Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
21 octobre 2021 4 21 /10 /octobre /2021 00:01

Victor Amédée Adrien Placide naît le 9 janvier 1901 à Barfleur (Seine-Inférieure, act. Seine-Maritime). Il est le fils d’Adrienne Alice Aurélie Placide et de Victor Jean Hochet ; le mariage de ses parents en mai 1902 fait qu’il adopte le nom Hochet. La famille vit ensuite à Hillion (Côtes-du-Nord, act. Côtes-d’Armor) en 1906 puis à Saint-Malo (Ille-et-Vilaine).

Résidant alors à Thouars (Deux-Sèvres), Victor Hochet fait son service militaire à partir d’avril 1921 dans le 8e bataillon de génie puis est envoyé au Levant, probablement en Syrie et au Liban, en décembre 1921 avec le 43e bataillon de génie. Il est nommé caporal en avril 1922, rentre du Levant en décembre de la même année et est démobilisé en avril 1923.

Après son retour à la vie civile, il s’installe à Paris en 1924 puis, en novembre 1925 à Joinville-le-Pont (Seine, act. Val-de-Marne), dans le quartier de Polangis, avenue du Bac (act. av. Guy-Môquet). Il est dessinateur et sera ensuite directeur d’une usine de béton armé. Il épouse en mars 1926 à Joinville Marguerite Andrée Mégret, fille de vignerons de l’Indre.

Dans sa commune, Victor Hochet est membre de la section socialiste SFIO en 1927. Il participe très régulièrement à des souscriptions lancées par le quotidien du parti, Le Populaire.

Lors du congrès de la Fédération de la Seine du parti socialiste, en juin 1930, Victor Hochet est candidat au conseil fédéral sur une liste de ceux qui approuvent le rapport moral de la direction sortante, conduite par Jean Zyromski (courant Bataille socialiste). Il est en compagnie de plusieurs autres adhérents joinvillais, Claude Noizat, Georges Roger et Julien Cérignan.

Lors d’élections municipales partielles organisées en octobre 1934 à Joinville suite à plusieurs démissions, Victor Hochet est candidat sur la liste SFIO conduite par Robert Derivière. Elle est devancée par deux listes de centre-droit et, de quelques voix, par la liste communiste et se retire avant le second tour. Hochet obtient 405 voix pour 2 297 suffrages exprimés (17,6%). Il y avait 2 360 votants sur 3 225 inscrits.

Il est de nouveau candidat en mai 1935 au cours des élections municipales générales, toujours derrière Robert Derivière. La liste socialiste est encore en quatrième position, avec cette fois une moyenne de 12,3% des suffrages exprimés, derrière la droite de l’Union des républicains (32,6%), les radicaux-socialistes du Groupement des gauches républicaines (26,7%) et les communistes (23,3%). Hochet obtient 361 voix pour 2 856 exprimées (12,6%). Il y avait 2 923 votants parmi les 3 433 inscrits. En vue du second tour, les socialistes et les communistes fusionnent, faisant appel à une personnalité non présente au premier tour, le professeur André Blocher, responsable local d’une association d’anciens combattants (ARAC) et secrétaire de section de la Ligue des droits de l'homme. De ce fait, la gauche socialiste et communiste, avec 36,6%, se rapproche de la liste de droite, qui est à 39,8%, tandis que les radicaux reculent, à 19,5%. Au sein de la coalition de gauche, les scores des socialistes sont bien inférieurs à ceux des communistes, qui ont seuls deux élus, contre 25 de droite. Hochet a 991 voix soit 34,2% des 2 899 votes valables pour 2 924 bulletins déposés.

Au début de la deuxième guerre mondiale, Victor Hochet est mobilisé dans un dépôt du génie. Il s’engage ensuite dans la résistance à l’occupation allemande. Il sera homologué en tant que membre des Forces françaises de l’intérieur (FFI) à la Libération.

Son statut de résistant fait qu’il est nommé, le 27 septembre 1944, membre de la délégation spéciale installée par le préfet suite à la prise de la mairie par le Comité local de Libération. Le maire est le communiste Robert Deloche, secondé par des adjoints radicaux et socialiste.

À l’issue des premières élections municipales après-guerre, en mai 1945, le nouveau conseil municipal se compose de 7 communistes, 6 socialistes (dont Hochet), 5 radicaux-socialistes et 9 indépendants de gauche. Robert Deloche est élu maire. La liste qu’il emmenait, dite d’Union républicaine et démocratique, avait recueilli une moyenne de 3 979 voix, soit 61,7% des 6 447 suffrages exprimés. On comptait 6 621 votants parmi les 7 811 inscrits, dont pour la première fois les femmes. Les formations de droite n’eurent pas d’élu.

