Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
27 mars 2019 3 27 /03 /mars /2019 00:01

Jean Joseph Robin naît le 4 juillet 1769 à Lésigny (Seine-et-Marne). Il est le fils de Marie Jeanne Lebourlier et de son époux Joseph Robin, cordonnier.

Il épouse en brumaire an 2 à Paris (novembre 1793) Marie Madeleine Guichot. Ayant prêté serment en tant qu’avocat en l’an 12 (1804), Jean Joseph Robin exerce cette activité à Paris, disposant d’un cabinet dans son domicile du 102, rue du Temple.

À partir de 1818 au moins, il dispose également d’une résidence secondaire à La Branche-du-Pont-de-Saint-Maur (Seine, act. Joinville-le-Pont, Val-de-Marne), présentée comme une maison de campagne.

En avril 1818, le maire Jean Baptiste Louis Besançon étant démissionnaire, le préfet nomme par arrêté Jean Joseph Robin qui est signalé comme ayant un enfant et une fortune de 6 000 francs.

Le rôle des maires fait question sous la Restauration. Lors d’un débat au parlement en 1818, le ministre de l’Intérieur Joseph Henri Joachim Lainé, qui appartient au parti des ultras, défend la conception du maire en tant que fonctionnaire, chef de localité. Face à lui, le chef de file des libéraux, François Guizot, considère qu’il s’agit d’un notable, porte-parole qu’il faut choisir parmi les conseillers municipaux élus au suffrage censitaire.

Pendant le mandat de Jean Joseph Robin, les parcelles du territoire de La Branche-du-Pont-de-Saint-Maur, séparées par la Marne, ne sont plus reliées par un pont. La rive gauche, qui comprend notamment la ferme et château de Polangis est séparée du bourg, depuis la destruction, le 30 mars 1814, du pont lors des combats avec armées d’Autriche, du Wurtemberg et les cosaques de Russie. Le pont sera reconstruit à partir en 1822.

Robin présente, comme son prédécesseur, sa démission en septembre 1821, dans une lettre au sous-préfet en charge de l’arrondissement de Sceaux, où il signale être en mauvais état de santé. Il est remplacé par Claude Pierre Jacmart. Il quitte également sa résidence pour s’installer à Choisy-le-Roi (Seine, act. Val-de-Marne).

Cependant, en avril 1825, son successeur, Jacmart, propose sa candidature pour un poste de conseiller municipal suite au décès d’un ancien maire, Jacques Roch Vingdlet. Le sous-préfet répond que, s’il reprend sa résidence, il veut bien le nommer car « il le regarde comme un homme très méritant ». Il reprend un poste de conseiller dans l’assemblée communale.

Ayant alors cessé son travail d’avocat agréé au tribunal de commerce de la Seine, Robin est de nouveau désigné en septembre 1828. Il est élu, au suffrage censitaire, en septembre 1831 dans le premier conseil municipal constitué sous la monarchie de Juillet. La commune vient d’adopter le nouveau nom de Joinville-le-Pont.

Jean Joseph Robin meurt, en fonction de conseil municipal le 10 février 1837 à Paris (6e arr.). Il était âgé de 67 ans. Son gendre, Pierre Éloi Durand, également avocat auprès de la cour royale puis de la cour d’appel, utilisera le nom de Durand-Robin.

 

Partager cet article
Repost0
23 mars 2019 6 23 /03 /mars /2019 00:01

Suite de la biographie de Gabriel Pinson

C’est sous le mandat de Gabriel Pinson que la zone de Polangis sur la rive gauche de la Marne, jusqu’ici peu habitée, va devenir le principal quartier pavillonnaire de Joinville. Elle avait été, en 1870, le théâtre d’une bataille meurtrière entre les forces françaises et prussiennes. Le château de Polangis, qui appartenait aux héritiers d’Auguste Courtin, ancien maire, est vendu par eux en 1881. En 1883, un lotissement est réalisé dans le parc du château, et le bâtiment du château sera démoli en 1902. En 1886, un canal, appelé également ru de Polangis (ou Petit-Bras) est creusé, pour attirer les canotiers parisiens et les inciter à acheter les parcelles mises en vente.

À partir de fin 1887, Pinson continue son activité publique, présidant les séances du conseil municipal et participant aux cérémonies publiques. Il semble cependant réduire sa présence en mairie, probablement suite à une dégradation de sa santé, puisqu’il ne signe plus les registres d’état-civil à compter du 15 décembre.

