Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
7 février 2021 7 07 /02 /février /2021 00:01

Suite de la biographie d’Henri Thomas

Après avoir cessé ses fonctions dans les municipalités de Gentilly puis du Kremlin-Bicêtre, Henri Thomas, veuf depuis 1888 et toujours maréchal ferrant en 1896, va réorienter son activité professionnelle. Il quitte le Kremlin-Bicêtre, où il était domicilié rue des Coquettes, au début du 20e siècle. Il est buraliste, receveur des contributions indirectes, à Franconville (Seine-et-Oise, act. Val-d’Oise) en janvier 1912.

Reprenant une activité politique, Henri Thomas est candidat sur une liste radicale-socialiste dans sa nouvelle résidence de Franconville lors des élections municipales de mai 1912. Il est battu, dès le premier tour par M. Leredu.

Cependant, c’est son comportement dans son ancienne commune qui lui vaudra plus d’une trentaine d’articles dans la presse quotidienne parisienne comme de province. Inscrit sur les listes électorales de Franconville, Henri Thomas n’avait pas été radié de celle du Kremlin-Bicêtre, bien qu’il eût quitté la ville depuis une dizaine d’années. Son frère, maire en fonction et confronté à une élection très serrée, lui fit parvenir une carte électorale. En conséquence, Henri Thomas vint participer au second tour du scrutin au Kremlin-Bicêtre, le 12 mai, après avoir voté à Franconville la semaine précédente. Eugène Thomas, membre de la SFIO (socialiste), l’emporta de 13 voix. Cependant, un électeur de la commune, parmi ses opposants, candidat sur la liste radicale-socialiste, avait aperçu Henri Thomas et porta plainte pour fraude électorale.

Lors du procès, Henri Thomas reconnut les faits, mais prétendit qu’il avait interprété l’envoi de la carte par son frère comme un ordre et fit remarquer qu’il n’avait pas voté, le même jour, dans les deux communes. L’avocat du plaignant soutint que l’on avait fait voter également d’autres personnes qui ont quitté la commune, des militaires et deux défunts. Le substitut du procureur de la République rétorqua : « C'est classique ! ». Henri Thomas fut condamné à 200 francs d’amende, mais le vote ne fut pas annulé.

Devenu, en 1914, buraliste à Saint-Maurice (Seine, act. Val-de-Marne), il est rattaché à la recette des contributions indirectes de Joinville-le-Pont, commune où il s’installe après avoir épousé à Bessancourt (Seine-et-Oise, act. Val-d’Oise) en mai 1919, Marie Pascau, originaire des Hautes-Pyrénées. Il exploite un tabac dans le centre de la commune, rue de Paris.

Poursuivant son engagement politique, toujours au parti radical-socialiste, Henri Thomas est candidat pour être électeur sénatorial sur une liste du Cartel des gauches en mars 1925 à Joinville, mais il n’est pas élu. Il est peut-être également candidat, sous la même étiquette, lors des élections municipales de mai 1925 qui voient la reconduction d’Henri Vel-Durand, radical dissident allié aux mouvements de droite.

Les membres du Comité républicain radical et radical-socialiste le désignent en décembre 1928 comme vice-président, au côté de Gustave Féret, président. Lors des élections municipales de mai 1929, la liste du maire, Stephen Durande, qui a remplacé Vel-Durand, décédé, fait face à celles du parti communiste et à un groupement des gauches, où l’on retrouve les radicaux-socialistes, le parti socialiste SFIO et des socialistes indépendants.

Conduite par Georges Briolay, ancien adjoint au maire, la Concentration des gauches arrive en seconde position, avec 35;9% des suffrages, contre 42,6% pour la liste d’Union nationale et 16% pour les communiste. Cependant, elle emporte au second tour 22 sièges sur 27, malgré le maintien des candidats du PCF avec une moyenne de 45,9% contre 41,6% pour la droite et 12,5% pour les communistes. Henri Thomas avait obtenu au premier tour 766 voix sur 2 126 suffrages exprimés (36%) pour 2 969 inscrits. Il est élu au deuxième tour.

En février 1931, Henri Thomas est reconduit en tant que vice-président du Comité républicain radical et radical-socialiste de Joinville, dont le maire, Georges Briolay, est devenu président. Il est désigné comme membre du Conseil d'administration de l'Office public d'habitations à bon marché de Joinville en avril 1931.

À compter de 1932, l’activité de Thomas semble décliner, puisqu’il est mentionné comme excusé à six séances du conseil municipal d’avril 1932 à janvier 1935. Il n’est pas candidat au renouvellement de son mandat en mai 1935.

En mars 1930, Thomas est nommé receveur-buraliste à Saint-Ouen-Batignolles (Seine, act. Seine-Saint-Denis). Il semble cependant ne pas quitter Joinville, où il est recensé en 1931. Il est domicilié à Fontenay-sous-Bois (Seine, act. Val-de-Marne), rue Roland- Nungesser, en 1935.

Henri Thomas meurt le 21 janvier 1936 à Paris (13e arr.) où il était hospitalisé. Il résidait toujours à Fontenay-sous-Bois. Si son veuvage de Léontine Audiger est bien mentionné dans son acte de décès, ce n’est pas le cas de son mariage avec Marie Pascau. Âgé de 81 ans, il était décoré des Palmes académiques en tant qu’officier d’académie en janvier 1912 puis officier de l’instruction publique en février 1935. Il était père d’un enfant, né de son premier mariage, prénommé comme lui Henri Alexandre. Il avait siégé, pendant un total de 15 ans, dans trois assemblées municipales différentes.

Fin

Un tabac, rue de Paris à Joinville

 

Partager cet article
Repost0
3 février 2021 3 03 /02 /février /2021 00:01

Suite de la biographie de Chamba Balinov

Alors que les forces alliées ont déjà libéré l’essentiel de l’Europe occidentale, Chamba Balinov continue son œuvre au Comité national kalmouk à Berlin. Il coopère avec le général Vlassov, dont il a une opinion très positive. Ce faisant, il s’oppose au ministère des territoires de l'Est d’Alfred Rosenberg, dont l’autorité, déjà faible au début, était encore diminuée, et à ses collègues des autres comités nationaux du Caucase ou d’Asie centrale. En août 1944, envisageant la défaite finale de l’Allemagne, ils recherchent de nouveaux alliés.

