Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
3 octobre 2020 6 03 /10 /octobre /2020 00:01

Suite de la biographie de Marius Ceretti

Après une dizaine d’années avec le parti socialiste maintenu, Marius Ceretti va cependant s’en éloigner à l’occasion des élections municipales de mai 1935. Il décide de se présenter sur la liste des Gauches républicaines à Joinville-le-Pont.

Le parti socialiste SFIO faisait partie en 1929 du groupement des gauches républicaines qui avait obtenu 22 élus sur 27. Mais il s’en était séparé, dès les élections municipales partielles d’octobre 1934. Sur les quatre élus socialistes de 1929, deux avaient démissionné ; le représentant de commerce François Galabert s’était vivement opposé à la municipalité et le représentant de commerce Marcel Couillard semble avoir eu des raisons plus personnelles. L’adjoint au maire, Georges Roger était resté fidèle à Georges Briolay et l’ébéniste Armand Bureau figuraient de nouveau sur sa liste, en tant que socialistes indépendants, en mai 1935. Marius Ceretti les rejoint avec la même étiquette, en se présentant comme entrepreneur. Il indique résider avenue du Bac, dans le quartier de Polangis, depuis huit ans. Sa mère a été recensée à cet endroit en 1931, mais ça n’a pas été le cas de Marius Ceretti.

Une liste socialiste SFIO était présente en 1934 avec 405 voix en moyenne (17,6%). Robert Derivière conduit de nouveau une liste en mai 1935, qui recueille 12,3% des suffrages exprimés.

Pierre Ceretti, frère et associé de Marius

La liste de la majorité sortante mettait en avant, au titre de son bilan, d’importants travaux d’amélioration et d’embellissement. Elle concédait avoir dû augmenter les impôts locaux, mais expliquait que c’était dû aux charges imposées à la commune (incendie, chômage) et à une moins-value sur les recettes. Elle propose un programme axé sur l’amélioration de la vicinalité et celle des transports, la création de squares ainsi que l’installation d’un éclairage public. Défendant le maintien des allocations versées, elle préconise la création d’un fonds national de chômage et le lancement de grands travaux d’outillage national qui pourraient se traduire sur place par l’élargissement du pont de Joinville et la suppression du passage à niveau. Enfin, la liste veut créer un nouveau groupe scolaire à Polangis et une salle des fêtes à la mairie. Elle préconise aussi des cours de natation et d’aviron gratuits pour les enfants.

Au premier tour, la liste du Groupement des gauches est distancée avec 765 voix en moyenne soit 26,8% des 2 856 suffrages exprimés sur 2 923 votants et 3 433 inscrits. L’Union des républicains arrive en tête, avec une moyenne de 32,6% tandis que les communistes ont 23,5% et les socialistes SFIO 12,3%. Avec 723 votes, Ceretti est crédité de 25,3%.

Lors du second tour, le 12 mai 1935, les listes communistes et socialistes fusionnent tandis que les deux autres se maintiennent. Le Groupement des gauches a perdu une partie de son électorat, qui se reporte sur la liste de droite, laquelle arrive de peu en tête avec une moyenne de 1 160 suffrages exprimés (41% et 25 élus) sur 2 899 pour 2 924 votants. L’union communiste-socialiste se place seconde, avec 1 100 votes (39% et 2 élus). Recueillant 566 voix en moyenne, le Groupement des gauches se contente de 20% et n’a pas d’élu. Ceretti a reçu 522 suffrages (18%).

Reprenant une activité politique dans la commune de Saint-Maurice, Ceretti est en avril 1937 secrétaire de l’Union socialiste et républicaine (USR) pour le canton de Charenton, qui couvre également les communes Saint-Maurice, Maisons-Alfort et Alfortville. le bureau du groupe est présidé par François Gingeaud. L’USR avait été créée en 1935 par le regroupement de trois partis situés à l'aile droite de la SFIO, le parti socialiste français (PSF), le parti socialiste de France-Union Jean Jaurès (PSdF), et le parti républicain-socialiste (PRS). Lors du renouvellement du bureau de l’USR en décembre 1938, Ceretti est remplacé au secrétariat par un autre saint-mauricien, Marcel Mauvisseau.

L’identification de Ceretti à Marius Ceretti pour l’ensemble des activités publiques n’est pas absolument certaine. Cependant, les mentions de son adresse personnelle en 1924, de son initiale en 1932 et de son prénom complet en 1935 s’ajoutent au fait que son frère Pierre François, seul autre Ceretti identifié pendant l’entre deux-guerres à Joinville et Saint-Maurice et avec lequel il est associé, conserve la nationalité italienne jusqu’en 1946, ce qui rend difficile de supposer qu’il ait eu une intervention politique.

