Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
25 septembre 2019 3 25 /09 /septembre /2019 01:01

Marcel Gaston Diot naît le 17 septembre 1879 à Joinville-le-Pont (Seine, act. Val-de-Marne). Il est le fils de Claire Julie Olive Bérel et de son époux Henri Victor Diot, distillateur, qui exploitent un restaurant au 38, rue de Paris à Joinville.

Il effectue sa scolarité dans l’institution laïque privée du Parangon, à Joinville, au cours de laquelle il partage les récompenses avec son frère Jules, notamment en 1896 et 1897.

Devenu comptable, Marcel Diot est incorporé pour son service militaire en novembre 1900 au 45e régiment d’infanterie, mais il est réformé en avril 1901 pour bronchectasie.

Comme son père, conseiller municipal de la commune entre 1878 et 1912, Marcel Diot milite au parti radical-socialiste. Il est secrétaire-trésorier du comité radical-socialiste de Joinville en 1908. Il rend compte d’une conférence, organisée dans la commune le 11 avril, par deux membres du comité exécutif du parti, Balans et Dominique, qui débattent de l’activité des radicaux-socialistes en matière sociale et des rapports avec les socialistes. La réunion est l’occasion d’une contestation de la lutte des classes et de l’antimilitarisme d’Hervé, dirigeant de la SFIO. Un débat est engagé sur l’indemnité de 15 000 francs attribuée aux élus, que défend Dominique.

Au cours de la première guerre mondiale, il est mobilisé le 9 avril 1915 mais réformé dès le 18 du même mois. En mars 1921, il est reconnu atteint d’une tuberculose qui lui vaut une pension d’invalidité de 30%.

À partir de 1915, il réside à Paris (16e arr.), avenue Mozart, où il se marie en décembre 1930 avec Marie Catherine Loisier.

Marcel Diot meurt le 10 février 1965 à Créteil (Seine, act. Val-de-Marne). il était âgé de 85 ans.

Le Parangon 1891

 

Partager cet article
Repost0
23 septembre 2019 1 23 /09 /septembre /2019 01:01

Suite de la biographie d’Henri Diot.

La campagne électorale municipale de mai 1908 voit s’affronter avec les radicaux-socialistes une liste socialiste SFIO et une liste du comité socialiste évolutionniste, appellation locale d’un groupement d’anciens socialistes (Eugène Hainsselin), de radicaux dissidents (Leteuil) et de conservateurs (Provin). Il y a six élus radicaux dès le premier tour, dont Diot. La majorité radicale remporte 15 sièges supplémentaires au second tour, en laissant un aux opposants (Provin) et un autre à un indépendant (Dr Gripon) ; le premier adjoint sortant, Jullien, radical-socialiste, est battu, Eugène Voisin est réélu.

En plein inondation de la Marne, le 22 février 1910, Diot est secrétaire d’une réunion de préparation aux élections législatives qui réunit 200 à 250 personnes dans le quartier de Polangis, au côté de Gallas, président du comité radical-socialiste. Il fait partie d’une délégation des élus de la banlieue Est de Paris qui vont, en décembre 1910, remercier les sénateurs de la Seine pour l’aide apportée lors des inondations.

La perspective du départ d’Eugène Voisin, maire depuis 1888 et malade, va accélérer les tensions au sein du conseil municipal. Si le comité radical-socialiste est encore uni pour un compte-rendu de mandat en février 1911, la majorité éclate en mars avec un affrontement entre Louis Rey, conseiller municipal et idéologue du mouvement, et Henri Vel-Durand, qui vise la succession du maire à propos d’incidents dans l’école de Polangis. Vel-Durand et les éléments les plus conservateurs du conseil, Mermet, Watrinet, Arnaud et Poitevin font dissidence. Diot se voit remettre en juin 1911 une médaille d’honneur pour 30 ans de mandat.

Cependant, lui aussi va s’opposer à Rey, refusant sa proposition de réaliser un médaillon en bronze de Voisin, à placer dans la salle des délibérations du conseil municipal. Les dissidents attaquaient cette idée, critiquant le fait qu’on gaspille l’argent public et Diot signe leur appel. Il assure : « on ne doit pas statufier les vivants » et critique le fait que Voisin, en tant qu’entrepreneur de fêtes publiques, aurait eu un intérêt à rester maire.

