Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
2 octobre 2022 7 02 /10 /octobre /2022 05:01

Marcel Petit nait le 18 juillet 1904 à Paris (5e arr.). Il est le fils d’Élise Bernard et de son mari, Victor Petit, maçon. Tous deux sont originaires de la Creuse. Ils vivent rue de la Montagne-Sainte-Geneviève puis rue d’Arras. Marcel Petit devient orphelin de père à neuf mois.

En 1926, Marcel Petit, devenu maçon comme l’avait été son père, et sa mère s’installent à Joinville-le-Pont (Seine, act. Val-de-Marne), dans le quartier de Polangis, avenue Marceau. Il devient peu après employé des Postes, téléphones et télégraphes. Il épouse en décembre 1928 Blanche Hélène Noémie Lyoen, native du Nord, qui vit avec ses parents dans le même quartier de Joinville. Ils s’installent avenue Pauline.

Pendant la deuxième guerre mondiale, Marcel Petit devient résistant à l’occupation allemande et s’engage dans les Forces françaises de l’intérieur (FFI).

Le 20 août 1944, les forces de la Résistance, conduites par Robert Deloche, occupent la mairie de Joinville-le-Pont et arrêtent les membres du bureau municipal, maire et adjoints. Une délégation spéciale est mise en place, par un arrêté préfectoral du septembre 1944, créant une délégation spéciale chargée d’administrer la commune. Elle a été nommée sur proposition du Comité local de Libération, après avis du Comité de Libération de Paris. Marcel Petit en fait partie et fait fonction de conseiller municipal. La délégation spéciale est présidée par Robert Deloche (communiste), qui a des adjoints socialiste, radical et indépendants.

Le mandat de la délégation spéciale cesse en mai 1945, avec les premières élections municipales.

Marcel Petit meurt le 7 juin 1950 Carrières-sur-Seine (Seine-et-Oise, act. Yvelines). Son décès est transcrit à Joinville où il résidait toujours. Il était âgé de 45 ans et père d’un garçon.

Manifestation à Joinville en 1945 avec Charles Tillon et Rol-Tanguy

 

Partager cet article
Repost0
28 septembre 2022 3 28 /09 /septembre /2022 05:01

Réélu président du comité radical de Joinville en janvier 1933, Georges Briolay participe en octobre au congrès du parti radical-socialiste à Vichy (Allier). Mais il abandonne, en novembre, la présidence du comité joinvillais qui revient à Émile Herluison, représentant de commerce.

Avec ses alliés, le maire radical rencontre des difficultés. Dans l’hebdomadaire libéral Gazette de l’Est, Claude Noizat, candidat sur sa liste en 1925 et ancien militant socialiste SFIO (mais qui s’en est éloigné) s’en prend de plus en plus souvent à lui. Outre les cinq élus de droite, qui critiquent régulièrement les dépenses, François Galabert, élu socialiste SFIO, prend des positions de plus en plus critiques, en particulier sur la politique sociale. Le paroxysme est atteint au cours d’une séance du conseil municipal le 30 octobre 1933, que l’hebdomadaire Voix des communes juge « particulièrement pénible » : « Galabert, venu avec l’idée de faire de l’obstruction et de provoquer un scandale fut le héros de la soirée. Surexcité, violence de langage, débauche d’injures, geste inconsidérés. Scornet préside, en l’absence du maire. Suspension de séance, tumulte, chaises déplacées, tables précipitées à terre. Reprise avec Briolay, maire, comme président ; nouvelle suspension et appel à la police qui expulse Galabert manu militari, emporté au poste pour calmer sa colère furieuse. L’ordre du jour comportait des régularisations administratives qui ne pouvaient en aucune façon laisser présager un tel déferlement de violence ». Le journal fait officiellement part de sa position « Qu’un conseiller municipal se laisse aller à des violences de langage et de geste, c’est un manque absolu de dignité. Rien ne nous autorise à suspecter l’honorabilité de Briolay. La passion et le parti-pris sont toujours de détestables arguments. »

Au cours de la séance suivante, en décembre, Galabert présente, selon Voix des communes, des « excuses partielles » et se voit infliger un blâme par le conseil. Démontrant l’affaiblissement de la majorité municipale, le budget pour l’année 1934 n’est adopté que par 9 voix contre 6, alors que le conseil devrait comprendre 27 membres.

Briolay pour sa part intervient au cours du Congrès municipal et social qui se tient à Lyon le même mois. Parmi les opposants, on compte trois élus sur la liste de droite en 1929 (Provin, Caillon et Lecuirot) mais aussi trois anciens colistiers du maire (Galabert, Hainsselin et Béal).

Au cours de l’année 1934, les tensions continuent au sein du conseil municipal. La séance du 15 février est de nouveau agitée, du fait de Galabert. Il est d’abord blâmé par le conseil pour avoir annoncé qu’il aurait déposé, auprès du préfet de la Seine, au sujet de la gestion municipale, tandis que le fonctionnaire indique ne pas avoir reçu une telle requête. Ensuite, en présence d’un nombre important de spectateurs (80), supposés être affiliés au parti communiste, Galabert s’élève « contre le travail forcé imposé aux chômeurs par une municipalité tyrannique », selon Voix des communes qui indique que cela provoqua un charivari puis une suspension de séance. L’autre journal local, Gazette de l’Est, indique que Galabert dénonce « la dilapidation des fonds communaux, sans d’ailleurs apporter de preuves. »

Constatant que 12 conseillers municipaux manquent à l’appel (dont le premier adjoint Maxe), ce journal demande en avril 1934 l’organisation d’élections complémentaires tout en traitant Briolay de « dictateur ». Elles auront lieu en octobre.

