Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
15 septembre 2018 6 15 /09 /septembre /2018 01:01

Louis Félix Normand naît le 18 mars 1860 à Paris (18e arr.). Sa mère, Marie Augustine Normand, lingère, épouse dix ans plus tard, en décembre 1870, Victor Émile Salmon, qui le reconnaît.

Félix Salmon, devenu peintre sur porcelaine, épouse Louise Alphonsine Drony, couturière, en octobre 1890 à Paris (18e arr.). Il vit alors rue de Simart. Avant le milieu de la décennie, il s’installe à Joinville-le-Pont (Seine, act. Val-de-Marne), où il installe son atelier de peinture sur céramique dans le nouveau quartier de Polangis, avenue Henri.

Il participe en septembre 1895 à une souscription pour « les affamés de Carmaux », en faveur de grévistes des verreries. La quête est organisée par la coopératrice Victoria Vaudémont avec deux responsables radicaux-socialistes, son compagnon Henry Vaudémont, journaliste, et le lunetier Pierre Jules Tireau.

Félix Salmon prend la succession d’Henry Vaudémont en tant que correspondant local de l’hebdomadaire radical Voix des communes. Vaudémont, qui fut également le rédacteur en chef du journal, fut une figure marquante de la vie intellectuelle locale et fit de l’hebdomadaire sans doute le principal organe rendant compte de l’actualité dans la 2e circonscription de l’arrondissement Sceaux, qui couvrait la moitié du futur département du Val-de-Marne. Il meut en juillet 1896.

Signant un article à partir de juillet 1897, Salmon a cependant peut-être commencé sa collaboration plus tôt, utilisant dans ce cas des pseudonymes, par exemple J’Informe, en usage à 8 reprises entre février 1896 et avril 1904 (mais peut-être est-il collectif) ou Ducanal (octobre 1896). Neuf articles mentionnent le patronyme de Salmon.

Dans ses interventions, il exprime des critiques sur l’absence des conseillers municipaux joinvillais aux fêtes du quartier de Polangis en juillet 1897. Il relaie une demande d’affichage des décisions du conseil municipal.

Le rédacteur qui signe J’Informe critique les interventions privées dans les écoles publiques, soutient le maire Eugène Voisin et rappelle le souvenir d’Henry Vaudémont.

En août 1901, tandis que Salmon paraphe son dernier article, Ludovic (alias Louis Dehné) apparaît pour la première fois ; il prend sa succession en tant que chroniqueur de Voix des communes pour Joinville.

Un Salmon, peut-être Félix, est élu membre du groupe cantonal radical-socialiste de Charenton en janvier 1899 ; il en est secrétaire adjoint.

Salmon ne réside plus à Joinville en 1911, son épouse ayant repris l’exploitation de l’atelier de céramique. Il divorce en novembre 1915 et se remarie, en mars 1919, à Paris (16e arr.) avec Mathilde Zurcher, brocanteuse. Il est alors âgé de 59 ans.

La date de son décès n’est pas connue.

Partager cet article
Repost0
13 septembre 2018 4 13 /09 /septembre /2018 01:01

Louis Ferdinand Dehné naît le 20 avril 1846 à Metz (Moselle), où son père, Antoine Ferdinand Dehné, officier d’artillerie, est en casernement. Sa mère est Nanine Marie Cantaloube de Rivières.

Son père, commandant de la place de Strasbourg sous le second empire, s’illustre en Crimée et meurt en 1866. Pendant la guerre franco-prussienne de 1870-1871, Louis Dehné, combat à Strasbourg pendant 2 mois, est fait prisonnier, s’évade et rejoint l’armée de la Loire. Il tombe malade et en garde ensuite de « mauvaises jambes. »

Après la fin du conflit, Louis Dehné né dans un territoire annexé à l’Allemagne, opte pour la nationalité française en septembre 1872. Il réside à Paris et entre à la préfecture du département de la Seine comme commis-expéditionnaire dans plusieurs mairie d’arrondissement (20e, 4e, 8e) puis à la Caisse municipale et enfin au bureau des aliénés et enfants assistés.

En août 1880, il se marie à Paris (6e arr.) avec Mathilde Coudevilain, avec laquelle il avait eu un enfant l’année précédente. Ils résident dans l’arrondissement, d’abord rue du Dragon puis rue du Cherche-Midi. Ils migrent plus tard de l’autre côté de la Seine rue du Roule (1er arr.) et rue Geoffroy-Lasnier (4e arr.) mais reviennent, au début du 20e siècle, cour de Rohan (6e arr.).

En parallèle avec son activité de fonctionnaire, Louis Dehné mène une vie intense d’intellectuel. Il écrit sous pseudonyme dans plusieurs journaux depuis le milieu des années 1870. Surtout, il se veut auteur dramatique et chansonnier.

