Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
16 décembre 2019 1 16 /12 /décembre /2019 00:01

Henri Jean Jougla naît le 28 avril 1903 à Joinville-le-Pont. Il est le fils de Célestine Pujolas et de son mari, Zacharie François Jougla, conducteur principal des ponts-et-chaussées. Son père utilise le nom « Zacharie Jougla de Paraza », en référence au titre de baron de Paraza, existant dans la famille depuis le 17e siècle. Henri Jougla va utiliser lui le nom « Henri Jougla de Morenas », qui serait lié à la famille de sa mère.

Pendant son enfance, Henri Jougla vit à Joinville-le-Pont (Seine, act. Val-de-Marne), où son père est associé à son oncle, Joseph Jougla, pour l’exploitation de l’usine de plaques photographiques et films pour le cinéma qui porte le nom de ce dernier. Ils résident avenue du Château (act. avenue Foch), dans le quartier de Polangis.

Après la fusion de la firme Jougla avec la société des frères Lumière, en 1911, Zacharie Jougla de Paraza quitte la région parisienne et s’installe dans le Gard, où il décède en mai 1914.

Henri Jougla de Morenas fait probablement des études à l’École des Chartes à Paris car il est qualifié de chartiste dans les années 1930 ; il devint un spécialiste de l’héraldique.

Il suit la tradition familiale et est recruté en janvier 1927, suite à un concours passé en mars 1925, en qualité de commis-dessinateur à la préfecture de la Seine (Paris), désigné sous le nom d’Henri Jean Jougla. Il est présenté en 1928 comme dessinateur architecte, en 1931 comme conducteur de travaux, puis à son décès comme ingénieur, à l’instar de son père et de son oncle.

La Bibliothèque nationale de France mentionne, dans une notice, qu’il est diplomate et héraldiste. Cependant, les fonctions de Jougla dans la diplomatie ne sont pas précisées ni attestées par d’autres sources.

Huit jours après le décès de leur fils, né la veille, Henri Jougla épouse en mai 1928 à Saint-Mandé (Seine, act. Val-de-Marne) Azeline Jeanne Marie Pauline Gouya, artiste lyrique. Ils vivent avenue de la République. Ils divorceront.

À partir de 1934, Henri Jougla de Morenas fait paraître le Grand Armorial de France, œuvre monumentale qui va compter sept volumes, et auquel contribuera également le comte Raoul de Warren. Le premier volume est édité aux éditions Héraldiques, les six suivants le seront à la Société du Grand Armorial de France.

L’auteur indique en 1934 dans Comoedia avoir consacré « 20 années de labeur » (ce qui implique qu’il ait commencé à 10 ans), chiffre rectifié dans d’autres journaux en 17 ans,  aux 20 000 blasons, 6 000 généalogies, 3 000 illustrations et 10 planches en couleurs annoncées avec le tome premier. Il est dédié au duc de Guise. L’armorial se différencie de publications antérieures par son indépendance vis-à-vis des familles mentionnées. Il est salué par la presse, par exemple le quotidien Le Temps y voit « un véritable monument et une puissante synthèse des origines de la vraie France où les héraldistes trouveront les éléments indispensables à leurs études. »

Complétant son Armorial, Henri Jougla de Morenas publie, aux mêmes éditions, Noblesse 38 en 1938. Il s’y essaie à une quantification de la noblesse et de son évolution dans le temps, chiffrant la durée de continuation d’une famille entre 320 et 350 ans, soulignant qu’il n’y a plus, à cette date, que 4 400 familles nobles comptant 30 000 individus, à comparer avec les 17 500 familles qu’il recense au début du 18e siècle.

Analysant ce deuxième ouvrage, l’historien Paul Leuilliot, considère, dans les Annales d’histoire sociale, que « Le livre est bien informé, très clair (non sans une pointe d’antisémitisme parfois) ». Cette dernière remarque prend un relief particulier, quand on sait qu’elle est datée de 1943.

Remarié avec Gilberte Paulette Bouquier en décembre 1944 à Paris (20e arr.), où ils résident désormais, Henri Jougla de Morenas qui poursuit son activité d’ingénieur de travaux, va avoir deux filles, dont la dernière voit le jour trois ans avant sa disparition.

Il publie en 1947, toujours chez le même éditeur, Le Second Ordre, où il poursuit son travail de recensement des familles contemporaines de la noblesse française, dont il rectifie le nombre  4 528.

Henri Jougla de Morenas meurt le 6 mars 1955 à Paris (20e arr.). Il était âgé de 52 ans et résidait rue du Capitaine-Ferber. Il est inhumé dans le caveau familial, au cimetière de Joinville-le-Pont.

