Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
10 août 2021 2 10 /08 /août /2021 00:01

Mise à jour de la notice publiée le 8 novembre 2018. Suite de la biographie d’Antoine Berné

Tout en continuant à disposer d’un logement à Paris, la famille Berné s’installe à Joinville-le-Pont, dans le quartier nouvellement loti de Palissy, sur la rive gauche de la Marne. Elle réside rue de Brétigny (act. avenue du Président-Wilson).

En février 1878, fait partie de la commission d’initiative qui « invite les chambres syndicales ouvrières, les sociétés de production, de consommation et tous les amis du travail à concourir à la formation d’un grand parti d'étude et d’action », dénommé Ligue républicaine du travail contre le paupérisme. Le siège est situé dans le magasin de l’Association des ouvriers tailleurs, rue de Turbigo. Plusieurs responsables de la société font, comme lui, partie des fondateurs comme Bance, Godfrin, Boyer et Toussaint notamment.

Le principal maître d’œuvre de la Ligue est Joseph Pioche, publiciste, employé de commerce et membre de plusieurs coopératives de consommation et de production. Le programme de la Ligue vise à : « Substituer : 1° Au régime, si compliqué et si onéreux des intermédiaires commerciaux, la méthode rationnelle, morale et peu coûteuse de la corporation: clé de voûte de la solidarité est de l’émancipation économique des travailleurs. 2° Au régime financier du monopole, le crédit professionnel gratuit. 3° A l’imprévoyance administrative et à la chanté impuissante, l’assurance industrielle obligatoire contre le chômage, les infirmités prématurées et la vieillesse. »

La Ligue préconise l’abrogation des lois restrictives de la liberté du travail et la création d’un Impôt proportionnel au revenu. Elle ne semble pas avoir eu d’existence au-delà de son lancement au premier trimestre 1878.

À la même période, Berné s’engage dans la vie politique de sa commune, à Joinville-le-Pont. Antoine Berné fait partie des 17 conseillers municipaux, dont 16 républicains et un orléaniste, élus au premier tour en janvier 1878 pour les 21 postes à pourvoir. La liste bonapartiste de Louis Ferdinand Rousseau n’a « obtenu que très peu de voix » selon le quotidien Le Siècle. Gabriel Pinson, républicain, héritier d’une longue dynastie d’élus locaux, est élu maire de la commune. Au sein du conseil figure également Francois Blaize (1824-1900), ouvrier lunetier, fondateur d’une importante coopérative, la Société des lunetiers (ancêtre d’Essilor).

Resté directeur de l'Association générale d'ouvriers tailleurs, Berné invite ses associés à l’accompagner lors du dépôt d’une couronne sur la tombe de François-Vincent Raspail, chimiste et député républicain. Il préside, en juin 1879, le banquet de l’association au côté de Victor Schœlcher, sénateur. Une collecte est réalisée pour les amnistiés de la Commune de Paris et, en octobre la même année, l’association met des vêtements à la disposition du Comité central d'aide aux amnistiés. Fonctionnant toujours correctement, la coopérative a ouvert une seconde adresse sur le boulevard de Sébastopol à Paris. Berné a quitté sa fonction de directeur en mars 1879.

Alphonse Demeestère, hôtelier, conseiller municipal de Joinville et futur responsable du comité radical-socialiste de la 2e circonscription de l’arrondissement de Sceaux (département de la Seine), organisa en septembre 1879 dans sa commune une collecte en faveur d’un ancien communard, amnistié et indigent, Adolphe Morandy. Pinson, le maire de Joinville, hostile à cette initiative, fait voter un blâme contre Demeestère par la majorité du conseil. Cependant, sept élus, dont Berné, refusent de s’y associer et expriment leur opposition dans la presse.

Lors des élections municipales de 1881, qui voient la reconduction de Pinson, Berné n’est pas réélu. C’est le cas de tous les conseillers municipaux qui avaient refusé le blâme envers Demeestère.

Antoine Berné meurt vers le 6 septembre 1883, à l’âge de 54 ans. Son enterrement civil est organisé le 8 septembre au départ de son domicile parisien, 10, place de la Bastille, probablement à Joinville-le-Pont. Son épouse, Marie Ernestine Berné décède le 28 avril 1884 à Joinville. Deux personnalités locales, dont il était proche, déclarent le décès : Albert Bleunard (1827-1911), principal de collège en retraite et Francois Blaize, tous deux conseillers municipaux de Joinville.

En janvier 1884, Berné, présenté comme propriétaire, est tiré au sort post-mortem pour faire partie d’un jury de cour d’assises.

Fin

 

Partager cet article
Repost0
8 août 2021 7 08 /08 /août /2021 00:01

Mise à jour de la notice publiée le 8 novembre 2018. Suite de la biographie d’Antoine Berné

Si la grève de 1867 et ses suites judiciaires ont été néfastes pour les tailleurs parisiens coalisés et notamment Antoine Berné, elle contribue cependant à attirer l’attention sur leur coopérative, l'Association générale des ouvriers tailleurs. Le nombre des associés fut multiplié par quatre et atteignit 220, le capital étant triplé à 50 000 francs.

Les membres de l'Association s’engagent de manière régulière dans la vie politique. Ainsi, en mai 1865, Berné, avec Joly et de nombreux autres tailleurs, souscrit pour offrir à la veuve d’Abraham Lincoln, une médaille d’or, portant les inscriptions suivantes : Liberté — Égalité — Fraternité à Lincoln, président deux fois élu des États Unis, la démocratie française reconnaissante ». L’appel mettait en avant le fait que Lincoln, assassiné le 14 avril 1865, était un honnête homme qui avait aboli l’esclavage, rétabli l'union, et sauvé la république « sans voiler la statue de la liberté. »

Le lancement par Napoléon III d’un plébiscite pour faire approuver ses réformes constitutionnelles, en mai 1870, amène les deux directeurs de l'Association des ouvriers tailleurs, Brudon et Berné, à initier un Manifeste des membres de sociétés coopératives et des ouvriers parisiens aux habitants des campagnes : « Frères, A la veille d'un vote qui peut peser d'un grand poids sur les destinées de la patrie, il est bon que la voix des travailleurs des villes arrive jusqu'aux travailleurs des campagnes. (…) Pour nous, nous voterons Non ». Si le Non l’emporte dans les grandes villes telles que Paris, Marseille, Lyon, Bordeaux et Toulouse, il se contente, au niveau national, d’un score de 17,2%.

