Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
14 janvier 2018 7 14 /01 /janvier /2018 00:01

Camille Albert Bachelet naît le 13 janvier 1861 à Paris (3e arr.). Il est le fils de Julie Albertine Catherine Bachelet, teinturière ; le mariage de sa mère avec Pierre Raoult en février 1865 légitime sa naissance.

Il va servir dans l’armée française, étant promu en mai 1888 au grade de sous-lieutenant dans le 4e régiment de zouaves. Il quitte l’armée en 1890 et, basculé dans la réserve, est nommé lieutenant en 1900, affecté au service du chemin de fer.

En février 1897 Camille Raoult, propriétaire, épouse à Paris (16e arr.) Joséphine Anne Bassez, née en 1849 dans la ville, alors occupée par l’Allemagne de Metz. Elle est la sœur d’Adèle Eugénie Bassez, née en 1845 dans la même ville et décédée à Joinville en octobre 1896, qui était la compagne de Raoult. L’importante différence d’âge entre les sœurs Bassez et Raoult est masquée lors de leurs déclarations aux agents recenseurs ; entre 1896 et 1911, Adèle est rajeunie de 14 ans et Anne de 10 ans.

À partir de 1896, Camille Raoult est représentant de commerce, représentant de Deutsch et compagnie. Il vit à Joinville-le-Pont (Seine, act. Val-de-Marne), 35, rue de Paris, au moins depuis 1886 et fait construire à cette adresse un immeuble de rapport en 1893. Il exerce plusieurs activités sociales dans la commune : membre du bureau de la 740* section de la société d’anciens combattants Les Vétérans, trésorier de la société de tir en 1886, membre fondateur et secrétaire en 1890 de L’Espérance, société littéraire, musicale et dansante.

En mai 1900, Raoult est candidat sur la liste républicaine, soutenue par le comité radical-socialiste et conduite par Eugène Voisin, maire sortant. Elle emporte les 23 sièges à pourvoir, face à une liste du comité électoral socialiste-révolutionnaire. Raoult obtient 547 voix, le maire en recueillant 704.

Cependant, Raoult s’écarte rapidement sur le plan politique de ses collègues du conseil municipal, majoritairement radicaux. En mars 1902, il préside une conférence de Léon Fatoux, candidat nationaliste aux élections législatives et membre du comité directeur de la Patrie française. L’hebdomadaire radical Voix des communes l’accuse de faire partie d’une « bande de nationalistes » dont il serait « l’homme à tout faire » et lui reproche d’avoir tenté d’empêcher de parler Adolphe Maujan, le candidat radical aux mêmes élections lors d’une autre réunion publique. Au sein du conseil municipal, Raoult est le seul à s’abstenir lors d’un vote contre l’autorisation d’installation des Sœurs enseignantes de la Providence en juin 1902 ; 13 élus votent contre et 5 approuvent l’installation.

Toujours dans Voix des communes, Raoult est identifié en juin 1902 comme Fatouillard de Camors, pseudonyme d’un rédacteur du journal Liberté de Saint-Maur, conservateur. Il lui est reproché d’être un « conseiller félon », qui combat à outrance Voisin après avoir sollicité une place sur sa liste.

En juillet 1902, Raoult est le candidat de sa famille politique dans le canton de Saint-Maur pour les élections au conseil d’arrondissement de Sceaux. Il recueille au premier tour 1121 (38,7%) contre 1653 à Henri Vel-Durand, alors radical-socialiste et futur maire de Joinville. Il y avait 2894 votants sur 8788 inscrits. Le second tour, organisé du fait de la faible participation, voit la victoire de Vel-Durand par 1631 voix contre 967 à Raoult.

Lors des élections municipales de mai 1904, Raoult fait partie d’un groupe de quatre conseillers dissidents de la municipalité sortante, avec Dalbavie, Provin et Moulinet qui montent une liste concurrente de celle du maire, qui lui s’affiche très clairement radical-socialiste. Même si cette liste prétend ne pas vouloir de politique au conseil municipal, ses adversaires estiment que cette position cache « le nationalisme, le cléricalisme et la réaction ». Une liste socialiste-révolutionnaire (Lacroix, Lebègue) est également de la partie.

