Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
18 novembre 2019 1 18 /11 /novembre /2019 00:01

Édouard Gilles Vautier naît le 5 octobre 1789 à Pantin (act. Seine-Saint-Denis). Il est le fils de Marie Jeanne Studians et de son époux, Gilles Vautier, commandant de la brigade de la maréchaussée.

Le père, Gilles Vautier (1740-1812), deviendra chef d’escadron et commandant de la gendarmerie impériale de la Seine-Inférieure (act. Seine-Maritime). Décoré en tant que chevalier de la Légion d’honneur, il est également anobli et fait chevalier de l’empire, titre non héréditaire. Son effigie est conservée au Musée des Beaux-Arts de Rouen sous le titre « Portrait d'un officier du 1er empire, M. Vautier », œuvre d’un peintre anonyme ; elle provient d’un don de son fils aîné, Louis Gilles Vautier, fait en 1871.

Édouard Vautier, qui n’est pas marié, vit, à la fin du second empire, avec son frère aîné, Louis Vautier, qui semble être également célibataire, rue de Sévigné à Paris (3e arr.).

Ils semblent jouir d’une certaine aisance et tous deux font des testaments en juillet 1869. Louis Vautier attribue trois mille six cents francs de rente pour moitié à la gendarmerie départementale de la Seine-Inférieure, et pour l’autre moitié à celle de l'Eure. Outre le tableau de son père, il attribue également une rente de cinq cents francs pour créer un prix triennal pour les élèves de l'École municipale de peinture et de dessin de Rouen. Une dernière rente de trois cents francs est destinée aux pauvres de la préfecture normande. Son frère, Édouard Vautier, est son exécuteur testamentaire.

Beaucoup plus modeste, le legs d’Édouard Vautier est une rente de 400 francs faite en faveur de deux vieillards de la commune de Joinville-le-Pont (Seine, act. Val-de-Marne), où il disposait très vraisemblablement d’une résidence d’été.

Ce don va cependant faire de lui un bienfaiteur de la ville, qui donnera son nom à une rue d’un quartier pavillonnaire, proche des bords de Marne. Son patronyme est également inscrit sur la plaque des bienfaiteurs de la commune, apposée lors de l’agrandissement de la mairie en 1911.

Son frère Louis Vautier meurt, à l’âge de 87 ans, dans leur domicile parisien le 26 janvier 1871, deux jours avant la fin du long siège de Paris et l’entrée dans troupes de la Confédération germanique dans la capitale.

Édouard Vautier lui survivra peu, puisqu’il décède le 15 mars 1871 également à Paris (3e arr.), dans sa 82e année. L’insurrection révolutionnaire de la Commune de Paris débutera trois jours plus tard. Pendant le siège, la population de Joinville avait en grande partie quitté la commune et s’était réfugiée à Paris, où siégeait son conseil municipal.

Ancien bureau de poste à l'angle de la rue Vautier, 1908

 

Partager cet article
Repost0
1 juin 2019 6 01 /06 /juin /2019 01:01

La famille de Nalèche, d’origine limousine et implantée dans la Creuse, connut une notoriété constante pendant près de deux siècles.

Léonard Bandy de Lachaud, seigneur de Lachaud, Noizat et Nalèche (1729-1803), marchand tapissier à Felletin, est député du tiers état par la sénéchaussée de Guéret aux États généraux en 1789, où il défend des positions républicaines. Il est maire de Felletin en 1801.

Gilbert Bandy de Nalèche (1756-1820), fils du précédent, militaire, prend la tête du 1er bataillon de volontaires de la Creuse, contribuant à la libération de Thionville, en septembre 1792. Devenu génal en 1793, il est reversé dans la gendarmerie en 1797. Hostile au coup d'État du 18 brumaire de Napoléon Bonaparte, il vote contre le consulat à vie, ce qui lui vaut d'être mis en réserve. Il rentre en grâce en 1809 et est nommé chef de brigade dans la cavalerie. Il devient commandant supérieur des îles de la Zélande en 1814 (aux actuels Pays-Bas). En 1812, il reçoit le titre de baron et est fait chevalier de la Légion d’honneur en 1813. Pendant les Cent-Jours en 1815, il est élu par l'arrondissement d'Aubusson à la Chambre des représentants.

