Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
16 janvier 2021 6 16 /01 /janvier /2021 00:01

Marcel Roque naît le 16 décembre 1893 à Paris (10e arr.). Il est le fils de Claire Joséphine Dive et de Gaston Roque, employé de commerce. En 1906, la famille est installée à Noyon (Oise) où le père est cordonnier et y réside toujours en 1913.

Devenu employé de chemin de fer, Marcel Roque est ajourné lors de sa convocation pour le service militaire pour faiblesse. Son ajournement est maintenu en 1914.

Il est cependant mobilisé pour la première guerre mondiale en septembre 1914. Incorporé au 106e régiment d’infanterie, il est cependant mentionné comme insoumis, une erreur qui ne sera rectifiée qu’en août 1916, après sa nomination en tant que caporal dans un régiment de chasseurs à pieds. Affecté brièvement en mars 1919 dans un régiment de génie, il est démobilisé en mai de la même année.

Travaillant pour la Compagnie des chemins de fer du Nord, puis, après la fusion des réseaux, pour la Société nationale des chemins de fer français (SNCF), Marcel Roque vit à Paris, Aubervilliers et la Courneuve (Seine, act. Seine-Saint-Denis). Il épouse, en septembre 1919 à Paris (10e arr.) Marguerite Jeanne Héloïse Tellier.

Au cours de la deuxième guerre mondiale, Marcel Roque est affecté spécial au service des chemins de fer dès septembre 1939. Il est démobilisé en février 1943.

Installé à Joinville-le-Pont (Val-de-Marne) en 1983, dans le quartier de Palissy, rue du 42e de Ligne, Marcel Roque fait partie des derniers anciens combattants survivants de la première guerre mondiale. À ce titre, il est décoré, en février 1996, à l’âge de 102 ans, en tant que chevalier de la Légion d’honneur.

Marcel Roque meurt le 30 décembre 1996 à Joinville. Il était âgé de 103 ans et père de trois filles.

Le quartier de Palissy à Joinville-le-Pont dans les années 1960

 

Partager cet article
Repost0
8 janvier 2021 5 08 /01 /janvier /2021 00:01

Louis Charles Rouin naît le 15 novembre 1892 à Paris (11e arr.). Il est le fils d’Emma Lucie Juliette Pacilé, couturière, et de son mari Armand Louis Rouin, sculpteur sur bois.

Avant-guerre, il vit à Charenton-le-Pont (Seine, act. Val-de-Marne) avec sa mère, devenue veuve, rue des Bordeaux, et est forgeron.

Effectuant son service militaire à partir d’octobre 1913, Rouin reste dans le 45e régiment d’artillerie au début de la première guerre mondiale. Il est nommé brigadier en mai 1916 puis blessé dix jours plus tard sur le front de l'Argonne au ravin des Courtes Chausses. Il subit une amputation de l’avant-bras droit, avec le gros orteil désarticulé. De ce fait, il est placé en retraite en juin 1917 avec une pension à 100%. Une citation à l’ordre de l’armée en mai 1916 signale qu’il était un « excellent brigadier qui a donné à maintes reprises des preuves de bravoure. A été grièvement blessé le 10 mai en servant une pièce de tranchée. »

Louis Rouin épouse à Champigny (Seine, act. Val-de-Marne) en janvier 1918 Lucie Cazal.

Après-guerre, devenu mécanicien, Louis Rouin et son épouse vivent à Maisons-Alfort (Seine, act. Val-de-Marne), chemin de Saint-Maur. Ils s’installent, dans le même département, dans la commune voisine de Joinville-le-Pont où il réside en 1921 dans le quartier de Polangis, avenue Marceau. Louis Rouin devient successivement agent commercial, puis chef de travaux puis représentant.

En 1922, il est condamné par la 12e chambre du tribunal correctionnel de la Seine à 50 francs d’amende pour coups et blessures volontaires.

Lors du scrutin municipal de mai 1929, Louis Rouin est candidat à Joinville sur la liste de concentration républicaine du maire sortant, Stephen Durande, qui rassemble essentiellement des personnalités conservatrices ou libérales. Devancée par la liste de cartel des gauches dès le premier tour, la liste de droite est battue au second tour, malgré le maintien des postulants communistes. Elle obtient cinq sièges sur 27. Georges Briolay, radical-socialiste, est élu maire. Rouin avait eu 905 voix sur 2 126 votants (42,6%) pour 2 969 inscrits. Il n’est pas élu.

Au cours des élections municipales joinvillaises suivantes, en mai 1935, Rouin est de nouveau sur la liste d’Union des républicains, dont les membres se revendiquent comme des « hommes d’ordre et d’action », « sans aucune préoccupation politique, n’ayant pour but que la bonne gestion communale ». Ils se féliciteront cependant que « Les Joinvillais, dans le seul but de barrer la route aux communistes, ont apporté leurs suffrages en masse à la liste d’ordre de l’Union républicaine. Ils ont montré leur réprobation pour la turbulence et de la démagogie. »

Devançant dès le premier tour les radicaux-socialistes du maire sortant, l’Union républicaine emporte au second tour 25 sièges face à ces derniers et à une union communiste et socialiste, qui a les deux derniers postes de conseillers municipaux.