La chute de l’Empire et la proclamation de la République, en septembre 1870, va modifier la situation de la coopérative. Dans une lettre au géographe anarchiste, Élisée Reclus, publiée en janvier 1871 dans son hebdomadaire, La République des travailleurs, organe d’une section parisienne de l’Association internationale des travailleurs, Berné décrit ce que Reclus présente comme « Le socialisme en action » : « Dès le 8 septembre [1870, quatre jours après la proclamation de la 3e République], notre association s’adressait au maire de Paris pour obtenir de lui l’équipement de la garde nationale, Le 19, un traité signé [Charles] Floquet et [Jules] Ferry nous accordait 100 000 vareuses à façons (…). Immédiatement nous convoquâmes la corporation en assemblée générale, à laquelle nous dîmes : ‘’Le marché nous est personnel, mais si vous le voulez, il profitera à tous. Considérez-vous comme nos associés. (…) Le bénéfice, quel qu’il soit, sera réparti au marc le franc [au prorata] des sommes gagnées par chacun’’. (…) Nous avons payé le double pour la main-d’œuvre que ne payent nos concurrents, la Ville ne dépensant pas un sou de plus en notre faveur. (…) Nous avons jugé qu’il importait de créer dans chaque arrondissement un atelier municipal auquel la mairie locale pourrait faire des commandes directes, et employer en travail suffisamment rémunérateur un argent mieux dépensé qu’en aumônes. (…) Nos sept ateliers dans les 4e, 5e, 9e, 17e, 18e et 19e arrondissements occupent déjà plus de 2 000 personnes (…). Trente-cinq mille personnes (…) sont inscrites sur nos livres comme ayant participé à nos travaux et devant par conséquent participer à nos bénéfices. Ce sera, croyons-nous, la première fois que le principe de la répartition du bénéfice au travail aura été appliqué sur une si grande échelle ». Les nouveaux statuts de l’association introduisent un article qui stipule que « La femme est admise à faire partie de la Société au même titre que l’homme. Il faut toutefois que la femme en puissance de mari obtienne son autorisation. »

Au cours d’une assemblée générale des ouvriers tailleurs de Paris, le 21 février 1871, Berné propose la fusion de l’association qu’il dirige et de la chambre syndicale. Contestant ceux qui qui critiquent l’émission d’actions de cent francs, il souligne : « il faut toujours un capital et l’association future, comme celles qui existent, ont besoin de cet argent ». La fusion reste à l’état de projet et Berné ne semble pas avoir joué de rôle politique pendant la Commune de Paris (mars-mai 1871).

En mars 1873, Berné et Bance font part aux lecteurs du quotidien Le Rappel des progrès qu’ils considèrent que leur structure a accomplis. « Nous venons encore d'agrandir nos magasins de vêtements sur mesure pour répondre aux besoins de notre nouvelle clientèle. Si nous sommes heureux de pouvoir vous signaler nos progrès, c'est surtout au point de vue de l'exemple que nous donnons aux autres travailleurs qui voudraient bien nous imiter, mais qui ne se figurent pas assez la possibilité de la réussite. Il n'y a pourtant qu'à vouloir; car, vous le savez, aucune société coopérative ne commencera plus modestement que nous avons été obligés de le faire. Et pourtant, aujourd'hui, certains du présent, nous songeons à l'avenir. Nous venons de voter la révision de nos statuts pour créer une caisse de retraite. »

Avec plusieurs personnalités politiques et des économistes, Berné prend part à la fondation, en mars 1875, de la banque du Crédit coopératif.

L’Association des ouvriers tailleurs participe à plusieurs expositions internationales, comme celle de Philadelphie (États-Unis) en 1876, où elle reçoit un diplôme d’honneur et une médaille, où celle de Paris en 1878. Elle compte 228 adhérents en 1876. Si sa réussite est saluée par la presse, les milieux économiques s’interrogent parfois sur le modèle social qu’elle présente. Ainsi, L'Économiste français écrit en décembre 1876 : « Nous sommes donc toujours en présence d’une entreprise de patrons capitalistes qui, quel que soit leur nombre, ne font pas, au demeurant, autre chose que ce que font beaucoup d’autres patrons et capitalistes isolés opérant pour leur propre compte. (…) Les ouvriers intelligents, ordonnés, prévoyants réussissent presque toujours à améliorer leur condition. (…) L’association permet de vaincre plus aisément certains obstacles, elle comporte, en revanche, des difficultés et des dangers auxquels échappent les entreprises individuelles. »

Chaque année, à partir au moins de novembre 1876, l’Association des ouvriers tailleurs organise un vaste banquet réunissant ses membres, leurs familles mais également des personnalités politiques de gauche : députés, sénateurs, conseillers municipaux de Paris et représentants de la presse républicaine. Ainsi, à Saint-Mandé (Seine, act. Val-de-Marne) en 1876, on note la présence de Louis Blanc, de Georges Clemenceau, de Charles Floquet ou du député de la 2e circonscription de l’arrondissement de Sceaux Alfred Talandier, tandis que Victor Hugo et Léon Gambetta se sont faits excuser. Berné explique cette invitation : l’Association s’est adressée à tous, sans acception de nuances, parce que, divisés sur le terrain de la politique, tous sont ou doivent être d’accord au point de vue des réformes sociales. La soirée s’est terminée par une collecte en faveur des familles des détenus politiques, notamment des anciens communards.

À suivre

 

Partager cet article
Repost0
6 août 2021 5 06 /08 /août /2021 00:01

Mise à jour de la notice publiée le 8 novembre 2018. Début de la biographie d’Antoine Berné

Antoine Berné naît le 13 décembre 1828 à Moissac (Tarn-et-Garonne). Il est le fils de Jeanne Chaubet et de son mari Jean Berné, tailleur d’habits.

Il épouse, en août 1859 à Paris (2e arr.) Marie Ernestine Sainton, originaire de Loudun (Vienne).

Exerçant, comme son père, le métier de tailleur d’habits coupeur, fait partie d’un groupe de seize ouvriers tailleurs qui constituent, le 15 octobre 1863 l'Association générale des ouvriers tailleurs de la ville de Paris. Selon le journaliste Jean Barberet, qui fait l’historique de l’association dans le quotidien Le Rappel en août 1874, ils « se dirent qu'il était temps d’essayer la mise en pratique des principes que, depuis longtemps déjà, ils étudiaient en théorie ». Ils souscrivent au capital pour une somme importante de 3 000 francs, partiellement libérés.

Quatre d’entre eux travaillent au sein de la coopérative, qui a la forme d’une société en commandite, sous la responsabilité de Jean Mathieu Sauva, gérant. Elle est installée rue de Grenelle-Saint-Honoré à Paris (4e arr., act. rue Jean-Jacques-Rousseau) mais, après six mois, le propriétaire exige qu’ils retirent de leur enseignes la mention « association d’ouvriers ». Quoique payant d'avance, ils ont du mal à trouver un propriétaire qui accepte de les héberger, et s’installent rue Fontaine-Molière (1er arr., act. rue Molière).

Après deux exercices légèrement bénéficiaires, les fondateurs lancèrent un appel à leurs collègues de la corporation, pour les engager à se joindre à eux en décembre 1865. Ils transformèrent la structure en société à responsabilité limitée où chaque nouvel entrant devait acquérir une action de cent francs, en payant à l’entrée le quart de son prix. Selon Mathieu Brudon, qui s’exprimait en mars 1871 dans L’Ouvrier de l’avenir, « Un petit nombre de nos collègues répondit à notre appel, malgré la facilité des versements, qui étaient de un franc par semaine; la confiance est si difficile à établir entre semblables ! On est habitué à ne l’accorder qu’au monde officiel ou financier ». Malgré la déception de ce faible recrutement, la société nouvelle est formée en octobre 1866 à Paris avec 53 associés et un capital de 17 000 fr. Berné fait partie des sept membres du conseil d’administration. Il est probable qu’il ait exercé une fonction de direction dès cette période ; il est en tout cas désigné comme un des deux directeurs dans des communications publiées dans la presse à partir de mai 1870. Il partage alors cette fonction avec Brudon. En 1873, il est associé avec Pascal Bance. Il poursuit son rôle directorial entre 1874 et 1878 avec Toussaint puis en 1879 avec Serre. Il quitte la fonction en 1880.

Parallèlement au fonctionnement de la coopérative, Berné joue un rôle dans l’organisation sociale des tailleurs parisiens. La France a reconnu le droit de grève et d’action syndicale en 1864, mais par contre le droit d’association reste très limité par une loi de 1834.

