Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
17 octobre 2020 6 17 /10 /octobre /2020 00:01

Nicolas François Couppé naît le 5 décembre 1825 à Paris. Il est le fils de Mélanie Augustine Pérée et de son mari, Louis Auguste François Couppé. Il épouse en octobre 1846 à Paris (2e arr.) en l’église Saint-Eustache Louise Félicie Samson.

Couppé fait fonctionner à Paris (4e arr.) en 1850 un atelier de doreur et argenteur sur métaux, qu’il spécialise dans la fabrication de flambeaux de style Louis XVI en 1856. La famille s’installera ensuite dans le 3e arrondissement, rue de Thorigny.

La situation de la Couppé pendant la guerre de 1870-1871, qui voit l’Empire français s’opposer aux puissances allemandes menées par la Prusse, n’est pas connue. Il est probable que son fils, Léon Auguste, s’est engagé ; il deviendra, dans la réserve de l’infanterie, sous-lieutenant en 1884.

Tout en conservant son domicile parisien, la famille Couppé dispose d’une résidence à Joinville-le-Pont (Seine, act. Val-de-Marne), dans le nouveau quartier de Palissy, sans doute peu après la fin de la guerre. Ils acquièrent une maison mise en vente par Louis Hugedé qui lotit la rue qui porte toujours son nom.

L’implantation de François Nicolas Couppé sur les bords de Marne va l’amener à s’impliquer dans la vie locale. Il fait partie du groupe de républicains qui, en janvier 1878, portent le modéré Gabriel Pinson à la mairie, en battant le sortant Ferdinand Rousseau, bonapartiste. Le nouveau conseil municipal compte également quelques radicaux-socialistes.

La démission en 1879 du second adjoint, l’épicier Jules Marchais, conduit à la désignation de François Nicolas Couppé à ce poste. Un conflit éclate au sein du conseil, en septembre 1879 ; Alphonse Demeestère, qui sera plus tard le dirigeant du comité radical-socialiste de la circonscription, veut porter secours à Adolphe Morandy, ancien lieutenant des Francs-tireurs pendant la guerre franco-allemande de 1870 et officier sous la Commune de Paris en 1871, récemment amnistié et malade. Il lance une souscription, ce que conteste le maire. Couppé est signataire avec la majorité de la motion du conseil municipal du 27 septembre 1879, dans laquelle les élus « blâment sévèrement le citoyen Demeestère. »

Lors des élections municipales de janvier 1881, François Nicolas Couppé est réélu conseiller municipal. Les places d’adjoints sont occupées par Eugène Voisin et Prince Amédée Gosset. Il est probablement secrétaire de l’assemblée. Les républicains modérés ont emporté tous les sièges, les radicaux ne siégeant plus.

Non réélu lors des élections municipales de mai 1884, qui voient le retour de plusieurs radicaux, Couppé est présent en mai 1888 sur la liste de Gabriel Pinson, qui emporte 18 des 21 sièges à pourvoir, les radicaux-socialistes, alliés à quelques socialistes-révolutionnaires, obtenant les trois autres. Il est élu avec 305 voix pour environ 550 suffrages exprimés (55%). Gabriel Pinson est réélu maire, avec Eugène Voisin et Nicolas Chéret comme adjoints. La mort de Pinson, en juin, conduit à l’installation d’Eugène Voisin à un poste qu’il occupera pendant un quart de siècle, tandis que Nicolas Chéret et Honoré Jullien sont adjoints. Mais la disparition du premier en février 1890 fait que Couppé est, de nouveau, appelé à remplir la fonction d’adjoint en avril de la même année.

Le remplacement de Pinson par Voisin marque un rapprochement durable de la majorité municipale avec le comité radical-socialiste, qui remporte la majorité des sièges à pourvoir lors de l’élection partielle de mars 1890. Par contre, elle précipite une rupture avec certains conservateurs.

Lors de l’élection municipale de mai 1892, La liste Voisin, sur laquelle figurent Jullien et Couppé, fait face à des adversaires de droite. Elle recueille au premier tour en moyenne 360 voix pour 639 suffrages exprimés (56,3%) tandis que les opposants conservateurs en ont 141 (22,1%). Les premiers ont 21 élus sur 23, la droite en ayant un et un indépendant entre aussi au conseil municipal. Voisin et réélu maire, Jullien et Couppé adjoints.

L’équipe en place n’a pas de concurrent en mai 1896 et est reconduite avec une moyenne de 800 voix. Le bureau maintenu est maintenu à l’identique.

La présence de concurrents socialistes-révolutionnaires en mai 1900 n’empêche pas la nouvelle victoire de la liste Voisin dès le premier tour. Couppé recueille 622 voix pour 1 096 inscrits. Le trio Voisin, Jullien et Couppé reste en place. Ce dernier achève son mandat en mai 1904, n’étant pas candidat à sa réélection. Paul Villain lui succède comme deuxième adjoint. Couppé aura siégé six ans comme conseiller municipal et seize ans comme adjoint au maire, soit vingt-deux ans de mandat. À côté d’un Honoré Jullien, de tendance radicale-socialiste affirmée, Couppé semble avoir représenté une tendance plus modérée. Il joua un rôle politique évident, étant la plupart du temps désigné comme électeur sénatorial et représentant régulièrement la commune lors d’évènements.

En janvier 1888, Couppé était devenu administrateur de la société de tir Les Volontaires de Joinville et Champigny, présidée par Louis Jules Debeuré, également doreur sur métaux, libre-penseur et qui sera élu conseiller municipal de Joinville sur la même liste que Couppé en mai 1888.

Nicolas François Couppé meurt le 11 mars 1906 à Joinville. Il était père de deux enfants, dont une fille morte en bas âge et avait été décoré des Palmes académiques en tant qu’officier d’académie en janvier 1904.