Les radicaux-socialistes critiquent la gestion du maire, un incident éclatant lors de la session du conseil de février 1888 entre Albert Bleunard et Pinson, ce dernier menaçant de se retirer parce que Bleunard lui reproche de ne pas appliquer la règlementation à propos de l’école maternelle. L’hebdomadaire radical Voix des communes lui reproche son attitude : « Quelle sensitive vous êtes, excellent M. Pinson ! C’est de l’autoritarisme cela, et du plus détestable pour vos administrés, ils ne veulent pas vous faire de la peine, et pourtant ils voudraient pouvoir vous présenter des observations comme à une personne naturelle ! »

En avril, le comité radical-socialiste convoque les élus sortants pour leur poser cinq questions : 1) vous représentez-vous ? 2) avez-vous voté les poursuites contre le curé ? 3) êtes-vous partisan d’un sénat ? 4) en cas de changement législatif, êtes-vous favorable au maintien des appointements du curé ? 5) réunions du conseil municipal le soir ou l’après-midi ? Pinson et dix autres membres de sa majorité refusent de répondre à la convocation.

Les élections de mai 1888 opposent une liste républicaine modérée, conduite par Pinson, à une liste radical-socialiste, dirigée par Alphonse Demeestère. Les premiers obtiennent 18 élus, dont 17 dès le premier tour, les seconds en ont 3. Pinson recueille 353 voix, moins que Rousseau, Voisin et Chéret, mais est reconduit dans sa fonction de maire par 17 voix sur 21.

Gabriel Charles Eugène Pinson meurt le 20 juin 1888 à Joinville, un mois et demi après sa réélection, à l’âge de 53 ans. Son ancien adjoint, Eugène Voisin, le remplace. Pinson avait été décoré en juin 1883 d’une médaille d'argent pour actes de courage et de dévouement : « s'est signalé maintes fois par sa belle conduite, notamment lors des inondations qui ont eu lieu de 1878 à 1883. »

Avec sa mort, disparaît du conseil municipal de Joinville le nom de Pinson, qui était présent – quasiment sans interruption – depuis 1791 avec trois maires (Laurent François, Laurent Nicolas puis Gabriel et un maire adjoint, détenteur du record de présence avec 47 ans de mandat (Hippolyte).

Cependant, ce n’en est pas encore fini avec la descendance de Laurent François Pinson. Un autre de ses arrière-petits-fils, cousin de Gabriel Pinson, est élu au cours d’une élection municipale partielle en mars 1890. Albert Louis Bocquentin (1842-apr. 1903), négociant et industriel, conservateur, siègera deux ans au conseil municipal jusqu’en 1892.

Fin

Vue de Polangis

 

Partager cet article
Repost0
21 mars 2019 4 21 /03 /mars /2019 00:01

Suite de la biographie de Gabriel Pinson

Le scrutin municipal de mai 1884 voit la victoire des candidats républicains, qui recueillent environ 85% des suffrages exprimés, contre 15% pour les conservateurs. Au sein des républicains, on note le retour d’éléments de la gauche radicale, y compris plusieurs des anciens élus écartés en 1881 comme Demeestère et Diot ou une personnalité radicale parisienne, Jules Ferdinand Baulard. Pinson lui-même est élu dès le premier tour avec 387 voix, un peu moins que ses adjoints Nicolas Chéret et Eugène Voisin.

Le renforcement du nombre des élus radicaux, joints à l’apparition d’un hebdomadaire de cette tendance, Voix des communes, couvrant l’actualité du canton de Charenton, va amener à des relations politiques plus tendues. Ainsi, une proposition de suppression de l’octroi en août 1884 met face-à-face les commerçants, qui aimeraient augmenter leurs marges, et les contribuables bourgeois, qui redoutent une hausse de leurs impôts. Elle est abandonnée. En novembre la même année, certains élus de gauche veulent que les séances du conseil municipal se tiennent en soirée, pour permettre aux public et aux élus travaillant en dehors de la ville d’y participer, mais Pinson refuse au nom de la tradition qui les fait se réunir l’après-midi.

Pinson se rapproche cependant de certains des élus les plus engagés sur la question de l’anticléricalisme, car il est lui-même franc-maçon. Ainsi, le conseil municipal entre en conflit en juillet 1884 avec le curé et le conseil de fabrique, qui gère les moyens de la paroisse. Il supprime l’indemnité de logement accordée au desservant de l’église Saint-Charles, la seule de la commune.

La lutte entre d’une part le prêtre Ernest Jouin, un intellectuel en pointe dans la lutte contre la franc-maçonnerie, et d’autre part les libres-penseurs de l’assemblée communale, va atteindre un pic en avril 1885. Suite à des irrégularités dans la comptabilité des recettes des pompes funèbres, le maire avait obtenu du ministre de l’intérieur et des cultes la dissolution du conseil de fabrique. La reconstitution d’un conseil nécessitait que le préfet et l’archevêque de Paris désignent chacun deux représentants, en sus du maire et du curé, membres de droit. Sur la suggestion de Pinson, le préfet désigna Honoré Jullien et Jules Ferdinand Baulard, deux conseillers municipaux notoirement francs-maçons et franchement anticléricaux.