Dix ans après le décès, en janvier 1970 de sa première épouse, Marius Ceretti s’est remarié en mars 1980 à Saint-Maurice avec Simonne Louise Hutet.

Jacques Marius Ceretti meurt le 31 décembre 1995 à Saint-Maur-des-Fossés. Il était âgé de 95 ans et avait eu une fille avec sa première épouse.

L’entreprise de tôlerie et chauffage Ceretti frères existe toujours en 2019. Elle est installée à Boissy-Saint-Léger (Val-de-Marne).

Fin

L'entreprise Ceretti en 2019 à Boissy-Saint-Léger

 

Partager cet article
Repost0
20 juillet 2020 1 20 /07 /juillet /2020 00:01

Alain Raymond Nègre naît le 5 septembre 1937 à Champigny-sur-Marne, rue Charles-Infroit, dans le quartier de Polangis qui est partagé avec la commune de Joinville-le-Pont (Seine, act. Val-de-Marne). Il est le fils Raymond Nègre, décorateur de cinéma aux studios Pathé de Joinville et, probablement, de son épouse Marie Louise Bergasa y Gallardo.

Il fait des études d’arts appliqués à l’école Boulle Paris (12e arr.) puis à l’Institut des hautes études cinématographiques (act. FEMIS, Paris). Il effectue son service militaire au fort d'Ivry, qui héberge le service cinématographique des armées.

Alain Nègre, fils de Raymond Nègre, entre à la Radiodiffusion-télévision française (RTF) comme assistant décorateur en mars 1960.

En juillet 1969, Alain Nègre a été nommé décorateur-chef à l’Office de radiodiffusion-télévision française (ORTF) puis, après l’éclatement de cette structure publique, il entre en mars 1975 au Centre national du cinéma (CNC). Il collabore à environ 200 films et émissions de télévision, notamment avec Claude Barma, Marcel Cravenne ou Claude Santelli. Dans le courant des années 1980, sa spécialisation dans les scènes de trucage ou d'effets spéciaux le distingue sur le plan technique.

En 1983, Alain Nègre a été récompensé d’un César du meilleur décor pour le film Le retour de Martin Guerre de Daniel Vigne avec Gérard Depardieu et Nathalie Baye. Il collabore au téléfilm de Pierre Cardinal, Le Dialogues des carmélites (1984), récompensé du prix Albert Ollivier. Enfin, L'odeur de la papaye verte réalisé par Tran Anh Hung et tourné à Bry-sur-Marne (Val-de-Marne) est récompensé par une Caméra d'or au festival de cinéma de Cannes en mai 1993.

Alain Nègre reçoit son César en 1983

Ayant pris sa retraite en 1994, Alain Nègre réside à Joinville-le-Pont. Il dépose, en 2008, le fonds d’archives de son père, Raymond Nègre, au département des Arts du spectacle de la Bibliothèque nationale de France (BNF). Sa sœur, Osanne Nègre (1934-2020), artiste peintre et graveuse, a également été costumière et réalisatrice de décors pour des spectacles ou la télévision.

 

Partager cet article
Repost0
21 juin 2020 7 21 /06 /juin /2020 00:01

Yves Marie Le Page naît le 25 janvier 1844 à Brest (Finistère). Il est le fils de Marie Félicité Le Page, lingère, et de Pierre Ovide Bonheur, fusilier au 1er régiment d’infanterie marine. Ses parents ne sont pas mariés, mais ils procèdent à sa reconnaissance en novembre 1844 à Brest. Ensuite, Yves Marie utilisera le patronyme de Bonheur. Il vit avec sa mère à Landerneau (Finistère).

Il sert pendant plusieurs années, au moins entre 1867 et 1870, dans la marine de guerre, comme matelot chef de pièce dans l’artillerie de marine en 1867. Il est sur le bateau Le Jura en 1868. Devenu quartier-maître, il embarque sur le Rochambeau, cuirassé à coque en fer, construit à New-York, qui, avec 115 mètres, est le plus long navire jamais construit en bois. Enfin, il est second maître sur la frégate Thémis en 1870. En 1902, au moins six sommes qui lui étaient dues par la marine au titre de son activité militaire étaient non réclamées.

Le premier mariage de Bonheur a lieu en novembre 1867 à Landerneau (Finistère) pendant son service militaire à Landerneau. Il épouse Anne Marie Perrine Piton. Elle meurt l’année suivante, juste après avoir donné naissance à un fils, qui décède lui-même à 11 ans, toujours à Landerneau où il vivait chez sa grand-mère maternelle.