Joinville-le-Pont en 1885

 

Partager cet article
Repost0
13 octobre 2020 2 13 /10 /octobre /2020 00:01

Nicolas Émile Deiber naît le 13 mars 1847 à Neufchâteau (Vosges). Il est le fils de Marie Anne Villemont et de Joseph Deiber, tailleur d’habits.

Devenu employé de banque au Comptoir d’escompte de Neufchâteau, Émile Deiber épouse en octobre 1869 à Goussaincourt (Meuse) Adeline Sophie Mélinat, dont le père, ancien coiffeur, est hospitalisé à l’établissement des Incurables (act. hôpital Bicêtre, Paris) et dont la mère vit à Versailles (Seine-et-Oise, act. Yvelines).

Peut-être Deiber combat-il pendant la guerre de 1870-1871, qui oppose la France à plusieurs États allemands, dont la Prusse. Il est officier dans la réserve, affecté au 80e régiment territorial d’infanterie comme sous-lieutenant en 1878. En mai 1884, il est promu au grade de capitaine dans la même unité.

La famille est installée en 1873 à Joinville-le-Pont (Seine, act. Val-de-Marne), rue Bernier, dans le quartier du Centre, où naissent leurs deux filles. Émile Deiber est chef comptable dans la société des Forges de Saint-Maur, implantée dans la commune et dirigée par Alphonse Pilté. Elle emploie 150 ouvriers. Deiber témoigne devant le tribunal civil de la Seine en faveur de Pilté, qui agissait comme président de la caisse de secours des Forges de Joinville, contre un des employés blessé ; l’affaire est jugée en leur faveur en appel en 1878.

Cette même année, Deiber et Pilté font partie d’un groupe de républicains de la commune qui décident de s’opposer au maire sortant, bonapartiste, Ferdinand Rousseau. La liste emporte 20 des 21 sièges à pourvoir, le dernier échéant à un orléaniste. Gabriel Pinson, républicain modéré, est élu maire. Un conflit éclate au sein du conseil, en septembre 1879 ; Alphonse Demeestère, qui sera plus tard le dirigeant du comité radical-socialiste de la circonscription, veut porter secours à Adolphe Morandy, ancien lieutenant des Francs-tireurs pendant la guerre franco-allemande de 1870 et officier sous la Commune de Paris en 1871, récemment amnistié et malade. Il lance une souscription, ce que conteste le maire. Deiber est signataire avec la majorité de la motion du conseil municipal du 27 septembre 1879, dans laquelle les élus « blâment sévèrement le citoyen Demeestère. »

Pour prendre la suite d’Alphonse Pilté, Deiber s’associe avec Julien Grand, administrateur, et devient directeur d’une nouvelle société, au capital de deux millions de francs, formée en juin 1879, la Société anonyme des forges, laminoirs et aciéries de Seine-et-Rhône, basée à Joinville, spécialisée dans les fers de ferraille. L’entreprise gère également les forges, laminoirs et aciéries d’Oullins (Rhône). Deiber devient ainsi maître de forges.

En janvier 1881, Deiber est réélu conseiller municipal de Joinville, sur la liste de Gabriel Pinson ; les éléments les plus radicaux, dont Demeestère, ne sont pas reconduits. C’est Deiber qui, au nom de la municipalité, prononce le discours pour l’inauguration des écoles communales, au moment où l’instruction publique devient obligatoire. Il conclut en assurant que « l'instruction était la compagne obligée de la liberté ». Le délégué du préfet, M. Roux, fait l'éloge de Joinville, considérant qu’il s’agissait de « la commune la plus instruite du département ». Elle accueillait déjà un important établissement privé laïc, le Parangon.

Selon l’historienne Michelle Perrot, Deiber, conseiller municipal républicain, « passe parmi ses ouvriers pour un royaliste ennemi des ouvriers ». Elle raconte l’anecdote suivante, qu’elle ne date pas : « Aux forges de Joinville-le-Pont, où sévit le chômage, les ouvriers ayant proposé de ne travailler que quinze jours pour employer tout le monde, le directeur Debert [Deiber] les apostrophe : Vous voulez travailler quinze jours ? – Oui – Eh bien ! Vous ne travaillerez pas du tout ; foutez-moi le camp. »

La dissolution de la Société des Forges laminoirs et aciéries de Seine-et-Rhône est décidée par les actionnaires en mars 1885. Deiber est désigné comme un des deux liquidateurs. Il vend aux enchères l’usine d’Oullins. L’usine de Joinville sera elle exploitée par la société Édouard Martin, Ducamp et Cie avant de rejoindre, en 1892, la Compagnie française du Bi-Métal.

Quittant les bords de Marne, Deiber s’installe rue du Parc-Royal, dans le quartier du Marais à Paris (3e arr.), où il reprend un atelier de fabrication de timbres élastiques et en caoutchouc. Il présente ses produits lors de l'exposition universelle de 1889 à Paris.

Revenant aux activités métallurgiques en 1896, il fonde la société Deiber et Allagnier avec son gendre, Alphonse Allagnier. Elle est basée à Alfortville (Seine, act. Val-de-Marne), un peu en aval de Joinville. Il constitue en outre la société Deiber, Grondard et Cie pour fabriquer des bandages de roues, des chaudières et réservoirs. Ils rachètent, en 1897 un train circulaire pour le bandage des roues sans soudure. Au cours de l'exposition universelle de 1900 à Paris, elle est gratifiée d’une médaille d'or.

Nicolas Émile Deiber meurt le 13 février 1901 à Paris (3e arr.). Il était âgé de 53 ans et père de deux filles. Décoré des Palmes académiques, il était officier d’académie depuis 1881 et avait été fait ensuite officier de l’instruction publique. L’entreprise qu’il dirigeait en tant que maître de forges deviendra les Forges et laminoirs d’Alfortville en 1901.