Deux ans plus tard, en octobre 1947, la liste du Rassemblement du peuple français (RPF, gaulliste, droite) arrive en tête, avec 3 066 voix (44%) en devançant de peu l’alliance des communistes et des radicaux, dont les socialistes se sont désolidarisés, qui recueille 3 017 voix (43,2%), mais les deux formations ont le même nombre d’élu, 13. La majorité dépend donc de l’unique élu SFIO, dont la liste avait engrangé 452 votes (6,5%). Les démocrates-chrétiens du MRP, avec 404 suffrages (5,8%) n’ont pas de siège.

L’élu socialiste, Léon Berthet, fait pencher la décision en faveur de Robert Deloche et est désigné maire adjoint. Il démissionne en octobre 1951, remplacé par Pierre Allaire, lequel se retire à son tour en janvier 1952, amenant un retour de Victor Hochet dans l’assemblée locale ; il la quittera à son tour peu avant les élections suivantes, en mars 1953, laissant Georges Chauffour terminer le mandat, avec un nouveau maire, la communiste Amélie Trayaud, qui a remplacé Robert Deloche, exclu du parti communiste.

Les élections municipales d’avril 1953 voient cependant la liste des communistes arriver en tête, avec une moyenne de 2 405 voix soit 35,6% des 6 748 suffrages exprimés et a 10 élus ; deux listes de droite se partagent également 12 sièges, tandis que la SFIO, alliée à certains radicaux-socialistes, avec 827 voix (12,3%) en a 3 (Berthet, Depoutot et Lobrot). Ce sont les deux élus du Mouvement républicain populaire (MRP) qui permettent à Georges Defert d’accéder à la mairie.

C’est de nouveau la démission d’un élu, le radical Auguste Lobrot, qui conduit en octobre à un retour de Victor Hochet au sein de l’assemblée communale en octobre 1958. Il y restera peu, car, malade, il présente sa démission dès janvier 1959.

Victor Adrien Amédée Hochet meurt le 1er avril 1985 à Créteil. Il était âgé de 84 ans et résidait vraisemblablement toujours à Joinville-le-Pont. Il n’avait pas eu d’enfant.

La célébration de la Libération à Joinville-le-Pont

 

Partager cet article
Repost0
9 octobre 2021 6 09 /10 /octobre /2021 00:01

Lucien François Pinton naît le 15 décembre 1886 à Paris (3e arr.). Il est le fils de Marie Henriette Véronique Janisson et de son époux François Pinton, employé de la maison d’orfèvrerie Boulenger. Ils sont tous deux originaire de la Creuse et vivent rue du Vertbois.

Comme son père, Lucien Pinton rejoint l’entreprise Boulenger. Fondée en 1810 à Paris sous le nom de Hautin, prolongée par le neveu de ce dernier, Adolphe Boulenger, qui la reprend en 1864, puis par son fils, Charles Boulenger, en 1898, elle est particulièrement réputée pour la fabrication de couverts, notamment pour l'argenterie de la Marine nationale. Elle dispose d’une usine à Créteil (Seine, act. Val-de-Marne), créée en 1871. La maison Boulenger y employait 60 ouvriers en 1902. D’abord employé commercial, il deviendra ultérieurement fondé de pouvoir et directeur, en charge du personnel.

À cause d’une « faiblesse générale », Pinton est dispensé de service militaire en 1908. La famille est alors installée à Joinville-le-Pont (Seine, act. Val-de-Marne), dans le quartier de Polangis, avenue du Château (act. av. Foch). Il épouse dans cette ville en mai 1912 Émilie Julie Joséphine Provin, fille d’un entrepreneur de serrurerie, président de la société de secours mutuels des sapeurs-pompiers et plus tard adjoint au maire.

Au cours de la première guerre mondiale, Lucien Pinton est affecté à des services auxiliaires, à cause de l’état de ses pieds. Il intègre la 2e section de commis et ouvriers de l’armée en janvier 1915 puis est envoyé en juin la même année sur les théâtres d’opérations orientales, en Serbie. Il y est nommé brigadier en juillet 1918 puis maréchal des logis en novembre. Il rentre d’Orient en janvier 1919 et est démobilisé en avril.

Après le conflit, Pinton partage son temps entre son domicile parisien et celui de ses beaux-parents à Joinville, rue du Pont (act. rue Jean-Mermoz). C’est dans cette ville qu’il prend des responsabilités politiques et associatives.

En préparation des élections municipales de mai 1925, il est un des organisateurs d’une importante réunion publique de l’Union républicaine pour la défense des intérêts communaux, la liste du maire sortant Henri Vel-Durand, radical dissident, qui réunit des candidats de droite et quelques indépendants, radicaux ou socialistes.

En octobre 1932, c’est Pinton qui, comme vice-président, supplée l’absence de Guye, malade, en tant que président du Comité d’union républicaine et d’action sociale, qui regroupe les partisans de la droite conservatrice et libérale dans la commune. Ce dernier est remplacé par Émile Lecuirot, tandis que Pinton reste vice-président.