La liste de droite aura un seul élu, Moulinet. Raoult recueille 391 voix pour 1119 votants sur 1363 inscrits, soit 34,9%.

Après sa défaite, Raoult quitte Joinville en 1906. Il est propriétaire à Paris d’un immeuble  113, rue de Ménilmontant (20e arr.) qui est exproprié en février 1914 lors de l’élargissement de la voie. Il est alors domicilié à Vétheuil (Seine-et-Oise, act. Val-d’Oise).

Camille Raoult meurt le 6 mars 1918 à Vétheuil. Il était âgé de 57 ans et n’avait pas eu d’enfant.

Partager cet article
Repost0
10 novembre 2017 5 10 /11 /novembre /2017 00:01

Suite de la biographie d’Henri Martinet

Le domaine social est également investi par Henri Martinet qui, dès mars 1897, est secrétaire de la Fédération des abonnés à la semaine, une organisation qui revendique l’amélioration des conditions de transport des salariés. Elle plaide l’élargissement des abonnements à la semaine aux employés et le droit pour tous d’utiliser tous les omnibus et non les quelques trains qui leur étaient réservés. Une demi-douzaine de comités existent dans les communes des bords de Marne ; ils ont souvent le soutien des élus radicaux-socialistes, comme le député Jules Ferdinand Baulard. Martinet exerce toujours cette fonction fin 1899.

Martinet est en novembre 1902, avec Lucien Delanchy fondateur de l’association communiste des ouvriers menuisiers du département de la Seine, baptisée « Les Égaux, menuiserie ouvrière communiste ». La Société anonyme de production à personnel et capital variables est basée 10, rue Marcadet, à Paris (18e arr.). Elle est constituée avec 1 000 francs, portés à 5 000 francs l’année suivante, par dix menuisiers vivant à Paris pour huit d’entre eux, l’un résidant à Vincennes et Martinet demeurant à Joinville ; la qualité de syndiqué est exigée des ouvriers qui demandent à en faire partie. Par délibération du conseil d'administration en août 1903, Martinet a été nommé directeur. Ayant déménagé au 125, rue de Montreuil (Paris, 11e arr.), la coopérative est déclarée en faillite le 5 mai 1905.

Réinstallé à Champigny probablement en 1903, Henri Martinet dirige une liste du Parti socialiste de France (PSdF) lors des élections municipales de mai 1904 dans cette commune. Albert Thomas, professeur à l’université et futur ministre est lui à la tête de celle du PSF, de tendance plus modérée. Au second tour, les deux listes socialistes fusionnent mais ne présentent que six candidats, nombre correspondant aux sièges qu’ils auraient eu si le scrutin était proportionnel. La liste unifiée comporte cinq noms du PSF et un du PSdF (Martinet). Les radicaux-socialistes l’emportent et Albert Thomas est le seul élu de leur liste. Le conseil est composé de 9 radicaux-socialistes, 5 radicaux, 4 progressistes, 4 cléricaux et un socialiste.

Le même mois, Martinet affronte pour l’élection au conseil général dans le canton de Charenton Amédée Chenal, conseiller général radical-socialiste sortant, qui est réélu. Martinet a recueilli 2 612 voix (34,9%) sur 7 484 votants pour 13 264 inscrits.

Bien qu’officier de réserve, Martinet participe en décembre 1904 puis en janvier 1905 à deux réunions de l’Association internationale antimilitariste des travailleurs à Champigny ; lors de la deuxième, où Martinet représente le PSdF, des incidents sont signalés avec des nationalistes.

Après l’unification socialiste de 1905, Martinet développe la doctrine socialiste lors d’une conférence en novembre à Créteil de la 37e section du Parti socialiste SFIO. Il préside en janvier 1906 une réunion du même parti à Champigny pour commémorer les massacres du 22 janvier 1905 à Saint-Pétersbourg tandis qu’Albert Thomas, rédacteur à L’Humanité et conseiller municipal, confère sur la Révolution russe. Cette même année, Martinet prend part à la fondation d’un hebdomadaire couvrant la 2e circonscription de l’arrondissement Sceaux (Seine), Réveil socialiste, dans lequel il écrit régulièrement. Il collaborera de la même façon à une autre publication hebdomadaire sur le même territoire, en 1909-1910, Voix socialiste.