Rouin recueille au premier tour 908 votes sur 2 856 suffrages exprimés, pour 2 923 votants (31,8%) et 3 433 inscrits. Il est élu au second tour avec 1 135 suffrages sur 2 899 exprimés (38,9%) avec 2 924 votants. Léon Lesestre (proche du Parti social français) devient maire.

Contre la majorité des élus de droite, Rouin s’oppose en juillet 1939 à la concession de la baignade municipale à un opérateur privé. Le même mois, il propose au conseil municipal de subventionner un monument à la gloire de l’infanterie française.

Alors que l’élection a été abandonnée, Louis Rouin est nommé conseiller municipal de Joinville par arrêté préfectoral du 20 février 1942. Après l’exclusion des élus communistes deux ans plus tôt, les autorités du régime de Vichy ont reconduit le bureau municipal et une partie des élus les plus conservateurs. En août 1944, le maire et ses adjoints seront arrêtés par le comité local de Libération qui prit possession de l’hôtel de ville.

Louis Charles Rouin meurt le 21 mars 1970 à Ferrières-en-Gâtinais (Loiret). Il était âgé de 77 ans et père de trois enfants. Il était décoré de la médaille militaire, de la Croix de guerre avec palmes et chevalier de la Légion d’honneur depuis mars 1939.

Le ravin des Courtes Chausses (Argonne)

 

Partager cet article
Repost0
11 octobre 2020 7 11 /10 /octobre /2020 00:01

Nicolas Mathieu Bonnor naît le 4 novembre 1809 à Sainte-Colombe (act. Sainte-Colombe-sur-Seine, Côte-d'Or). Il est le fils de Nicole Malgras et de son époux Nicolas Bonnor, probablement employé des forges de Sainte-Colombe. Lui-même est employé à partir de 11 ans dans les forges, comme goujat (apprenti), il devint ensuite puddleur, c'est-à-dire directeur d'un four pour l'affinage de la fonte. En novembre 1832, lamineur dans les mêmes forges, il épouse Françoise Zoé Degrond, dont le père est également commis à la forge.

Selon Mgr Justin Fèvre, historien de la Haute-Marne, « Mathieu était l'ouvrier supérieur, le forgeron de génie qui possède d'instinct ou qui devine par expérience tous les mystères du métier ». En 1834, il est contremaître puis en 1838, sous-directeur. Il quitte la Côte-d'Or pour les forges de Basse-Indre, en Loire-Inférieure (act. Loire-Atlantique) en 1848, où se retrouvent également son frère cadet Julien et un cousin, Louis, également métallurgistes.

Les forges Marmont à Sainte-Colombe

Au début du second Empire, Bonnor retourne dans l’Est de la France, à Saint-Dizier où il installe la forge anglaise de la société Adma, Huin et Cie. Il est ensuite embauché dans l’importante usine de Jules Rozet, au Clos-Mortier, toujours à Saint-Dizier et y installe des trains de laminoirs. Il fonde la société Bonnor frères et Cie et devient dès lors maître de forges en 1855.

Tout en conservant son installation de Saint-Dizier, il s’installe l’année suivante à Eurville (act. Eurville-Bienville), autre pôle important du département. Il équipe son usine de deux hauts-fourneaux, des fours à puddler, une forge anglaise et un laminoir, lui permettant de se spécialiser dans les petits fers ronds, dont il produisait 15 000 tonnes par an. Fort rentables, ces produits servaient notamment à la tréfilerie, pour les chaîne et pour les fils télégraphiques. S’associant avec la famille de sa mère, la société gérant le site de Saint-Dizier prend le nom de Bonnor, Malgras & Cie en 1858. Celle d’Eurville est connue sous le nom de Bonnor, Degrond et Cie, ses beaux-parents étant impliqués dans son capital. Mathieu Bonnor se présentera fréquemment sous le patronyme de « Bonnor-Degrond. »

Un brevet d’invention est déposé en avril 1860 en France par Bonnor, pour un « procédé de laminage économique du fer et autres matières ». La même invention est également protégée au Royaume-Uni.

En 1863, les frères Bonnor cèdent la fabrication de chaînes de leurs ateliers de Saint-Dizier mais implantent une tréfilerie à Chancenay, en association avec Jobard. Son frère monte une usine à Donjeux (Haute-Marne).

L'Exposition nationale de Chaumont en 1865 apporte la consécration à Bonnor, qui est décoré de la Légion d'Honneur. En juillet, il forme avec les principaux producteurs de machine ou ronds de tréfilerie et par les fabricants de fils de fer un comité où il siège aux côtés de et MM. de Wendel, Denille et Daumont. Il a pour objectif d’assurer des prix plus rémunérateurs.