L'usine métallurgique de Joinville-le-Pont en 1907

 

Partager cet article
Repost0
24 août 2020 1 24 /08 /août /2020 00:01

Jules Marie Ferdinand Rousseau naît le 6 novembre 1837 à Joinville-le-Pont (Seine, act. Val-de-Marne). Il est le fils de Désirée Catherine Nicole Lavenue et de son mari Louis Ferdinand Rousseau, professeur. Son grand-père maternel est Jean Marie Molette, instituteur de l’école qui porte son nom et dans laquelle son père est employé. C’est un établissement privé, créé en 1825, qui fut probablement la première structure pérenne d’éducation dans la commune. L’institution est reprise en 1851 par Ferdinand Rousseau et porte désormais son nom.

En 1857, il fait l’acquisition d’un vaste terrain, rue de Paris, en limite de Joinville et Saint-Maur, le parc du Parangon, qui accueillit notamment Mme de Lafayette. L’école se développe et atteint 300 élèves. Pour accompagner son développement, Ferdinand Rousseau décide de proposer, outre un enseignement classique, confié à son beau-fils Théodore Rousseau, de mettre en place un enseignement professionnel, dont Jules Rousseau est responsable. L’établissement du Parangon est désormais nommé institution Rousseau-Quirot.

Selon l’historien Georges Bousquié, qui fut élève du Parangon, « Jules Rousseau fut un merveilleux organisateur de l'orientation et de l'enseignement professionnel. Son école est une des premières écoles libres en France où l'on ait donné cet enseignement. Il en avait compris l'urgente nécessité, pour répondre aux besoins nouveaux de l'industrie. Mais, grand psychologue et soucieux de la formation de l’esprit des enfants, il savait les inconvénients, intellectuels et moraux, des procédés de spécialisation hâtive. Aussi il n'eût jamais abaissé l'éducation au niveau d'un dressage utilitaire. Cet enseignement professionnel, il le voulait élevé, méthodique, « classique à sa façon» disait-il. »

Tandis que son père en est le capitaine, Jules Rousseau est sergent-major de la garde nationale et des sapeurs-pompiers de la commune de Joinville en 1868. En avril 1870 à Joinville, Jules Rousseau épouse Marie Valentine Guillemot, fille d’un vigneron et tisserand de Grésigny, Côte-d'Or. Ils auront un fils.

Pendant la guerre franco-prussienne de 1870-1871, le Parangon accueille une ambulance (hôpital auxiliaire) qui recueille 270 blessés. Selon l’historien Jean Roblin, les villages de Saint-Maur-des-Fossés et Joinville-le-Pont, situés à proximité immédiate du champ de la bataille de Champigny reçoivent une « véritable pluie de fer » entre novembre 1870 et janvier 1871. Le Parangon arborait sur son toit le drapeau de la Croix-Rouge ; il fut épargné au début. Mais, le 9 janvier, un obus éclata dans l’escalier du bâtiment occupé par Jules Rousseau et son épouse. Femmes et enfants furent envoyés à Paris. La famille Rousseau prend en charge une trentaine de familles joinvillaises obligées de se réfugier dans la capitale pendant le siège avec la quasi-totalité de la population du village.

Durement touchée, Joinville a notamment perdu le pont qui a été détruit par l’armée française en décembre 1870 pour empêcher, en vain, l’avancée allemande. La bataille de Champigny, qui se dispute en partie à Joinville dans la zone, encore largement non habitée de Polangis, fait environ 2 000 morts dans les deux armées.

Joinville est occupé depuis fin janvier 1871 par près de 3 000 soldats allemands, majoritairement Wurtembourgeois au début puis Badois et Bavarois ensuite. À la rentrée scolaire de l’automne 1871, alors que les troupes d’occupation viennent juste de quitter la commune où elles sont restées près de six mois, il n’y a que trois élèves dans l’école du Parangon. Mais l’activité reprend progressivement, avec la reconstruction des bâtiments. Le père de Jules, Ferdinand Rousseau, siège au conseil municipal sous le second empire puis devient adjoint au maire Auguste Courtin (conservateur) avant de le remplacer en 1875. Il sera battu, sous l’étiquette bonapartiste, aux élections municipales de 1878.

Des scouts dans la cour du Parangon

Devenu veuf, Jules Rousseau se remarie en avril 1884 avec Désirée Colette Guillemot, maîtresse de pension à Joinville et sœur cadette de son ancienne épouse. Il doit pour cela obtenir l’autorisation du président de la République en vertu de l’article 162 du code civil, qui prescrit les mariages entre frères et sœurs. Ils auront une fille. Ses témoins sont ses trois frères (Nicolas Quirot, Léon Rousseau et le docteur Henri Rousseau) ainsi que son neveu par alliance, Ernest Mermet, professeur de chimie au lycée Charlemagne, chef de laboratoire à l’école Centrale et futur maire de Joinville. Son beau-père, Pierre Guillemot, est maire du village de Grésigny-Sainte-Reine (Côte-d'Or).

Le mois suivant, en mai 1884, Jules Rousseau est candidat au conseil municipal. Il figure sur la liste républicaine du maire sortant, Gabriel Pinson, qui recueille une moyenne de 310 voix au premier tour, soit environ 85% des suffrages exprimés, face à des candidats réactionnaires qui en ont 15%. Jules Rousseau est élu au second tour. Au cours du mandat, il devient secrétaire (ou syndic) du conseil, complétant le bureau municipal qui comprend le maire et les deux adjoints. En avril 1888, il ne prend pas position lors de la question qui oppose la majorité laïque des élus locaux au conseil de fabrique, gestionnaire de la paroisse. La majorité décide d’engager des poursuites, estimant les comptes inexacts, tandis que quatre conseillers s’y opposent. Rousseau fait partie des trois absents.