Ayant besoin de faire approuver les comptes de l’exercice précédent et de voter le nouveau budget, le curé convoqua le conseil de fabrique pour le 11 avril 1885. Le maire s’y présenta accompagné de Baulard, mais il eut la surprise de voir les membres révoqués de l’ancien conseil. Il s’en étonna et, en réponse, on lui rétorqua que, le cardinal-archevêque n’ayant pas nommé ses délégués, le nouveau conseil n’était pas entièrement constitué ; par ailleurs, Ernest Jouin soutenait que, puisqu’il s’agissait d’apurer les comptes antérieurs, c’était aux fabriciens sortants de le faire.

Des échanges très tendus s’ensuivirent, les partisans de l’abbé Jouin exigeant le départ de Baulard qui avait traité le trésorier de « voleur ». Ils distribuèrent des noms d’oiseaux : « Canailles, voleurs, francs-maçons, buveurs d'absinthe » et, le maire ayant rappelé la décision préfectorale concernant le conseil dissous, le curé déclara : « je me fiche du préfet… » Les élus municipaux allaient quitter la salle quand Gabriel Pinson, qui marchait mal du fait de la goutte dont il était atteint, fut saisi au collet par le trésorier, Victor Durand, et jeté à terre.

La justice fut saisie et plusieurs procès furent organisés. S’agissant des voies de fait, Durand fut, en première instance, condamné à six jours de prison et un franc de dommages et intérêt, mesure réduite, en appel, à 16 francs d’amende. Sur la question de la légalité de la réunion du conseil de fabrique, c’est un jugement de janvier 1886, confirmé en mars par la Cour d'appel de Paris, chambre correctionnelle puis par la Cour de cassation en octobre de la même année. Les membres révoqués furent condamnés chacun à 25 francs d'amende.

À suivre

L'église Saint-Charles à Joinville

 

Partager cet article
Repost0
19 mars 2019 2 19 /03 /mars /2019 00:01

Suite de la biographie de Gabriel Pinson

En septembre 1879, un conflit va éclater au sein du conseil municipal, opposant d’un côté les plus radicaux, derrière Alphonse Demeestère, et de l’autre la droite, derrière Gabriel Pinson.

Adolphe Morandy, ancien officier de la Commune de Paris, gracié et rentré du bagne en août 1879, est hospitalisé à l'Hôtel-Dieu, hôpital de Paris, dont il sort le 13 septembre pour s’installer à Joinville, dans un dénuement absolu selon Demeestère. Ce dernier, qui fut un révolutionnaire de 1848, décide de lui venir en aide et lance une souscription en sa faveur dans la commune. Mais le commissaire de police de Joinville le fit appeler et lui dit avoir reçu une lettre du maire ordonnant d'empêcher cette souscription. Il considère dans une lettre reprise par les quotidiens Le Petit Parisien et Le Rappel « inouï d'un maire se disant républicain qui ne voulant rien faire pour les amnistiés, empêche ses administrés de venir au secours d'un malheureux en interdisant le seul moyen de lui venir en aide d'une manière efficace. »

Demeestère raconte que, lors d’une séance du conseil municipal, il avait fait la proposition de former un comité de secours aux amnistiés. Selon lui, sa demande « fut repoussée vivement par le maire, l'adjoint et un grand nombre de [ses] collègues. »

Suite à ses interventions dans la presse, Pinson fait voter par le 27 septembre un blâme contre Demeestère, qu’il fait afficher dans Joinville. Outre Demeestère, sept autres élus locaux refusent de se prononcer en faveur du texte de Pinson qui « loue M. le maire, dont les opinions républicaines ne peuvent être suspectées, pour sa bonne administration, l'énergie avec laquelle il sait, dans une juste mesure, faire respecter ses droits, et l'impartialité avec laquelle il dirige les travaux du conseil. »

Lors des élections municipales générales de janvier 1881, Gabriel Pinson est réélu avec la majorité de ceux qui l’avaient soutenu en 1879. Par contre, ses opposants sont tous éliminés de l’assemblée communale.

Le journaliste Henry Vaudémont commentera, en juin 1884, l’élection de 1881 : « C’est inouï quelle consommation ces 4 000 habitants font de calomnies, de médisances, d’insinuations perfides, d’enquêtes sournoises. (…) On a choisi [pour le conseil municipal] des commerçants qui ne se sont même pas donné la peine de rédiger un programme. (…) Le maire, M. Pinson, n’est pas un méchant homme, il s’occupe des affaires de la commune avec autant d’ardeur que si c’étaient les siennes propres. C’est même le seul défaut que l’on ait à relever dans son caractère : il est trop zélé à faire ce qu’il croit être le bien et ne supporte pas assez la contradiction. Or comme tout homme est susceptible, il est nécessaire qu’une opposition – non point systématique, mais courtoise – lui rappelle de temps en temps qu’un excès de zèle est un défaut. Le noyau de cette opposition existe dans le conseil et nous ferons de notre mieux pour diriger ses efforts et le faire grossir si faire se peut. »