 

Partager cet article
Repost0
14 décembre 2019 6 14 /12 /décembre /2019 00:01

Roger Jean Jougla naît le 8 octobre 1885 à Alzon (Gard). Il est le fils de Célestine Pujolas et de Zacharie Jougla, conducteur des Ponts-et-Chaussées, issu d’une famille noble occitane.

Peu après sa naissance, la famille s’installe en région parisienne, d’abord à Alfortville (Seine, act. Val-de-Marne) puis dans la commune voisine de Charenton-le-Pont. Zacharie Jougla rejoint son frère qui a monté une usine de plaques photographiques et de films pour le cinéma, et ils déménagent à Joinville-le-Pont où l’usine a été installée en 1902.

À cause de problèmes cardiaques, Roger Jougla est dispensé de service militaire. Il devient ingénieur des mines et vit en 1912 à Valenciennes puis en 1914 à Lille. Il travaille pour la Compagnie des mines d’Anzin. En novembre 1912, il épouse à Paris (3e arr.) Marguerite Madeleine Blin, fille d’Émile Blin, entrepreneur de travaux publics.

Au début de la première guerre mondiale, Roger Jougla est affecté à des services auxiliaires mais, en février 1915, il est réaffecté dans des activités armées, dans le 11e régiment d’artillerie à pieds. Il devient caporal en juin 1915, est affecté au 83e régiment d’artillerie en octobre de la même année, puis est promu maréchal des logis en juillet 1916. Il devient sous-lieutenant en septembre. Il est cité à l’ordre de la brigade : « très dévoué, debout jour et nuit, a fait plusieurs reconnaissances dans des régions violemment bombardées, pour accomplir des observations sur des positions éventuelles ». Il est décoré de la croix de guerre avec étoile de bronze en juillet 1916. Roger Jougla est détaché en novembre 1917 au sein de la mission militaire française auprès de l’armée britannique et, conservant sa fonction, devient lieutenant en décembre.

Après la première guerre mondiale, Jougla s’oriente vers une activité d’entrepreneur. Il devient directeur général de la Société industrielle des Pyrénées, qui exploite du marbre et de l’ardoise près de Bagnères-de-Bigorre (Hautes-Pyrénées) mais dont le siège est à Paris, rue Richepanse.

Puis Jougla s’associe avec son beau-père au sein de la société Emile Blin et R. Jougla, constituée en décembre 1922. L’entreprise de travaux publics et bâtiment construit de nombreux égouts et collecteurs et pilote également l’extension de la ligne 7 du métro de Paris. Il est directeur des travaux.

Parallèlement à son travail technique, Jougla est également administrateur de la revue professionnelle du secteur, le Moniteur des travaux publics. C’est à ces deux titres qu’il est fait, en mars 1930, chevalier de la Légion d’honneur au titre du ministère des travaux publics.

La famille Jougla vit à Paris, d’abord rue Valentin-Haüy (5e arr.) puis à partir de 1929 rue de Rennes (6e arr.).

Roger Jougla meurt le 13 avril 1959 à Paris (6e arr.). Il était âgé de 73 ans.

Deux enfants, non identifiés, de la société Jougla

 

Partager cet article
Repost0
10 décembre 2019 2 10 /12 /décembre /2019 00:01

Marcel Gaston Jougla naît le 23 mars 1886 à Nogent-sur-Marne (Seine, act. Val-de-Marne), en même temps que sa sœur jumelle Joséphine Cécile. Ils sont les enfants de Joseph Marc Jougla, négociant et de son épouse Marie Schmit. Il est orphelin de mère en juillet 1887, année où disparaît également l’associé de son père et témoin de sa naissance, Émile Graffe, fondateur d’une entreprise de production de plaques photographiques et de films, que reprend son père.

Engagé pour trois ans dans l’armée en octobre 1905, servant au 31e régiment d’infanterie, Gaston Jougla est mis en disponibilité en septembre 1906 en tant qu’étudiant en pharmacie.

Après avoir développé l’activité de la société Jougla, Joseph Jougla a installé son usine à Joinville-le-Pont (Seine, act. Val-de-Marne) en 1902. Elle devient un important acteur du secteur de l’image avec les plaques Omnicolore, premières à permettre la photographie en couleur, et l’appareil Sinnox. Pour pouvoir peser face aux américains de Kodak, la société fusionne avec sa concurrente, Lumière, basée à Lyon. L’Union photographique industrielle (Établissements Lumière et Jougla réunis) conserve ses deux usines de Lyon (confiée aux Lumière) et de Joinville, dont Gaston Jougla devient le directeur au côté de son père, son oncle Zacharie Jougla quittant sa fonction de responsable technique.