Sans doute sur les conseils de son oncle Louis Benoit Bonheur, garde-cimetière au Père-Lachaise, Yves Marie Bonheur vient à Paris après la guerre franco-prussienne et se fait embaucher également dans l’administration parisienne des cimetières. Il continuera d’exercer cette fonction jusqu’en juillet 1890. Il vit dans le 20e arrondissement, rue du Repos, (adjacente au cimetière du Père-Lachaise) puis en 1875 à Choisy-le-Roi (Seine, act. Val-de-Marne), route de Choisy (qui dessert le cimetière parisien de cette ville). Il épouse en juillet  1875 à Joinville-le-Pont (Seine, act. Val-de-Marne) Léonie Catherine Thime, fille d’un cordonnier, libre-penseur et militant radical-socialiste, Eugin Thime (1830-1904). Ils vivent de nouveau rue du Repos.

Après sa retraite, Yves Marie Bonheur devient employé d’octroi en 1892 à Joinville-le-Pont. Il vit route de Brie (act. avenue Galliéni) dans le quartier de Polangis. Il a eu sept enfants avec sa seconde épouse.

Yves Marie Bonheur meurt le 8 janvier 1893 à Joinville. Il était âgé de 48 ans. La très longue nécrologie que lui consacre l’hebdomadaire radical-socialiste Voix des communes constitue, outre l’état-civil ou les données sur son activité militaire et professionnelle, la principale source d’information sur les engagements publics de Bonheur.

La notice est incluse dans la rubrique régulière intitulée Bulletin maçonnique et de libre-pensée, rédigée par Henry Vaudémont. Les obsèques de Bonheur, dont le lieu n’est pas précisé, eurent probablement lieu à Joinville. Elles furent organisées « suivant ses principes et en dehors de toute pompe mystique, d’une façon purement laïque ».

Henry Vaudémont, président du groupe La Raison du canton de Charenton, conseiller municipal de Joinville-le-Pont, a retracé la vie de cet « humble et digne », citant Proudhon : « Dieu, c’est le mal. »

Émile Pasquier, secrétaire-général de la Fédération française de la Libre-Pensée ainsi que de l'Union des républicains radicaux socialistes de Sceaux, a fait une allocution en tant que secrétaire du député Jules Ferdinand Baulard, radical-socialiste, « Bonheur, ce travailleur modeste, ce libre-penseur convaincu, avait su de bonne heure se débarrasser de tous ces vieux préjugés qui sont la négation de la dignité humaine. »

Brisson-Joly, ancien conseiller général de la Seine et animateur de la Fédération française de la libre-pensée a formulé des considérations qui « n’ont certes pas été du goût de tout le monde. Mais nul n’a eu la goujaterie de désapprouver bruyamment ». Vaudémont remarque que « C’est un grand, un immense progrès au point de vue moral. La tolérance s’acclimate décidément chez nous. Et les gens qui, au nom de leur liberté, réclament le droit de croire en dieu, commencent à nous reconnaître, à nous, le droit de ne pas y croire. »

Le cuirassé Rochambeau

 

Partager cet article
Repost0
15 juin 2020 1 15 /06 /juin /2020 00:01

Suite de la biographie de Jacques Hollande

Après la fin de la Mission de Paris, le chanoine Jacques Hollande redevient curé de l’église de la Sainte-Trinité (Paris, 9e arr.) en novembre 1957. Lors de son installation par le cardinal Maurice Feltin le ministre de la justice Robert Lecourt est présent et l’orgue est tenu par le compositeur Olivier Messiaen.

Il sera le porte-parole du clergé parisien lors des travaux préparatoires au concile Vatican II en 1964. Après le concile, en 1965, les prêtres-ouvriers sont à nouveau autorisés.

En 1958, Hollande participe à une cérémonie du cinquantenaire de la paroisse de Sainte-Anne de Polangis, à Joinville-le-Pont, dont il avait été le curé pendant la deuxième guerre mondiale. Il avait gardé un lien avec cette paroisse, et c’est lui qui, en octobre 1953, avait installé le père Jean Lamour qui remplaçait l’abbé Bauller, lui-même successeur de Hollande.

En novembre 1953, le chanoine Hollande était le seul ecclésiastique figurant sur une liste de 50 personnes représentant « l’élément dynamique de la nation », selon l’hebdomadaire L’Express. Il figurait en compagnie du général de Gaulle, des sportifs Émile Allais et Maurice Herzog, du couturier Christian Dior, du comédien Jean-Louis Barrault, des éditeurs Gallimard et Julliard, du publicitaire Bleustein-Blanchet, de l’industriel Marcel Dassault et de deux femmes, dont l’écrivaine Simone de Beauvoir.

