Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
20 février 2019 3 20 /02 /février /2019 00:01

Alphonse Acher est le fils de Jean Acher et de Louise Geneviève Mathieu (décédée en 1820) ; il naît le 30 septembre 1793 à La Branche-du-Pont-de-Saint-Maur. Son père était épicier puis marchand de bois. Il a exercé les fonctions de procureur de la commune, agent municipal puis maire de La Branche-du-Pont-de-Saint-Maur (1795-1800).

Comme son père, Alphonse Acher est marchand de bois, une des principales activités économiques du village qui prospère grâce au flottage du bois venu de Haute-Marne et déchargé dans la port sur la Marne puis acheminé vers Paris en passant le pont sur cette rivière. La famille Acher réside dans le hameau du Bout du Pont (appelé également La Tourelle), sur le territoire de la plaine de Polangis. Le territoire sur la rive gauche de la Marne est peuplé de seulement 36 habitants en 1837. Le commerce de bois est prospère et, en 1837, Alphonse Acher est le deuxième contribuable le plus imposé de la commune, figurant ainsi évidemment sur la liste des électeurs censitaires. Sa fortune est estimée à 3 000 francs en 1848.

En octobre 1822 à Villevaudé (Seine-et-Marne.), Alphonse Acher épouse Emélie Désirée Boulingre, fille de cultivateurs de la commune.

Le demi-frère aîné d’Alphonse Acher, Mathurin Lemaire, né du premier mariage de sa mère Louise Geneviève Mathieu avec Jean Étienne Martin Lemaire, était épicier dans le même village. Notable dans la municipalité de l’an 9, il est adjoint au maire, Laurent François Pinson de 1808 à 1814. À sa mort, il devient maire, fonction qu’il exerce jusqu’à sa démission avril 1816. Il redevient conseiller municipal en 1830 et le reste jusqu’en juillet 1843.

Bien qu’il n’ait, semble-t-il, pas siégé antérieurement dans le conseil municipal, Alphonse Acher est nommé adjoint au maire le 4 septembre 1830. Le maire, démissionnaire, Claude Pierre Jacmart se rend à la tête d’une délégation de la commune et de la garde nationale en audience auprès du roi Louis-Philippe le 13 septembre 1830. Ils lui demandent le changement de nom de la commune. Laurent Nicolas Pinson prend quelques jours plus tard la succession de Jacmart comme maire de la commune. Le 19 août 1831, l’ancienne Branche-du-Pont-de-Saint-Maur devient Joinville-le-Pont, prenant le nom d’un fils du souverain. Peu après, le 23 novembre 1831, Jean Émile Lemaire, neveu d’Alphonse Acher, devient adjoint en remplacement d’Alphonse Acher.

Depuis la Révolution de 1789, les Lemaire-Acher et Pinson partagent avec un nombre restreint d’autres familles, comme les Lheureux, les fonctions d’édiles municipaux dans le village.

Lors du scrutin municipal de mai 1837, au suffrage censitaire, Alphonse Acher obtient 19 voix sur 46 votants pour 61 électeurs inscrits. Il n’est pas élu, contrairement à son frère, Mathurin Lemaire. Par contre, en juillet 1843, Alphonse Acher retourne au sein de l’assemblée locale.

Alphonse Acher meurt à une date et dans un lieu inconnus, peut-être en 1845 ou début 1846, puisqu’il est, suite à son décès, remplacé au conseil municipal de Joinville en juin 1846.

Carte de 1830

 

Partager cet article
Repost0
30 décembre 2018 7 30 /12 /décembre /2018 00:01

Louis Henri Gaut, dont le nom est parfois orthographié Gant, nait le 6 mai 1813 à Nogent-sur-Marne (Seine, act. Val-de-Marne). Il est le fils de Gabrielle Louise Laplaine et de son époux Claude Henri Gaut, maréchal-ferrant.

Exerçant la profession de boulanger Nogent, il épouse en août 1837 à Créteil (Seine, act. Val-de-Marne) Louise Aimable Élisa Laviron, fille de marchands de vins de la commune. Ils y résident en 1840, ou Gaut est toujours boulanger, puis vont s’installer à Joinville-le-Pont, entre Créteil et Nogent, encore avec le même métier.