Au cours de la première guerre mondiale, Gaston Jougla est d’abord affecté à la 22e section d’infirmiers puis nommé pharmacien aide-major de 2e classe auprès du gouvernement militaire de Paris. Il prend part à la création en mai 1915 de la Section photographique de l’armée (SPA), dirigée par Pierre Marcel Lévi, critique d’art parisien, professeur à l’école nationale supérieure des Beaux-Arts de Paris. Elle fusionne en 1917 avec la Section cinématographique de l’armée (SCA).

Au sein de la section, qui emploie 59 photographes, Jougla est chargé de la mise en place des laboratoires. La SPA vise à collecter des clichés, notamment pour répondre à la propagande allemande en direction des pays neutres. Maintenu dans son grade après-guerre, Jougla deviendra capitaine de réserve en décembre 1933.

Un an après l’armistice, Gaston Jougla, redevenu directeur de la société Jougla, épouse Jeanne Eugénie Claire Frager le 11 novembre 1919 à Paris (6e arr.).

Fondé en 1922, l’association Joinville sportif, à la recherche de soutiens, fait appel à Gaston Jougla qui en devient président d'honneur en 1923 ce qui, selon le quotidien La Presse, « fut un gros appoint pour le club cycliste ». Il est remplacé dans cette fonction en 1925 par Delaunay.

En décembre 1923, Gaston Jougla participe, avec notamment Louis Lumière et Léon Gaumont, l’initiative en vue de la création d’une école professionnelle de photographie et de cinématographie. Elle verra le jour de manière concrète en 1926 et sera installée rue de Vaugirard à Paris. Elle est aujourd’hui installée à Noisy-le-Grand (Seine-Saint-Denis) et porte le nom de Louis-Lumière. Gaston Jougla est membre du conseil d’administration en 1930.

Si l’usine de Joinville est d’abord consacrée à des activités techniques, Gaston Jougla est proche de certains artistes du milieu du cinéma, par exemple le réalisateur Jean Vigo.

Après la mort de son père en 1927, Gaston Jougla reste dans la direction de l’entreprise, rebaptisée Lumière. Il semble cependant être principalement actif au siège social, basé rue de Rivoli à Paris (1er arr.) et s’est installé boulevard Raspail (6e arr.).

Lors des élections municipales de mai 1935, le quotidien communiste L’Humanité met en cause « les candidats réactionnaires et Croix de feu de l'Union des républicains, agents des gros industriels, de Pathé-Natan, des frères Jougla, etc. »  C’est cependant la liste de droite de Léon Lesestre qui remporte le scrutin.

La date de décès de Gaston Jougla n’est pas connue. Il est vivant en 1936 et probablement mort en lors du remariage de Jeanne Frager en avril 1945 à Paris (6e arr.), cette dernière étant présentée ultérieurement comme veuve. Ils n’ont semble-t-il pas eu d’enfants.

Au titre du ministère du commerce, Gaston Jougla avait été fait chevalier de la Légion d’honneur en février 1934, comme son père.

 

Partager cet article
Repost0
6 décembre 2019 5 06 /12 /décembre /2019 00:01

Suite de la biographie de Joseph Jougla.

Faisant face à un besoin d’expansion, Joseph Jougla déplace son usine du Perreux à la commune proche de Joinville-le-Pont, dans le quartier de Polangis. Il appelle à ses côtés son frère Zacharie Jougla de Paraza, ingénieur des Ponts-et-Chaussées. En 1907, les premières plaques couleurs du monde, les Omnicolore, sortent de son usine qui produit quarante mille plaques photographiques par jour. Elle exploite un brevet de Raymond de Bercegol, neveu et collaborateur de Ducos du Hauron. L’usine produit également un appareil photographique, le Sinnox. Elle emploie jusqu'à 600 ouvriers dans un terrain de deux hectares, dont 4 000 m² couverts.

Après le décès en juillet 1902 au Perreux de sa seconde épouse, Joseph Jougla s’installe à Joinville, avenue de l’Horloge (quartier de Polangis) avec ses deux plus jeunes enfants, les jumeaux Joséphine Cécile et Gaston, étudiant en pharmacie.

En avril 1911, pour pouvoir faire face au développement de l’américain Kodak, Jougla fusionne sa société avec celle des frères Lumière , établie à Lyon. L'Union Photographique industrielle, établissements Lumière et Jougla réunis, est une société anonyme au capital de 6 720 000 francs, dont le siège est à Paris, 82, rue de Rivoli. L’apport de Jougla est de 24% au nouvel ensemble. La direction des usines de Lyon a été confiée à Auguste et Louis Lumière, celle des usines de Joinville à M. Joseph et Gaston Jougla, son fils.

