Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
15 mars 2019 5 15 /03 /mars /2019 00:01

Louis Théodore Eugène Benoit naît le 28 avril 1832 à Joinville-le-Pont (Seine, act. Val-de-Marne). Il est le fils de Louise Thaïs Destouches et de son époux Louis Théodore Eugène Benoit, restaurateur et marchand de vins en gros. S’il porte les mêmes prénoms que son père, il semble se faire désigner préférentiellement comme Louis Eugène tandis que ce dernier utilise plutôt Louis Théodore.

Devenu boucher, il exerce d’abord à Houilles (Seine-et-Oise, act. Yvelines) où il réside en 1856 puis à Montmartre, qui devient en 1860 un quartier de Paris (18e arr.), où il réside en 1866.

En mars 1856 à Melun, Seine-et-Marne, Louis Eugène Benoit épouse Éléonore Julienne Lagrange. Probablement après la guerre franco-prussienne de 1870, Benoit vient s’installer de nouveau dans son village natal.

Son arrière-grand-père, François Joseph Benoit (1753-1802), perruquier, fut le secrétaire-greffier de La Branche-du-Pont-de-Saint-Maur, ancien nom de Joinville pendant la période révolutionnaire. Son père fut conseiller municipal de Joinville sous monarchie de Juillet (1834-1840). Lui-même participe en novembre 1874  une réunion de soutien à une liste républicaine, qui s’oppose à celle du maire sortant, Auguste Courtin, conservateur. Si plusieurs des promoteurs de cette liste sont battus (Alphonse Demeestère, Victor Moignard, Pouzet et Valéry), Benoit entre lui dans l’assemblée locale en compagnie de Cambier et Pilté. Courtin réélu, laissera la place en cours de mandat à Louis Ferdinand Rousseau, bonapartiste.

Ce dernier est battu lors des élections suivantes, en janvier 1878, les monarchistes sont battus et un maire républicain, Gabriel Pinson, est élu. Louis Eugène Benoit est réélu. Il semble cependant ne plus siéger au conseiller municipal en 1879 et fait peut-être partie des démissionnaires remplacés au cours d’une élection partielle cette année-là.

Louis Eugène Benoit va s’installer à Crépy-en-Valois (Oise), lieu d’origine de sa mère.

Il s’y remarie, en mars 1897 avec Marie Héloïse Delabove. La cérémonie se déroule en application de l’article 75 du Code civil (mariage in extremis) qui permet, « en cas de péril imminent de mort de l'un des futurs époux » de la célébrer en dehors de la maison commune, en l’occurrence au domicile de Benoit, 58, rue Nationale. L’acte précise qu’il en est ainsi « à cause de l’état de santé du futur époux »

Louis Eugène Benoit meurt le 7 mai 1897 à Crépy-en-Valois, un mois et demi après les noces. Il était âgé de 65 ans.

Partager cet article
Repost0
13 mars 2019 3 13 /03 /mars /2019 00:01

Louis Théodore Eugène Benoit naît le 10 février 1809 à La Branche-du-Pont-de-Saint-Maur (Seine, act. Joinville-le-Pont, Val-de-Marne). Il est le fils d’Angélique Geneviève Eugénie Mathieu et de Charles Hubert Benoit, aubergiste. Il est déclaré à l’état-civil sous le nom de Mathieu, celui de sa mère, mais il s’agit vraisemblablement d’une erreur, car c’est bien son père qui fait la déclaration et ses deux parents sont mariés.

Devenu aubergiste et traiteur dans son village natal, Louis Théodore Benoit épouse en novembre 1829 à Crépy-en-Valois Oise) Thaïs Louise Destouches. Ils résident rue du Pont, la commune prenant en 1831 le nom de Joinville-le-Pont. Benoit se spécialise ensuite dans la vente de vins en gros.

Sous la monarchie de Juillet, Benoit est élu au suffrage censitaire conseiller municipal en novembre 1834. Le maire est Laurent Nicolas Pinson. Il siège jusque 1840. Il était le petit-fils de François Joseph Benoit (1753-1802), perruquier, secrétaire-greffier de La Branche-du-Pont-de-Saint-Maur.

