Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
27 février 2021 6 27 /02 /février /2021 00:01

Paul Léon Rieux naît le 8 juillet 1888 à Seytroux, Haute-Savoie. Il est le fils de Josephte Eugénie Mudry et de son époux Joseph Rieux, instituteur.

Appelé au service militaire alors qu’il est étudiant, Rieux rentre dans l’artillerie dans un bataillon d’Albertville. Il est promu brigadier puis maréchal des logis en 1910 ; libéré en octobre 1911, il effectue une période de réserve en avril 1913 et est rappelé lors de la mobilisation générale de la première guerre mondiale en août 1914. Toujours affecté à l’artillerie lourde, il est nommé sous-lieutenant en juin 1916 puis lieutenant en juin 1918. Démobilisé en octobre 1919, il réside alors à Évian. Son parcours militaire lui a valu trois citations à l’ordre du régiment, de l’armée et du corps d’armée ; il est titulaire de la croix de guerre avec deux étoiles de bronze et d’argent.

Le mariage de Paul Léon Rieux avec Marguerite Juliette Richard-Cugnet est célébré en avril 1919 à Joinville-le-Pont (Seine, act. Val-de-Marne). Son épouse est la fille de Maurice Richard-Cugnet, alors conseiller municipal de Joinville et lui aussi originaire de Haute-Savoie, et la sœur de René Richard-Cugnet, qui siège également dans l’assemblée communale à partir de novembre 1919. C’est sans doute ce dernier, sous-lieutenant d’artillerie, qui fait se rencontrer les futurs époux. Les mariés s’installent dans la propriété des beaux-parents, avenue Jamin (quartier de Polangis).

Après avoir été employé de commerce, Rieux devient industriel. Il ouvre un atelier de décapage et polissage sur métaux, notamment de nickelage et dorure. Ses activités sont installées à Paris (3e arr.) d’abord rue Chapon puis rue du Temple.

Comme avant lui son beau-père et son beau-frère, Rieux va s’engager dans la politique locale. Il participe à la création d’une liste plutôt opposée à la municipalité de Georges Briolay (radical-socialiste) lors d’une élection municipale partielle en octobre 1934. Intitulée Comité de coordination pour la défense des intérêts de Joinville, la liste est conduite par une personnalité conservatrice, Léon Lesestre, mais comprend également un radical-socialiste, Émile Herluison. Son objectif est de « continuer l’œuvre déjà accomplie dans l’aménagement et l’embellissement de notre cité et envisager toute compression budgétaire susceptible d’être réalisée dans les conditions actuelles. »

Arrivée en tête face à une autre liste comprenant plusieurs commerçants et à celles du parti socialiste SFIO et du parti communiste, le Comité de coordination emporte au second tour les dix sièges à pourvoir contre le PCF, après retrait des deux autres listes. Au premier tour, Rieux recueille 851 voix sur 2 297 suffrages exprimés (37%) pour 2 360 votants et 3 225 inscrits. Au second tour, il obtient 1 111 votes pour 1 903 exprimés (58,4%) et 1 964 votants. Il est élu.

Pour les élections municipales générales de mai 1935, Rieux se présente avec l’Union des républicains qui revendique une « séparation de l’administration municipale et de la politique ». Elle défend un programme axé sur la « diminution des charges écrasantes qui pèsent sur les travailleurs et les consommateurs, atténuation des dépenses publiques, simplification des rouages administratifs, application des lois sociales et des questions intéressant l’enfance et l’hygiène ». S’opposant à la liste radicale-socialiste du maire sortant Georges Briolay, elle fait face de nouveau à deux listes SFIO et PCF. La liste, soutenue par la droite locale, arrive en tête au premier tour. Face au regroupement des candidats socialistes et communistes et avec le maintien de la liste de la municipalité sortante au second tour, elle emporte 25 des 27 sièges à pourvoir. Au premier tour, Rieux recueille 956 voix sur 2 856 suffrages exprimés (33,5%) pour 2 923 votants et 3 433 inscrits. Au second tour, il obtient 1 180 votes pour 2 899 exprimés (40,7%) et 2 924 votants. Il est réélu et Léon Lesestre devient maire.

Parallèlement à son activité professionnelle et à son engagement politique, Léon Rieux a également un rôle social en tant que président de la Société philanthropique savoisienne et de l’association des Enfants de Seytroux. Fondée en 1833, la Société philanthropique savoisienne est la doyenne des organisations d'originaires de province ayant leur siège à Paris. Reconnue d'utilité publique, elle vient venir en aide aux Savoisiens au chômage ou sans ressources. Alors vice-président, Rieux devient président fin 1935. Conformément aux statuts, il quitte sa fonction en décembre 1938. Il intègre alors l'Académie chablaisienne, basée à Thonon (Haute-Savoie) ; il en est toujours membre en 1943.

Ayant effectué deux périodes d’instruction en avril 1929 et octobre 1937, Rieux est rappelé lors de la deuxième guerre mondiale le 31 août 1939, bien qu’il ait alors 51 ans. Il est affecté à la commission d’achat et de réquisition du Parc régional de réparation et d'entretien du matériel d’artillerie (PRREM) de Lyon, Rhône. En décembre 1940, Rieux est démobilisé et réside toujours à Joinville.

Il reprend alors son activité municipale, participant notamment au Noël des vieillards organisé en décembre 1941 par le Secours national, organisation sous la houlette du maréchal Pétain, chef de l’État basé à Vichy. Lors de la réforme de l’administration locale, décidée par le régime en place, les conseils municipaux élus sur remplacés par des structures désignées. À Joinville, Rieux est renommé conseiller municipal par arrêté préfectoral du 20 février 1942. Léon Lesestre reste maire ; ce dernier et ses adjoints seront arrêtés, en août 1944, par le comité local de libération.