Joinville-le-Pont devient un important centre pour le cinéma français. Joseph Jougla conseille à Charles Pathé d’installer ses ateliers également sur le bords de Marne, ce qu’il fait dans le quartier voisin de Palissy, toujours à Joinville.

En 1913, le ministre du commerce entend décorer Joseph Jougla de la Légion d’honneur. Mais un courrier, anonyme, transmis à la chancellerie va retarder l’attribution de la décoration. La dénonciation prétend parler « au nom des actionnaires ruinés aux dépens desquels Joseph Jougla s’est enrichi ». L’affaire n’aura pas de suite, malgré une campagne de presse dans le quotidien Le Bien Public, et Jougla sera décoré en juillet 1925 pour les récompenses qu’il a obtenu à l’étranger comme en France et pour « 58 années de pratique industrielle. »

Après avoir passé le relais opérationnel à son fils Gaston, Joseph Jougla se consacre notamment au développement international de l’entreprise.

Joseph Jougla meurt le 21 mars 1927 à Joinville. Il était âgé de 79 ans et est inhumé dans le cimetière de la commune. Outre la Légion d’honneur, il était titulaire des Palmes académiques, en tant qu’officier d’académie depuis janvier 1905. Il avait obtenu de nombreuses distinctions lors de manifestations internationales, comme une médaille d'or à l’exposition universelle de Paris en 1900, un grand-prix à Hanoï (Indochine, Vietnam) en 1903 puis fut généralement placé hors concours dans les expositions ultérieures.

La société prend alors le seul nom des Frères Lumière, mais Gaston Jougla en reste le directeur. Jusqu'à la fermeture de l’usine en 1966, des appareils photographiques y seront fabriqués.

La rue où habitait Joseph Jougla et où se trouvait son usine à Joinville, l’avenue de l’Horloge, est rebaptisée « avenue Joseph-Jougla » en 1932.

Les essayistes scientifiques Danièle et Jean-Claude Clermontel ont classé, dans un livre paru en 2009 (Chronologie scientifique, technologique et économique de la France, Éd. Publibook), Joseph Jougla dans leur liste d’émigrés célèbres, mentionnant qu’il serait originaire de Hongrie. Il s’agit cependant d’une confusion, la provenance de ses familles maternelle et paternelle étant clairement située en Occitanie depuis plusieurs siècles.

Fin.

 

Partager cet article
Repost0
28 novembre 2019 4 28 /11 /novembre /2019 00:01

Nicolas Raymond Arthur Martin naît le 6 décembre 1873 à Blécourt (Haute-Marne). Il est le de fils Marie Louise Grandjean, 39 ans, aubergiste et de son mari Claude Adolphe Martin, scieur de long.

Une hernie inguinale le dispense, en 1893, de faire son service militaire. Il est alors étudiant et réside à Malroy (Haute-Marne). Il séjourne deux ans plus tard à Moulins-Engilbert (Nièvre) puis revient en Haute-Marne, d’abord à Dammartin puis à Rachecourt-sur-Marne. Il y est instituteur et épouse, en septembre 1902 à Joinville (Haute-Marne) Maria Joséphine Renaut, fille de cultivateurs.

Après avoir vécu un an à Harricourt, il est en 1904 aux forges de Marnaval, à Saint-Dizier, toujours en Haute-Marne. à la fin de cette même année, il s’installe en région parisienne, d’abord à Paris (12e arr.) rue de Wattignies puis enfin, définitivement en novembre 1908, à Joinville-le-Pont (Seine, act. Val-de-Marne). Il emménage au 28, rue de Paris et travaille depuis 1907 comme comptable dans la société cinématographique de Charles Pathé, qui s’est installée dans un an plus tôt dans les quartiers de Polangis et Palissy.

Pendant la première guerre mondiale, Raymond Martin est affecté à la 22e puis à la 24e section de Commis et ouvriers d'administration (COA) ; il est démobilisé en janvier 1919.

Après-guerre, jouissant d’un appui manifeste des dirigeants de la firme Pathé, Raymond Martin va s’engager de manière intense dans la vie sociale.

En 1927, il donne de cours de comptabilité à Joinville pour l’Association philotechnique, société d’éducation populaire. Il poursuit ses cours en 1937.

Délégué de la mutuelle du cinéma, Raymond Martin reçoit plusieurs récompenses à ce titre en 1930 et 1935. Il joue également un rôle dans la section de Joinville de la Mutualité scolaire de Paris.