Auguste François Léonard Bandy de Nalèche (1789-1868), fils du précédent, également militaire, fut avocat, sous-préfet d'Aubusson en 1830 et inspecteur général des établissements de bienfaisance en 1844.

Louis Bandy de Nalèche (1828-1879), fils du précédent, également avocat au Conseil d'État et à la Cour de cassation, fut homme de lettres, publiant des travaux historiques : La Moldo-Valachie (1856), Poésies complètes du chancelier Michel de L'Hospital (1857), Les Maçons de la Creuse (1859). Nommé maire du Monteil-au-Vicomte en 1852, il reçoit du pape Pie IX le titre de comte en 1861. Il rallie la République lors de sa proclamation le 4 septembre 1870. En 1874, il est élu conseiller général du canton de Felletin. En février 1876, il est élu député républicain de l'arrondissement d'Aubusson. Siégeant sur les bancs de la gauche modérée, il vote l'amnistie partielle des communards en mai 1876, et fut l'un des 363 députés républicains opposés au coup de force présidentiel du 16 mai 1877. Réélu en octobre de cette année, il meurt en fonctions.

Les deux fils de Louis Bandy de Nalèche et de son épouse Berthe Lafond vont également connaître une place significative dans la vie publique. Ils épousent deux sœurs, filles du comte Henri de Vauréal.

Le cadet, Étienne Bandy de Nalèche (1865-1947), fut d’abord diplomate puis journaliste. Après son mariage, il devient administrateur puis directeur en 1898 du Journal des débats, quotidien dont sa femme était l'héritière. Il joue un rôle important dans les instances professionnelles, comme vice-président puis président du Syndicat de la presse parisienne. Membre de l’Institut, il est commandeur de la Légion d’honneur.

L’aîné, Gilbert Bandy de Nalèche (1863-1949), officier de cavalerie fut propriétaire de chevaux. Il prit à bail la Ferme de la Faisanderie dans le Bois de Vincennes (Joinville-le-Pont, act. Paris).

La fille de ce dernier avec l'actrice Sylviac, Françoise Bandy de Nalèche (1891-1974), dite Françoise Rosay, fut une chanteuse lyrique, actrice de théâtre et de cinéma, résistante. Elle était officier de la Légion d’honneur.

Henri Bandy de Nalèche (1902-1979), fils de Gilbert et demi-frère de Françoise Rosay, ingénieur agronome, fut l’actionnaire principal du quotidien Le Petit Journal, dont la société éditrice confia la direction politique au colonel La Rocque, dirigeant du parti social français (PSF, extrême-droite). Il avait résidé en 1929 à Brazzaville (Moyen Congo) et en 1942 à Vichy, Allier, siège de l’administration de l’État français.

Nous reprendrons dans des articles suivants les biographies de Gilbert Bandy de Nalèche, Sylviac et Françoise Rosay.

Partager cet article
Repost0
25 mars 2019 1 25 /03 /mars /2019 00:01

Laurent François Pinson est né le 8 avril 1755 à Lizy-sur-Ourcq (actuellement en Seine-et-Marne). Il est le onzième des douze enfants de Marie Jeanne Le Blond (1715-1760) et Laurent Pinson, marinier (né en 1707) et le dix-septième des dix-huit enfants qu’aura eu ce dernier dans ses deux mariages.

Il épouse en 1788 Jeanne Marguerite Mathieu (1764-1843) avec laquelle il aura quatre enfants : Laurent Nicolas (1788-1867), Marie Marguerite (née en 1790), Charles Hyppolite (1793-1881) et Jean François (né en 1805). Il exerce la profession de marchand de bois.

En 1790, les habitants du hameau du Pont de Saint-Maur, rattaché à la paroisse Saint-Nicolas de Saint-Maur, proclament leur commune indépendante de celle de Saint-Maur. Les 409 résidants en 1793, conduits par Edme Lheureux, marchand de bois, arguent de l'existence d'un lieu de culte, la chapelle Saint Léonard et de la nécessité de défendre le pont sur la Marne. Le maire de Saint-Maur proteste et adresse une plainte à la municipalité de Paris, le 5 mai 1791. Des démarches identiques seront renouvelées jusqu'en 1830.