Diot n’est pas réélu lors du scrutin de mai 1912 qui voit la victoire d’une coalition des radicaux dissidents, de libéraux et conservateurs ainsi que des socialistes SFIO face à la majorité sortante radicale-socialiste.

Henri Victor Diot meurt le 1er juillet 1920 à Joinville. Il était âgé de 75 ans. En janvier 1905, il avait été décoré des Palmes académiques en tant qu’officier d’académie.

Son épouse fut active dans des œuvres humanitaires dans la commune. Un de ses fils, Marcel Diot, comptable, fut, en 1908, secrétaire trésorier du comité radical-socialiste de Joinville. Le deuxième, Charles Diot, reprit l’activité de distillation de son père, développant un établissement en Haute-Marne avec un associé de ce dernier, Schérer.

Fin.

Rue de Paris, Joinville

 

Partager cet article
Repost0
21 septembre 2019 6 21 /09 /septembre /2019 01:01

Suite de la biographie d’Henri Diot.

Face à une liste du comité électoral socialiste-révolutionnaire, la majorité municipale sortante est une nouvelle fois réélue avec à sa tête Eugène Voisin. Diot arrive en quatrième position, après le maire, son premier adjoint Henri Jullien et un conservateur, Moulinet, avec 660 voix pour 1 096 inscrits.

Il prend part à la campagne législative de 1902, qui voit l’élection d’Adolphe Maujan comme successeur de Jules Ferdinand Baulard. Il est assesseur d’une réunion publique en mars où les radicaux s’opposent à une « bande de nationalistes ». Il est membre du Comité d’union et d’action républicaines de la 2e circonscription de Sceaux, en tant que représentant du groupe radical-socialiste de Joinville, avec Jullien, adjoint au maire, Villain et Leteuil, conseillers municipaux.

En juin 1902, le Comité républicain radical-socialiste de Joinville décide de devenir une structure permanente, suivant la mise en place l’année précédente du parti radical national en tant que formation pérenne. Jusqu’ici, les comités étaient fondés à chaque scrutin. Diot en est membre avec Jullien, Leteuil, Roussel, Salles, Vallat, Vel-Durand, et Villain.

Le même mois, Diot fait partie des 13 élus locaux qui, contre 5 et une abstention, se prononcent contre l’autorisation demandée par les Sœurs enseignantes de la Providence pour leur installation à Joinville.

Le renouvellement du conseil municipal, en mai 1904, voit s’affronter les quatre conseillers municipaux conservateurs qui avaient été intégrés dans la liste Voisin la fois précédente (Dalbavie, Raoult, Provin et Moulinet), une liste socialiste-révolutionnaire et la majorité sortante, qui s’affiche désormais ouvertement comme radicale-socialiste avec le soutien du comité local. Elle revendique « une réprobation énergique du nationalisme et du cléricalisme » en même temps que ses « sentiments démocratiques » et sa « fidélité au vieux programme républicain. »

Comme 14 autres de ses colistiers, Diot est réélu dès le premier tour avec 622 voix pour 1 363 inscrits et 1 119 votants (55,6%). Les radicaux avaient atteints une moyenne de 50,2% face à la droite à 31,9% et aux socialistes à 14,9%. Au second tour, le centre-gauche remporte sept des sièges restant, en laissant un aux conservateurs (Moulinet). En avril 1907, Diot est une nouvelle fois délégué sénatorial.

À suivre.

Rue de Paris, Joinville

 

Partager cet article
Repost0
19 septembre 2019 4 19 /09 /septembre /2019 01:01

Suite de la biographie d’Henri Diot.

Le décès, en juillet 1888, de Gabriel Pinson va changer la donne dans la politique locale, le nouveau maire, ancien premier adjoint, Eugène Voisin se rapprochant des radicaux.

Avec une demi-douzaine d’autres joinvillais, Diot est signataire en janvier 1889 d’un appel de l’Union des républicains du canton de Charenton qui soutient le président du conseil général, Jacques, contre le général Boulanger, candidat à une élection législative partielle ; c’est ce dernier qui l’emporte. Diot est membre d’un groupe d’une vingtaine de joinvillais qui s’opposaient au candidat populiste, comprenant le maire et les radicaux de la commune.