À suivre.

Partager cet article
Repost0
8 novembre 2017 3 08 /11 /novembre /2017 00:01

Henri François Louis Martinet naît le 4 juillet 1865 à Paris (1er arr.). Il est le fils d’Anne Siblot, couturière et de son époux Pierre Louis Martinet, garçon de salle.

Après un service militaire à la fin des années 1880 dans l’infanterie, il est promu officier, sous-lieutenant de réserve.

Menuisier, résidant 53bis, bd St Germain à Paris (5e arr.), Henri Martinet se marie en octobre 1895 à Champigny-sur-Marne (Seine, act. Val-de-Marne) avec Eulalie Jeanne Burgalat. Un des témoins du mariage est Prudent-Dervillers, maitre tailleur, fondateur du Parti ouvrier socialiste révolutionnaire, conseiller municipal de Paris en 1889 et député de la Seine depuis 1893. Les époux vont d’abord vivre à Champigny, 68, avenue des Deux-Communes, puis à partir de 1899, 8, rue du Pont à Joinville-le-Pont (Seine, act. Val-de-Marne). Son épouse est marchande de poissons.

Il s’engage publiquement en politique auprès de l’extrême-gauche, avec le  groupe socialiste internationaliste du parti ouvrier socialiste-révolutionnaire (POSR) dans la 2e circonscription législative de l’arrondissement Sceaux (Seine) dès février 1898 et dans la structure locale du POSR, l’Union socialiste révolutionnaire de Champigny et Joinville dont il est secrétaire en 1899. Il est délégué au congrès de la salle Wagram de la Fédération des travailleurs socialistes de France de 1900, par son groupe et par l’union syndicale des ouvriers menuisiers du département de la Seine.

Le 26 avril 1900, le comité électoral socialiste-révolutionnaire de Joinville tient une réunion pour l’élaboration d'une liste de candidats lors des élections municipales de mai ; Martinet y participe peut-être. Lors du scrutin, les 23 candidats de la liste du maire radical-socialiste Eugène Voisin sont élus ou réélus.

En novembre 1900, en tant que secrétaire de l’Union socialiste révolutionnaire de Champigny-sur-Marne, adhérente à la Fédération socialiste révolutionnaire internationaliste de la 2e circonscription de Sceaux, Martinet appelle les groupements qui en faisaient partie à rejoindre la Fédération socialiste révolutionnaire de la Seine, fondée le 1er avril 1900. Il devient le secrétaire de la section de la 2e circonscription de Sceaux de la nouvelle entité et préside, en décembre, une réunion plénière extraordinaire. Désigné en mars 1901 comme suppléant de Jean Longuet au comité général du Parti socialiste, où il représente la FTSF, Martinet est un des orateurs de la formation dans les réunions publiques de Champigny, Saint-Maur, Créteil, Le Perreux ou Joinville notamment. Martinet représenta la FTSF au congrès du PSF à Tours (1902).

A suivre.

Partager cet article
Repost0
30 octobre 2017 1 30 /10 /octobre /2017 00:01

René Henri Desouche naît le 25 mai à 1900 Paris (12e arr.). Il est le fils de Louise Desouche et d’Henri Alexandre Émile Graillat, comptable, qui le reconnaît à Saint-Mandé (Seine, act. Val-de-Marne) en juin 1903. Ses parents se marient en juin 1905 à Montreuil (Seine, act. Seine-Saint-Denis). Il porte ensuite le nom de René Graillat. La famille vit à Joinville-le-Pont (Seine, act. Val-de-Marne) où le père est conseiller municipal socialiste et la mère responsable d’une association humanitaire.

À 17 ans, René Graillat s’engage volontairement en juin 1917, devançant l’appel de sa classe. Mobilisé dans les chasseurs à pied, il devient caporal en juin 1918 puis sergent en juin 1919. Il participe aux forces d’occupation françaises en Allemagne entre octobre 1919 et sa démobilisation en juin 1920. Il fait l’objet de deux citations, mettant en avant son influence sur ses hommes et son entrain.

