Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
10 mars 2022 4 10 /03 /mars /2022 00:01

Victor Hippolyte Robert-Peillard naît le 1er août 1899 à Grasse (Alpes-Maritimes). Il est le fils d’Élise Émilie Eyguesier et de son mari Jules Jean Louis Robert-Peillard, directeur du casino.

La liquidation judiciaire du café-restaurant juste avant sa naissance amène la famille à déménager à Champigny-sur-Marne (Seine, act. Val-de-Marne), le père devenant voyageur de commerce. Ils vivent en 1900 rue des Sapins puis déménagent quelques années plus tard pour la commune voisine de Joinville-le-Pont, où ils s’installent dans le quartier de Palissy, avenue des Platanes.

Pendant la première guerre mondiale, Victor Robert-Peillard, qui est alors employé de commerce, s’engage en janvier 1918 pour la durée de la guerre. Il rejoint le 21e régiment de génie puis les 1er, 2e, 3e, 6e et 7e régiments de la même arme. Poursuivant son service militaire après le conflit, il est nommé caporal en août 1919 puis sergent fourrier le mois suivant. Il est détaché en Alpes-de-Haute-Provence 1920 pour assurer, dans la Somme, l’encadrement des travailleurs coloniaux puis assure cette même fonction à Marseille. Il est démobilisé en juin 1921.

En août 1924, Victor Robert-Peillard épouse à Saint-Maurice Marguerite Adrienne Mégret. Ils s’installent dans cette commune, adjacente à Joinville, dans la Grande-Rue. Il devient également voyageur de commerce.

Cependant, Victor Robert-Peillard reste manifestement lié à Joinville, où résident toujours sa mère, un frère et une sœur. C’est dans la section joinvillaise du parti socialiste SFIO qu’il s’engage dans l’activité politique. Il en est membre en 1930 et en 1935. Il fait alors partie du comité de presse, qui assure la promotion du quotidien Le Populaire, avec Robert Derivière et Victor Hochet.

Au cours de la deuxième guerre mondiale, un Robert-Peillard est signalé comme membre de l’organisation humanitaire officielle, le Secours national d’entraide du maréchal. Il s’agit soit de Victor, soit de son frère Jean Paul, qui avait été fait prisonnier par l’armée allemande en 1940 et était peut-être alors libéré. Cette association organise, en décembre 1941, le Noël du maréchal ; au cours de la manifestation, le maire, Léon Lesestre appelle à « bien aimer le maréchal [Pétain], sauveur de notre France ». En décembre 1943, Robert-Peillard participe au Déjeuner des vieux, au titre du Parrainage des vieux.

Victor Robert-Peillard meurt le 13 janvier 1961 à Joinville. Il était âgé de 61 ans.

Joinville-le-Pont, vers 1960

 

Partager cet article
Repost0
3 octobre 2021 7 03 /10 /octobre /2021 00:01

Lismon Tamisier naît le 20 avril 1861 à Roussillon (Vaucluse). Il est le fils d’Adèle Marguerite Irisson, sage-femme et de son mari Louis Ange Joseph Tamisier, cafetier.

Il est recruté, en mai 1881 en tant que commis surnuméraire des Postes à Marseille (Bouches-du-Rhône). Il effectue un long service militaire de quatre ans puis reprend son poste de commis dans l’administration postale à Marseille. Il est ensuite transféré à Paris.

C’est dans cette ville qu’il épouse, dans le 14e arrondissement, en mai 1887 une collègue, Blanche Danis, employée du télégraphe. Après le décès rapide de son épouse, en décembre 1888, Lismon Tamisier se remarie, en septembre 1889, de nouveau à Paris (14e arr.) avec une demoiselle des Postes, Cécile Élisabeth Marcou.

Admissible au grade de receveur d’un bureau de poste, Tamisier exerce cette fonction à L'Isle-sur-Sorgue (Vaucluse) en janvier 1907 quand il lui est décerné le titre d’officier d’académie. C’est lui qui préside, à Cavaillon en février 1908, une réunion organisée du comité vauclusien de l’œuvre de l’orphelinat des sous-agents des postes et télégraphes. Il est présenté dans le quotidien Le Petit Marseillais en tant que « fervent mutualiste. »

Lorsque le sous-secrétaire d’État aux Beaux-Arts, l’avocat Léon Bérard, préside la Fête des eaux à l’Isle-sur-Sorgue en août 1912, Tamisier, comme receveur des Postes, est présent aux côtés du ministre avec le maire E. Char, le député d’Avignon ; Maisonnobe, ou le sous-préfet de Carpentras.