Au cours du premier trimestre de l’année 1867, les ouvriers tailleurs parisiens revendiquent une hausse de leur rémunération et, face aux tergiversations des patrons, entament une grève. Berné devient un des animateurs du mouvement. Il profite de cette occasion pour faire de la propagande en faveur de la coopération de production. Le quotidien de droite La Presse, qui veut la fin du conflit, utilise la fonction de Berné dans sa société pour soutenir qu’elle le disqualifie en tant que représentant des tailleurs.

Pour soutenir les grévistes, et notamment pour financer leur subsistance, plusieurs personnes, dont Berné, constituent une Association fraternelle de solidarité et de crédit mutuel des ouvriers tailleurs, basée rue Rochechouart à Paris (9e arr.). Le préambule des statuts assure que « Les ouvriers tailleurs, résolus à résister, par tous les moyens que leur donne la loi, contre l’avilissement toujours croissant des salaires, et décidés à maintenir la limite de dix heures de travail au plus, afin de donner plus de temps à leur famille et à la culture de l’intelligence, ont décidé de fonder une Société dans le but de soutenir ces conditions ». Les animateurs de la grève font appel à la solidarité internationale, notamment celle des tailleurs britanniques, dont les syndicats versent une contribution à la caisse de grève et s’engagent à ne pas prendre de travail de la part de patrons français.

Le parquet du tribunal de Paris engage des poursuites pour association illicite de plus de vingt personnes et atteinte à la liberté du travail. Six personnes, dont Berné et Bance, président de la société, sont jugées le 2 août 1867 devant la sixième chambre correctionnelle ; seul le premier chef d’inculpation est alors retenu.

Berné est le premier des inculpés interrogés : « Nous n’avons pas cru du tout mal faire; nous avons imité ce que nous voyions faire ouvertement devant nous. [Question du président] Vous étiez plus de vingt personnes ?— [Réponse de Berné]. Oh ! Nous étions plus de deux mille. Q. Quel était le but de l’association? — R. De protéger nos intérêts, de faire respecter la dignité de l’homme. Q. La dignité de l’homme en tant qu’ouvrier tailleur. A quelles époques avaient lieu les réunions? — R. Elles n’avaient pas lieu à époques fixes. D. Dans quel but la Société s’est-elle réunie ? — R. C’était plutôt pour la grève que comme Société ; le comité proprement dit n’a pas eu le temps de fonctionner. D. Avez-vous quelque chose à ajouter? — R. Non, nous avons cru faire ce qui existait dans toutes les corporations, notre but était d’avoir quelques fonds pour subvenir à une grève quelconque. »

Le réquisitoire du procureur Pelletier reconnaît le droit de coalition, mais conteste le droit d’association. Pour lui « L’enjeu du procès, c’est la liberté du travail ! » Il souligne que Berné est membre du comité dirigeant. La défense est assurée par des avocats réputés, connus pour leur engagement politique et social : Ernest Picard, Emmanuel Arago, Emile Durier et Charles Floquet. Ce dernier, principal intervenant des plaidoiries, considère que « l’association découle du droit de coalition » et se félicite qu’il y ait eu 2 832 adhérents.

Le jugement rendu est sévère. Dans ses attendus, le tribunal relève que « si l’association est utile au développement des grèves, elle ne doit pas moins, dans l’intérêt de la sûreté publique, rester soumise à l’autorisation du gouvernement ». En application des articles 291 et 292 du Code pénal, issus de la loi du 10 avril 1834; la sentence « déclare dissoute la Société fraternelle de solidarité et de crédit mutuel des ouvriers tailleurs »; Bien que retenant « des circonstances atténuantes »; il condamne Berné, Bance, Coulon, Jeanroy, Jalinier et Deguergue chacun à cinq cents francs d’amende, somme importante. En appel, en absence des accusés, le jugement est confirmé le 23 août 1867. La Cour de cassation rejette leur recours le 7 février 1868, confirmant que les lois restrictives du droit de réunion et du droit d'association subsistaient.

Le procès a eu un grand écho dans la presse parisienne mais aussi en province. Le quotidien conservateur L’Univers commente ainsi : « On sait que la grève des ouvriers tailleurs s'était imposée avec un caractère de persistance telle, que la justice crut devoir faire des poursuites. Ces poursuites ont abouti à un jugement qui condamne six de ces ouvriers à 500 fr. d'amende et solidairement aux dépens. Mais le point important, c'est la dissolution de la société fraternelle de solidarité et de crédit mutuel des ouvriers tailleurs. Cette suppression a une grande portée, si l'on considère que presque foules les professions parisiennes ont constitué des sociétés de ce genre. Cette suppression frappe donc le principe de la grève dans sa base même. »

Une année plus tard, en juin 1868, le journal des milieux d’affaires, Le Temps revient sur ledit procès. « Nos lecteurs se souviennent encore de ce qui est arrivé l’an passé à la Société fraternelle de solidarité et de crédit mutuel des ouvriers tailleurs. Le jugement et l’arrêt qui ont prononcé la dissolution de cette société, et qui en ont frappé les membres d’une amende assez forte, ne sont pas encore oubliés. En voici la doctrine ou à peu près « Les ouvriers ont le droit de se coaliser ; ils ont la faculté de fonder des sociétés de crédit ; mais il leur est interdit de créer des caisses pour soutenir leurs coalitions; la combinaison de ces deux choses permises, la coalition et le crédit, devient un délit punissable sous le nom d’association non autorisée ». Pareille mésaventure vient d’échoir à l’Association internationale des travailleurs, frappée deux fois en trois mois par la justice, et qui a été avant-hier l’objet d’un sévère arrêt confirmatif ». Cette organisation est la première Internationale, qui regroupe des militants socialistes, communistes et anarchistes.

À suivre

 

Partager cet article
Repost0
10 mai 2021 1 10 /05 /mai /2021 00:01

Début de la biographie d’Honoré Jullien

Honoré Jullien naît le 16 mai 1852 dans l’ancienne commune de Bercy, annexée ensuite en majeure partie dans le 12e arrondissement de Paris. Il est le fils d’Adèle Constance Chevalier et Jean Baptiste Honoré Jullien, restaurateur, originaire d’Allauch (Bouches-du-Rhône).

Son père, qui tenait un établissement quai de Bercy, constate l’engouement des parisiens pour les bords de Marne, devenus plus accessibles avec l’inauguration, en septembre 1859, du chemin de fer qui les relie depuis la gare de La Bastille. Il décide, vers 1863, de s’installer sur l’île Fanac, à Joinville-le-Pont (Seine, act. Val-de-Marne), où il ouvre un établissement intitulé Chez Jullien. Selon la cuisinière et journaliste Catherine Vialard, Jean Baptiste Jullien est le créateur du potage Julienne. Le restaurant devient, selon le publiciste Émile de La Bédollière, le rendez-vous des canotiers et canotières et contribue à la prospérité touristique dominicale de Joinville.

Dans un ouvrage intitulé Les joyeuses dames de Paris (1867), J. Neuville, assure que « Si l'on dressait de nos jours une carte de Tendre, on ne pourrait se dispenser d'y tracer dans un coin les contours de l’île de Joinville-le-Pont. Un homme intelligent et qui s'entend à donner aux moindres détails de la vie de plaisirs une direction particulière, M. Jullien s'est établi dans ce nid de verdure et y a créé l'établissement le plus charmant, le plus complet, le mieux disposé que l'imagination d'un poète idyllique puisse rêver. »

La maison, d'aspect rustique, est à l'intérieur avec un décor d'Opéra. Neuville estime le lieu si différent de ce qu'on voit ordinairement dans les environs de Paris, qu'il en trace un tableau physiologique. Pour lui, Jullien, Marseillais d’origine, est un commerçant parisien ce qui implique qu’il soit « un artiste doublé d'un philosophe et d'un observateur ». La clientèle éclectique qui se recrute parmi les artistes, les gens de finances et les étudiants.