Gaut fait partie pendant la révolution de juin 1848, selon les archives militaires, d’un Club de Joinville, qui comprend Adolphe Candellé, marchand de vins et traiteur. Il est arrêté en juillet 1848 sans motif précisé avec Candellé et six autres habitants de sa commune, Charles Eugène Buchot, marchand de vins et tailleur de pierres ; Eustache D'Heurle, tonnelier ; Pierre Joseph Destombes, dégraisseur de laines ; Isidore Gouvrion, cordonnier ; Jean Baptiste Marillier, restaurateur et François Poirier, marchand de vins. Il est remis en liberté le lendemain.

Louis Henri Gaut, qui a eu deux enfants, va ensuite s’installer dans le territoire actuel de Paris. Il meurt le 6 juillet 1858 à Belleville, qui sera intégré deux ans plus tard à la capitale. Il était âgé de 45 ans.

 

Partager cet article
Repost0
20 novembre 2018 2 20 /11 /novembre /2018 00:01

Mise à jour d'un article précédemment paru le 17/11/2016.

Louis Louveau naît le 11 mars 1781.

Il est envisageable de l’assimiler au garçon tonnelier homonyme, né en 1780 ou 1781, qui est cité comme témoin de l’accusation au procès instruit par le tribunal criminel du département de la Seine contre François-Joseph Carbon et ses coaccusés chouans de l'attentat de la rue Saint-Nicaise à Paris, conspiration visant Napoléon Bonaparte, alors premier consul, le 3 nivôse an 9 (24 décembre 1800). Le procès a lieu le 11 germinal an 9 (1er avril 1801). Comme Pierre Robinault de Saint-Régeant, l’autre chef du complot royaliste, Carbon est condamné et exécuté.

Bien que résidant à Paris, Louis Louveau est élu conseiller municipal de Joinville-le-Pont (Seine, act. Val-de-Marne) le 30 septembre 1831. La commune vient d’abandonner depuis un mois son ancien nom de La Branche-du-Pont-de-Saint-Maur. Laurent Nicolas Pinson, récent maire, est élu en même temps que lui.

Village rural, Joinville accueille des parisiens qui y disposent de résidences secondaires. Louveau habite à Paris, peut-être rue des Francs-Bourgeois, dans le quartier du Marais. Il est recensé dès 1822 à Joinville, où il possède une résidence quai Beaubourg, sur les bords de Marne. Il est désigné comme propriétaire.

Le 28 mai 1837, Louveau est réélu, au suffrage censitaire, arrivant en seconde position sur six candidats derrière Pinson avec 28 voix sur 46 suffrages exprimés et 61 inscrits. Il n’est pas réélu le 18 février 1843 lors du scrutin qui suit la démission de Pinson.

La presse conservatrice (Gazette nationale, Journal des débats) mentionne le nom de Louis Louveau comme participant à plusieurs souscriptions : pour l’extinction de la mendicité en 1829, en faveur des pauvres en 1832, pour la mémoire de Casimir Périer la même année, pour les incendiés de Hambourg en 1842 et pour les victimes du désastre de la Guadeloupe en 1843.

Peut-être est-ce lui qui épouse, en janvier 1847 à Paris, Marie Giraud ; il aurait alors eu 65 ans. Il est également possible que ce soit lui qui meure le 23 novembre 1850 à Paris (9e arr.), étant âgé de 69 ans.

 

Partager cet article
Repost0
31 octobre 2018 3 31 /10 /octobre /2018 00:01

Jules Pierre Belloir naît le 19 novembre 1811 à Paris (9e arr.). Il est le fils de Gabrielle Joséphine Cheviron et de son mari, Jean Marie Belloir.

Comme son père et ses quatre frères, Jules Belloir va être tapissier décorateur.

Mariés en novembre 1842 en l’église Saint-Ambroise à Paris (8e arr.), Adèle Octavie Guillaume et Jules Belloir eurent cinq enfants. Ils résident rue du Roi-de-Sicile, puis quai de Jemmapes. Le même mois, Jules Belloir s’associe avec son frère Julien pour réer la société en commandite Belloir frères qui exploite leur atelier de tapissier décorateur.