Quittant de nouveau la Provence, Tamisier devient receveur à Saint-Just-en-Chaussée (Oise) en 1913 et y reste au début de la première guerre mondiale. Il est muté en 1917 à Neufchâtel-en-Bray (Seine-Inférieure, act. Seine-Maritime).

Après le conflit, Lismon Tamisier revient en région parisienne en tant que receveur à Joinville-le-Pont (Seine, act. Val-de-Marne) où il exerce en 1921. À cette époque, le service postal est assuré avec quatre levées par jour (trois les dimanches et jours fériés) dans 27 boîtes à lettres. Le bureau unique dans la municipalité, situé quai du Barrage, est complété par un bureau auxiliaire ouvert dans le quartier de Polangis, rive gauche de la Marne, avenue du Parc. Il est ouvert avec deux agents fin 1919, sous la responsabilité de Berthe Quéru. Cette annexe est remplacée par un bureau de plein exercice en 1923, installé dans le quartier de Palissy, avenue Galliéni.

En octobre 1923, Tamisier fait valoir ses droits à une pension de retraite et est remplacé, en tant que receveur de Joinville Centre par Paul Mourlam tandis que Marguerite Bonnal devient la première receveuse de Joinville Polangis Palissy.

Après avoir cessé leur activité professionnelle, les époux Tamisier s’installent à Paris (12e arr.), rue Taine. Leurs deux filles et deux petits enfants vivent avec eux, ainsi qu’un gendre. À la mort de son épouse, en décembre 1936, Lismon Tamisier, alors âgé de 75 ans, vivait toujours à Paris. La date de son décès n’est pas connue.

 

Partager cet article
Repost0
20 août 2021 5 20 /08 /août /2021 00:01

André Victorin Bonnefoi naît le 23 mars 1857 à La Seyne-sur-Mer (act. Var). Il est le fils de Reine Antoinette Solaro et de son époux Marius César Xavier Bonnefoi, chaudronnier en cuivre.

À 20 ans, André Bonnefoi s’engage dans l’armée et est affecté à la 4e compagnie d’ouvriers de marine à Toulon (act. Var). Il devient brigadier en août 1879 puis maréchal des logis en juillet 1880.

Envoyé au Sénégal, en octobre 1880, il sert dans la 1e Compagnie d’ouvriers d’artillerie de marine. Il est blessé lors de la bataille de Goubango (Haut-Sénégal, act. Mali) et décoré de la médaille militaire en 1881 pour s’être « conduit avec la plus grande bravoure ». Après une convalescence en France, il retourne au Sénégal en janvier 1882 et reste en service dans la région du Haut-Fleuve jusqu’en août 1883. À partir d’octobre 1882, il est sous-officier chargé de la conservation du matériel avec le titre de garde d’artillerie.

Après son retour en France, il est affecté à la direction de l’artillerie de Rochefort (Charente) pendant deux ans puis à celle de Toulon en avril 1885. Il effectue de courtes sorties en mer sur les vaisseaux Marceau puis Amiral Duperré.

Son mariage avec Augustine Mélanie Eulalie Daranda est célébré en octobre 1883 La à Seyne-sur-Mer.

Expédié de nouveau au Sénégal en mai 1892, il reste deux ans à la direction de l’artillerie. Il revient en juin 1894 à la Fonderie de Ruelle (act. Ruelle-sur-Touvre, Charente) puis retrouve la direction de l’artillerie de Toulon en juillet la même année, avant de rejoindre celle de Cherbourg en mai 1896. Il y devient officier d’administration en juillet 1900.

Il participe à partir de janvier 1901 à de nouvelles opérations militaires dans une colonie française, Madagascar. Il est responsable de la sous-direction de l’artillerie de Tamatave (act. Toamasina, Est de l’île). En 1902, il est d’abord à Tananarive (act. Antananarivo) puis à Soanierana (Tsiroanomandidy), dans la même province centrale.