Accompagnant encore son beau-père, qui en fut un des fondateurs en 1923, Pinton est en 1934 trésorier de la société d’escrime La Dague, dont Pierre Lorry est président. C’est au cours une soirée organisée par cette association, en novembre 1934, que Lucien Pinton raconte son voyage en Norvège et au Spitzberg, devant de nombreux élus, dont le député Adolphe Chéron (radical), ancien sous-secrétaire d’État à l’éducation physique, ou le maire Georges Briolay (radical-socialiste). C’est sous l’impulsion de Pinton que La Dague lance en 1935 pour cinq années un challenge Charles-Provin, en souvenir de son beau-père, mort la même année. Il concerne des équipes de trois tireurs à l’épée.

Participant à plusieurs expositions au titre de son orfèvrerie, il obtient un diplôme d’honneur lors de l’Exposition coloniale internationale de Paris, organisée en 1931 dans le Bois de Vincennes, à Nogent-sur-Marne.

Cité comme témoin par un juge d’instruction de Saint-Quentin, Lucien Pinton, alors directeur général de la maison Boulenger, assure que en février 1937 le docteur Hecker de Flavy-le-Martel (Aisne) était en fait René Hecker, ancien comptable de sa société, dépourvu de tout titre universitaire. Il avait profité de la guerre pour se faire nommer « médecin auxiliaire » et avait ensuite usurpé le titre de docteur, exerçant la médecine, y compris dans des fonctions officielles, pendant 17 ans.

Lucien Pinton meurt le 11 octobre 1938 à Paris (11e arr.), dans son domicile de la rue du Grand-Prieuré. Il est inhumé à Joinville, dans le caveau de son beau-père. Il était âgé de 51 ans et père d’un enfant. En 1931, il avait été décoré de la médaille commémorative serbe.

 

Partager cet article
Repost0
3 octobre 2021 7 03 /10 /octobre /2021 00:01

Lismon Tamisier naît le 20 avril 1861 à Roussillon (Vaucluse). Il est le fils d’Adèle Marguerite Irisson, sage-femme et de son mari Louis Ange Joseph Tamisier, cafetier.

Il est recruté, en mai 1881 en tant que commis surnuméraire des Postes à Marseille (Bouches-du-Rhône). Il effectue un long service militaire de quatre ans puis reprend son poste de commis dans l’administration postale à Marseille. Il est ensuite transféré à Paris.

C’est dans cette ville qu’il épouse, dans le 14e arrondissement, en mai 1887 une collègue, Blanche Danis, employée du télégraphe. Après le décès rapide de son épouse, en décembre 1888, Lismon Tamisier se remarie, en septembre 1889, de nouveau à Paris (14e arr.) avec une demoiselle des Postes, Cécile Élisabeth Marcou.

Admissible au grade de receveur d’un bureau de poste, Tamisier exerce cette fonction à L'Isle-sur-Sorgue (Vaucluse) en janvier 1907 quand il lui est décerné le titre d’officier d’académie. C’est lui qui préside, à Cavaillon en février 1908, une réunion organisée du comité vauclusien de l’œuvre de l’orphelinat des sous-agents des postes et télégraphes. Il est présenté dans le quotidien Le Petit Marseillais en tant que « fervent mutualiste. »

Lorsque le sous-secrétaire d’État aux Beaux-Arts, l’avocat Léon Bérard, préside la Fête des eaux à l’Isle-sur-Sorgue en août 1912, Tamisier, comme receveur des Postes, est présent aux côtés du ministre avec le maire E. Char, le député d’Avignon ; Maisonnobe, ou le sous-préfet de Carpentras.

Quittant de nouveau la Provence, Tamisier devient receveur à Saint-Just-en-Chaussée (Oise) en 1913 et y reste au début de la première guerre mondiale. Il est muté en 1917 à Neufchâtel-en-Bray (Seine-Inférieure, act. Seine-Maritime).

Après le conflit, Lismon Tamisier revient en région parisienne en tant que receveur à Joinville-le-Pont (Seine, act. Val-de-Marne) où il exerce en 1921. À cette époque, le service postal est assuré avec quatre levées par jour (trois les dimanches et jours fériés) dans 27 boîtes à lettres. Le bureau unique dans la municipalité, situé quai du Barrage, est complété par un bureau auxiliaire ouvert dans le quartier de Polangis, rive gauche de la Marne, avenue du Parc. Il est ouvert avec deux agents fin 1919, sous la responsabilité de Berthe Quéru. Cette annexe est remplacée par un bureau de plein exercice en 1923, installé dans le quartier de Palissy, avenue Galliéni.

En octobre 1923, Tamisier fait valoir ses droits à une pension de retraite et est remplacé, en tant que receveur de Joinville Centre par Paul Mourlam tandis que Marguerite Bonnal devient la première receveuse de Joinville Polangis Palissy.