Associé en 1866 avec les frères Jamin, des négociants de Paris et le baron Louis de Valsuzenay, Mathieu Bonnor se retire en 1867 de ses affaires d’Eurville ; il avait été condamné, en février, parce qu’un de ses ouvriers avait fait exploser par erreur un obus livré dans un lot de fonte, ce qui provoqua la mort d’un ouvrier. Il est appelé en région parisienne, où il réorganise les forges de Joinville-le-Pont (Seine, act. Val-de-Marne) et d'Aubervilliers (Seine, act. Seine-Saint-Denis).

Son activité à Saint-Dizier se poursuit et Bonnor obtient, en 1869, le raccordement de ses usines à la voie de chemin de fer locale.

Pour l’exploitation des forges de Saint-Maur à Joinville-le-Pont, Mathieu Bonnor s’associe avec le propriétaire, Alphonse Pilté et fonde en 1871 Bonnor, Pilté et Cie, spécialisée dans les fers laminés à base de riblon, venu généralement de Haute-Marne. Il se retire en 1872 de son association, reprise par Pilté.

Condamné pour homicide par imprudence à 100 francs d'amende et 1 200 fr. de dommages-intérêts en novembre 1873, Bonnor se voit personnellement placé en faillite en juillet 1874. Il réside alors rue du Faubourg Saint-Martin, à Paris (10e arr.). L’activité de Saint-Dizier n’est pas concernée. Pour tenter de se remettre sur pieds financièrement, Bonnor se rend dans le Tarn-et-Garonne. Cependant, malade, il revient à Paris. L’historien Philippe Delorme remarque que « doué pour la fabrication, Mathieu Bonnor le fut en effet beaucoup moins pour la gestion. »

Mathieu Bonnor meurt le 10 mars 1876 à Paris (10e arr.). Il était âgé de 68 ans et avait eu une fille. Selon Justin Fèvre « On ramène son corps à Saint-Dizier où ses anciens élèves et les ouvriers de la contrée lui font des funérailles comme on en fait aux princes ». Pour Ph. Delorme, « il symbolisait pour la population un exemple de réussite sociale » ; il remarquait « qu’à travers une telle réussite devenait pour la première fois visible publiquement l’importance sociale et économique du travail ouvrier. »

Bonnor est inhumé dans sa ville natale, Sainte-Colombe, où il était domicilié.

Un blog, Sagadesbonnor, a fonctionné entre février et avril 2011, publiant dix articles sur la famille, dont un en partie consacré à Mathieu Bonnor et intitulé L'ascenseur social n'était pas en panne. Une voie de la commune de Saint-Dizier (Haute-Marne) porte son nom, la rue Mathieu-Bonnor.

Plaque de rue de Saint-Dizier

 

Partager cet article
Repost0
22 août 2020 6 22 /08 /août /2020 00:01

Suite de la biographie de Ferdinand Rousseau

La municipalité de Joinville, après la guerre de 1870-1871 et l’insurrection de la Commune de Paris, doit faire face à de nombreux problèmes : reconstruction des édifices détruits, dont le pont de Joinville, principal axe de l’Est parisien, et réfection plusieurs bâtiments endommagés comme les châteaux du Parangon et de Polangis.

La Marne sort également de son lit à plusieurs reprises. Une première inondation est notée en novembre 1872. Mais c’est à la fin du mois de décembre et en janvier 1873 qu’une crue très importante survint.

Rousseau, comme adjoint au maire, Fontaine, secrétaire de mairie, Burgain et Brillaux, conseillers municipaux sont en charge de l’organisation des secours. 520 personnes de la commune, qui comptait 2 380 habitants en 1872, ont besoin de secours soit plus d’un cinquième de la population. Une souscription, lancée par le quotidien Le Figaro permet de les aider. Rousseau établit un tableau des pertes subies par les inondés, sur lequel les délégués du Figaro statuèrent, en tenant compte de la situation de fortune de chaque sinistré.

Lors des élections municipales de novembre 1874, on voit s’affronter à Joinville-le-Pont deux tendances bien distinctes. D’un côté, la majorité conservatrice de la municipalité sortante, et de l’autre une liste républicaine. Si la majorité est reconduite, avec à sa tête Auguste Courtin comme maire et Ferdinand Rousseau comme adjoint, trois des élus se sont ouvertement affichés en tant qu’opposants républicains : Antoine Cambier, Louis-Benoit et le maître de forges Alphonse Pilté.

De nouveau, en mars 1876, 160 maisons de Joinville sont envahies par les eaux de la Marne. Le deuxième étage du restaurant Jullien, sur l’île Fanac est inondé, les arches du pont reconstruit ont disparu et on ne va plus qu'en bateau dans le nouveau quartier de Palissy. 37 maisons sont évacuées complètement et il faut secourir 300 personnes.

En cour de mandat, Courtin, propriétaire du château de Polangis, l’autre grande demeure de Joinville avec le Parangon, décide de quitter son poste et la ville. Après sa démission en août 1876, Ferdinand Rousseau est élu maire de Joinville. Il prend Charles Brillaux comme adjoint.

La création de la société de secours mutuels des sapeurs-pompiers de Joinville, réalisée en 1876 à l’initiative de Rousseau, est approuvée en décembre 1877.