S’il ne figure pas dans l’exécutif de la municipalité de facto constituée en février 1790, Laurent Pinson est le deuxième officier municipal de la commune après les élections municipales de novembre 1790, Edme Lheureux étant maire. Il est également prudhomme assesseur du juge de paix. Laurent Pinson signe le registre d’état-civil communal le 20 janvier 1993 en tant que membre du conseil général de la commune ; il ne figure pas dans la municipalité élue le 4 avril 1793.

En fonction de la loi du 28 pluviôse an 8, un conseil municipal est élu en 1800. Laurent Pinson est désigné en tant que maire par le préfet de la Seine, Nicolas Frochot. Il est à nouveau nommé en 1808 et 1813.

Le 30 mars 1814, quatre cents conscrits et huit pièces d'artillerie défendent le pont de Saint Maur contre les régiments autrichiens, wurtembourgeois et cosaques, qui l'emportent. La bataille fait 265 morts. Des cadavres sont retirés de la Marne pendant deux mois. Le pont, principale ressource de la commune, est détruit et ne sera restauré qu’à partir de 1822.

Il mourra en fonction le 27 décembre 1814 dans sa commune et aura pour successeur Jean-Mathurin Lemaire (1771–1850), épicier, qui est assure l’intérim puis est maire en mars 1815. Laurent Pinson a été décoré de la Légion d’honneur pendant le Premier empire.

Son fils aîné, Laurent-Nicolas, puis son arrière-petit-fils, Gabriel, seront également maires de la commune. Son deuxième fils, Charles Hippolyte, sera maire adjoint. Un autre arrière-petit-fils, Albert Bocquentin, sera également conseiller municipal de Joinville.

 

Partager cet article
Repost0
11 mars 2019 1 11 /03 /mars /2019 00:01

Mise à jour d’une biographie publiée le 13/05/2013.

François Joseph Benoit naît probablement le 27 janvier 1753 à Namur (paroisse Saint-Michel), alors dans les Pays-Bas autrichiens, aujourd’hui en Belgique. Il est le fils de Marie Marguerite Joséphine Tavelet et de son époux Jean François Benoit.

Il épouse en juin 1782 dans la paroisse Saint-Nicolas de Saint-Maur Marie Anne Destouches. François Joseph Benoit exerce la profession de perruquier au village de Pont de Saint-Maur où il réside rue du Pont. Ils ont eu plusieurs enfants (Charles Hubert, Louis Marie et François Marie).

Benoit participe à la municipalité de La Branche-du-Pont-de-Saint-Maur constituée en l’an 2 (4 avril 1793). En tant que secrétaire-greffier, il est membre du conseil municipal, exécutif de la commune. En l’an 3, Benoît, accuse réception d'une adresse de la Convention nationale au peuple français.

Le village, qui avait 409 habitants au recensement de 1794, a une administration composée de 5 membres du conseil général, dits notables, élus pour deux ans, et de 6 personnes formant le conseil municipal, autour du maire. Pendant le mandat de François Joseph Benoit, le maire est d’abord Nicolas Lheureux puis Charles-Laurent Parvy.

François Joseph Benoit meurt le 13 ventôse an 10 (5 mars 1802) à La Branche-du-Pont-de-Saint-Maur. Il était âgé de 52 ans. Son décès est déclaré par ses beaux-frères Pierre Antoine Louis Destouches, 54 ans et Jean Antoine Louis Destouches, 38 ans. Tous les deux ont siégé ou siègeront à l’assemblée communale.

Louis Eugène Théodore Benoit, son petit-fils, sera membre du conseil municipal de Joinville (1834-1840). Un autre Louis Eugène Théodore Benoit, fils du précédent et son arrière-petit-fils, sera lui aussi conseiller municipal de la même commune (1874-1881).

 

Partager cet article
Repost0
20 novembre 2018 2 20 /11 /novembre /2018 00:01

Mise à jour d'un article précédemment paru le 17/11/2016.

Louis Louveau naît le 11 mars 1781.