Son fils et homonyme, Louis Théodore Eugène Benoit (1832-1897), boucher, sera également conseiller municipal de Joinville-le-Pont (1874-1881).

Louis Théodore Benoit meurt le 3 avril 1845 à Joinville. Il était âgé de 36 ans.

Rue du Pont à Joinville

 

Partager cet article
Repost0
11 mars 2019 1 11 /03 /mars /2019 00:01

Mise à jour d’une biographie publiée le 13/05/2013.

François Joseph Benoit naît probablement le 27 janvier 1753 à Namur (paroisse Saint-Michel), alors dans les Pays-Bas autrichiens, aujourd’hui en Belgique. Il est le fils de Marie Marguerite Joséphine Tavelet et de son époux Jean François Benoit.

Il épouse en juin 1782 dans la paroisse Saint-Nicolas de Saint-Maur Marie Anne Destouches. François Joseph Benoit exerce la profession de perruquier au village de Pont de Saint-Maur où il réside rue du Pont. Ils ont eu plusieurs enfants (Charles Hubert, Louis Marie et François Marie).

Benoit participe à la municipalité de La Branche-du-Pont-de-Saint-Maur constituée en l’an 2 (4 avril 1793). En tant que secrétaire-greffier, il est membre du conseil municipal, exécutif de la commune. En l’an 3, Benoît, accuse réception d'une adresse de la Convention nationale au peuple français.

Le village, qui avait 409 habitants au recensement de 1794, a une administration composée de 5 membres du conseil général, dits notables, élus pour deux ans, et de 6 personnes formant le conseil municipal, autour du maire. Pendant le mandat de François Joseph Benoit, le maire est d’abord Nicolas Lheureux puis Charles-Laurent Parvy.

François Joseph Benoit meurt le 13 ventôse an 10 (5 mars 1802) à La Branche-du-Pont-de-Saint-Maur. Il était âgé de 52 ans. Son décès est déclaré par ses beaux-frères Pierre Antoine Louis Destouches, 54 ans et Jean Antoine Louis Destouches, 38 ans. Tous les deux ont siégé ou siègeront à l’assemblée communale.

Louis Eugène Théodore Benoit, son petit-fils, sera membre du conseil municipal de Joinville (1834-1840). Un autre Louis Eugène Théodore Benoit, fils du précédent et son arrière-petit-fils, sera lui aussi conseiller municipal de la même commune (1874-1881).

 

Partager cet article
Repost0
9 mars 2019 6 09 /03 /mars /2019 00:01

Louis Antoine Soyez naît le 13 octobre 1841 à Brie-Comte-Robert, Seine-et-Marne. Il est le vils de Françoise Anastasie Boulet et de son époux Jean Louis Soyez, vigneron.

Ses parents sont en 1869 blanchisseurs à Saint-Maur-des-Fossés (Seine, act. Val-de-Marne). Lui-même est mécanicien dans la commune voisine de Joinville-le-Pont où il épouse, en septembre 1869, Victorine Julie Robberechts.

Lors des élections municipales de janvier 1878, Louis Soyez est élu au sein du conseil municipal qui voit la victoire des républicains conduits par Gabriel Pinson sur les monarchistes de l’ancien maire, Louis Ferdinand Rousseau.

En octobre de la même année, veuf depuis l’année précédente, Louis Soyez, qui est devenu fabricant d’objets en plumes, se remarie à Joinville avec Adrienne Anaïs Ricq. Ils vivent rue du Canal. Plusieurs plumassiers sont répertoriés dans les communes environnantes et à Joinville, dont Jean Louis Frédéric Bardin auquel Soyez est lié.

Il quitte Joinville peu après et réside, auprès de ses parents, à Saint-Maur, rue du Pont-de-Créteil. En 1879, une élection partielle remplace trois démissionnaires du conseil municipal de Joinville, dont probablement Soyez, qui n’est plus mentionné dans les activités communales.