Après-guerre, il est employé et se marie en novembre 1920 à Joinville avec Antoinette Irène Schmeler, dont il divorce en juin 1926. Il se remarie le mois suivant, toujours à Joinville, avec Paule Angéla Lépine, dont il se sépare également en octobre 1929. Il célèbre sa troisième union, à Saint-Maur-des-Fossés cette fois (Seine, act. Val-de-Marne) en janvier 1933 avec Jeanne Anaïs Gibertaud.

C’est dans le monde associatif que René Graillat, qui est également sportif, s’est impliqué. Il participe à ces compétitions de natation et est, jusque 1924 secrétaire général du club cycliste Joinville sportif. Il est également trésorier de la société de secours mutuels Caisse mutuelle Wander à Champigny. À ce titre il est décoré du mérite social en 1937.

En 1936, après s’être installé en 1933 route de Joinville, à Champigny-sur-Marne (Seine, act. Val-de-Marne), il est responsable de la section des cantons de Nogent et de Saint-Maur de la Fédération des sous-officiers de réserve républicains. Une cicatrice abdominale lui vaut d’être classé en service auxiliaire dans la réserve militaire en juin 1934 ; cependant, à sa demande, il est reclassé en service armé en octobre 1938.

Rappelé en septembre 1939, il est affecté dans un bataillon d’ouvriers d’armement aux Forges de Paris puis, en janvier 1940 dans une compagnie d’instruction à Magny-en-Vexin (Seine-et-Oise, act. Val-d’Oise). Ayant rejoint l’infanterie en avril 1940, il est fait prisonnier le 22 juin 1940 et incarcéré en Allemagne. Il est rapatrié et démobilisé en novembre de la même année.

Membre du mouvement Front national, Graillat sert dans le groupe de Champigny du secteur Seine Est des Forces françaises de l’intérieur du 18 au 25 août 1944, avec le grade d’adjudant-chef. Après la Libération, il poursuit son engagement au sein du mouvement du 1er au 20 septembre.

Sur proposition du comité local de Libération de Champigny; René Graillat est nommé en septembre 1944 membre de la délégation spéciale chargée d'administrer provisoirement la commune de Champigny-sur-Marne. Il fait fonction de conseiller municipal.

Vivant désormais boulevard Aristide-Briand, toujours à Champigny, Graillat devient président de la mutuelle du personnel de la Fédération mutualiste de la Seine, poste qu’il occupe en 1960 et 1969.

René Graillat meurt le 30 janvier 1978 à Créteil (Val-de-Marne). Il était âgé de 77 ans et décoré de la croix de guerre avec étoile de bronze, ainsi que de la médaille militaire. Son grand-père, Laurent Graillat, communard, tonnelier et conseiller prud’homme avait été conseiller municipal de Saint-Maur au titre du Parti ouvrier socialiste révolutionnaire.

Partager cet article
Repost0
18 octobre 2017 3 18 /10 /octobre /2017 01:01

Nous entamons ici une série d’articles consacrés à la famille Graillat qui, de la Révolution française à la Ve République, a contribué à la vie politique et sociale en France.

On retrouve trace dès le 17e siècle des Graillat dans à Saint-Vallier (act. Drôme), gros bourg qui deviendra une cité industrielle dès le siècle suivant et dans le village voisin de Ponsas. Les Graillat exercent des activités commerciales, industrielles et artisanales, notamment dans la poterie, disposant manifestement d’un certain statut social.

Pendant la Révolution française, deux Graillat vont jouer un rôle militaire. Flavien Graillat, né en 1770, est incorporé en septembre 1792 fera toutes les campagnes de l’empire et finira chef de bataillon en 1813 après avoir été blessé en Espagne et chevalier de la Légion d’honneur. Ayant acquis le château de Saleton, il devient maire de la commune d'Anneyron (Drôme) et y meurt en fonction le 29 décembre 1840.