Après avoir cessé leur activité professionnelle, les époux Tamisier s’installent à Paris (12e arr.), rue Taine. Leurs deux filles et deux petits enfants vivent avec eux, ainsi qu’un gendre. À la mort de son épouse, en décembre 1936, Lismon Tamisier, alors âgé de 75 ans, vivait toujours à Paris. La date de son décès n’est pas connue.

 

Partager cet article
Repost0
1 octobre 2021 5 01 /10 /octobre /2021 00:01

Berthe Quéru naît le 7 mai 1878 à Bry-sur-Marne (Seine, act. Val-de-Marne). Elle est la fille de Catherine Fruyss, couturière, et de son époux, Louis André Quéru, jardinier.

Après la première guerre mondiale, Berthe Quéru vit dans la commune de Joinville-le-Pont où elle réside d’abord avenue Joyeuse (quartier de Palissy) puis avenue Oudinot (quartier de Polangis). Ces deux quartiers sur la rive gauche de la Marne ont connu une rapide expansion démographique et leur équipement en services publics devient une nécessité.

Déjà, en 1907, le conseil général de la Seine avait émis le vœu qu’un bureau de poste soit créé « à la Fourchette, entre Joinville et Champigny » et, lors des élections municipales de mai 1908, la liste socialiste évolutionniste demandait la création d’un bureau de poste route de la Brie (act. avenue Galliéni). Un arrêté préfectoral de novembre 1919, a autorisé la création d'une recette succursale auquel est affecté un personnel de deux dames employées.

Installé rue du Parc, le bureau de poste auxiliaire a pour responsable Mme Quéru. Le receveur de Joinville, M. Lismon Tamisier, en assure la supervision.

L’embauche de Berthe Quéru provoque une polémique dans la presse locale. L’hebdomadaire radical-socialiste Voix des communes, opposé au maire radical dissident, Henri Vel-Durand, s’étonne dans une tribune libre du 15 décembre 1922 signée « Pipe-Lait » que des « femmes non veuves » ont eu des emplois, citant Mme Quéru, Mme Boulard, tenancière de la baignade l’été et cuisinière aux écoles de Polangis l’hiver ainsi que Mlle Graillat, employée de mairie et fille d’un conseiller municipal. Cependant, un article publié la semaine suivante donne acte à Mmes Boulard et Quéru qu’elles sont seules et ont des revenus modestes. Enfin, le journal précise que cette dernière a quitté son poste.

Le bureau auxiliaire de l’avenue du Parc est remplacé, en mars 1923, par un bureau de plein exercice, situé avenue Galliéni. Une receveuse est désignée à sa tête, Marguerite Bonnal.

En octobre 1922 à Paris (13e arr.), Berthe Quéru a épousé Émile Eugène Pierre, employé de commerce puis expéditeur, originaire des Ardennes et vivant à Paris. sa date de décès n’est pas connue.

L'immeuble du 2, avenue du Parc, ancien bureau de Poste auxiliaire à Joinville-le-Pont

 

Partager cet article
Repost0
29 septembre 2021 3 29 /09 /septembre /2021 00:01

François Alphonse Renom naît le 11 mars 1881 à Buxières-sous-Montaigut (Puy-de-Dôme). Il est le fils de Marie Berthon et son mari Antoine Renom, maçon qui vivent au village des Crouzillons.

Recruté comme agent surnuméraire des Postes à Clermont-Ferrand (Puy-de-Dôme) en 1899, il quitte le département à la fin de la même année pour rejoindre, dans le même grade, le bureau de Clamecy (Nièvre).

Il réalise son service militaire en tant que sapeur télégraphiste au 5e régiment de génie entre novembre 1902 et octobre 1905. L’année suivante, il est nommé commis titulaire et va travailler dans plusieurs bureaux de Paris puis, en 1909, à Ablon (Seine-et-Oise, act. Val-de-Marne). C’est à Paris (7e arr.) que François Alphonse Renom épouse Louise Augusta Gaillard, originaire de Haute-Savoie.

Pendant la première guerre mondiale, Renom est d’abord remobilisé dans le génie, remis à disposition de l’administration des PTT en janvier 1916, reversé dans le génie militaire en juin 1917 puis démobilisé en février 1919.

Nommé receveur, François Alphonse Renom rejoint Ardes-sur-Couze (act. Ardes, Puy-de-Dôme) en 1920. Il est promu en décembre 1923 dans la même fonction au bureau de Lamastre (Ardèche). Ensuite, il rejoint Dun-sur-Auron (Cher) en mai 1932. De retour en région parisienne, il devient receveur principal à Joinville-le-Pont (Seine, act. Val-de-Marne), prenant la succession d’Henri Eymas, parti en retraite. Le bureau communal vient d’être scindé avec la création d’un deuxième bureau desservant les quartiers de Palissy et Polangis, confié à une receveuse, Marguerite Bonnal.