Louis Soyez meurt le 17 février 1888 à Saint-Maur, à l’âge de 46 ans. Il était de nouveau veuf et père de trois enfants.

Encyclopédie Diderot et d'Alembert, Différents ouvrages du plumassier.

 

Partager cet article
Repost0
3 mars 2019 7 03 /03 /mars /2019 00:01

Suite de la biographie de Laurent Nicolas Pinson

Pinson n’ira pas tout-à-fait au bout de son mandat commencé en 1837. Il démissionne et s’en explique dans une lettre du 6 février : un « riche propriétaire, membre du conseil » est « venu jeter le trouble » dans la commune et le conseil municipal. Le grammairien Charles-Pierre Chapsal, propriétaire du château de Polangis, avait demandé sa radiation et celle de son adjoint, Pierre Bainville (également démissionnaire), devant le tribunal de la Seine le 8 janvier. Pinson estime ne pas avoir les moyens de mener la lutte sur le plan légal. Chapsal, élu conseiller municipal en 1840, considérait les deux édiles comme incapables.

Les élections de février 1843 placent en tête Hippolyte Pinson. Il est nommé adjoint en juillet, tandis que Chapsal, qui n’était pas soumis à réélection, est désigné comme maire, avec une fortune de 50 000 fr.

Ayant abandonné le commerce de bois pour la restauration, avant 1836, Laurent Nicolas Pinson semble avoir vu son patrimoine s’éroder. Ainsi, il n’est sur la liste des électeurs censitaires de 1843 qu’en tant que personne qualifiée et figure l’an suivant sur la liste supplémentaire.

C’est probablement lui le Pinson, ancien marchand de bois, à Joinville-le-Pont, qui fait faillite en novembre 1844.

Laurent Nicolas Pinson meurt le 11 mai 1867 à Joinville. Il était veuf, père de 5 enfants et âgé de 78 ans. Son frère Hippolyte Pinson, était toujours adjoint au maire, et il s’agissait alors d’Auguste Courtin, fils adoptif de Chapsal.

Son petit-fils, Gabriel Pinson, sera maire de Joinville de 1878 à 1888. Quant à son petit-neveu, Albert Louis Bocquentin, il siégea comme conseiller municipal de 1890 à 1892. Ainsi, l'ancêtre Laurent François Pinson et ses descendants occupèrent-ils des fonctions communales presque sans interruption pendant un siècle.

C’est dans l’église de Joinville, financée par la famille Chapsal et inaugurée sept ans avant, que les obsèques de Pinson furent organisées.

Fin

Partager cet article
Repost0
1 mars 2019 5 01 /03 /mars /2019 00:01

Suite de la biographie de Laurent Nicolas Pinson

Une ordonnance du 19 août 1831 décide le changement de nom de la commune. Dernier maire de La Branche-du-Pont-de-Saint-Maur, Laurent Nicolas Pinson devient aussitôt le premier magistrat de Joinville-le-Pont.

Lors des premières élections, au suffrage censitaire, le 30 septembre 1831, le conseil municipal est renouvelé par moitié. Laurent Nicolas Pinson est élu, en compagnie notamment de deux anciens maires, Jean Mathurin Lemaire et Jean Joseph Robin.

Six ans plus tard, en mai 1837, il est réélu en obtenant 32 voix pour 46 votants sur 61 inscrits. Il est renouvelé dans son mandat de maire et affiche, cette fois, une fortune, en baisse, de 2 000 fr.

En 1838, Leblanc de Ferrière donne une description du village de 600 habitants dont Pinson est le maire. Il donne « à la garde nationale une belle compagnie de 100 grenadiers, incorporés au 3e bataillon de la 4e légion de la banlieue ». Le pont, encore appelé pont de Saint-Maur (qui deviendra vite pont de Joinville) est un ouvrage de pierres, « nouvellement rebâti, et digne de remarque par la beauté et la solidité de sa construction. Il a vingt-une arches, 600 mètres de longueur et 12 mètres de largeur. »

« Le séjour de Joinville est aussi salubre qu'agréable. Les rues sont pavées et en bon état d'entretien. Les loyers y sont chers et très-recherchés par les habitants de Paris, pendant la belle saison. On s'y procure aisément toutes les nécessités de la vie, mais à un prix aussi élevé que dans la capitale, le vin et quelques légumes exceptés.