Les élections municipales générales suivantes, en janvier 1878, voient la victoire des républicains à Joinville, conduits par Gabriel Pinson, troisième de sa famille à devenir maire. Selon le quotidien Le Siècle, « les candidats bonapartistes, parmi lesquels figurait le maire encore en fonctions, n’ont obtenu que très peu de voix ». Sur les 17 conseillers municipaux élus au premier tour (pour 21 postes), on compte 16 républicains et 1 orléaniste.

Une société en nom collectif, sous le nom de Quirot-Rousseau, est formée en décembre 1881 pour l’exploitation du pensionnat de garçons dénommé Institution du Parangon. À partir de 1885, la cérémonie annuelle de remise des prix de l’école du Parangon, au mois d’août, devient un évènement bénéficiant d’une importante couverture dans la presse nationale et locale. À la rentrée scolaire 1888, Ferdinand Rousseau, malade depuis 1881, divisa l’exploitation du Parangon en deux établissements, l’un confié à son fils Jules Rousseau et l’autre à son beau-fils Théodore Quirot.

Des élèves dans la cour du Parangon

 

Ayant adhéré en 1864 à la Société zoologique d'acclimatation, Ferdinand Rousseau en reste membre ensuite. Administrateur de la caisse d’épargne, Rousseau a été président de la délégation cantonale de Charenton qui gère les questions d’éducation.

Louis Ferdinand Rousseau meurt le 21 juin 1889 Joinville. Il était âgé de 78 ans et père de deux enfants.

Il avait été décoré des Palmes académiques en 1879 comme officier de l’instruction publique et chevalier de la Légion d’honneur depuis décembre 1881. Une fondation Ferdinand Rousseau est formée et contribue à doter des prix pour les élèves de l’institution du Parangon à partir de l’été 1889 et jusqu’en 1914.

Son fils et successeur à l’institution du Parangon, Jules Rousseau a été également conseiller municipal de Joinville-le-Pont. Il a donné son nom à une voie de la commune. Son deuxième fils, le docteur Henri Rousseau, prit ensuite la succession à la tête de l’établissement d’enseignement et en fit une école coloniale.

Peut-être le nom de Ferdinand Rousseau doit-il être associé à une autre artère de Joinville, la villa Rousseau (voie privée).

Fin

Ferdinand Rousseau

 

Partager cet article
Repost0
18 août 2020 2 18 /08 /août /2020 00:01

Début de la biographie de Ferdinand Rousseau

Louis Ferdinand Rousseau naît le 14 décembre 1810 à Paris (1er arr.). Il est le fils de Louise Marie Quirot et de Longin Marie Ferdinand Rousseau. Il a un frère jumeau, Antoine, dont le devenir est inconnu.

En 1832, Ferdinand Rousseau rejoignit à Joinville-le-Pont (Seine, act. Val-de-Marne) comme professeur une petite école laïque d’enseignement libre dirigée par Jean Marie Molette, issue de l’école Longin de Paris que Molette avait reprise. Elle comptait 15 pensionnaires en 1836 et 30 en 1841. Dans cette fonction, Rousseau remplaça Adrien Quirot, décédé en août, qui avait épousé en novembre 1831 Désirée Catherine Nicole Lavenue, fille adoptive de Molette. En juin 1835 à Joinville, Rousseau épousa la jeune veuve.

Au décès de Jean Marie Molette, en 1851, Rousseau devint le maître de pension et renomma l’institution Rousseau-Molette. Dans une annonce de 1853, il assure qu’il « offre à la jeunesse tous les avantages, tant sous le rapport de l'éducation que par les soins de famille que les élèves y reçoivent, les élèves vivant en communauté avec les maîtres. »

La succession de Molette au conseil municipal de Joinville est également assumée par Rousseau, qui est peut-être élu lors d’un scrutin partiel début 1850. La 2e République a aboli le vote censitaire et rétabli le suffrage universel masculin, avec une première élection municipale en en juillet 1848. Apollon Delaherche, qui assumait l’intérim depuis fin décembre 1848, est élu maire en mars 1850.

Face au développement de l’école, Ferdinand Rousseau fait l’acquisition d’un vaste terrain, doté d’un petit château qui fut un temps la résidence de la Madame de La Fayette. Il y installe l’école, qui prend désormais le nom du Parangon en 1857.

A suivre.

L'internat du Parangon

 

Le nombre d’élèves augmenta jusqu’à 300 personnes. En 1865, son fils, Jules Rousseau, introduit pour la première fois un enseignement technique et professionnel tandis que son beau-fils, Théodore Quirot, est chargé de l'enseignement classique. L’établissement, laïque, jouit d’une bonne réputation.

Pendant tout le second empire, Rousseau siège au conseil municipal. Charles Pierre Chapsal a repris le poste de maire en 1852. À sa mort en 1858, il est remplacé par Auguste Courtin, son fils adoptif. Hippolyte Pinson est l’éternel maire adjoint pendant toute la période. Rousseau s’occupe notamment du bureau de bienfaisance municipal.