Les descendants d’Henri Dubois-Fournier organisaient des rencontres régulières et publiaient, dans les années 1950, un bulletin régulier, La Cordée du Patriarche. Jacques Hollande y participe régulièrement, assurant en juin 1956 « (…) Il y a un sens de l’autorité à maintenir dans la famille (…) La soumission loyale aux directives du Saint-Siège fait partie du trésor moral dont nous avons hérité. (…) Le sacrifice commence, écrivait le Patriarche [Dubois-Fournier] par « la grande loi du travail qui est celle de Dieu, celle de la nature. »

Il exerçait toujours son ministère paroissial en 1970.

Dans les nombreuses conférences et prêches qu’il avait donnés, l’abbé Hollande voulait mieux faire connaître le monde du travail au sein de l’église catholique. Devant les congrégations hospitalières et charitables, en juin 1948, il soutient « qu’un travail inhumain, à un rythme accéléré, appelle des loisirs violents et que si ce travail était plus humain, les loisirs populaires le seraient aussi ; car au fond, le régime économique actuel abrutit, animalise et tue l’esprit… » En octobre la même année, il veut ouvrir des perspectives « vers un monde nouveau » devant les Filles de Saint-François de Sales missionnaires. Pend l’avent 1949, il disserte sur « les pauvres jugent l’histoire ».

Le chanoine Jacques Hollande décède le 28 décembre 1991 à Paris (14e arr.). Il était âgé de 90 ans.

Fin

La Mission de Paris en janvier 1944 à Lisieux

 

Partager cet article
Repost0
13 juin 2020 6 13 /06 /juin /2020 00:01

Suite de la biographie de Jacques Hollande

La Mission de Paris, dont Jacques Hollande va être le supérieur pendant 14 ans, est issue des réflexions du cardinal Emmanuel Suhard, archevêque de Paris, après sa lecture du livre de deux prêtres, Henri Godin et Yves Daniel,  La France, pays de mission ? (L’Abeille, Paris, 1943, rééd. 1962, 2014). Il fonde la Mission de France en juillet 1941 et l’installe à Lisieux ; elle implante des communautés dans les zones rurales. Le cardinal Emmanuel Suhard considère qu’« un mur sépare le monde ouvrier de l'Église, ce mur il faut l'abattre ». C’est ce qui le conduit, en juillet 1943, à décider de fonder la Mission de Paris. Selon l’historien Guillaume Cuchet, son objectif est « d’insérer un christianisme ‘très pur’ dans la culture ouvrière pour la ‘surélever’ et inciter la communauté chrétienne à purifier son propre christianisme. »

Après avoir sollicité six prêtres, qui n’acceptent pas, le cardinal Suhard nomme en novembre 1943 Jacques Hollande supérieur de la Mission de Paris. Quittant sa paroisse de Sainte-Anne de Polangis à Joinville-le-Pont, il prend son poste en janvier 1944, en compagnie de six autres prêtres. Il confiera au professeur Luc Perrin, de l'Université de Strasbourg « un peu gêné et quasi en confidence, qu'il était apparenté aux princes Murat, noblesse d'Empire certes mais fort loin du prolétariat. »

La Mission de Paris sera la matrice de la naissance des prêtres-ouvriers. L’abbé Hollande va, en décembre 1946, chercher l’appui du pape Pie XII qui l’assure « d’une paternelle compréhension ». Un de ses collaborateurs immédiats précise : « devant un tel enjeu, il faut oser courir certains risques afin de n’avoir pas à se reprocher de ne pas avoir tout fait pour le salut du monde ! »

En 1947, avec l’autorisation du pape, des ecclésiastiques décident d’aller travailler en usine ou sur des chantiers. Beaucoup d’entre eux s’engagent dans l’action sociale, devenant même parfois responsables de syndicats Cgt. L’engagement militant dans le Mouvement de la paix et les organisations proches des communistes va engendrer des tensions de plus en plus fortes, tant avec les autorités française qu’au sein de l’église catholique. En janvier 1954, le pape mettra fin provisoirement à l’expérience, provoquant de douloureux troubles parmi ceux qui exerçaient cette fonction.

Beaucoup d’entre refuseront de redevenir des prêtres ordinaires, et Jacques Hollande, qui n’était pas lui-même prêtre ouvrier, les défendra en restant à son poste à la tête de la Mission de Paris. Ils sont qualifiés d’« insoumis » au sein de l’église catholique. Élevé à la dignité de chanoine en 1948, Hollande fait partie des chrétiens qui s’opposent à la bombe atomique en 1949 autour de l’appel de Stockholm.

À suivre

Jacques Hollande, janvier 1944

 

Partager cet article
Repost0
11 juin 2020 4 11 /06 /juin /2020 00:01

Suite de la biographie de Jacques Hollande

Le premier poste paroissial l’abbé Hollande est celui de vicaire de Saint-Joseph-des-Épinettes, dans le 17e arrondissement de Paris. C’est sans doute à ce moment qu’il devient aumônier de la Jeunesse ouvrière chrétienne (JOC).

