Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
15 mai 2022 7 15 /05 /mai /2022 00:01

Théodore Eugène Coursault naît le 11 mai 1846 à Ligueil (Indre-et-Loire). Il est le fils d’Eugénie Françoise Menou et de son mari, Théodore Zacharie Coursault, marchand de bestiaux.

Pendant la guerre franco-allemande de 1870-1871, Coursault (très probablement Théodore Coursault) s’engage dans un corps-franc, le bataillon des Francs-tireurs à la branche de houx, constitué sous l’autorité du commandant de Vertus. Connus aussi sous le nom de Francs-tireurs des Ternes, du nom du quartier de Paris dont ils étaient souvent originaires, le bataillon faisait partie des unités reconnues par l’état-major de la défense nationale, qui les rangeait dans la catégorie des Éclaireurs de la Seine. Coursault est nommé officier. Les Francs-tireurs à la branche de houx, dont le surnom vient d’un petit bouquet qui ornait leur chapeau, combattent notamment à Garches, Buzenval, Montretout et Rueil, dans l’ouest parisien. Un monument en leur honneur est édifié place des Ternes, en plus de plaques dans les communes concernées. Coursault participe, comme ancien officier, aux manifestations du souvenir, par exemple en janvier 1883.

Après la guerre, Théodore Coursault est affecté au 10e régiment territorial de cavalerie, où il a en mars 1877 le grade de sous-lieutenant. Il rejoint ensuite le 9e régiment puis est affecté à l’état-major, avec le grade de lieutenant, en mai 1887.

Franc-tireur à la branche de houx

En juin 1873 à Saint-Germain-en-Laye (Seine-et-Oise, act. Yvelines), Théodore Coursault épouse Marie Louise Evelina Bisson. Elle est la fille de d’Hector Bisson (1811-1858), ancien notaire, chef de bataillon de la garde nationale et conseiller municipal de Nogent-sur-Marne. Après le décès de ses parents, elle est réside chez son beau-frère, Louis Victor Moisson, notaire et maire de Saint-Germain-en-Laye.

Théodore Coursault devient lui aussi notaire. Il est nommé en charge de l’étude de Montmorency (Seine-et-Oise, act. Val-d’Oise), en remplacement de M. Girard, en octobre 1873. Il diffuse des offres d’emploi pour le recrutement de ses clercs dans la presse de son département d’origine, l’Eure.

Parmi les manifestations les plus marquantes de son activité notariale figure la constitution de la Société des artistes français, en juin 1884. Elle est notamment l’organisatrice du Salon des Indépendants à Paris. Coursault procède également à la vente, en juillet 1886, du mobilier du château de Montmorency.

À l’occasion d’une élection cantonale pour le conseil général de la Seine-et-Oise, en août 1883, Coursault se présente. Plusieurs journaux, dont Le Constitutionnel précisent que sa candidature est « acceptée par les républicains, aussi bien que par les conservateurs ». Ils le soutiennent, faisant de lui le candidat « de la capacité, de l'honnêteté et du patriotisme ». C’est cependant le sortant, Armand Hayem, publiciste, républicain, qui est réélu.

Au cours d‘une séance du conseil municipal de Montmorency en avril 1884, où il siège peut-être, Théodore Coursault présente un rapport contre le projet de division du canton de Montmorency.

En préparation des élections législatives de septembre 1885, le comité républicain libéral, présidé par Barthélemy Saint-Hilaire, inscrit Coursault en cinquième position parmi les neuf candidats qu’il propose pour le scrutin en Seine-et-Oise. Il refuse de concourir et soutient par contre M. Lannes, duc de Montebello.

De 1887 à 1889, Coursault est mentionné comme membre du comité cantonal de la Société française de secours aux blessés (Croix-Rouge), basé à Enghien-les-Bains.

Il est l’auteur d’un traité intitulé Du divorce, paru aux éditions Marescq à Paris en 1886.

En mai 1887, Théodore Coursault cède son étude notariale de Montmorency à Georges Dominique Fortuné Bablot. Il quitte la commune et s’établit à Paris (9e arr.), rue Drouot puis, dans le même arrondissement, boulevard Haussmann. Il acquiert également une résidence à Joinville-le-Pont (Seine, act. Val-de-Marne), très proche de Nogent dont son épouse est originaire.

Devenu avocat et jurisconsulte-publiciste, il se consacre aux affaires foncières. Coursault est désigné en janvier 1893 administrateur général de la société Foncière rurale. Il en devient le président du conseil en avril 1892.

Lors des élections municipales de mai 1888, Théodore Coursault  est candidat à Joinville sur la liste présentée par le comité électoral républicain radical-socialiste. Il se trouve en troisième position derrière deux conseillers sortants, Alphonse Demeestère et Henri Diot. Outre des radicaux, la liste accueille plusieurs socialistes-révolutionnaires. Elle présente son programme devant près de 300 électeurs, selon l’hebdomadaire radical local Voix des communes.

La liste radicale s’oppose à celle du maire sortant, Gabriel Pinson, républicain, que la gauche avait soutenu en 1878, 1881 et 1884. Les modérés devancent les radicaux et font réélire ou élire au premier tour dix-sept de leurs candidats pour les vingt-et-un postes à pourvoir. Coursault ne figure pas parmi les quatre postulants de sa liste ayant fait le meilleur score et il ne se présente pas au second tour, ou trois radicaux et un modéré sont élus.

La propriété Coursault, qui se situe à la fois à Joinville, dans le quartier de Palissy, rue de Brétigny (act. avenue du Président-Wilson) et dans la commune voisine de Champigny, Remise de Saint-Maur, est expropriée en novembre 1907 pour la construction d’un pont sur la Marne, dénommé pont du Petit-Parc, qui relie ces deux villes à Saint-Maur-des-Fossés.

Théodore Coursault meurt le 22 août 1915 à Ligueil, où il séjournait régulièrement et où vivait sa famille au lieudit l’Abbaye. Il restait cependant domicilié à Paris (7e arr.), rue de Verneuil. Âgé de 69 ans, il était père de quatre enfants.