Satisfait du texte du Manifeste de Prague, signé le 14 novembre 1944, Balinov en est un des signataires en qualité de militant social. Par contre, bien qu’il en soit membre,  Balinov n’est pas content de la composition du Comité de libération des peuples russes (Komitet Osvoboždenija Narodov Rossii, KONR), où il trouve qu’une place trop grande est faite aux monarchistes russes ; à part Balinov, peu de chefs non-russes figuraient dans cette instance. Vlassov rebaptise son armée Forces armées du Comité de libération des peuples russes (VS-KONR) et change de nouveau de camp, appuyant en mai 1945 l’insurrection des partisans contre l’occupation allemande à Prague.

Le Manifeste mettait en cause « les puissances de l'impérialisme dirigées par les ploutocrates d'Angleterre et des États-Unis, dont la grandeur repose sur la persécution et l'exploitation d'autres nations et peuples » de même que « les puissances de l'internationalisme dirigées par la clique de Staline, rêvant d'une révolution mondiale et de la destruction de l'indépendance nationale d'autres pays et peuples. »

Le Comité de Vlassov réclame « Le renversement de la tyrannie de Staline ; la libération des peuples de Russie du système bolchevique et la restitution de ces droits aux peuples de Russie pour lesquels ils se sont battus et ont gagné dans la révolution populaire de 1917 ; Arrêt de la guerre et paix honorable avec l'Allemagne ; Création d'un nouveau système politique populaire libre sans bolcheviks ni exploiteurs. »

S’agissant du contexte européen, le manifeste « se félicite de l’aide de l’Allemagne à des conditions qui n’affectent ni l’honneur ni l’indépendance de notre patrie. Cette aide est actuellement la seule opportunité réaliste d'organiser une lutte armée contre la clique stalinienne. »

En mai 1945, les alliés refuseront la reddition de Vlassov et laisseront les Russes s’emparer des soldats de son armée. Les officiers généraux seront pendus, tandis que les militaires et leurs familles seront déportés en Sibérie.

En ce qui concerne Chamba Balinov, qui n’appartenait pas à une unité militaire bien qu’il ait œuvré à intégrer des bataillons kalmouks dans les forces du KONR, il échappe semble-t-il à l’arrestation et se retrouve dans un camp de réfugiés, avec le statut de « personne déplacée ». Il engage des démarches pour émigrer, tout en continuant une activité, notamment journalistique. Ainsi, sous le pseudonyme de S. Galdanov, il publie dans le quotidien de langue russe de New-York Novoe Russkoe Slovo, un article qui aura un retentissement international, « Un peuple pour qui il n'y a pas de place sous le soleil », évoquant la déportation des Kalmouks.

Une autre de ses publications, dans la revue Kaukasus, de Munich, en novembre 1951 sur le 8e anniversaire de la liquidation de la République kalmouke est reprise dans plusieurs pays, par exemple en France et aux États-Unis. Dans le Journal of Central European Affairs en 1953, Balinov évoque, à propos de l’Union soviétique poststalinienne « Une dictature sans dictateur ». Il publie à Munich, de 1947 à 1949, Kalmyk Obozreniye (Revue kalmouke).

Les six lettres au professeur Nikolay Matviychuk écrites en 1949 et 1950 montrent les préoccupations de de Chamba Balinov au sujet de sa situation. Il est au chômage et envisage de partir en France en tant que travailleur agricole ; il est nourri par un couple d’amis, les Manzhikov. Il poursuit cependant son activité politique ; il a du mal à financer la revue, bien qu’il ait obtenu l’autorisation de la publier. Espérant un appui de groupes américains, il résume ainsi les positions qu’il défend dans Kalmyk Obozreniye : « Intransigeance face au bolchevisme; revendication d’une manière démocratique de construire la vie publique ; respect des droits des petits peuples. »

S’agissant des organisations d’émigrés, Balinov, qui les fréquente ne cesse de se plaindre des divisions et des conflits internes qui sont leur lot quotidien. Il attaque en particulier l’attitude des monarchistes. Il évoque des rumeurs sur l’infiltration d’agents soviétiques dans les instances de l’émigration. Balinov a été membre du conseil d’administration du Centre pour le développement social.

Chamba Balinov réside jusqu’en 1949 dans le camp de déplacés de Pfaffenhofen, en Bavière ; il s’installe ensuite à Gilching, dans le même land. Il signale être séparé de son épouse depuis 1943. En remplacement du passeport Nansen, qu’il avait reçu à Prague en mars 1930, il a obtenu de l’OIR une carte attestant de son statut de personne déplacée en mars 1949. La fiche associée à la délivrance de sa carte est rédigée ainsi : « Jusqu'en 1930 à Prague, puis déménagé en France (confirmé par le passeport de Nansen), où il publia deux magazines. En 1943 a été transporté de force de Paris à Berlin, en Allemagne, et a reçu l'ordre de travailler dans la rédaction du journal Morgen, où il assurait la livraison des journaux aux vendeurs (confirmé par un double livret de travail). Après la guerre en avril 1945, il a fui de Berlin à la Bavière, a vécu dans le camp de personnes déplacées kalmoukes, a ensuite quitté le camp et a vécu dans un appartement privé. De 1947 à nos jours, il a été responsable du journal Kalmyk Obozreniye. Comme dans ce cas, la collaboration n'a pas été confirmée, il a été adopté sous mandat de l’OIR. »

Début novembre 1949, Balinov effectue un voyage en Suisse, à Genève, Lausanne, Berne et Zurich, pour rencontrer des responsables de l’Organisation internationale pour les réfugiés (OIR, actuellement HCR) pour plaider en faveur des kalmouks regroupés dans des camps en Allemagne et obtenir qu’ils puissent émigrer.