En mars 1881, Pinson est amené à témoigner au procès d’un de ses conseillers municipaux, Jean Ferdinand Lucot (1831-1885). Ce dernier, entrepreneur riche et estimé, est jugé par le tribunal de la Seine sous l’accusation de tentative d’escroquerie au préjudice de la ville de Paris. Il aurait demandé, en  novembre 1880, le paiement de travaux effectués l’année précédente. Or, sa facture avait déjà été réglée en avril. Après que Pinson ait déclaré qu’il le considérait comme « au-dessus de tout soupçon », l’ancien maire Courtin assura qu’il était d’une « exquise probité ». Un médecin vint expliquer que Lucot, à la suite d’une chute faite autrefois du haut d’un échafaudage, est resté sujet à des absences de mémoire. Il considère qu’il était dans une crise d’amnésie. Le tribunal l’acquitta.

De fin novembre 1882 à janvier 1883, la commune de Joinville fait face à une importante inondation de la rivière Marne, qui restera la crue de référence jusqu’à celle de 1910. Dans le seul quartier de Palissy, 120 maisons, sous les eaux, sont évacuées, tandis que les usines du quartier du Canal (usine des eaux de Paris, forges de Saint-Maur) sont à l’arrêt, mettant 300 ouvriers au chômage. Plusieurs journaux récoltent des fonds pour les inondés, que la mairie réceptionne.

À suivre

Marchands de fleurs à Joinville

 

Partager cet article
Repost0
17 mars 2019 7 17 /03 /mars /2019 00:01

Début de la biographie de Gabriel Pinson

Gabriel Charles Eugène Pinson naît le 31 mai 1835 à Joinville-le-Pont, commune dont son grand-père Laurent Nicolas Pinson est alors le maire, et dont son arrière-grand-père, Laurent François Pinson fut lui-même premier magistrat quand elle portait encore le nom de La Branche-du-Pont-de-Saint-Maur. Il est le fils de Louise Esther Paquet et de son époux, Marie Eugène Pinson, marchand de bois.

En octobre 1857 à Montreuil (Seine, act. Seine-Saint-Denis). Gabriel Pinson se marie avec Adélaïde Émelina Préaux. Ils sont alors restaurateurs dans cette commune et y résident encore en 1866.

Revenu dans sa ville natale, Gabriel Pinson prend en novembre 1874 la succession au sein du conseil municipal de Joinville d’un grand-oncle, Hippolyte Pinson, qui avait siégé pendant 47 ans au sein de l’assemblée locale. Le maire réélu est le conservateur Auguste Courtin. Pinson se situe pour sa part dans la droite modérée, soutenant un candidat de cette tendance (Gauche républicaine) lors du scrutin législatif de mars 1876. En septembre de cette même année, Courtin démissionne de sa fonction et de l’assemblée ; il quitte également Joinville. Louis Ferdinand Rousseau, bonapartiste, son ancien adjoint le remplace.

Lors du scrutin municipal de janvier 1878, Rousseau et sa majorité conservatrice sont balayés ; les seuls sortants réélus sont trois républicains, Eugène Voisin, Gabriel Pinson et Alphonse Pilté. Ils sont rejoints par plusieurs autres radicaux, comme François Blaize, Honoré Jullien ou Alphonse Demeestère. Gabriel Pinson est élu maire, tandis qu’Eugène Voisin et Jules Marchais deviennent ses adjoints.

À une époque où les monarchistes croient encore être en mesure de reprendre le pouvoir, Pinson organise en décembre 1878 une manifestation en faveur de la République à l’occasion des élections sénatoriales. Le contraste avec la municipalité précédente est salué par la presse de gauche, comme le quotidien Le Rappel.

À suivre

Joinville, la rue du Pont où demeure Pinson

 

Partager cet article
Repost0
3 mars 2019 7 03 /03 /mars /2019 00:01

Suite de la biographie de Laurent Nicolas Pinson

Pinson n’ira pas tout-à-fait au bout de son mandat commencé en 1837. Il démissionne et s’en explique dans une lettre du 6 février : un « riche propriétaire, membre du conseil » est « venu jeter le trouble » dans la commune et le conseil municipal. Le grammairien Charles-Pierre Chapsal, propriétaire du château de Polangis, avait demandé sa radiation et celle de son adjoint, Pierre Bainville (également démissionnaire), devant le tribunal de la Seine le 8 janvier. Pinson estime ne pas avoir les moyens de mener la lutte sur le plan légal. Chapsal, élu conseiller municipal en 1840, considérait les deux édiles comme incapables.

Les élections de février 1843 placent en tête Hippolyte Pinson. Il est nommé adjoint en juillet, tandis que Chapsal, qui n’était pas soumis à réélection, est désigné comme maire, avec une fortune de 50 000 fr.