Trois conseillers municipaux radicaux, Demeestère, Diot et Henry Vaudémont (élu lors d’un scrutin partiel en avril 1890) rendent compte de leur mandat publiquement de leur mandat en octobre 1890, conformément à un engagement électoral. Ils expliquent leur rôle pour la préservation du projet de tramway, demandent « de faire reboucher la porte du curé », souhaitent l’installation de lanternes d’éclairage public et soutiennent plus généralement « des réformes démocratiques et sociales ».

Les trois radicaux sont élus délégués sénatoriaux en décembre 1890, preuve de leur influence grandissante dans l’assemblée locale, et convainquent leurs collègues de tenir en octobre 1891, pour la première fois,  une séance rendu publique de compte de mandat. Elle est présidée par Jules Ferdinand Baulard, ancien conseiller municipal, conseiller général et futur député radical de la circonscription. Seuls deux élus, de tendance conservatrice, ne s’associent pas à cette initiative.

Le renouvellement de l’assemblée locale, en mai 1892, voit le triomphe des radicaux, conduits par Eugène Voisin, qui remportent 22 des 23 sièges à pourvoir, dont 17 au premier tour, tandis que les conservateurs n’en recueillent qu’un. Diot est élu dès le premier tour avec 362 voix sur 639 suffrages exprimés pour 644 votants. Il est membre des commissions des finances, des marchés d’alimentation, des logements insalubres, de l’octroi ainsi que de la caisse des écoles.

Lors d’une assemblée publique, en octobre 1892 à Joinville, Diot se prononce en faveur du député radical Baulard. Il proteste en novembre 1895 contre la tenue de séances du conseil municipal l’après-midi, ce qui empêche la participation de certains membres. Il participe en novembre 1895 à une souscription en faveur des victimes de la catastrophe de l'usine Bi-Métal de Joinville, qui fait cinq morts après une explosion.

La réélection de la municipalité se fait, en mai 1896, sans opposition, les 23 candidats de la seule liste Eugène Voisin obtenant une moyenne de 800 voix pour 918 inscrits.

L’Union des radicaux-socialistes de la 2e circonscription de Sceaux (département de la Seine), dont Demeestère a été longtemps le président, intègre Diot comme représentant de Joinville dans son bureau en mars 1898. Il est de nouveau délégué sénatorial en janvier 1900.

À suivre.

Usine Bi-Métal de Joinville

 

Partager cet article
Repost0
17 septembre 2019 2 17 /09 /septembre /2019 01:01

Suite de la biographie d’Henri Diot.

Sur le plan politique, Henri Diot fait partie de la liste républicaine qui s’oppose, en janvier 1878 au maire sortant, bonapartiste, Louis Ferdinand Rousseau, qui est battu. Gabriel Pinson, républicain modéré, est élu maire.

Au sein du conseil municipal, Diot se solidarise avec Alphonse Demeestère, qui a lancé une souscription pour venir en aide à un ancien officier communard, récemment libéré et malade, Adolphe Morandy. Le maire fait voter un blâme contre Demeestère, futur pilier du radical-socialisme à Joinville, mais huit élus s’y opposent, dont Diot. Aucun d’entre eux n’est réélu en 1881.

Par contre, en mai 1884, toujours avec Gabriel Pinson comme maire, Diot figure sur la liste républicaine, conduite par Pinson. Elle avait obtenu au premier tour une moyenne de 310 voix, contre 56 à une liste conservatrice. Diot est élu au second tour de scrutin, en compagnie de Demeestère, avec 205 suffrages. Il joue un rôle politique significatif, étant désigné comme électeur sénatorial en juillet 1885 et figurant parmi les quatre délégués joinvillais au sein du comité central radical-socialiste avec Demeestère, l’ouvrier Thyme et le rentier Vaudey.

Toujours en compagnie de Demeestère, Diot est à l’origine d’un incident au sein de la municipalité en mars 1887. Conformément aux positions des radicaux, Diot s’associa à une initiative gouvernementale apportant des restrictions au rôle des bookmakers pendant les courses de chevaux. Beaucoup de commerçants de la commune (y compris eux deux) profitaient sur le plan commercial de ces épreuves, avec l’hippodrome du Bois de Vincennes et celui du Tremblay, sur la commune de Champigny. Après une pétition des commerçants, le maire et son premier adjoint, Eugène Voisin, démissionnent, avant de reprendre leur mandat.