Une voie publique de Joinville porte, au moins depuis 1921, le nom d’avenue Coursault. Elle se situe dans le quartier de Palissy. Elle correspond probablement à l’emplacement de propriétés de la famille. L’avenue donnait accès aux quais Hector-Bisson et Moisson, dénommés d’après deux autres notaires auxquels il était lié par son épouse, le premier installé à Nogent-sur-Marne, dont il fut conseiller municipal, le second à Saint-Germain-en-Laye, ville qui l’avait élu maire. Les quais ont été rebaptisés après la deuxième guerre mondiale sous le nom de quai Gabriel-Péri.

Partager cet article
Repost0
13 mai 2022 5 13 /05 /mai /2022 00:01

Louis Victor Moisson naît le 5 janvier 1831 aux Planches (act. Acquigny, Eure). Il est le fils de Sophie Marie Auzoux et de son époux François Victor Moisson.

Autodidacte, Victor Moisson se forme à la carrière notariale à Rouen et Paris. Il est nommé en juin 1860 notaire à Saint-Germain-en-Laye (Seine-et-Oise, act. Yvelines) en remplacement de M. Chevalier.

La même année, en octobre, il épouse à Nogent-sur-Marne (Seine, act. Val-de-Marne) Marie Gabrielle Bisson, issue d’une famille de notaires de cette ville.

En 1865, Victor Moisson est élu au conseil municipal de Saint-Germain.

Pendant la guerre franco-prussienne de 1870, il est pris en otage par les autorités allemandes, qui le retiennent pendant une semaine, pour faire pression sur le gouvernement français dont elles attendent le paiement d’une indemnité. Alors que les troupes allemandes occupent la commune, Victor Moisson est désigné comme président de la commission municipale, faisant fonction de maire. Il est désigné en tant que maire à la fin de l’occupation en mars 1871 puis élu à ce même poste après les élections municipales de mai 1871. Il va notamment se préoccuper de l’alimentation en eau de la commune.

Il échoue aux élections au conseil général en octobre 1874 mais est réélu maire en novembre la même année. Il quitte son poste après une nouvelle défaite en janvier 1878.

Victor Moisson a été président d’honneur de la Société philadelphique et de la Société d'horticulture de Saint-Germain. Il a présidé la chambre des notaires de l'arrondissement de Versailles.

Louis Victor Moisson meurt le 6 octobre 1883 à Saint-Germain-en-Laye. Il était âgé de 52 ans et père de deux enfants. Ses funérailles en l’église communale attirèrent une foule importante selon la presse locale.

Du fait du mariage de Victor Moisson avec Marie Gabrielle Bisson, la famille Moisson disposait de propriétés à Joinville-le-Pont (Seine, act. Val-de-Marne). Une voie publique de cette commune a porté le nom de quai Moisson. Elle se situait dans le prolongement d’un autre quai nommé d’après le beau-père de Victor Moisson, Hector-Bisson, également notaire. L’appellation était en usage depuis au moins 1891. Les deux quais Hector-Bisson et Moisson ont pris, après la deuxième guerre mondiale, le nom de quai Gabriel-Péri.

Victor Moisson était également lié avec un Théodore Coursault (1846-1915), notaire à Montmorency (1873-1887) puis jurisconsulte, officier de cavalerie, candidat au conseil général de Seine-et-Oise (1883) puis candidat radical-socialiste au conseil municipal de Joinville-le-Pont (1888), qui a également donné son nom à une voie de Joinville (quartier Palissy). Théodore Coursault avait épousé Marie Louise Evelina Bisson, sa nièce, qu’il hébergeait après le décès de ses parents.

La Marne à Joinville-le-Pont, années 1880

 

Partager cet article
Repost0
28 mars 2022 1 28 /03 /mars /2022 00:01

Jean Baptiste Delpérier naît le 21 mars 1838 à Frayssinet (Lot). Il est le fils de Catherine Mondou et de son époux Jean Baptiste Delpérier, maréchal des logis de gendarmerie. Il utilisera, au début de sa vie professionnelle, le prénom de Léon puis reviendra à celui de Jean Baptiste, qui était également celui de son grand-père et de son arrière-grand-père paternels. Son père a été fait chevalier de la Légion d’honneur en 1839.

Installé à Paris, Jean Baptiste Delpérier il devient, en 1852, vétérinaire et maréchal-ferrant à Paris (6e arr.) rue de la Barouillère (act. rue Saint-Jean-Baptiste-de-la-Salle). Il est diplômé comme médecin-vétérinaire de l’École nationale vétérinaire d'Alfort à Maisons-Alfort (Seine, act. Val-de-Marne) en août 1861.

En octobre 1862, désormais domicilié à Joinville-le-Pont tout en conservant son cabinet parisien, Jean Baptiste Delpérier épouse dans cette ville Marie Cornélie Dalibon. Dans le cadre de son activité professionnelle, Delpérier s’intéressera principalement aux chevaux. Il publie son premier ouvrage scientifique en 1869 : Du levier digital.

Au cours de la guerre franco-prussienne de 1870-1871, Jean Baptiste est le vétérinaire du deuxième escadron de la garde nationale à cheval. Il sert notamment pendant le siège de Paris (septembre 1870 – janvier 1871).

Inventeur du « clou Delpérier », le vétérinaire publie en 1881 une Monographie sur les ferrures à glace. Son dispositif vise à permettre aux chevaux de marcher sur de la glace ou de la neige. Considéré comme très simple à placer dans des étampures ad hoc et sans danger pour l’animal, le clou Delpérier, même s’il a des concurrents, dispose d’une forte réputation. Encore en février 1929, le quotidien socialiste Le Populaire en faisait l’éloge : « Depuis l'apparition de l'invention de Delpérier, on a voulu innover de nombreux autres systèmes. Aucun, il faut le dire n'a pu présenter de meilleures qualités ». Un Manuel raisonné de la ferrure à glace Delpérier est publié en 1886 par l’imprimerie familiale, située à Cahors (Lot).