Les élections municipales générales de mai 1888 voient s’opposer les républicains modérés, derrière Gabriel Pinson, avec les radicaux-socialistes, alliés à quelques socialistes-révolutionnaires, guidés par Alphonse Demeestère. Jules Rousseau soutient le maire sortant. La liste républicaine a obtenu 17 sièges, contre 4 radicaux. Elle a en moyenne 302 voix. Le mieux élu est Rousseau qui, avec 372 votes, devance ses colistiers y compris le maire et ses adjoints. Il redevient secrétaire du conseil. Le mois suivant, Gabriel Pinson meurt en fonction. La presse locale donne Jules Rousseau en tant que favori pour prendre sa succession. Cependant, au cours d’un vote tendu en août 1888, c’est le premier adjoint, Eugène Voisin, qui l’emporte face à Jules Rousseau. Rousseau quitta la salle absolument seul et paraissant très abattu, selon témoignage de Charles Pâquet, petit-fils d’Eugène Voisin. Il démissionna fin 1889.

À ce moment, avec le décès de son père et de son demi-frère, Jules Rousseau devient le seul dirigeant de l’école du Parangon. Depuis 1885, les remises de prix, organisées chaque année fin juillet ou début août, sont des évènements bénéficiant d’une forte couverture de presse.

En matière sociale, Jules Rousseau prend la présidence de la société de Saint-Nicolas, basée dans la commune voisine de Saint-Maur. Il est également président de la délégation cantonale, en charge de l’enseignement public pour la circonscription de Charenton-le-Pont.

Jules Rousseau meurt le 27 mai 1897 à Joinville. Il était âgé de 59 ans et décoré des Palmes académiques, d’abord comme officier d’académie puis en tant qu’officier de l’instruction publique.

Une voie de la commune de Joinville-le-Pont est baptisée impasse Jules-Rousseau. C’est son frère, le docteur Henri Rousseau, qui prend sa succession à la tête de l’école.

Jules Rousseau

 

Partager cet article
Repost0
17 juin 2020 3 17 /06 /juin /2020 00:01

Louis Jules Debeuré naît le 7 janvier 1831 à Triconville (Meuse). Il est le fils de Marguerite Anne Julie Devraine et de son époux Nicolas Debeuré, tisserand.

Il est cordonnier à Paris, où il épouse en avril 1854 (6e arr.) Marie Anne Justine Bousquet. Au cours des années 1860, il devient doreur sur métaux et vit dans le 11e arrondissement de Paris, dans le quartier de la Folie-Méricourt. Il installa sa société de dorure au mercure dans le même quartier, rue de Nemours.

Au début des années 1880, Debeuré est propriétaire d’une maison de campagne à Joinville-le-Pont (Seine, act. Val-de-Marne), route de la Brie (act. av. Galliéni), dans le quartier de Palissy. Il va s’impliquer dans la vie locale.

Il est d’abord membre de la fanfare locale mais il s’en retire, en octobre 1884, pour consacrer tout son temps à la société d’escrime et de tir Les Volontaires de Joinville et Champigny, fondée le même mois. Dans le contexte de la défaite encore récente de la France face aux troupes prussiennes et allemandes en 1870, de nombreuses sociétés de ce type voient le jour. Celle de Joinville et Champigny démarre avec une centaine d’adhérents. Elle en compte 163 en 1866, dont 38 tireurs actifs.

L’objectif de ces organismes de tir, de gymnastique et d'exercices militaires est patriotique. Mais, dans un contexte où la montée de forces populistes est sensible, le conseiller général du département de la Seine, Faillet, qui fait approuver en novembre 1887 une subvention pour Les Volontaires de Joinville et de Champigny précise : « Quoique nous ne soyons pas boulangistes, nous sommes disposés à venir en aide à toutes les sociétés de cette nature qui ont pour objet la défense de la France démocratique. »

Si le démarrage de la société fut rapide, la vie associative va s’avérer très compliquée. En 1885, le propriétaire du stand, le cafetier Vingdlet, se brouille avec Debeuré. L’assemblée générale de fin d’année est agitée, avec la démission du porte-drapeau après une pétition de 32 signataires. Le journaliste radical-socialiste Henry Vaudémont essaie « de donner de l’entrain à la société ». Mais il témoigne en juin 1888 : « J’essuyai presque autant de déboires que Debeuré lui-même, ce qui n’est pas peu dire. »

Lors des élections municipales de mai 1888 à Joinville, Debeuré est candidat sur la liste du républicain modéré Gabriel Pinson, maire sortant. La lise emporte dès le premier tour 17 des 21 sièges à pourvoir, et en récupère un de plus au second tour, tandis que les radicaux-socialistes en obtiennent trois, derrière Alphonse Demeestère. Avec 283 voix, Debeuré est le dernier des élus du premier tour.

Un mois après le scrutin, le maire réélu meurt. La désignation d’Eugène Voisin pour le remplacer est l’occasion d’un rapprochement entre la majorité municipale et les radicaux. Debeuré, libre-penseur affirmé, comptait de nombreux amis parmi ces derniers. Il est désigné, en décembre, comme membre du bureau de bienfaisance, en charge du fonctionnement du fourneau.

Louis Jules Debeuré meurt le 5 janvier 1890 à Joinville, dans sa maison de campagne. Il était âgé de 59 ans et vivait de ses rentes depuis 1888. Il avait semble-t-il eu deux enfants, dont une fille morte très tôt.