Ayant abandonné le commerce de bois pour la restauration, avant 1836, Laurent Nicolas Pinson semble avoir vu son patrimoine s’éroder. Ainsi, il n’est sur la liste des électeurs censitaires de 1843 qu’en tant que personne qualifiée et figure l’an suivant sur la liste supplémentaire.

C’est probablement lui le Pinson, ancien marchand de bois, à Joinville-le-Pont, qui fait faillite en novembre 1844.

Laurent Nicolas Pinson meurt le 11 mai 1867 à Joinville. Il était veuf, père de 5 enfants et âgé de 78 ans. Son frère Hippolyte Pinson, était toujours adjoint au maire, et il s’agissait alors d’Auguste Courtin, fils adoptif de Chapsal.

Son petit-fils, Gabriel Pinson, sera maire de Joinville de 1878 à 1888. Quant à son petit-neveu, Albert Louis Bocquentin, il siégea comme conseiller municipal de 1890 à 1892. Ainsi, l'ancêtre Laurent François Pinson et ses descendants occupèrent-ils des fonctions communales presque sans interruption pendant un siècle.

C’est dans l’église de Joinville, financée par la famille Chapsal et inaugurée sept ans avant, que les obsèques de Pinson furent organisées.

Fin

Partager cet article
Repost0
1 mars 2019 5 01 /03 /mars /2019 00:01

Suite de la biographie de Laurent Nicolas Pinson

Une ordonnance du 19 août 1831 décide le changement de nom de la commune. Dernier maire de La Branche-du-Pont-de-Saint-Maur, Laurent Nicolas Pinson devient aussitôt le premier magistrat de Joinville-le-Pont.

Lors des premières élections, au suffrage censitaire, le 30 septembre 1831, le conseil municipal est renouvelé par moitié. Laurent Nicolas Pinson est élu, en compagnie notamment de deux anciens maires, Jean Mathurin Lemaire et Jean Joseph Robin.

Six ans plus tard, en mai 1837, il est réélu en obtenant 32 voix pour 46 votants sur 61 inscrits. Il est renouvelé dans son mandat de maire et affiche, cette fois, une fortune, en baisse, de 2 000 fr.

En 1838, Leblanc de Ferrière donne une description du village de 600 habitants dont Pinson est le maire. Il donne « à la garde nationale une belle compagnie de 100 grenadiers, incorporés au 3e bataillon de la 4e légion de la banlieue ». Le pont, encore appelé pont de Saint-Maur (qui deviendra vite pont de Joinville) est un ouvrage de pierres, « nouvellement rebâti, et digne de remarque par la beauté et la solidité de sa construction. Il a vingt-une arches, 600 mètres de longueur et 12 mètres de largeur. »

« Le séjour de Joinville est aussi salubre qu'agréable. Les rues sont pavées et en bon état d'entretien. Les loyers y sont chers et très-recherchés par les habitants de Paris, pendant la belle saison. On s'y procure aisément toutes les nécessités de la vie, mais à un prix aussi élevé que dans la capitale, le vin et quelques légumes exceptés.

« La situation du village est charmante. Une vue magnifique sur le cours de la Marne et sur la riche plaine qu'elle arrose ; des promenades et des sites sans cesse variés, de beaux jardins, le bois de Vincennes et le canal de Saint-Maur, tout contribue à faire de Joinville un lieu de plaisir et de rendez-vous pour les environs et pour Paris; aussi compte-t-on dans ce village un grand nombre de restaurateurs et de marchands de vin. Les mœurs des habitants se ressentent de cette fréquentation ; ils sont, en général, doux, prévenants et paisibles, industrieux d'ailleurs, et se livrant au travail avec ardeur.

« L'ordre public est maintenu par une brigade de gendarmerie. L'église de Saint-Maur-des-Fossés sert de paroisse à Joinville, qui n'a pas encore d'édifice consacré au culte religieux. Le cimetière aussi est commun aux deux villages ; il est situé hors de l'enceinte de l'un et de l'autre, entouré d'un beau mur, tenu avec le soin convenable, et décoré de quelques monuments qui méritent d'être remarqués.

« Les secours à l'indigence sont administrés d'une manière qui mérite les plus grands éloges ; ils sont répartis avec justice, et l'on ne souffre pas que le mendiant de profession abuse de la charité publique.

« L'instruction a plus d'un établissement, dans ce village. Il compte une école primaire pour les garçons, deux écoles semblables pour les filles, et un pensionnat de jeunes garçons tenu par M. Molette: Le territoire de la commune comprend environ 1,000 arpents ; il est cultivé avec intelligence, et l'agriculture y fait de grands progrès dans toutes ses branches. Il produit des céréales de toute espèce, une grande quantité de pommes de terre et de très-bons fourrages. On compte 250 arpents de bois propre au chauffage.