Du fait de ses liens familiaux et d’amitié, il est amené à célébrer plusieurs mariages mondains, comme celui en novembre 1931 de son frère cadet, Jean Hollande avec Jacqueline de Lesparda, également descendante, comme leur mère, de la noblesse d’empire.

Toujours vicaire, il rejoint Sainte-Jeanne d’Arc de Levallois-Perret (Seine, act. Hauts-de-Seine) en juin 1934. Il semble sensible aux thèmes politiques conservateurs, puisqu’il participe, en février 1936, dans le quotidien L’Écho de Paris, à une « souscription nationale pour l’organisation et la propagande politique. »

Au cours de la deuxième guerre mondiale, l’abbé Hollande est rappelé en août 1939 et affecté au 153e régiment d’artillerie à pied. Il est hospitalisé l’hôpital Legouest de Metz en novembre puis envoyé en convalescence. En mars 1940, il est rayé des cadres.

C’est sans doute vers ce moment qu’il est nommé premier vicaire de la paroisse parisienne de Notre-Dame-de-Lorette (9e arr.).

Après le décès en fonction du père Lucien Lachambre (1899-1942), Hollande devient en juillet 1942 curé de Sainte-Anne de Polangis à Joinville-le-Pont. La paroisse est à cheval sur les communes de Champigny et Joinville, où elle dessert également le quartier de Palissy. Il rencontre probablement deux figures des mouvements d’action catholique, Henri Melchior militant à la JOC et futur dirigeant du Secours catholique, qui vit alors à Joinville ou Paul Bacon, premier secrétaire général de la JOC, qui sera résistant, député et ministre, et qui réside dans la commune voisine de Saint-Maur-des-Fossés.

L’abbé Hollande quitta rapidement ce premier poste de responsable paroissial car, en janvier 1944, le cardinal Suhard, archevêque de Paris l’appelle à rejoindre la Mission de Paris qu’il vient de créer et le nomme supérieur de cette institution hors-normes en mars la même année.

À suivre

Jacques Hollande en 1944

 

Partager cet article
Repost0
29 mai 2020 5 29 /05 /mai /2020 00:01

Suite de la biographie de Georges Scornet

Parallèlement à ses activités politiques, Georges Scornet est très impliqué dans la vie associative locale. Il est ainsi un de ceux qui soutiennent, en 1920, la fusion du Groupement amical des industriels, commerçants et des habitants de Palissy-Polangis avec l’Union des commerçants de Joinville. Il est un membre actif de la caisse des écoles communale.

À partir de 1933, il est vice-président de la Société de secours mutuels des sapeurs-pompiers de Joinville et représente les mutuelles dans la commission cantonale pour l’assistance aux vieillards.

C’est toujours Georges Scornet qui prend, en décembre 1922, l’initiative de reconstituer l’amicale des Bretons dissoute pendant la guerre et en est vice-président. Il est aussi président d’honneur de la « commune libre de Polangis », son quartier, structure chargée d’organiser une fête annuelle. Il siège encore, en 1924 dans la commission des fêtes de l’Union amicale de Joinville Champigny.

L’essentiel de la présence de Scornet dans la vie locale concerne le domaine sportif.

Ainsi, il est en décembre 1919, administrateur de l’USJ. Il devient en mai 1923 président du Cercle Athlétique de Joinville (CAJ, basket et natation) et commence son mandat en polémiquant avec le maire sur l’organisation des épreuves de natation pendant les fêtes communales, se plaignant que son club doive se contenter de participer à la retraite aux flambeaux et aux fêtes vénitiennes. En juillet 1925, Scornet, préside au côté du maire à l’inauguration du plongeoir et de la baignade en Marne du CAJ. Le plongeoir permet en septembre 1929 un spectaculaire triple saut groupé. Le club organise une compétition classique, la traversée de Joinville à la nage, qui en est à sa 23e édition en 1932 avec 77 nageurs et 8 nageuses.

Après le décès de Scornet, deux challenges à son nom seront créés.

Le challenge Scornet en basket est mis en jeu dans une compétition à Joinville pour la première fois en mars 1936. Il est renouvelé en 1937 et 1938 et se tient à Champigny-sur-Marne pour sa quatrième édition en 1939 à la Maison des Syndicats. Il s’assure la participation des meilleures équipes parisiennes de basket-ball de la Région Parisienne FSGT, la fédération corporatiste. La guerre n’interrompt pas la compétition, puisque la septième édition a lieu en avril 1942.

Le challenge Scornet en natation est organisé au cours du championnat de Paris, d’abord en août 1936. Il consiste en une course par équipe, jugée sur le classement de cinq nageurs dans la traversée de Joinville, partie du championnat de Paris de la FSGT. La dernière édition semble avoir eu lieu en août 1939.