« La situation du village est charmante. Une vue magnifique sur le cours de la Marne et sur la riche plaine qu'elle arrose ; des promenades et des sites sans cesse variés, de beaux jardins, le bois de Vincennes et le canal de Saint-Maur, tout contribue à faire de Joinville un lieu de plaisir et de rendez-vous pour les environs et pour Paris; aussi compte-t-on dans ce village un grand nombre de restaurateurs et de marchands de vin. Les mœurs des habitants se ressentent de cette fréquentation ; ils sont, en général, doux, prévenants et paisibles, industrieux d'ailleurs, et se livrant au travail avec ardeur.

« L'ordre public est maintenu par une brigade de gendarmerie. L'église de Saint-Maur-des-Fossés sert de paroisse à Joinville, qui n'a pas encore d'édifice consacré au culte religieux. Le cimetière aussi est commun aux deux villages ; il est situé hors de l'enceinte de l'un et de l'autre, entouré d'un beau mur, tenu avec le soin convenable, et décoré de quelques monuments qui méritent d'être remarqués.

« Les secours à l'indigence sont administrés d'une manière qui mérite les plus grands éloges ; ils sont répartis avec justice, et l'on ne souffre pas que le mendiant de profession abuse de la charité publique.

« L'instruction a plus d'un établissement, dans ce village. Il compte une école primaire pour les garçons, deux écoles semblables pour les filles, et un pensionnat de jeunes garçons tenu par M. Molette: Le territoire de la commune comprend environ 1,000 arpents ; il est cultivé avec intelligence, et l'agriculture y fait de grands progrès dans toutes ses branches. Il produit des céréales de toute espèce, une grande quantité de pommes de terre et de très-bons fourrages. On compte 250 arpents de bois propre au chauffage.

« Joinville possède une fabrique de sucre de betteraves, mise en mouvement par une machine à vapeur. M. Manon en est le propriétaire. M. Couteau a établi une belle fabrique de cuirs et de toiles vernis, qui occupe cinquante ouvriers. Joinville fait en outre un commerce assez considérable de bois de chauffage et de charpente.

« Ce village communique facilement avec Paris, tant par les Omnibus et leurs correspondances, qui vont jusqu'à Saint-Maur, que par les autres voitures publiques, si fréquentes sur la route de Lagny, Coulommiers, Provins, etc. »

A suivre

La délibération prenant acte du changement de nom de la commune

 

Partager cet article
Repost0
27 février 2019 3 27 /02 /février /2019 00:01

Début de la biographie de Laurent Nicolas Pinson

Laurent Nicolas Pinson naît le 8 novembre 1788 à Pont-de-Saint-Maur, village de la paroisse de Saint-Maur-des-Fossés, qui deviendra Joinville-le-Pont (act. Val-de-Marne). Il est le fils de Jeanne Marguerite Mathieu et de son mari, Laurent François Pinson, marchand de bois.

Officier municipal (soit adjoint au maire) pendant la période révolutionnaire, de 1791 à l’an 3 (1795), Laurent François Pinson devint le maire de la commune de La Branche-du-Pont-de-Saint-Maur, créée en 1790 à partir de l’ancien village du Pont-de-Saint-Maur. Il conserva son poste pendant le Premier Empire puis au début de la Restauration, jusqu’à sa mort en fonction le 27 décembre 1814. Il était chevalier de la Légion d’honneur.

En juillet 1810, toujours à La Branche-du-Pont-de-Saint-Maur, Laurent Nicolas Pinson épouse Marie Claudine Martine Coquot, originaire de la Marne.