Prenant en 1931 la succession de l’ancien maire de la commune, Stephen Durande Raymond Martin préside la Société symphonique de Joinville, qui avait été fondée en 1908. Il exerce toujours cette fonction fin 1935.

C’est également en avril 1931 que Raymond Martin est désigné par le préfet de la Seine en tant que membre du conseil d'administration de l'Office public d'habitations à bon marché de la commune de Joinville-le-Pont, qui vient d’être constitué. Comme à la Symphonie, il y côtoie Marcel Mayer, le directeur de l'usine Pathé.

Pour établir la liste électorale des élections prud’homales en 1932, Martin (probablement Raymond) est choisi au titre des employés, à côté de Penneret, patron, et Fusibet, ouvrier.

Enfin, lors de la création du vestiaire municipal en janvier 1936, Martin (sans doute Raymond) y contribue.

Les multiples engagements de Raymond Martin lui valent nombre de décorations. Il reçoit les Palmes académiques comme officier d’académie en 1931 puis officier de l’instruction publique en 1937. Il obtient la médaille de la mutualité en 1935 après une mention honorable en 1930. On lui attribue également la médaille de bronze de la prévoyance sociale, encore en 1937. Enfin, il est détenteur en janvier 1939 d’une médaille d’honneur du travail. Il est alors âgé de 66 ans.

Sa date et son lieu de décès ne sont pas connus.

Atelier de mécanique de l'usine Pathé-Nathan de Joinville

 

Partager cet article
Repost0
26 novembre 2019 2 26 /11 /novembre /2019 00:01

François Constant Martin naît le 27 octobre 1842 à Vignot, dans la Meuse. Il est le fils de Françoise Level et de son mari, Sébastien Rémy Martin, tisserand.

Exerçant la profession de carrier, mais également cultivateur dans son village, Constant Martin épouse en décembre 1863 à Vignot Justine George, fille d’un garde-champêtre. Leur fille Alice Juliette Martin naît dans la commune en août 1870.

Au mariage de celle-ci, en mars 1893 à Paris (10e arr.), ils vivent dans cet arrondissement, passage Delessert et Constant Martin est terrassier.

Au début du 20e siècle, la famille est installée à Joinville-le-Pont (Seine, act. Val-de-Marne), avenue du Bac, dans le quartier de Polangis.

En 1905, Constant Martin adhère à la Société française pour la propagation de l'espéranto. Plusieurs personnalités ont défendu, à Joinville, le développement de langues internationales. Le journaliste Henry Vaudémont s’engagea entre 1885 et 1889 pour le Volapük, dans laquelle il voyait une intéressante façon d’échanger, notamment en matière scientifique. L’ingénieur anarchiste Jules Vallety, dit Charles Papillon, réside dans le quartier voisin de Palissy. Il adhère également la même année à cette société ; Papillon défendra ensuite l’Ido, version modifiée de l'espéranto.

François Constant Martin meurt le 3 août 1921 à Joinville, où il est déclaré comme journalier. Il était âgé de 78 ans.

Son petit-fils Henri Fraissange (1899-1966), électricien puis employé de commerce, fut sans succès candidat sur la liste radicale-socialiste aux élections municipales de Joinville-le-Pont en mai 1935 puis maire du village de Cérilly dans l’Yonne (1951-1953).

 

Partager cet article
Repost0
20 novembre 2019 3 20 /11 /novembre /2019 00:01

Nicolas Rodionoff naît le 6 janvier 1886 à Ekaterinodar dans la province de Kouban en Russie (act. Krasnodar). Il est le fils de Barbe Markoff et de son époux Nicolas Rodionoff.

Selon des sources familiales, il est officier de marine, capitaine de frégate de la marine impériale russe, et quitte la Russie après la révolution bolchévique d’octobre 1917.

Arrivé en France, il travaille comme ingénieur. Selon les mêmes sources, il aurait été un temps chargé du contrôle du trafic au port de Sète (Hérault).

Dans la seconde moitié des années 1920, il vit à Paris (8e arr.), rue du Rocher, et fréquente le Cercle Les Capucines, une institution mondaine et culturelle, qui avait notamment accueilli le capitaine Dreyfus. Nicolas Rodionoff est naturalisé français par décret le 16 juin 1938. Il vit à Paris (5e arr.) avec Michel Rodionoff, employé de commerce, au 1, rue François-Mouthon.

Le 13 avril 1939 Paris (15e arr.), il épouse Cécile Marie Louise Willot, domiciliée à Enghien-les-Bains, fille d’un médecin et originaire de Valenciennes (Nord).