Malade, il rentre en France, est affecté à la direction de l’artillerie de Brest en janvier 1903 puis prend sa retraite de l’armée en août la même année. Ayant 25 ans et 6 mois d’ancienneté, il se voit attribuer une pension de 2 975 francs par an. La famille s’installe à La Seyne, rue Balaguier. Son fils aîné Marius s’engage dans l’armée de terre en octobre 1903.

Lorsque ce dernier devient instructeur de l’École de gymnastique et d’escrime, les Bonnefoi s’installent à Joinville-le-Pont (Seine, act. Val-de-Marne), où est basée cette école. Il y réside à partir de juillet 1911, dans le centre-ville, rue Chapsal et quand il est décoré de la Légion d’honneur par le général Silvestre, commandant de la place de Vincennes, en février 1912.

Comme son fils et à l’instar de plusieurs officiers de l’École de Joinville, André Bonnefoi est franc-maçon. Il fréquente la toute récente loge Germinal, de Joinville-le-Pont après avoir été membre d’une autre instance affiliée au Grand-Orient de France, la loge Les Vrais Experts, qui avait accueilli notamment le pédagogue et anarchiste espagnol Francisco Ferrer.

Mobilisé pendant la Première guerre mondiale, André Bonnefoi est affecté à la direction de l’artillerie de Clermont-Ferrand. Devenu capitaine, il officie en 1915 à l’École militaire des Enfants de troupe, établissement d’instruction situé à Billom (Puy-de-Dôme). C’est là qu’il a l’occasion, en janvier 1915, de remettre la croix de chevalier de la Légion d’honneur à son fils Marius, alors sous-lieutenant au 4e régiment de zouaves, blessé et en traitement à l’hôpital militaire. La presse trouve la cérémonie touchante, soulignant « qu’il est extrêmement rare de voir un légionnaire décoré par son père. »

De retour en région parisienne, André Bonnefoi est en charge de l’inspection des forges de Paris et expert au ministère de la guerre en 1916. La famille s’est installée à Saint-Maurice, commune voisine de Joinville, dans la Grande-Rue.

Après-guerre, André Bonnefoi ne semble pas avoir d’activité publique. Il est membre de l’association nationale des officiers en retraite. Il se plaint, en novembre 1930 au Grand chancelier de la Légion d’honneur de ce qu’il ne touche pas de traitement du fait de cette décoration, contrairement aux autres décorés à titre militaire.

André Bonnefoi résidait toujours avec son épouse et sa fille en 1931 à Saint-Maurice. Il était alors âgé de 74 ans. La date de son décès n’est pas connue.

Des soldats français au Haut-Sénégal (Wikipédia)

 

Partager cet article
Repost0
12 août 2021 4 12 /08 /août /2021 00:01

Louis Antoine Philip naît le 7 mars 1876 à Paris (4e arr.). Il est le fils de Marie Antoinette Lesbros et de son époux Daniel Dominique Philip, typographe. Ses parents sont originaires des Hautes-Alpes.

Vivant rue Saint-Paul, dans le même arrondissement, la famille s’installe, en 1902 avenue Gille, à Joinville-le-Pont (Seine, act. Val-de-Marne), dans le quartier de Palissy. Son père sera conseiller municipal de Joinville de 1908 à 1912. S’il y est domicilié, Louis Antoine Philip quitte cependant rapidement les lieux, car il est nommé, en juillet 1902, commis de comptabilité au secrétariat général du gouverneur français de Madagascar.

En octobre 1903, Louis Antoine Philip épouse à Nogent-sur-Marne Jeanne Alice Toussaint. Ils s’installent, avec un enfant, à Tananarive (Madagascar) en novembre 1908. Il est alors administrateur adjoint puis deviendra administrateur colonial en 1919. Le mariage ne va guère durer car, en juillet 1912, les époux Philip divorcent ; cependant, Louis Antoine Philip se remarie, toujours à Nogent, en décembre 1912 avec Lucie Suzanne Toussaint, sœur cadette de sa première épouse. Cette dernière contracte un nouveau mariage à Tananarive, où elle reste jusqu’à son décès en avril 1957.