Avec plusieurs personnalités municipales, Renom fait partie des donateurs qui dotent le vestiaire municipal, constitué en décembre 1935 pour apporter une aide sociale dans la commune de Joinville. Il y est toujours en 1938.

François Alphonse Renom meurt le 27 février 1963 à Antony (Seine, act. Hauts-de-Seine). Il était âgé de 81 ans et père de deux filles, dont la cadette, Marthe, mourut au même endroit en 2020 à l’âge de 102 ans.

Bureau de poste de la rue de Paris à Joinville-le-Pont

 

Partager cet article
Repost0
27 septembre 2021 1 27 /09 /septembre /2021 00:01

Pierre Eymas naît le 25 décembre 1874 à Campugnan (Gironde) ; il se fera ensuite appeler Henri. Il est le fils Marguerite Élie et de son époux, Jean Eymas ; ses parents sont cultivateurs dans le village de Sabaron.

En 1895, Henri Eymas est recruté par l’administration des Postes comme commis surnuméraire et affecté au bureau de Blaye (Gironde).

Ajourné en 1895 pour faiblesse, il est finalement déclaré bon pour le service militaire en 1896 et part, en novembre au sein du 2e régiment de génie pour une campagne de deux ans en Algérie. À son retour en octobre 1898, il est affecté au bureau de Montargis (Loiret), où il devient commis titulaire. Peut-être est-ce lors de son séjour sur les bords de Loire qu’il rencontre Marie, originaire d’Ouzouer-sur-Loire (Loiret), présentée ensuite comme son épouse.

Rejoignant la région parisienne, Henri Eymas devient en 1903 commis à la Poste centrale de Paris. Il est probablement mobilisé pendant la première guerre mondiale avec une affectation spéciale auprès des Postes.

Après le conflit, il est nommé contrôleur à Paris en 1920 puis contrôleur principal, dans le 16e arrondissement, en 1927. C’est peut-être son expérience du contrôle qui lui vaut d’être désigné comme receveur du bureau de Joinville-le-Pont (Seine, act. Val-de-Marne). En effet, le receveur titulaire, Paul Mourlam, puise depuis 1926 dans la caisse du bureau pour jouer aux courses ; il est arrêté en septembre 1928 après la découverte d’un trou de 300 000 francs dans sa comptabilité.

Le vieux bureau de Poste du quai du Barrage (anc. quai Beaubourg), jugé depuis longtemps trop petit, est remplacé en août 1930 par un nouvel hôtel des Postes situé en face de la mairie, rue de Paris. En 1931, M. Eymas est un des lauréats du concours lancé par le Touring-Club de France destiné à récompenser les receveurs « qui se sont distingués par l'excellente tenue des bureaux dont ils ont la direction. »

Des cambrioleurs s’attaquent, de nuit en novembre 1932, au nouvel établissement. Les deux coffres installés dans le bureau du receveur vont cependant résister à leurs trois heures de tentative au chalumeau et les voleurs repartent, juste avant l’arrivée de la police, avec un butin de dix-neuf sous (moins d’un franc) et quelques timbres.

Parallèlement à son activité professionnelle, Henri Eymas est percepteur de l’association Amicale des PTT, société de secours mutuels. Il prend sa retraite en juillet 1934 et est alors remplacé par François Alphonse Renom.

Pierre Eymas meurt le 24 décembre 1955 à Joinville-le-Pont, veille de ses 81 ans. il était titulaire de la médaille de bronze de la mutualité depuis septembre 1932. Peut-être a-t-il eu un fils.

 

Partager cet article
Repost0
25 septembre 2021 6 25 /09 /septembre /2021 00:01

Marie Alexandrine Troussard naît le 29 octobre 1851 à Montmartre (act. Paris 18e arr.). Elle est la fille de Marie Alexandrine Paris et de Jean Mathurin Troussard.

Devenue employée des Postes et télégraphe en 1876, elle est receveuse de bureaux de poste de petite dimension, d’abord à Roissy (peut-être Roissy-en-France, Seine-et-Oise, act. Val-d’Oise ou Roissy-en-Brie, Seine-et-Marne), où elle est signalée en 1883, puis à Gonesse, en 1888.

Elle épouse à Paris (4e arr.) en août 1888 Alfred Henri Girod, instituteur à Alfortville (Seine, act. Val-de-Marne). En 1896, Marie Alexandrine Girod devient la troisième femme d’affilée à diriger le bureau de poste de Joinville-le-Pont (Seine, act. Val-de-Marne). Elle prend la succession d’Antonine de La Chassaigne de Sereys, veuve Potrolot de Grillon, épouse Broutta, qui le dirigeait depuis 1865.

