Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
28 juillet 2016 4 28 /07 /juillet /2016 01:01

Léopold Xavier Sutter naît le 16 avril 1893 à Röschwoog (Alsace allemande, act. Roeschwoog, Bas-Rhin). Il est le fils Joséphine Baechel et de son époux Joseph Aloïse Sutter, hôtelier. Sa famille est catholique.

Malgré sa naissance en territoire germanique, il fait la guerre dans les troupes française, dans le 9e régiment d'infanterie coloniale, basé au Tonkin.

Léopold Sutter épouse en juin 1921 à Montrouge (Seine, act. Hauts-de-Seine) Yvonne Scheyer. Il est représentant de commerce.

En 1934, il vit à Joinville-le-Pont (Seine, act. Val-de-Marne) et prend une part active à la vie de la section socialiste Sfio. Sa maison au 120, avenue du Parc, dans le quartier de Polangis, accueille au moins neuf réunions ou permanences du parti entre février et octobre 1935. Il est candidat aux élections municipales du 14 octobre 1934 à Joinville sur la liste Sfio conduite par Robert Derivière. Les socialistes recueillent au premier tour en moyenne 403 suffrages et se retirent devant les communistes emmenés par Robert Laforest, qui ont obtenu une moyenne de 408 voix. Sutter avait eu 402 votes en sa faveur pour 2 297 exprimés et 3 225 inscrits (17,5%). Après le retrait de la liste radicale et de centre-gauche, ce sont les conservateurs qui l’emportent au second tour.

Lors des élections municipales générales, organisées du 5 mai 1935, Sutter est de nouveau présent sur la liste conduite par Robert Derivière, où il figure en sixième position. La liste socialiste est devancée au premier tour par les conservateurs, les radicaux-socialistes et les communistes, recueillant en moyenne, 352 voix, soit 12,3% des 2 856 suffrages exprimés pour 3 433 inscrits. Les deux listes communiste et socialiste fusionnent au second tour, sous la conduite d’un indépendant, André Blocher. Sutter fait partie de la liste unifiée qui regroupe 10 candidats issus de la Sfio, 16 du Pcf (dont Robert Deloche, maire à la Libération) et André Blocher, secrétaire de l’ARAC (Association républicaine des anciens combattants), qui n’était pas présent au premier tour.

Les conservateurs recueillent en moyenne 1 154 voix pour 2 899 suffrages exprimés soit 39,8%, et ont 25 élus. Les radicaux-socialistes de la municipalité sortante se contentent de 566 voix en moyenne (19,5%) et perdent tous leurs sièges. La liste communiste et socialiste obtient 1 060 voix en moyenne (36,6%) et a 2 élus, membres du Pcf (Robert Deloche et Paul Rouhaud). Sutter est crédité de 980 votes (33,8%).

Léopold Xavier Sutter est décédé le 14 octobre 1947 à Joinville, alors qu’il avait 54 ans.

Partager cet article
Repost0
26 juillet 2016 2 26 /07 /juillet /2016 01:01

Hector Valère Charamon naît le 30 mai 1887 à Izy (act. Bazoches-les-Gallerandes, Loiret). Il est le fils d’Eudoxie Armandine Sergent, 44 ans et de son époux, ouvrier agricole journalier, Jean Pierre Adolphe Charamon, 51 ans.

Il épouse à Corbeil (Seine-et-Oise, act. Essonne) Élisa Cambord en octobre 1911. Hector Charamon travaille comme conducteur de machines de la Ville de Paris et reçoit une médaille d’honneur communale en février 1936.

Charamon se présente sur la liste Sfio pour les élections municipales partielles d’octobre 1934 à Joinville-le-Pont (Seine, act. Val-de-Marne). Les candidats socialistes, conduits par Robert Derivière, recueillent au premier tour (14 octobre) en moyenne 403 suffrages et se retirent devant les communistes emmenés par Robert Laforest, qui ont obtenu une moyenne de 408 voix. Après le retrait de la liste radicale et de centre-gauche, ce sont les conservateurs qui l’emportent au second tour. Charamon avait eu 402 votes en sa faveur pour 2 297 exprimés et 3 225 inscrits.