Laurent Nicolas Pinson succéda, selon ses propres déclarations, à son père au sein du conseil municipal dès 1815. Cependant, les archives ne mentionnent pas sa présence à cette date et ne conservent qu’une proposition pour cette fonction en 1818, faite par le maire Jean Joseph Robin, mais elle ne semble pas avoir été suivie de sa nomination effective. Peut-être est-il nommé en 1819, quand l’adjoint au maire René Neveu démissionne. Sous le régime de la Restauration, les membres du conseil sont désignés par arrêté préfectoral.

Il devient lui-même adjoint au maire en septembre 1821 quand Claude Pierre Jacmart, alors adjoint, est nommé maire en remplacement de Jean Joseph Robin, démissionnaire pour raisons de santé.

Au moment de la publication de l’arrêté qui l’installe dans sa fonction, la fortune de Pinson, toujours marchand de bois, est estimée à 1 000 francs ; c’est un montant inférieur à celle de son prédécesseur, Jacmart (3 000 fr.) et encore plus à celle de l’ancien maire, Robin (6 000 fr.). Il est rejoint au sein de l’assemblée communale, à partir de 1827, par son frère, Hippolyte Pinson.

Après la Révolution de juillet 1830, la municipalité, qui reste en place, engage une démarche auprès du nouveau roi Louis-Philippe pour obtenir le changement de nom du village, qui reste trop marqué à son goût par la scission de 1790 d’avec Saint-Maur-des-Fossés. Pour réussir, les joinvillais proposent le nom de François, prince de Joinville, fils du souverain. Cette démarche est qualifiée par des historiens comme Georges Poisson et Jean Tulard de « pure flagornerie ». Elle est contestée par la commune voisine de Saint-Maur qui n’avait pas renoncé au rêve d’un retour dans le même giron.

Cependant, elle semble plaire au roi des Français, puisque Louis-Philippe accorde, le 13 septembre 1830, une audience à la députation de la commune et de la garde nationale du Pont-de-Saint-Maur, présidée par le maire. En leur nom, Jacmart « demande que leur commune porte désormais le nom de SAR le prince de Joinville ». Le nouveau monarque leur répond : « Je reçois votre adresse avec beaucoup de plaisir. J’en ai toujours beaucoup à recevoir les députations qui m’apportent l’expression de sentiments si agréables pour moi. Maintenir les institutions et assurer à tous les citoyens le libre exercice de leurs droits, sera le but constant de mes efforts. Je compte sur le concours de la garde nationale. »

Quelques jours avant cette cérémonie, le 1er septembre, Claude Pierre Jacmart venait de démissionner de son poste. Laurent Nicolas Pinson échange son poste d’adjoint contre celui de maire. Il est officiellement installé le 27 septembre. À ce moment, son patrimoine s’est augmenté, puisqu’il fait état d’une fortune de 3 000 fr.

A suivre

 

Partager cet article
Repost0
25 février 2019 1 25 /02 /février /2019 00:01

Alexis Aristide Picard nait le 5 mars 1841 à Ivry, Seine (act. Ivry-sur-Seine, Val-de-Marne). Il est le fils de Virginie Véronique Weber et de son mari Armand Aristide Picard, marchand de bois qui résident quai de la Gare dans la commune.

L’oncle d’Alexis, Gabriel Noël Picard (1800-1873), également marchand de bois, fut conseiller municipal (1834) puis adjoint au maire (1834) et enfin maire d’Ivry (1836), fonction qu’il occupa jusqu’au 31 décembre 1859, la ville de Paris annexant le territoire où se situait sa maison début 1860. Conseiller général de la Seine depuis 1849, il devint de droit conseiller municipal de Paris. Il était officier de la Légion d’honneur.

C’est le père d’Alexis et frère de Gabriel Noël Picard, Armand Aristide Picard (1809-1902) qui prit la succession à la mairie et fut le maire d’Ivry de 1860 à 1869.