Georges Auguste Scornet meurt le 30 novembre 1934 à Joinville . Il était âgé de 56 ans. Sans qu’il soit possible de faire un lien, on remarquera que sa fille aînée, Jeanne Scornet, décède trois semaines avant, à l’âge de 33 ans.

Le conseil municipal rend hommage à Scornet le 18 décembre et le maire le fera encore à la fin de son mandat, en avril 1935. La nouvelle municipalité élue en mai ira également déposer une gerbe sur sa tombe au cimetière de Joinville.

De nombreuses décorations avaient été accordées à Scornet : la Croix de guerre avec étoile de bronze ; les Palmes académiques comme officier d’académie en février 1929 et officier de l’instruction publique en février 1935 ; la médaille d’honneur de l’éducation physique en janvier 1932 ; deux mentions honorables pour services rendus à la mutualité en février et novembre 1934 ainsi qu’une médaille de bronze en février la même année.

Fin

Triple saut sur le plongeoir du CAJ sur la Marne à Joinville en 1929

 

Partager cet article
Repost0
27 mai 2020 3 27 /05 /mai /2020 00:01

Suite de la biographie de Georges Scornet

Éloigné de la vie politique communale de Joinville-le-Pont, Scornet, comme plusieurs autres des élus de 1912, a pris ses distances avec la SFIO. Lors des élections municipales de novembre 1919, seuls Georges Laruelle et Henri Lacroix se représentent avec l’étiquette du parti socialiste tandis que Julien Périn, avec le qualificatif de socialiste indépendant, figure sur la liste d’Henri Vel-Durand, qui regroupe des radicaux dissidents et les radicaux-socialistes officiels. C’est la révocation par le préfet de ce dernier, en conflit avec le maire, qui fait sortir Scornet de sa réserve. Il envoie au nom d’un « groupe nombreux d’habitants » un courrier, en juin 1923, à l’hebdomadaire Gazette de l’Est pour défendre l’ancien premier adjoint « sympathique et dévoué ». Il assure qu’on pouvait « à toute heure du jour ou de la nuit » aller tirer sur le cordon de sa sonnette.

Peut-être Scornet, qui exploite dorénavant un magasin de vins, est-il candidat lors des élections municipales de mai 1925, qui voient le maire sortant l’emporter contre les communistes et ses anciens alliés radicaux-socialistes, qui ont fait alliance avec la SFIO maintenue et des socialistes indépendants dans une déclinaison locale du cartel des gauches.

Il figure sur la liste constituée par cette alliance lors du scrutin partiel de septembre et octobre 1928, convoqué pour compléter le conseil municipal suite au décès de Vel-Durand.

La liste est conduite par Georges Briolay (radical-socialiste) avec Scornet (socialiste indépendant) et Georges Roger (SFIO). Elle emporte au second tour les trois sièges devant la droite de l’Union nationale et les communistes. Scornet fait le meilleur score, avec 813 voix sur 1 667 suffrages exprimés (48,8%) pour 1 677 votants et 2 995 inscrits. La majorité municipale élit Stephen Durande comme successeur de Vel-Durand.

Lors des élections municipales générales de mai 1929, les trois mêmes listes se retrouvent. La Concentration des gauches (radicaux-socialistes, SFIO et socialistes indépendants) arrive de nouveau en tête devant l’Union nationale de Durande et le Bloc ouvrier et paysan de Bénenson (communiste). Scornet recueille à nouveau le plus haut soutien au sein du groupement des gauches. Au premier tout, il a 916 voix sur 2 126 suffrages exprimés (43,1%) pour 2 969 inscrits. Les gauches remportent au second tour 22 des 27 sièges à pourvoir, la droite prenant les cinq restants ; Durande est battu. Briolay devient maire, Roger et Scornet sont adjoints.

En novembre 1933, en l’absence du maire, c’est Scornet qui préside une séance du conseil municipal, marquée par un violent incident provoqué par un élu SFIO de 1929, François Galabert. L’hebdomadaire radical Voix des communes raconte : « Particulièrement pénible. Galabert, venu avec l’idée de faire de l’obstruction et de provoquer un scandale fut le héros de la soirée. Surexcité, violence de langage, débauche d’injures, geste inconsidérés ». Scornet décide une suspension de séance, pendant laquelle le tumulte continue, avec des chaises déplacées et des tables précipitées à terre. On va chercher Briolay, qui tente de reprendre le contrôle des débats et finit, après une nouvelle suspension par faire appel à la police qui expulse Galabert manu militari, lequel est « emporté au poste pour calmer sa colère furieuse ». Le journal est surpris car l’ordre du jour ne comportait que des régularisations administratives « qui ne pouvaient en aucune façon laisser présager un tel déferlement de violence. »