Son frère Pierre Augustin Graillat, né en 1771, échappe à l'état ecclésiastique qui lui était promis et s’engage également dans l’armée le 25 avril 1789. En messidor an VI, il aide à sauver la flottille française attaquée par des Mamelucks en Italie. Devenu également en 1807 chef de bataillon, il est tué à la tête de ses hommes à Heilsberg, en Prusse (act. Lidzbark Warmiński, Pologne), le 10 juin 1807.

Plusieurs Graillat seront au cours du 19e siècle conseillers municipaux, adjoints ou maires de diverses communes de la Drôme comme Ponsas, Épinouze, Châteauneuf-de-Galaure et Érome.

C’est la descendance de Laurent Graillat (1785-1836), maçon à Saint-Vallier et de son épouse Marie Françoise Graillat (1777-1849) que nous suivrons dans les prochains articles.

Wikipédia, La ville et du château de Saint-Vallier en 1809, d'après un tableau à l'huile de C.L. Panckoucke

Partager cet article
Repost0
28 septembre 2017 4 28 /09 /septembre /2017 01:01

Adolphe Gervais Morandy naît à Soissons (Aisne) le 7 mars 1833 d’un père, tambour-major dans un régiment d’infanterie, Antoine Joseph Morandy et d’une mère, alors hébergée dans un hôtel, Julie Philippine Hochapffel. Les parents s’étaient mariés en 1825 à Wissembourg, Bas-Rhin, lieu d’origine de la mère.

Adolphe Morandy exercera plusieurs métiers (garçon de bureau à l’Assistance publique, serrurier, lithographe) mais son activité principale semble avoir été illégale.

Encore mineur, vivant à Paris, il est incarcéré le 11 septembre 1850 à la prison de Mazas à Paris (12e arr.) pour le délit de vagabondage et libéré trois semaines plus tard. Le 13 janvier 1853, alors qu’il a adopté le pseudonyme de Pierre Renault, il est de nouveau incarcéré le à Mazas pour vol, condamné le 27 du même mois à six mois de prison puis transféré à la prison des Madelonnettes (Paris, 3e arr.) le  22 mars. Il cumule de 1849 à 1868, huit condamnations dont six pour vol à des peines variant d’un mois à cinq ans de prison.

Lieutenant au 2e bataillon des Francs-tireurs de Paris pendant la guerre franco-allemande en 1870, il était à Versailles quand éclata l’insurrection du 18 mars 1871 (Commune de Paris). Vers le 10 avril, il s’engagea dans les Vengeurs de Paris et fut élu, huit jours après, lieutenant à la 3e compagnie du 2e bataillon. Au témoignage de ses chefs, il avait eu une bonne conduite et montré de la bravoure pendant le premier siège, et il aurait été proposé pour une décoration. Le 23 juin 1871, il se mit volontairement à la disposition de la justice. Condamné, le 27 décembre 1871, par le 3e conseil de guerre, à vingt ans de détention, il obtint une remise de deux ans le 4 février 1878, de trois ans le 12 décembre 1878, puis du reste de sa peine le 24 juillet 1879.

Il est malade à la fin de sa peine et plusieurs journaux auraient annoncé qu’il était mort. Sa grâce est prononcée le 2 août 1879. Il sort finalement de l’hôpital parisien de l’Hôtel-Dieu le 13 septembre et s’installe au sein de sa famille, chemin de Brétigny, dans le quartier de Palissy à Joinville-le-Pont (Seine, Val-de-Marne). Sans ressource, et incapable de travailler, il suscite l’intérêt d’Alphonse Demeestère*, conseiller municipal de la ville qui lance le 15 du même mois une souscription en sa faveur. Cette initiative soulève une polémique, le maire s’y opposant et faisant appel à la police pour l’empêcher. Une majorité du conseil municipal vote un blâme contre Demeestère tandis qu’au contraire plusieurs journaux républicains (Le Petit Parisien, Le Rappel) soutiennent son action. Un sous-comité d'aide aux amnistiés est formé à Joinville-le-Pont pour secourir Morandy ; il est composé du député de la Seine Alfred Talandier* ainsi que de deux conseillers municipaux, Louis Vaudey* et Demeestère.