Debeuré est inhumé au Père-Lachaise, en présence de beaucoup de joinvillais et de commerçants du quartier de la Folie-Méricourt. Le député radical-socialiste Jules Ferdinand Baulard, l’adjoint au maire de Joinville, Honoré Jullien et l’ancien conseiller général et militant de la libre-pensée Brisson-Joly prononcèrent des discours au cimetière parisien du Père-Lachaise, où il eut des obsèques civiles. Henry Vaudémont, ancien vice-président de la société de tir, malade, fit lire un message.

Route de la Brie, Joinville-le-Pont

 

Partager cet article
Repost0
19 septembre 2019 4 19 /09 /septembre /2019 01:01

Suite de la biographie d’Henri Diot.

Le décès, en juillet 1888, de Gabriel Pinson va changer la donne dans la politique locale, le nouveau maire, ancien premier adjoint, Eugène Voisin se rapprochant des radicaux.

Avec une demi-douzaine d’autres joinvillais, Diot est signataire en janvier 1889 d’un appel de l’Union des républicains du canton de Charenton qui soutient le président du conseil général, Jacques, contre le général Boulanger, candidat à une élection législative partielle ; c’est ce dernier qui l’emporte. Diot est membre d’un groupe d’une vingtaine de joinvillais qui s’opposaient au candidat populiste, comprenant le maire et les radicaux de la commune.

Trois conseillers municipaux radicaux, Demeestère, Diot et Henry Vaudémont (élu lors d’un scrutin partiel en avril 1890) rendent compte de leur mandat publiquement de leur mandat en octobre 1890, conformément à un engagement électoral. Ils expliquent leur rôle pour la préservation du projet de tramway, demandent « de faire reboucher la porte du curé », souhaitent l’installation de lanternes d’éclairage public et soutiennent plus généralement « des réformes démocratiques et sociales ».

Les trois radicaux sont élus délégués sénatoriaux en décembre 1890, preuve de leur influence grandissante dans l’assemblée locale, et convainquent leurs collègues de tenir en octobre 1891, pour la première fois,  une séance rendu publique de compte de mandat. Elle est présidée par Jules Ferdinand Baulard, ancien conseiller municipal, conseiller général et futur député radical de la circonscription. Seuls deux élus, de tendance conservatrice, ne s’associent pas à cette initiative.

Le renouvellement de l’assemblée locale, en mai 1892, voit le triomphe des radicaux, conduits par Eugène Voisin, qui remportent 22 des 23 sièges à pourvoir, dont 17 au premier tour, tandis que les conservateurs n’en recueillent qu’un. Diot est élu dès le premier tour avec 362 voix sur 639 suffrages exprimés pour 644 votants. Il est membre des commissions des finances, des marchés d’alimentation, des logements insalubres, de l’octroi ainsi que de la caisse des écoles.

Lors d’une assemblée publique, en octobre 1892 à Joinville, Diot se prononce en faveur du député radical Baulard. Il proteste en novembre 1895 contre la tenue de séances du conseil municipal l’après-midi, ce qui empêche la participation de certains membres. Il participe en novembre 1895 à une souscription en faveur des victimes de la catastrophe de l'usine Bi-Métal de Joinville, qui fait cinq morts après une explosion.

La réélection de la municipalité se fait, en mai 1896, sans opposition, les 23 candidats de la seule liste Eugène Voisin obtenant une moyenne de 800 voix pour 918 inscrits.

L’Union des radicaux-socialistes de la 2e circonscription de Sceaux (département de la Seine), dont Demeestère a été longtemps le président, intègre Diot comme représentant de Joinville dans son bureau en mars 1898. Il est de nouveau délégué sénatorial en janvier 1900.

À suivre.

Usine Bi-Métal de Joinville

 

Partager cet article
Repost0
17 septembre 2019 2 17 /09 /septembre /2019 01:01

Suite de la biographie d’Henri Diot.

Sur le plan politique, Henri Diot fait partie de la liste républicaine qui s’oppose, en janvier 1878 au maire sortant, bonapartiste, Louis Ferdinand Rousseau, qui est battu. Gabriel Pinson, républicain modéré, est élu maire.

Au sein du conseil municipal, Diot se solidarise avec Alphonse Demeestère, qui a lancé une souscription pour venir en aide à un ancien officier communard, récemment libéré et malade, Adolphe Morandy. Le maire fait voter un blâme contre Demeestère, futur pilier du radical-socialisme à Joinville, mais huit élus s’y opposent, dont Diot. Aucun d’entre eux n’est réélu en 1881.

Par contre, en mai 1884, toujours avec Gabriel Pinson comme maire, Diot figure sur la liste républicaine, conduite par Pinson. Elle avait obtenu au premier tour une moyenne de 310 voix, contre 56 à une liste conservatrice. Diot est élu au second tour de scrutin, en compagnie de Demeestère, avec 205 suffrages. Il joue un rôle politique significatif, étant désigné comme électeur sénatorial en juillet 1885 et figurant parmi les quatre délégués joinvillais au sein du comité central radical-socialiste avec Demeestère, l’ouvrier Thyme et le rentier Vaudey.

Toujours en compagnie de Demeestère, Diot est à l’origine d’un incident au sein de la municipalité en mars 1887. Conformément aux positions des radicaux, Diot s’associa à une initiative gouvernementale apportant des restrictions au rôle des bookmakers pendant les courses de chevaux. Beaucoup de commerçants de la commune (y compris eux deux) profitaient sur le plan commercial de ces épreuves, avec l’hippodrome du Bois de Vincennes et celui du Tremblay, sur la commune de Champigny. Après une pétition des commerçants, le maire et son premier adjoint, Eugène Voisin, démissionnent, avant de reprendre leur mandat.