Il signe les paroles d’une trentaine de chansons populaires publiées entre 1885 et 1891, ainsi que d’une opérette, Simplice et Simplette, créée en mars 1887 à l’Éden-concert à Paris. Elle est représentée ensuite dans d’autres salles parisiennes : Les Ternes (1887), l'Eldorado (1888 et 1889), la Pépinière (1889), le Concert Européen (1890). On la joue aussi en province, par exemple à Romilly-sur-Seine et Troyes en 1887 ou Nogent-Ie-Roi en 1897. À l’étranger, Simplice et Simplette, est programmée à Montréal (Québec, Canada) au théâtre Le Montagnard en 1899.

La critique considère l’œuvre comme une « paysannerie (…) très lestement enlevée » » (Le Tintamarre, 1887), une « gentille bluette » mais « pleine de jolis détails. C'est une amourette en quelques pages, le roman naïf et champêtre de deux paysans partie en pèlerinage pour se guérir du mal d'amour et qui se guérissent l’un et l’autre dans un bon baiser campagnard » (Le Petit Caporal, 1889).

Dans ses différentes œuvres, Louis Dehné collabore notamment avec le compositeur Henri Chatau (mort en 1933), l’illustrateur et affichiste d’origine argentine Carlos Clérice (1860-1912) le compositeur né en Belgique Félix Chaudoir (1856-1904), le caricaturiste, peintre, lithographe et affichiste brésilien Cândido de Faria (1849-1911), le compositeur Léopold Gangloff (1859-1899), le parolier; chansonnier et journaliste Maxime Guy (1858-1902), l’auteur-compositeur et chansonnier Gaston Maquis (1860-1908) ainsi que le compositeur Tac-Coen (1844-1892).

Après sa retraite de l’administration en février 1895, alors qu’il n’a pas 49 ans, Louis Dehné va résider régulièrement à Dampmart (Seine-et-Marne), tout en conservant un appartement parisien. En août de cette année, il est mêlé à une affaire de tapage injurieux qui le conduit devant le tribunal de simple police de Lagny. Il est relaxé comme l’un des co-accusés, mais la troisième est condamnée à cinq jours de prison. Pendant trois ans, Dehné collabore au Journal de Seine-et-Marne où il insère des articles sur l’actualité locale ou des poèmes patriotiques. Il envoie également des contributions au quotidien Paris.

Vers 1900, Dehné s’installe à Joinville-le-Pont (Seine, act. Val-de-Marne). Il devient en août 1901 le correspondant attitré de l’hebdomadaire radical-socialiste Voix des communes, prenant le relai de Félix Salmon, céramiste. Il est, après Henry Vaudémont et Salmon, le troisième titulaire de la rubrique et utilise le pseudonyme de Ludovic.

Son premier article est une critique de la méthode de gestion du maire, Eugène Voisin, pourtant soutenu par les radicaux-socialistes qui composent l’essentiel de sa majorité. Selon Dehné, Voisin « n’aime pas que ses administrés récriminent. Maître absolu dans son conseil, composé en grande majorité de républicains plus que modérés, qu’il fait voter au doigt et à l’œil, il n’admet pas la moindre contradiction, surtout si elle émane d’un radical ou d’un socialiste. »

Dans la tradition de la presse locale, Dehné polémique avec deux journaux basés à Saint-Maur-des-Fossés, le Réveil et Liberté, exprimant des positions plus conservatrices. Il explique pourquoi il ne signe pas de son nom : « J’ai pris un pseudonyme pour ne pas que le premier voyou venu vienne m’insulter dans la rue. Mais depuis près de 25 ans que je fais du journalisme, chacun sait que je me tiens toujours à la disposition de tout galant homme qui se trouverait offensé par l’un de mes articles ». En janvier 1902, il écrit à propos d’un de ses contradicteurs : « Jamais au lycée, au régiment, dans l’administration, personne n’a pu réussir à me faire taire. Il faudra au moins qu’il me tue ! »

Malade depuis décembre 1901, Louis Dehné suspend sa collaboration avec Voix des communes en août l’année suivante. Il meurt le 28 septembre 1902 à Paris (12e arr.) à l’hôpital Saint-Antoine, âgé de 56 ans. Il résidait toujours à Joinville, 34, rue de Paris. Décoré des Palmes académiques, il était officier d’académie et avait une fille. Gabriel Meynet, directeur de l’hebdomadaire radical, lui rend hommage le 4 octobre.

 

Partager cet article
Repost0
13 septembre 2018 4 13 /09 /septembre /2018 01:01

Formé au séminaire de Saint-Sulpice à Issy-les-Moulineaux (Seine, act. Hauts-de-Seine), Jean Lamour devient prêtre lors d’une cérémonie, organisée le 24 juin 1937, en l'église Saint-François-Xavier de Paris (7e arr.), organisée pour commémorer le tricentenaire de l'ordination du fondateur de la Compagnie de Jésus. Il est ordonné par le cardinal Verdier, archevêque de Paris, en compagnie de deux autres ordinands.