Un sac de dépêches à destination du bureau de Saint-Mandé ayant été repêché à Joinville dans la Marne, en novembre 1900, Mme Girod est entendue à titre de renseignements par le commissaire de police.

Une sanction est prise en 1903 à l’encontre de Mme Girod qui est d’abord mutée à Rosny-sous-Bois (Seine, act. Seine-Saint-Denis) en octobre puis rétrogradée comme dame employée à la direction de la Caisse nationale d’épargne, officiellement « sur sa demande ». Sa situation est évoquée, en mars 1906, à la Chambre des députés par Gustave Rouanet, journaliste et député socialiste SFIO de Paris. Il interpelle le sous-secrétaire d’État aux Postes et télégraphe, Alexandre Bérard sur sa situation : « Mme G..., receveuse des postes à Joinville-le-Pont, a été déchue de son emploi sans même passer au conseil de discipline, sans avoir eu connaissance du rapport et des dénonciations qui ont provoqué sa rétrogradation. »

L'Union des dames de la Poste reprend l’interpellation, souhaitant que le personnel soit désormais représenté au sein des conseils de discipline et qu’il soit permis aux agents, lorsqu'ils sont l’objet d’une accusation, à se disculper devant le conseil de discipline.

En octobre 1906, Marie Alexandrine Girod se voit accorder une retraite anticipée pour « infirmités. »

Probablement est-ce son mari qui, tout en continuant son métier d’instituteur, adhère en 1906 à la Société Botanique de France, y présente en novembre un Essai de vulgarisation de la botanique, devient membre fondateur de la Société des amis de l'arbre et édite un ouvrage sur Les Arbres. Il est décoré comme chevalier du Mérite agricole en février 1913.

Lors du mariage de leur fils, en septembre 1915, les époux Girod vivent à Choisy-le-Roi (Seine, act. Val-de-Marne). Lui est âgé de 59 ans et elle de 64. L’unique enfant du couple, Marcel Louis Girod, rédacteur à l’Agence Havas (act. Agence France-Presse, AFP), est adjudant dans l’infanterie lorsqu’il meurt de blessures de guerre à l’hôpital de Beauvais (Oise) en avril 1918.

La date de décès de Marie Alexandrine Girod n’est pas connue.

Photo du bureau de poste de Joinville vers 1900, avec deux facteurs, trois employés aux fenêtres et probablement Mme Girod sur le trottoir

 

Partager cet article
Repost0
23 septembre 2021 4 23 /09 /septembre /2021 00:01

Marie Marguerite Angèle Pagès naît le 8 janvier 1877 à Uchaud (Gard). Elle est la fille de Marie Adèle Balmayer et de Jean Antoine Pagès.

En novembre 1896 à Anduze (Gard), elle épouse Julien Bonnal, employé des Postes. Ils rejoignent la région parisienne où Julien Bonnal travaille au service du télégraphe, tandis que Marguerite Bonnal est d’abord employée au bureau Paris central à partir de 1898 puis, en 1906, à la direction de la Caisse nationale d’épargne.

Elle est nommée en mai receveuse du bureau de Moisselles (Seine-et-Oise, act. Val-d’Oise), village de 700 habitants puis en août 1909, elle est transférée au bureau Sarcelles (Seine-et-Oise, act. Val-d’Oise), commune de près de 2 800 habitants. Elle y reste jusqu’en 1923.

En décembre 1923, Marguerite Bonnal est nommée receveuse du nouveau bureau de poste créé pour Polangis et Palissy à Joinville-le-Pont (Seine, act. Val-de-Marne). Les deux quartiers sur la rive gauche de la Marne ont connu un rapide développement et comptent, en 1926 près de 6 000 habitants, soit plus de la moitié des résidents communaux. Le bureau est fréquenté également par une partie des habitants de Champigny, le territoire de Polangis étant partagé entre les deux villes.

La création du bureau, décidée en 1919, avait été déclarée d'utilité publique en mars 1923. Il est installé au 48, avenue Galliéni, où réside également la receveuse et sa famille. Le journal L'Ère nouvelle critique, en mai 1924, qui remarque que le terrain était propriété de Félix Soulié (1858-1934), négociant en tissus, également président du comité d’Union républicaine de Joinville-le-Pont, l’organisation qui regroupe l’essentiel de la droite républicaine dans la commune, dont les amis du maire, Henri Vel-Durand.

En 1936, Mme Bonnal est toujours receveuse du bureau de Polangis Palissy, mais son mari, devenu contrôleur des Postes, avait pris sa retraite en octobre 1933.

Marguerite Bonnal meurt le 22 juillet 1970 à Neuilly-sur-Seine (Hauts-de-Seine). Elle était âgée de 93 ans et mère de deux enfants.