Concernant sa demande pour émigrer aux États-Unis, Chamba Balinov ne semble pas nourrir de crainte particulière au sujet de son passé politique, même s’il essaie suggère à son interlocuteur qu’il serait aidé si « une organisation américaine réputée, en plus d'envoyer le contrat, envoyait un certificat de ma fiabilité politique au consul américain ». Par contre, il redoute manifestement que son apparence physique soit un obstacle : « Je suis jaune pur! Je n'ai aucun moyen de surmonter cette barrière raciale ». Il s’interroge sur les stratégies adoptées par certains autres, comme assurer être de sang mêlé, ou revendiquer une nationalité russe, ce à quoi il se refuse, faisant une différence entre sa citoyenneté et son origine nationale kalmouke, qu’il revendique.

Au sujet de l’environnement dans lequel il réside en Bavière, Balinov considère les « Allemands de l'Union ouest-allemande, méprisants et haïssant les Américains » ne cachent désormais plus leurs sentiments. Il dit, avec regrets, que « Apparemment, Staline est né sous une bonne étoile: tout le monde l'aide ! » et annonce préparer un article sur « sur le coût du renversement du bolchevisme. »

Balinov a émigré aux États-Unis le 29 décembre 1955. Il élit domicile à Philadelphie, en Pennsylvanie, le principal foyer de l’émigration kalmouke dans le pays. Il y reprend une activité littéraire, notamment la traduction, sous le pseudonyme de Galdama, d’une cinquantaine de poèmes et chants kalmouks, traduits en russe, qui seront édités après sa mort.

Poursuivant ses contributions à l’histoire de son peuple, il rédige une analyse sur Les Bouddhistes kalmouks, incluse dans un ouvrage publié en anglais en 1958 par l’Institut d’étude sur l’URSS de Munich, Genocide in the USSR. Son texte est également signé Galdama. Certains de ses travaux antérieurs sont réédités sous ce nom, comme celui, datant de 1928 et repris en 1966 sur Le rôle des femmes dans la société kalmouke.

Tentant de reprendre une activité au sein de l’émigration, Balinov se trouve confronté à des luttes internes qui semblent affecter sa santé.

En 1959, Balinov est hospitalisé suite à deux crises cardiaques. Il met fin à ses jours par un coup de couteau au cœur. Chamba Balinov décède le 6 juillet 1959 à Philadelphie, selon son certificat de décès, plusieurs sources, dont Robert S. Wistrich, mentionnent une date légèrement antérieure, le 19 juin. Il était âgé de 64 ans. Il est enterré au cimetière de Saint-Vladimir's Caldbury à Jackson, New Jersey.

Fin

Chamba Balinov, vers 1949

 

Partager cet article
Repost0
1 février 2021 1 01 /02 /février /2021 00:01

Suite de la biographie de Chamba Balinov

L’activité de Chamba Balinov pendant la période de la deuxième guerre mondiale est documentée par plusieurs textes, complétant les quatre notices biographiques connues. Un ensemble de six lettres, publiées en mai 2020, ont été expédiées, en 1949-1950 à un professeur de musique, Nikolay Vasilievich Matviychuk, né en 1890 à Tarnopol (Pologne autrichienne, act. Ternopil, Ukraine) et résident aux États-Unis. Un long entretien réalisé en octobre 1950 par un certain A. D. dans le cadre d’un programme d’enquête sur le système social soviétique, conduit par l’université américaine de Harvard ; il a été diffusé en 2007. Enfin, on compte des données enregistrées par l’Organisation internationale des réfugiés et par la Sûreté générale en France. Les lettres sont en russe, tandis que l’entretien est transcrit en anglais, bien que réalisé en russe également. Les lettres comme l’entretien prennent évidemment en compte le résultat du conflit et sont écrites dans un contexte où Balinov veut émigrer en Amérique ; cependant, les faits évoqués, confirmés par les autres données dont on dispose, apparaissent généralement crédibles.

En commençant son entretien, Balinov indique : « J'ai travaillé avec les Allemands avant la guerre ». Il situe ses contacts avec un représentant de la Wehrmacht venu à Paris pour lui parler de l'organisation du sabotage et de la propagande contre l'URSS en avril ou mai 1939. Soulignant qu’il était « toujours prêt à lutter contre le bolchevisme », Balinov envisage, avec l’appui allemand, de publier un magazine à Prague, en liaison avec des groupes opérant en Roumanie et en Bulgarie. Il se rend en Allemagne durant l'été 1939. Cependant, le pacte germano-soviétique du 23 août 1939 fait que les Allemands n’ont plus besoin de lui. Il réside cependant toujours en Allemagne et retourne en France en 1940, après l’occupation du pays par les troupes hitlériennes.

L’enclenchement de la guerre germano-soviétique, le 22 juin 1941, provoque la satisfaction de Balinov et de ses amis qui pensent qu'Hitler visait la « libération des peuples réduits en esclavage par l'URSS ». Il assure : « J'ai immédiatement fait savoir que j'étais prêt à travailler pour vaincre les Soviétiques ». Mais il note que les Allemands lui ont répondu : « nous n'avons pas besoin de vous ». Il continue donc à séjourner en région parisienne.

En novembre 1941, Balinov reçoit la visite d'un soldat allemand qui lui demande d'aller à Berlin. Là, il se voit proposer un poste à l'arrière de l'Armée rouge : avec des groupes de partisans kalmouks, qu’il va devoir recruter, il est prévu qu’il soit parachuté en territoire kalmouk. Baptisée opération Zeppelin, l’entreprise est contrôlée par le quartier général de la flotte allemande. Elle démarre à Simferopol en décembre 1941 (Crimée, act. Ukraine de jure et Russie de facto) par l’apprentissage des techniques de sabotage. Balinov fait le tour des camps de prisonniers de guerre et sélectionne des kalmouks. L’opération, prévue en avril 1942, est repoussée suite à une panne de l’avion qui devait les transporter. L’occupation de la République de Kalmoukie par les Allemands en juin 1942 rend inutile l’expédition.