Pendant le siège de Paris, entre septembre 1870 et mars 1871, la commune de Joinville est la cible de plusieurs bombardements, le pont qui relie les deux rives, et dessert par un escalier l’île Fanac, est détruit. La presque totalité de la population se réfugie dans la capitale, où Jean Baptiste Jullien meurt en novembre 1870.

Alors âgé de 18 ans, Honoré Jullien a rejoint le 99e régiment de volontaires. Il participe aux combats de la bataille de Champigny, qui se déroulent en partie sur le territoire de Polangis, à Joinville, et blessé est à la partie supérieure de la cuisse droite. La Société nationale des secours aux blessés, qui vient de se constituer et a installé une ambulance dans le château du Parangon, à Joinville, lui octroie un secours de 200 francs.

Après la fin du conflit, Joinville est occupé par des troupes allemandes, notamment bavaroises, jusqu’en septembre 1871. Honoré Jullien reprend l’exploitation de la guinguette familiale et la développe de manière importante. Émile Zola, dans Au bonheur des Dames, (1883) décrit les employés venant y manger quelques œufs, de la friture et du poulet sauté.

En juillet 1877 à Levallois-Perret, Jullien épouse Eugénie Pauline Bellot ; ils auront en 1878 un fils, Henri, qui sera tapissier.

Le publiciste Louis Rey témoigne en 1912 : « Je connaissais Jullien, comme tous les parisiens ayant fréquenté Joinville, je le savais bon restaurateur, homme aimable ».

Les élections municipales de 1878 voient s’affronter le maire sortant, Louis Ferdinand Rousseau, bonapartiste, à la tête d’une liste conservatrice, et des républicains rassemblés derrière Gabriel Pinson, descendants de deux maires et d’un adjoint qui a tenu son poste près d’un demi-siècle. Dès le premier tour, 16 républicains sont élus, et 4 autres sur les 21 sièges à pourvoir au second. Pinson devient maire. Honoré Jullien est élu avec lui conseiller municipal.

Au cours du mandat, un incident éclate parmi les élus sur l’attitude à adopter vis-à-vis des anciens insurgés de la Commune de Paris, amnistiés en 1879 par le gouvernement républicain. Un des nouveaux élus, futur dirigeant du comité radical-socialiste de la circonscription, Alphonse Demeestère, lance une souscription pour venir en aide à l’un d’entre eux, malade et sans ressource, Adolphe Morandy. Mais Pinson s’y oppose et fait voter par une majorité du conseil, dont Jullien, une motion au sein du conseil dans laquelle les élus « blâment sévèrement le citoyen Demeestère ». La presse s’étonne d’un tel comportement, n’y votant rien de blâmable, mais Pinson considère que Demeestère voulait se mettre en avant.

Comme la plupart des fidèles de Pinson, Jullien est réélu au cours des élections municipales de mai 1881. Les personnalités les plus radicales, comme Demeestère, ont été écartées.

Le scrutin suivant, en mai 1884, voit Pinson revenir mais les radicaux retrouvent leur place, avec notamment Demeestère et Jules Ferdinand Baulard, futur conseiller général et député. Jullien retrouve son poste dès le premier tour, comme 17 des 21 conseillers. Il est désigné comme secrétaire de l’assemblée. Il prend ses distances avec Pinson, auquel il reproche, en 1884, en plein conseil municipal d’avoir donné à chacun de ses « conseillers lèches-bottes » « son morceau de sucre ». L’assemblée lui vote alors un blâme ; Jullien abandonne sa fonction de secrétaire du conseil.

À la fin du mandat, Jullien s’est notablement rapproché de Demeestère, s’opposant par exemple avec lui au montant de l’octroi imposé sur les marchandises entrant dans la commune, contre la majorité du conseil.

Cependant, lors des élections municipales de mai 1888, Jullien reste fidèle à Pinson, qui se retrouve avec la concurrence d’une liste radicale-socialiste dirigée par Demeestère. Il est réélu dès le premier tour avec 337 voix sur environ 550 suffrages exprimés (61%). Les radicaux font élire trois des leurs, dont Demeestère. Pinson est réélu maire, Eugène Voisin est premier adjoint et Honoré Jullien devient le second adjoint.

À suivre

Chez Jullien, île Fanac, 1886

 

Partager cet article
Repost0
26 avril 2021 1 26 /04 /avril /2021 00:01

Suite de la biographie d’Achille Mermet

Résidant alors à Paris (5e arr.), rue de Poissy, Achille Mermet, professeur lycée Charlemagne et chef du laboratoire de chimie de l’école centrale, épouse Émilie Quirot en juillet 1882 à Joinville-le-Pont. Tous les témoins du mariage sont membres de la Légion d’honneur : Jean Baptiste Dumas est grand-croix, Charles Lenglier, proviseur du lycée Charlemagne, Adrien Javary, professeur à l’École polytechnique et le docteur Léandre Devailly sont tous trois chevaliers.

La famille de la mariée est installée dans une vaste demeure, rue de Paris à Joinville, dans laquelle le nouveau couple va s’installer. Le père d’Émilie, Théodore Quirot est professeur et directeur de l’institution d’enseignement privée laïque du Parangon à Joinville, qui comprend une part importante d’enseignement pratique. La mère de celui-ci, Désirée Lavenue, est la fille adoptive de Jean Marie Molette, chef d’institution et conseiller municipal de Joinville, qui épousa en deuxième noces Louis Ferdinand Rousseau, professeur puis lui aussi directeur du Parangon et maire de Joinville.

Quant à la mère d’Émilie, Jeanne Amiel est la fille d’un conseiller municipal de la commune et la nièce d’un célèbre peintre portraitiste. L’environnement familial dans lequel se trouve Achille Mermet va sans doute contribuer à son aisance financière et à son engagement dans la vie civique.

Il poursuit cependant son œuvre scientifique et pédagogique, non sans une certaine forme d’humour parfois. L’ancien juriste et théoricien anarchiste Émile Gautier, devenu chroniqueur scientifique pour Le Journal, ayant évoqué l’intérêt qu’il y aurait à faire des cures de fraises, Mermet évoqua un échange qu’il eut à ce sujet avec son maître, Dumas. Ce dernier consommait beaucoup de fraises, croyant à leur efficacité contre les douleurs. Il supposait que la lithine pouvait en être en la cause. Spécialiste de l’analyse spectrale, Mermet, après analyse de différentes variétés, constata qu’il y avait de la lithine dans quelques espèces, mais extrêmement peu, ce qui rendait impossible que les fraises puissent avoir l'efficacité nécessaire pour améliorer l'état des rhumatisants. Par contre, il trouva, en quantités énormes, des phosphates. Il conclut, dans une lettre au Journal, publiée en 1902, que consommer de tels aliments n’était donc « pas sans inconvénients. »

L’Union des physiciens est créée en 1906 par un professeur de Rouen, Abel Buguet et Achille Mermet en prend la présidence. C’est la première association de professeurs de sciences dans l’enseignement secondaire. Son bulletin est présenté par Mermet comme une « Mutuelle des Idées ». Un Service de Renseignements accueille les questions des adhérents auxquelles d’autres abonnés répondent dans les numéros suivants. Dans les deux premières années, plus de 200 questions sont posées. Selon la physicienne et historienne des sciences Nicole Hulin, Achille Mermet appelle le professeur à une véritable conversion : de « théoricien distingué », il est « invité à se transformer en praticien habile. »

En 1909, Mermet quitte sa fonction et devient président honoraire, tout en restant membre du bureau. À la fin de l’année, il prend sa retraite de l’enseignement et est nommé professeur honoraire.