Lors des élections municipales générales, organisées en mai 1935, Hector Charamon est de nouveau présent sur la liste conduite par Robert Derivière, où il figure en septième position. La liste socialiste est devancée au premier tour (5 mai) par les conservateurs, les radicaux-socialistes et les communistes, recueillant en moyenne, 352 voix, soit 12,3% des 2 856 suffrages exprimés pour 3 433 inscrits. Les deux listes communiste et socialiste fusionnent au second tour, sous la conduite d’un indépendant, André Blocher. Charamon fait partie de la liste unifiée qui regroupe 10 candidats issus de la Sfio, 16 du Pcf (dont Robert Deloche, maire à la Libération) et André Blocher, secrétaire de l’ARAC (Association républicaine des anciens combattants), qui n’était pas présent au premier tour.

Les conservateurs recueillent en moyenne 1 154 voix pour 2 899 suffrages exprimés soit 39,8%, et ont 25 élus. Les radicaux-socialistes de la municipalité sortante se contentent de 566 voix en moyenne (19,5%) et perdent tous leurs sièges. La liste communiste et socialiste obtient 1 060 voix en moyenne (36,6%) et a 2 élus, membres du Pcf (Robert Deloche et Paul Rouhaud). Charamon arrive en avant-dernière position avec 978 votes (33,8%).

Hector Valère Charamon est placé en retraite en août 1937. Il décède à Deauville (Calvados) le 28 avril 1966, à l’âge de 78 ans.

Partager cet article
Repost0
13 octobre 2012 6 13 /10 /octobre /2012 00:01

Pierre Allaire (1894-1960) fut instituteur et élu socialiste à Joinville-le-Pont.

Il est en poste de 1919 à 1947 à l'école de garçons Jules Ferry (actuel collège), avenue Bizet à Joinville-le-Pont (Val de Marne). Elle venait d’être construit sur l'emplacement d'une partie de l'usine de traitement de films des frères Lumière et de Joseph Jougla. Selon l’historien de Joinville, Michel Riousset, Pierre Allaire était le « maître le plus éminent » de l’école.

Le groupe scolaire est inauguré le 19 novembre 1938 par le ministre de l'éducation du gouvernement du Front populaire, le radical-socialiste Jean Zay, assassiné par des miliciens pendant la guerre.

Le futur enseignant était né le 30 octobre 1894 dans le cinquième arrondissement à Paris, son père étant agent d'affaires et sa mère professeur de piano. Il épouse à Joinville-le-Pont deux sœurs : la première, Jeanne Méresse, pendant la première guerre mondiale, le 25 février 1918, alors qu’il est mobilisé comme soldat. Il sera décoré pour son comportement pendant la guerre. Il se marie quatre ans plus tard avec Marthe Méresse, le 26 septembre 1922.

Pierre Allaire commence une activité politique publique après avoir quitté ses fonctions de maître d’école. Il se présente, en seconde position, sur la liste socialiste SFIO conduite par Léon Berthet, industriel et mécanicien, premier adjoint de 1945 à 1950.

La liste socialiste n’obtient qu’un seul siège face à celle des gaullistes du RPF qui en a 13, à égalité avec celle des communistes et des radicaux, conduits par Robert Deloche. Léon Berthet choisira d’appuyer la liste de gauche, Deloche (Pcf) redevient maire et Berthet reste adjoint. Mais il démissionne de son mandat d'adjoint suite à des désaccords politiques en octobre 1950 puis quitte le conseil municipal fin octobre 1951. La guerre froide a accentué les divisions entre les différentes formations de la gauche.