Pendant la première guerre mondiale, Louis Antoine Philip est lieutenant au sein du 12e bataillon de chasseurs malgaches qui combat en métropole, dans l’Aisne, au sein de la division marocaine de la Xe armée. Le régiment obtient trois citations collectives à l’ordre de l’armée. Philip est également cité à l'ordre de l'armée, le 10 novembre 1918, pour avoir « A enlevé sa compagnie dans, un élan superbe à l'assaut d'une position fortement organisée et malgré un tir violent de mitrailleuses prenant ses sections de flanc. Est tombé très grièvement blessé, ayant la satisfaction de voir sa troupe atteindre l'objectif qui lui était assigné avant d'être évacué du champ de bataille. 2 blessures, 2 citations ». Il sera ensuite, dans la réserve, nommé capitaine en juin 1928.

Reprenant son activité civile, Philip réside à Fort-Dauphin (act. Tôlanaro) au sud-est de Madagascar en 1921. Il est chef du district de Marovoay, dans la province Majunga (nord-est de l’île) en 1926. Il prend sa retraite en 1930 en tant qu’administrateur de première classe et s’installe à Asnières (Seine, act. Hauts-de-Seine).

Après la deuxième guerre mondiale, la famille Philip est installée à Antibes, route de Grasse, villa Rose de Mai. Lucie Philip y meurt en mai 1949. Louis Antoine Philip décède le 12 août 1968 à Antibes. Il était âgé de 92 ans. En janvier 1919, il avait été fait chevalier de la Légion d’honneur à titre militaire. Il était également décoré de la Croix de guerre 1914-1918 et de la médaille militaire.

Tananarive

 

Partager cet article
Repost0
18 mai 2021 2 18 /05 /mai /2021 00:01

Désiré Urbain Bagnol naît le 14 février 1885 à Mazan (Vaucluse) Il est le fils d’Anne Joséphine Milhe-Poutingon et de son mari Julien Nicolas Bagnol, épicier.

Le père étant devenu garnisseur, employé du chemin de fer Paris-Lyon-Marseille, la famille vit dans le département du Rhône, probablement à Saint-Genis-Laval. Désiré Bagnol anticipe à 18 ans son service militaire en tant qu’engagé volontaire pour trois ans au 95e régiment d’infanterie entre 1903 et 1906. À la sortie de l’armée, il épouse en septembre 1906 à Oullins, Éléonore Sauvan, originaire d’Arles. Il est alors commis d’économat, probablement à l’hospice Saint-Pothin (act. hôpital de l'Antiquaille Lyon).

Pendant la première guerre mondiale, Bagnol est d’abord mobilisé en août 1914 au 159e régiment d’infanterie puis affecté, en septembre, à la 18e section d’infirmiers. Il est affecté, en 1916, à l’hôpital militaire d’Alix dans le Beaujolais (Rhône).

Après le conflit, son épouse décède alors qu’il est toujours mobilisé à l’hôpital d’Alix en février 1919, lui laissant une fille âgée d’un an. Il est démobilisé le mois suivant et s’installe à La Mulatière, dans la banlieue lyonnaise puis en Arles (Bouches-du-Rhône). Il s’y remarie en février 1921 avec Marie Magdeleine Bouisson.

On retrouve Désiré Bagnol en région parisienne quand il acquiert, en mai 1937 des parts de la Société d'exploitation du Joinville-Palace, un des cinémas de Joinville-le-Pont (Seine, act. Val-de-Marne), située rue du Pont (act. rue Jean-Mermoz). Il devient le directeur de l’établissement et s’installe rue de Créteil (act. avenue du Maréchal-Leclerc).

Pendant la deuxième guerre mondiale, Bagnol organise dans son établissement une soirée en faveur du Secours national entraide d’hiver du maréchal, organisme caritatif se revendiquant du chef de l’État, le maréchal Pétain. Elle est animée par Mme Dumas et groupe lyrique de Joinville.

Un arrêté du 20 février 1942 nomme Désiré Bagnol, toujours directeur de cinéma, en tant que conseiller municipal de Joinville-le-Pont. Le maire est resté Léon Lesestre, qui avait été élu en mai 1935 et a été maintenu à son poste par les autorités de collaboration avec les occupants allemands. En août 1944, le comité local de libération occupe la mairie et prend la place des membres nommés du conseil municipal ; le maire et les adjoints sont arrêtés.