Étant retourné à Berlin, la Wehrmacht détache Balinov auprès du ministère des territoires de l'Est, dirigé par Alfred Rosenberg. Cette administration, mise en place en juin 1941, entend constituer des unités spéciales, regroupant « 30 à 40 anciens émigrants respectés des petites nations » dont ils étaient originaires, dont les kalmouks. Chamba Balinov est désigné comme chef du Comité national Kalmouk. Il est envoyé sur place en octobre 1942 pour établir l'administration locale. Balinov, qui affirme avoir eu un « enthousiasme pro-allemand » assure que « le nouveau voyage m'a vraiment refroidi ». Arrivé en décembre 1942 à Elista, capitale de la Kalmoukie, il s’estime soumis à une sorte d'assignation à résidence. Alors que l'Armée Rouge avance et que les Allemands commencent à battre en retraite, Balinov dit avoir été placé en état d'arrestation pendant une semaine dans un hôtel de la ville le 31 décembre 1942, avant d’être transféré à Stavropol, où se trouvait le quartier général de l’armée allemande où il est libéré.

Au début de 1943, Balinov travaille à l’organisation du Comité national Kalmouk. Il estime qu’il comprenait « bon nombre de carriéristes se sont adaptés aux revendications allemandes » mais peu de nazis notoires ; cependant, un des adjoints de Balinov, Stepanov, fonda en 1943 à Prague un « Parti nazi cosaque ». Le comité disposait de deux pièces, dans un immeuble qu’il partageait avec quatre autres comités nationaux, et employait une vingtaine de salariés. Le comité éditait un mensuel, bilingue kalmouk et russe, et disposait d’une radio ; cependant, selon Balinov, si elle avait 4 ou 5 employés, personne ne l’écoutait. La propagande insistait sur le fait que l’Allemagne allait vaincre et qu’elle serait un protecteur décent ; ainsi, la Kalmoukie obtiendrait la liberté vis-à-vis du bolchévisme et des ploutocraties occidentales.

Selon le témoignage de Balinov, les comités n’auraient pas été très productifs. Ils constituaient « un écran et un outil de propagande, un organe contrôlé par le ministère de l'Est. Il n'y avait aucun projet d'indépendance ». Selon Balinov, il espérait que ces structures pourraient améliorer les conditions de vie épouvantables dans les camps de prisonniers de guerre et parmi les travailleurs orientaux utilisés par l’Allemagne. Pour lui, « C'était un mariage de convenance. »

La retraite des troupes allemandes entraîne le départ de 5 000 hommes et femmes du territoire de la République de Kalmoukie. Un Corps de cavalerie kalmouk (KKK), de 4 000 personnes, est constitué. Il sera utilisé par les Allemands pour combattre des partisans en Pologne en 1944, ce que Balinov dit avoir contesté, polémiquant avec le chef de ce corps, le Dr Doll, et faisant rappeler environ un millier de soldats opérant alors en Pologne.

Parmi les comités nationaux fondés par les Allemands, Balinov estime que ceux-ci s'intéressaient peu aux Kalmouks, un petit peuple, contrairement au Comité du Turkestan par exemple. Il explique avoir rarement vu des personnes occupant des postes élevés. Concernant son pays, Balinov remarque que, s’il n’a pas rencontré de véritables bolcheviks parmi les Kalmouks, Mais il y avait un « patriotisme soviétique », surtout chez les jeunes, qui se félicitaient d’avoir une république autonome, une nouvelle capitale (Elista), des écoles et une situation économique qu’ils trouvaient plus favorable.

Basé à Berlin, Balinov est employé par le journal Khalmag à partir de mai 1943. Le 27 décembre 1943, le chef de l’État soviétique, Joseph Staline, ordonne la dissolution de la République de Kalmoukie et la déportation de sa population en Sibérie et en Extrême-Orient.

En 1943-1944, seul parmi les différents comités nationaux, Balinov prend contact avec Andreï Vlassov, ancien général de l’Armée rouge, qui a fondé l’Armée de libération russe après s’être rallié à l’Allemagne. Il discute avec lui, à trois reprises, de comment continuer la lutte antisoviétique, même sans le soutien de l’Allemagne. En visitant les camps de prisonniers, Balinov tente de rallier des Kalmouks aux forces de Vlassov.

Selon les archives du Fichier central de la Sûreté générale (dit fonds de Moscou), Balinov, mentionné avec son adresse à Joinville-le-Pont, aurait été membre de la Légion des volontaires français contre le bolchévisme (LVF), créée le 8 juillet 1941. Il est à ce titre mentionné (même si son nom est partiellement masqué) dans l’ouvrage de l’historien Dominique Lormier, Les 100 000 collabos (2018).

À suivre

Chamba Balinov en uniforme, sd

 

Partager cet article
Repost0
30 janvier 2021 6 30 /01 /janvier /2021 00:01

Suite de la biographie de Chamba Balinov

Après la défaite du général Piotr Nikolaïevitch Wrangel, successeur du général Anton Denikine à la tête de l’armée blanche, les troupes cosaques et la population kalmouke qui lui était liée quittent les steppes du Don pour un exil, via Istanbul, qui les mène en Bulgarie ou en Tchécoslovaquie.

Arrivé en 1920 en Tchécoslovaquie, pris en charge en tant que réfugié, Chamba Balinov suit des cours d'agriculture et de mécanique automobile pour l’entretien des tracteurs. Cependant, il semble plus intéressé par des travaux intellectuels. Il traduit en langue kalmouke des ouvrages du romancier russe Alexandre Pouchkine ainsi que les Essais sur l'histoire des Kalmouks du professeur Palmov. Balinov contribue à la grammaire kalmouke du professeur Kotvych (Kotwich, Kotwicz). Il participe également à la publication du manuel Honho (Honkho), anthologie de textes kalmouks.

Associé à plusieurs étudiants également d’origine kalmouke, Chamba Balinov devient secrétaire de la Commission des travailleurs culturels kalmouks. À partir de 1927, il travaille à la rédaction du magazine Вольное казачество (Wolnoje kazaczestwo, Cosaques libres). Soutenant l’idée que les intérêts du nationalisme cosaque ont complètement fusionné avec l'idéologie du nationalisme kalmouk, Balinov appuie la lutte pour l'indépendance cosaque. Plusieurs de ses articles sont édités de manière séparée, comme par exemple Sur l'origine des cosaques, diffusé en 1931.

Bien que certains textes parlent d’une arrivée en France au milieu des années 1920, le départ de Prague est sans doute plus tardif, postérieur à l’émission du passeport Nansen, qui attestait du statut de réfugié de Chamba Balinov. Ce document a été délivré dans la capitale tchécoslovaque en mars 1930.