Après le décès de sa première épouse en juin 1879, Jean Baptiste Delpérier se remarie à Paris (6e arr.) en novembre 1883 avec une professeure de piano, Alexandrine Emma Kownacka, fille de Joseph Kownacki, professeur de dessin, ancien officier polonais engagé dans la lutte contre l’empire russe en 1830 et réfugié en France après l’écrasement de la révolte. La famille Kownacki était voisine de la propriété Delpérier à Joinville. La rue où ils demeurent, limitrophe de Champigny, porte désormais le nom de rue du 42e de Ligne, régiment qui s’est illustré dans la défense de la capitale contre les Allemands en 1870-1871. Le terrain des Delpérier se situait sur les deux communes.

Membre depuis 1873 de la société La Tempérance, qui lutte contre l’alcoolisme, Delpérier publie en 1898 une Étude spéciale du sabot du cheval et des altérations unguéales.

Il quitte la région parisienne au cours des années 1900 et s’établit sans doute d’abord à Cahors (Lot), où il aurait géré l’imprimerie précédemment exploitée par son frère Frédéric, puis à Lafrançaise (Tarn-et-Garonne).

Jean Baptiste Delpérier meurt le 21 mars 1911 à Lafrançaise, où il résidait avec son épouse. Il est décédé le jour de son anniversaire, à 73 ans. Il était père de cinq enfants dont l’aîné, Georges, fut un célèbre statuaire, chevalier de la Légion d’honneur, qui réalisa notamment une statue de Ronsard à Tours et le monument aux morts de Joinville-le-Pont. Jean Baptiste Delpérier était décoré depuis janvier 1887 du Mérite agricole, titulaire d’une médaille d'or de la Société nationale de médecine vétérinaire depuis novembre 1886, d’une médaille d'argent de la Société nationale d’agriculture depuis juillet 1898 et d’une médaille de vermeil de la Société protectrice des animaux depuis mai 1902.

L'école vétérinaire d'Alfort, coll. Ad 94

 

Partager cet article
Repost0
9 juillet 2021 5 09 /07 /juillet /2021 00:01

Suite de la biographie d’Édouard Alfred Fontaine

Après la fin de l’occupation allemande, en septembre 1871, la commune de Joinville doit reconstruire ses bâtiments et ouvrages d’art endommagés. Le pont de Joinville avait dû en outre faire face aux grandes inondations de 1872-1873. Les trois arches détruites sont remplacées par deux arches de 25 mètres d'ouverture. Les parapets sont en fonte ouvrée et leurs extrémités en pierre de taille. Il est inauguré en août 1873.

La crue de la Marne de décembre 1872 va nécessiter d’apporter une assistance à 520 personnes, sur les 2 380 habitants de la commune soit plus d’un sur cinq. 117 maisons sont inondées. C’est une des plus considérables inondations avant celle de 1910. Les forges de Saint-Maur, situées sur le canal, à proximité de Saint-Maurice, sont arrêtées et leurs cent quarante ouvriers sont au chômage.

Le quotidien Le Figaro décide de lancer une souscription pour les inondés du département de la Seine. Étant une ces communes les plus touchées, Joinville figure parmi les premiers bénéficiaires des subsides récoltés. Les interlocuteurs du comité de répartition des fonds créé par la direction du journal a pour interlocuteurs Louis Ferdinand Rousseau, adjoint au maire et futur maire de Joinville, et surtout M. Fontaine. La première aide qui lui est versée est de 2 000 francs, ce qui lui permet de fournir cinq jours de vivres à 400 personnes. Plusieurs secours particuliers pour des cas de détresse s’y ajoutent.

Louis Ferdinand Rousseau, le maire sortant de tendance bonapartiste, est battu lors des élections municipales de janvier 1878. Il est remplacé par Gabriel Pinson, républicain modéré, qui est élu en même temps que plusieurs conseillers municipaux de tendance plus avancée, comme Alphonse Demeestère. Édouard Alfred Fontaine reste à son poste.

Alors que la France vit toujours sous le régime du concordat avec l’église catholique, c’est le prêtre de la paroisse de Joinville qui est chargé des pompes funèbres. En 1881, c’est l’abbé Georges Moreau qui assure le ministère. Le maire et deux représentants du conseil municipal siègent, à côté de représentants de l’évêché de Paris, au sein du conseil de fabrique, en charge de la gestion des finances paroissiales. Plusieurs élus trouvaient que les recettes étaient maigres. Ils demandent à Fontaine de faire un contrôle des comptes. Il établit qu’il manquait à l’appel 1 200 francs. Le curé répondit qu’il avait mis cette somme dans sa poche, « ainsi que ça se fait toujours ». Il refusa de reverser les fonds ; l’archevêque de Paris assura qu’il n’avait fait que « suivre un usage ancien commun aux paroisses suburbaines ». En conséquence de ce refus, la municipalité décida de supprimer l’indemnité de logement versée au prêtre, qui ne disposait pas d’un presbytère. Dans un souci d’apaisement, l’archevêque nomma, en juin 1882, l'abbé Moreau aumônier de l'hôpital militaire Beaujon à Paris. Le journal radical-socialiste très anticlérical Voix des communes se félicita que l’enquête confiée par le conseil municipal ait abouti « grâce au zèle intelligent d’un employé comme nous en souhaiterions à toutes les mairies, M. Fontaine. »

Le successeur de l’abbé Moreau, Ernest Jouin, décida de mener une guérilla juridique contre la municipalité, à partir de cet incident et de plusieurs autres. Il devint un farouche adversaire des francs-maçons et mena une activité éditoriale importante pour dénoncer leur rôle.

La famille Fontaine va connaître un drame en décembre 1881. Le fils aîné du secrétaire de mairie, Henri, alors âgé de 14 ans, tombe alors qu’il montait ou descendait (selon les versions de la presse) d’un train en garde Joinville. Il a la jambe broyée et on doit l’amputer.