Si le domicile de Mermet est à Joinville-le-Pont, il a un second lieu d’attache, l’île de Noirmoutier, en Vendée. Il y séjourne dès la fin du 19e siècle et engage en 1898 la construction d’une propriété, la Fougeraie, dans le site du Bois de la Chaize. Située rue Sainte-Agathe, elle est, en 2011, signalée au patrimoine des Pays-de-la-Loire.

Stationné dans la baie de l’Anglée, le yacht Milianne, un cotre de 27 tonneaux, construit à Bordeaux en 1874, appartient à Mermet en 1902. Naviguant notamment sur les côtes du sud de la Bretagne, il s’inquiète des conditions d’accueil des plaisanciers dans les ports. Ainsi en 1906, il se plaint dans Yachting gazette du mouillage de Saint-Nazaire (Loire-Inférieure, act. Loire-Atlantique) d’où, d’après lui, son yacht revient tel « une dame en robe blanche qui sortirait d’une visite dans une mine de houille ! »

En septembre 1909, Mermet écrit à Arthur Coquard compositeur et critique musical du quotidien L’Écho de Paris, habitué de Noirmoutier, pour lui signaler un phénomène de « mer en feu » particulièrement spectaculaire, auquel il a assisté au large de Pornic (Loire-Inférieure) et qui dure environ 20 minutes. Plusieurs quotidiens parisiens et revues de géographie accueillent son témoignage. Mermet se demande s’il y aurait un lien avec des manifestations sismiques, cosmiques ou météorologiques, qu’il estime particulièrement nombreuses en 1909 dans « notre pauvre globe breloqué comme un sac de noix. »

À suivre

Le yacht Milianne de Mermet

 

Partager cet article
Repost0
20 avril 2021 2 20 /04 /avril /2021 00:01

Suite de la biographie d’Eugène Voisin

Les élections municipales de mai 1908 se déroulent dans un climat qui a évolué depuis le précédent scrutin. Il n’y a plus, a proprement parler, de liste conservatrice. Voisin est à la tête d’une liste estampillée par le comité radical-socialiste, sous l’égide de son président Albert Gallas ; elle intègre cependant des personnalités beaucoup plus libérales, comme Jules Beauvais. En face, une liste est présentée par le comité socialiste évolutionniste. Formée par des indépendants socialistes, elle comprend également d’anciens radicaux et des personnalités de centre-droit. Le parti socialiste SFIO, qui s’est formé en 1905, présente une liste très incomplète, toujours avec Lacroix et Lebègue. Il y a aussi des candidats indépendants, dont Jean Baptiste Gripon, médecin.

Les radicaux et Eugène Voisin mettent en avant « une gestion sage et une administration prudente des finances de la commune ». Ils projettent de réaliser des économies, d’encourager les œuvres laïques d’instruction, d’éducation, d’assistance et de solidarité. Ils affirment leur opposition à de nouveaux impôts et confirment leur volonté de réaliser un compte-rendu de mandat annuel.

Au premier tour, six de ses candidats sont élus, avec Voisin à leur tête. Au second tour, les radicaux laissent un siège aux socialistes évolutionnistes (François Provin) et au docteur Gripon. Ils remportent tous les autres, mais le premier adjoint sortant, Honoré Jullien, est battu. Ce sera Émile Briolay qui le remplacera, au côté de Villain et Voisin. Cependant, le comité radical-socialiste est déçu par la défaite de Jullien, qui en était un des piliers.

Même en l’absence d’une représentation forte des opposants, le conseil municipal va connaître une vie agitée. Le Dr Gripon, qui s’était fait élire pour se défendre d’accusations portées par un autre médecin, attaque le maire sur sa gestion du bureau de bienfaisance, accusation reprise par les socialistes évolutionnistes qui disposent alors d’un journal local, l’Indépendant. Une enquête préfectorale écartera les accusations de Gripon.

Préoccupés d’hygiène, les élus du conseil municipal décident, pour la première fois en mai 1909, l’envoi d’enfants de Joinville à la montagne, en l’occurrence en Ardèche. Voisin défend devant les maires voisins le rôle et l’importance de l’école de gymnastique du Bois de Vincennes. Il installe également un portique dans la caserne des pompiers.

Le climat politique local se tend fortement à partir de la fin de l’année 1909. Le premier prétexte est le mauvais état d’un chemin du quartier de Palissy, abîmé par le passage de charrettes transportant des boues déposées au port de la commune, sur la Marne, par des péniches et transportées ensuite vers des terrains d’épandage. Les riverains se plaignent de la détérioration de leur rue, tandis que l’entrepreneur et la mairie n’arrivent pas à se mettre d’accord sur l’entretien de la voie.

La considérable inondation de toutes les zones basses de la commune, en janvier 1910, du fait de la crue record de la Marne mobilise énormément Voisin, son équipe municipale et les employés. Pendant le désastre, selon le chroniqueur Louis Rey, également conseiller municipal, « La municipalité se décuplait. Les rivalités, les haines politiques disparaissaient ». Il relève que 100 ha sur 300 et 53 rues sur 89 ont été atteintes. Mais la répartition des secours amène de nouvelles tensions, certains des opposants de 1908 tentant de profiter de l’occasion pour mettre en cause les gestionnaires. Ainsi, Théophile Leteuil constitue un comité intercommunal des inondés, dont il se proclame président. Il en profite pour critiquer la gestion de la caisse des écoles communale, ce qui s’avèrera sans fondement. En mai 1911, une affaire de comportement dans l’école publique de Polangis attisera encore plus les animosités entre élus.

À la fin de l’année 1910, la santé de Voisin se dégrade ; il est de plus en plus régulièrement éloigné des activités publiques. Il ne peut pas participer à la réunion de compte-rendu de mandat du conseil municipal qui se tient en février 1911. Elle est l’occasion où se manifeste publiquement la scission de la majorité municipale. D’un côté, les fidèles du maire sont rassemblés autour des adjoints Villain et Briolay et de Louis Rey, chimiste et principal animateur des radicaux-socialistes de la commune. De l’autre, quatre dissidents (Vel-Durand, Mermet, Watrinet et Arnaud) qui prétendent cependant rester membres du parti radical.