Leur frère cadet, Laurent Alexis Picard (1814-1900), avocat à la cour d'appel, a également exercé un mandat politique en tant que conseiller général de l’Oise. De tendance conservatrice, mais républicain, il était chevalier de la Légion d’honneur.

Devenu luis aussi marchand de bois, Alexis Picard réside quai de la Gare à Ivry (jusqu’en 1860) puis à Paris, où il est toujours mentionné en 1876. Cependant, il dispose également d’une résidence à Joinville-le-Pont (Seine, act. Val-de-Marne), où, en septembre 1870, il est élu conseiller municipal trois semaines après la proclamation de la troisième République.

La commune, qui comptait 2 086 habitants au recensement de 1866, est le lieu de la bataille de Champigny avec sa voisine Champigny-sur-Marne du 30 novembre au 3 décembre 1870, pendant la guerre franco-prussienne. Elle occasionne d’importantes destructions, dont celle du pont de Joinville, et de nombreux morts, principalement militaires. Pour fuir les combats, la population tout entière émigre à Paris. Le conseil municipal continue cependant de fonctionner. Pour se réunir, il loue un local d’abord, en septembre 104, rue du Bac à Paris (7e arr.) puis en novembre 105, boulevard Voltaire (11e arr.), qui deviennent ainsi la mairie provisoire de Joinville.

Les Joinvillais rentrent chez eux dans le courant du premier trimestre 1871. La municipalité reprend possession de la mairie, qui a subi d’importantes dégradations, et y tient son premier conseil municipal le 1er avril 1871, pendant la Commune de Paris.

Comme le maire sortant, Auguste Courtin, conservateur, Alexis Picard est réélu lors du nouveau scrutin municipal de juillet 1871. Toujours avec Auguste Courtin, Alexis Picard est reconduit en novembre 1874. La majorité sortante conservatrice avait alors face à elle une liste républicaine, qui obtient au moins trois élus (Benoit, Cambier et Pilté).

En septembre 1876, Louis Ferdinand Rousseau, alors adjoint remplace comme maire, Courtin, qui quitte la commune. Le nouveau premier magistrat, bonapartiste, est battu lors des élections municipales générales de janvier 1878 et Picard cesse son activité politique publique.

Il s’était marié, en mars 1863 à Paris (3e arr.) avec Hélène Adelphine Payen. Il disparaît de son domicile de Joinville le 4 juin 1879 et son absence est juridiquement constatée en avril 1887. Il est mentionné comme vivant lors du décès de son épouse en août 1905 à Paris (12e arr.) et comme mort lors de la disparition de son fils aîné en avril 1928.

Peut-être faut-il l’assimiler à Adolphe Aristide Picard, inscrit sur les listes électorales de Coolgardie (Australie occidentale) entre 1906 et 1912 puis, dans le même territoire à Dampier en 1916 et 1917 et de nouveau à Coolgardie entre 1922 et 1925.

Son enfant Adolphe Aristide Picard (1864-1928), négociant en bois, fonda en 1908 la Société sucrière de Santo-Eduardo, dans l’État de Rio-de-Janeiro au Brésil. Il fut fait chevalier de la Légion d'Honneur.

Partager cet article
Repost0
22 février 2019 5 22 /02 /février /2019 00:01

Henry Vrain Charles François Lange naît le 8 mars 1896 à Joinville-le-Pont (Seine, act. Val-de-Marne). Il est le fils de Clotilde Lange et de son époux Vrain Émile Léon Henri Louis Lange, ingénieur civil.

Mobilisé pendant la première guerre mondiale, Henry Lange est décoré de la Croix de guerre 1914-1918, de la Médaille militaire et de la Croix de guerre belge. En 1921, il est maréchal des logis de réserve au 33e régiment d'artillerie.

Installé à Angers, Maine-et-Loire, Henry Lange va travailler comme économe à l’hôpital, avec un statut de fonctionnaire. En mai 1921, il épouse dans cette ville Yvonne Élisabeth Marguerite Le Lagatdée.