En novembre-décembre 1882, Fontaine devra faire face à une nouvelle inondation de la Marne, peut-être un peu moins considérable, mais qui touche plus d’ouvriers des forges puisque celles-ci se sont développées.

Un quiproquo va surgir en février 1886 lors de l’enterrement à Joinville d’un libre-penseur d’Antoine Roche. Une collecte est faite au cimetière, et Voix des communes indique qu’elle « est transmise par M. Fontaine au trésorier de la société de libre-pensée de Saint-Maur ». Mais le secrétaire fait rectifier l’information, assurant que le produit a été versé à la caisse des écoles communale.

Édouard Alfred Fontaine meurt le 30 juillet 1886 à Joinville, alors qu’il est toujours en poste à la mairie. Il était âgé de 47 ans et père de trois enfants. Son épouse meurt six mois plus tard et son fils aîné le mois suivant.

Fin

La mairie de Joinville vers 1880

 

Partager cet article
Repost0
7 juillet 2021 3 07 /07 /juillet /2021 00:01

Début de la biographie d’Édouard Alfred Fontaine

Édouard Alfred Fontaine naît le 26 mars 1839 à Saint-Cyr-sur-Morin (Seine-et-Marne). Il est le fils de Françoise Eulalie Pillet et de son mari, François Hubert Fontaine, tailleur d’habits.

Orphelin de père à l’âge de quatre ans, il vit ensuite avec sa mère à Paris dans le quartier récemment annexé des Batignolles, rue Saint-Louis (act. rue Nollet, 17e arr.). Il est épicier lors de son mariage, en août 1864 à Saint-Maur-des-Fossés (Seine, act. Val-de-Marne) avec Louise Julienne Hacar.

En février 1865, son commerce fait faillite. Un concordat avec les créanciers, pour sortir de la procédure, est passé en juillet la même année. La famille Fontaine rejoint d’abord Saint-Maur-des-Fossés puis ouvre un commerce d’épicerie, mais également de droguerie et de tabac, rue du Pont, dans la commune voisine de Joinville-le-Pont.

À la fin du second empire, Édouard Alfred Fontaine quitte son métier de commerçant pour devenir secrétaire général de la mairie de Joinville en 1868. Le maire est alors Auguste Courtin, conservateur. La famille Fontaine s’installe dans un logement au sein de la mairie ou immédiatement adjacent. La mairie, inaugurée en 1852, était ornée d’un buste de l’empereur Napoléon III, offert par le céramiste Jean Marie Gille.

La guerre franco-allemande va profondément affecter la commune de Joinville, et notamment le travail du secrétariat de mairie. En septembre 1870, Fontaine participe, avec les membres du conseil municipal et à une souscription en faveur de la nouvelle Société de secours aux blessés militaires (Croix-Rouge). Du fait des combats, la population de Joinville quitte la commune pour se réfugier à Paris.

La municipalité elle-même, et son secrétariat, sont installés provisoirement, en septembre, dans le 7e arrondissement de la capitale, 104, rue du Bac. En novembre, les habitants de Joinville et de Saint-Maur La Varenne qui restaient reçoivent l’ordre de quitter leurs logements. Les bureaux municipaux sont transférés 105, boulevard Voltaire, en face de la mairie du 11e arrondissement ; les archives communales sont déposées au Tribunal de commerce. En septembre, pour empêcher un éventuel passage des Allemands, le pont de Joinville, qui reliait le nouveau quartier de Palissy au centre ancien, est détruit. Selon le journaliste et écrivain Georges Grison « Une énorme pierre meulière, fut projetée jusque sur le toit de la mairie au travers duquel elle passa et vint se loger entre deux solives ». Toujours d’après Grison, le roi Guillaume de Prusse, empereur d’Allemagne, serait venu dans la mairie de Joinville lors d’une visite du champ de bataille. De très violents combats, début décembre, font environ deux mille morts sur Champigny, notamment dans la plaine du Tremblay et dans la zone de Polangis, partagée avec Joinville. Plusieurs bâtiments, comme le château du parangon, qui abritait un hôpital provisoire, sont touchés lors des bombardements.

Après l’armistice du 23 janvier 1871, les troupes allemandes d’occupation s’installent à Joinville le 31 du même mois, s’installant notamment dans le château du Parangon. Ce sont d’abord des Badois et des Wurtembergeois, remplacés par des Bavarois à partir du 11 mars. La garnison de Joinville comprenait un bataillon de chasseurs, deux compagnies du génie, un régiment de ligne et une batterie d'artillerie, stationnée au château de Polangis. À Saint-Maur, trois membres du conseil municipal venaient à tour de rôle pendant une semaine faire fonction d'officier de police et d'état civil ; il en était probablement de même à Joinville.

Mairie provisoire de Joinville-le-Pont en 1870, 104, rue du Bac à Paris

Mairie provisoire de Joinville-le-Pont en 1870, 105, boulevard Voltaire à Paris

Alors que l’insurrection de la Commune de Paris est déclenchée, la mairie de Joinville rouvre le 1er avril 1871. Plusieurs incidents sont signalés entre la population et les troupes allemandes, notamment en juillet quand un soldat frappa d’un coup de sabre un garde-barrière du chemin de fer, qui venait de descendre la barrière et lui demandait d’attendre le passage du train. D’autres altercations sont consécutives à des moqueries et injures proférées à l’égard des soldats par des parisiens venus, le dimanche, se promener le long de la Marne. Le commandant des forces d’occupation rendit le maire responsable des rixes et lui envoya un avis l’informant qu'à chaque nouvel incident, le nombre de militaires stationnés serait augmenté. L’occupation cessa le 19 septembre 1871.