« Joinville possède une fabrique de sucre de betteraves, mise en mouvement par une machine à vapeur. M. Manon en est le propriétaire. M. Couteau a établi une belle fabrique de cuirs et de toiles vernis, qui occupe cinquante ouvriers. Joinville fait en outre un commerce assez considérable de bois de chauffage et de charpente.

« Ce village communique facilement avec Paris, tant par les Omnibus et leurs correspondances, qui vont jusqu'à Saint-Maur, que par les autres voitures publiques, si fréquentes sur la route de Lagny, Coulommiers, Provins, etc. »

A suivre

La délibération prenant acte du changement de nom de la commune

 

Partager cet article
Repost0
27 février 2019 3 27 /02 /février /2019 00:01

Début de la biographie de Laurent Nicolas Pinson

Laurent Nicolas Pinson naît le 8 novembre 1788 à Pont-de-Saint-Maur, village de la paroisse de Saint-Maur-des-Fossés, qui deviendra Joinville-le-Pont (act. Val-de-Marne). Il est le fils de Jeanne Marguerite Mathieu et de son mari, Laurent François Pinson, marchand de bois.

Officier municipal (soit adjoint au maire) pendant la période révolutionnaire, de 1791 à l’an 3 (1795), Laurent François Pinson devint le maire de la commune de La Branche-du-Pont-de-Saint-Maur, créée en 1790 à partir de l’ancien village du Pont-de-Saint-Maur. Il conserva son poste pendant le Premier Empire puis au début de la Restauration, jusqu’à sa mort en fonction le 27 décembre 1814. Il était chevalier de la Légion d’honneur.

En juillet 1810, toujours à La Branche-du-Pont-de-Saint-Maur, Laurent Nicolas Pinson épouse Marie Claudine Martine Coquot, originaire de la Marne.

Laurent Nicolas Pinson succéda, selon ses propres déclarations, à son père au sein du conseil municipal dès 1815. Cependant, les archives ne mentionnent pas sa présence à cette date et ne conservent qu’une proposition pour cette fonction en 1818, faite par le maire Jean Joseph Robin, mais elle ne semble pas avoir été suivie de sa nomination effective. Peut-être est-il nommé en 1819, quand l’adjoint au maire René Neveu démissionne. Sous le régime de la Restauration, les membres du conseil sont désignés par arrêté préfectoral.

Il devient lui-même adjoint au maire en septembre 1821 quand Claude Pierre Jacmart, alors adjoint, est nommé maire en remplacement de Jean Joseph Robin, démissionnaire pour raisons de santé.

Au moment de la publication de l’arrêté qui l’installe dans sa fonction, la fortune de Pinson, toujours marchand de bois, est estimée à 1 000 francs ; c’est un montant inférieur à celle de son prédécesseur, Jacmart (3 000 fr.) et encore plus à celle de l’ancien maire, Robin (6 000 fr.). Il est rejoint au sein de l’assemblée communale, à partir de 1827, par son frère, Hippolyte Pinson.

Après la Révolution de juillet 1830, la municipalité, qui reste en place, engage une démarche auprès du nouveau roi Louis-Philippe pour obtenir le changement de nom du village, qui reste trop marqué à son goût par la scission de 1790 d’avec Saint-Maur-des-Fossés. Pour réussir, les joinvillais proposent le nom de François, prince de Joinville, fils du souverain. Cette démarche est qualifiée par des historiens comme Georges Poisson et Jean Tulard de « pure flagornerie ». Elle est contestée par la commune voisine de Saint-Maur qui n’avait pas renoncé au rêve d’un retour dans le même giron.

Cependant, elle semble plaire au roi des Français, puisque Louis-Philippe accorde, le 13 septembre 1830, une audience à la députation de la commune et de la garde nationale du Pont-de-Saint-Maur, présidée par le maire. En leur nom, Jacmart « demande que leur commune porte désormais le nom de SAR le prince de Joinville ». Le nouveau monarque leur répond : « Je reçois votre adresse avec beaucoup de plaisir. J’en ai toujours beaucoup à recevoir les députations qui m’apportent l’expression de sentiments si agréables pour moi. Maintenir les institutions et assurer à tous les citoyens le libre exercice de leurs droits, sera le but constant de mes efforts. Je compte sur le concours de la garde nationale. »

Quelques jours avant cette cérémonie, le 1er septembre, Claude Pierre Jacmart venait de démissionner de son poste. Laurent Nicolas Pinson échange son poste d’adjoint contre celui de maire. Il est officiellement installé le 27 septembre. À ce moment, son patrimoine s’est augmenté, puisqu’il fait état d’une fortune de 3 000 fr.