Le bureau de poste de Polangis Palissy, à gauche

 

Partager cet article
Repost0
9 juillet 2021 5 09 /07 /juillet /2021 00:01

Suite de la biographie d’Édouard Alfred Fontaine

Après la fin de l’occupation allemande, en septembre 1871, la commune de Joinville doit reconstruire ses bâtiments et ouvrages d’art endommagés. Le pont de Joinville avait dû en outre faire face aux grandes inondations de 1872-1873. Les trois arches détruites sont remplacées par deux arches de 25 mètres d'ouverture. Les parapets sont en fonte ouvrée et leurs extrémités en pierre de taille. Il est inauguré en août 1873.

La crue de la Marne de décembre 1872 va nécessiter d’apporter une assistance à 520 personnes, sur les 2 380 habitants de la commune soit plus d’un sur cinq. 117 maisons sont inondées. C’est une des plus considérables inondations avant celle de 1910. Les forges de Saint-Maur, situées sur le canal, à proximité de Saint-Maurice, sont arrêtées et leurs cent quarante ouvriers sont au chômage.

Le quotidien Le Figaro décide de lancer une souscription pour les inondés du département de la Seine. Étant une ces communes les plus touchées, Joinville figure parmi les premiers bénéficiaires des subsides récoltés. Les interlocuteurs du comité de répartition des fonds créé par la direction du journal a pour interlocuteurs Louis Ferdinand Rousseau, adjoint au maire et futur maire de Joinville, et surtout M. Fontaine. La première aide qui lui est versée est de 2 000 francs, ce qui lui permet de fournir cinq jours de vivres à 400 personnes. Plusieurs secours particuliers pour des cas de détresse s’y ajoutent.

Louis Ferdinand Rousseau, le maire sortant de tendance bonapartiste, est battu lors des élections municipales de janvier 1878. Il est remplacé par Gabriel Pinson, républicain modéré, qui est élu en même temps que plusieurs conseillers municipaux de tendance plus avancée, comme Alphonse Demeestère. Édouard Alfred Fontaine reste à son poste.

Alors que la France vit toujours sous le régime du concordat avec l’église catholique, c’est le prêtre de la paroisse de Joinville qui est chargé des pompes funèbres. En 1881, c’est l’abbé Georges Moreau qui assure le ministère. Le maire et deux représentants du conseil municipal siègent, à côté de représentants de l’évêché de Paris, au sein du conseil de fabrique, en charge de la gestion des finances paroissiales. Plusieurs élus trouvaient que les recettes étaient maigres. Ils demandent à Fontaine de faire un contrôle des comptes. Il établit qu’il manquait à l’appel 1 200 francs. Le curé répondit qu’il avait mis cette somme dans sa poche, « ainsi que ça se fait toujours ». Il refusa de reverser les fonds ; l’archevêque de Paris assura qu’il n’avait fait que « suivre un usage ancien commun aux paroisses suburbaines ». En conséquence de ce refus, la municipalité décida de supprimer l’indemnité de logement versée au prêtre, qui ne disposait pas d’un presbytère. Dans un souci d’apaisement, l’archevêque nomma, en juin 1882, l'abbé Moreau aumônier de l'hôpital militaire Beaujon à Paris. Le journal radical-socialiste très anticlérical Voix des communes se félicita que l’enquête confiée par le conseil municipal ait abouti « grâce au zèle intelligent d’un employé comme nous en souhaiterions à toutes les mairies, M. Fontaine. »

Le successeur de l’abbé Moreau, Ernest Jouin, décida de mener une guérilla juridique contre la municipalité, à partir de cet incident et de plusieurs autres. Il devint un farouche adversaire des francs-maçons et mena une activité éditoriale importante pour dénoncer leur rôle.

La famille Fontaine va connaître un drame en décembre 1881. Le fils aîné du secrétaire de mairie, Henri, alors âgé de 14 ans, tombe alors qu’il montait ou descendait (selon les versions de la presse) d’un train en garde Joinville. Il a la jambe broyée et on doit l’amputer.

En novembre-décembre 1882, Fontaine devra faire face à une nouvelle inondation de la Marne, peut-être un peu moins considérable, mais qui touche plus d’ouvriers des forges puisque celles-ci se sont développées.

Un quiproquo va surgir en février 1886 lors de l’enterrement à Joinville d’un libre-penseur d’Antoine Roche. Une collecte est faite au cimetière, et Voix des communes indique qu’elle « est transmise par M. Fontaine au trésorier de la société de libre-pensée de Saint-Maur ». Mais le secrétaire fait rectifier l’information, assurant que le produit a été versé à la caisse des écoles communale.

Édouard Alfred Fontaine meurt le 30 juillet 1886 à Joinville, alors qu’il est toujours en poste à la mairie. Il était âgé de 47 ans et père de trois enfants. Son épouse meurt six mois plus tard et son fils aîné le mois suivant.