La société Belloir frères est une maison célèbre tout au long du siècle. Elle produit des décors de fêtes publiques, le Te Deum du 1er janvier 1852 à Notre-Dame de Paris. Elle intervient également dans des bâtiments publics, comme l’Opéra de Paris. Elle est outre fournisseur de clients fortunés. Belloir frères fut référencée, comme l’atelier paternel, en tant qu’entrepreneur des fêtes du gouvernement.

Des productions de la maison Belloir sont conservées dans différentes institutions, dont le musée d’Orsay à Paris.

Après avoir laissé en 1851 la gestion de leur entreprise commune à son frère Julien, Jules Belloir s’installe à Joinville-le-Pont (Seine, act. Val-de-Marne). Il se remarie, en février 1859 à Ouanne (Yonne), avec Léonie Augustine Gillon. Il ne semble pas avoir eu d’enfant de ces secondes noces. Son père et deux de ses frères s’installent également à Joinville, 5, rue de Paris ; ils résident cependant une partie de l’année à Paris, venant sans doute à Joinville principalement pendant la belle saison.

En août 1865, Jules Pierre Belloir est l’un des 12 membres du conseil municipal de Joinville nommé par décret impérial. Auguste Courtin est maire et Charles-Hippolyte Pinson adjoint. Belloir ne figure pas parmi les 16 élus de l’assemblée locale en septembre 1870.

Jules Belloir ou l’un de ses frères siègent dans des jurys de cour d’assises, en 1864 et 1875.

Jules Pierre Belloir meurt le 4 mars 1887 à Paris (9e arr.) dans son appartement du boulevard Beaumarchais. Il était âgé de 75 ans.

Le plus jeune fils Paul Léon Belloir (1857-1929), reprend l’activité de tapisserie décoration familiale et dirige à partir de 1892 la société, devenue Belloir et Vazelle après que son oncle Julien se soit associé avec Georges Alexandre Vazelle. Paul Léon Belloir épouse en décembre 1880 à Paris (9e arr.), la fille de ce dernier, Jeanne Vazelle. Ils vivent 56, rue de la Victoire à Paris (9e arr.). Paul Léon Belloir est fait chevalier de la Légion d’honneur à l’occasion de l’exposition universelle de 1900, ayant été membre du comité d’admission et du jury des produits relevant de la classe 71 (Mobilier et décoration).

Rideau du foyer de l'opéra de Paris, production Belloir

 

Partager cet article
Repost0
29 octobre 2018 1 29 /10 /octobre /2018 00:01

Pierre Jean Marie Belloir naît en 1783 à Paris, de parents non dénommés selon son acte de décès. Il est cependant mentionné comme étant le fils de Jean François Belloir, employé à l'Académie royale, lors du décès de ce dernier le 11 avril 1814, à l’âge de 73 ans ; Jean François Belloir avait épousé le 15 janvier 1765 à Paris-Saint-Laurent Madeleine Geneviève Cailleaux, qui pourrait donc être sa mère.

Il épouse, au début du 19e siècle, Gabrielle Joséphine Cheviron, avec laquelle il aura six enfants.

Exerçant antérieurement le métier de tapissier, Belloir fonde, en 1827, une maison de tapisserie décoration qui sera célèbre tout au long du siècle. Il produit le décor de fêtes publiques, comme en 1841, celle pour l’anniversaire de l’accession au trône du roi Louis-Philippe. Il intervient également dans des bâtiments publics, comme l’hôtel-de-ville de Paris pour le mariage du duc d’Orléans en 1837. Il est enfin le fournisseur de riches clients. Il fut référencé comme entrepreneur des fêtes du gouvernement à partir de 1841.

Installés d’abord rue de la Tixeranderie (act. rue de Rivoli) à Paris (7e arr.), ses ateliers sont ensuite transférés rue du Roi-de-Sicile dans le quartier Saint-Gervais du Marais (4e arr.).