Dans cette optique, Briolay transmet en juillet une proposition verbale de « trève politique » au Comité d’union républicaine et d’action sociale, présidé par Émile Lecuirot, qui accepte d’entrer en pourparlers avec le parti radical-socialiste.

Briolay et son adjoint Scornet font tous deux, au cours de l’été, des malaises. Le maire va cependant participer, en octobre, au congrès du parti radical-socialiste à Nantes.

Le même mois, les élections complémentaires organisées à Joinville pour dix sièges vacants, voient quatre listes s’aligner et confirment le délitement de l’ancienne alliance du Cartel des gauches. Roger, l’adjoint socialiste, démissionne de la SFIO, qui présente une liste autonome, laquelle se désiste, au second tour, au profit des communistes. La Concentration républicaine, composée de six candidats de droite et de quatre radicaux-socialistes fait également face à des Républicains indépendants, parmi lesquels on trouve également des radicaux. La Concentration républicaine arrive en tête avec 37,0% des suffrages exprimés, devant les Républicains indépendants à 25,5%, les communistes et les socialistes ayant respectivement 17,6% et 17,8%. Au second, face aux seuls communistes, la liste de centre-droit remporte les dx sièges avec 59,5% des votes.

L’alliance électorale ne contribue cependant pas à régler les problèmes au sein du conseil. Ainsi, en novembre, faute de consensus, Briolay doit renoncer à faire élire un nouvel adjoint tandis que plusieurs décisions financières sont discutées publiquement. Scornet, adjoint au maire socialiste indépendant, meurt fin novembre 1934. Au sein du comité radical-socialiste de Joinville, Gabriel Vélard remplace Herluison, devenu conseiller municipal.

Le compte-rendu de mandat de la municipalité, en avril 1935, est d’abord une nécrologie, puisque sept des 27 élus sont décédés. Les travaux de voirie sont mis en avant avec l’aménagement de squares, le développement de la bibliothèque communale et la réorganisation du service des ordures ménagères. Pour les élections municipales de 1935, le Groupement des gauches républicaines, qui a perdu l’adhésion de la SFIO, se reconstituer cependant avec les radicaux et quelques socialistes indépendants, dont Roger ; Vélard le préside.

Contrairement aux souhaits des radicaux et du député Chéron, l’alliance scellée en 1934 n’est pas reconduite. L’Union des républicains de Joinville, nouveau nom de la droite locale, indique, en avril 1935 que « se souvenant des fusillades du 6 février [1934], des scandales Stavisky et autres dans lesquels figurent des députés, des magistrats, d’anciens ministres, tous radicaux et maçons, [elle] a décidé de rompre l’union précédemment établie avec les radicaux pour faire une liste composée en totalité d’éléments modérés et nationaux. »

La liste des Gauches républicaines, conduite par Briolay, met à son programme l’assainissement, des travaux de viabilité, la réfection des trottoirs défectueux et la création de squares. En matière de chômage, elle veut pression auprès des pouvoirs publics pour la réalisation des grands travaux d’outillage national (élargissement du pont de Joinville, suppression du passage à niveau), se prononce pour le maintien des allocations et revendique la création d’un fonds national de chômage. Elle entend créer un nouveau groupe scolaire à Polangis, agrandir celui du quartier du Centre et propose de faire des cours de natation et d’aviron gratuits.

Au cours des élections municipales de mai 1935, le Groupement des gauches républicaines arrive en seconde position avec 26,8% des suffrages exprimés ; il est devancé par l’Union des républicains (droite, 32,6%) et talonné par les communistes (23,5%). Ces derniers fusionnent, au second tour, avec la liste socialiste (12,3%). Briolay avait obtenu 770 voix pour 2 856 suffrages exprimés (27%) sur 2 923 votants et 3 433 inscrits.

Pour le second tour, la liste de gauche fusionnée fait mieux que le total des deux formations, à 39% des suffrages exprimés et obtient deux sièges, les radicaux reculant fortement à 20% sans avoir d’élu, la droite remportant le scrutin avec 25 sièges et 41%. Léon Lesestre est élu maire.

Présentant les leçons du scrutin, Union régionale, commente ainsi : « Deux listes républicaines étaient en présence au premier tour. C’était déjà une faute. Cette faute fut aggravée au deuxième tour par l’entêtement incompréhensible du maire sortant, M. Briolay. Le préfet de la Seine, inquiet du résultat de cet antagonisme, l’avait appelé pour lui conseiller de former une liste unique. Celui-ci refusa, ne voulant se souvenir que des injures échangées et non de l’intérêt général. Le résultat pouvait être désastreux ; il ne le fut que pour les radicaux, tous battus, maire et adjoints compris, au profit de 25 candidats d’Union nationale et de 2 communistes. Joinville l’a échappé belle. »

Après sa défaite, le nouveau conseil mettra en cause Briolay pour avoir engagé la responsabilité de la ville dans la garantie accordée à une société d’habitations à bon marché, qui avait construit à Joinville une cité (Égalité, dans le quartier de Palissy) mais ne pouvait rembourser, ayant fait faillite.

En avril 1936, Briolay se retrouve avec son successeur, Lesestre, en tant que signataire d’un appel en faveur de la candidature d’Adolphe Chéron au poste de député. Au contraire, la Fédération radicale-socialiste du canton de Saint-Maur-des-Fossés avait accordé son Investiture pour les élections législatives à Gabriel Vélard, industriel, président du comité de Joinville. C’est le communiste André Parsal qui, avec le soutien du Front populaire y compris de Vélard et des radicaux, remporte l’élection au second tour contre Chéron.