Fin

La mairie de Joinville vers 1880

 

Partager cet article
Repost0
7 juillet 2021 3 07 /07 /juillet /2021 00:01

Début de la biographie d’Édouard Alfred Fontaine

Édouard Alfred Fontaine naît le 26 mars 1839 à Saint-Cyr-sur-Morin (Seine-et-Marne). Il est le fils de Françoise Eulalie Pillet et de son mari, François Hubert Fontaine, tailleur d’habits.

Orphelin de père à l’âge de quatre ans, il vit ensuite avec sa mère à Paris dans le quartier récemment annexé des Batignolles, rue Saint-Louis (act. rue Nollet, 17e arr.). Il est épicier lors de son mariage, en août 1864 à Saint-Maur-des-Fossés (Seine, act. Val-de-Marne) avec Louise Julienne Hacar.

En février 1865, son commerce fait faillite. Un concordat avec les créanciers, pour sortir de la procédure, est passé en juillet la même année. La famille Fontaine rejoint d’abord Saint-Maur-des-Fossés puis ouvre un commerce d’épicerie, mais également de droguerie et de tabac, rue du Pont, dans la commune voisine de Joinville-le-Pont.

À la fin du second empire, Édouard Alfred Fontaine quitte son métier de commerçant pour devenir secrétaire général de la mairie de Joinville en 1868. Le maire est alors Auguste Courtin, conservateur. La famille Fontaine s’installe dans un logement au sein de la mairie ou immédiatement adjacent. La mairie, inaugurée en 1852, était ornée d’un buste de l’empereur Napoléon III, offert par le céramiste Jean Marie Gille.

La guerre franco-allemande va profondément affecter la commune de Joinville, et notamment le travail du secrétariat de mairie. En septembre 1870, Fontaine participe, avec les membres du conseil municipal et à une souscription en faveur de la nouvelle Société de secours aux blessés militaires (Croix-Rouge). Du fait des combats, la population de Joinville quitte la commune pour se réfugier à Paris.

La municipalité elle-même, et son secrétariat, sont installés provisoirement, en septembre, dans le 7e arrondissement de la capitale, 104, rue du Bac. En novembre, les habitants de Joinville et de Saint-Maur La Varenne qui restaient reçoivent l’ordre de quitter leurs logements. Les bureaux municipaux sont transférés 105, boulevard Voltaire, en face de la mairie du 11e arrondissement ; les archives communales sont déposées au Tribunal de commerce. En septembre, pour empêcher un éventuel passage des Allemands, le pont de Joinville, qui reliait le nouveau quartier de Palissy au centre ancien, est détruit. Selon le journaliste et écrivain Georges Grison « Une énorme pierre meulière, fut projetée jusque sur le toit de la mairie au travers duquel elle passa et vint se loger entre deux solives ». Toujours d’après Grison, le roi Guillaume de Prusse, empereur d’Allemagne, serait venu dans la mairie de Joinville lors d’une visite du champ de bataille. De très violents combats, début décembre, font environ deux mille morts sur Champigny, notamment dans la plaine du Tremblay et dans la zone de Polangis, partagée avec Joinville. Plusieurs bâtiments, comme le château du parangon, qui abritait un hôpital provisoire, sont touchés lors des bombardements.

Après l’armistice du 23 janvier 1871, les troupes allemandes d’occupation s’installent à Joinville le 31 du même mois, s’installant notamment dans le château du Parangon. Ce sont d’abord des Badois et des Wurtembergeois, remplacés par des Bavarois à partir du 11 mars. La garnison de Joinville comprenait un bataillon de chasseurs, deux compagnies du génie, un régiment de ligne et une batterie d'artillerie, stationnée au château de Polangis. À Saint-Maur, trois membres du conseil municipal venaient à tour de rôle pendant une semaine faire fonction d'officier de police et d'état civil ; il en était probablement de même à Joinville.

Mairie provisoire de Joinville-le-Pont en 1870, 104, rue du Bac à Paris

Mairie provisoire de Joinville-le-Pont en 1870, 105, boulevard Voltaire à Paris

Alors que l’insurrection de la Commune de Paris est déclenchée, la mairie de Joinville rouvre le 1er avril 1871. Plusieurs incidents sont signalés entre la population et les troupes allemandes, notamment en juillet quand un soldat frappa d’un coup de sabre un garde-barrière du chemin de fer, qui venait de descendre la barrière et lui demandait d’attendre le passage du train. D’autres altercations sont consécutives à des moqueries et injures proférées à l’égard des soldats par des parisiens venus, le dimanche, se promener le long de la Marne. Le commandant des forces d’occupation rendit le maire responsable des rixes et lui envoya un avis l’informant qu'à chaque nouvel incident, le nombre de militaires stationnés serait augmenté. L’occupation cessa le 19 septembre 1871.

À suivre

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Polmorésie, blog d’histoire
  • : Histoire politique, économique, culturelle et sociale au travers des acteurs qui ont se sont engagés dans la vie publique.
  • Contact

Recherche

Liens