Un journal de droite de Saint-Maur, le Courrier libéral, assure que l’affrontement a débuté lors d’une réunion du comité radical de Joinville. Le chroniqueur, Louis Gallas, avocat joinvillais, assure que les dissidents « ne veulent plus obéir servilement aux injonctions de la franc-maçonnerie ! » Il note qu’ils se rapprochent du parti socialiste unifié (SFIO) dont le responsable, Émile Lebègue, graveur sur acier, critique énergiquement la municipalité et en particulier Rey. Avec les dissidents, ils se plaignent de l’apathie supposée de la municipalité. Louis Gallas conclut que « la municipalité, par un défaut de cohésion, est incapable de gérer plus longtemps les affaires de la commune ; c’est que notre maire Voisin n’a malheureusement plus les forces nécessaires pour guider la trirème municipale. La démission collective du conseil municipal s’imposerait. »

À défaut d’un retrait des élus de la majorité, ce sont les dissidents, que deux autres élus ont rejoints, qui démissionnent et, à la faveur de plusieurs autres départs d’élus de 1908, provoquent des élections municipales partielles en octobre 1911. Dans les deux camps, les attaques personnelles se multiplient. Lors du scrutin, les dissidents se représentent, tandis que la mairie laisse René Martin, président de l’Union des commerçants de Joinville, tenter de leur barrer la route. Au soir du second tour, la liste de protestation emporte les sept sièges à pourvoir. Un correspondant de Voix des communes avait présenté de cette façon l’enjeu : « Les élections sont un épisode d’un plan longuement préparé pour renverser l’honorable maire de Joinville et prendre sa place. Les électeurs ont à se prononcer entre deux hommes, Voisin et Vel-Durand. Le corps électoral saura choisir entre l’homme qui l’a toujours servi et l’homme qui s’est toujours servi de lui. »

À suivre

 

Partager cet article
Repost0
14 avril 2021 3 14 /04 /avril /2021 00:01

Suite de la biographie d’Eugène Voisin

Les élections municipales suivantes, en janvier 1878, vont voir une modification profonde du paysage politique. La liste conservatrice bonapartiste du maire sortant, Rousseau, est balayée. Seuls quatre élus sortants sur seize se retrouvent dans le nouveau conseil, qui comprend désormais vingt-et-un élus : deux des républicains minoritaires de 1874, Pilté et Benoit, ainsi que Gabriel Pinson et Eugène Voisin, qui les ont rejoints, avec plusieurs personnalités radicales, comme Demeestère ou Louis Vaudey, fondeur en cuivre. Pinson, restaurateur, devient maire et Voisin premier adjoint, un poste de deuxième adjoint étant alors créé, pourvu par Jules Marchais, épicier.

La nouvelle majorité va connaître une crise en septembre 1879. Demeestère, avec le soutien de Vaudey, veut venir au secours d’un ancien officier de la Commune de Paris, libéré très malade et sans ressources ; il lance une souscription puis propose au maire de former un comité de secours aux communards amnistiés. Le maire refuse vivement, puis fait voter un blâme contre Demeestère, qu’il fait afficher dans les rues de Joinville en l’accusant de « réclamer de la popularité au détriment de ses collègues ». Pinson est suivi par treize membres du conseil, dont Voisin, tandis que sept autres refusent de sanctionner Demeestère.

Aucun des minoritaires n’est réélu lors du scrutin suivant, en janvier 1881. Pinson et Voisin sont reconduits comme maire et premier adjoint, Prince Amédée Gosset, serrurier, prenant la fonction de deuxième adjoint. La grande affaire du mandat est la mise en œuvre de l’instruction publique, laïque et obligatoire, en application de la loi de 1881.

À l’occasion du vote suivant, en mai 1884, les républicains les plus radicaux font leur retour au sein du conseil, comme Demeestère ou Henri Diot, distillateur. Pinson comme Voisin conservent leurs postes, Nicolas Chéret, boucher, devenant deuxième adjoint.

Un nouvel affrontement politique va se jouer lors des élections municipales de mai 1888. Demeestère et Diot constituent une liste avec le soutien du comité électoral républicain radical-socialiste, contre celle de Pinson, sur laquelle Voisin se trouve. Diot, Demeestère et Vaudey seront les trois seuls élus radicaux, les républicains modérés arrivant en tête avec dix-huit sièges. Voisin obtient le second meilleur score, derrière Jules Rousseau, chef d’institution, directeur de l’école privée laïque du Parangon. Il réunit 363 voix, soit environ 65% des suffrages exprimés. Pinson, Voisin et Chéret sont reconduits. Mais le maire décède le mois suivant.

L’élection de son successeur se déroule alors que la presse locale donne Jules Rousseau en tant que favori, légitimé par son score personnel selon lui, citant également les deux adjoints, le restaurateur Honoré Jullien et le principal de collège Albert Bleunard, ces derniers ayant la faveur des radicaux. L’hebdomadaire radical Voix des communes commente « Que le maire soit M. Rousseau, ce qui est probable, M. Voisin, ce qui est possible, M. Chéret, ce qui est improbable ou M. Jullien, ce qui serait désirable, le conseil se mangera le nez dans un bref délai. Très probablement, il ne pourra poursuivre jusqu’au bout l’accomplissement de son mandat. Il n’avait d’homogénéité que grâce à Pinson, son père ». Au cours d’un vote tendu en août 1888, c’est Eugène Voisin, qui l’emporte. Rousseau quitta la salle absolument seul et paraissant très abattu, selon le témoignage de Charles Pâquet, petit-fils d’Eugène Voisin. Il démissionna, mais la plupart des conseillers municipaux restèrent en poste.

Devenu maire, Eugène Voisin est accompagné de Chéret et du restaurateur Honoré Jullien en tant qu’adjoints. Une certaine tension persiste avec les radicaux, qui font élire trois de leurs candidats lors d’un scrutin partiel de mars 1890, dont le publiciste Henry Vaudémont. La liste patronnée par Jullien obtient deux sièges. François Nicolas Couppé, doreur sur métaux, remplace Chéret comme adjoint.

Pendant son mandat, Voisin se rapproche des radicaux. En janvier 1889, il prend part au Congrès républicain antiboulangiste (le général Boulanger est candidat populiste à un poste de député de la Seine), dont les autres délégués de la commune sont les radicaux Jules Ferdinand Baulard, conseiller général ainsi que Demeestère et Vaudémont. Voisin participe également à une souscription en faveur d’Édouard Jacques, président du conseil général de la Seine, concurrent de Boulanger, mais ce sera ce dernier qui l’emportera.

Sociétaire de la Société des sapeurs-pompiers de Joinville-le-Pont depuis 1877, principale société de secours mutuels de la commune à ce moment, Eugène Voisin en devient le président en 1885 ou 1886. Il conservera cette fonction jusqu’à son décès.

Dans le domaine artistique, Eugène Voisin est nommé en 1890 président de la société musicale joinvillaise L’Espérance, qui organise des concerts en général deux fois par an.

Au sein de sa commune, il préside la commission des fêtes et développe celles de la rive gauche de la Marne. Il crée également un marché d’alimentation dans le quartier de Palissy, dans la même zone. Pour la première fois, en octobre 1891, contrairement à son prédécesseur, il accepte la demande du comité radical-socialiste de rendre compte de son mandat en séance publique.

À suivre

 

Partager cet article
Repost0
12 avril 2021 1 12 /04 /avril /2021 00:01

Début de la biographie d’Eugène Voisin

Eugène Voisin naît le 5 juillet 1834 à Créteil (Seine, act. Val-de-Marne). Il est le fils de Marie Anne Alexandrine Jozon et de son époux, Jean Louis François Voisin, marchand de vins.

La première activité professionnelle d’Eugène Voisin est celle d’entrepreneur de bals, qu’il exerce au moment de son mariage en juin 1860 à Créteil avec Hortense-Pauline Mottheau. Il vivait alors avec son père, après le décès de sa mère, dans la commune proche de Saint-Maurice.

L’organisation de fêtes nécessite des compétences annexes, en tapisserie et décoration notamment, mais également en musique. Le bal Voisin s’installe à Joinville-le-Pont, où la famille Voisin vivra le reste de sa vie. Eugène Voisin y sera également professeur de solfège et de musique. Mais il est également horticulteur, au moins depuis 1867 et le restera ensuite.