En 1868, Ferdinand Rousseau est capitaine de la garde nationale et des sapeurs-pompiers de Joinville-le-Pont. Les autres officiers sont Martin, Bessault et Provin, tandis que son fils Jules Rousseau est sergent-major. Jusqu’ici, la garde nationale était surtout une milice destinée à maintenir l’ordre, composée et armée de propriétaires. C’est Rousseau, dans la commune, qui élargit son rôle en incluant le service du feu.

L'école du Parangon vue du parc

 

Partager cet article
Repost0
21 mai 2020 4 21 /05 /mai /2020 00:01

Suite de la biographie de Jean-Marie Gille

Bien qu’il n’ait pas, à notre connaissance, de formation particulière en matière scientifique ou technique, Jean Marie Gille, qui est toujours marchand de porcelaines et s’est installé rue du Temple à Paris (3e arr.), va déposer un grand nombre de brevets d’invention. L’Institut national de la propriété industrielle (INPI) en comptabilise huit, plus deux améliorations de brevets déjà déposés. Le premier brevet, en août 1832, concerne un système de chauffage par la vapeur pour des fauteuils creux et des chauffe-pieds.

En septembre 1840, Gille fait breveter un réflecteur transparent destiné à éclairer les numéros des maisons (au moyen de lampes à huile), et un siphon ventilateur pour allumer le feu dans les cheminées. En 1850, il invente une application au feu de l'argenture sur la porcelaine dite biscuit.

C’est la décoration des pièces qu’il produit, puisqu’il est désormais fabricant depuis 1839, que Gille fait protéger en 1854 : « obtention, à l'aide du laminoir, de la presse emporte-pièce ou rouleau à main, de la broderie et de la gravure en porcelaine et autres ornements, tels que feuilles, fleurs, figures, etc. »

Il est à l’origine en 1856 d’une nouveauté qui connaîtra un certain succès, même si les supports métalliques émaillés ont une diffusion beaucoup plus grande : celle des plaques en porcelaine contenant l'indication du nom des rues et autres renseignements utiles.

La vie à l’intérieur des maisons l’intéresse également, avec le brevet déposé en août 1857 pour « application de la porcelaine blanche et décorée aux patères, servant à accrocher toute espèce de choses ». En juin 1862, c’est un curieux encrier-calendrier qui est le fruit de son imagination.

Enfin, il revient en novembre 1863 au décor sur porcelaine avec l’application de de diamants, perles et pierreries montés dans des chatons métalliques.

C’est en 1837 que Gille crée sa fabrique, qu’il installe rue Paradis-Poissonnière à Paris (10e arr., act. rue de Paradis) tout en conservant sa boutique de la rue du Temple. En 1844, elle emploie 160 ouvriers et est réputée pour la qualité du travail, qui concerne surtout des figures en biscuit et des pièces décoratives recouvertes d’une application d’argent. Cette même année 1844, il expose une cheminée en porcelaine « charmante pour les boudoirs ». Les marques utilisées sont « Gille Jeune Fabricant à Paris » en creux, ou bien un cachet en creux ou en pâte bleue au monogramme GJ. S’installant comme un producteur d’objets de luxe, Gille se fournit en matière première à Limoges et vend également du cristal de Sèvres. Ses productions acquièrent une réputation artistique, confortée par sa participation très fréquente à des salons. .

Gille participe, au moins à partir de 1843, aux expositions nationales organisées à Paris au palais des Champs-Élysées. Il y présente une Sainte-Famille d'après Murillo et un Paysage. En 1844, il revient avec une Tête de Christ, un tableau de fruits et un autre de fleurs. Toujours en 1844, il réalise pour un bateau à vapeur plusieurs tableaux représentant l’histoire de Gil-Blas, inspirée du roman picaresque du siècle précédent.

L’aspect technique du travail de l’atelier de Gille est souligné dans la presse, notamment professionnelle. Sa maîtrise de la cuisson fait qu’il produit des statuettes de grandes dimensions.

Pendant la période révolutionnaire de 1848, en attente d’une reprise du commerce, Gille réalise selon le quotidien Le Constitutionnel (1849/07/31) « des essais coûteux » afin d’incruster de porcelaine dans les meubles en bois ou à des objets en marbre et bronze ainsi que sur des lampes. Le 28 février, il avait été signataire d’une lettre de 17 négociants en porcelaine parisiens qui annonçaient qu’ils avaient « repris leurs travaux habituels », « afin de conserver ce travail aux ouvriers » et « pour raffermir l'ordre et la » confiance que tout bon citoyen doit appeler de tous ses vœux ». Puis, avec l’installation du régime napoléonien et le fort accroissement de la bourgeoisie, l’activité de Gille va connaître son apogée.

La première Exposition universelle à laquelle participe Gille est celle de Londres en 851. Il y obtient une médaille de seconde classe pour un chambranle en porcelaine. En août 1853, un incendie considérable détruit la fabrique Gille à Paris.

Probablement pour assurer sa publicité et conforter sa position, Gille réalise un buste de Louis Napoléon Bonaparte, d’après un modèle du sculpteur Jean-Auguste Barre, dont le premier exemplaire est installé, en novembre 1852, dans la mairie - achevée l’année précédente - de Joinville-le-Pont (Seine, act. Val-de-Marne). Il est ensuite envoyé à celui devenu peu après l’empereur Napoléon III, puis exposé à l’Hôtel-de-ville de Paris lors d’un bal en février 1854.