Georges Émile Briolay meurt le 12 août 1940 à Maisons-Alfort. Il était âgé de 77 ans et père de quatre enfants issus de son premier mariage.

Gratifié d’une médaille d'argent pour son attitude lors des graves inondations de la Marne au premier trimestre 1910 et d’une mention honorable pour son rôle en matière mutualiste en 1932, il avait obtenu les Palmes académiques, comme officier d’académie en février 1909 puis comme officier de l’instruction publique en janvier 1931. En novembre 1911, il avait été nommé chevalier du mérite agricole puis, en décembre 1934 chevalier de la Légion d’honneur.

Fin

Georges Émile Briolay

 

Partager cet article
Repost0
26 septembre 2022 1 26 /09 /septembre /2022 05:01

Suite de la biographie de Georges Émile Briolay

Lors des élections municipales générales de mai 1929, Georges Briolay prend de nouveau la tête d’une liste de Cartel des gauches, avec l’appui du parti radical-socialiste, du parti socialiste SFIO et de socialistes indépendants. Le maire sortant, élu en cours de mandat, Stephen Durande, conduit les sortants avec l’appui des formations de droite. Roger Bénenson pilote la campagne des communistes.

Au premier tour, la droite obtient 42,6% des suffrages exprimés, devant le Cartel des gauches à 35;9% et les communistes à 16,0%. Briolay recueille 910 voix pour 2 126 suffrages exprimés (42,8%) sur 2 969 inscrits, soit un score personnel bien supérieur à la moyenne de sa liste.

Au second tour, la liste de droite recule à 41,6% et cinq élus, mais le maire sortant est battu. Le Cartel des gauches remporte les 22 autres sièges avec 45;9% tandis que les communistes régressent également à 12,5%. Parmi les 22 élus de gauche, il y a quatre membres du parti socialiste SFIO et plusieurs socialistes indépendants, aux côtés des radicaux-socialistes.

Élu maire, Georges Briolay a comme adjoints le restaurateur Robert Maxe, indépendant, le commissionnaire Georges Roger, socialiste SFIO, le représentant de commerce Georges Scornet, socialiste indépendant et le professeur Joseph Marie Moutardier, radical-socialiste. C’est la première fois qu’il peut y avoir quatre adjoints au maire.

Pendant son mandat, Briolay prête attention aux sports, notamment à l’aviron et aux courses de chevaux, les hippodromes du Tremblay (Champigny) et de Vincennes, dans le bois éponyme, ayant une forte influence économique sa ville. En février 1930, il explique ainsi au journal Le Trotteur « que la banlieue Est de Paris, d’une part, et que Joinville, d’autre part, jadis plutôt déshérités, jouissaient, grâce au trotting, d'une grande prospérité. »

Bien que malade, Briolay est renouvelé, en février 1931, dans sa fonction de président du Comité radical-socialiste de Joinville.

À la mairie, Briolay s’implique notamment dans l’entretien et l’amélioration de la voirie. Il tente de promouvoir la création d’une passerelle entre le quartier de Polangis et Nogent-sur-Marne, une grande partie de la population estimant que « le passage d’eau est une solution moyenâgeuse » mais le projet reste à l’étude. Il engage la construction de l’école (act. collège) Jules Ferry, dans le quartier de Polangis.

En janvier 1933, une élection cantonale est organisée à cause du décès de Paul Avet, radical indépendant, également maire de Créteil. Le canton comprend les communes de Joinville, Créteil, Bonneuil et une petite partie de Saint-Maur-des-Fossés (le quartier Schaken). Briolay se présente, avec le soutien des radicaux-socialistes, de même que le nouveau maire de Créteil, Louis Prieur (droite), qui compte un concurrent de son même camp, l’ancien conseiller général Naudin. La SFIO présente Morel et le parti communiste Depernet.

Dans l’hebdomadaire Union régionale (libéral) un certain Lynx se désole de la qualité des candidats et lance un « SOS » : « Prieur est un homme de la terre, sans instruction ni formation administrative, maire de Créteil depuis 8 jours. Briolay est le vieil artisan, sans éducation première, incapable d’assimiler les grandes questions qu’un conseiller général aura à traiter ». Un autre correspondant du même journal, Jean de Mesly, commente « Briolay est un candidat redoutable, sinon pour sa valeur personnelle qu’on dit bien mince, mais pour sa présentation par les radicaux unanimes ».

Dans le même journal, on trouve une lettre de Bony attaquant Briolay, qui se revendique d’un « comité électoral d’action radicale joinvillaise » et assure que « de nombreux radicaux-socialistes de Joinville voteront contre ce candidat qui a cyniquement mystifié son parti en truquant le scrutin d’investiture. Comité radical de Joinville : 35 membres, 16 votants, 11 pour Briolay. Vote entériné par le comité cantonal de Saint-Maur, 31 électeurs de la 2e circonscription dont les 11 joinvillais. »

Les électeurs mettent les deux maires en tête, mais celui de Créteil a un net avantage avec 35%, contre 22,8% à Briolay, 17,2% à Depernet (PCF), 16,0% à Naudin (droite) et 8,8% à Morel (SFIO). Ce dernier se désiste pour Briolay tandis que Naudin soutient Prieur ; c’est le cas aussi du député radical indépendant Chéron. Prieur est élu avec 49,2%, tandis que Briolay est à 32,8% et le communiste à 17,9%. L’Union régionale commente dans sa rubrique Créteil : « Il y a une justice immanente et Briolay doit méditer sur ses erreurs de vieux militant radical » tandis que le correspondant de Joinville se dit « Un peu triste. »