En France, une colonie kalmouke assez importante se fixe à partir de 1924. Elle s’installe principalement autour de la ville industrielle de Couëron (Loire-Inférieure, act. Loire-Atlantique) pour les réfugiés ayant transité par la Bulgarie et en région parisienne, notamment dans les communes de Joinville-le-Pont, Saint-Maurice, Saint-Maur-des-Fossés et Alfortville (Seine, act. Val-de-Marne) où on aurait compté environ 500 personnes, venues notamment de Tchécoslovaquie. La famille Balinov s’installe sur les bords de Marne ; Chamba réside en 1931 avec une amie polonaise, Nadieja Szyray, à Joinville, avenue de Joinville, et est manœuvre à Saint-Maurice ; le père, Nudel, est aussi manœuvre à Saint-Maurice et décède, âgé de 59 ans, en septembre 1934. En 1936, Chamba Balinov, journaliste noté comme étant sans emploi, dans le même quartier, rue du Chemin-Creux (voie disparue, située à proximité des actuels boulevard de l’Europe et rue Henri-Barbusse). Il réside en 1936 avec son frère cadet Marckoss (ou Markhous), ouvrier à Saint-Maurice, peut-être dans une tréfilerie, et son épouse Zanc. Ils sont tous les deux nés en Russie en 1900.

Poursuivant sa collaboration avec Cosaques libres, dont il est le représentant à Paris, Chamba Balinov va également publier en France deux journaux, Kovylnye Volny (Vagues de plumes) et Kazachiy Golos (Voix cosaque). Il collabore également aux revues Prométhée, qui se présente comme un organe de défense nationale des peuples du Caucase et de l'Ukraine et du Turkestan et Kaukasus (Le Caucase), qui se veut un organe de la pensée nationale indépendante et est basé à Berlin (1937-1939).

Lors de son séjour en France, Balinov se présente en porte-parole du mouvement des Cosaques libres mais ne met pas en avant la revendication d’indépendance portée par certains d’entre eux. Il plaide en janvier 1933 pour « une union plus étroite de tous les peuples opprimés de l'Orient de l'Europe afin de lutter plus efficacement contre l'impérialisme russe, rouge ou blanc. »

Présenté comme directeur de la colonie Kalmouke de Joinville de Joinville-le-Pont, Chamba Balinov est, avec le grand-prêtre bouddhiste Bakcha Nimbouchev, l’organisateur, en décembre 1937, d’une fête organisé en l’honneur du Noyon Nicolas Toundoutoff, fils et héritier du prince Danzan, mort tragiquement après son retour au pays. La cérémonie fait l’objet d’un long reportage dans l’hebdomadaire Le Monde illustré. Nicolas Toundoutoff réside avec sa mère, journaliste, à Joinville-le-Pont.

En 1936, Balinov était membre d’un Comité de réinstallation, qui avait été constitué en vue d’une implantation des Kalmouks en Mandchourie, en Chine. Il présidait l’organisation Khalmag Tanġčin Tug (Drapeau kalmouk). À partir de cette année, il se met en retrait des groupements politiques cosaques, ne soutenant plus les revendications d’indépendance posées par certains d’entre eux, comme Galzkov. Balinov concentra désormais son activité sur sa vision des intérêts du peuple kalmouk.

À suivre

Le prince héritier Nicolas Toundoutoff, noyon des Kalmouks et ses amis de la communauté de Joinville

 

Partager cet article
Repost0
20 janvier 2021 3 20 /01 /janvier /2021 00:01

Eugène Ernest Chauvin naît le 27 novembre 1880 à Joinville-le-Pont (Seine, act. Val-de-Marne). Il est le fils de Marie Henriette Geneviève Guichard et de son époux, Léon Frédéric Chauvin, peintre en bâtiment et marchand de bois et charbon.

Après la mort de sa mère, quand il a dix ans, Eugène Chauvin va très tôt se faire embaucher comme employé à la mairie de Joinville où il est employé avant ses quinze ans, en 1895. Effectuant son service militaire à partir de septembre 1902 dans l’infanterie, il est un an plus tard musicien puis démobilisé l’année suivante.

Confirmant ses goûts pour la musique, alors qu’il est devenu secrétaire général adjoint de la mairie, il épouse en mars 1905 à Auxerre (Yonne) une artiste lyrique, Marthe Henriette Beauvais, dont les deux parents exercent le même métier. Ils vivent d’abord dans le quartier du Centre, rue Molette puis rue du Viaduc, avant de traverser la Marne en 1909 pour s’installer à Polangis, avenue Jamin en 1909.

En octobre 1896, Chauvin prend part à la constitution d’une section de la société d’épargne-retraite, Les prévoyants de l’avenir. Il en est le secrétaire adjoint en janvier 1898 puis le secrétaire en février 1902. Il deviendra président de la section en avril 1923 au départ du fondateur, Maurice Watrinet, également ancien secrétaire général de la mairie.

Lors de la grande inondation de la Marne au premier trimestre 1910, Chauvin est mobilisé avec Eugène Doret et trois employés de mairie Guichard, Billard et Beaufils, ainsi que des dizaines de bénévoles, alors que le tiers de la superficie de la commune et sous les eaux, dont 53 rues sur les 89 que compte la cité. Les préaux des écoles sont changés en dortoirs. La mairie de Joinville est reconstruite et agrandie l'année suivante.

Pendant la première guerre mondiale, Chauvin est affecté à une section d’état-major mais est placé en sursis d’appel au titre de la mairie de Joinville, dans laquelle il restera pendant tout le conflit, gérant notamment de difficiles problèmes d’approvisionnement des familles et d’aides aux veuves et enfants de soldats.

Après le conflit, Chauvin participe, en janvier 1924, à la création d’un syndicat autonome des employés communaux de la Seine aux côtés de son secrétaire général, Michel Verrier, qui refusait « l’inféodation du syndicat CGTU au parti communiste ». Il devient secrétaire général au départ de Doret en 1926. Il part en retraite en 1935.