Paul Léon Rieux meurt le 17 février 1977 à Nice (Alpes-Maritimes). Il était âgé de 88 ans et avait eu un enfant. Décoré de la Croix de guerre avec deux étoiles de bronze et d’argent, il était titulaire des Palmes académiques comme officier d’académie depuis février 1938 et chevalier de la Légion d’honneur.

Le fils de Paul Léon Rieux, André Rieux (1920-1997), s’est engagé dans la résistance à l’occupation allemande pendant la deuxième guerre mondiale. Il a été reconnu comme membre des Forces françaises de l’intérieur.

 

Partager cet article
Repost0
11 février 2021 4 11 /02 /février /2021 00:01

Henri Frédéric Marie Olivier Puiseux naît le 7 juillet 1899 à Paris (6e arr.). Il est le fils de Laurence Élisa Marie Béatrice Bouvet et de son mari, Pierre Henri Puiseux, professeur à l’université de Paris. Les témoins déclarant sa naissance furent l’historien Henri Wallon, sénateur inamovible, ancien ministre de l’instruction publique, secrétaire perpétuel de l’Académie des inscriptions et belles lettres, commandeur de la Légion d’honneur (qui lui était apparenté) ainsi qu’Henri Alpy, membre du conseil municipal de Paris et du conseil général de la Seine.

Le père, Pierre Puiseux, était un astronome réputé, cartographe de la Lune ; le grand-père, Victor Puiseux avait également été astronome, mathématicien et alpiniste. Olivier Puiseux est le dernier des six enfants de la famille. Un de ses frères, Robert Puiseux, gendre d'Édouard Michelin, devint cogérant de la société de pneumatiques Michelin puis président de la société des automobiles Citroën. Une de ses sœurs, Adèle Puiseux, épouse également d’un héritier de la famille Michelin, Jean, fut une résistante à l’occupation allemande pendant la deuxième guerre mondiale, déportée à Ravensbrück et militante d’action catholique.

La mère d’Olivier Puiseux, Béatrice Bouvet, fille d’un négociant, conseiller général et député du Jura, est portraiturée, à l’âge de trois ans, par Gustave Courbet. Le tableau figure au musée de Cardiff (Pays de Galles, Royaume-Uni). La famille vit dans son arrondissement natal, rue Le Verrier.

Béatrice Puiseux (coll. Corpet)

Les études secondaires d’Olivier Puiseux se déroulent dans deux établissements parisiens réputés, les lycées Henri IV et Louis-le-Grand. Pendant la première guerre mondiale, il s’engage volontairement juste après ses dix-huit ans, et est affecté au 59e régiment d’artillerie. À la fin de la guerre, il est nommé brigadier en octobre 1918 puis, un an plus tard, maréchal des logis. Affecté à ce moment à la 20e section d’état-major, il aurait été affecté, selon la chronique familiale rédigée par Jean Corpet (2012), d’abord au cabinet de Georges Clémenceau, président du conseil des ministres jusqu’au 18 janvier 1920 puis à celui de son successeur, Alexandre Millerand, qui lui succède jusqu’au 23 septembre 1920, date à laquelle il devient président de la République.

Olivier Puiseux (coll. Corpet)

Olivier Puiseux, démobilisé en novembre 1920 entame des études et obtient sa licence en droit en 1923. Il est alors embauché à la Banque Nationale de Crédit.

Le mariage d’Olivier Puiseux et de Simone Marie Madeleine de Froissard-Broissia se fait à Domblans (Jura) où la famille de la mariée dispose d’un château, proche de la demeure familiale des Puiseux à Frontenay. Le beau-père, le comte Simon Georges Jean de Froissard-Broissia, colonel, est décoré de la croix de guerre et commandeur de la Légion d'honneur.

Le couple participera en 1931-1932, à plusieurs représentations de charité en octobre 1931 et 1932 à Poligny (Jura), au profit de la Croix-Rouge française en compagnie des familles descendantes de la noblesse locale, à laquelle ils sont souvent apparentés.

Après la naissance de trois filles, Olivier et Simone Puiseux se séparent en 1934 ; la mère et les trois filles s’installent, chez la grand-mère maternelle au château de Blandans à Domblans, tandis qu’Olivier Puiseux loge à Joinville-le-Pont (Seine, act. Val-de-Marne), dans le Centre, rue de Paris. Il devient cadre des établissements Lemoine, société produisant des pièces automobiles, installée à Ivry-sur-Seine (Seine, act. Val-de-Marne). Il se présente comme ingénieur (bien que n’ayant pas fait d’études techniques) et industriel.

Avant le début de la deuxième guerre mondiale, dès juillet 1939, Olivier Puiseux est affecté, sur décision de l’autorité militaire, en tant comptable à la société Gnome et Rhône, qui fabrique des moteurs d’avions à Paris (13e arr., boulevard Kellermann). Lors de l’invasion de la France par l’armée allemande, en mai 1940, Olivier Puiseux quitte la France pour l’Angleterre. Il se rend ensuite au Canada, à Sorel (act. Sorel-Tracy, Québec), ville industrielle de la Montérégie.

En application d’une loi du 23 juillet 1940, le conseil des ministres de l’État français, dirigé par le maréchal Philippe Pétain, décide, par un décret du 29 octobre 1940, de déchoir Olivier Puiseux de sa nationalité française. La loi prévoit ce cas de figure pour « Tout Français qui a quitté le territoire français métropolitain entre le 10 mai et le 30 juin 1940 pour se rendre à l'étranger sans ordre de mission régulier émanant de l'autorité compétente ou sans motif légitime sera regardé comme ayant entendu se soustraire aux charges et aux devoirs qui incombent aux membres de la communauté nationale ». Plusieurs autres décrets concerneront des personnalités de premier plan, dont le général Charles de Gaulle. Le décret du 29 octobre concerne notamment le cinéaste René Clair, André Meyer, directeur de la Banque Lazard ou Henri Torrés, avocat et ancien député. Selon la juriste Catherine Kessedjian, « Cette mesure vise les personnes qui ont rejoint le général de Gaulle à Londres. »

La présence de Puiseux est signalée à Montréal en octobre 1940, en compagnie de l’industriel Henri Reichenbach, fondateur des magasins Prisunic, du docteur Sylvain Mossé et du publiciste Pierre Lazareff, futur directeur de France-Soir. Une ordonnance du tribunal civil de la Seine de décembre 1940 place sous séquestre les biens d’Olivier Puiseux.