L’hebdomadaire radical Voix des communes commente sa défaite : « Les militants socialistes ont répondu comme un seul homme à l’appel qui leur était fait. La personnalité [de Briolay] était en jeu ; il a été diminué par ceux qui sont restés volontairement en dehors de la bataille électorale. »

À suivre

Georges Émile Briolay

 

Partager cet article
Repost0
24 septembre 2022 6 24 /09 /septembre /2022 05:01

Suite de la biographie de Georges Émile Briolay

Âgé de plus de cinquante ans, Georges Briolay n’est pas mobilisé pendant la première guerre mondiale. Il poursuit son activité professionnelle et son engagement associatif à Joinville-le-Pont. Il préside toujours le comité radical-socialiste communal et la section locale de la Ligue des droits de l’Homme ; il est aussi un des animateurs locaux de la section des Vétérans et des Anciens combattants de 1870-1871, organisation de secours qui va s’ouvrir aux victime de la Grande-Guerre.

Dans l’hebdomadaire radical Voix des communes Briolay polémique aussi avec la municipalité. Par exemple, en février 1916 il dénonce l’acceptation par la  majorité, contre l’avis des conseillers socialistes, de la hausse des prix du gaz écrivant : « Chacun des 8 gaziers nous coûte 1 500 fr. par an. »

S’inquiétant de la cherté des combustibles pour les familles et de l’inaction, dans ce domaine, selon eux, du conseil municipal, Rey et Briolay organisent à partir de juin 1916 l’achat collectif d’une cargaison de 330 tonnes de charbon à Rouen. En juillet, ils rassemblent une centaine de souscripteurs. Les livraisons aux consommateurs s’étalent entre octobre et décembre. Les bénéfices tirés de la vente sont distribués au profit des familles de prisonniers.

Le décès de Rey, en août 1918, laisse Briolay seul responsable actif au sein du comité radical-socialiste. En septembre 1919, il est désigné vice-président de la Fédération radicale-socialiste du canton de Saint-Maur. Dans doute parce que les militants radicaux sont alors moins nombreux, mais aussi dans le contexte d’Union nationale qui fait suite la fin de la guerre, Briolay rejoint, avec quelques radicaux et socialistes devenus indépendants, la liste d’union républicaine et sociale conduite par Henri Vel-Durand, Mermet, le maire sortant, n’ayant pas demandé le renouvellement de son mandat et devant d’ailleurs décéder le jour même du scrutin. Le vote a lieu en novembre 1919.

Les anciens associés des radicaux dissidents lors du second tour des élections municipales 1912, les socialistes SFIO et les libéraux, présentent cette fois des listes concurrentes. Au premier tour, la liste Vel-Durand est en tête avec 44,8% des suffrages exprimés, devant la SFIO à 29,0% et le Bloc indépendant (droite), 26,2%. Ce dernier se retire alors, permettant à Vel-Durand de remporter les 23 sièges à pourvoir avec 65,5%. Briolay retrouve le conseil municipal ; il est arrivé en dernière position des élus avec 935 voix pour 1 518 suffrages exprimés (61,5%) sur 1 537 votants et 2 491 inscrits. Vel-Durand est élu maire, Julien Périn (ex-SFIO) et Arnaud (radical dissident) sont adjoints.

En décembre 1919, Briolay perd son épouse, peut-être victime de la grippe espagnole, alors virulente. Un an plus tard, il épouse à Paris (10e arr.) Pauline Honorine Louise Marvy, elle aussi veuve et native d’Hammersmith, quartier alors industriel de Londres (Royaume-Uni).

En mars 1923, Briolay participe à la fondation de la section de Joinville de la Ligue de la République. Elle a pour objectif de grouper « tous les partis de gauche pour faire échec à la réaction ». Plusieurs conseillers municipaux l’accompagnent : Aubry, Augros, Girot, Graillat, Roux et René Caperon, qui en est le président. En décembre la même année, la Ligue lance un appel : « Devant des adversaires unis, l’union des gauches s’impose ». Briolay décide également de reconstituer le comité du parti radical-socialiste. En janvier 1924, Caperon cède la place à Moutardier.

La Ligue se transforme, en mars 1924 en Cartel des gauches qui s’adresse « Aux démocrates joinvillais » : « Il faut une coalition pour combattre efficacement le Bloc national » ; Briolay en est le président. La section de Joinville de l’Union Socialiste-Communiste (USC) ainsi que le parti socialiste SFIO rejoignent le cartel de même que le comité radical-socialiste.

La Fédération radicale-socialiste de la Seine dénonce, en mars 1924, la création par la député Adolphe Chéron d’un groupe radical dissident.

En ce qui concerne le fonctionnement du conseil municipal, Briolay fait part en novembre 1924 de son mécontentement : « Quelle administration, quelle pétaudière ! Plainte d’un industriel, adjudicataire d’un marché, alors que la commune se fournit chez un autre. Quand je disais que nous étions, nous, les conseillers, le consultatif et non l’exécutif, j’allais certainement un peu vite, car je m’aperçois que nous ne sommes même pas consultés. Ah oui, ça ne se passait pas comme celà dans les anciens conseils ! »

La tension monte et, en décembre 1924, l’hebdomadaire Voix des communes publie un message de Briolay : « Confidences la semaine précédente du maire mettant en cause Briolay dans le train de 1h39 revenant à Joinville. Les voyageurs disent du mal du maire hors de sa présence dans le train qui va à Paris de 11h32. Depuis 5 ans que dure notre mandat, je crois lui avoir apporté mon concours le plus loyal et aurais désiré le terminer de la même façon. Pour les prochaines élections, si je suis candidat, ce ne sera pas sur la même liste que lui et il le sait. Terminons notre tâche et après nous verrons. »

Lors de la désignation en mars 1925 des électeurs sénatoriaux, deux listes sont proposées aux conseillers municipaux : l’une de droite, obtient 8 à 9 voix, l’autre du Cartel des gauches en a 6 ou 7 et ses candidats sont battus. Le scrutin provoque une crise car Caperon et Girot, qui avaient appartenus à la Ligue de la République, se font élire par la droite. Briolay les traite de « renégats » et assure que l’entente impossible avec ceux qui ont soutenu le Bloc national pour ce vote sénatorial.