Nicolas Rodionoff meurt le 24 septembre 1962 à Crisenoy (Seine et Marne). Il était âgé de 76 ans et est inhumé à Sainte-Geneviève-des-Bois (Essonne).

Partager cet article
Repost0
21 octobre 2019 1 21 /10 /octobre /2019 01:01

Suite de la biographie de Louis Gallas.

Au moment du déclenchement de la première guerre mondiale, selon Voix des communes, Louis Gallas criait devant la mairie de Joinville : « Allons à Berlin, venger nos mères et nos fiancées ». Il rejoint son régiment à Melun (Seine-et-Marne) puis est affecté à Gaillac (Tarn). Il semble avoir des problèmes de discipline, car il est emprisonné et doit rendre ses galons de sergent en janvier 1915. En avril, de nouveau simple soldat à Albi (Tarn), il doit embarquer depuis la Provence vers l’Orient, mais il se plaint de devoir faire le trajet à pieds sac au dos. Son régiment prend place, en juin, sur le bateau le Jemappes, en partance pour les Dardanelles, où il est fusilier. Mais il rentre dès octobre, blessé grièvement, et ayant retrouvé un grade de caporal. Il rentre en convalescence prolongée à Joinville. En avril 1916, il épouse à Nogent-sur-Marne (Seine, act. Val-de-Marne) Madeleine Émilie Bourrier.

Affecté dans l’Hérault pour participer à l’instruction des nouveaux soldats, il rejoint en juin l’école de gymnastique de Joinville comme élève officier. Il en sort sous-officier, en septembre 1916, comme aspirant au 176e régiment d’infanterie de ligne. Il est de nouveau en congé en février 1917 pour une maladie qui fait suite à sa blessure de 1915. Il est démobilisé en mars 1919 et est cité à l’ordre du régiment.

Revenu à la vie civile, Louis Gallas reprend les consultations juridiques gratuites qu’il s’était engagé à faire en 1912. Cependant, il renonce, en novembre 1919, à solliciter le renouvellement de son mandat municipal. Il l’explique dans une lettre publiée par l’hebdomadaire Union régionale : « Obligé par l’exercice de ma profession d’avocat à quitter Joinville et à habiter Paris, je ne pouvais plus, pour le présent, m’occuper utilement des affaires municipales de Joinville. Je me suis rendu compte ces derniers mois qu’il m’était impossible d’assister régulièrement aux séances du conseil par suite des difficultés de transport. »

S’il n’est plus candidat à Joinville, peut-être est-ce lui qui est opposé, lors de ce même scrutin à Paris (12e arr.), au socialiste SFIO Jean Morin dans le quartier de Bercy ? Gallas, républicain d'union nationale, obtient 930 voix pour 2610 votants (35,6%) sur 3478 inscrits, son concurrent de gauche étant réélu dès le premier tour.

Il continue à assumer des fonctions juridiques dans l’Est parisien. Ainsi, en décembre 1919, il est nommé suppléant des juges de paix de Saint-Maur-des-Fossés. En décembre 1920, il est président de la commission arbitrale du canton de Vincennes qui statue sur des indemnités à accorder aux propriétaires dont les biens ont souffert de la guerre.

Plusieurs interventions politiques de Gallas sont mentionnées dans les années 1920. En octobre 1924, il défend, devant le Congrès des Forces économiques, « l’idée de patrie, facteur d'une civilisation avancée, conduit au rapprochement des peuples, par le respect mutuel que se doivent les patries » et s’élève « contre la lutte des classes ». En janvier 1926, il participe à une conférence de la Fédération républicaine à Romorantin (Loir-et-Cher).

Résidant à Paris d’abord rue du Sahel (12e arr.), puis rue Ledru-Rollin (11e arr.), Gallas met en location puis en vente ses propriétés de Joinville-le-Pont, qui comprenaient une propriété de 10 pièces sur un terrain de 1300 m², et un pavillon de 4 pièces. Il semble avoir du mal à les céder, car il baisse à plusieurs reprises les prix location et de vente dans les annonces qu’il publie.

Après le décès de sa première épouse, Louis Gallas se remarie en juillet 1937 à Paris (11e arr.) avec Pauline Jeanne Marguerite Sanimorte.

Nommé adjudant de réserve en 1925, Louis Gallas est promu officier assimilé de justice militaire adjoint en avril 1930. Rayé des cadres en avril 1939, il reprend cependant du service pendant la deuxième guerre mondiale. Il intègre en janvier 1940 la direction du contentieux et de la justice militaire puis, après l’armistice, en septembre de la même année, le tribunal militaire de la 5e région (Paris).