Dans sa commune, Voisin devint conseiller municipal. La date de son entrée dans l’assemblée communale est, dans plusieurs textes officiels ultérieurs, fixée à 1867. Il n’y a pas de trace, dans la documentation disponible, de renouvellement complet ou partiel du conseil cette année, cependant, c’est bien cette date qu’évoque Voisin lui-même dans un discours de 1911. Eugène Voisin est nommé membre du conseil municipal de Joinville-le-Pont par un décret du 20 janvier 1869, qui porte le nombre de membres de douze à seize. Le maire est le conservateur Auguste Courtin, qui a succédé à son père adoptif, le grammairien Charles Chapsal, Hippolyte Pinson étant l’inamovible adjoint au maire. Eugène Voisin sera ensuite constamment reconduit.

En septembre 1870, après l’instauration de la République, Eugène Voisin est élu, en dernière position des seize membres. Auguste Courtin est de nouveau maire, tandis que Louis Ferdinand Rousseau remplace Pinson comme adjoint. Pendant la guerre franco-allemande de 1870-1871, Eugène Voisin rejoint les combattants et sera décoré de la médaille commémorative du conflit.

La guerre franco-prussienne provoque 2 000 morts, essentiellement militaires, en Marne et sur le territoire de Polangis et la Plaine du Tremblay pendant la bataille de Champigny du 30 novembre au 3 décembre 1870. Les dégâts civils dus aux bombardements sont importants, le pont de Joinville est détruit par l’armée française qui veut empêcher le passage des troupes allemandes. La population se réfugie à Paris et la municipalité est transférée, d’abord en septembre 104, rue du Bac, (7e arr.) puis en novembre 105, boulevard Voltaire (11e arr.). Le conseil municipal réinvestit la mairie, qui a subi d’importantes dégradations, pendant la Commune de Paris, le 1er avril 1871. La ville reste occupée par des troupes badoises, prussiennes et bavaroises jusqu’au 24 septembre de la même année ; la municipalité doit gérer les relations difficiles des habitants avec les occupants.

Lors d’élections municipales organisées pendant la période d’occupation, en juillet 1871, la plupart des édiles sont réélus, dont le maire et son adjoint. Eugène Voisin arrive cette fois en sixième position dans le vote populaire.

Le scrutin de novembre 1874 voit pour la première fois s’affronter les conservateurs, issus du conseil sortant, et une liste républicaine, dans laquelle on trouve des représentants de la petite bourgeoisie locale : le boucher Louis Eugène Benoit, un fonctionnaire de la préfecture de Paris, Antoine Cambier, l’industriel Alphonse Pilté ou l’ancien fabricant de bronzes devenu hôtelier, Alphonse Demeestère. Les trois premiers sont élus, mais la majorité reste aux partisans du maire. Voisin est de nouveau reconduit en arrivant cette fois juste derrière Courtin et Rousseau. Le maire démissionne en 1876, et quitte alors la commune en vendant son château, qui sera ensuite loti pour constituer le cœur du nouveau quartier de Polangis. L’ancien adjoint, Louis Ferdinand Rousseau, bonapartiste, devient maire et Charles Brillaux est son adjoint.

À suivre

 

Partager cet article
Repost0
17 octobre 2020 6 17 /10 /octobre /2020 00:01

Nicolas François Couppé naît le 5 décembre 1825 à Paris. Il est le fils de Mélanie Augustine Pérée et de son mari, Louis Auguste François Couppé. Il épouse en octobre 1846 à Paris (2e arr.) en l’église Saint-Eustache Louise Félicie Samson.

Couppé fait fonctionner à Paris (4e arr.) en 1850 un atelier de doreur et argenteur sur métaux, qu’il spécialise dans la fabrication de flambeaux de style Louis XVI en 1856. La famille s’installera ensuite dans le 3e arrondissement, rue de Thorigny.

La situation de la Couppé pendant la guerre de 1870-1871, qui voit l’Empire français s’opposer aux puissances allemandes menées par la Prusse, n’est pas connue. Il est probable que son fils, Léon Auguste, s’est engagé ; il deviendra, dans la réserve de l’infanterie, sous-lieutenant en 1884.

Tout en conservant son domicile parisien, la famille Couppé dispose d’une résidence à Joinville-le-Pont (Seine, act. Val-de-Marne), dans le nouveau quartier de Palissy, sans doute peu après la fin de la guerre. Ils acquièrent une maison mise en vente par Louis Hugedé qui lotit la rue qui porte toujours son nom.

L’implantation de François Nicolas Couppé sur les bords de Marne va l’amener à s’impliquer dans la vie locale. Il fait partie du groupe de républicains qui, en janvier 1878, portent le modéré Gabriel Pinson à la mairie, en battant le sortant Ferdinand Rousseau, bonapartiste. Le nouveau conseil municipal compte également quelques radicaux-socialistes.

La démission en 1879 du second adjoint, l’épicier Jules Marchais, conduit à la désignation de François Nicolas Couppé à ce poste. Un conflit éclate au sein du conseil, en septembre 1879 ; Alphonse Demeestère, qui sera plus tard le dirigeant du comité radical-socialiste de la circonscription, veut porter secours à Adolphe Morandy, ancien lieutenant des Francs-tireurs pendant la guerre franco-allemande de 1870 et officier sous la Commune de Paris en 1871, récemment amnistié et malade. Il lance une souscription, ce que conteste le maire. Couppé est signataire avec la majorité de la motion du conseil municipal du 27 septembre 1879, dans laquelle les élus « blâment sévèrement le citoyen Demeestère. »

Lors des élections municipales de janvier 1881, François Nicolas Couppé est réélu conseiller municipal. Les places d’adjoints sont occupées par Eugène Voisin et Prince Amédée Gosset. Il est probablement secrétaire de l’assemblée. Les républicains modérés ont emporté tous les sièges, les radicaux ne siégeant plus.

Non réélu lors des élections municipales de mai 1884, qui voient le retour de plusieurs radicaux, Couppé est présent en mai 1888 sur la liste de Gabriel Pinson, qui emporte 18 des 21 sièges à pourvoir, les radicaux-socialistes, alliés à quelques socialistes-révolutionnaires, obtenant les trois autres. Il est élu avec 305 voix pour environ 550 suffrages exprimés (55%). Gabriel Pinson est réélu maire, avec Eugène Voisin et Nicolas Chéret comme adjoints. La mort de Pinson, en juin, conduit à l’installation d’Eugène Voisin à un poste qu’il occupera pendant un quart de siècle, tandis que Nicolas Chéret et Honoré Jullien sont adjoints. Mais la disparition du premier en février 1890 fait que Couppé est, de nouveau, appelé à remplir la fonction d’adjoint en avril de la même année.

Le remplacement de Pinson par Voisin marque un rapprochement durable de la majorité municipale avec le comité radical-socialiste, qui remporte la majorité des sièges à pourvoir lors de l’élection partielle de mars 1890. Par contre, elle précipite une rupture avec certains conservateurs.

Lors de l’élection municipale de mai 1892, La liste Voisin, sur laquelle figurent Jullien et Couppé, fait face à des adversaires de droite. Elle recueille au premier tour en moyenne 360 voix pour 639 suffrages exprimés (56,3%) tandis que les opposants conservateurs en ont 141 (22,1%). Les premiers ont 21 élus sur 23, la droite en ayant un et un indépendant entre aussi au conseil municipal. Voisin et réélu maire, Jullien et Couppé adjoints.