Après la fin du conflit, Olivier Puiseux, dont la santé est très dégradée, fait un séjour dans un sanatorium près de Paris, puis prend pension dans un hôtel boulevard Raspail. Il rend visite à sa femme et ses filles à Domblans.

Olivier Puiseux meurt le 28 janvier 1947 à Rueil-Malmaison (Seine, act. Hauts-de-Seine). Il était âgé de 47 ans.

Château de Blandans à Domblans

 

Partager cet article
Repost0
3 février 2021 3 03 /02 /février /2021 00:01

Suite de la biographie de Chamba Balinov

Alors que les forces alliées ont déjà libéré l’essentiel de l’Europe occidentale, Chamba Balinov continue son œuvre au Comité national kalmouk à Berlin. Il coopère avec le général Vlassov, dont il a une opinion très positive. Ce faisant, il s’oppose au ministère des territoires de l'Est d’Alfred Rosenberg, dont l’autorité, déjà faible au début, était encore diminuée, et à ses collègues des autres comités nationaux du Caucase ou d’Asie centrale. En août 1944, envisageant la défaite finale de l’Allemagne, ils recherchent de nouveaux alliés.

Satisfait du texte du Manifeste de Prague, signé le 14 novembre 1944, Balinov en est un des signataires en qualité de militant social. Par contre, bien qu’il en soit membre,  Balinov n’est pas content de la composition du Comité de libération des peuples russes (Komitet Osvoboždenija Narodov Rossii, KONR), où il trouve qu’une place trop grande est faite aux monarchistes russes ; à part Balinov, peu de chefs non-russes figuraient dans cette instance. Vlassov rebaptise son armée Forces armées du Comité de libération des peuples russes (VS-KONR) et change de nouveau de camp, appuyant en mai 1945 l’insurrection des partisans contre l’occupation allemande à Prague.

Le Manifeste mettait en cause « les puissances de l'impérialisme dirigées par les ploutocrates d'Angleterre et des États-Unis, dont la grandeur repose sur la persécution et l'exploitation d'autres nations et peuples » de même que « les puissances de l'internationalisme dirigées par la clique de Staline, rêvant d'une révolution mondiale et de la destruction de l'indépendance nationale d'autres pays et peuples. »

Le Comité de Vlassov réclame « Le renversement de la tyrannie de Staline ; la libération des peuples de Russie du système bolchevique et la restitution de ces droits aux peuples de Russie pour lesquels ils se sont battus et ont gagné dans la révolution populaire de 1917 ; Arrêt de la guerre et paix honorable avec l'Allemagne ; Création d'un nouveau système politique populaire libre sans bolcheviks ni exploiteurs. »

S’agissant du contexte européen, le manifeste « se félicite de l’aide de l’Allemagne à des conditions qui n’affectent ni l’honneur ni l’indépendance de notre patrie. Cette aide est actuellement la seule opportunité réaliste d'organiser une lutte armée contre la clique stalinienne. »

En mai 1945, les alliés refuseront la reddition de Vlassov et laisseront les Russes s’emparer des soldats de son armée. Les officiers généraux seront pendus, tandis que les militaires et leurs familles seront déportés en Sibérie.

En ce qui concerne Chamba Balinov, qui n’appartenait pas à une unité militaire bien qu’il ait œuvré à intégrer des bataillons kalmouks dans les forces du KONR, il échappe semble-t-il à l’arrestation et se retrouve dans un camp de réfugiés, avec le statut de « personne déplacée ». Il engage des démarches pour émigrer, tout en continuant une activité, notamment journalistique. Ainsi, sous le pseudonyme de S. Galdanov, il publie dans le quotidien de langue russe de New-York Novoe Russkoe Slovo, un article qui aura un retentissement international, « Un peuple pour qui il n'y a pas de place sous le soleil », évoquant la déportation des Kalmouks.

Une autre de ses publications, dans la revue Kaukasus, de Munich, en novembre 1951 sur le 8e anniversaire de la liquidation de la République kalmouke est reprise dans plusieurs pays, par exemple en France et aux États-Unis. Dans le Journal of Central European Affairs en 1953, Balinov évoque, à propos de l’Union soviétique poststalinienne « Une dictature sans dictateur ». Il publie à Munich, de 1947 à 1949, Kalmyk Obozreniye (Revue kalmouke).

Les six lettres au professeur Nikolay Matviychuk écrites en 1949 et 1950 montrent les préoccupations de de Chamba Balinov au sujet de sa situation. Il est au chômage et envisage de partir en France en tant que travailleur agricole ; il est nourri par un couple d’amis, les Manzhikov. Il poursuit cependant son activité politique ; il a du mal à financer la revue, bien qu’il ait obtenu l’autorisation de la publier. Espérant un appui de groupes américains, il résume ainsi les positions qu’il défend dans Kalmyk Obozreniye : « Intransigeance face au bolchevisme; revendication d’une manière démocratique de construire la vie publique ; respect des droits des petits peuples. »

S’agissant des organisations d’émigrés, Balinov, qui les fréquente ne cesse de se plaindre des divisions et des conflits internes qui sont leur lot quotidien. Il attaque en particulier l’attitude des monarchistes. Il évoque des rumeurs sur l’infiltration d’agents soviétiques dans les instances de l’émigration. Balinov a été membre du conseil d’administration du Centre pour le développement social.