Louis Gallas meurt le 24 mai 1958 à Mortcerf (Seine-et-Marne). Il était âgé de 71 ans. En juillet 1932, il avait été fait chevalier de la Légion d’honneur.

Fin.

 

Partager cet article
Repost0
13 octobre 2019 7 13 /10 /octobre /2019 01:01

Charles Escaille naît le 28 octobre 1806 à Murat (Cantal). Il est le fils de Catherine Chanson et de son époux, Charles Escaille, aubergiste. Il se fera ensuite appeler Hippolyte, certainement pour se différencier de son frère et homonyme, né trois ans plus tôt et avec lequel il s’associera.

Après avoir fréquenté l’école privée religieuse de l’abbé Poilou, rue de Vaugirard, il épouse Marguerite Sophie Mauny en juin 1834 dans l’église Saint-Denys du Saint-Sacrement de Paris (3e arr.). Ils auront trois enfants.

En février 1836, il crée avec son frère aîné Charles une société pour exploiter un commerce de nouveautés, dont il assure la gestion. Elle est dissoute en juillet 1840 et Hippolyte en assure la liquidation. Il cesse peu après son activité professionnelle et vivra de ses revenus en tant que propriétaire. Il vit rue Croix-des-Petits-Champs (3e arr.) puis rue Daval (11e arr.).

En 1851, la famille Escaille achète une résidence secondaire à Limeil, commune de Limeil-Brévannes (Seine-et-Oise, act. Val-de-Marne). Leur troisième enfant y naîtra. Quelques années plus tard, ils vont acquérir une autre résidence d’été, cette fois à Joinville-le-Pont (Seine, act. Val-de-Marne), rue du Canal.

Tiré au sort à deux reprises, Hippolyte Escaille siège dans des jurys d’assises en avril 1846 et juillet 1855. En janvier 1869, il est nommé par décret membre du conseil municipal de Joinville. Il est élu à la même fonction en septembre 1870, après la proclamation de la République, et fait partie des 16 titulaires de l’assemblée locale, dont Auguste Courtin, conservateur, est le maire. Lors du scrutin de juillet 1871, Escaille n’est pas réélu.

Pendant la guerre franco-prussienne de 1870-1871, des combats font 2000 morts à Champigny-sur-Marne et Joinville. La population de la commune avait été évacuée et la municipalité siégeait à Paris d’abord rue du Bac (7e arr.) puis boulevard Voltaire (11e arr.). Le pont de Joinville avait été détruit. La ville a ensuite été occupée par les troupes allemandes.

Disposant d’une évidente fortune, Escaille se déplaçait fréquemment à Nice et montrait des dispositions charitables : pour les orphelins d’Auteuil (1878), les écoles chrétiennes et les pauvres de Paris (1879) ou les œuvres de sœur Rosalie (1880). Il fait, en mars 1889 une donation de 2.000 francs au Bureau de bienfaisance de Joinville, ce qui lui vaudra d’avoir son nom gravé sur la plaque des bienfaiteurs de la commune apposée en mairie en 1911.

Charles Hippolyte Escaille meurt le 18 février 1891 à Paris (8e arr.) en son domicile d’hiver, 49, avenue des Champs-Élysées. Il restait toujours inscrit sur les listes électorales de Joinville. Il était âgé de 84 ans et avait perdu son épouse l’année précédente.

Partager cet article
Repost0
9 octobre 2019 3 09 /10 /octobre /2019 01:01

Dominique Maurice Marie de Féraudy naît le 3 décembre 1859 à Joinville-le-Pont (Seine, act. Val-de-Marne). Il est le fils d’Élodie Pauline Louise Jargois-Desgranges et de son époux, Dominique Honoré Hippolyte de Féraudy, capitaine, directeur de l’école normale militaire de gymnastique et d’escrime de Joinville, située dans le Bois de Vincennes.

La famille de Féraudy est l’une de celles subsistantes de la noblesse française d’ancien régime. Elle situe son origine en Haute-Provence à Thoard, près de Digne, (act. Alpes-de-Haute-Provence). Un de ses ancêtres serait Raymond Féraudi, troubadour, décédé à Lérins en 1324.

L’école normale militaire de gymnastique et d’escrime de Joinville, qui donnera ultérieurement naissance au bataillon de Joinville, est pionnière dans l’enseignement des sports. Après la défaite face aux armées prussienne et alliées en 1871, elle devient, sous l’impulsion de Dominique de Féraudy, devenu chef de bataillon puis lieutenant-colonel, un centre formant les éducateurs des jeunes garçons dans les lycées et collèges, avec un objectif patriotique. Maurice de Féraudy y réside jusqu’en 1872, âge de ses treize ans.