Pour les élections municipales de mai 1888, Diot figure en seconde position sur la liste du comité électoral républicain radical-socialiste, emmenée par Demeestère, et sur laquelle figurent deux socialistes-révolutionnaires. L’hebdomadaire radical Voix des communes présente Diot comme ayant « toujours professé les opinions les plus avancées. »

Avec les autres membres du comité électoral, il interpelle les sortants : « Avez-vous voté les poursuites contre le curé ? [En cas de changement législatif, voulez-vous le] maintien des appointements du curé ? Êtes-vous partisan d’un sénat ? [Préconisez-vous que] réunions du conseil municipal [se tiennent] le soir ou l’après-midi ? ». Les élus de la majorité républicaine sortante refusent de répondre à leur convocation, la réunion des candidats de gauche, le 2 mai, rassemblant selon eux près de 300 électeurs.

Le scrutin voit la victoire des partisans de Gabriel Pinson, qui remportent dès le premier tour 17 des 21 sièges à pourvoir, plus un au second. Ils recueillent une moyenne de 302 voix. Diot est en tête des opposants, avec 259 suffrages. Il est élu au second tour, avec deux autres radicaux, Demeestère et Vaudey. Il remporte alors 271 votes.

À suivre.

Sucrerie de Baron, Oise, dont Diot est un des propriétaires

 

Partager cet article
Repost0
15 septembre 2019 7 15 /09 /septembre /2019 01:01

Début de la biographie d’Henri Diot.

Henri Victor Diot naît le 13 juillet 1844 à Paris (6e arr.). Il est le fils d’Orphine Adélaïde Clergé et de son époux Jean Louis Sévère Diot.

Il effectue probablement un service militaire pendant la guerre franco-prussienne de 1870-1871 et est libéré en avril 1872. Il résidait alors sans doute à Paris (11e arr.).

Devenu distillateur, Henri Diot réside à Sucy-en-Brie (Seine-et-Oise, act. Val-de-Marne) où son père est propriétaire et où il épouse en septembre 1872 Claire Julie Olive Bérel. La famille s’installe peu après à Joinville-le-Pont (Seine, act. Val-de-Marne) 38, rue de Paris où elle réside en 1875. Elle exploite également un restaurant et un commerce de vins.

Henri Diot est un des associés qui exploite la sucrerie de Baron (Oise), société fondée en 1867 qui transforme la betterave et portait en 1911-1913 le nom de distillerie Diot, Schérer et Martin puis en 1918 celui de Diot Schérer et Cie. Deux accidents s’y produisirent en février 1911 et octobre 1918.

En tant que distillateur, Henri Diot était présent à l’exposition universelle de Paris en 1900 et y obtint une médaille de bronze.

Dans sa commune de résidence, Henri Diot va avoir une importante activité civique. Il est administrateur de la société de secours mutuels des sapeurs-pompiers ce qui lui vaut, en 1903, de recevoir une mention honorable de la mutualité ; il exerce toujours cette fonction en 1911. Il siège également au conseil d’administration de la caisse des écoles, mentionné entre 1892 et 1910. Enfin, il est également administrateur de la Fanfare municipale en 1889.

À suivre.

 

Partager cet article
Repost0
9 septembre 2019 1 09 /09 /septembre /2019 01:01

Mise à jour de la biographie de Pierre Allaire

Pierre Allaire est né le 30 octobre 1894 à Paris (5e arr.). Il est le fils de Maria Vantuycom, professeur de piano et de son mari, Gabriel Allaire, agent d'affaires.

Pierre Allaire est instituteur en 1914, année où il devrait faire son service militaire, mais il est ajourné d’un an pour « faiblesse ». Il réside avec sa famille depuis une quinaine d’années à Joinville-le-Pont (Seine, act. Val-de-Marne), d’abord dans le quartier de Palissy, avenue Gille, puis dans celui de Polangis, rond-point de Polangis (act. place de Verdun).