Chamba Balinov réside jusqu’en 1949 dans le camp de déplacés de Pfaffenhofen, en Bavière ; il s’installe ensuite à Gilching, dans le même land. Il signale être séparé de son épouse depuis 1943. En remplacement du passeport Nansen, qu’il avait reçu à Prague en mars 1930, il a obtenu de l’OIR une carte attestant de son statut de personne déplacée en mars 1949. La fiche associée à la délivrance de sa carte est rédigée ainsi : « Jusqu'en 1930 à Prague, puis déménagé en France (confirmé par le passeport de Nansen), où il publia deux magazines. En 1943 a été transporté de force de Paris à Berlin, en Allemagne, et a reçu l'ordre de travailler dans la rédaction du journal Morgen, où il assurait la livraison des journaux aux vendeurs (confirmé par un double livret de travail). Après la guerre en avril 1945, il a fui de Berlin à la Bavière, a vécu dans le camp de personnes déplacées kalmoukes, a ensuite quitté le camp et a vécu dans un appartement privé. De 1947 à nos jours, il a été responsable du journal Kalmyk Obozreniye. Comme dans ce cas, la collaboration n'a pas été confirmée, il a été adopté sous mandat de l’OIR. »

Début novembre 1949, Balinov effectue un voyage en Suisse, à Genève, Lausanne, Berne et Zurich, pour rencontrer des responsables de l’Organisation internationale pour les réfugiés (OIR, actuellement HCR) pour plaider en faveur des kalmouks regroupés dans des camps en Allemagne et obtenir qu’ils puissent émigrer.

Concernant sa demande pour émigrer aux États-Unis, Chamba Balinov ne semble pas nourrir de crainte particulière au sujet de son passé politique, même s’il essaie suggère à son interlocuteur qu’il serait aidé si « une organisation américaine réputée, en plus d'envoyer le contrat, envoyait un certificat de ma fiabilité politique au consul américain ». Par contre, il redoute manifestement que son apparence physique soit un obstacle : « Je suis jaune pur! Je n'ai aucun moyen de surmonter cette barrière raciale ». Il s’interroge sur les stratégies adoptées par certains autres, comme assurer être de sang mêlé, ou revendiquer une nationalité russe, ce à quoi il se refuse, faisant une différence entre sa citoyenneté et son origine nationale kalmouke, qu’il revendique.

Au sujet de l’environnement dans lequel il réside en Bavière, Balinov considère les « Allemands de l'Union ouest-allemande, méprisants et haïssant les Américains » ne cachent désormais plus leurs sentiments. Il dit, avec regrets, que « Apparemment, Staline est né sous une bonne étoile: tout le monde l'aide ! » et annonce préparer un article sur « sur le coût du renversement du bolchevisme. »

Balinov a émigré aux États-Unis le 29 décembre 1955. Il élit domicile à Philadelphie, en Pennsylvanie, le principal foyer de l’émigration kalmouke dans le pays. Il y reprend une activité littéraire, notamment la traduction, sous le pseudonyme de Galdama, d’une cinquantaine de poèmes et chants kalmouks, traduits en russe, qui seront édités après sa mort.

Poursuivant ses contributions à l’histoire de son peuple, il rédige une analyse sur Les Bouddhistes kalmouks, incluse dans un ouvrage publié en anglais en 1958 par l’Institut d’étude sur l’URSS de Munich, Genocide in the USSR. Son texte est également signé Galdama. Certains de ses travaux antérieurs sont réédités sous ce nom, comme celui, datant de 1928 et repris en 1966 sur Le rôle des femmes dans la société kalmouke.

Tentant de reprendre une activité au sein de l’émigration, Balinov se trouve confronté à des luttes internes qui semblent affecter sa santé.

En 1959, Balinov est hospitalisé suite à deux crises cardiaques. Il met fin à ses jours par un coup de couteau au cœur. Chamba Balinov décède le 6 juillet 1959 à Philadelphie, selon son certificat de décès, plusieurs sources, dont Robert S. Wistrich, mentionnent une date légèrement antérieure, le 19 juin. Il était âgé de 64 ans. Il est enterré au cimetière de Saint-Vladimir's Caldbury à Jackson, New Jersey.

Fin

Chamba Balinov, vers 1949

 

Partager cet article
Repost0
2 janvier 2021 6 02 /01 /janvier /2021 00:01

Léon Lévine naît le 31 mai 1914 à Valenciennes (Nord). Il est le fils de Fénia Beiline et de son mari Isaac Lévine, des marchands forains immigrés en 1912 depuis Minsk (Russie, act. Biélorussie) et vivant rue des Maillets. À sa naissance, il a la nationalité russe.

Après la première guerre mondiale, la famille s’installe à Joinville-le-Pont (Seine, act. Val-de-Marne), dans le quartier de Palissy, avenue Galliéni.

Léon Lévine fait des études à l’école des sciences politiques et du droit de Paris (Sciences-Po). Ayant effectué une préparation militaire, il est admis en septembre 1936 dans un peloton d'élèves sous-officiers de réserve du train. Il est nommé maréchal-des-logis en avril 1939 dans le 126e escadron du train des équipages.

Pendant la deuxième guerre mondiale, alors qu’il est militaire et stationné à Neufchâteau (Vosges), il trouva un portemonnaie qui contenait une somme importante en billets de banque et le déposa au secrétariat de la mairie.

