Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
16 décembre 2019 1 16 /12 /décembre /2019 00:01

Henri Jean Jougla naît le 28 avril 1903 à Joinville-le-Pont. Il est le fils de Célestine Pujolas et de son mari, Zacharie François Jougla, conducteur principal des ponts-et-chaussées. Son père utilise le nom « Zacharie Jougla de Paraza », en référence au titre de baron de Paraza, existant dans la famille depuis le 17e siècle. Henri Jougla va utiliser lui le nom « Henri Jougla de Morenas », qui serait lié à la famille de sa mère.

Pendant son enfance, Henri Jougla vit à Joinville-le-Pont (Seine, act. Val-de-Marne), où son père est associé à son oncle, Joseph Jougla, pour l’exploitation de l’usine de plaques photographiques et films pour le cinéma qui porte le nom de ce dernier. Ils résident avenue du Château (act. avenue Foch), dans le quartier de Polangis.

Après la fusion de la firme Jougla avec la société des frères Lumière, en 1911, Zacharie Jougla de Paraza quitte la région parisienne et s’installe dans le Gard, où il décède en mai 1914.

Henri Jougla de Morenas fait probablement des études à l’École des Chartes à Paris car il est qualifié de chartiste dans les années 1930 ; il devint un spécialiste de l’héraldique.

Il suit la tradition familiale et est recruté en janvier 1927, suite à un concours passé en mars 1925, en qualité de commis-dessinateur à la préfecture de la Seine (Paris), désigné sous le nom d’Henri Jean Jougla. Il est présenté en 1928 comme dessinateur architecte, en 1931 comme conducteur de travaux, puis à son décès comme ingénieur, à l’instar de son père et de son oncle.

La Bibliothèque nationale de France mentionne, dans une notice, qu’il est diplomate et héraldiste. Cependant, les fonctions de Jougla dans la diplomatie ne sont pas précisées ni attestées par d’autres sources.

Huit jours après le décès de leur fils, né la veille, Henri Jougla épouse en mai 1928 à Saint-Mandé (Seine, act. Val-de-Marne) Azeline Jeanne Marie Pauline Gouya, artiste lyrique. Ils vivent avenue de la République. Ils divorceront.

À partir de 1934, Henri Jougla de Morenas fait paraître le Grand Armorial de France, œuvre monumentale qui va compter sept volumes, et auquel contribuera également le comte Raoul de Warren. Le premier volume est édité aux éditions Héraldiques, les six suivants le seront à la Société du Grand Armorial de France.

L’auteur indique en 1934 dans Comoedia avoir consacré « 20 années de labeur » (ce qui implique qu’il ait commencé à 10 ans), chiffre rectifié dans d’autres journaux en 17 ans,  aux 20 000 blasons, 6 000 généalogies, 3 000 illustrations et 10 planches en couleurs annoncées avec le tome premier. Il est dédié au duc de Guise. L’armorial se différencie de publications antérieures par son indépendance vis-à-vis des familles mentionnées. Il est salué par la presse, par exemple le quotidien Le Temps y voit « un véritable monument et une puissante synthèse des origines de la vraie France où les héraldistes trouveront les éléments indispensables à leurs études. »

Complétant son Armorial, Henri Jougla de Morenas publie, aux mêmes éditions, Noblesse 38 en 1938. Il s’y essaie à une quantification de la noblesse et de son évolution dans le temps, chiffrant la durée de continuation d’une famille entre 320 et 350 ans, soulignant qu’il n’y a plus, à cette date, que 4 400 familles nobles comptant 30 000 individus, à comparer avec les 17 500 familles qu’il recense au début du 18e siècle.

Analysant ce deuxième ouvrage, l’historien Paul Leuilliot, considère, dans les Annales d’histoire sociale, que « Le livre est bien informé, très clair (non sans une pointe d’antisémitisme parfois) ». Cette dernière remarque prend un relief particulier, quand on sait qu’elle est datée de 1943.

Remarié avec Gilberte Paulette Bouquier en décembre 1944 à Paris (20e arr.), où ils résident désormais, Henri Jougla de Morenas qui poursuit son activité d’ingénieur de travaux, va avoir deux filles, dont la dernière voit le jour trois ans avant sa disparition.

Il publie en 1947, toujours chez le même éditeur, Le Second Ordre, où il poursuit son travail de recensement des familles contemporaines de la noblesse française, dont il rectifie le nombre  4 528.

Henri Jougla de Morenas meurt le 6 mars 1955 à Paris (20e arr.). Il était âgé de 52 ans et résidait rue du Capitaine-Ferber. Il est inhumé dans le caveau familial, au cimetière de Joinville-le-Pont.

 

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Polmorésie, blog d’histoire
  • : Histoire politique, économique, culturelle et sociale au travers des acteurs qui ont se sont engagés dans la vie publique.
  • Contact

Recherche

Liens