À suivre

Partager cet article
Repost0
10 mai 2021 1 10 /05 /mai /2021 00:01

Début de la biographie d’Honoré Jullien

Honoré Jullien naît le 16 mai 1852 dans l’ancienne commune de Bercy, annexée ensuite en majeure partie dans le 12e arrondissement de Paris. Il est le fils d’Adèle Constance Chevalier et Jean Baptiste Honoré Jullien, restaurateur, originaire d’Allauch (Bouches-du-Rhône).

Son père, qui tenait un établissement quai de Bercy, constate l’engouement des parisiens pour les bords de Marne, devenus plus accessibles avec l’inauguration, en septembre 1859, du chemin de fer qui les relie depuis la gare de La Bastille. Il décide, vers 1863, de s’installer sur l’île Fanac, à Joinville-le-Pont (Seine, act. Val-de-Marne), où il ouvre un établissement intitulé Chez Jullien. Selon la cuisinière et journaliste Catherine Vialard, Jean Baptiste Jullien est le créateur du potage Julienne. Le restaurant devient, selon le publiciste Émile de La Bédollière, le rendez-vous des canotiers et canotières et contribue à la prospérité touristique dominicale de Joinville.

Dans un ouvrage intitulé Les joyeuses dames de Paris (1867), J. Neuville, assure que « Si l'on dressait de nos jours une carte de Tendre, on ne pourrait se dispenser d'y tracer dans un coin les contours de l’île de Joinville-le-Pont. Un homme intelligent et qui s'entend à donner aux moindres détails de la vie de plaisirs une direction particulière, M. Jullien s'est établi dans ce nid de verdure et y a créé l'établissement le plus charmant, le plus complet, le mieux disposé que l'imagination d'un poète idyllique puisse rêver. »

La maison, d'aspect rustique, est à l'intérieur avec un décor d'Opéra. Neuville estime le lieu si différent de ce qu'on voit ordinairement dans les environs de Paris, qu'il en trace un tableau physiologique. Pour lui, Jullien, Marseillais d’origine, est un commerçant parisien ce qui implique qu’il soit « un artiste doublé d'un philosophe et d'un observateur ». La clientèle éclectique qui se recrute parmi les artistes, les gens de finances et les étudiants.

Pendant le siège de Paris, entre septembre 1870 et mars 1871, la commune de Joinville est la cible de plusieurs bombardements, le pont qui relie les deux rives, et dessert par un escalier l’île Fanac, est détruit. La presque totalité de la population se réfugie dans la capitale, où Jean Baptiste Jullien meurt en novembre 1870.

Alors âgé de 18 ans, Honoré Jullien a rejoint le 99e régiment de volontaires. Il participe aux combats de la bataille de Champigny, qui se déroulent en partie sur le territoire de Polangis, à Joinville, et blessé est à la partie supérieure de la cuisse droite. La Société nationale des secours aux blessés, qui vient de se constituer et a installé une ambulance dans le château du Parangon, à Joinville, lui octroie un secours de 200 francs.

Après la fin du conflit, Joinville est occupé par des troupes allemandes, notamment bavaroises, jusqu’en septembre 1871. Honoré Jullien reprend l’exploitation de la guinguette familiale et la développe de manière importante. Émile Zola, dans Au bonheur des Dames, (1883) décrit les employés venant y manger quelques œufs, de la friture et du poulet sauté.

En juillet 1877 à Levallois-Perret, Jullien épouse Eugénie Pauline Bellot ; ils auront en 1878 un fils, Henri, qui sera tapissier.

Le publiciste Louis Rey témoigne en 1912 : « Je connaissais Jullien, comme tous les parisiens ayant fréquenté Joinville, je le savais bon restaurateur, homme aimable ».

Les élections municipales de 1878 voient s’affronter le maire sortant, Louis Ferdinand Rousseau, bonapartiste, à la tête d’une liste conservatrice, et des républicains rassemblés derrière Gabriel Pinson, descendants de deux maires et d’un adjoint qui a tenu son poste près d’un demi-siècle. Dès le premier tour, 16 républicains sont élus, et 4 autres sur les 21 sièges à pourvoir au second. Pinson devient maire. Honoré Jullien est élu avec lui conseiller municipal.

Au cours du mandat, un incident éclate parmi les élus sur l’attitude à adopter vis-à-vis des anciens insurgés de la Commune de Paris, amnistiés en 1879 par le gouvernement républicain. Un des nouveaux élus, futur dirigeant du comité radical-socialiste de la circonscription, Alphonse Demeestère, lance une souscription pour venir en aide à l’un d’entre eux, malade et sans ressource, Adolphe Morandy. Mais Pinson s’y oppose et fait voter par une majorité du conseil, dont Jullien, une motion au sein du conseil dans laquelle les élus « blâment sévèrement le citoyen Demeestère ». La presse s’étonne d’un tel comportement, n’y votant rien de blâmable, mais Pinson considère que Demeestère voulait se mettre en avant.

Comme la plupart des fidèles de Pinson, Jullien est réélu au cours des élections municipales de mai 1881. Les personnalités les plus radicales, comme Demeestère, ont été écartées.

Le scrutin suivant, en mai 1884, voit Pinson revenir mais les radicaux retrouvent leur place, avec notamment Demeestère et Jules Ferdinand Baulard, futur conseiller général et député. Jullien retrouve son poste dès le premier tour, comme 17 des 21 conseillers. Il est désigné comme secrétaire de l’assemblée. Il prend ses distances avec Pinson, auquel il reproche, en 1884, en plein conseil municipal d’avoir donné à chacun de ses « conseillers lèches-bottes » « son morceau de sucre ». L’assemblée lui vote alors un blâme ; Jullien abandonne sa fonction de secrétaire du conseil.

À la fin du mandat, Jullien s’est notablement rapproché de Demeestère, s’opposant par exemple avec lui au montant de l’octroi imposé sur les marchandises entrant dans la commune, contre la majorité du conseil.