Au cours de l’occupation allemande, plusieurs membres de sa famille sont arrêtés du fait de leurs origines juives et déportés au camp de concentration d’Auschwitz (Allemagne, act. Pologne) où ils meurent en juillet et septembre 1942 : sa mère Fénia Beiline, sa sœur Élise, épouse Kac, son neveu Paul Kac et sa belle-sœur, Renée Lipkin, épouse de son frère Alexandre. Ce dernier et leur beau-frère Marc Kac ont participé activement à la Résistance.

Après le conflit, Léon Lévine devient avocat à la cour d’appel de Paris. Il épouse en janvier 1949 à Helsingborg (Suède) Kate Britt Ekman.

Selon l’historien Jean Bossu, Léon Lévine, comme son frère Alexandre, est membre de la loge Europe unie (n° 64) de l’orient de Paris et de la Grande Loge Nationale Française en novembre 1961.

Léon Lévine meurt le 19 novembre 1996 à Paris 6e arrondissement. Il était âgé de 82 ans avait eu au moins trois enfants.

Valenciennes

 

Partager cet article
Repost0
29 décembre 2020 2 29 /12 /décembre /2020 00:01

Alexandre Lévine naît le 2 novembre 1912 à Valenciennes (Nord). Il est le fils d’Isaac Lévine et de Fénia Beiline, des marchands forains immigrés la même année depuis Minsk (Russie, act. Biélorussie) et vivant rue des Maillets. À sa naissance, il a la nationalité russe.

Après la première guerre mondiale, la famille s’installe à Joinville-le-Pont (Seine, act. Val-de-Marne), dans le quartier de Palissy, avenue Galliéni, à proximité immédiate des studios de cinéma Pathé.

Devenu cinéaste, Alexandre Lévine est annoncé comme devant collaborer à la réalisation de Marie des Angoisses, de Michel Bernheim, en 1935. Cependant, il est embauché en mai par Gelma-Film pour assister Ladislas et Irène Starewitch, réalisateurs de cinéma d’animation vivant à Fontenay-sous-Bois (Seine, act. Val-de-Marne) ainsi que Marc Gelbart.

En septembre 1935, Alexandre Lévine annonce qu’il va tourner un film intitulé Kol Nidre (Le chant sublime), assisté de Luis Morales et René Petit. Son régisseur est Tony Brouqulère et l’administrateur Lazare Corn. La partition musicale est écrite par le compositeur Jacques Dallin. Il s’agit d’une comédie qui se déroule, au début, dans les milieux universitaires et se poursuit dans une atmosphère dramatique. Le projet est présenté comme un « film juif » par Le Journal juif et la production est assurée par Les Films Léo Cohen. La presse souligne que ce sera la première fois qu’on verra à l'écran la reconstitution complète d'un temple Israélite. En 1939, un film au titre homonyme, est réalisé aux États-Unis par Joseph Seiden.

Alexandre Lévine épouse en juin 1938 au Raincy (Seine-et-Oise, act. Seine-Saint-Denis) Renée Lipkin (dont le nom est parfois orthographié Sipkin), native de Tolotchine (Russie). Ils s’installent dans cette commune, allée de Bellevue.

Pendant la deuxième guerre mondiale, la famille se réfugie à Toulouse (Haute-Garonne) où Renée Lévine est vendeuse et vit rue Agathoise. Arrêtée en tant que juive, elle est internée au camp de Beaune-la-Rolande (Loiret). Elle fait partie du convoi n° 5, qui part pour le camp de concentration d’Auschwitz (Allemagne, act. Pologne) le 28 juin 1942. Elle y meurt le 3 juillet 1942, à l’âge de 26 ans. Plusieurs membres de la famille d’Alexandre Lévine meurent également dans le même camp de concentration : sa mère Fénia, sa sœur Élise, épouse de Marc Kac, et son neveu Paul Kac.

Séjournant sans doute lui-même à Toulouse puis à Asnières (Seine, act. Hauts-de-Seine), Alexandre Lévine s’engage dans la résistance à l’occupation allemande en France. Son activité est homologuée, avec le titre de chef de bataillon, au sein des Forces françaises combattantes et des Forces françaises de l'intérieur. Il aura sans doute rejoint l’Afrique du Nord, dans les troupes d’Henri d'Astier de la Vigerie. Revenu en France, il monte le réseau Alexandre qui a mené de nombreux combats au Raincy et ses environs.

L’historien Jean-Paul Lefebvre-Filleau raconte qu’il participe, en juillet 1944, à une rencontre dans la clinique Parot, au Raincy, où est installé l’état-major du général Jacques Chaban-Delmas. La présence de Georges Bidault et de Pierre Mendès-France est mentionnée.

Le commandant Alexandre rassemble les combattants dans le bataillon de sécurité FFI 107/22, intégré dans les troupes du général Harry, fidèle au gouvernement provisoire du général de Gaulle. Le beau-frère d’Alexandre Lévine, Marc Kac, est également un membre reconnu de la Résistance.

Après-guerre, Alexandre Lévine, de nouveau installé au Raincy, devient gérant d’une entreprise de cosmétiques, la société Rouge-Très-Bien en août 1949. Il épouse en mars 1950 à Paris (6e arr.) Jacqueline Prongué, titulaire de la médaille de la Résistance française. Ils vivent dans cet arrondissement, rue Monsieur-le-Prince.

Selon l’historien Jean Bossu, Alexandre Lévine, comme son frère Léon, est membre de la loge Europe unie (n° 64) de l’orient de Paris et de la Grande Loge Nationale Française en novembre 1961.

En décembre 1971, Alexandre Lévine est nommé administrateur du collège Sainte-Barbe, plus vieille institution privée d’enseignement subsistante à Paris.

Alexandre Lévine meurt le 26 avril 2007 à Issy-Les-Moulineaux (Hauts-de-Seine) où il résidait avec son épouse. Il était âgé de 84 ans et était titulaire, depuis juillet 1947, de la médaille de la Résistance française.