Pour les élections municipales de mai 1888, Diot figure en seconde position sur la liste du comité électoral républicain radical-socialiste, emmenée par Demeestère, et sur laquelle figurent deux socialistes-révolutionnaires. L’hebdomadaire radical Voix des communes présente Diot comme ayant « toujours professé les opinions les plus avancées. »

Avec les autres membres du comité électoral, il interpelle les sortants : « Avez-vous voté les poursuites contre le curé ? [En cas de changement législatif, voulez-vous le] maintien des appointements du curé ? Êtes-vous partisan d’un sénat ? [Préconisez-vous que] réunions du conseil municipal [se tiennent] le soir ou l’après-midi ? ». Les élus de la majorité républicaine sortante refusent de répondre à leur convocation, la réunion des candidats de gauche, le 2 mai, rassemblant selon eux près de 300 électeurs.

Le scrutin voit la victoire des partisans de Gabriel Pinson, qui remportent dès le premier tour 17 des 21 sièges à pourvoir, plus un au second. Ils recueillent une moyenne de 302 voix. Diot est en tête des opposants, avec 259 suffrages. Il est élu au second tour, avec deux autres radicaux, Demeestère et Vaudey. Il remporte alors 271 votes.

À suivre.

Sucrerie de Baron, Oise, dont Diot est un des propriétaires

 

Partager cet article
Repost0
15 septembre 2019 7 15 /09 /septembre /2019 01:01

Début de la biographie d’Henri Diot.

Henri Victor Diot naît le 13 juillet 1844 à Paris (6e arr.). Il est le fils d’Orphine Adélaïde Clergé et de son époux Jean Louis Sévère Diot.

Il effectue probablement un service militaire pendant la guerre franco-prussienne de 1870-1871 et est libéré en avril 1872. Il résidait alors sans doute à Paris (11e arr.).

Devenu distillateur, Henri Diot réside à Sucy-en-Brie (Seine-et-Oise, act. Val-de-Marne) où son père est propriétaire et où il épouse en septembre 1872 Claire Julie Olive Bérel. La famille s’installe peu après à Joinville-le-Pont (Seine, act. Val-de-Marne) 38, rue de Paris où elle réside en 1875. Elle exploite également un restaurant et un commerce de vins.

Henri Diot est un des associés qui exploite la sucrerie de Baron (Oise), société fondée en 1867 qui transforme la betterave et portait en 1911-1913 le nom de distillerie Diot, Schérer et Martin puis en 1918 celui de Diot Schérer et Cie. Deux accidents s’y produisirent en février 1911 et octobre 1918.

En tant que distillateur, Henri Diot était présent à l’exposition universelle de Paris en 1900 et y obtint une médaille de bronze.

Dans sa commune de résidence, Henri Diot va avoir une importante activité civique. Il est administrateur de la société de secours mutuels des sapeurs-pompiers ce qui lui vaut, en 1903, de recevoir une mention honorable de la mutualité ; il exerce toujours cette fonction en 1911. Il siège également au conseil d’administration de la caisse des écoles, mentionné entre 1892 et 1910. Enfin, il est également administrateur de la Fanfare municipale en 1889.

À suivre.

 

Partager cet article
Repost0
18 août 2019 7 18 /08 /août /2019 01:01

Maurice Delphin naît le 25 février 1852 à Paris. Il est le fils de Marie Hubertine Neuville de de son époux Claude Antoine Delphin, originaire du Rhône.

C’est probablement lui qui, représentant de commerce, fait faillite en juin 1878 alors qu’il est domicilié rue Bleue à Paris (9e arr.). Il est l’année suivante employé de commerce et épouse, dans le 19e arrondissement, Julia Caroline Affran.

À partir de 1885, Maurice Delphin est journaliste au quotidien La France, repris en 1881 par l’industriel Charles Lalou, qui y impulse une ligne favorable au général Boulanger. Le premier article qu’il signe en août est consacré au service médical de nuit. Il se consacre aux sujets de société, et principalement faits divers. Cependant, il est également parfois mobilisé par l’actualité politique. Ainsi, en mai 1889, il accompagne le président de la République Sadi Carnot au cours de son voyage dans le Nord et le Pas-de-Calais.

En octobre 1886, Delphin a une altercation au théâtre du Château-d'Eau avec un certain Georges Legrand. Le 12, un duel à l'épée se tient dans le bois du Vésinet (Seine-et-Oise, act. Yvelines). Delphin est blessé à trois reprises, à la main gauche, au cou et enfin à la hanche droite, ce qui provoque l’arrêt du combat. La rédaction de La France estime que son état « est aussi satisfaisant que possible ». Le combat est décrit dans une vingtaine de quotidiens parisiens et dans plusieurs titres de province.

Vivant probablement alors à Joinville-le-Pont (Seine, act. Val-de-Marne), Delphin s’implique dans la vie politique locale. Il participe à la préparation des élections municipales de mai 1888 au sein du comité radical-socialiste municipal et fait partie de la commission, présidée par Videpied, chargée de choisir les candidats pour une liste, constituée autour d’un conseiller municipal sortant, et qui regroupe des radicaux avec quelques socialistes-révolutionnaires. Elle fait face à la liste du maire sortant, républicain modéré, Gabriel Pinson.

Suite à une polémique touchant l’attitude d’Henri Buguet à l’enterrement du maire républicain modéré de Joinville, Gabriel Pinson, Delphin se bat à nouveau en duel avec un autre journaliste joinvillais, Henry Vaudémont, alias Gringoire, qui collabore à plusieurs quotidiens et hebdomadaires, dont l’organe radical-socialiste de la banlieue sud-est de Paris, Voix des communes. La rencontre a lieu le 17 juillet 1888, de nouveau à l’épée, dans le Bois de Vincennes. Cette fois, c’est Delphin qui touche Vaudémont au poignet droit.

Les adversaires se réconcilient ensuite. On retrouve Vaudémont et Delphin comme orateurs d’une réunion tenue, en janvier 1889 pour soutenir la candidature du président du conseil général de la Seine, le radical Jacques, contre le général Boulanger. La réunion adopte un ordre du jour proclamant « l’amour de la liberté et la haine du césarisme ». Boulanger l’emporte cependant.

