directrices, racontait des anecdotes, des faits marquants. Fréville prenait des notes détaillées, rédigeait le texte, puis le confiait à taper à André Wierzbolowiez, l’ancien libraire du Parti, devenu son secrétaire. »

Pour Louis Robert et Danielle Tartakowsky, Wierzbolowiez est le rédacteur probable de l’acrostiche désignant Fréville comme l’auteur de Fils du peuple au prétexte d’une pseudo-description du territoire natal de Thorez après la première guerre mondiale : « ...ferrailles rongées et verdies, informes lacis, larges entonnoirs aux escarpements crayeux, ravinés, immenses, tranchées creusées en labyrinthes, infranchissables vallonnements ravagés, embroussaillés ». Les initiales de chaque mot donnent : « Fréville a écrit ce livre » ; le passage disparaît dans les éditions ultérieures.

Si Wierzbolowiez n’a plus d’activité publique connue après son exclusion du Pcf, il semble s’intéresser toujours à l’évolution du communisme. Il reprend ainsi contact avec André Marty, quand ce dernier est lui-même exclu en juin 1953, s’adressant à lui en tant qu’ancien marin, et lui faisant grief dans une lettre privée d’avoir « une mentalité quelque peu fayot. »

André Wierzbolowiez, qui résidait peut-être toujours à Joinville, décède à Créteil (Val-de-Marne) le 30 décembre 1980, à l’âge de 87 ans. Son fils André fut champion de Paris junior en football de 1935 à 1937 et joua avec les équipes du CA Paris et du FC Perreux.

Repost 0
23 avril 2017 7 23 /04 /avril /2017 01:01

Charles Doré naît le 26 décembre 1870 à Paris (9e arr.). Sa mère, Marguerite Doré a 23 ans et vit 154, rue des Martyrs ; le nom de son père n’est pas connu et les parents ne reconnaîtront pas l’enfant. C’est la sœur aînée de sa mère, Olympia Doré et son mari Léonard Tardivon qui vont l’élever à Joinville-le-Pont (Seine, act. Val-de-Marne). Plus tardivement, ils vont l’adopter par un jugement de mai 1895, confirmé en appel en décembre 1896. Il adoptera alors le nom d’usage de Léon Tardivon.

Son activité est celle d’un employé, puis voyageur et représentant de commerce. Il épouse en avril 1899 à Joinville Marie Louise Bourson ; ils auront un fils, Maurice Doré-Tardivon.

Lors des élections municipales de mai 1904 à Joinville-le-Pont, Tardivon figure, en 21e position des 23 candidats, sur la liste conduite par le maire sortant, Eugène Voisin, et soutenue par les radicaux-socialistes, affichant une réprobation énergique du nationalisme et du cléricalisme ; elle s’oppose conduite par des conseillers municipaux dissidents, classés plutôt à droite (Dalbavie, Raoult, Boivin et Moulinet) et à une autre liste incomplète socialiste-révolutionnaire (Lacroix, Lebègue). Les radicaux remportent 22 sièges sur 23 avec, au premier tour, en moyenne 50,2% des suffrages exprimés, la liste de droite en recueillant 31,9% et les socialistes 14,9%. Tardivon est élu au second tour. Il avait obtenu au premier 548 voix pour 1 119 votants sur 1 363 inscrits soit 49% ;

En novembre 1905, Tardivon est l’un des quatre organisateurs d’une réunion convoquée par le comité radical-socialiste de Joinville-le-Pont pour entendre Adolphe Maujan, député radical de la 2e circonscription de l’arrondissement Sceaux.

Début 1906, Tardivon se solidarise avec Théophile Leteuil qui est entré en conflit avec le maire, prenant prétexte d’irrégularités supposées dans la prise en charge de l’enfouissement des chiens retrouvés morts sur la voie publique, une accusation qui sera plus tard infirmée par une enquête préfectorale. Tous les deux démissionnent du conseil municipal mais, contrairement à Leteuil qui va poursuivre une guérilla politique contre la majorité radicale, Tardivon quitte Joinville. en 1908, il refuse d’ailleurs de comparaître devant la commission d’enquête préfectorale.

Installé à Neuilly-sur-Seine (Seine, act. Hauts-de-Seine), Charles Léon Tardivon est mobilisé pendant la première guerre mondiale comme maréchal des logis dans le 9e régiment d'artillerie à pied (9e RAP). Il meurt de maladie le 2 octobre 1916 dans l’hôpital auxiliaire 101 à Paris (3e arr.). Il était âgé de 45 ans.

Repost 0
17 avril 2017 1 17 /04 /avril /2017 01:01

Chéri Édouard Alexandre Arnaud naît le 11 août 1875 à Paris. Il est d’abord sellier à Paris, reprenant l’activité de son père, Jean Chéri Arnaud ; il se présente ultérieurement comme négociant et enfin comme industriel. Marié avec Charlotte Louise, Chéri Arnaud a un fils, Charles Édouard, mort à 17 mois en 1912 et une fille, Angèle.

Installé à Joinville-le-Pont au début du vingtième siècle, dans le quartier de Polangis (avenues Jamin puis. du Château), Arnaud s’engage en mai 1908 sur la liste conduite par le maire sortant, Eugène Voisin, et soutenue par le comité radical-socialiste. Il est élu au second tour de scrutin avec 574 voix pour 1188 suffrages exprimés (48%) sur 1363 inscrits. La liste radicale a 22 élus sur 23 face à une liste de droite (Moulinet, Provin, Dalbavie) qui emporte un siège et une liste socialiste (Lebègue, Lacroix).