Le 17 septembre, Morandy demande, dans des lettres aux journaux qui avaient lancé des appels en sa faveur, de reverser le reste du produit à la caisse de secours aux amnistiés pour ses « malheureux compagnons d'infortune ». Il estime avoir reçu suffisamment pour pouvoir attendre avant de « gagner par [son] travail de quoi vivre honorablement. »

Morandy connaîtra de nouveaux ennuis avec la justice. Il est condamné une neuvième fois pour vol en 1889 et reste deux ans en prison. En décembre 1891, deux mois après sa sortie, il se présente de lui-même au commissariat de police parisien du quartier Saint-Germain l’Auxerrois. Il réside alors à Paris, rue Saint-Maur. Il s’accuse d’un vol et de deux tentatives puis assure que si, en sortant de prison, il s’était « juré d'être honnête à l’avenir », il considère que « la maladie du vol » l'a repris. Il demande à être incarcéré, ce qu’il obtient du commissaire de police. Le quotidien La Justice, qui relate l’évènement, trouve que son cas paraît relever « plutôt des aliénistes que des tribunaux ». Morandy était alors âgé de 58 ans et avait déjà passé plus de quinze ans derrière les barreaux.

Adolphe Gervais Morandy meurt le 13 avril 1894 à Paris (12e arr.). Il était célibataire, âgé de 61 ans, domicilié rue des Entrepreneurs et exerçait la profession de lithographe.

Prison de Mazas, Wikipédia

Partager cet article
Repost0
15 août 2017 2 15 /08 /août /2017 01:01

Émile Marie Victor Guérin naît le 2 avril 1876 à Montargis (Loiret). Il est le fils d’Émelie Sophie Alexandrine Chambolle et de son mari Arthur Alcide Guérin, comptable.

Devenu employé de commerce, Guérin s’installe à Paris, rue Saint-Dominique (7e arr.), et y épouse en avril 1902 Justine Massé, employée, originaire de Chabanais (Charente). Il fait un service militaire dans les troupes coloniales, et devient officier de réserve de l'infanterie coloniale, comme lieutenant, en septembre 1908. Il est décoré en tant que chevalier dans l’ordre du Nicham-El-Anouar en mai 1913 pour avoir participé à une campagne au Tonkin (Indochine).

S’étant installé à Joinville-le-Pont (Seine, act. Val-de-Marne), Guérin est devenu chef de service aux établissements Pathé, entreprise cinématographique qui dispose d’usines à Joinville et Vincennes où il est entré en 1907.

En mai 1912, Guérin est élu conseiller municipal de Joinville au second tour sur une liste regroupant des radicaux dissidents, des socialistes SFIO et des libéraux et issue de la fusion sur une base proportionnelle des listes candidats de ces trois tendances au premier. La liste, conduite par Achille Ernest Mermet, radical dissident, qui devient maire, l’emporte face aux radicaux-socialistes officiels de l’ancien adjoint Georges Briolay. Émile Guérin figurait sans doute sur la liste des radicaux dissidents au premier tour.

Pendant la première guerre mondiale, Guérin signale par courrier qu’il n’est pas en mesure de siéger, « faisant son devoir de Français. »

En août 1914, Guérin reprend du service dans les troupes outre-mer. Il rejoint 6e régiment colonial du Maroc stationné près d’Agadir. Il est nommé à titre temporaire capitaine dans le 139e régiment territorial d'infanterie en février 1917 puis confirmé dans ce grade à titre définitif en mai 1918 et affecté au 17e bataillon de tirailleurs sénégalais.

Ne se représentant pas aux élections municipales de 1919, Guérin est chargé de tenir le bureau de vote n° 2 aux écoles de Polangis.

En décembre 1927, il obtient une médaille et une gratification de 5 000 francs pour ses 20 ans de services chez Pathé-Cinéma. En septembre 1935, Émile Guérin, qui réside avenue Henri, dans le quartier de Polangis à Joinville, s’inscrit comme expert-comptable.

Émile Guérin meurt le 1er mars 1956 à Joinville. Il était âgé de 79 ans. Il avait eu au moins un enfant, nommé également Émile Guérin, né en 1917.