Lors du conseil suivant, en décembre 1933, Galabert présente, selon Voix des communes, des « excuses partielles », mais il reçoit un blâme du conseil. Le même provoque de nouveaux incidents lors d’une séance en mars 1934, s’élevant contre ce qu’il appelle le « travail forcé imposé aux chômeurs par une municipalité tyrannique », ce qui provoque un charivari et encore une suspension de séance puis un blâme à son encontre. Il y avait beaucoup de spectateurs affiliés au parti communiste pour soutenir Galabert. Scornet reçoit, suite à la séance, une délégation de chômeurs. Suite à plusieurs décès et démissions, des élections municipales en octobre 1934 réduisent encore la majorité soutenant la municipalité du groupement des gauches, dont la SFIO s’est retirée.

À suivre

Scornet en 1934

 

Partager cet article
Repost0
25 mai 2020 1 25 /05 /mai /2020 00:01

Début de la biographie de Georges Scornet

Georges Auguste Scornet naît le 31 août 1878 à Landerneau (Finistère). Il est le fils d’Yvonne Marie Croson et de son époux François Marie Scornet, sabotier.

En 1896, alors que ses parents habitent à Bréhal (Manche), Georges Scornet est employé de commerce à Bégard (Côtes-du-Nord, act. Côtes-d’Armor). Il devance son service militaire et s’engage pour quatre ans à Guingamp en novembre. Il est affecté au 24e régiment de dragons, basé à Dinan. Scornet quitte l’armée en 1900 avec le grade de maréchal des logis. Dans la réserve, il est promu adjudant en mars 1902.

Georges Scornet épouse à Dinan en juin 1900, Émilie Augustine Marie Rose Hervé, fille d’une commerçante. Reprenant une activité de représentant de commerce en vins, il est embauché par M. Gault en août 1900. Apprécié par son patron, il détourne en 1904 et 1905 une partie des sommes qu’il aurait dû remettre à son employeur. Arguant qu’il avait besoin de plus des moyens pour ses tournées, il reconnaît avoir gardé 19 000 francs, à comparer avec son salaire annuel de 1 800 francs (hors commissions). Ayant commencé à rembourser, il est condamné le 21 décembre 1905 par le tribunal correctionnel de Dinan à un an de prison avec sursis et 50 francs d’amende. En conséquence, il est également démis de son grade militaire.

La famille Scornet, dans laquelle deux filles sont nées, quitte la Bretagne pour s’installer en région parisienne à Joinville-le-Pont (Seine, act. Val-de-Marne). En 1911, elle est installée route de Brie (act. av. Galliéni, dans le quartier de Polangis). Georges Scornet est représentant aux Galeries réunies à Paris et son épouse, Émilie Scornet, est employée dans les usines cinématographiques Pathé, situées dans le même quartier à Joinville.

L’engagement en politique de Georges Scornet est attesté à partir de 1910. Il est membre de la section de Joinville du parti socialiste SFIO. Il signe, en compagnie du secrétaire de la section, Émile Lebègue, un appel avec des libéraux et des conservateurs à une réunion fin juin 1910 pour dénoncer « l’incurie municipale », incapable selon eux de refaire une voie de la commune, le chemin de Brétigny, en mauvais état du fait du passage de charriots depuis le port sur la Marne. Cette affaire est l’un des moyens utilisé pour combattre la longue domination des radicaux-socialistes sur la vie politique locale au moment où le maire Eugène Voisin est vieux et malade et n’entend pas se représenter.

En avril 1912, Scornet présente sa candidature pour figurer sur une liste socialiste pour les élections municipales du mois suivant ; ce sera la première fois qu’une liste complète sera présentée par les socialistes à Joinville. Elle est ratifiée par la fédération SFIO de la Seine. Le scrutin est caractérisé par un accord des trois listes d’opposition, qui conviennent de fusionner au second tour au prorata de leur score du premier tour. Si les résultats exacts ne sont pas connus, la coalescence des opposants se fait sur la base de dix candidats pour les radicaux dissidents de Mermet et Vel-Durand, sept pour la SFIO et six pour les libéraux et conservateurs. Au second tour, les radicaux-socialistes sont battus, et la coalition emporte les 23 sièges. Scornet est élu en compagnie de six autres adhérents à la SFIO : Laruelle, Lebègue, Perrin, Flambard, Lacroix et Petit. Contrairement aux libéraux et conservateurs, les conseillers SFIO n’entrent pas au bureau municipal, mais ils votent les budgets et mesures essentielles de la municipalité.