C’est quand il habite dans le Bois de Vincennes que le jeune homme s’initie à la littérature à 10 ans. Il raconte sa découverte en 1912, dans le journal Comoedia : « Un jour, un mien cousin, le comte de Féraudy, qui était membre de l’Épatant, me fit assister à une représentation de bienfaisance qui avait été organisée au théâtre des Italiens. Frédéric Febvre était inscrit au programme. Il dit La Bénédiction et j'en demeurai frappé au-delà de toute expression. En rentrant à Joinville, j'appris le poème de François Coppée et je m'efforçai d'imiter Febvre. Puis, avec la belle ténacité des seize ans que j'avais alors, j'étudiai d'autres poésies que je déclamais en cherchant à n'imiter personne. Et dans les milieux familiaux, chez les amis, dans les soirées intimes ou j'étais prié, je devins le petit jeune homme qui récite des vers. »

Malgré les réticences de son père, Maurice de Féraudy entre au Conservatoire de Paris après son baccalauréat. Il est l’élève d’Edmond Got, secrétaire doyen de la Comédie française et obtient un premier prix de comédie en 1880. Il entre lui-même, à 20 ans, à la Comédie-Française dont il est le 316e sociétaire, en devient sociétaire en 1887 puis doyen en 1929. Il reste ainsi presque 50 ans au Théâtre-Français.

Eugénie Jeanne Lainé épouse en mars 1884 à Paris (8e arr.) Maurice de Féraudy. Edmond Got figure parmi les témoins.

On voit de Féraudy dans de nombreux rôles du répertoire de la Comédie-Française, comme Le Mariage de Figaro ou Scapin. Il crée également beaucoup de pièces, dont Les Affaires sont les affaires, d'Octave Mirbeau, dans laquelle il joue plus de 2 000 fois à la Comédie-Française et ailleurs le rôle d'Isidore Lechat.

En tant qu’écrivain, Maurice de Féraudy est l’auteur d’un recueil de poésies, Heures émues, et de pièces de théâtre : Tic à tic, L’École des vieux, Le Béguin de Messaline, Leurs Amants. Il signe aussi les paroles de chansons dont une, Fascination, sur une musique de Dante Pilade Marchetti, créée par Paulette Darty, est ensuite reprise entre autres par Suzy Delair, Danielle Darrieux, Diane Dufresne, Sacha Distel ou Arielle Dombasle et, en anglais, par Nat King Cole.

De 1894 à 1905, Maurice de Féraudy est professeur au Conservatoire. Après-guerre, il tourne dans plusieurs films, comme Crainquebille (Jacques Feyder, 1923) et Les Deux Timides (René Clair, 1928). Il poursuit également, après sa retraite de la Comédie-Française, une activité dans les théâtres de boulevard parisiens.

Maurice de Féraudy se voit obligé d’éponger d’importantes dettes de son père, déclaré en insolvable en 1893. Il les évalue à 70 000 francs. Il conteste cependant une dette auprès d’un de ses collègues, Philippe Garnier, dans un procès à l’écho journalistique important au premier trimestre de 1896. Il avait donné à ce dernier une garantie écrite : « Si, soit par accident, soit par impossibilité de sa part, il ne pouvait te rembourser la somme ou partie de la somme, et s'il mourait sans être acquitté complètement vis à vis de toi, tu peux, comme je te l'ai dit de vive voix, compter sur moi. Je prendrai cette dette à mon compte et je te rembourserai, en me réservant seulement de le faire à une époque commode pour moi. »

Devant la justice, le fils assure que, son père n’étant pas mort, il n’a pas à rembourser la dette à sa place, la phrase étant copulative. Après des débats qui portent sur la comparaison avec le Mariage de Figaro de Beaumarchais, « laquelle somme de deux mille piastres je lui rendrai à sa réquisition dans ce château, et je l'épouserai par forme de reconnaissance ». Le tribunal, après de longues analyses, ne valide pas cette position dilatoire et le condamne en mars 1896 à rembourser à la place de son père.

Résidant rue Pigalle, Maurice de Féraudy meurt le 12 mai 1932 à Paris (9e arr.). Il était âgé de 72 ans, sociétaire honoraire de la Comédie française et officier de la Légion d’honneur. Il est mort des suites d’une bronchopneumonie et a été inhumé le 15 au cimetière du Montparnasse à Paris (14e arr.).

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Polmorésie, blog d’histoire
  • : Histoire politique, économique, culturelle et sociale au travers des acteurs qui ont se sont engagés dans la vie publique.
  • Contact

Recherche

Liens