Après le déclenchement de la première guerre mondiale, il s’engage pour la durée du conflit et est incorporé, en septembre 1914, au 78e régiment d’infanterie. Nommé caporal en novembre de la même année il est cité à l’ordre du régiment pour avoir, en avril 1915 à Flirey (Meurthe-et-Moselle) « participé courageusement à conquérir et conserver les tranchées ennemies ». Il est ensuite nommé sergent en mai.

Il est une première fois blessé à son poste de combat en septembre 1915, dans les combats du Labyrinthe, entre Neuville-Saint-Vaast et Écurie (Pas-de-Calais). Il a une plaie pénétrante au pied gauche, due à un éclat d’obus. En septembre 1916, il est sous-lieutenant et affecté au 90e régiment d’infanterie. Le 10 avril 1918, il a un poumon perforé par balle lors de sa troisième blessure dans des combats autour de la ferme de l’Espérance à Saint-Hilaire-le-Grand (Marne). Il est cité pour avoir entraîné « sa compagnie entière à l'assaut d'une tranchée ennemie au chant de la Marseillaise et s'en est emparé ». Il est promu en septembre 1918 et confirmé dans son grade à titre définitif en juin suivant. Il est mis en congé en septembre 1919.

Marié à Joinville le 25 février 1918 avec Jeanne Méresse, il est veuf dès le mois d’octobre. Pierre Allaire se remaria dans la commune le 26 septembre 1922 avec sa belle-sœur, Marthe Juliette Méresse. Il enseigne dans l’école publique de Joinville.

Du fait des lésions pulmonaires liées à sa blessure par balles, il obtient une pension en février 1929, au taux d’invalidité de 10%, porté à 30% en mars 1937 suite à une aggravation.

Il quitte la région parisienne pour s’installer, en 1931 à Daglan (Dordogne) puis à Bergerac, dans le même département, où il réside rue de Reims en 1936. Il revient à Joinville fin 1937 et enseigne dans la nouvelle école du quartier de Polangis, baptisée Jules-Ferry lorsqu’elle est inaugurée par Jean Zay, ministre du Front populaire, en 1938.

Sans doute mobilisé comme officier au début de la deuxième guerre mondiale, il est mis en non disponibilité début octobre 1939 et renvoyé dans ses foyers. Il s’engage dans la résistance et fut homologué au titre des Forces françaises de l’intérieur (FFI).

Suite au conflit, il enseigne de nouveau au groupe scolaire de Polangis jusqu’en 1947.

Il est candidat en octobre 1947 sur la liste socialiste SFIO de Léon Berthet lors des élections municipales à Joinville-le-Pont. Elle s’oppose à une liste de droite et à une autre regroupant communistes et radicaux ; elle obtient un siège sur 27. Il devient conseiller municipal le 14 novembre 1951, en remplacement de Léon Berthet, démissionnaire.

Ses fonctions cessèrent dès le 19 janvier 1952 en raison de son état de santé. Il sera remplacé par Victor Hochet*. Le maire était alors le communiste Robert Deloche*.

Pierre Allaire est mort le 11 avril 1960 à Paris (13e arr.) où il était hospitalisé. Il était âgé de 63 ans et résidait toujours, avec sa seconde épouse, avenue des Lilas à Joinville.

Il avait été nommé chevalier de la Légion d’honneur le 6 juin 1920 ; il était titulaire de la Croix de guerre avec étoile de bronze. La voie de Joinville où il résidait porte désormais le nom d’avenue Pierre Allaire. Il avait également reçu en février 1931 une mention honorable de la Mutualité comme collecteur de la Mutualité scolaire de Joinville.

 

Partager cet article
Repost0
7 septembre 2019 6 07 /09 /septembre /2019 01:01

Maria Louisa Élisa Clara Désirée Vantuycom naît le 16 octobre 1863 à Alger. Elle est déclarée comme étant de père et mère non dénommés. Sa mère est probablement Élisa Vantuycom, qui donnera naissance, en juillet 1869 Alger, toujours sans père nommé, à un garçon déclaré comme Henri Gustave Arthur Désiré Vantuycom.

Lauréate du Conservatoire de musique, devenue professeur de piano, Louise Vantuycom épouse en avril 1894 à Paris (5e arr.) Gabriel Marie Louis Allaire, agent de contentieux. Ils avaient déjà donné naissance à un fils, Paul Raymond Allaire, né en février 1893, et résidaient 23, quai de la Tournelle, dans le même arrondissement.