Cependant, dès 1909, Arnaud se montre critique vis-à-vis de la majorité radicale, et notamment de son animateur, Louis Rey. Ce dernier estime dans l’hebdomadaire radical Voix des communes (1911/12/08) que « Arnaud était un genre de m’as-tu-vu qui acceptait d’être conseiller municipal comme il aurait accepté d’être tambour-major de la Garde nationale, pourvu qu’il fût bien en évidence. »

Chéri Arnaud est président d’une société lyrique joinvillaise, La Pensée, en 1908. Il est également à la tête d’une structure de prévoyance, l’Assurance fraternelle en 1910. En 1913, il devient président de l’association humanitaire Union fraternelle des communes de Saint-Maur, Joinville et Saint-Maurice (ancienne société Saint-Nicolas). Lors des inondations historiques de la Marne en janvier 1910, Arnaud est très actif dans l’organisation des secours ; son quartier de Polangis est très largement submergé.

À l’occasion d’une crise déclenchée en 1911 suite à un incident dans une école, dénoncé par Rey, Arnaud rejoint Henri Vel-Durand, Beauvais, Poitevin, Watrinet et Mermet pour s’opposer frontalement au maire et à la majorité des radicaux-socialistes. Il plaide pour le remplacement du maire, qu’il estime trop âgé (il a alors 76 ans et se retirera l’année suivante). Arnaud donne se retire du comité radical-socialiste en février 1911. Avec six collègues, il démissionne du conseil municipal en mars 1911 ; il est réélu en avril avec le soutien des radicaux dissidents, de la droite locale et des socialistes SFIO.

Lors du scrutin municipal général de mai 1912, Arnaud figure sur la liste de Mermet, chef de file des radicaux dissidents, qui fusionne au second tour avec les libéraux et les socialistes SFIO pour emporter les 23 sièges face aux radicaux-socialistes.

Pendant la première guerre mondiale, Arnaud, qui a 39 ans, est mobilisé, d’abord au ministère de la guerre puis, en 1915, dans un régiment du génie.

Lors du scrutin municipal de novembre 1919, il figure sur la liste d’union républicaine et sociale, qui regroupe des radicaux dissidents, dont le futur maire Henri Vel-Durand, adjoint sortant, des radicaux-socialistes et des socialistes indépendants. Elle s’oppose à une liste libérale ainsi qu’à une autre soutenue par la SFIO et remporte la totalité des sièges.

Au cours des élections suivantes, en mai 1925, Arnaud est candidat en septième position sur la liste d’Union républicaine pour la défense des intérêts communaux, qui regroupe les anciens radicaux dissidents et les conservateurs ou libéraux. Elle obtient au premier tout 1080 voix en moyenne pour 2275 suffrages exprimés, soit 47,5% ; il y avait 2761 inscrits. Face à elle, le cartel des gauches coalisait les radicaux-socialistes, la SFIO et des socialistes indépendants et recueille 648 voix, soit 28,4% ; la liste du Bloc ouvrier et paysan se classait troisième avec 480 votes (21,1%). Au second tour, Arnaud et tous ses colistiers sont élus. Vel-Durand, reconduit au poste de maire, décède en cours de mandat. Lors des élections partielles organisées en septembre 1928 pour le remplacer, c’est une liste du cartel des gauches qui remporte les trois sièges vacants (le radical-socialiste Briolay, le socialiste indépendant Scornet et le socialiste SFIO Roger) face à celle des vainqueurs de 1925 et à une liste communiste – dont les votes seront partiellement invalidés, car elle comprenait une candidate, ce qui était alors interdit. Stephen Durande, candidat de la majorité de 1925, est cependant élu maire.

Lors des élections générales qui suivent, en mai 1929, Arnaud sollicite le renouvellement de son mandat en se présentant sur la liste de concentration républicaine, dirigée par Stephen Durande. Dans une même configuration que celle de 1925, la liste de droite est distancée au premier tour avec une moyenne de 825 voix alors que le cartel des gauches en a 910 et les communistes 391. Malgré le maintien des candidats Pcf, la gauche socialiste et radicale accentue son score au second tour, avec une moyenne de 1025 suffrages, 929 pour la municipalité sortante et 278 pour les communistes. Si la liste de concentration républicaine garde cinq sièges, Arnaud et Stephen Durande sont battus ; avec 22 sièges, Georges Briolay, l’héritier d’Eugène Voisin, défait en 1912, prend sa revanche et devient maire.

Arnaud était titulaire de plusieurs décorations : médaille de bronze pour actes de dévouement pendant les inondations de la Marne en 1910, médaille d'argent toujours pour actes de dévouement en 1925 ; mention honorable de la mutualité en 1913 ; chevalier du Mérite agricole en 1911 et officier en 1926.

Chéri Édouard Alexandre Arnaud meurt le 25 février 1931 à Joinville. Il avait 55 ans.

Repost 0

Présentation

  • : Polmorésie, blog d’histoire
  • Polmorésie, blog d’histoire
  • : Histoire politique, locale, du mouvement ouvrier, de la résistance, de l’économie sociale et des initiatives pour l’emploi.
  • Contact

Recherche

Liens