Présent dans de nombreuses structures locales, Chauvin est notamment trésorier adjoint de la caisse des écoles, trésorier général de l’Association philotechnique, organisme d’éducation populaire, et administrateur de la société de secours mutuels des sapeurs-pompiers de Joinville. Il poursuit son activité associative après la fin de son activité professionnelle. Eugène Chauvin participe en décembre 1938 à une souscription Pour le Noël des enfants espagnols, pendant la guerre civile qui frappe ce pays.

Eugène Chauvin meurt le 10 avril 1943. Son décès est transcrit sur l’état-civil de Joinville où il résidait toujours. Âgé de 62 ans, il était père d’une fille. Chauvin était titulaire de plusieurs décorations : la médaille d’honneur communale en juillet 1925 puis la médaille de vermeil en août 1939 ; les Palmes académiques comme officier d’académie en juillet 1926 puis comme officier de l’instruction publique en avril 1932 ; la médaille de bronze de la mutualité en février 1931 et ensuite celle d’argent en février 1935 ; enfin, il avait reçu la médaille d’honneur du courage lors de la Sainte-Barbe en novembre 1926.

 

Partager cet article
Repost0
16 janvier 2021 6 16 /01 /janvier /2021 00:01

Marcel Roque naît le 16 décembre 1893 à Paris (10e arr.). Il est le fils de Claire Joséphine Dive et de Gaston Roque, employé de commerce. En 1906, la famille est installée à Noyon (Oise) où le père est cordonnier et y réside toujours en 1913.

Devenu employé de chemin de fer, Marcel Roque est ajourné lors de sa convocation pour le service militaire pour faiblesse. Son ajournement est maintenu en 1914.

Il est cependant mobilisé pour la première guerre mondiale en septembre 1914. Incorporé au 106e régiment d’infanterie, il est cependant mentionné comme insoumis, une erreur qui ne sera rectifiée qu’en août 1916, après sa nomination en tant que caporal dans un régiment de chasseurs à pieds. Affecté brièvement en mars 1919 dans un régiment de génie, il est démobilisé en mai de la même année.

Travaillant pour la Compagnie des chemins de fer du Nord, puis, après la fusion des réseaux, pour la Société nationale des chemins de fer français (SNCF), Marcel Roque vit à Paris, Aubervilliers et la Courneuve (Seine, act. Seine-Saint-Denis). Il épouse, en septembre 1919 à Paris (10e arr.) Marguerite Jeanne Héloïse Tellier.

Au cours de la deuxième guerre mondiale, Marcel Roque est affecté spécial au service des chemins de fer dès septembre 1939. Il est démobilisé en février 1943.

Installé à Joinville-le-Pont (Val-de-Marne) en 1983, dans le quartier de Palissy, rue du 42e de Ligne, Marcel Roque fait partie des derniers anciens combattants survivants de la première guerre mondiale. À ce titre, il est décoré, en février 1996, à l’âge de 102 ans, en tant que chevalier de la Légion d’honneur.

Marcel Roque meurt le 30 décembre 1996 à Joinville. Il était âgé de 103 ans et père de trois filles.

Le quartier de Palissy à Joinville-le-Pont dans les années 1960

 

Partager cet article
Repost0
8 janvier 2021 5 08 /01 /janvier /2021 00:01

Louis Charles Rouin naît le 15 novembre 1892 à Paris (11e arr.). Il est le fils d’Emma Lucie Juliette Pacilé, couturière, et de son mari Armand Louis Rouin, sculpteur sur bois.

Avant-guerre, il vit à Charenton-le-Pont (Seine, act. Val-de-Marne) avec sa mère, devenue veuve, rue des Bordeaux, et est forgeron.

Effectuant son service militaire à partir d’octobre 1913, Rouin reste dans le 45e régiment d’artillerie au début de la première guerre mondiale. Il est nommé brigadier en mai 1916 puis blessé dix jours plus tard sur le front de l'Argonne au ravin des Courtes Chausses. Il subit une amputation de l’avant-bras droit, avec le gros orteil désarticulé. De ce fait, il est placé en retraite en juin 1917 avec une pension à 100%. Une citation à l’ordre de l’armée en mai 1916 signale qu’il était un « excellent brigadier qui a donné à maintes reprises des preuves de bravoure. A été grièvement blessé le 10 mai en servant une pièce de tranchée. »

Louis Rouin épouse à Champigny (Seine, act. Val-de-Marne) en janvier 1918 Lucie Cazal.

Après-guerre, devenu mécanicien, Louis Rouin et son épouse vivent à Maisons-Alfort (Seine, act. Val-de-Marne), chemin de Saint-Maur. Ils s’installent, dans le même département, dans la commune voisine de Joinville-le-Pont où il réside en 1921 dans le quartier de Polangis, avenue Marceau. Louis Rouin devient successivement agent commercial, puis chef de travaux puis représentant.

En 1922, il est condamné par la 12e chambre du tribunal correctionnel de la Seine à 50 francs d’amende pour coups et blessures volontaires.

Lors du scrutin municipal de mai 1929, Louis Rouin est candidat à Joinville sur la liste de concentration républicaine du maire sortant, Stephen Durande, qui rassemble essentiellement des personnalités conservatrices ou libérales. Devancée par la liste de cartel des gauches dès le premier tour, la liste de droite est battue au second tour, malgré le maintien des postulants communistes. Elle obtient cinq sièges sur 27. Georges Briolay, radical-socialiste, est élu maire. Rouin avait eu 905 voix sur 2 126 votants (42,6%) pour 2 969 inscrits. Il n’est pas élu.

Au cours des élections municipales joinvillaises suivantes, en mai 1935, Rouin est de nouveau sur la liste d’Union des républicains, dont les membres se revendiquent comme des « hommes d’ordre et d’action », « sans aucune préoccupation politique, n’ayant pour but que la bonne gestion communale ». Ils se féliciteront cependant que « Les Joinvillais, dans le seul but de barrer la route aux communistes, ont apporté leurs suffrages en masse à la liste d’ordre de l’Union républicaine. Ils ont montré leur réprobation pour la turbulence et de la démagogie. »

Devançant dès le premier tour les radicaux-socialistes du maire sortant, l’Union républicaine emporte au second tour 25 sièges face à ces derniers et à une union communiste et socialiste, qui a les deux derniers postes de conseillers municipaux.