A suivre

 

Partager cet article
Repost0
25 février 2019 1 25 /02 /février /2019 00:01

Alexis Aristide Picard nait le 5 mars 1841 à Ivry, Seine (act. Ivry-sur-Seine, Val-de-Marne). Il est le fils de Virginie Véronique Weber et de son mari Armand Aristide Picard, marchand de bois qui résident quai de la Gare dans la commune.

L’oncle d’Alexis, Gabriel Noël Picard (1800-1873), également marchand de bois, fut conseiller municipal (1834) puis adjoint au maire (1834) et enfin maire d’Ivry (1836), fonction qu’il occupa jusqu’au 31 décembre 1859, la ville de Paris annexant le territoire où se situait sa maison début 1860. Conseiller général de la Seine depuis 1849, il devint de droit conseiller municipal de Paris. Il était officier de la Légion d’honneur.

C’est le père d’Alexis et frère de Gabriel Noël Picard, Armand Aristide Picard (1809-1902) qui prit la succession à la mairie et fut le maire d’Ivry de 1860 à 1869.

Leur frère cadet, Laurent Alexis Picard (1814-1900), avocat à la cour d'appel, a également exercé un mandat politique en tant que conseiller général de l’Oise. De tendance conservatrice, mais républicain, il était chevalier de la Légion d’honneur.

Devenu luis aussi marchand de bois, Alexis Picard réside quai de la Gare à Ivry (jusqu’en 1860) puis à Paris, où il est toujours mentionné en 1876. Cependant, il dispose également d’une résidence à Joinville-le-Pont (Seine, act. Val-de-Marne), où, en septembre 1870, il est élu conseiller municipal trois semaines après la proclamation de la troisième République.

La commune, qui comptait 2 086 habitants au recensement de 1866, est le lieu de la bataille de Champigny avec sa voisine Champigny-sur-Marne du 30 novembre au 3 décembre 1870, pendant la guerre franco-prussienne. Elle occasionne d’importantes destructions, dont celle du pont de Joinville, et de nombreux morts, principalement militaires. Pour fuir les combats, la population tout entière émigre à Paris. Le conseil municipal continue cependant de fonctionner. Pour se réunir, il loue un local d’abord, en septembre 104, rue du Bac à Paris (7e arr.) puis en novembre 105, boulevard Voltaire (11e arr.), qui deviennent ainsi la mairie provisoire de Joinville.

Les Joinvillais rentrent chez eux dans le courant du premier trimestre 1871. La municipalité reprend possession de la mairie, qui a subi d’importantes dégradations, et y tient son premier conseil municipal le 1er avril 1871, pendant la Commune de Paris.

Comme le maire sortant, Auguste Courtin, conservateur, Alexis Picard est réélu lors du nouveau scrutin municipal de juillet 1871. Toujours avec Auguste Courtin, Alexis Picard est reconduit en novembre 1874. La majorité sortante conservatrice avait alors face à elle une liste républicaine, qui obtient au moins trois élus (Benoit, Cambier et Pilté).

En septembre 1876, Louis Ferdinand Rousseau, alors adjoint remplace comme maire, Courtin, qui quitte la commune. Le nouveau premier magistrat, bonapartiste, est battu lors des élections municipales générales de janvier 1878 et Picard cesse son activité politique publique.

Il s’était marié, en mars 1863 à Paris (3e arr.) avec Hélène Adelphine Payen. Il disparaît de son domicile de Joinville le 4 juin 1879 et son absence est juridiquement constatée en avril 1887. Il est mentionné comme vivant lors du décès de son épouse en août 1905 à Paris (12e arr.) et comme mort lors de la disparition de son fils aîné en avril 1928.

Peut-être faut-il l’assimiler à Adolphe Aristide Picard, inscrit sur les listes électorales de Coolgardie (Australie occidentale) entre 1906 et 1912 puis, dans le même territoire à Dampier en 1916 et 1917 et de nouveau à Coolgardie entre 1922 et 1925.

Son enfant Adolphe Aristide Picard (1864-1928), négociant en bois, fonda en 1908 la Société sucrière de Santo-Eduardo, dans l’État de Rio-de-Janeiro au Brésil. Il fut fait chevalier de la Légion d'Honneur.

Partager cet article
Repost0
22 janvier 2019 2 22 /01 /janvier /2019 00:01

Hippolyte Chatel naît le 9 mars 1857 à Saint-Denis (Seine, act. Seine-Saint-Denis). Il est le fils d’Appoline Chappellier et de son époux Charles Chatel, forgeron mécanicien.

Devenu ouvrier tréfileur, comme son frère aîné Xavier, Hippolyte Chatel, qui réside chez ses parents dans la commune, épouse en octobre 1882 à Saint-Denis Eugénie Anaïs Boyer, fille d’un cultivateur de Vauchassis (Aube).