Cependant, lors des élections municipales de mai 1888, Jullien reste fidèle à Pinson, qui se retrouve avec la concurrence d’une liste radicale-socialiste dirigée par Demeestère. Il est réélu dès le premier tour avec 337 voix sur environ 550 suffrages exprimés (61%). Les radicaux font élire trois des leurs, dont Demeestère. Pinson est réélu maire, Eugène Voisin est premier adjoint et Honoré Jullien devient le second adjoint.

À suivre

Chez Jullien, île Fanac, 1886

 

Partager cet article
Repost0
24 avril 2021 6 24 /04 /avril /2021 00:01

Début de la biographie d’Achille Mermet

Ernest Mermet est né le 5 mai 1849 à Villeneuve-sur-Yonne (Yonne) ; il utilisera, dès son adolescence, le prénom d’Achille. Il est le fils de François Marie Mermet et de Marguerite Putois. Son père, originaire de Cerdon (Ain) est alors agent spécial du chemin de fer de Paris à Lyon. Il sera ensuite employé comme architecte de la Ville de Paris. Sa mère est née à Villeneuve-sur-Yonne.

Alors élève de l’école municipale Turgot à Paris (3e arr.), tout juste âgé de 17 ans, Achille Mermet est admis en octobre 1866 à l’école normale de l’enseignement spécial de Cluny (Saône-et-Loire) avec une bourse d’État en pension complète. L’école, dont c’est la première rentrée, a été fondée à l'initiative du ministre de l'Instruction publique Victor Duruy, pour développer les enseignants rejoignant les établissements à vocation technique. Elle s'installa dans les bâtiments de l'ancienne abbaye et fonctionna jusqu’en 1891.

Toujours de manière précoce, à 20 ans, Achille Mermet devient préparateur d'histoire naturelle à l'école normale de Cluny après avoir terminé sa scolarité en 1869. Pendant la guerre franco-prussienne de 1870-1871, Mermet déclara s’être engagé volontairement.

Après le conflit, dans le même établissement de Cluny, il devient préparateur de chimie. Il est reçu premier en septembre 1872 à l’agrégation de sciences physiques et naturelles et devient professeur de l’enseignement spécial au lycée Charlemagne de Paris (4e arr.).

Jusqu’à la disparition de l’établissement en 1891, Achille Mermet se montrera attaché à l'école normale de Cluny, à son évolution et à sa défense. Il fait partie des fondateurs, en 1871, de l’Association amicale des anciens élèves de l'École normale spéciale, dont il devient administrateur en 1874. Il en sera le président de 1882 à 1884. Démissionnaire de ce poste pour raison de santé (il aurait contracté la typhoïde), il restera cependant au sein du comité d’administration de l’association.

Dans son discours de prise de fonction à la présidence, il précise sa conception de l’association. Refusant de la cantonner à la seule aide sociale, il met en avant le développement de l'enseignement spécial et l'amélioration du sort de ses fonctionnaires, qu’il considère comme « des déclassés dans l'enseignement secondaire ». En accord avec ses principes, il contribue à la révision des programmes de l’école et à l’évolution de l’enseignement spécial au sein du cursus des lycées de France. Il plaide pour l’école de Cluny soit déplacée à Paris. En juillet 1890, Mermet fait partie d’une délégation de trois personnes qui tentent, sans succès, de convaincre le ministre de revenir sur la décision, prise par l’Assemblée nationale, de supprimer l’école.

Tout en conservant son enseignement au lycée Charlemagne, Mermet devient en 1873 préparateur en chef des cours de chimie de l'École centrale des arts et manufactures et chimiste des laboratoires de l'École des hautes-études. Il revendique être l’élève du chimiste Jean Baptiste Dumas, membre de l’Académie française, secrétaire perpétuel de l’Académie des sciences, et qui fut ministre sous la deuxième République avant de devenir sénateur pendant le second empire.

Membre de la Société internationale des électriciens et de la Société d'encouragement pour l'industrie nationale, Mermet mène des recherches, seul ou en collaboration avec B. Delachanal, ingénieur et ancien élève de l'École centrale. Il publie notamment en 1883 un article sur les Creusets de nickel et l’année suivante sur l’Explosion du verre trempé dans la revue La Nature.

Sa principale publication a été un manuel, intitulé Manipulations de chimie : métalloïdes, publié en 1885 et qui connut plusieurs rééditions. Il est de nouveau republié en 1919, dans une version raccourcie. Illustré de 283 figures, le manuel se veut un ouvrage pratique où l'abondance des détails garantit la réussite de l'expérience et la sécurité du manipulateur. Il vise également à permettre des expériences avec une économie de matériel.

À suivre

 

Partager cet article
Repost0
23 mars 2021 2 23 /03 /mars /2021 00:01

Fénelon Aimé Louis Delobel naît le 31 juillet 1833 à Cambrai (Nord). Il est le fils d’Aimée Rose Delaby et de son mari Joseph Aimé Delobel.

Après avoir reçu une certaine instruction, à dix-huit ans, s’engage dans l’armée en juillet 1851 et est affecté au 3e bataillon de chasseurs à pied, alors en garnison à Paris. Il devient caporal en avril 1852 puis sergent en novembre de la même année. Il est sergent-fourrier en mars 1853.

Il embarque, en mars 1854, à bord du vaisseau Christophe-Colomb en direction de Gallipoli (Turquie), au sein de l’armée d’Orient. Via la Bulgarie, il rejoint la Crimée et prend part aux batailles de l’Alma et d’Inkermann, où il fut blessé par balle au bras droit, le 5 novembre. Il est nommé sergent-major en janvier 1855 puis promu sous-lieutenant au 20e régiment de ligne en septembre, lors de combats de la prise de Sébastopol. Il avait 22 ans quand il devint officier.

Revenu en France après cette bataille, il est nommé lieutenant dans la même unité en mars 1859 et est intégré dans l’armée de Lyon en 1862. Envoyé en Algérie, en mai 1864, il y est promu capitaine en janvier 1865. Il est en garnison dans la ville côtière de Collo, située en province Constantine, où il mène plusieurs expéditions.