Les élections municipales de mai 1925 voient s’affronter trois listes. Celle du maire sortant, dite Union républicaine et sociale, a désormais le soutien des formations de droite. Briolay prend la tête du Cartel des gauches (USC, SFIO, radicaux) et le parti communiste présente sa propre candidature. Au premier tour, Vel-Durand est devant avec 47,5% des suffrages exprimés ; les gauches sont à 28,4% et les communistes à 21,1%. Au second tour, la droite emporte les 27 sièges à pourvoir. Vel-Durand est réélu maire et a comme adjoints Stephen Durande, François Provin et Jules Beauvais.

Briolay, qui en est toujours le trésorier, se plaint de ce que le maire écarte les Vétérans de 1870 des cérémonies du souvenir en novembre 1925.

Le décès de Vel-Durand, en septembre 1928, conduit à de nouvelles élections, avec un paysage électoral comparable à celui de 1925. Cependant, cette fois-ci, c’est la liste de la gauche républicaine, conduite par Briolay, qui arrive en premier ; elle comprend un socialiste SFIO et un socialiste indépendant pour les trois postes à pourvoir. Briolay est élu conseiller municipal au second tour, comme ses deux colistiers, malgré le maintien des candidats communistes, avec 793 voix pour 1 667 suffrages exprimés (47,6%) sur 1 677 votants et 2 995 inscrits. À noter qu’au premier tour, le parti communiste avait présenté une candidate, Mme Martin, dont les bulletins n’ont pas été comptés, les femmes n’étant à cette date pas éligibles. Stephen Durande devient maire de Joinville. François Provin et Louis Caillon sont ses adjoints.

À suivre

Georges Émile Briolay

 

Partager cet article
Repost0
16 septembre 2022 5 16 /09 /septembre /2022 05:01

Louis Eugène Fayat naît le 27 novembre 1905 à Paris (12e arr.), Il est le fils de Marie Vignolet et de son mari Jean Fayat, tous deux journaliers.

Il est d’abord tourneur. En 1924, pour son service militaire, il sert sur le cuirassé Condorcet, basé à Brest (Finistère). Au cours d’une permission, il épouse en septembre cette année-là à Paris (20e arr.) Marcelle Fourna, mécanicienne, originaire de l’Aisne.

Ils vivent dans le douzième arrondissement de Paris puis, vers 1933, s’installent à Joinville-le-Pont (Seine, act. Val-de-Marne), avenue Arago, dans le quartier de Polangis. Louis Fayat est alors électricien.

Lors des élections municipales de mai 1935 à Joinville, Louis Fayat est candidat sur la liste socialiste SFIO conduite par Robert Derivière. Il figure en neuvième position sur cette liste, incomplète puisqu’elle ne comporte que 14 noms pour 27 sièges à pourvoir. La liste fait face à celles de l’Union des républicains (droite), du Groupement des gauches républicaines (radicaux-socialistes et socialistes indépendants, dont certains anciens membres de la SFIO) et du parti communiste. Les candidats socialistes obtiennent en moyenne 12,3% des suffrages exprimés, les communistes en ayant 23,5%, les radicaux 26,8% et les conservateurs et libéraux 32,6%. Fayat recueille 344 voix pour 2 856 suffrages exprimés (12%) sur 2 923 votants et 3 433 inscrits.

Au second tour, les listes PCF et SFIO fusionnent, derrière le responsable de l’association des anciens combattants ARAC, André Blocher, indépendant. Elle comprend 16 communistes et 10 socialistes sur ses 27 membres. Fayat obtient 983 voix pour 2 899 suffrages exprimés (33,9%) sur 2 924 votants. La liste de gauche obtient 39% des voix et deux sièges, tous deux allant à des communistes (Robert Deloche et Paul Rouhaud), tandis que les radicaux n’en n’ont aucun, avec 20% et que la droite remporte l’élection avec 41% des votes. Léon Lesestre (droite) est élu maire.

En 1937, Louis Fayat quitte Joinville et s’installe dans la commune proche de Fontenay-sous-Bois, rue La Fontaine.

Louis Fayat meurt le 28 octobre 1967 à Paris (12e arr.), Âgé de 61 ans, il était père de trois enfants et domicilié rue Léon-Frot.

Le cuirassé Condorcet (Wikipédia)

 

Partager cet article
Repost0
14 septembre 2022 3 14 /09 /septembre /2022 05:01

Pierre Albert Joseph Giraud naît le 21 mars 1914 à Lyon (6e arr.). Il est le fils d’Anne Marie Barthélémie Grange et de son mari, Pierre François Giraud, négociant. Ils résident cours Morand.

En 1939, Albert Giraud est élève au séminaire catholique du diocèse de Paris à Issy-les-Moulineaux (Seine, act. Hauts-de-Seine).

Il faut probablement l’identifier avec l’abbé Albert Giraud, nouveau prêtre, nommé vicaire de la collégiale Saint-Just, à Lyon (5e arr.) en juillet 1944.