Usines Pathé

Partager cet article
Repost0
30 juin 2017 5 30 /06 /juin /2017 01:01

Pierre Guelpa – qui utilisera le prénom de Paul – naît le 22 décembre 1872 à Saint-Julien-en-Jarez, dans la Loire. Ses parents sont Marie Côte et son mari Charles Guelpa, plâtrier. Le père, est mentionné comme « disparu, sans domicile connu » en 1904.

Représentant de commerce, Paul Guelpa est domicilié à Neuilly-sur-Seine (Seine, act. Hauts-de-Seine). Il épouse en avril 1904 à Joinville-le-Pont (Seine, act. Val-de-Marne) Alice Cathy et s’installe dans cette dernière commune. Ils vivent séparés en 1908, leurs deux enfants résidant avec la mère dans le quartier de Polangis ; ils divorceront en décembre 1913.

Dans sa nouvelle commune, Guelpa va jouer un rôle significatif, sur le plan politique comme dans la vie sociale. En décembre 1907, il est chargé d’une mission pour résoudre un conflit entre deux médecins, les Dr Gripon et Vallat, ce dernier conseiller municipal, rivaux pour l’obtention d’un poste de médecin scolaire.

En mai 1908, Guelpa est élu conseiller municipal sur la liste du comité radical-socialiste, conduite par le maire sortant, Eugène Voisin. Elle s’oppose à une liste du comité socialiste évolutionniste, regroupement hétéroclite de libéraux et de socialistes dissidents, ainsi qu’à une liste incomplète de socialistes SFIO ; le Dr Gripon, candidat isolé, et Provin sur la liste évolutionniste seront les seuls opposants à être élus. La liste radicale obtient 65% des suffrages exprimés, les socialistes évolutionnistes 28%, les socialistes SFIO 4,7% et le Dr Gripon 2,3%. Guelpa recueille 506 voix sur 1 319 inscrits, un niveau inférieur à celui des conseillers sortants, mais il est élu au second tour.

Au sein de l’assemblée communale, Guelpa a une place importante. Il est électeur sénatorial à plusieurs reprises, en janvier 1909 puis en mars 1912. Il s’oppose en 1909 au principal animateur radical, Louis Rey, en plaidant pour une conception plus ouverte du compte-rendu de mandat aux électeurs.

Il exerce également un rôle politique national en tant que membre, à partir de 1909, du comité exécutif du parti radical-socialiste. Il siège cette année là à la commission de l'organisation du congrès. Guelpa donne en janvier 1910 une conférence sur « l'école laïque et les évêques » au siège du parti. Il exerce cette fonction jusqu’en 1912. Il est membre de la Fédération radicale et radicale-socialiste de la Seine.

La proximité de Guelpa avec les autorités radicales explique sans doute ses décorations : les Palmes académiques comme officier d’académie en 1908, le Mérite agricole pour « divers travaux sur la sériciculture » en 1910.

À Joinville, Guelpa s’implique également dans la vie locale. Il organise des fêtes estivales en 1908, mais l’hebdomadaire radical Voix des communes estime qu’elles « n’étaient pas réussies ». Il est également président de la société athlétique de Joinville.

Guelpa décide, pour des raisons professionnelles, de quitter la France pour Bilbao (Espagne). Le dîner d'adieux organisé en mars 1912 à la Taverne Pistor à Paris est un évènement dont parlent plusieurs journaux, notamment le quotidien Le Radical. Il avait fondé avec Albert Viney et Pierre Chaffard-Lucon, fin 1910, la Société minière de Villarréal et Salinas pour l’exploitation de mines de fer en Alava.

Le départ, présenté comme définitif, va cependant être rapidement être succédé par un retour pour des raisons militaires, Guelpa étant mobilisé pendant la première guerre mondiale, tout d’abord comme adjudant au 81e régiment d’artillerie lourde. En mars 1916, il devient officier d'administration de 3e classe au sein du génie de l’armée territoriale dans l’aéronautique militaire. Il est promu dans la même arme à la 2e classe en mars 1918.

Après-guerre, Guelpa reste dans l’armée, affecté au 4e bureau du sous-secrétariat d'Etat à l'aéronautique. Il est décoré à ce titre comme chevalier de la Légion d’honneur en janvier 1919. Basculé dans la réserve en 1920, Guelpa est rayé des cadres de l’armée et admis à l’honorariat en février 1923.