Rouin recueille au premier tour 908 votes sur 2 856 suffrages exprimés, pour 2 923 votants (31,8%) et 3 433 inscrits. Il est élu au second tour avec 1 135 suffrages sur 2 899 exprimés (38,9%) avec 2 924 votants. Léon Lesestre (proche du Parti social français) devient maire.

Contre la majorité des élus de droite, Rouin s’oppose en juillet 1939 à la concession de la baignade municipale à un opérateur privé. Le même mois, il propose au conseil municipal de subventionner un monument à la gloire de l’infanterie française.

Alors que l’élection a été abandonnée, Louis Rouin est nommé conseiller municipal de Joinville par arrêté préfectoral du 20 février 1942. Après l’exclusion des élus communistes deux ans plus tôt, les autorités du régime de Vichy ont reconduit le bureau municipal et une partie des élus les plus conservateurs. En août 1944, le maire et ses adjoints seront arrêtés par le comité local de Libération qui prit possession de l’hôtel de ville.

Louis Charles Rouin meurt le 21 mars 1970 à Ferrières-en-Gâtinais (Loiret). Il était âgé de 77 ans et père de trois enfants. Il était décoré de la médaille militaire, de la Croix de guerre avec palmes et chevalier de la Légion d’honneur depuis mars 1939.

Le ravin des Courtes Chausses (Argonne)

 

Partager cet article
Repost0
23 décembre 2020 3 23 /12 /décembre /2020 00:01

Marc Kac naît le 20 septembre 1905 à Vilnius (Pologne, act. Lituanie). Il émigre en France où il épouse en septembre 1929 à Joinville-le-Pont (Seine, act. Val-de-Marne) Élise Lévine, née en Russie et fille de marchands forains.

Comptable, Kac travaille aux studios de cinéma Paramount dans la commune voisine de Saint-Maurice. Le couple s’installe chez les parents d’Élise à Joinville, dans le quartier de Palissy, avenu Galliéni. Après la naissance en 1930 de leur fils, Paul, ils déménagent et vont dans la ville limitrophe de Champigny, route de Villiers.

Au début de la deuxième guerre mondiale, Marc Kac, décide de s’engager dans la Légion étrangère et intègre le 22e régiment de marche de volontaires étrangers. Il est fait prisonnier et est signalé comme interné dans un camp allemand, le Frontstalag 101, à Cambrai (Nord) en octobre 1940.

L’occupation allemande et la répression contre les juifs va conduire au départ de Marc Kac, de son beau-père et de ses beaux-frères de leurs domiciles, tandis Paul et sa mère sont revenus à Joinville chez la grand-mère.

Tous les trois sont arrêtés en tant que juifs. Ils sont internés au camp de Pithiviers (Loiret) puis sont déportés par le convoi n° 35, parti de Pithiviers le 21 septembre 1942 à destination du camp d’extermination d'Auschwitz (Allemagne, act. Pologne). Grand-mère, mère et fils y meurent le 26 septembre. Ils étaient âgés de 55, 31 et 12 ans. La belle-sœur de Marc Kac, Renée Lévine (née Lipkin), épouse d’Alexandre Lévine, était morte au même endroit en juillet la même année.

Comme Alexandre Lévine, Marc Kac fut un résistant actif à l’occupation allemande en France.

Après le conflit, Marc Kac obtient, en juin 1946, la nationalité française. Il vit à Saint-Etienne (Loire) où il est directeur de garage.

La date de décès de Marc Kac n’est pas connue.

Vilnius

 

Partager cet article
Repost0
17 décembre 2020 4 17 /12 /décembre /2020 00:01

Ange Jean Morel naît le 24 juillet 1906 à Bouillé-Ménard (Maine-et-Loire). Il est le fils de Joséphine Bougué et d’Ange Morel. Ses parents sont d’origine bretonne et son père est venu travailler dans les ardoisières d’Anjou.

Ange Jean Morel vit à Fougères, puis à Cholet où il travaille lui aussi comme perreyeux (ardoisier). Il va s’installer en 1926 à Paris, rue Montmartre.

Il habite ensuite un petit pavillon à Saint-Maur-des-Fossés (Seine, act. Val-de-Marne) à partir de 1932 et adhère alors au Parti communiste. Il exercera divers métiers, comme figurant de cinéma, marchand de légumes, manœuvre chez Renault ou standardiste à l’agence Havas (l’ancêtre de l’AFP).

Ange Morel est arrêté le 13 janvier 1941 à Saint Maur, puis transféré dans plusieurs camps : Châteaubriant d’abord, Voves en 1942 puis Pithiviers où il arrive fin 1943 ou début 1944. Ange Morel est économe du camp. Il prépare une évasion avec 19 autres militants communistes, dont Louis Dolly, ancien maire de Villejuif. Ils s’évadent le 15 mars 1944 en creusant un tunnel sous l’économat.

Les évadés ne seront pas repris, sauf un. Ange Morel s’engage dans les Forces françaises de l’intérieur (FFI). Il participe à la libération de Paris, puis à la bataille du pont de Joinville.

Engagés le 25 août, alors que Paris est déjà libre et que le comité de Libération de Joinville-le-Pont occupe la mairie depuis le 20 août 1944, des violents combats opposent des allemands qui veulent quitter la capitale et faire sauter le pont de Joinville, aux forces de la résistance. Le 22 août, des membres des FFI, des FTP et des cheminots résistants avaient dressé des barricades sur le pont et rue Chapsal.

Ange Morel combat avec près de lui un clochard, qui avait juré, pendant l’occupation, qu’il tuerait un Allemand. Il le fait, mais meurt lors de la bataille, comme 18 autres du côté français.

La famille d’Ange Morel s’était installée à Joinville-le-Pont (Seine, act. Val-de-Marne), dans l’ancienne rue du Canal, vers 1943. C’est là qu’il est venu habiter après être sorti de la clandestinité. L’ancien résistant devient membre de la délégation spéciale qui fait fonction de conseil municipal à partir du 13 octobre 1944. Il est élu conseiller municipal le 29 avril 1945 avec plusieurs autres résistants sur la liste de Robert Deloche, maire communiste de Joinville-le-Pont.