En juin 1941, pendant la deuxième guerre mondiale, Henry Lange est contacté par Maurice Tardat, précurseur de la Résistance angevine, qui le recrute pour le réseau de renseignement de la Confrérie Notre-Dame (CND-Castille). Il y est agent de renseignement P1. Il sera homologué au titre des Forces françaises libres et des Forces françaises combattantes.

Fondée en 1940, la Confrérie Notre-Dame est un réseau de renseignements relié au Bureau central de renseignements et d'action (BCRA). Elle est dirigée par le colonel Rémy (Gilbert Renault).

Henry Lange meurt le 12 mai 1984 à Angers. Il était âgé de 88 ans. Il avait eu un enfant. Il a été décoré chevalier de la Légion d’honneur.

Henry Lange, photo CND-Castille

 

Partager cet article
Repost0
18 février 2019 1 18 /02 /février /2019 00:01

Victor Eugène Bluche naît le 11 décembre 1885 à Bérou-la-Mulotière (Eure-et-Loir). Il est le fils de Marie Eugénie Fransioli et de son époux Gédéon Jullien Bluche, ouvrier d’usine.

Devenu tréfileur à l’usine Bi-Métal de Joinville-le-Pont, Victor Bluche s’est installé avec sa mère dans la commune avant 1905. Il effectue son service militaire entre 1906 et 1908.

Ayant repris son travail, il prend une part active à la grande grève des ouvriers de l’établissement métallurgique. Le 19 janvier 1910, la majorité des quelques 240 ouvriers se mettent en grève avec l’appui de l'Union syndicale des ouvriers sur métaux. Le syndicat est affilié à la Confédération générale du travail (Cgt), fondée en 1895 et unifiée en 1902 avec la fédération des bourses du travail ; la Cgt a adopté en 1906 la charte d’Amiens, qui reste la base idéologique du syndicalisme français.

Leurs demandes consistent en une revalorisation des salaires. Le conflit, particulièrement long, deviendra très violent, illustrant la rudesse des rapports sociaux au début du vingtième siècle. Il aura des échos à la Chambre des députés comme dans toute la presse.

Le langage de la presse de l’époque est fleuri. Le quotidien socialiste L’Humanité, fondé par Jean Jaurès en 1905, donne la parole au syndicaliste-révolutionnaire Gaspard Ingweiller (1876-1960, résidant à Paris). C’est lui qui dirige la grève joinvillaise, en tant que secrétaire de l’Union des métaux : « Les métallurgistes s'étant aperçus qu'un foyer de jaunisse [des non-grévistes embauchés par la direction] existait à l'usine de Canalisation électrique de Joinville-le-Pont, décidèrent d'accord avec les autres organisations en grève, de prendre de vigoureuses mesures de prophylaxie pour éteindre le foyer infectieux, considérant qu'il vaut mieux prévenir que guérir. »

Les syndicalistes se félicitent que, après trois semaines, « aucune défection se soit produite ». Des « cuisines communistes » fonctionnent pour fournir les repas aux grévistes et à leurs familles. Les enfants des métallurgistes en lutte sont pris en charge par d’autres militants afin d’écarter « le souci moral occasionné dans les luttes ouvrières par la présence des enfants. »

L’usine qui fabrique notamment des fils téléphoniques, est sous les eaux au cours de l’inondation historique  de la Marne qui recouvre tous les terrains bas pendant tout le mois de février. Début mars, les eaux s’étant retirées, la direction voulut procéder au graissage des machines qui avaient été submergées. Une vingtaine de mécaniciens parisiens est recrutée par les contremaîtres vendredi 18 mars ; ils arrivent accompagnés matin et soir par une escorte de policiers entre la gare du chemin de fer et l’usine. Mais l'entrée des ateliers est barrée par des grévistes embusqués qui leur interdisent l'accès de l'usine, tirant même des coups de revolver ; dix grévistes seront arrêtés.