Lors de l'Exposition universelle de Paris en 1855, Gille recueille une médaille de 1e classe, en particulier pour une Immaculée Conception grandeur nature et une Fontaine à tritons. Il est également fait chevalier de la Légion d’honneur, par l’empereur lui-même, selon le journal La Lumière. Sa nomination porte le motif suivant : « Ancien ouvrier – Progrès et développement dans l’industrie de la porcelaine, et services rendus à la classe ouvrière ». Elle correspond à l’idéologie de la monarchie, le prince Napoléon, président de la commission impériale, ayant déclaré : « chez nous, le soldat peut devenir général, grand industriel le simple ouvrier ! »

Membre du Conseil des Prud'hommes pour les produits chimiques déjà en 1855, et réélu encore en 1865 à cette fonction, Gille défend une conception sociale du monde ouvrier, en particulier pour la promotion de caisses de retraite pour la vieillesse avec certains autres employeurs, comme les sociétés de chemins de fer, la compagnie des Omnibus ou la manufacture de glaces de Saint-Gobain. Gille retient 5% des salaires de ses employés et double leurs cotisations de sa propre caisse.

En couronnement de son ascension sociale, Gille est nommé, en juillet 1858 fournisseur officiel de l’impératrice Eugénie

À suivre

Figurines de l'atelier Gilles Jeune

 

Partager cet article
Repost0
17 mai 2020 7 17 /05 /mai /2020 00:01

Suite de la biographie de Charles-Pierre Chapsal

Charles-Pierre Chapsal fut de nouveau élu maire lors du scrutin de juin 1852, après le coup d’État du 2 décembre 1851, conduit par le président de la République, Louis-Napoléon Bonaparte.

Il y avait, sur la partie du Bois de Vincennes qui faisait partie, à ce moment, du territoire de la commune de Joinville-le-Pont, des locaux désaffectés, les redoutes de la Faisanderie et de Gravelle. Le ministère de la Guerre y fonde en 1852 un centre d'instruction de gymnastique et d'escrime ouvert aux officiers (30 sous-lieutenants) et à des sous-officiers (à raison d'un par régiment) appelés à jouer le rôle d'instructeurs dans l'armée de terre et éventuellement dans les établissements scolaires (dont l’enseignement était partiellement militarisé). La première promotion de 120 hommes entre en juillet 1852 dans les bâtiments de la Faisanderie. L’école accueillera ensuite le bataillon de Joinville et, démilitarisée, deviendra ensuite l’INSEP.

Pour décorer la mairie, inaugurée en octobre 1851, il a fait appel au fabricant de porcelaine, Jean-Marie Gille, également conseiller municipal, pour réaliser un buste grandeur nature du prince-président d’après un modèle du sculpteur Jean-Auguste Barre. La statue est inaugurée en novembre 1852 avec le corps d’officiers de l’école normale de gymnastique, le conseil municipal, la compagnie locale de la garde nationale et le sous-préfet de Sceaux. La cérémonie sa conclut au cri de « Vive l'empereur ! » Louis-Napoléon Bonaparte se fera proclamer empereur le 2 décembre de la même année, sous le titre de Napoléon III.

Après l’instauration du second Empire, Chapsal est une nouvelle fois réélu au conseil municipal en 1855 et est désigné comme maire. Il devient en outre, en novembre 1855 membre du conseil d'arrondissement de Sceaux, du département de la Seine.

Joinville était une des très rares communes de la région parisienne à ne pas disposer de commune, étant toujours rattachée, comme avant la révolution française de 1789, à la paroisse Saint-Nicolas de Saint-Maur. Chapsal fait voter en 1856 la construction d’une église, dont il apporte, avec sa femme, une partie du financement.

Alors qu’il exerce toujours ses fonctions, Charles-Pierre Chapsal meurt le 27 janvier 1958 à Joinville, dans son château de Polangis. Il était âgé de 71 ans.

Dans son testament, Chapsal légua une somme de 80 000 francs, dont les intérêts devaient être employés en secours annuels de 100 à 300 francs versés « aux plus dignes des instituteurs de la banlieue de Paris (arrondissements de Sceaux Saint Denis) ». Ceux de Paris, mieux payés, en avaient été exclus.

Une rue de Joinville-le-Pont porte son nom. L’église du centre de la commune, ouverte en 1860, a été baptisée Saint-Charles-Borromée.

Charles Chapsal était chevalier de la légion d’honneur. Son fils adoptif, Auguste Courtin, prit sa succession à la mairie de Joinville et au conseil d’arrondissement puis devint maire de Salbris (Loir-et-Cher). Le fils de ce dernier, André Courtin, fut lui aussi maire de Salbris.