Le Raincy, synagogue

 

Partager cet article
Repost0
23 décembre 2020 3 23 /12 /décembre /2020 00:01

Marc Kac naît le 20 septembre 1905 à Vilnius (Pologne, act. Lituanie). Il émigre en France où il épouse en septembre 1929 à Joinville-le-Pont (Seine, act. Val-de-Marne) Élise Lévine, née en Russie et fille de marchands forains.

Comptable, Kac travaille aux studios de cinéma Paramount dans la commune voisine de Saint-Maurice. Le couple s’installe chez les parents d’Élise à Joinville, dans le quartier de Palissy, avenu Galliéni. Après la naissance en 1930 de leur fils, Paul, ils déménagent et vont dans la ville limitrophe de Champigny, route de Villiers.

Au début de la deuxième guerre mondiale, Marc Kac, décide de s’engager dans la Légion étrangère et intègre le 22e régiment de marche de volontaires étrangers. Il est fait prisonnier et est signalé comme interné dans un camp allemand, le Frontstalag 101, à Cambrai (Nord) en octobre 1940.

L’occupation allemande et la répression contre les juifs va conduire au départ de Marc Kac, de son beau-père et de ses beaux-frères de leurs domiciles, tandis Paul et sa mère sont revenus à Joinville chez la grand-mère.

Tous les trois sont arrêtés en tant que juifs. Ils sont internés au camp de Pithiviers (Loiret) puis sont déportés par le convoi n° 35, parti de Pithiviers le 21 septembre 1942 à destination du camp d’extermination d'Auschwitz (Allemagne, act. Pologne). Grand-mère, mère et fils y meurent le 26 septembre. Ils étaient âgés de 55, 31 et 12 ans. La belle-sœur de Marc Kac, Renée Lévine (née Lipkin), épouse d’Alexandre Lévine, était morte au même endroit en juillet la même année.

Comme Alexandre Lévine, Marc Kac fut un résistant actif à l’occupation allemande en France.

Après le conflit, Marc Kac obtient, en juin 1946, la nationalité française. Il vit à Saint-Etienne (Loire) où il est directeur de garage.

La date de décès de Marc Kac n’est pas connue.

Vilnius

 

Partager cet article
Repost0
19 décembre 2020 6 19 /12 /décembre /2020 00:01

Isaac Lévine naît le 14 juillet 1887 à Minsk (Russie, act. Biélorussie). Il est le fils de Cheiné Tchertoff et de son mari, Joseph Lévine.

Il épouse Fénia Beiline, originaire de la bourgade de Mir, et leur fille aînée Élise (ou Élisa) naît à Minsk en octobre 1911. Ils émigrent peu après en France, puisque leur deuxième enfant, Alexandre, est déclaré sur l’état-civil de Valenciennes (Nord) en novembre 1912. Ils vivent rue des Maillets et sont marchands forains.

Après la première guerre mondiale, la famille s’installe à Joinville-le-Pont (Seine, act. Val-de-Marne), dans le quartier de Palissy, avenue Galliéni. En novembre1926, Isaac et Fénia Lévine achètent un commerce de fleurs rue Vieille-du-Temple dans le quartier du Marais à Paris (4e arr.). Ils le revendent en mars 1927.

Malgré leur origine modeste, les enfants de la famille acquièrent une position sociale : la fille aînée Élise épouse un comptable de la commune voisine de Saint-Maurice ; Alexandre devient cinéaste, leur domicile jouxtant les studios de la firme Pathé ; enfin, Léon fait des études de droit et deviendra avocat.

En mars 1938, les deux époux sont naturalisés Français.

Au cours de la seconde guerre mondiale, les fils d’Isaac Lévine sont mobilisés. L’occupation allemande et la répression contre les juifs va conduire au départ des hommes, tandis que sa fille, Élise Kac et son petit-fils Paul, 12 ans, qui résidaient dans la commune voisine de Champigny-sur-Marne, sont revenus à Joinville avec Fénia Lévine.

Tous les trois sont arrêtés en tant que juifs. Ils sont internés au camp de Pithiviers (Loiret). Ils sont déportés par le convoi n° 35, parti de Pithiviers le 21 septembre 1942 à destination du camp d’extermination d'Auschwitz (Allemagne, act. Pologne). Tous les trois meurent le 26 septembre.

Renée Lipkin, épouse de son fils Alexandre, était morte au même endroit en juillet la même année. Alexandre et le gendre d’Isaac Lévine, Marc Kac, furent tous deux des résistants actifs à l’occupation allemande.

Apparemment introuvable, Isaac Lévine est déchu de la nationalité française par décret du maréchal Pétain, chef de l'État français, le 18 septembre 1943.

Après le conflit, Isaac Lévine se remarie avec Alexandra Warshawsky. Il vit désormais à Paris, rue Monsieur-le-Prince (6e arr.), probablement avec son fils Alexandre.

Isaac Lévine meurt le 12 mai 1957 à Paris (6e arr.). Il était âgé de 69 ans et est inhumé au cimetière parisien de Bagneux (Seine, act. Hauts-de-Seine).

Minsk

 

Partager cet article
Repost0
17 décembre 2020 4 17 /12 /décembre /2020 00:01

Ange Jean Morel naît le 24 juillet 1906 à Bouillé-Ménard (Maine-et-Loire). Il est le fils de Joséphine Bougué et d’Ange Morel. Ses parents sont d’origine bretonne et son père est venu travailler dans les ardoisières d’Anjou.

Ange Jean Morel vit à Fougères, puis à Cholet où il travaille lui aussi comme perreyeux (ardoisier). Il va s’installer en 1926 à Paris, rue Montmartre.

Il habite ensuite un petit pavillon à Saint-Maur-des-Fossés (Seine, act. Val-de-Marne) à partir de 1932 et adhère alors au Parti communiste. Il exercera divers métiers, comme figurant de cinéma, marchand de légumes, manœuvre chez Renault ou standardiste à l’agence Havas (l’ancêtre de l’AFP).