C’est Pierre Allaire qui le remplace, le 14 novembre 1951. Il n’exerce cependant ses fonctions électives que très brièvement car, il démissionne le 19 janvier 1952 en raison de son état de santé, selon le Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier français de Jean Maitron. Il sera remplacé par Victor Hochet.

Pierre Allaire meurt à Paris le 11 avril 1960. Enterré au cimetière de Joinville, sa tombe est gravée des décorations qu’il a obtenues lors de la guerre de 1914-1918.

L'ancienne avenue des Lilas, dans le quartier de Polangis, à Joinville-le-Pont est rebaptisée et devient « avenue Pierre Allaire. »

Partager cet article
Repost0
28 juillet 2012 6 28 /07 /juillet /2012 00:07

Émile Lebègue (1861-1932), fut graveur sur acier, militant socialiste et conseiller municipal socialiste de Joinville-le-Pont puis adhérent communiste.

Émile Charles naît à Paris (12e) le 9 juillet 1861. Il est l’aîné des onze enfants de Gervais Lebègue (1835-1913) et de Marie Barré (née en 1842). Son père, fabricant d’encriers, connaîtra une vie professionnelle difficile, puisqu’il subira deux faillites.

Lebègue se marie le 27 janvier 1887, à Montbéliard (Doubs) avec Louise Ferciot (1867-1949), dont il aura huit enfants. Il vit alors à Montrouge (Hauts de Seine) puis s’installe à Saint Maur des Fossés (Val de Marne). Entre 1896 et 1899, il est domicilié à Amiens (Somme). Il travaille toujours comme graveur sur acier.

Il revient à Joinville-le-Pont (Val de Marne) vers 1900 et est employé par Murat et Cie. Il est membre, dès sa fondation en 1905, du parti socialiste SFIO. Lebègue assure la fonction de secrétaire de l’Union des sections de la deuxième circonscription de l’arrondissement de Sceaux (alors dans le département de la Seine) en 1907, qui regroupe une grande partie de l’actuel département du Val de Marne. En 1913, il siège toujours dans le bureau de cette organisation. Il signe de nombreux articles dans l’hebdomadaire local, Le Réveil socialiste, relancé en 1906. Dans un éditorial, il souhaite que ce journal jette « dans les milieux les plus sombres, la pure clarté du socialisme » (20/01/1906).

En janvier 1907 il se retrouve dans une « situation pénible » qui justifie que, en mars, Henri Lacroix, secrétaire du groupe SFIO de Joinville, lance une souscription en sa faveur dans L’Humanité.

En 1911, Lebègue est élu conseiller municipal de Joinville-le-Pont au cours d’un scrutin partiel organisé après la démission de six membres de l’assemblée communale. Il est réélu lors des élections municipales de 1912, cette fois en compagnie de six autres membres de la SFIO, dont Henri Lacroix avec lequel il entretient des relations étroites. Le maire est Achille Ernest Mermet, radical. La commune a organisé au second tour des élections municipales « un essai de proportionnelle », avec une liste unique basée sur les résultats du premier tour. Le conseil est composé de 7 socialistes, 10 radicaux dissidents et 6 libéraux.

Lebègue était trop âgé pour être mobilisé pendant la 1ère guerre mondiale ; par contre, son fils aîné, Marius, employé de commerce, chasseur au 27e Bataillon de chasseurs alpins, meurt victime d’un obus dans les tranchées de la Royère, à Ostel (Aisne) en août 1917.

En décembre 1920, Lebègue, comme l’ensemble de la section SFIO de Joinville, rejoint le nouveau parti communiste. En 1921, il est membre du bureau en charge des Fêtes populaires de Joinville-le-Pont, organisées par les communistes.

Émile Lebègue meurt le 11 juillet 1932 à Paris (16e).

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Polmorésie, blog d’histoire
  • : Histoire politique, économique, culturelle et sociale au travers des acteurs qui ont se sont engagés dans la vie publique.
  • Contact

Recherche

Liens