Fin

La tombe de la famille Chapsal à Joinville

 

Partager cet article
Repost0
12 décembre 2019 4 12 /12 /décembre /2019 00:01

Émile François Ferdinand Jougla naît le 28 septembre 1880 à Alzon (Gard). Il est le fils de Célestine Pujolas et de Zacharie Jougla, conducteur des Ponts-et-Chaussées. Son père sera ensuite associé à Joseph Jougla dans l’entreprise de cinéma portant son nom, installée à Joinville-le-Pont (Seine, act. Val-de-Marne). Ils vivent en 1891 à Alfortville puis en 1901 au Perreux (Seine, act. Val-de-Marne).

Bien que d’origine aristocratique, sa famille est peu fortunée et Émile Jougla obtient en décembre 1892 une bourse de demi-pensionnat pour le lycée Charlemagne à Paris. Il est reçu en octobre 1900 au concours de l’École spéciale militaire de Saint-Cyr, de nouveau avec une bourse.

Sorti en septembre 1902 en tant que sous-lieutenant, il intègre le 89e régiment d’infanterie ; il se blesse au manège de Vincennes en 1903. Devenu lieutenant en octobre 1904, il est affecté au 74e régiment d’infanterie en janvier 1908.

Résidant alors à Maisons-Alfort (Seine, act. Val-de-Marne), Jougla épouse en novembre 1907 à Paris (3e arr.) Ode Andrée Marie Jeanne Clair.

Au début de la première guerre mondiale, Émile Jougla est nommé capitaine en septembre 1914. Son comportement lui vaut quatre citations : à l’ordre de l’armée en mai 1916 pour sa capacité d’organisation ; à l’ordre général des armées en août 1918 pour ses « brillantes qualités militaires » ; à l’ordre du régiment en septembre 1918 son énergie, son calme et son initiative ; à l’ordre de la division en décembre 1918 enfin pour avoir « contribué au ralentissement de l’ennemi ». Il avait été grièvement blessé à Douaumont, pendant la bataille de Verdun, en avril 1916.

Il obtient la Croix de guerre avec palme en juillet 1916 et est fait chevalier de la Légion d’honneur en avril 1917 pour s’être « montré aussi bon organisateur qu’excellent officier sur le terrain. »

Après-guerre, Émile Jougla est affecté à l’état-major. Il quitte l’armée active en novembre 1921 et est nommé, dans la réserve, en 1926 chef de bataillon. Il démarre une activité de négociant.

Son épouse Ode Clair meurt en mars 1920. Émile Jougla se remarie, en mai 1921 à Paris (3e arr.) avec Anna Julie Chédeville, veuve de Jean Robert Clair qui l’avait épousé en secondes noces et qui était le père de la première épouse d’Émile Jougla, dont elle était donc la belle-mère. Ils auront un fils et vivent à Paris, d’abord rue Saint-Dominique (7e arr.), puis en 1926 rue Dieu (10e arr.)

Émile Jougla meurt le 17 septembre 1937 à Paris (10e arr.). Il était âgé de 56 ans et était, depuis décembre 1933, officier de la Légion d’honneur.

Le blason de la famille Jougla de Paraza, dont est issu Emile Jougla

 

Partager cet article
Repost0
10 décembre 2019 2 10 /12 /décembre /2019 00:01

Marcel Gaston Jougla naît le 23 mars 1886 à Nogent-sur-Marne (Seine, act. Val-de-Marne), en même temps que sa sœur jumelle Joséphine Cécile. Ils sont les enfants de Joseph Marc Jougla, négociant et de son épouse Marie Schmit. Il est orphelin de mère en juillet 1887, année où disparaît également l’associé de son père et témoin de sa naissance, Émile Graffe, fondateur d’une entreprise de production de plaques photographiques et de films, que reprend son père.

Engagé pour trois ans dans l’armée en octobre 1905, servant au 31e régiment d’infanterie, Gaston Jougla est mis en disponibilité en septembre 1906 en tant qu’étudiant en pharmacie.

Après avoir développé l’activité de la société Jougla, Joseph Jougla a installé son usine à Joinville-le-Pont (Seine, act. Val-de-Marne) en 1902. Elle devient un important acteur du secteur de l’image avec les plaques Omnicolore, premières à permettre la photographie en couleur, et l’appareil Sinnox. Pour pouvoir peser face aux américains de Kodak, la société fusionne avec sa concurrente, Lumière, basée à Lyon. L’Union photographique industrielle (Établissements Lumière et Jougla réunis) conserve ses deux usines de Lyon (confiée aux Lumière) et de Joinville, dont Gaston Jougla devient le directeur au côté de son père, son oncle Zacharie Jougla quittant sa fonction de responsable technique.

Au cours de la première guerre mondiale, Gaston Jougla est d’abord affecté à la 22e section d’infirmiers puis nommé pharmacien aide-major de 2e classe auprès du gouvernement militaire de Paris. Il prend part à la création en mai 1915 de la Section photographique de l’armée (SPA), dirigée par Pierre Marcel Lévi, critique d’art parisien, professeur à l’école nationale supérieure des Beaux-Arts de Paris. Elle fusionne en 1917 avec la Section cinématographique de l’armée (SCA).