Outre ses cours, Mme Allaire accompagne fréquemment des manifestations publiques. Ainsi, en avril 1900, elle joue lors de la fête d'inauguration de La Jeunesse de Reuilly, association amicale des anciens élèves de l'école de garçons de la rue de Reuilly, à Paris (12e arr.) en présence de Louis Lucipia, président du Conseil municipal.

En octobre 1900, elle se voit offrir un prix par le président de la République au cours d’une assemblée de l'Association philomathique, dont son mari est un des responsables.

La famille Allaire s’étant installée à Joinville-le-Pont (Seine, act. Val-de-Marne), d’abord avenue Gille, dans le quartier de Palissy, puis dans le quartier de Polangis, Louise Maria Allaire va enseigner le chant dans les écoles et donne également des cours à l’Association philotechnique, une société d’enseignement populaire. Chaque année, elle donne un concert avec ses élèves et la société philarmonique municipale.

En avril 1905, elle participe, avec M. Lechevalier, à la création de l’Union artistique, pour faciliter l’organisation de soirées musicales. Elle donne par exemple un concert pour la caisse des écoles en février 1906, une soirée en faveur des familles des victimes de la catastrophe aux mines de Courrières en mars la même année ou pour les réfugiés de Sicile en janvier 1909.

Son engagement en faveur des écoles publiques lui vaut la sympathie des militants laïques. L’hebdomadaire Réveil socialiste titre ainsi en mars 1906 : « Bravo, madame Allaire, pour vos bonnes œuvres, bravo aussi pour tous les artistes, petits et grands. »

Louise Maria Allaire meurt le 19 mars 1926 à Joinville. Elle était âgée de 62 ans et résidait avenue du Château (future avenue Foch) dans le quartier de Polangis. Elle était titulaire des Palmes académiques comme officier d’académie depuis juillet 1901.

Ses deux fils furent instituteurs : Paul Allaire devint militant mutualiste ; Pierre Allaire s’illustra comme officier pendant la première guerre mondiale où il est sérieusement blessé, fut résistant pendant la deuxième guerre mondiale puis conseiller municipal de Joinville-le-Pont en 1951-1952. Il a été décoré de la Croix de guerre et de la Légion d’honneur et son nom a été donné  une voie de Joinville-le-Pont, la rue Pierre-Allaire.

 

Partager cet article
Repost0
5 septembre 2019 4 05 /09 /septembre /2019 01:01

Gabriel Marie Louis Allaire naît le 17 août 1854 à Saint-Genis-de-Saintonge (Charente-Inférieure, act. Charente-Maritime). Il est le fils de Louise Roullet et de son mari, Pierre Christophe Allaire, négociant.

En mai 1887, une fille, Georgette Rosa Barthe, naît à Paris (4e arr.) de Rosalie Eugénie Barthe, avec laquelle Gabriel Allaire a vraisemblablement eu une relation. Il ne reconnaîtra pas officiellement Georgette Barthe, mais il en sera le tuteur après la mort de sa mère et représentera le conseil de famille pour son mariage en novembre 1907 à Joinville-le-Pont, alors qu’elle est domiciliée chez lui.

Marié en avril 1894 à Paris (5e arr.) avec une professeure de piano, Maria Louise Élisa Clara Désirée Vantuycom, Gabriel Allaire avait déjà eu avec elle un fils, Paul Raymond Allaire, né en février 1893. Ils résidaient quai de la Tournelle. Alors directeur de contentieux, Allaire se mettra ensuite à son compte.

Après la naissance d’un nouveau fils en octobre 1894, la famille va s’installer à Joinville-le-Pont (Seine, act. Val-de-Marne), dans le quartier de Palissy, avenue Gille.

Comme son épouse, Gabriel Allaire va s’engager dans des activités d’éducation populaire. Il donne des conférences sur des questions liées à l’agriculture au sein de l'association philomathique de Paris, œuvre gratuite d'enseignement populaire et d'assistance médicale, dont le siège est rue de la Verrerie. Elle a été fondée en 1894 par Léonce Dariac, haut fonctionnaire, membre du cabinet du ministre de l'Agriculture.