Cependant, il est réintégré en juin 1929 et affecté au service général du ravitaillement en matériel d'aéronautique. Il est promu capitaine en juillet 1930 et était toujours en activité en avril 1934, âgé de 62 ans.

Paul Guelpa s’était remarié en juin 1920 avec Alice Marie Céleste Héloïse Bidault à Paris (18e arr.). La date de son décès n’est pas connue.

Bombardier Farman 1918 (Wikipédia)

Partager cet article
Repost0
26 juin 2017 1 26 /06 /juin /2017 01:01

Louis Martin Adrien Buchot naît le 23 août 1815 à Paris (2e arr.). Il est le fils de Marie Louise Fortunée Pitard et de son époux Pierre Buchot, capitaine au corps royal de dragons.

Il s’engage comme soldat à l’âge de 18 ans en 1833 dans le régiment d’infanterie de ligne. Il y progresse en grade, caporal en 1834, sergent en 1835 puis devient officier, sous-lieutenant en 1839. Il est alors affecté au 68e régiment de ligne où il devient lieutenant en 1843 puis capitaine en 1849.

Passé en 1853 au 7e bataillon de chasseurs à pieds, il fait la campagne de Crimée avec l'armée d'Orient. Il meurt du choléra contracté en opérations à l’hôpital de Constantinople le 4 mai 1855.

Il avait été décoré à Toul, en janvier de la même année, chevalier de la Légion d’honneur.

Son père, Pierre, et ses deux frères Pierre Nicolas et Étienne Nicolas, Louis Buchot avaient également été décorés de la Légion d’honneur, l’attribution de cette distinction à quatre membres d’une même famille étant peu courante.

Louis Buchot avait épousé à Toul (Meurthe-et-Moselle) en décembre 1844 Victoire Charlotte Demangeot, originaire de Lunéville. Après sa disparition, sa veuve se verra attribuer en 1864 une concession de terre en Algérie à Bouguirat (act. wilaya de Mostaganem).

Roger Fenton, Deux officiers et un soldat d'une unité de zouaves zn Crimée

Partager cet article
Repost0
24 juin 2017 6 24 /06 /juin /2017 01:01

Étienne Nicolas Buchot naît le 20 vendémiaire an 14 (12 octobre 1805) à Paris (1er arr.). il est le fils de Marie Louise Fortunée Pitard et de son époux Pierre Buchot, alors brigadier au sein des dragons de la garde impériale, en campagne en Autriche cette année-là, puis capitaine.

Comme son père et ses deux frères, Buchot entame une carrière militaire qui fera de lui un officier.

Entré en service en 1824, il est capitaine en 1840 au sein du 18e régiment de ligne, stationné à Versailles. En 1845, il est à Metz, affecté au 2e bataillon de chasseurs d’Orléans, rebaptisé sous la seconde République 2e bataillon de chasseurs à pied.

Devenu chef de bataillon (commandant) à Lyon dans le 18e régiment, il est major (lieutenant-colonel) au 93e régiment d’infanterie de ligne à nouveau à Metz en 1855, quand il prend sa retraite après plus de 31 ans de services effectifs et 7 campagnes.

Marié à Metz en mars 1851 avec Marie-Louise Chir, il s’installe après son retour à la vie civile à Woippy, en Moselle. Il va quitter son domicile en 1872, après l’annexion du nord de la Lorraine à l’Allemagne et s’installer à Briey, dans le département voisin et resté français de Meurthe-et-Moselle.

Comme son père, Pierre, et ses deux frères Pierre Nicolas et Louis Martin Adrien, Étienne Nicolas Buchot a été décorés de la Légion d’honneur, ce qui très probablement une rareté.

Étienne Nicolas Buchot meurt le 11 août 1889 à Nancy, où il vivait alors 119, Grande-Rue. Il était âgé de 83 ans.

Chasseurs à pieds

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Polmorésie, blog d’histoire
  • : Histoire politique, économique, culturelle et sociale au travers des acteurs qui ont se sont engagés dans la vie publique.
  • Contact

Recherche

Liens