Il rentre en France pour épouser, en novembre 1868 à Cambrai, Léonie Jeannette Juliette Agnès Cambray.

Le capitaine Delobel stationne à Blaye, au début de l’année 1870 puis prend part, à partir d’août 1870, à la guerre contre les troupes allemandes conduites par la Prusse. Le 2 septembre, il prit part aux derniers engagements de la bataille de Sedan, sur les hauteurs de Bazeille. Il y est fait prisonnier, est envoyé en Allemagne et rentre, après plus de six mois de captivité, le 14 mars 1871, à la suite de la signature de la paix avec les Allemands. Il est alors affecté à l’armée de Versailles, qui combat contre les insurgés de la Commune de Paris.

Poursuivant sa carrière d’officier, Delobel est nommé major en avril 1875 au 103e régiment de ligne, devient chef de bataillon en novembre 1878. Il prend sa retraite de l’armée en novembre 1881 et est nommé, dans la réserve, lieutenant-colonel à 48 ans.

Installé dorénavant à Joinville-le-Pont (Seine, act. Val-de-Marne), le lieutenant-colonel Delobel s’implique dans la vie politique locale. En mai 1884, il est candidat aux élections municipales sur la liste du maire sortant, républicain modéré, Gabriel Pinson, qui est soutenue par les radicaux-socialistes. Delobel est élu dès le premier tour avec 285 voix sur environ 480 votants, soit 59%. Il est désigné, en juillet 1885, comme électeur sénatorial sur une liste radicale. En septembre de la même année, il fait partie des délégués du Comité électoral de Joinville-le-Pont auprès du Comité départemental radical-socialiste de la Seine, qui siège rue Cadet à Paris. Il partage cette fonction avec deux autres conseillers municipaux, Alphonse Demeestère, président du comité et Jules Ferdinand Baulard, futur conseiller général puis député.

Avant la fin de son mandat de conseiller municipal, Delobel quitte Joinville. Il n’est donc pas reconduit en 1888.

Il est nommé, en juin 1887, juge de paix du canton d'Ecommoy (Sarthe), en remplacement d’un magistrat démissionnaire. Il réside rue du Mont-Vaillant. Il n’exercera la fonction que pendant moins d’un an et demi.

Fénelon Delobel meurt le 4 janvier 1889 à Ecommoy. Il était âgé de 55 ans. Les circonstances de son décès sont rapportées dans une quinzaine d’articles de journaux parisiens et de province, qui – ayant puisé à la même source – reproduisent la même erreur quant à sa profession, puisqu’il est qualifié de percepteur alors qu’il est bien juge de paix.

Voici comment Le Petit Parisien commente le trépas : « Deux morts subites. M. Delobel, percepteur à Ecommoy (Sarthe), officier de la Légion d’honneur, lieutenant-colonel de l'armée territoriale, est mort subitement. Un de ses amis intimes, M. Leroux, secrétaire de la mairie d'Ecommoy, ayant appris la nouvelle de ce décès et ayant été voir le cadavre de M. Delobel, revint à la mairie en proie à une violente émotion. Il sonna le concierge, qui, en arrivant, trouva M. Leroux mort, assis devant son bureau, la tête entre ses mains. »

Décoré de la médaille militaire depuis janvier 1855, Fénelon Delobel avait également obtenu la médaille de Sa Majesté la reine d'Angleterre pour sa participation à la guerre de Crimée. Chevalier de la Légion d'honneur depuis août 1871, il avait été promu officier du même ordre en juillet 1881. Il était père de cinq enfants.

Il n’y a pas de lien entre Fénelon Delobel et Achille et Emélie Delobel, qui vécurent à Joinville une dizaine d’année après son départ.

Joinville pendant la guerre de 1870

 

Partager cet article
Repost0
17 mars 2021 3 17 /03 /mars /2021 00:01

Début de la biographie de Nicolas Chéret

Nicolas Gustave Chéret naît le 4 avril 1836 à Joinville-le-Pont (Seine, act. Val-de-Marne). Il est le fils de Louise Joséphine Gautier et de son mari Louis Auguste Alphonse Chéret, bouchers dans la commune.

Le début de l’activité professionnelle de Nicolas Chéret connaît quelques difficultés. Il a repris la boucherie familiale de Joinville, après le décès de son père en 1855. Il est condamné, en décembre 1857, à six jours de prison et 50 francs d'amende pour « mise en vente de viande corrompue. »

Une partie des propriétés familiales est expropriée, en décembre 1855, pour permettre la création de la ligne du chemin de fer de l’Est qui va relier Joinville à la gare de La bastille, à Paris.

En avril 1858, Nicolas Chéret se marie avec Sophie Euphémie Desvaux dans la commune de Batignolles (act. Paris, 17e arr.).

L’ascendance familiale de Nicolas Chéret est fortement impliquée dans la vie civique. Son grand-oncle paternel, Louis Amédée Rouette, boulanger, fut conseiller municipal de La Branche-du-Pont-de-Saint-Maur puis de Joinville-le-Pont – le nouveau nom de la commune – de 1818 à 1848. Son cousin Amédée Louis Rouette, boulanger puis meunier et menuisier, a été aussi conseiller municipal de Joinville-le-Pont (1869-1878).

Un de ses arrière-grands-pères maternels, Pierre Nicolas Gautier, a été officier municipal de la commune de Saint-Maur en 1791. Il devint maire en 1792 et soutint, au cours de son mandat, la protestation de son conseil contre la séparation de La Branche-du-Pont-de-Saint-Maur, qui deviendra Joinville. En 1794, alors que Saint-Maur avait été brièvement renommé Vivant-sur-Marne, Pierre Nicolas Gautier, marchand de vin, était présenté comme un ardent républicain.

Le deuxième de ses arrière-grands-pères maternels, Nicolas Gadau, fut agent national à Saint-Maur en 1794, c’est-à-dire en charge de la surveillance politique de la vie locale au sein de l’assemblée cantonale qui remplace la municipalité communale.