En avril 1913, Scornet est l’un des orateurs, avec Lebègue, Petit, Lacroix et Flambard, d’une réunion socialiste convoquée à Joinville.

Pendant la première guerre mondiale, Scornet est mobilisé au 276e régiment territorial d’infanterie, unité de réserve, stationné à Caen (Calvados) puis en Bretagne dans une section de remonte de chevaux. Cependant, il demande à être affecté à une unité combattante, et rejoint le 225e régiment d’infanterie. Il recouvre des galons, de brigadier en septembre 1916 puis de maréchal des logis en janvier 1918. Intoxiqué au gaz en août 1918, il est hospitalisé deux semaines et retrouve son régiment fin septembre. En octobre, il est cité à l’ordre du régiment : « S’est manifesté en toutes circonstances comme un homme de devoir. A rempli toutes les missions souvent périlleuses qui lui ont été confiées comme agent de liaison entre son chef de bataillon et le colonel ». Il obtient la Croix de guerre avec étoile de bronze.

Il est démobilisé en janvier 1919. Sa condamnation a été effacée par le procureur de Brest (Finistère) et il est réhabilité de droit en septembre 1918.

À suivre

Georges Scornet, 1933

 

Partager cet article
Repost0
17 mai 2020 7 17 /05 /mai /2020 00:01

Suite de la biographie de Charles-Pierre Chapsal

Charles-Pierre Chapsal fut de nouveau élu maire lors du scrutin de juin 1852, après le coup d’État du 2 décembre 1851, conduit par le président de la République, Louis-Napoléon Bonaparte.

Il y avait, sur la partie du Bois de Vincennes qui faisait partie, à ce moment, du territoire de la commune de Joinville-le-Pont, des locaux désaffectés, les redoutes de la Faisanderie et de Gravelle. Le ministère de la Guerre y fonde en 1852 un centre d'instruction de gymnastique et d'escrime ouvert aux officiers (30 sous-lieutenants) et à des sous-officiers (à raison d'un par régiment) appelés à jouer le rôle d'instructeurs dans l'armée de terre et éventuellement dans les établissements scolaires (dont l’enseignement était partiellement militarisé). La première promotion de 120 hommes entre en juillet 1852 dans les bâtiments de la Faisanderie. L’école accueillera ensuite le bataillon de Joinville et, démilitarisée, deviendra ensuite l’INSEP.

Pour décorer la mairie, inaugurée en octobre 1851, il a fait appel au fabricant de porcelaine, Jean-Marie Gille, également conseiller municipal, pour réaliser un buste grandeur nature du prince-président d’après un modèle du sculpteur Jean-Auguste Barre. La statue est inaugurée en novembre 1852 avec le corps d’officiers de l’école normale de gymnastique, le conseil municipal, la compagnie locale de la garde nationale et le sous-préfet de Sceaux. La cérémonie sa conclut au cri de « Vive l'empereur ! » Louis-Napoléon Bonaparte se fera proclamer empereur le 2 décembre de la même année, sous le titre de Napoléon III.

Après l’instauration du second Empire, Chapsal est une nouvelle fois réélu au conseil municipal en 1855 et est désigné comme maire. Il devient en outre, en novembre 1855 membre du conseil d'arrondissement de Sceaux, du département de la Seine.

Joinville était une des très rares communes de la région parisienne à ne pas disposer de commune, étant toujours rattachée, comme avant la révolution française de 1789, à la paroisse Saint-Nicolas de Saint-Maur. Chapsal fait voter en 1856 la construction d’une église, dont il apporte, avec sa femme, une partie du financement.

Alors qu’il exerce toujours ses fonctions, Charles-Pierre Chapsal meurt le 27 janvier 1958 à Joinville, dans son château de Polangis. Il était âgé de 71 ans.

Dans son testament, Chapsal légua une somme de 80 000 francs, dont les intérêts devaient être employés en secours annuels de 100 à 300 francs versés « aux plus dignes des instituteurs de la banlieue de Paris (arrondissements de Sceaux Saint Denis) ». Ceux de Paris, mieux payés, en avaient été exclus.

Une rue de Joinville-le-Pont porte son nom. L’église du centre de la commune, ouverte en 1860, a été baptisée Saint-Charles-Borromée.

Charles Chapsal était chevalier de la légion d’honneur. Son fils adoptif, Auguste Courtin, prit sa succession à la mairie de Joinville et au conseil d’arrondissement puis devint maire de Salbris (Loir-et-Cher). Le fils de ce dernier, André Courtin, fut lui aussi maire de Salbris.

Fin

La tombe de la famille Chapsal à Joinville

 

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Polmorésie, blog d’histoire
  • : Histoire politique, économique, culturelle et sociale au travers des acteurs qui ont se sont engagés dans la vie publique.
  • Contact

Recherche

Liens