Il est envisageable de l’assimiler au garçon tonnelier homonyme, né en 1780 ou 1781, qui est cité comme témoin de l’accusation au procès instruit par le tribunal criminel du département de la Seine contre François-Joseph Carbon et ses coaccusés chouans de l'attentat de la rue Saint-Nicaise à Paris, conspiration visant Napoléon Bonaparte, alors premier consul, le 3 nivôse an 9 (24 décembre 1800). Le procès a lieu le 11 germinal an 9 (1er avril 1801). Comme Pierre Robinault de Saint-Régeant, l’autre chef du complot royaliste, Carbon est condamné et exécuté.

Bien que résidant à Paris, Louis Louveau est élu conseiller municipal de Joinville-le-Pont (Seine, act. Val-de-Marne) le 30 septembre 1831. La commune vient d’abandonner depuis un mois son ancien nom de La Branche-du-Pont-de-Saint-Maur. Laurent Nicolas Pinson, récent maire, est élu en même temps que lui.

Village rural, Joinville accueille des parisiens qui y disposent de résidences secondaires. Louveau habite à Paris, peut-être rue des Francs-Bourgeois, dans le quartier du Marais. Il est recensé dès 1822 à Joinville, où il possède une résidence quai Beaubourg, sur les bords de Marne. Il est désigné comme propriétaire.

Le 28 mai 1837, Louveau est réélu, au suffrage censitaire, arrivant en seconde position sur six candidats derrière Pinson avec 28 voix sur 46 suffrages exprimés et 61 inscrits. Il n’est pas réélu le 18 février 1843 lors du scrutin qui suit la démission de Pinson.

La presse conservatrice (Gazette nationale, Journal des débats) mentionne le nom de Louis Louveau comme participant à plusieurs souscriptions : pour l’extinction de la mendicité en 1829, en faveur des pauvres en 1832, pour la mémoire de Casimir Périer la même année, pour les incendiés de Hambourg en 1842 et pour les victimes du désastre de la Guadeloupe en 1843.

Peut-être est-ce lui qui épouse, en janvier 1847 à Paris, Marie Giraud ; il aurait alors eu 65 ans. Il est également possible que ce soit lui qui meure le 23 novembre 1850 à Paris (9e arr.), étant âgé de 69 ans.

 

Partager cet article
Repost0
8 novembre 2018 4 08 /11 /novembre /2018 00:01

Joseph Florimond Brucelle naît vers 1756. Il épouse en avril 1786 à Paris (église Saint-Roch) Élisabeth Geneviève Mathieu, veuve de François Augustin Lemaire et mère de six enfants. Elle résidait dans le village de Pont-de-Saint-Maur (act. Joinville-le-Pont).

L’année suivante, en mars 1787, Brucelle prend à bail pour sept ans, une ferme à Polangis, au bord du pont de Saint-Maur (act. pont de Joinville). La plaine de Polangis, très peu peuplée, est cependant un axe important de passage depuis l’Est de la France, le pont de Joinville étant, avec celui de Charenton, le seul pont sur la Marne en amont Paris.

Les bailleurs sont Antoine-Joseph Kropper, ancien marchand poêlier ordinaire du roi, et Marguerite-Françoise Villiaume, son épouse. Brucelle fait de la ferme une auberge.

Comme le village du Pont-de-Saint-Maur, la plaine de Polangis (on dit alors Poulangy) dépendait de la paroisse Saint-Nicolas de Saint-Maur mais disposait d’un rôle fiscal autonome. En février 1790, une municipalité est constituée, qui prend le nom de La Branche-du-Pont-de-Saint-Maur.

Brucelle est signataire, en novembre et décembre 1791. De deux récépissés mentionnant qu’il fait fonction de procureur de la commune. C’était sans doute un remplacement, puisque le procureur en titre est Jean Acher, élu en 1790 et toujours en poste fin 1792. La fonction est, avec celle du maire et des deux officiers municipaux, l’une des quatre composant la municipalité. Le maire est Edme Lheureux, marchand de bois.

Joseph Florimond Brucelle (dont le nom s’écrivait aussi Brucelles ou Bruxelles) meurt le 10 mars 1792 au Pont-de-Saint-Maur. Il avait environ 35 ans.