Tout en exerçant des responsabilités comme secrétaire à l’organisation de la fédération Seine Sud du parti communiste, Ange Morel travaille à la Centrale sanitaire internationale, une organisation satellite du Pcf. Il est secrétaire de Léon Mauvais, membre du Conseil de la République (Sénat) en 1947-1948.

Il exerce des responsabilités de plus en plus importantes, comme permanent, d’abord comme envoyé du Pcf dans le Puy-de-Dôme puis comme secrétaire fédéral dans l’Orne. À ce poste, il est confronté à une réduction des financements internes de l’organisation communiste, et doit reprendre un travail salarié en tant que représentant en vins.

Maurice Thorez, secrétaire général du Pcf, l’écartera de sa fonction pour s’être « embourgeoisé » dans son nouveau travail.

Ange Morel meurt le 4 août 1978 à Fleury-Mérogis (Essonne). Il était âgé de 72 ans.

Sa fille, Colette Morel, qui fut publicitaire et journaliste dans des publications culturelles communistes, a raconté les relations difficiles qu’elle entretenait avec son père dans un témoignage, Ma vie en rouge, paru en 2004.

Ange Morel en 1947

 

Partager cet article
Repost0
3 décembre 2020 4 03 /12 /décembre /2020 00:01

Jean Brision naît le 14 septembre 1889 à Nantes (Loire-Inférieure, act. Loire-Atlantique). Il est le fils de Rose Marie Lequillec, cigarière et de son mari Jean Marie Félix Brision, ajusteur.

Apprenti ajusteur, à l’image de son père, en juillet 1904, il est mordu par un chien à Nantes. Il perd ses père et mère à deux mois d’intervalle à l’été 1907. Avec un autre ajusteur, il est arrêté, en juillet 1911 pour « complicité de vol ». Il n’est sans doute pas condamné car aucune mention n’est portée sur son livret militaire.

En octobre de la même année, il est incorporé au service militaire, dans le 116e régiment d’infanterie puis dans le 2e régiment de sapeurs ; il finit sa période sous les drapeaux, malade, en novembre 1913 et s’installe à Paris, rue de Lille.

Toujours en mauvaise santé au début de la première guerre mondiale, il est réformé en août 1914 pour tuberculose. En 1934, il effectue une demande de pension, estimant que son état s’était dégradé du fait de son passage à l’armée. Elle sera rejetée pour cause de forclusion.

Pendant le conflit, il retourne en Loire-Inférieure et vit à Nantes en 1918 puis à Montoir-de-Bretagne en 1920. Il se marie à Nantes en novembre 1921 avec Hermine Francoise Eugénie André. Le couple Brision et leurs deux enfants s’installent ensuite à Joinville-le-Pont (Seine, act. Val-de-Marne), où ils résident dans le quartier du Centre, rue de Paris, en 1927. Jean Brision est devenu voyageur, représentant de commerce.

Engagé dans la vie politique locale, Jean Brision est candidat lors des élections municipales partielles d’octobre 1934, convoquées pour compléter le conseil municipal suite à des décès et démissions. Il figure sur la liste socialiste SFIO, conduite par Robert Derivière, qui arrive en quatrième position, juste derrière les communistes et les deux listes regroupant des radicaux et des libéraux ou conservateurs. Brision recueille 403 suffrages exprimés sur 2 297 (17,5%) pour 2 360 votants et 3 225 inscrits. Au second tour, la liste socialiste se retire au profit des communistes. C’est la liste de Concentration républicaine qui emporte les dix sièges.

Le secrétaire des Jeunesses socialistes de Joinville, Roger Jamet, était poursuivi, en mars 1935, devant la dix-septième Chambre correctionnelle de la Seine pour « outrages à agents », après être intervenu en faveur d'un vendeur de journaux qui avait été arrêté. Prié de circuler, Jamet, mutilé d'une jambe, tomba et, assurant avoir reçu des coups violents, traita les agents de « saligauds ». Les deux responsables de la section, Derivière et Brision, témoignèrent en sa faveur. Le quotidien socialiste Le Populaire considéra que la peine prononcée, 50 francs d'amende avec sursis, équivalait à une absolution.

Lors des élections municipales générales de mai 1935, Jean Brision est de nouveau candidat, en quatrième position, sur la liste de Robert Derivière, qui présente un nombre incomplet de postulants. Nettement distancée par l’union des droites, les radicaux de la municipalité sortante et les communistes, elle arrive encore au dernier rang. Brision ne recueille plus que 355 voix sur 2 856 suffrages exprimés (12,4%), 2 923 votants et 3 433 inscrits. Pour le second tour, dans le cadre de la préparation du Front populaire, la SFIO fusionne sa liste avec les communistes de Robert Deloche, qui ont obtenu 23,5% en moyenne. La liste fusionnée, conduite par le responsable des anciens combattants (ARAC) André Blocher, inclut dix socialistes sur 27, dont Brision qui recueille 990 votes pour 2 899 (34,1%) sur 2 924 votants. La droite emporte 25 sièges, les communistes en ayant deux, tandis que les radicaux-socialistes sont battus.

En septembre 1936, Brision accueille chez lui une réunion des Jeunes socialistes.

Suite à des conflits internes avec la minorité de gauche de Marceau Pivert, très influente autour de Paris, la SFIO dissout en avril 1938 la fédération socialiste de la Seine. Des responsables provisoires sont désignés pour enregistrer les demandes de réintégrations des adhérents qui s’engagent à respecter les règles internes. Pour Joinville, c’est un militant de Champigny qui est d’abord désigné, Albert Duquenne. Il est remplacé, dans le courant du mois, par Brision qui devient secrétaire. Comme de nombreux militants de la section de Joinville, il avait pourtant signé en septembre un « Appel pour la création d'une Gauche révolutionnaire du Parti socialiste. »

Jean Marie Félix Brision meurt le 7 novembre 1948 à Paris (1e arr.). Il résidait rue de Clichy, et était toujours représentant de commerce à l’âge de 59 ans. Il était père de deux enfants.

Rue de paris, à Joinville-le-Pont ; le n° 1, demeure de Brision, est à gauche

 

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Polmorésie, blog d’histoire
  • : Histoire politique, économique, culturelle et sociale au travers des acteurs qui ont se sont engagés dans la vie publique.
  • Contact

Recherche

Liens