Il va s’installer à Joinville-le-Pont (Seine, act. Val-de-Marne) suite à la création, en décembre 1892, de la compagnie du Bi-Métal, société métallurgique exploitant un brevet déposé par un ingénieur lyonnais, Édouard Martin, et qui produit des fils mêlant le cuivre et l'acier. Son frère Xavier y travaille également mais réside dans la commune voisine de Saint-Maurice, tandis qu’Hippolyte Chatel, son épouse et son fils vivent à Joinville, d’abord rue de Créteil (act. av. du maréchal Leclerc) puis rue Pasteur.

C’est probablement Hippolyte qui est, en janvier 1894, le Chatel assurant la fonction de secrétaire de la section de Joinville de l’Union des tréfileurs, pointiers et lamineurs de France. Il s’agit du premier syndicat connu à Joinville-le-Pont, dont l’existence est attestée au sein de l’usine de Joinville en octobre 1893. Cette union est basée à la Bourse du travail de Saint-Denis, où elle est officiellement enregistrée en novembre de la même année par son secrétaire général, Victor Guyot. La section de Joinville est active au sein du groupement, où Chatel joue un rôle mentionné dans plusieurs publications.

La section syndicale va déclencher une grève, suivie par trente-cinq ouvriers tréfileurs, pour protester contre la réduction de 25 % sur le prix de façon du tréfilage, décidée par la direction de l’usine le 19 octobre 1894. Une intervention de Jules Ferdinand Baulard, député radical-socialiste de la Seine et ancien conseiller municipal de Joinville, accompagné des maires de Nogent-sur-Marne (Émile Husson), de Joinville (Eugène Voisin) et de Saint-Maurice (François Gauthier), propose une conciliation. Les ouvriers acceptent une réduction de salaire de 11%, mais elle est refusée par les employeurs.

Le directeur de la compagnie, M. Heurtel, assure que les ouvriers de Joinville sont payés moitié plus chers que leurs homologues de province, et 25% de plus que ceux de Saint-Denis, ce que contestent les ouvriers de Joinville, arguant d’une plus forte productivité.

Avec le soutien d’autres salariés de l’entreprise, les grévistes organisent des manifestations dans les rues de Joinville. Ils obtiennent le soutien des municipalités de Saint-Maurice et Joinville, ainsi que celui du conseil municipal de Paris et de plusieurs quotidiens comme La Lanterne, Le Radical, Le Parti ouvrier ou de l’hebdomadaire local Voix des communes.

S’il est encore mentionné comme secrétaire du syndicat le 17 novembre, Hippolyte Chatel semble cependant avoir cédé la fonction à son frère Xavier, qui signe les appels à la solidarité publiés dans la presse à compter du 9 du même mois.

Un accord est passé avec la direction après 52 jours de grève, le 15 décembre. La proposition des ouvriers de limiter la diminution à 11% est finalement acceptée. Le travail reprend le lendemain.

Au cours de son activité syndicale, Hippolyte Chatel était proche des militants de gauche du Parti ouvrier socialiste révolutionnaire. Cependant, c’est sur une liste de droite, qualifiée de nationaliste par le journal radical Voix des communes, qu’il va être candidat lors des élections municipales de mai 1904 à Joinville. Conduite par deux conseillers sortants, Honoré Moulinet et François Provin, la liste s’oppose à celle du maire sortant, Eugène Voisin, soutenue par le comité radical-socialiste, et à une liste socialiste incomplète soutenue par le Parti socialiste français. Les radicaux obtiennent 49,1% des suffrages et ont 22 élus ; les nationalistes n’ont qu’un seul siège avec 32,3%. Les socialistes n’ont pas d’élu, leurs 7 candidats recueillant 13,6% des voix. Chatel obtient 314 voix pour 1 119 votants (28,1%) et 1 343 électeurs inscrits.

Bien qu’il ait été âgé de 57 ans au début de la première guerre mondiale, Hippolyte Chatel semble avoir joué un rôle militaire, puisqu’il est, après la fin du conflit, adhérent à la 740e section de la société Les vétérans des armées de terre et de mer qui indiquera, après sa disparition, qu’il était un soldat de la grande guerre.

Remarié en juillet 1919 au Vésinet (Seine-et-Oise, act. Yvelines) avec Augustine Augier, Hippolyte Chatel n’a plus d’activités politiques publiques. Il contribue en avril 1927 à la caisse d’amortissement pour le relèvement du franc.

Toujours employé de la compagnie française du Bi-Métal, Hippolyte Chatel est devenu directeur d'usine dans une autre unité du groupe, à  Alfortville (Seine, act. Val-de-Marne). Il est décoré d’une médaille d’honneur à ce titre par le ministère du commerce et de l’industrie en février 1926.

Hippolyte Chatel meurt le 21 juin 1935 à Joinville. Il était âgé de 78 ans.

 

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Polmorésie, blog d’histoire
  • : Histoire politique, économique, culturelle et sociale au travers des acteurs qui ont se sont engagés dans la vie publique.
  • Contact

Recherche

Liens