Il devient secrétaire général de l’association en décembre 1902 ; il en est le vice-président en 1911.

Dans sa commune de résidence, Gabriel Allaire est membre du bureau de bienfaisance. Il est particulièrement actif pendant les grandes inondations de la Marne au 1er trimestre 1910. Allaire s’occupe notamment de la délivrance de laisser-passer pour accéder aux maisons, afin d’éviter les cambriolages et de la réquisition de braseros, placés dans les rues, pour faciliter la vie des rescapés.

Il est membre du comité radical-socialiste de la commune, et prend donc probablement part à la campagne électorale pour les élections municipales de mai 1912, qui voient – alors que le maire sortant, Eugène Voisin, ne se représentait pas – la défaite de la liste de la municipalité radicale sortante face à une coalition de radicaux dissidents, conservateurs, libéraux et socialistes SFIO.

Gabriel Allaire meurt le 3 septembre 1918 à Joinville. Il était âgé de 64 ans. Pour ses activités éducatives, il avait été décoré en du mérite agricole, comme chevalier en juillet 1902 puis officier en janvier 1908, ainsi que des Palmes académiques, d’abord officier d’académie en juillet 1904 puis officier de l’instruction publique en mai 1911.

Ses deux fils furent instituteurs : Paul Allaire devint militant mutualiste ; Pierre Allaire s’illustra comme officier pendant la première guerre mondiale où il est sérieusement blessé, fut résistant pendant la deuxième guerre mondiale puis conseiller municipal de Joinville-le-Pont en 1951-1952. Il a été décoré de la Croix de guerre et de la Légion d’honneur et son nom a été donné  une voie de Joinville-le-Pont, la rue Pierre-Allaire.

 

Partager cet article
Repost0
3 septembre 2019 2 03 /09 /septembre /2019 01:01

François Podevin naît le 8 juillet 1877 à Germigny (act. Germigny-sur-Loire, Nièvre). Il est le fils de Louise Lejot et de Jacques Podevin.

Après trois ans de service militaire de 1898 à 1901, François Podevin entre dans la police comme gardien de la paix en octobre 1902. Il est affecté à Paris (11e arr.).

Le 27 janvier 1905, Podevin est affecté au service d’ordre constitué par le préfet Louis Lépine pour encadre le meeting de la Confédération générale du Travail en réaction à la révolution en cours en Russie, et notamment aux évènements de Saint-Pétersbourg. Il est organisé dans la salle Tivoli-Vauxhall, rue de l'Entrepôt à Paris (11e arr.). Parmi les conférenciers, on note l’écrivain Anatole France, le pédagogue libertaire Sébastien Faure, le syndicaliste Alexandre Luquet ou la journaliste féministe Séverine.

Au cours de heurts avec les manifestants après le meeting, l’agent Podevin est atteint par balle à l’épaule droite, tirée par Gaston Roux, militant anarchiste. Il est transporté à l'hôpital Saint-Antoine. Le médecin-chef de la police parisienne veut l’obliger à reprendre immédiatement son service, alors qu’il en était manifestement incapable. Il est suspendu de ses fonctions et rayé de la police municipale, ce qui amène des protestations sur le comportement de l’administration vis-à-vis des policiers blessés. Par contre, il est décoré d’une médaille d'argent pour actes de dévouement. Il reprend ultérieurement son poste et est affecté en février 1907 comme gardien de la paix dans le 18e arrondissement.

En octobre 1903 François Podevin épouse à Maisons-Alfort (Seine, act. Val-de-Marne) Juliette Rapin, fille d’un employé. Après la mort de celle-ci, il se remarie en janvier 1908 à Paris (18e arr.) avec Marguerite Gransac, fille d’un palefrenier.

Resté en poste pendant la première guerre mondiale, Podevin prend sa retraite de la police fin mai 1921. Il s’installe alors à Joinville-le-Pont (Seine, act. Val-de-Marne). Il s’associe avec Louis Landier, propriétaire du Café de la Gare (ou Café de Paris, nom de la rue où il est installé). Il en reprend la gérance en 1924. Situé à l‘entrée du centre-ville de la commune et à proximité de l’hippodrome de Vincennes, dans le bois du même nom, et rattaché à ce moment à la commune de Joinville, le café est un des principaux établissements de la commune.