Il aurait cependant ensuite rejoint le diocèse de Paris et il est sans doute à assimiler à l’abbé Giraud, présent dans les milieux d’action catholique en banlieue parisienne

L’abbé Giraud est en 1949 missionnaire du travail et aumônier fédéral du secteur Seine-Rives de Marne au sein de la Jeunesse ouvrière chrétienne (JOC).. Il célèbre en octobre 1949 en l’église Saint-Lambert de Vaugirard à Paris (15e arr.) le mariage de Marcelle Chamfroy avec Henri Melchior, responsable de la section de Joinville-le-Pont (Seine, act. Val-de-Marne) du Mouvement républicain populaire (MRP, démocrate-chrétien). En septembre 1950, il officie pour les noces de Colette Étienne, secrétaire du groupe MRP de l'Assemblée nationale avec Robert Gruet, responsable des jeunes de la section MRP de Joinville.

Le même mois, l’abbé Giraud dit la messe organisée suite au décès de Pierre Angenot, responsable de la JOC parisienne (Seine, Seine-et-Marne, Seine-et-Oise), organisée dans sa paroisse d’Adamville à Saint-Maur-des-Fossés (Seine, act. Val-de-Marne). Il est présenté comme le « père spirituel » d’Angenot par le quotidien catholique La Croix.

En janvier 1957, il est responsable d’un centre de catéchuménat pour adultes pour la banlieue Est de Paris, qui fonctionne rue de Fontenay à Vincennes (Seine, act. Val-de-Marne). Il est alors basé à l’église Sainte-Anne, dans le quartier de Polangis, à Joinville.

Le père Albert Giraud meurt le 11 août 1990 à Vernaison (Rhône, act. Métropole de Lyon). Il était âgé de 86 ans.

Église Sainte-Anne de Polangis à Joinville-le-Pont

 

Partager cet article
Repost0
12 septembre 2022 1 12 /09 /septembre /2022 05:01

Robert Lucien Gruet naît le 27 mai 1929 à Joinville-le-Pont (Seine, act. Val-de-Marne). Il est le fils d’Yvonne Aline Marguerite Decauchy et de son époux Roger Maurice Gruet. Son père meurt lorsqu’il a deux ans.

En 1950, Robert Gruet est responsable des jeunes de la section de Joinville du Mouvement républicain populaire (MRP, démocrate-chrétien).

Il épouse en septembre cette année-là Colette Paulette Ginette Etienne, secrétaire du groupe MRP de l'Assemblée nationale. C’est l’abbé Giraud, prêtre catholique, missionnaire du travail, actif dans la paroisse Sainte-Anne de Polangis à Joinville, qui célèbre le mariage.

En avril 1953, Robert Gruet est candidat sur la liste MRP pour les élections municipales de Joinville-le-Pont. Elle obtient 9,2% des suffrages exprimés et a deux sièges, en nette progression par rapport à son score de 1947 (5,8%, pas d’élu). En ajoutant ses voix à celle des membres des deux groupes de droite, le MRP permet l’élection de Georges Defert (Rassemblement des gauches républicaines) qui met fin à la municipalité communiste installée au moment de la Libération en août 1944.

Gruet, qui arrive en sixième position, n’entre pas au conseil municipal. Il renonce à siéger pendant le mandat, puisque c’est le suivant sur la liste, Marcel Mercier, qui remplace en 1956 Gaston Moutenot, tête de liste en 1953 et démissionnaire.

Sainte-Anne de Polangis à Joinville-le-Pont

 

Partager cet article
Repost0
10 septembre 2022 6 10 /09 /septembre /2022 05:01

Marcel Camille Jean Baptiste Mercier naît le 4 juillet 1903 à Grenoble (Isère). Il est le fils de Marie Joséphine Angélique Gonnet et de son époux Joseph Ernest Vincent Mercier, boulangers, boulevard Gambetta.

Ayant fait des études à l’Institut électrotechnique de Grenoble, Marcel Mercier obtient un diplôme d’ingénieur. Il épouse, à La Côte-Saint-André (Isère) Émilie Thérèse Laurent.

En 1936, Marcel Mercier est embauché par une entreprise de Saint-Maurice (Seine, act. Val-de-Marne), probablement La Canalisation électrique, et le couple s’installe dans la commune voisine de Joinville-le-Pont. Ils résident rue de Créteil, dans le quartier du Centre (act. avenue du maréchal Leclerc).

La situation de Marcel Mercier pendant la deuxième guerre mondiale n’est pas connue ; il est probablement mobilisé au début de la guerre. Il rejoint peut-être la Résistance à l’occupation allemande ; le Service historique de la défense identifie trois « Marcel Mercier » pour lesquels il ne donne aucune indication ni de date ni de lieu de naissance ni d’appartenance à un réseau.

En septembre 1944, le Comité local de Libération de Joinville-le-Pont, après avis du Comité Parisien de la Libération, propose la candidature de Marcel Mercier. Le préfet le nomme, le 26 septembre, membre de la délégation spéciale chargée d’administrer la commune ; il fait donc fonction de conseiller municipal. Le maire est Robert Deloche, communiste, qui a occupé le 20 août la mairie et arrêté le bureau municipal nommé par le gouvernement de Vichy.

Son mandat prend fin en mai 1945, avec l’élection du conseil municipal. La participation de Mercier aux scrutins de 1945 et 1947 est possible, mais il n’est pas élu.