Son beau-fils, Ange Marie Lemaire (né en 1772), également aubergiste, sera notable de La Branche du Pont de Saint-Maur en l’an 9 (1800), équivalant à un siège de conseiller municipal. Son beau-frère, Jean Mathurin Lemaire, commerçant (1771-1850), a été maire de La Branche-du-Pont-de-Saint-Maur en 1814 et 1815 après en avoir été adjoint à partir de l’an 10 (1801). Le fils de ce dernier, Jean Emile Lemaire, sera aussi adjoint au maire entre 1830 et 1837, quand la commune prend le nom de Joinville-le-Pont.

Polangis sur la carte de Cassini

 

Partager cet article
Repost0
11 septembre 2018 2 11 /09 /septembre /2018 01:01

Le maire de la commune de La Branche-du-Pont-de-Saint-Maur (act. Joinville-le-Pont), Laurent Pinson, rend compte, le 19 prairial an 11 (8 juin 1803) au citoyen Viénot, receveur des Domaines nationaux à Vincennes de l’état de la chapelle Saint-Léonard, qui se situe sur le territoire de la commune. « Depuis l'an 1691, les habitants de notre commune jouissent de cette chapelle qu'ils ont fait bâtir. Les réparations ont toujours été à leurs frais, et la commune en paye toujours les contributions foncières. Les titres ont toujours été entre les mains du desservant, dont le dernier était connu sous le nom de l'abbé Dedieu. Il a disparu au moment de la Révolution et nous n'avons pu le découvrir. »

Selon l'Inspecteur des Domaines, le 26 prairial (15 juin), « la desservance était payée par les habitants. »

Un arrêté du 31 juillet 1792, a remis la commune en possession de la chapelle.

Le village du Pont-de-Saint-Maur, installé au débouché d’un des deux ouvrages sur la Marne en amont de Paris avec celui de Charenton, est un port de déchargement de bois flottant venant de la Haute-Marne. Dépendant jusqu’en 1693 à la paroisse de Fontenay-sous-Bois puis ensuite de la paroisse Saint-Nicolas de Saint-Maur-des-Fossés, il devient une commune en 1790 sous le nom de La Branche-du-Pont-de-Saint-Maur avant de se renommer Joinville-le-Pont en 1831 (Seine, act. Val-de-Marne).

La chapelle accueille des bateliers et des voyageurs pour lesquels des messes sont dites. Elle est détruite en 1803.

L'entrée de la crypte Saint-Léonard en 1944

 

Partager cet article
Repost0
3 février 2018 6 03 /02 /février /2018 00:01

Louis Destouches naît le 14 mars 1760 dans le village du Pont de Saint-Maur. Il est le fils de Louis Destouches et de Marie Michèle Cornu. Il est limonadier et marchand de vin à La Branche du Pont de Saint-Maur, commune née de la scission en 1790 de l’ancienne paroisse Saint-Nicolas.

Il est marié avec Marie Anne Granger, née vers 1770. Ils auront au moins cinq enfants .

Après des incidents alors que Jean-Charles Contour a été élu maire fin 1792, il regrette la séparation intervenue un an et demi plus tôt entre Saint-Maur et La Branche du Pont de Saint-Maur. Dans une lettre de la municipalité de Saint Maur au conseil de Paris, datée du 25 août 1792, le maire de Saint-Maur, Gauthier, déplore que « deux municipalités ont été tolérées » (celle de Saint-Maur et celle La Branche du Pont) et demande si cette dernière doit subsister. Son courrier fait mention d’une « liste des citoyens de La Branche qui étaient partisans de l’union », dans laquelle figure le premier maire, E. Lheureux, Vingdlet, et les trois frères Cornu : Antoine (1746-après 1822), bourrelier, Jean (1756-après l’an VIII), marchand de vin, et Louis.

Ses deux frères ont siégé dans des municipalités de la période révolutionnaire : Jean en 1791 puis en l’an 8, Pierre Antoine en l’an 9.

Louis Destouches est membre de la municipalité élue en avril 1818 à La Branche du Pont de Saint-Maur en tant que conseiller municipal. Le maire est Jean Joseph Robin. Il est de nouveau conseiller municipal en 1824 avec Claude Joseph Jacmart qui a succédé à Robin en 1821. En 1831, il est désigné une nouvelle fois avec Laurent Nicolas Pinson. Le 28 mai 1837, il obtient 24 voix pour 46 votants sur 61 inscrits au suffrage censitaire et est élu dès le premier tour ; le maire est toujours Laurent Nicolas Pinson. Il n’est pas réélu en 1843.