Les cinq fils Belloir exercèrent tous le métier de tapissier-décorateur. Deux d’entre eux, Jules Pierre et Julien Joseph, fondèrent en 1842 la société Belloir frères, qui prit la succession des activités de Jean Marie Belloir lorsque celui-ci se retira, vers 1845.

Domicilié rue de Paris, à Joinville-le-Pont (Seine, act. Val-de-Marne), Jean Marie Belloir y meurt le 18 juin 1869, à l’âge de 85 ans.

Plusieurs des descendants de Jean Marie Belloir résident également à Joinville-le-Pont, notamment trois de ses fils Auguste, Édouard Joseph et Jules Pierre. Ce dernier fut conseiller municipal de la commune.

Intérieur d'un salon aménagé par la maison Belloir

 

Partager cet article
Repost0
19 octobre 2018 5 19 /10 /octobre /2018 01:01

Arthur Désiré Bethfort naît le 16 août 1827 à Saint-Quentin (Aisne). Il est le fils de Marie Marguerite Adélaïde Carpentier et de Pierre Auguste Quentin Bethfort, tous deux ouvriers, le second résidant à Dallon, Aisne, qui se marient en octobre.

Il s’engage en 1847 dans l’armée et servira dans les sapeurs-pompiers de Paris, qui dépendent de l’infanterie. En 1862, il est sergent. Il épouse en novembre 1866 à Paris (19e arr.) Henriette Célinie Louise Auvray, bardeuse de souliers. Il réside à la caserne de la rue Culture-Sainte-Catherine de Paris (4e arr.). Ils s’installent ensuite, dans le même arrondissement, rue de Sévigné. Ils avaient déjà donné naissance en décembre 1863 à une fille et auront ensuite quatre garçons.

La famille s’installe, vers 1874, à Joinville-le-Pont (Seine, act. Val-de-Marne), où Bethfort est garde-champêtre et sert dans les sapeurs-pompiers, dont la brigade est rattachée au régiment de Paris. Bethfort indique dans un document de 1891 en être l’instructeur et l’un des fondateurs. Les sapeurs-pompiers de Joinville étaient déjà signalés, à ce moment dans le cadre de la garde nationale, en 1868. Toujours en 1874, Bethfort obtient une pension de retraite pour 27 ans de services militaires, dont 12 ans en tant que sergent. Il est encore actif parmi les pompiers de Joinville en 1883 et peut-être jusqu’en 1891.

Bethfort participe à plusieurs souscriptions publiques, en novembre 1871 pour la reconstruction du palais de la Légion d'honneur, incendié lors de la Commune de Paris puis en septembre 1875, en faveur des victimes des inondations de la Marne.

Décoré en novembre 1869 de la médaille militaire, Bethfort obtient une médaille d'argent de sauvetage en mai 1880. Il est récompensé pour avoir, en janvier 1880 avec quatre autres pompiers de Joinville, « bravé tous les dangers de la débâcle des glaces de la Marne, pour porter secours aux personnes surprises par la crue subite des eaux. »

Son rêve est cependant de devenir titulaire de la Légion d'honneur. Il entreprend des démarches en ce sens. Une commission de la chambre des députés, saisie de sa requête, estime, en décembre 1883, qu’elle « aurait dû être adressée au Ministre compétent par la voie hiérarchique ». Le sénat fait de même, en mai 1884, estimant être « dans l'impossibilité de vérifier les assertions de cet ancien militaire. »

Arthur Désiré Bethfort meurt le 5 mars 1891 à Joinville, âgé de 63 ans, sans avoir obtenu le ruban qu’il convoitait. Par contre, deux de ses fils (Eugène et Henri), militaires de carrière, en seront décorés.

 

Partager cet article
Repost0
17 octobre 2018 3 17 /10 /octobre /2018 01:01

Fulcran Raymond Charles Costes naît probablement en 1826 à Villefranche-de-Panat (Aveyron). Il est le fils de Marie Anne Savignac et Auguste Costes.