Après la guerre, Désiré Bagnol quitte la ville pour la Côte d’Azur. Sa présence est mentionnée à Nice (Alpes-Maritimes) en octobre 1957. Il y meurt le 10 mai 1959, âgé de 74 ans. Il était père d’une fille.

La rue du Pont à Joinville

 

Partager cet article
Repost0
2 juillet 2020 4 02 /07 /juillet /2020 00:01

Début de la biographie d’Ernest Jouin

Ernest Jouin naît le 21 décembre 1844 à Angers (Maine-et-Loire). Il est le fils de Françoise Cousin et d’Amédée Marin Jouin, artisan ébéniste.

Après le décès de son père quand il a quatre ans, Ernest Jouin est confié à sa grand-mère, à Bierné, puis à sa tante, à Ménil, jusqu’à ses sept ans. Il fut, comme ses deux frères, inscrit au réputé collège de Combrée (Maine-et-Loire), où il souffrit cependant, du fait d’une constitution fragile, des conditions spartiates de l’internat. Négligeant quelque peu le grec et le latin, s’intéressant plus à la littérature française, Ernest Jouin affirma sa vocation religieuse dès l’adolescence : « Aujourd'hui, 28 juillet 1861, moi, Jouin Ernest, âgé de seize ans, je me suis consacré au Cœur de Jésus. (…) De plus, aujourd'hui, j'ai fait à Jésus vœu de chasteté. »

Il décida, l’année suivante, de rejoindre son frère aîné Amédée, qui venait d’entrer comme novice dans l’ordre dominicain. Le noviciat était situé à l’abbaye Saint-Pierre de Flavigny-sur-Ozerain (Côte-d'Or) et Ernest Jouin y fut admis en septembre 1862. Il prit alors le nom de frère Mannès, son frère étant devenu le frère Augustin.

Pour son éducation religieuse, Ernest Jouin rejoignit ensuite le noviciat de Saint-Maximin (Bouches-du-Rhône), où il devint profès en septembre 1863, le même jour que son frère. Le régime conventuel ne lui réussissant guère en matière de santé, il séjournait l’été chez sa mère, puis revenait à Saint-Maximin avant d’être de nouveau affecté à Flavigny en 1865. Face à ses difficultés persistantes, il renonça en 1866, rentra à Angers et intégra le séminaire. Il fut ordonné prêtre en février 1868.

Toujours souffrant, il ne fut pas chargé d’un ministère plein, mais désigné comme surveillant des études du jeune François, fils du comte Roullet de la Bouillerie, dans son château de Lathan à Breil (Maine-et-Loire). Quand son élève intègre un collège jésuite, il fut nommé en juillet 1879 vicaire de Brézé, petite paroisse du Saumurois. Il retourne à Anger comme vicaire de la paroisse Saint-Joseph en avril 1871 puis, en septembre la même année, vicaire de la paroisse cathédrale Saint-Maurice. Pendant cette période, sa mère fut l’instigatrice de la création de la Congrégation des Servantes des Pauvres, vouée au service des malades indigents.

L’abbé Jouin crée un patronage pour les enfants, jouant quelques pièces de théâtre. Il a un succès limité, mais il accueille notamment Marie Joseph Sauvêtre, futur prêtre et qui restera toute sa vie le disciple et l’ami très proche de Jouin.

Selon sa correspondance, Ernest Jouin semble s’être beaucoup ennuyé pendant ces années en Anjou. Son frère Amédée était devenu prieur des dominicains à Lille, mais venait souvent à Paris pour les réunions de son ordre. Le second frère, Henry, handicapé, était entré dans l’Administration des Beaux-Arts, et sa mère l’avait rejoint à Paris. L’abbé Jouin obtint alors de son évêque d’être envoyé, lui aussi, dans la capitale. Ses deux frères furent décorés comme chevalier de la Légion d’honneur.

À suivre

 

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Polmorésie, blog d’histoire
  • : Histoire politique, économique, culturelle et sociale au travers des acteurs qui ont se sont engagés dans la vie publique.
  • Contact

Recherche

Liens