Louis Destouches est vivant lors du décès de sa fille Louise Cécile Destouches, veuve Jean Fleury, le 27 avril 1848. Il a alors 88 ans. Sa date de décès n’est pas connue.

Partager cet article
Repost0
1 février 2018 4 01 /02 /février /2018 00:01

Pierre Antoine Louis Destouches, désigné sous le prénom d’Antoine, naît le 29 juin 1746 dans le village du Pont de Saint-Maur. Il est le fils de Louis Destouches et de Marie Michèle Cornu. Il est bourrelier à La Branche du Pont de Saint-Maur, commune née de la scission en 1790 de l’ancienne paroisse Saint-Nicolas.

Après des incidents alors que Jean-Charles Contour a été élu maire fin 1792, il regrette la séparation intervenue un an et demi plus tôt entre Saint-Maur et La Branche du Pont de Saint-Maur. Dans une lettre de la municipalité de Saint Maur au conseil de Paris, datée du 25 août 1792, le maire de Saint-Maur, Gauthier, déplore que « deux municipalités ont été tolérées » (celle de Saint-Maur et celle La Branche du Pont) et demande si cette dernière doit subsister. Son courrier fait mention d’une « liste des citoyens de La Branche qui étaient partisans de l’union », dans laquelle figure le premier maire, E. Lheureux, Vingdlet, et les trois frères Cornu : Antoine, Jean (1756-après l’an VIII) – à l’époque notable et Louis, limonadier et marchand de vin (1760-après 1822), futur conseiller municipal.

Pierre Antoine Destouches est membre de la municipalité élue en fructidor an 9 (1801) à La Branche du Pont de Saint-Maur en tant que notable. Le maire est Laurent Pinson. Son frère, Louis Destouches, siège au conseil municipal de La Branche-du-Pont-de-Saint-Maur puis de Joinville-le-Pont (nouveau nom de la commune) entre 1818 et 1840.

Pierre Antoine Destouches meurt le 04 mars 1829 à La Branche-du-Pont-de-Saint-Maur à l’âge de 83 ans. Il résidait rue de la Montagne et n’était pas marié.

Partager cet article
Repost0
30 janvier 2018 2 30 /01 /janvier /2018 00:01

Jean Louis Destouches naît le 27 juin 1756 au village de Pont-de-Saint-Maur (act. Joinville-le-Pont). Il est le fils de Louis Destouches et de Marie Michèle Cornu. Il épouse Cécile Hélène Serain en 1786 à la paroisse Saint Thomas de Crépy (Oise) ; le couple aura au moins deux enfants. Jean Destouches exerce la profession de marchand de vins à La Branche-du-Pont-de-Saint-Maur.

Il est élu en novembre 1790 dans la municipalité de La Branche-du-Pont-de-Saint-Maur dirigée par Edme Lheureux, après la scission en février du village, rattaché jusqu’ici à Saint-Maur-des-Fossés.

Après des incidents alors que Jean-Charles Contour a été élu maire fin 1792, il semble regretter cette séparation. Dans une lettre de la municipalité de Saint-Maur au conseil de Paris, datée du 25 août 1792, le maire de Saint-Maur, Gauthier, déplore que « deux municipalités ont été tolérées » (celle de Saint-Maur et celle La Branche du Pont) et demande si cette dernière doit subsister. Son courrier fait mention d’une « liste des citoyens de La Branche qui étaient partisans de l’union », dans laquelle figure le premier maire, E. Lheureux, Vingdlet, et Jean Destouches accompagné de ses deux frères Pierre Antoine, bourrelier et Louis, limonadier et marchand de vin.

Jean Louis Destouches est à nouveau notable dans la municipalité de l’an 8 (1800), constituée autour de Laurent Pinson après le rétablissement des municipalités communales.

Sa date de décès n’est pas connue.

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Polmorésie, blog d’histoire
  • : Histoire politique, économique, culturelle et sociale au travers des acteurs qui ont se sont engagés dans la vie publique.
  • Contact

Recherche

Liens