Il épouse Zoé Chibon dite Gibon. En 1860, à la naissance de leur premier enfant, Emélie Victorine, ils vivent à Livry, Seine-et-Oise (Seine, act. Livry-Gargan, Seine-Saint-Denis). Exerçant une activité de négociant, la famille Costes réside à Saint-Pétersbourg (Russie) où leur seconde fille, Zoé Andrette, voit le jour en octobre 1865. Elle est baptisée par le curé de de la colonie française, Ange Konomavitch, en février 1866. Le dernier fils, Auguste Paul, est enregistré en décembre 1870 dans la commune d’origine du père, Villefranche-de-Panat.

Au cours de cette décennie, la famille s’installe à Joinville-le-Pont (Seine, act. Val-de-Marne) où elle vit avenue Molette, dans le quartier central. Elle conserve cependant une adresse parisienne, où elle réside sans doute pendant la période hivernale, rue Brézin (14e arr.).

Lors des élections de mai 1881, Costes est élu conseiller municipal de Joinville. Le maire, réélu, est le républicain modéré Gabriel Pinson. La nouvelle assemblée accueille quelques personnalités radicales, ouvertement anticléricales, comme le futur député Jules Ferdinand Baulard ou Alphonse Demeestère, pilier du mouvement radical dans la région.

Peut-être Costes fait-il partie des candidats conservateurs qui ont pris part aux élections municipales de mai 1884 à Joinville ; ils ont alors obtenu une moyenne de 56 voix, contre une moyenne de 310 voix pour les candidats républicains et radicaux, élus sur la liste du maire Gabriel Pinson, soit respectivement 15 et 85% des suffrages exprimés.

En septembre 1885, Costes est signataire d’un appel du Comité conservateur de la Seine, qui se présente comme « l'opposition conservatrice » et soutient une liste de candidats qui réclame « le rétablissement de la paix religieuse », s’oppose aux conquêtes coloniales et réclame l'allègement des charges publiques. Deux autres joinvillais signent ce document, diffusé dans plusieurs journaux comme Le Gaulois et la Gazette nationale, Arnoux et Jules Gaconnet . Les conservateurs avaient organisé dans une salle de Joinville une réunion de soutien à la liste d’Édouard Hervé  et du baron Haussmann le 29 septembre 1885 au cours de laquelle un de leurs candidats, Georges Berry, conseiller municipal de Paris, a pris la parole. Les radicaux et républicains, qui constituaient – selon leur journal local Voix des communes – la majorité des assistants, assurent que, malgré une infructueuse tentative de scander « vive l’empereur », c’est aux cris de « vive la République ! » que l’assemblée se sépare. Le scrutin législatif montre une progression, dans la commune de Joinville, des votes conservateurs, avec 130 voix au second tour (90 au premier), contre 365 aux républicains et radicaux sur 518 exprimés (soit respectivement 25 et 70%).

Un conflit démarre en juillet 1884 entre la municipalité et le conseil de fabrique (administration de la paroisse catholique) à propos des sommes qui seraient indûment conservées par le curé sur les recettes des pompes funèbres. Le conseil comprend, outre le maire et le curé, deux personnes nommés par l'archevêque de Paris et deux par le Préfet du département de la Seine. Au vu des irrégularités constatées dans les comptes, le ministre de l’intérieur et des cultes avait pris en février 1885 un arrêté qui révoquait les fabriciens (membres du conseil) en exercice. Pour constituer le nouveau conseil, le préfet désigne deux conseillers municipaux de la commune, Jules Ferdinand Baulard et Honoré Jullien, tous deux notoirement anticléricaux. Mais, sous prétexte que l'archevêque n’avait pas désigné ses représentants, le curé Ernest Jouin refuse de voir les nouveaux membres siéger dans la réunion qu’il convoque le 11 avril, et tente de tenir la séance avec les quatre révoqués Albert Rogat, rédacteur au journal le Pays, Victor Durand, rentier; Costes et Pierre Deubory, ancien capitaine. Pinson protestant contre cette réunion illégale, l'un des anciens membres du Conseil, M. Durand, se précipita sur le maire, le saisit au collet et le fit rouler à terre selon le quotidien Le Petit Parisien. Il est condamné en juillet 1885 par le tribunal correctionnel de la Seine pour violences et voies de fait à six jours de prison et à des dommages-intérêts envers le maire.