En mai 1953, Marcel Mercier figure sur la liste du Mouvement républicain populaire (MRP, démocrate-chrétien), conduite par Gaston Moutenot. Le MRP n’avait pas eu d’élu en 1945. En 1947, sa liste avait recueilli 5,8% des suffrages exprimés et il n’avait pas non plus obtenu de siège. Les résultats du mouvement centriste sont en forte augmentation six ans plus tard, puisque le MRP gagne, avec 9,2% des voix, deux sièges. Les deux élus MRP, en rejoignant les élus de la liste divers-droite et ceux du Rassemblement du peuple français (RPF, gaulliste), permettent de renverser la municipalité communiste. Georges Defert (Rassemblement des gauches républicaines, RGR) est élu maire.

Étant arrivé en septième position, Mercier n’est pas élu. Cependant, suite au départ de Moutenot et à la démission ou au renoncement des suivants de liste, Mercier revient siéger au sein de l’assemblée locale. Sa présence y est notée en mai 1956. Il rend compte, dans le journal conservateur local Nouvelle Union régionale, du centenaire de la paroisse Saint-Charles-Borromée de Joinville

Au sein du conseil municipal, Mercier intervient en mars 1958 au sujet du réglage des feux tricolores de circulation. Son mandat prend fin en mars 1959. À l’occasion des élections municipales, le MRP fait alliance avec le parti socialiste SFIO et l’UNR (ex-RPF, gaulliste) pour présenter une liste opposée à celle du maire ; elle est devancée par ce dernier et n’a pas d’élu.

Peut-être après la retraite, la famille retourne dans l’Isère. Marcel Mercier meurt à Grenoble le 30 mars 1981 ; il est inhumé à La Côte-Saint-André. Âgé de 77 ans, il était père d’au moins deux enfants.

La Marne à Joinville-le-Pont vers 1960

 

Partager cet article
Repost0
8 septembre 2022 4 08 /09 /septembre /2022 05:01

René Gabriel Bourrillon naît le 5 novembre 1904 à Paris (10e arr.). Il est le fils de Gabrielle Virginie Simonet, couturière, et de son mari Urbain Henri Gilles dit Bourrillon, garçon de café, qui vivent rue Albouy dans cet arrondissement (act. rue Lucien-Sampaix). Son père est originaire de l’Aveyron et sa mère de la Meuse.

Après avoir probablement fait son service militaire en 1925, devenu bijoutier, René Bourrillon s’installe, avec sa mère, à Joinville-le-Pont (Seine, act. Val-de-Marne). Ils vivent dans le centre-ville, rue de Paris.

En avril 1930, devenu agent immobilier, René Bourrillon épouse à Joinville Yvonne Anne Marie Kerboul, native de Brest. Ils s’installent dans le quartier de Polangis, avenue du Bac (act. avenue Guy-Mocquet).

Sans doute mobilisé pendant la deuxième guerre mondiale, René Bourrillon revient à Joinville après la défaite, où il se voit attribuer une carte alimentaire.

Après le conflit, il milite au parti socialiste SFIO et est candidat lors des élections municipales d’avril 1945 sur la liste d’Union démocratique et résistante. Elle gagne le scrutin avec une moyenne de 61,7% des suffrages exprimés et emporte les 27 sièges à pourvoir qui se répartissent  entre 7 communistes, 6 socialistes, 5 radicaux et 9 indépendants de gauche. Le maire sortant, président de la délégation spéciale mise en place à la Libération, Robert Deloche, est réélu. Le premier adjoint, Léon Berthet, est membre de la SFIO.

En octobre 1947, la SFIO présente sa propre liste, face à celle du maire (soutenue par le parti communiste et les radicaux), aux gaullistes du Rassemblement du peuple français (RPF) et aux démocrates-chrétiens du Mouvement républicain populaire (MRP). Avec 6,5%, des suffrages exprimés, les socialistes n’obtiennent qu’un seul siège qui va à Berthet, le MRP n’en ayant pas tandis que PCF et RPF en ont 13 chacun ; le vote de Berthet permet à Deloche d’être réélu. Le mandat est agité : exclu du parti communiste, Deloche démissionne et est remplacé, en mars 1953, par Amélie Trayaud ; le groupe de droite éclate en deux entités, l’une restant fidèle au RPF, l’autre suivant Georges Defert (Rassemblement des gauches républicaines, centre-gauche) ; Berthet démissionne, de même que son successeur et le suivant de liste.

Lors des élections municipales d’avril 1953, c’est de nouveau Berthet qui conduit la liste SFIO, rejointe par certains radicaux. Elle obtient trois sièges avec 12,3% des suffrages exprimés. Bourrillon, en septième position, n’est pas élu. Les deux listes de droite à six sièges chacune et, avec le soutien des deux élus du MRP, Defert est élu maire par 14 voix sur 27, les communistes ayant dix sièges.

René Bourrillon meurt le 4 août 1960 à Paris (19e arr.). Il était veuf, âgé de 55 ans, père d’une fille et résidait toujours à Joinville avec mère. À son décès, il était représentant immobilier.

Joinville-le-Pont, vers 1960

 

Partager cet article
Repost0
6 septembre 2022 2 06 /09 /septembre /2022 05:01

Suite de la biographie de Charles Chaussée

Tout en poursuivant son mandat d’adjoint au maire, Charles Chaussée devient un polémiste virulent, s’en prenant préférentiellement aux communistes détenant une responsabilité locales, notamment les deux conseillers municipaux Robert Deloche et Paul Rouhaud, ainsi que le député Parsal. Il signe systématiquement ses tribunes en tant que « docteur vétérinaire, adjoint au maire de Joinville, officier de la Légion d’honneur. »

Deux organes de presse locaux accueillent les textes de Chaussée : l’Union régionale à partir de février 1937 et jusqu’en juillet 1939 (35 tribunes), et la Banlieue de Paris à compter d’octobre 1938 avec 7 tribunes de cette date à mars 1939. Il cite souvent, pour les attaquer, des articles de l’hebdomadaire communiste Le Réveil et parfois, pour appuyer ses dires, les journaux Gringoire (nationaliste) ou Je suis partout (extrême-droite, antisémite).