Son grand-père maternel, Nicolas Pierre Gautier, voiturier puis marchand de vin, fut adjoint au maire de Saint-Maur sous le régime de la monarchie de Juillet, en 1832 ; il conserva la fonction sous la seconde République puis au début du second Empire, jusqu’en 1854.

Quant à son père, Alphonse Chéret, il avait été élu, en juin 1840, conseiller municipal de Joinville-le-Pont, au suffrage censitaire.

Dans la continuité de ses ancêtres, Nicolas Chéret va s’engager dans une activité politique. Alors que la commune est occupée par des troupes allemandes, wurtembergeoises et bavaroises, suite à la défaite après la guerre de 1870-1871, il est élu conseiller municipal en juillet 1871. Le maire est le conservateur Auguste Courtin. Le village, qui avait été évacué pendant le siège de Paris, est également marqué par les bombardements qu’il a subis et la destruction du pont de Joinville, principal axe de la commune.

Au cours du scrutin suivant, en novembre 1874, Chéret est réélu. Courtin cède, en cours de mandat, la place de maire à son premier adjoint, Louis Ferdinand Rousseau, chef d’institution (directeur d’école) et lui aussi conservateur, de tendance bonapartiste.

Les élections municipales de janvier 1878 voient la défaite des candidats bonapartistes, parmi lesquels figurait le maire sortant, face aux républicains qui élisent Gabriel Pinson, également issu d’une longue tradition politique familiale. Si le quotidien Le Siècle donne Chéret parmi les élus républicains, il semble que ce soit une erreur, les archives départementales ne le citant pas au sein des 21 membres du conseil qui sont identifiés.

À suivre

Combats des zouaves français à Joinville en 1870

 

Partager cet article
Repost0
5 décembre 2020 6 05 /12 /décembre /2020 00:01

Michel Émile Chédeville naît le 14 mars 1830 à Boissy-le-Sec (Seine-et-Oise, act. Essonne). Il est le fils de Marie Magloire Binant et de son époux Louis François Chédeville, cultivateur. Ses parents seront ensuite fruitiers à Passy (Seine, act. Paris, 16e arr.).

Résidant à Passy, menuisier en voiture, Michel Chédeville épouse en juillet 1854 à Neuilly-sur-Seine Joséphine Hortense Leybe. Ils vivent rue de Chaillot.

En 1866, Michel Chédeville exploite à Saint-Maur-des-Fossés (Seine, act. Val-de-Marne) une société constituée avec Louis-Adolphe Mathieu de commerce de vins en gros. Il est installé sur le lieu dans le quartier de La Varenne-Saint-Hilaire, rue du Bac. L’entreprise est dissoute, mais Chédeville poursuit un temps l’activité en nom propre.

Devant la Cour d'assises de la Seine, Michel Chédeville témoigne en juillet 1868 dans le procès de ce que la presse appelle l’affaire de La Varenne-Saint-Hilaire, dans laquelle une servante et sa fille sont accusée du meurtre de la maîtresse de maison et de l’incendie du pavillon. Il résidait dans le pavillon voisin et a porté secours pendant le feu, découvrant le cadavre de Mme Forest.

Pendant la guerre franco-allemande de 1870, comme une grande partie des habitants des bords de Marne, la famille Chédeville est installée à Paris, où elle exploite un commerce de fruitier place des Vosges, dans le quartier du Marais. Ils reviennent, après le conflit, à La Varenne.

Le couple Chédeville vit à Joinville-le-Pont, commune voisine de Saint-Maur, dans le quartier du Centre, rue de Paris, lors de la mort de son épouse en novembre 1887. Il s’installera ensuite rue de Créteil (act. rue du Maréchal-Leclerc). Michel Chédeville s’y implique dans la vie politique en étant candidat, en mai 1888, aux élections municipales. Il figure sur la liste du maire sortant, républicain modéré, Gabriel Pinson, qui s’oppose à une liste radicale-socialiste constituée par Alphonse Demeestère. Au premier tour, les colistiers de Pinson emportent 17 des 21 sièges à pourvoir. Chédeville obtient 227. Il se présente au second tour et est alors élu par 214 suffrages, à côté de trois radicaux-socialistes. Réélu, Gabriel Pinson décède un mois plus tard et est remplacé par son premier adjoint, Eugène Voisin, qui se rapproche des radicaux.

Lors du scrutin suivant, en mai 1892, Eugène Voisin constitue une liste avec le soutien des radicaux-socialistes face à des opposants, libéraux et conservateurs. Elle remporte 22 des 23 sièges. Chédeville est élu sur cette liste dès le premier tour avec 390 voix pour 639 suffrages exprimés (61%) sur 644 votants. Il siège dans les commissions des chemins, travaux et éclairage, scolaire, du marché ainsi que dans celles traitant du quai de la Marne et de l’octroi. Il est désigné comme délégué sénatorial en décembre 1893.

N’ayant pas été candidat au renouvellement de son mandat municipal en mai 1896, Michel Chédeville vit alors à Aubervilliers (Seine, act. Seine-Saint-Denis), rue des Cités près de son fils. Il reviendra plus tard à Saint-Maur-des-Fossés.

Michel Chédeville meurt le 13 décembre 1901 à Versailles. Son décès est transcrit sur l’état-civil de Saint-Maur, où il résidait à La Varenne. Il était âgé de 71 ans et avait eu au moins trois enfants. Gustave Gaston, né en décembre 1870, garçon boucher, marin en Indochine, a connu une vie agitée sur le plan judiciaire. Son livret militaire mentionne cinq condamnations entre 1899 et 1911 pour vol, faux en écriture publique, destruction de documents, détournement d’objet saisi et abus de confiance pour au total 44 mois de prison.

Joinville-le-Pont, rue de paris et rue de Créteil

 

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Polmorésie, blog d’histoire
  • : Histoire politique, économique, culturelle et sociale au travers des acteurs qui ont se sont engagés dans la vie publique.
  • Contact

Recherche

Liens