Ange Morel est arrêté le 13 janvier 1941 à Saint Maur, puis transféré dans plusieurs camps : Châteaubriant d’abord, Voves en 1942 puis Pithiviers où il arrive fin 1943 ou début 1944. Ange Morel est économe du camp. Il prépare une évasion avec 19 autres militants communistes, dont Louis Dolly, ancien maire de Villejuif. Ils s’évadent le 15 mars 1944 en creusant un tunnel sous l’économat.

Les évadés ne seront pas repris, sauf un. Ange Morel s’engage dans les Forces françaises de l’intérieur (FFI). Il participe à la libération de Paris, puis à la bataille du pont de Joinville.

Engagés le 25 août, alors que Paris est déjà libre et que le comité de Libération de Joinville-le-Pont occupe la mairie depuis le 20 août 1944, des violents combats opposent des allemands qui veulent quitter la capitale et faire sauter le pont de Joinville, aux forces de la résistance. Le 22 août, des membres des FFI, des FTP et des cheminots résistants avaient dressé des barricades sur le pont et rue Chapsal.

Ange Morel combat avec près de lui un clochard, qui avait juré, pendant l’occupation, qu’il tuerait un Allemand. Il le fait, mais meurt lors de la bataille, comme 18 autres du côté français.

La famille d’Ange Morel s’était installée à Joinville-le-Pont (Seine, act. Val-de-Marne), dans l’ancienne rue du Canal, vers 1943. C’est là qu’il est venu habiter après être sorti de la clandestinité. L’ancien résistant devient membre de la délégation spéciale qui fait fonction de conseil municipal à partir du 13 octobre 1944. Il est élu conseiller municipal le 29 avril 1945 avec plusieurs autres résistants sur la liste de Robert Deloche, maire communiste de Joinville-le-Pont.

Tout en exerçant des responsabilités comme secrétaire à l’organisation de la fédération Seine Sud du parti communiste, Ange Morel travaille à la Centrale sanitaire internationale, une organisation satellite du Pcf. Il est secrétaire de Léon Mauvais, membre du Conseil de la République (Sénat) en 1947-1948.

Il exerce des responsabilités de plus en plus importantes, comme permanent, d’abord comme envoyé du Pcf dans le Puy-de-Dôme puis comme secrétaire fédéral dans l’Orne. À ce poste, il est confronté à une réduction des financements internes de l’organisation communiste, et doit reprendre un travail salarié en tant que représentant en vins.

Maurice Thorez, secrétaire général du Pcf, l’écartera de sa fonction pour s’être « embourgeoisé » dans son nouveau travail.

Ange Morel meurt le 4 août 1978 à Fleury-Mérogis (Essonne). Il était âgé de 72 ans.

Sa fille, Colette Morel, qui fut publicitaire et journaliste dans des publications culturelles communistes, a raconté les relations difficiles qu’elle entretenait avec son père dans un témoignage, Ma vie en rouge, paru en 2004.

Ange Morel en 1947

 

Partager cet article
Repost0
7 novembre 2020 6 07 /11 /novembre /2020 00:01

Ernest Proupin nait le 28 janvier 1895 à Saint-Bonnet-de-Bellac, en Haute-Vienne. Il est le fils de Marie Desbordes, cultivatrice, et de son mari, Jean Proupin, scieur de long, qui vivent dans le hameau de Lauberge.

Son père étant devenu gendarme, Ernest Proupin va avec sa famille résider dans l’Isère à La Tour-du-Pin en 1896 puis à Grand-Lemps en 1906.

Il fréquente sans doute l’école militaire préparatoire de Billom, dans le Puy-de-Dôme, puisque c’est dans cette commune, en janvier 1913, qu’Ernest Proupin s’engage dans l’armée pour cinq ans, le lendemain de son dix-huitième anniversaire. Il est affecté au 2e régiment d’artillerie de campagne et nommé brigadier en août 1913.

Pendant la première guerre mondiale, il est blessé en octobre 1914 au ravin du Bois-Mulot à Mécrin (Meuse) d’un éclat d’obus dans la tête. Nommé maréchal des logis en mars 1915, il est affecté à l’armée d’Orient en mai de la même année. Il est cité à l’ordre du régiment pour avoir « fait preuve de courage et de sang-froid en maintenant les hommes de sa pièce à leur poste malgré que cette dernière était soumise à un violent bombardement ennemi ».

De nouveau blessé d’un éclat de bombe à la gorge à en Turquie, il est rapatrié en France en juillet, puis exclu du service armé, qu’il reprendra en novembre 1918. Il devient maréchal des logis chef en juillet 1919 puis est démobilisé deux mois plus tard. Suite à ses blessures, il bénéficie d’une pension pour une invalidité estimée à 50%.

Après le conflit, Ernest Proupin s’installe à Saint-Sulpice (act. Ham, Somme) où il est toujours domicilié en 1924. Il est ensuite à Paris (3e arr.), boulevard Beaumarchais en 1926 puis à Joinville-le-Pont (Seine, act. Val-de-Marne) en janvier 1927. Il est domicilié dans le quartier de Palissy, avenue des Platanes.

Lors des élections municipales de mai 1929, Ernest Proupin est candidat sur la liste du Bloc ouvrier et paysan, conduite par le communiste Roger Bénenson. Il figure en 13e position sur 27. Proupin obtient, au premier tour, 337 voix pour 1 715 votants (19,7%) sur 2 491 inscrits. Proupin est l’assesseur de sa liste dans le bureau de vote qui couvre les quartiers de Palissy et Polangis. Les candidats communistes se maintiennent au second tour, mais ils n’ont pas d’élus, le radical Georges Briolay emporte 22 sièges dans une coalition de groupement des gauches associant radicaux-socialistes, socialistes SFIO et indépendants. La droite du maire sortant Stephen Durande gagne les 5 derniers postes.