Le thème le plus fréquent est celui des « mensonges communistes » que Chaussée reprend, à dix reprises, dans les titres de ses textes. Autre antienne, l’appel à la démission des élus du PCF ; ainsi, douze articles, entre juin 1938 et août 1939 appellent au départ du député Parsal, souvent avec des textes totalement redondants. Chaussée s’en prend à l’activité politique de Deloche, à ses responsabilités en Afrique du Nord que lui a confiées le parti communiste ; il inclut aussi dans les rubriques locales des deux journaux des entrefilets, non signés, qui s’en prennent à la vie privée des élus communistes. À plusieurs reprises, il demande qu’on les arrête, comme en octobre 1937 ou en décembre 1938.

En juin 1937, Chaussée estime que Robert Deloche a été « promu pour son activité révolutionnaire au Maroc » et qu’il est un agent de « l’Armée rouge de France ». En octobre la même année, il qualifie le même Deloche « d’agent chargé par Staline de fomenter des révoltes en Algérie et au Maroc. En octobre 1938, il dénonce « ses menées révolutionnaires, antifrançaises et anticoloniales » et ses « paroles impudentes contre le maire de Joinville, le conseil municipal, l’armée et ses chefs en particulier en Afrique du Nord ». Il s’en prend en particulier au soutien qu’il aurait apporté, en Tunisie, au parti nationaliste d’Habib Bourguiba, le Néo-Destour.

Dans une tribune de novembre 1938, Chaussée estime que Deloche est un « triste sire au passé trouble » et « au présent suspect ». Faisant référence à un écrit du ministre de l’intérieur, Albert Sarraut (« Le communisme, voilà l’ennemi »), Ch. Chaussée lui intime : « Faites fonctionner votre commission de la hache, à l’exemple d’Hitler. »

Certains articles de Chaussée portent sur d’autres sujets. Ainsi, il défend la retraite en octobre 1937 en critiquant polémiquant « on donne des aides aux réfugiés espagnols pas aux vieux travailleurs ». Il traite de « Natalité et jeunesse » le même mois. Il salue « la victoire des nationaux » lors d’une élection sénatoriale partielle en avril 1938 à Paris.

En octobre 1938, Chaussée est de nouveau désigné comme électeur sénatorial sur la liste de droite. Il signe, en avril 1939, avec tous ses collègues du conseil municipal, y compris les deux communistes, un appel « Aux contribuables joinvillais » dénonçant l’inscription d’office au budget communal d’une garantie communale accordée à un organisme d’habitations à bon marché.

Après la signature du pacte germano-soviétique, Chaussée assure que « la présence d’individus qui sont à la fois des camarades d’Hitler et de Staline est intolérable » dans les assemblées françaises. Les deux élus communistes de Joinville sont déchus de leur mandat en février 1940, comme tous les membres du même parti qui n’ont pas fait connaître leur opposition audit pacte.

Par contre, l’activité des autres membres du conseil municipal – qui aurait dû cesser en mai 1941 – est prolongée. Lesestre reste maire en vertu d’un arrêté ; c’est Chaussée qui présente les « félicitations du conseil municipal » pour son investiture.

En février 1942, un arrêté préfectoral nomme les membres de l’assemblée ; Chaussée est maintenu dans son poste de premier adjoint, de même que Béal et Kirbühler, tandis que Caillon est remplacé par Bautsch. La majorité des élus de 1935 est maintenue.

La municipalité prend l’initiative, en octobre 1943, de créer un  comité d’entraide aux travailleurs en Allemagne et à leurs familles dont Chaussée est vice-président. Les 12 et 13 juillet 1944, alors que les forces alliées ont débarqué en France depuis cinq semaines, Chaussée est toujours un adjoint au maire actif, au côté de Lesestre et Béal, participant à ce titre à la distribution des prix dans les écoles.

Le rôle de Chaussée sous l’occupation fait qu’il est arrêté par le comité local de Libération le 20 août 1944 en même temps que Lesestre, Bautsch, Kirbühler et Béal. Ils sont transférés au camp de Drancy où ils restent six mois. A. Dély, secrétaire du comité d’épuration de Joinville-le-Pont, qui dépend du comité local de Libération, écrit le 13 mars 1945 une lettre à Georges Marrane, président du comité parisien de la Libération, dans laquelle il conteste la fin de leur incarcération qu’il trouve « pour le moins prématurée. »

Charles Chaussée meurt le 10 avril 1967 à Créteil (Seine, act. Val-de-Marne). Il était âgé de 86 ans et père de trois enfants. Il était titulaire de nombreuses décorations : Croix de guerre (1914-1918) avec trois étoiles de bronze, médaille du Maroc avec deux agrafes, médaille coloniale, officier du Nicham-Iftikar (Tunisie) et du Ouissam alaouite (Maroc), chevalier du Mérite agricole, chevalier de la Légion d’honneur depuis juillet 1915 et officier depuis mai 1935.

Fin

La Banlieue de Paris, journal auquel collaborait Chaussée avant-guerre

 

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Polmorésie, blog d’histoire
  • : Histoire politique, économique, culturelle et sociale au travers des acteurs qui ont se sont engagés dans la vie publique.
  • Contact

Recherche

Liens