Même s’il s’éloignera ensuite des héritiers du populisme boulangiste, Maurice Delphin remporte un revolver offert par le général Boulanger lors d’un concours de tir organisé dans les Villas-Palissy, un nouveau quartier de Joinville en septembre 1888.

Delphin est de nouveau mêlé à un duel que Buguet veut intenter à Vaudémont en octobre 1889, comme témoin du premier, mais Vaudémont refuse de se battre.

Relatant le sauvetage de deux pêcheurs, emportés par le courant de la marne vers le barrage de Joinville en août 1888, plusieurs journaux soulignent le courage de Delphin et d’Eugène Videpied, ouvrier lunetier, coopérateur et militant radical-socialiste dans la commune, tout en s’étonnant de l'ingratitude des rescapés.

S’intéressant aux questions de lutte contre l’incendie, Delphin crée dans son journal la Tribune des sapeurs-pompiers, rubrique hebdomadaire qui paraît en 1887-1888. En 1889, Delphin est rédacteur en chef de la Revue des sapeurs-pompiers.

Pour l’Exposition de sauvetage et d’hygiène qui se tient en 1888 au Palais de l’industrie à Paris, Delphin a été désigné commissaire de la section du matériel d’incendie.

En décembre 1888, Delphin est nommé membre du comité d'organisation du congrès international des officiers et sous-officiers des sapeurs-pompiers qui va se tenir en août pendant l'Exposition universelle de Paris en 1889. Il en est le secrétaire-trésorier.

À partir de juillet 1895 et jusqu’en juin 1896, le quotidien Le Radical reprend la Tribune des sapeurs-pompiers, sous la signature de Pierre Chapel ; il s’agit très probablement d’un pseudonyme de Delphin. On trouve la signature dudit Pierre Chapel dans le quotidien Le Siècle à partir de novembre 1896, peu après l’embauche en juillet de Delphin dans ce journal. Le pseudonyme sert alors pour des articles politiques. Quant à la Tribune, on la retrouve de nouveau dans La France en juillet 1897, sous la signature de Pierre Marcel, probable autre pseudonyme de Delphin. Elle cesse ensuite d’être publiée.

Après La France, Delphin rejoint un autre quotidien parisien à vocation plus politique, La Liberté, dirigé par Jules Frank. La plupart des articles ne sont pas signés. Il y est rédacteur en 1895.

À compter de 1896, la rédaction du journal Le Siècle accueille Delphin. Le républicain radical et libéral Yves Guyot dirige le journal. Delphin tient la rubrique de la Chambre des députés, signant son premier article en janvier 1896. Il y est encore en octobre 1901. Comme Guyot, Delphin s’engage en faveur du capitaine Dreyfus ; il signe un appel de protestation contre le jugement de Rennes de septembre 1899, se disant convaincu de l’innocence du militaire français.

En 1895-1897, Delphin est secrétaire de l’Association des Nouvellistes parisiens, groupement fondé en 1893 par Ambroise Barbereau et dirigée, alors par Georges Quatremain, du Petit Parisien. L’objectif de la société était de faciliter aux journalistes l'accomplissement de leur mission sans discrimination.

Divorcé de sa première épouse en novembre 1895, Delphin vit ensuite à Gagny puis à Neuilly-Plaisance (Seine-et-Oise, act. Seine-Saint-Denis). En septembre 1901, à Dardilly (Rhône), Maurice Delphin épouse sa cousine germaine, Virginie Antoinette Delphin. Peu après, il quitte la presse pour s’installer au château de la Crépillère, dans sa commune de mariage. Il est recensé en tant que cultivateur en 1906.

Maurice Delphin meurt le 19 janvier 1921 à Dardilly. Il était âgé de 68 ans et père de quatre enfants.

Il avait été décoré de la médaille de sauvetage en juillet 1889 et était titulaire des Palmes académiques en tant qu’officier d’académie depuis mai 1899.

Partager cet article
Repost0
14 août 2019 3 14 /08 /août /2019 01:01

Henry Buguet naît le 15 avril 1834 à Paris. Il est le fils d’un père inconnu et d’Adèle Clémence Buguet, qui ne le reconnaîtra pas.

Vers 1853, il s’engage dans l’armée et va combattre pendant la guerre de Crimée (octobre 1853 – mars 1856) et pendant la campagne d’Italie (1859). Il quitte la fonction militaire vers 1867 en tant que sous-officier. Il est décoré de la médaille militaire et avait été blessé.

Alors employé, Henry Buguet épouse en février 1869 à Joinville-le-Pont (Seine, act. Val-de-Marne) Rose Alexandrine Joyeux, domestique. Les époux ouvrent une crémerie rue de Créteil, où ils résident. La nouvelle marchande de fromages sera condamnée cette même année pour avoir vendu du lait falsifié par « addition d’eau dans une forte proportion ». Ils auront quatre enfants, dont les deux premiers ne vivent que quelques jours.

En même temps que son voisin Élie Flinois (1835-1896), épicier et ancien communard, avec lequel il est lié, Henry Buguet est élu conseiller municipal en janvier 1878 à Joinville. La municipalité sortante de Laurent Ferdinand Rousseau, bonapartiste, est battue, au profit de candidats républicains et d’un orléaniste. Gabriel Pinson, républicain modéré, est élu maire.

En septembre 1879, Henry Buguet est signataire d’une motion du conseil municipal dans laquelle les élus « blâment sévèrement le citoyen Demeestère ». Alphonse Demeestère, également conseiller municipal, avait proposé de former un comité de secours aux amnistiés de la Commune de Paris et avait lancé une cagnotte pour venir en aide à Adolphe Morandy, ancien officier communard, récemment libéré et malade, ce qui avait déplu à la majorité municipale. Douze membres du conseil municipal ont voté la motion, tandis que huit s’y opposaient.