Le prêtre, Ernest Jouin, essayiste réputé, est connu pour le combat qu’il mène contre la franc-maçonnerie et pour ses positions antisémites.

L’année suivante, les tribunaux ont à se prononcer sur le fond. En mars, la chambre correctionnelle de la cour d'appel de Paris inflige à chacun des anciens fabriciens 25 francs d'amende pour avoir continué d'exercer leurs fonctions bien que révoqués. Dans un arrêt du 30 octobre 1886, la cour de cassation confirme définitivement la sentence.

Charles Costes meurt le 17 février 1891 à Joinville-le-Pont. Il résidait avenue Molette, dans le centre-ville, et était âgé de 64 ans.

Ernest Jouin

 

Partager cet article
Repost0
15 octobre 2018 1 15 /10 /octobre /2018 01:01

Jules François Gaconnet naît le 12 août 1843 à Saint-Maurice (Seine, act. Val-de-Marne), dans le quartier de Gravelle. Il est le fils d’Anne Célestine Cavin et de son époux Jean Alexis Gaconnet, alors jardinier puis plus tard nourrisseur (éleveur laitier).

Un décret du 2 mai 1868 rattachera une partie du quartier de Gravelle à la commune de Joinville-le-Pont. Jules Gaconnet réside cependant toujours dans la partie saint-mauricienne du quartier en juin 1870 lorsqu’il se marie, à Villiers-sur-Marne (Seine-et-Oise, act. Val-de-Marne), avec Élisabeth Julie Parot, cultivatrice. Il est alors épicier.

Fin 1870, la population des communes riveraines de la Marne se réfugie à Paris pendant les combats de la guerre franco-allemande. Les municipalités de Charenton-le-Pont, Maisons-Alfort, Joinville-le-Pont ou Saint-Maur s’installent provisoirement à Paris, contrairement à celle de Saint-Maurice qui, seule de son voisinage, reste sur place en septembre 1870. Le premier enfant du couple, qui en aura sept, naît le 1er mars 1871 à Paris, avant le début de la Commune de Paris (18 mars), les réfugiés rentrant alors dans les villes et villages périphériques.

Plusieurs Gaconnet sont mentionnés en 1875 comme participant aux souscriptions pour les inondés, suite aux importantes crues de la Marne, récoltées par le commissaire de police de la circonscription de Joinville (qui s’étend sur plusieurs communes, dont Saint-Maurice).

Devenu, comme son père et son frère Paul, nourrisseur, Jules Gaconnet réside à Saint-Maurice jusqu’en 1879. En 1880, il est installé rue du Canal à Joinville-le-Pont. Il va ensuite vivre rue du Pont, au centre-ville, où il est en 1886.

C’est probablement Jules Gaconnet qui va participer de manière active à la campagne des élections législatives des 4 et 18 octobre 1885. Les sources ne mentionnent que le patronyme, il pourrait donc s’agir aussi de son père, Jean Alexis Gaconnet, qui réside également rue du Pont à Joinville ; cependant, son âge (74 ans) et sa faible éducation (il sait difficilement signer de son nom) rendent cette identification peu probable. Il meut d’ailleurs peu après, le 8 janvier 1886.

Peut-être Gaconnet fait-il partie des candidats conservateurs qui ont pris part aux élections municipales de mai 1884 à Joinville ; ils ont alors obtenu une moyenne de 56 voix, contre une moyenne de 310 voix pour les candidats républicains et radicaux, élus sur la liste du maire Gabriel Pinson, soit respectivement 15 et 85% des suffrages exprimés.

En septembre 1885, Gaconnet est signataire d’un appel du Comité conservateur de la Seine, qui se présente comme « l'opposition conservatrice » et soutient une liste de candidats qui réclame « le rétablissement de la paix religieuse », s’oppose aux conquêtes coloniales et réclame l'allègement des charges publiques. Deux autres joinvillais signent ce document, diffusé dans plusieurs journaux comme Le Gaulois et la Gazette nationale, Arnoux et Costes.