En 1931, Proupin est représentant de commerce. Il est victime d’un grave accident de la route dans l’Oise, à Breuil-le-Sec, en février 1931. Sa voiture s'écrase contre un arbre après avoir tenté de dépasser un autre véhicule. Il est grièvement blessé.

C’est probablement Proupin qui, sous la désignation d’Ernest, remporte le concours d’abonnements lancé en 1933-1934 par l’hebdomadaire La Défense du Secours Rouge international.

Adhérent à la section de Joinville de l’association républicaine des anciens combattants (ARAC), Proupin en est exclu en août 1935 par la commission des conflits fédérale « en raison des malversations commises » par lui.

Au cours de la deuxième guerre mondiale, Proupin est rappelé en activité en février 1940 dans le 21e régiment d’artillerie de campagne. À la fin de la campagne de France, il s’évade et se rend en Algérie, où il est démobilisé à Oran en septembre 1941. Il est rappelé à sa demande en novembre 1942, d’abord dans l’artillerie puis dans l’infanterie en 1945. Il est au sein des troupes françaises d’occupation en Allemagne en octobre 1945, avant de rejoindre le fort de Vincennes (Seine, act. Val-de-Marne) en janvier 1946 puis d’être démobilisé en mars de la même année.

Son appartenance à la résistance à l’occupation allemande est reconnue au titre des Forces françaises libres.

Se présentant désormais comme métreur et toujours domicilié à Joinville, Ernest Proupin est convaincu d’avoir commis plusieurs abus de confiance, notamment dans les communes de Nyoiseau (act. Segré-en-Anjou Bleu, Maine-et-Loire) et Daon (Mayenne). Il est condamné à 6 mois de prison par le tribunal correctionnel d’Angers en décembre 1949.

Ernest Proupin meurt le 26 septembre 1962 à Joinville. Il était âgé de 77 ans. Il avait été décoré de la Médaille militaire, de la Croix de guerre avec étoile de bronze, de la médaille de la Victoire et de la médaille commémorative de l’armée d’Orient.

La tranchée du ravin du Bois-Mulot

 

Partager cet article
Repost0
5 novembre 2020 4 05 /11 /novembre /2020 00:01

Louis Noger est fusillé le 23 octobre 1943 à Suresnes, au fort du Mont-Valérien avec ses co-inculpés. Il était âgé de 36 ans et père de deux enfants. Il est d’abord inhumé à Ivry-sur-Seine. Son frère Joseph, résistant comme lui, était mort de la tuberculose en 1942.

À titre posthume, Louis Noger est nommé en février 1946 au grade de sous-lieutenant dans l’armée de terre, avec effet au 1er octobre 1943. Le décret promeut au même rang deux autres résistants également liés à Joinville-le-Pont, Jean Savu, fusillé en sa compagnie et Joseph Belbéoch, mort lors des combats de la Libération à Joinville.

Un décret de septembre 1959 nomme Louis Noger chevalier de la Légion d’honneur.

L’ancienne rue du Centre de Noisy-le-Grand porte, depuis novembre 1944, le nom de rue des Frères-Noger. Une plaque est apposée sur le domicile des Noger au numéro 3 de cette rue. La structure communiste des Richardets à Noisy a adopté le nom de cellule des Frères-Noger, tandis qu’une autre cellule communiste, à Joinville-le-Pont, porte également le nom de Noger.

Le nom de Louis Noger figure sur le Monument commémoratif au Mont-Valérien dédié « Aux résistants et aux otages fusillés au Mont-Valérien par les troupes nazies 1941-1944 ». Il est également inscrit sur le monument aux morts du cimetière de Joinville-le-Pont ainsi que sur celui de Noisy-le-Grand. Il est aussi gravé sur la plaque commémorative de la Bourse du Travail de Paris (10e arr.).

Les deux fils de Louis et Fernande Noger contribueront à la mémoire de leur père.

Pierre Noger, probablement né en septembre 1937 et décédé en juillet 2010, fait partie des « 150 fils de martyrs de la Résistance » qui adressent une lettre au président de la République dénonçant le fait que le général allemand Hans Speidel siège à l'OTAN (Organisation du traité de l’Atlantique Nord) et annonçant qu’ils refusent de servir « sous ses ordres », considérant qu’il était ainsi « à la tête de l’armée française » et critiquant le fait qu’il avait servi Hitler. Pierre Noger est arrêté, au domicile familial de Noisy-le-Grand, le 26 mars 1958. L’hebdomadaire La Défense du Secours Populaire (ex-Secours rouge) remarque que « Au moment de l'arrestation, des bouquets de fleurs, déposés par les habitants du quartier, fleurissaient la plaque portant le nom des deux frères [Joseph et Louis Noger] au coin de la rue ». Il est libéré quelques jours plus tard. Une pancarte « Non à Speidel » était apposée sur la maison de Noisy. En décembre 1962, avec le même groupe et toujours le soutien du Secours Populaire, Pierre Noger lance un appel en faveur de militants allemands du mouvement de la paix.

Pierre Noger

Michel Noger, ébéniste comme son père et résidant toujours à Noisy, conçoit, en 2017, le prototype en bois des neuf panneaux d’information placés aux endroits où eurent lieu des actes de résistance pendant l’occupation allemande à Noisy et dans la commune voisine de Gournay, dont celui placé devant la maison familiale.

Pancarte Non à Speidel devant la maison de la rue des Frères-Noger

 

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Polmorésie, blog d’histoire
  • : Histoire politique, économique, culturelle et sociale au travers des acteurs qui ont se sont engagés dans la vie publique.
  • Contact

Recherche

Liens