Landier connaît quelques soucis avec la justice. Il est condamné à une amende en juillet 1921 pour délit de courses et à une autre en octobre 1924 pour tentative de tromperie sur la marchandise. Ces deux délits sont amnistiés en mars 1926.

Comme avec son prédécesseur, le café Podevin accueille des manifestations liées au sport. Ainsi, la création de la section escrime de l’Espérance sportive de Joinville, en novembre 1930, se fait chez lui. Sa salle est engagée dans une compétition nationale de ping-pong en février 1935. L'assemblée générale de l'Association des entraîneurs du trotting se tient chez lui en août 1936.

En matière politique, le café sert de siège ou accueille des manifestations de différents bords. C’est le cas des Jeunesses patriotes (extrême droite en juillet et octobre 1927. La section de Joinville de la Ligue des droits de l'homme y tient une conférence publique sur « La guerre des gaz » en novembre 1930. Après une séance du conseil municipal, en juillet 1933, les élus de la municipalité du Cartel des gauches se retrouvent au café Podevin.

Régulièrement cité pour des actions caritatives, Podevin est également un membre actif de l’Union des commerçants et industriels de Joinville, qui a son siège social dans son café et dont il est trésorier en 1934, réélu en 1935.

En février 1935, Podevin est trésorier général du Comité d’union des républicains et d’action sociale, fondé en 1912, qui se transforme en Union des républicains. Groupement à vocation uniquement municipal, les fonctions exécutives sont incompatibles avec celles de membre du conseil municipal.

En avril 1935, l’Union des républicains lance un appel, signé par Podevin pour la « séparation de l’administration municipale et de la politique ». Il soutient un programme de « diminution des charges écrasantes, atténuation des dépenses publiques, simplification des rouages administratifs, application des lois sociales. »

Lors des élections municipales de mai 1935, François Podevin, débitant, est candidat sur la liste de l’Union des républicains, qui rassemble la droite locale. Au premier tour, la liste arrive en tête avec 35% des suffrages exprimés, devançant la municipalité sortante radicale-socialiste d’Émile Briolay, avec 28%, les communistes de Robert Deloche, 25%, et les socialistes, 13%. Au second tour, la liste de droite l’emporte avec 41% et 25 sièges, la liste communiste et socialiste de Front populaire recueillant deux élus et 39%, tandis que les radicaux quittent le conseil avec 20%.

Au premier tour, Podevin obtient 915 voix pour 2 856 suffrages exprimés (32%) sur 2 923 votants et 3 433 inscrits. Au second tour, 1 147 votes se portent sur son nom parmi les 2 899 exprimés (39,6%) au sein des 2 924 votants ; il est élu conseiller municipal. L’Union républicaine se félicite que « Les Joinvillais, dans le seul but de barrer la route aux communistes, ont apporté leurs suffrages en masse à la liste d’ordre de l’Union républicaine. Ils ont montré leur réprobation pour la turbulence et de la démagogie. »

Léon Lesestre, proche du Parti social français et des Jeunesses patriotes (extrême droite), est élu maire, tandis que Chaussée, Caillon, Béal et Kirbühler son adjoints. Podevin représente la commune au sein du conseil de discipline des personnels des communes suburbaines du département de la Seine à partir d’août 1935.

En février 1940, le conseil de préfecture prononce la déchéance de 162 conseillers municipaux communistes des communes de la Seine, dont les deux élus de Joinville (Robert Deloche et Paul Rouhaud). En février 1942, les autorités de Vichy nomment les membres d’un conseil municipal de 20 membres, conservant 14 des élus de 1935, dont le maire et les adjoints. Par contre, Podevin, comme le futur maire Georges Defert, n’est pas maintenu en fonction.

François Podevin meurt le 13 décembre 1962 à Pougues-les-Eaux (Nièvre), à proximité de son village natal. Il était âgé de 85 ans et avait eu au moins une fille avec sa deuxième épouse.

Le café Landier avant sa reprise par Podevin

 

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Polmorésie, blog d’histoire
  • : Histoire politique, économique, culturelle et sociale au travers des acteurs qui ont se sont engagés dans la vie publique.
  • Contact

Recherche

Liens