Les conservateurs avaient organisé une réunion de soutien à la liste d’Édouard Hervé  et du baron Haussmann le 29 septembre 1885 au cours de laquelle un de leurs candidats, Georges Berry, conseiller municipal de Paris, a pris la parole. Gaconnet intervient également. Les radicaux et républicains, qui constituaient – selon leur journal local Voix des communes – la majorité des assistants, assurent que, malgré une infructueuse tentative de scander « vive l’empereur », c’est aux cris de « vive la République ! » que l’assemblée se sépare. L’hebdomadaire radical assure que Gaconnet « s’agite beaucoup, dès qu’il est à la tribune. »

Le scrutin législatif montre une progression, dans la commune de Joinville, des votes conservateurs, avec 130 voix au second tour (90 au premier), contre 365 aux républicains et radicaux sur 518 exprimés (soit respectivement 25 et 70%). Henry Vaudémont, dans Voix des communes assure que, au vu de ces résultats, « Gaconnet jubile de plus en plus. »

Le dernier enfant de Jules Gaconnet naît en novembre 1887, mais meurt le 9 décembre. Lui-même décède le 15 décembre 1887 à Joinville. La proximité des deux dates peut faire penser à une maladie contagieuse ou à un accident domestique. Il était âgé de 44 ans.

Son épouse continuait, en 1891, l’exploitation laitière à la même adresse de la rue du Pont à Joinville, où elle résidait avec leurs cinq enfants survivants et deux domestiques.

Vue de la rue du Pont

 

Partager cet article
Repost0
12 juillet 2018 4 12 /07 /juillet /2018 01:01

Charles Francois Tirot naît vers 1801 à Juvigny (Aisne). Il est le fils de Marie Dupont et de son époux Charles Tirot.

En novembre 1822, Charles Tirot épouse à Paris Cécile Élisabeth Adrienne Jacquemart. Au décès de celle-ci, en février 1860, Charles Tirot est rentier et réside cité Boufflers (act. cité Dupetit-Thouars) dans le quartier des Enfants-Rouges à Paris (3e arr.).

Il s’installe ensuite à Joinville-le-Pont (Seine, act. Val-de-Marne) où il est nommé par décret membre du conseil municipal le 26 août 1865. Le maire est alors Auguste Courtin, conservateur. Il est élu conseiller municipal lors du scrutin du 25 septembre 1870, qui suit la proclamation de la 3e République et au début du siège de Paris. Auguste Courtin est toujours premier magistrat. Le lendemain où le jour suivant, l’ensemble de la population évacue la commune et se réfugie à Paris. Le siège de la mairie est transféré d’abord au 104, rue du Bac (7e arr.) puis en novembre au 105, boulevard Voltaire (11e arr.).

Le retour des habitants se fait avant le début de l’insurrection de la Commune de Paris, et le conseil municipal se réunit, pour la première fois à Joinville le 1er avril 1871. Le pont reliant les deux rives de la commune a été détruit pendant le siège en novembre 1870 et les combats de la bataille de Champigny, qui se déroulent en partie sur le terrain communal de Joinville à Polangis, font plus de 2 000 morts.

Suite à l’armistice signé le 28 janvier 1871, Joinville eut à loger 3 000 soldats allemands (Wurtembourgeois et Bavarois) jusqu’au 19 septembre 1871, avec un état-major général de brigade et 250 chevaux.

Lors des élections municipales du 29 juillet 1871, Charles Tirot n’est pas réélu.

Charles Francois Tirot meurt le 12 septembre 1874 à Joinville-le-Pont. Il était propriétaire, âgé de 73 ans et résidait 12, quai Beaubourg. Il avait eu au moins une fille et a été inhumé à l’église Saint-Ambroise à Paris (11e arr.).

Le pont de Joinville détruit après la bataille de Champigny

 

Partager cet article
Repost0
19 juin 2018 2 19 /06 /juin /2018 01:01

Marc Félix Broutta naît le 24 novembre 1819 à Marquise (Pas-de-Calais). Il est le fils de Marie Louise Claudine Routtier et de son époux Armand Marc Antoine Fidel Broutta, notaire royal.