Au sein de la section, qui emploie 59 photographes, Jougla est chargé de la mise en place des laboratoires. La SPA vise à collecter des clichés, notamment pour répondre à la propagande allemande en direction des pays neutres. Maintenu dans son grade après-guerre, Jougla deviendra capitaine de réserve en décembre 1933.

Un an après l’armistice, Gaston Jougla, redevenu directeur de la société Jougla, épouse Jeanne Eugénie Claire Frager le 11 novembre 1919 à Paris (6e arr.).

Fondé en 1922, l’association Joinville sportif, à la recherche de soutiens, fait appel à Gaston Jougla qui en devient président d'honneur en 1923 ce qui, selon le quotidien La Presse, « fut un gros appoint pour le club cycliste ». Il est remplacé dans cette fonction en 1925 par Delaunay.

En décembre 1923, Gaston Jougla participe, avec notamment Louis Lumière et Léon Gaumont, l’initiative en vue de la création d’une école professionnelle de photographie et de cinématographie. Elle verra le jour de manière concrète en 1926 et sera installée rue de Vaugirard à Paris. Elle est aujourd’hui installée à Noisy-le-Grand (Seine-Saint-Denis) et porte le nom de Louis-Lumière. Gaston Jougla est membre du conseil d’administration en 1930.

Si l’usine de Joinville est d’abord consacrée à des activités techniques, Gaston Jougla est proche de certains artistes du milieu du cinéma, par exemple le réalisateur Jean Vigo.

Après la mort de son père en 1927, Gaston Jougla reste dans la direction de l’entreprise, rebaptisée Lumière. Il semble cependant être principalement actif au siège social, basé rue de Rivoli à Paris (1er arr.) et s’est installé boulevard Raspail (6e arr.).

Lors des élections municipales de mai 1935, le quotidien communiste L’Humanité met en cause « les candidats réactionnaires et Croix de feu de l'Union des républicains, agents des gros industriels, de Pathé-Natan, des frères Jougla, etc. »  C’est cependant la liste de droite de Léon Lesestre qui remporte le scrutin.

La date de décès de Gaston Jougla n’est pas connue. Il est vivant en 1936 et probablement mort en lors du remariage de Jeanne Frager en avril 1945 à Paris (6e arr.), cette dernière étant présentée ultérieurement comme veuve. Ils n’ont semble-t-il pas eu d’enfants.

Au titre du ministère du commerce, Gaston Jougla avait été fait chevalier de la Légion d’honneur en février 1934, comme son père.

 

Partager cet article
Repost0
22 novembre 2019 5 22 /11 /novembre /2019 00:01

Début de la biographie d'Émile Coornaert

Émile Coornaert naît le 31 août 1886 à Hondschoote (Nord). Il est le cadet de treize enfants d'une famille d'ouvriers agricoles. Après la mort de son père, il entre en 1898 au petit séminaire Saint-François d'Assise d'Hazebrouck qu'il quitte en 1903. Profondément influencé par l'éducation reçue, Il y reviendra très régulièrement tout au long de sa vie. Après son baccalauréat, il se partage entre les études et le travail. Il est membre du mouvement Le Sillon de Marc Sangnier, un catholique de gauche.

Licencié en lettres en 1906, journaliste, il poursuit des études d'histoire à l'Institut catholique de Lille puis à la Sorbonne où il obtient un diplôme d'étude supérieure en histoire médiévale. Dispensé de service militaire, il s'engage cependant en 1915. Il combat d’abord au sein du 1er régiment d'infanterie de ligne puis rejoint le 8e régiment de transmissions jusqu’à la fin de la Première guerre mondiale. Il est sergent-fourrier travaillant à la section d'écoute en mettant à contribution sa connaissance de l'allemand.

Il épouse Alice Robert en 1921 et séjourne ensuite très régulièrement jusque la fin de sa vie dans la maison familiale d’Allarmont (Vosges). Ils auront trois enfants.

Démobilisé en 1919, Émile Coornaert passe l'agrégation d'histoire en 1920 et enseigne à Alençon, Nancy et au Lycée Condorcet à Paris. Docteur ès lettres en 1930, il est nommé directeur d'études d'histoire économique à École pratique des hautes études où il est préféré à Marc Bloch. Il collabore à la revue des Annales depuis 1932.

Il va connaître une expérience internationale, créant un département francophone à l’Université de São Paulo au Brésil où il détient la chaire d’histoire en 1934 et 1935.

Revenu en Europe en 1936, Émile Coornaert devient titulaire de la chaire d'histoire du travail au Collège de France où il remplace François Simiand. Il obtient le poste de préférence à Maxime Leroy et Maurice Halbwachs. Ce dernier estime que « Coornaert est un médiocre (…) Il a fait quelques recherches érudites sur les corporations au XVème siècle (…) Il a un fort accent belge, rien de caractéristique par ailleurs. Démocrate-chrétien, et actuellement très résistant, – mais bon catholique, et tenant à ce qu'on subventionne les écoles libres. »

A suivre

 

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Polmorésie, blog d’histoire
  • : Histoire politique, économique, culturelle et sociale au travers des acteurs qui ont se sont engagés dans la vie publique.
  • Contact

Recherche

Liens