Lors du renouvellement du conseil municipal, en janvier 1881, alors que tous les élus qui s’étaient solidarisés avec Demeestère, futur dirigeant du comité radical-socialiste, sont éliminés, Buguet est réélu. Gabriel Pinson est de nouveau maire. Par contre, si Pinson est de nouveau réélu en 1884, ce n’est pas le cas pour Buguet.

Les relations entre les deux hommes vont devenir très tendues : Buguet insulte un salarié municipal, assurant cependant qu’il « s’adressait à l’homme et non à l’employé ». En tant que maire et employeur, Pinson poursuit Buguet, qui est condamné à de la prison. Sur le plan politique, Buguet devient un agent électoral du mouvement populiste du général Boulanger.

Lors de l’enterrement de Pinson, en juin 1888, l’attitude de Buguet, lorsque le convoi funéraire passe devant chez lui, fait scandale. L’hebdomadaire Voix des communes, qui n’était pourtant pas un soutien de Pinson, estime que Buguet « a l’âme noire ». Sur la foi de témoignages qu’il considèrera comme unanimes parmi les quelques 2 000 participants aux funérailles, le journaliste Henry Vaudémont écrit qu’il a « manifesté de la joie » et eu « une attitude indécente sur le passage du cortège ». Dans le même journal, Buguet proteste assurant que « sa conduite et sa tenue ont été parfaitement correctes », même s’il concède ne pouvoir estimer le maire, qu’il accuse d’avoir été envers lui d’un « cynisme révoltant » et qu’il assure avoir maudit.

Outre la polémique dans les colonnes de l’hebdomadaire, principal média local, le scandale aura des conséquences.

Le journaliste Maurice Delphin, lui aussi joinvillais, rédacteur au quotidien La France, de tendance boulangiste, prend la défense de Buguet. S’estimant diffamé par Henry Vaudémont, alias Gringoire, Delphin lui demande réparation et un duel à l’épée est organisé entre eux le 17 juillet 1888 dans le Bois de Vincennes. Gringoire est légèrement blessé au poignet droit.

En octobre 1889, Buguet s’en prend lui aussi au même journaliste, qui a publié des affiches le mettant en cause, et le provoque en duel. Delphin est l’un de ses témoins. Mais Vaudémont, pourtant plutôt querelleur, sur les instances de ses amis radicaux-socialistes Alphonse Demeestère et Jules Ferdinand Baulard, refuse la rencontre. Un arbitre considère que l’affaire a été engagée de manière « complètement incorrecte. »

Toujours dans Voix des communes, Vaudémont assure que « les procédés brutaux de Buguet le classent parmi les gens mal élevés avec lesquels on ne se commet pas à aller sur le terrain, tant les plus graves injures, venant d’eux, gardent peu de valeur. »

Il fait par ailleurs mention du fait que Buguet a été exclu du cercle de jeu de Joinville, pour avoir – sans pouvoir toutefois être qualifié de tricheur – « profité d’un coup discutable ». Enfin il accuse Buguet d’essayer de « se recréer une virginité et se retailler un prestige », « en se faisant le champion des débris du parti boulangiste. »

Après le décès de sa première épouse, en décembre 1879, Henri Buguet se remarie en août 1884 à Paris (11e arr.) avec Joséphine Cosmier. Ils vivent alors de leurs rentes. Buguet divorcera en juin 1896 après avoir été pris en flagrant délit d’adultère.

Henri Buguet était présent lors du mariage de son fils aîné, nommé également Henri Buguet, en avril 1899 à Paris (12e arr.). Il résidait rue Charlot dans la même ville (3e arr.) et était âgé de 65 ans.

Il est signalé comme mort au décès du même fils, en avril 1914. La date et le lieu de sa disparition ne sont pas connus.

Partager cet article
Repost0
7 juillet 2019 7 07 /07 /juillet /2019 01:01

Antoine Joseph Cambier naît le 20 septembre 1811 à Paris (8e arr.). Il est le fils de Jeanne Marie Vissant et de Narcisse Joseph Cambier, ébéniste.

En février 1839 à Vitré (Ille-et-Vilaine), Antoine Joseph Cambier épouse Virginie Louise Janny Morel. De profession architecte et vérificateur des travaux publics, il réside d’abord à Paris rue des Fossés-Saint-Germain il s’installa ensuite rue Saint-Paul puis rue du Temple

Vers 1873, Cambier s’installe à Joinville-le-Pont (Seine, act. Val-de-Marne).

En novembre 1874, Cambier prend part à une réunion, dont le quotidien Le Siècle dit qu’elle était nombreuse, qui approuve la présentation d’une liste républicaine lors des élections municipales de la fin du mois. Elle s’oppose à celle du maire sortant Auguste Courtin et de son adjoint, Louis Ferdinand Rousseau, tous deux conservateurs et bonapartistes.

Sur les sept candidats mentionnés, trois seront élus : Antoine Cambier, Louis Benoit et Alphonse Pilté tandis que Demeestère, Moignard, Pouzet et Valéry sont battus. Courtin et Rousseau sont réélus.

Antoine Joseph Cambier meurt le 29 octobre 1875 à Joinville. Il était âgé de 64 ans et résidait dans le quartier de Palissy, avenue Naast.

Son fils, Ludovic Alexandre Cambier fut aussi architecte. Il a été militant radical-socialiste à Joinville.

 

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Polmorésie, blog d’histoire
  • : Histoire politique, économique, culturelle et sociale au travers des acteurs qui ont se sont engagés dans la vie publique.
  • Contact

Recherche

Liens