En octobre 1839, il est admis à l’école spéciale militaire de Saint-Cyr (Seine-et-Oise, act. Yvelines) et suit sa scolarité avec la promotion de Mazagran. À la sortie, devenu sous-lieutenant, il choisit la cavalerie. Il sert au sein du 10e régiment de cuirassiers, est nommé lieutenant en 1845 puis capitaine en 1847 et commandant en 1848, en garnison à Vesoul (Haute-Saône), Amiens et Abbeville (Somme).

Ayant rejoint la Garde impériale à Compiègne en 1858, il devient chef d’escadron en 1860 intègre le 4e régiment de cuirassiers où il est fait chevalier de la Légion d’honneur en 1862. Il y est toujours en juin 1869 quand il est décoré officier de la Légion d’honneur. C’est sans doute peu après qu’il devient directeur de l'École de cavalerie de Saumur (Maine-et-Loire). Cependant, le lieutenant-colonel Broutta ne figure pas sur la liste des dirigeants de l’école publiée par le général de Fornel de La Laurencie dans sa monographie de 1935. C‘est probablement parce qu’il n’exerce son mandat que brièvement, Broutta rejoignant son régiment à l’été 1870 pour la guerre avec la Prusse et la confédération allemande.

Le 6 août 1870, lors des combats qui eurent lieu à Froeschwiller-Woerth (Bas-Rhin), la bataille Reichshoffen, Broutta commande en tant que chef d’escadron, le 4e régiment de cuirassiers qui subit de très lourdes pertes lors de charges, présentées ensuite comme héroïques, sur les positions allemandes de Morsbronn et d'Elsasshausen. Après la bataille, le maréchal Mac-Mahon aurait dit : « Des cuirassiers, il n'en reste plus ». Broutta lui-même fut blessé et amputé de l'avant-bras droit par un obus.

Il raconte ainsi son sort : « A Frœschwiller, lors de la grande charge des cuirassiers de la division de Bonnemains, le colonel Billet, qui commandait le 4e cuirassiers (…) était pris par un violent mal de gorge qui l’empêchait de parler. Au moment où nous reçûmes l’ordre de charger, le colonel me confia le commandement du régiment comme étant le plus ancien chef d’escadron. La charge eut lieu ; le colonel en tête. Quelques instants après, M. Billet était grièvement atteint. Moi-même, l’avant-bras droit emporté, je tombai sous les pieds des chevaux ». « Je fus, à la tête (…) renversé par plusieurs balles, qui m'enfoncèrent la poitrine, et par un éclat d'obus, qui m'emporta le bras droit. Le maréchal des logis Michel me trouva par terre presque sans connaissance. (…) Au milieu de cette malheureuse retraite, il me soutint et me porta sur ses épaules durant l'espace de sept kilomètres pour trouver une ambulance et un autre médecin. Fait prisonnier avec moi au village de Reichshoffen, il ne cessa de me donner des soins, couchant sur le carreau auprès de mon lit. »

Après sa libération, il est mis en non activité en mai 1871 pour infirmité et quitte officiellement en juin ses fonctions de commandant de l’école de cavalerie de Saumur. Il envisage d’abord de se fixer à Barèges (Hautes-Pyrénées) mais décide finalement de rejoindre Joinville-le-Pont (Seine, act. Val-de-Marne).

Au cours d’un conseil de guerre siégeant à Vincennes (Seine, act. Val-de-Marne) en février 1872, le lieutenant-colonel Broutta témoigne en faveur du maréchal des logis Michel, qui, ivre, avait insulté un adjudant avant la bataille de Reichshoffen. Bien que les faits n’aient pas été contestés, l’intervention de Broutta ayant soulevé une vive émotion, Michel fut acquitté au milieu des applaudissements de l'auditoire.

Les charges cuirassiers de Reichshoffen devinrent une épopée tragique, dont « l'héroïque Broutta » - comme le qualifiait le quotidien Le Gaulois – était un des rares survivants.

A suivre.

 

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Polmorésie, blog d’histoire
  • : Histoire politique, économique, culturelle et sociale au travers des acteurs qui ont se sont engagés dans la vie publique.
  • Contact

Recherche

Liens