L’équipe en place n’a pas de concurrent en mai 1896 et est reconduite avec une moyenne de 800 voix. Le bureau maintenu est maintenu à l’identique.

La présence de concurrents socialistes-révolutionnaires en mai 1900 n’empêche pas la nouvelle victoire de la liste Voisin dès le premier tour. Couppé recueille 622 voix pour 1 096 inscrits. Le trio Voisin, Jullien et Couppé reste en place. Ce dernier achève son mandat en mai 1904, n’étant pas candidat à sa réélection. Paul Villain lui succède comme deuxième adjoint. Couppé aura siégé six ans comme conseiller municipal et seize ans comme adjoint au maire, soit vingt-deux ans de mandat. À côté d’un Honoré Jullien, de tendance radicale-socialiste affirmée, Couppé semble avoir représenté une tendance plus modérée. Il joua un rôle politique évident, étant la plupart du temps désigné comme électeur sénatorial et représentant régulièrement la commune lors d’évènements.

En janvier 1888, Couppé était devenu administrateur de la société de tir Les Volontaires de Joinville et Champigny, présidée par Louis Jules Debeuré, également doreur sur métaux, libre-penseur et qui sera élu conseiller municipal de Joinville sur la même liste que Couppé en mai 1888.

Nicolas François Couppé meurt le 11 mars 1906 à Joinville. Il était père de deux enfants, dont une fille morte en bas âge et avait été décoré des Palmes académiques en tant qu’officier d’académie en janvier 1904.

Joinville-le-Pont en 1885

 

Partager cet article
Repost0
13 octobre 2020 2 13 /10 /octobre /2020 00:01

Nicolas Émile Deiber naît le 13 mars 1847 à Neufchâteau (Vosges). Il est le fils de Marie Anne Villemont et de Joseph Deiber, tailleur d’habits.

Devenu employé de banque au Comptoir d’escompte de Neufchâteau, Émile Deiber épouse en octobre 1869 à Goussaincourt (Meuse) Adeline Sophie Mélinat, dont le père, ancien coiffeur, est hospitalisé à l’établissement des Incurables (act. hôpital Bicêtre, Paris) et dont la mère vit à Versailles (Seine-et-Oise, act. Yvelines).

Peut-être Deiber combat-il pendant la guerre de 1870-1871, qui oppose la France à plusieurs États allemands, dont la Prusse. Il est officier dans la réserve, affecté au 80e régiment territorial d’infanterie comme sous-lieutenant en 1878. En mai 1884, il est promu au grade de capitaine dans la même unité.

La famille est installée en 1873 à Joinville-le-Pont (Seine, act. Val-de-Marne), rue Bernier, dans le quartier du Centre, où naissent leurs deux filles. Émile Deiber est chef comptable dans la société des Forges de Saint-Maur, implantée dans la commune et dirigée par Alphonse Pilté. Elle emploie 150 ouvriers. Deiber témoigne devant le tribunal civil de la Seine en faveur de Pilté, qui agissait comme président de la caisse de secours des Forges de Joinville, contre un des employés blessé ; l’affaire est jugée en leur faveur en appel en 1878.

Cette même année, Deiber et Pilté font partie d’un groupe de républicains de la commune qui décident de s’opposer au maire sortant, bonapartiste, Ferdinand Rousseau. La liste emporte 20 des 21 sièges à pourvoir, le dernier échéant à un orléaniste. Gabriel Pinson, républicain modéré, est élu maire. Un conflit éclate au sein du conseil, en septembre 1879 ; Alphonse Demeestère, qui sera plus tard le dirigeant du comité radical-socialiste de la circonscription, veut porter secours à Adolphe Morandy, ancien lieutenant des Francs-tireurs pendant la guerre franco-allemande de 1870 et officier sous la Commune de Paris en 1871, récemment amnistié et malade. Il lance une souscription, ce que conteste le maire. Deiber est signataire avec la majorité de la motion du conseil municipal du 27 septembre 1879, dans laquelle les élus « blâment sévèrement le citoyen Demeestère. »

Pour prendre la suite d’Alphonse Pilté, Deiber s’associe avec Julien Grand, administrateur, et devient directeur d’une nouvelle société, au capital de deux millions de francs, formée en juin 1879, la Société anonyme des forges, laminoirs et aciéries de Seine-et-Rhône, basée à Joinville, spécialisée dans les fers de ferraille. L’entreprise gère également les forges, laminoirs et aciéries d’Oullins (Rhône). Deiber devient ainsi maître de forges.

En janvier 1881, Deiber est réélu conseiller municipal de Joinville, sur la liste de Gabriel Pinson ; les éléments les plus radicaux, dont Demeestère, ne sont pas reconduits. C’est Deiber qui, au nom de la municipalité, prononce le discours pour l’inauguration des écoles communales, au moment où l’instruction publique devient obligatoire. Il conclut en assurant que « l'instruction était la compagne obligée de la liberté ». Le délégué du préfet, M. Roux, fait l'éloge de Joinville, considérant qu’il s’agissait de « la commune la plus instruite du département ». Elle accueillait déjà un important établissement privé laïc, le Parangon.

Selon l’historienne Michelle Perrot, Deiber, conseiller municipal républicain, « passe parmi ses ouvriers pour un royaliste ennemi des ouvriers ». Elle raconte l’anecdote suivante, qu’elle ne date pas : « Aux forges de Joinville-le-Pont, où sévit le chômage, les ouvriers ayant proposé de ne travailler que quinze jours pour employer tout le monde, le directeur Debert [Deiber] les apostrophe : Vous voulez travailler quinze jours ? – Oui – Eh bien ! Vous ne travaillerez pas du tout ; foutez-moi le camp. »

La dissolution de la Société des Forges laminoirs et aciéries de Seine-et-Rhône est décidée par les actionnaires en mars 1885. Deiber est désigné comme un des deux liquidateurs. Il vend aux enchères l’usine d’Oullins. L’usine de Joinville sera elle exploitée par la société Édouard Martin, Ducamp et Cie avant de rejoindre, en 1892, la Compagnie française du Bi-Métal.

Quittant les bords de Marne, Deiber s’installe rue du Parc-Royal, dans le quartier du Marais à Paris (3e arr.), où il reprend un atelier de fabrication de timbres élastiques et en caoutchouc. Il présente ses produits lors de l'exposition universelle de 1889 à Paris.

Revenant aux activités métallurgiques en 1896, il fonde la société Deiber et Allagnier avec son gendre, Alphonse Allagnier. Elle est basée à Alfortville (Seine, act. Val-de-Marne), un peu en aval de Joinville. Il constitue en outre la société Deiber, Grondard et Cie pour fabriquer des bandages de roues, des chaudières et réservoirs. Ils rachètent, en 1897 un train circulaire pour le bandage des roues sans soudure. Au cours de l'exposition universelle de 1900 à Paris, elle est gratifiée d’une médaille d'or.

Nicolas Émile Deiber meurt le 13 février 1901 à Paris (3e arr.). Il était âgé de 53 ans et père de deux filles. Décoré des Palmes académiques, il était officier d’académie depuis 1881 et avait été fait ensuite officier de l’instruction publique. L’entreprise qu’il dirigeait en tant que maître de forges deviendra les Forges et laminoirs d’Alfortville en 1901.

L'usine métallurgique de Joinville-le-Pont en 1907

 

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Polmorésie, blog d’histoire
  • : Histoire politique, économique, culturelle et sociale au travers des acteurs qui ont se sont engagés dans la vie publique.
  • Contact

Recherche

Liens