La direction décide alors de faire appel au « Syndicat des jaunes », un mouvement anti-gréviste fondé en 1899 et soutenu par des groupes d’extrême droite. Le lundi 21 mars, ils sont une quarantaine, toujours accueilli par des protestations des grévistes. La tension monte encore. Des menaces de mort ont été adressées au directeur et des fils télégraphiques et téléphoniques ont été coupés à Saint-Maurice et dans le Bois de Vincennes.

Un des ouvriers nouvellement embauché est surpris emportant des pièces de cuivre dans une toile dissimulée sous son veston. La police procède à une fouille à l’entrée de la gare parmi les ouvriers qui regagnaient Paris : elle trouve sur six d’entre eux une moyenne de vingt kilos de métal ; ils sont eux aussi envoyés en prison. Le lendemain, un autre est encore convaincu de vol. La direction de l'usine décide alors de congédier tout le personnel nouvellement embauché et de fermer les ateliers.

Six grévistes du Bi-Métal comparaissaient, le 12 avril, devant le tribunal correctionnel, pour entrave à la liberté du travail, outrages aux agents et port d'arme prohibée ; le 27 mars, ils avaient attaqué à coups de pierres el de bâtons des travailleurs non-grévistes. Victor Bluche, qui est présenté comme un meneur, est condamné à trois mois de prison pour « entrave à la liberté du travail et violences aux agents » par le tribunal correctionnel de la Seine. Gaston Florence reçoit la même peine, tandis que son futur beau-frère François Lucchi et Jean Elipoura, (dit Lepicoura) se voient infliger deux mois de prison et Catherine Gutbrod (née Thomé), quinze jours.

Le 18 avril, l’usine rouvre après pratiquement trois mois d’arrêt, et la plupart des ouvriers reprennent le travail. Mais les incidents se poursuivent, avec notamment le sabotage de lignes téléphoniques. Au total, 25 personnes impliquées dans le conflit auront été arrêtés. Des bagarres se produisent encore le 5 mai, lors d’un meeting organisé dans la vaste salle de la coopérative de Gravelle à Saint-Maurice.

Un « comité révolutionnaire secret de la région de Joinville » dont le syndicaliste révolutionnaire Émile Pouget (1860-1931), fondateur du Père Peinard puis rédacteur en chef du journal de la Cgt, La Voix du peuple, vante l’action dans son ouvrage Le sabotage paru la même année revendique la coupure de 795 lignes téléphoniques et télégraphiques du lors d’actions conduites entre le 8 et le 28 juillet 1910 pour « protester contre l'arrestation arbitraire du camarade Ingweiller, secrétaire de l'Union syndicale des ouvriers sur métaux, les poursuites scandaleuses engagées contre le comité de grève du Bi-Métal et les condamnations prononcées le 25 juillet 1910. »

Pendant la première guerre mondiale, Victor Bluche est d’abord mobilisé au 82e régiment d’infanterie. Malade, il est hospitalisé plusieurs mois à partir de février 1915 puis, en octobre de la même année, affecté à l’autre usine du groupe Bi-Métal, celle d’Alfortville (Seine, act. Val-de-Marne). Il est rebasculé dans les rangs combattants en juillet 1917 et finalement démobilisé fin mars 1919.

En octobre 1918, Victor Bluche s’était marié avec Marie Jeanne Lucchi à Joinville.

À partir de 1926, il est devenu conducteur de machine à vapeur au sein de l’usine des eaux de la ville de Paris, située sur le territoire de Joinville. Il est victime en 1935 d’un accident de travail et se voit attribuer une pension. Il obtient aussi, en février 1937, la Médaille d’honneur communale et est alors employé au sein de la direction générale des travaux de Paris.

Victor Eugène Bluche meurt le 29 novembre 1937 à Joinville, peut-être des suites de son accident. Il était âgé de 51 ans et avait deux filles mineures.

Atelier de l'usine Bi-Métal

 

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Polmorésie, blog d’histoire
  • : Histoire politique, économique, culturelle et sociale au travers des acteurs qui ont se sont engagés dans la vie publique.
  • Contact

Recherche

Liens