Il est nommé curé de Sainte-Anne de Polangis à Joinville-le-Pont (Seine, act. Val-de-Marne) en octobre 1953, prenant la succession de l’abbé Bauller. C’est le prédécesseur de ce dernier, le chanoine Jacques Hollande, supérieur des prêtres-ouvriers de la Mission de Paris, qui procède à son installation.

Toujours dans le diocèse de Paris, Jean Lamour est ensuite curé de l’église Sainte-Geneviève-et-Saint-Maurice de Nanterre en 1960. Il participe à la préparation du concile Vatican II en 1962. Il est toujours curé de Nanterre en 1965.

À la suite de la création du diocèse de Nanterre, qui correspond au nouveau département des Hauts-de-Seine, l’église Sainte-Geneviève devient cathédrale en 1966.

Jean Lamour revient à Joinville-le-Pont, où se situe l’évêché de Créteil, 4, rue de l’Église. Il est, en 1968-1969, vicaire général du nouveau diocèse, dont la cathédrale est alors à Choisy-le-Roi et qui épouse les limites du département du Val-de-Marne.

Ordination, 24/06/1937, Jean Lamour au 1er rang à dr.

 

Partager cet article
Repost0
11 septembre 2018 2 11 /09 /septembre /2018 01:01

Le maire de la commune de La Branche-du-Pont-de-Saint-Maur (act. Joinville-le-Pont), Laurent Pinson, rend compte, le 19 prairial an 11 (8 juin 1803) au citoyen Viénot, receveur des Domaines nationaux à Vincennes de l’état de la chapelle Saint-Léonard, qui se situe sur le territoire de la commune. « Depuis l'an 1691, les habitants de notre commune jouissent de cette chapelle qu'ils ont fait bâtir. Les réparations ont toujours été à leurs frais, et la commune en paye toujours les contributions foncières. Les titres ont toujours été entre les mains du desservant, dont le dernier était connu sous le nom de l'abbé Dedieu. Il a disparu au moment de la Révolution et nous n'avons pu le découvrir. »

Selon l'Inspecteur des Domaines, le 26 prairial (15 juin), « la desservance était payée par les habitants. »

Un arrêté du 31 juillet 1792, a remis la commune en possession de la chapelle.

Le village du Pont-de-Saint-Maur, installé au débouché d’un des deux ouvrages sur la Marne en amont de Paris avec celui de Charenton, est un port de déchargement de bois flottant venant de la Haute-Marne. Dépendant jusqu’en 1693 à la paroisse de Fontenay-sous-Bois puis ensuite de la paroisse Saint-Nicolas de Saint-Maur-des-Fossés, il devient une commune en 1790 sous le nom de La Branche-du-Pont-de-Saint-Maur avant de se renommer Joinville-le-Pont en 1831 (Seine, act. Val-de-Marne).

La chapelle accueille des bateliers et des voyageurs pour lesquels des messes sont dites. Elle est détruite en 1803.

L'entrée de la crypte Saint-Léonard en 1944

 

Partager cet article
Repost0
9 septembre 2018 7 09 /09 /septembre /2018 01:01

Pierre de Laistre est prêtre du diocèse de Paris. En 1678, il est chanoine de Saint-Étienne-des-Grès (désignée dans certains textes comme Saint-Étienne-des-Grecs). C’est une des plus anciennes églises de Paris, mentionnée en 857 et démolie en 1792. Sur le chemin du pèlerinage de saint Denis, il s’agit de la seconde station, une tradition ancienne assurant que saint Denis en fut le fondateur.

Cette année 1678, Pierre de Laistre est malade et alité, mais son notaire assure qu’il est sain d’esprit. Il passe un accord avec Guillaume Laisné, sacristain de la même église, pour échanger sa chanoinie contre le bénéfice de la chapelle Saint-Léonard du Pont-de-Saint-Maur. Elle est située sur le territoire actuel de Joinville-le-Pont et existe depuis le 13e siècle. L’édifice accueille principalement les visiteurs franchissant le pont sur la Marne, l’un des deux seuls en amont de Paris avec celui de Charenton, ainsi que les bateliers déchargeant le bois venu de Haute-Marne.

Pierre de Laistre ne se rend peut-être pas sur les lieux. La prise de possession en son nom, le 29 août 1678, est faite par Henry Amory, bourgeois de Paris. Il s’agit d’une « chapelle simple non sujette à résidence » selon l’édit notarial.

Le clergé de Saint-Étienne s’opposait à la permutation car, selon le chapître, Guillaume Laisné ne justifiait pas « de bonnes vie et mœurs ». Laisné fournit plusieurs attestations dans ce sens et obtient en justice une décision favorable.

Détail du plan de Turgot montrant l'église Saint-Étienne-des-Grès s'élevant au croisement de la rue Saint-Jacques et de la rue saint-Étienne-des-Grès. Au premier plan, le dôme de la Sorbonne (Wikipédia)

.

Partager cet article
Repost0
7 septembre 2018 5 07 /09 /septembre /2018 01:01

Guillaume Laisné est ordonné prêtre du diocèse d’Avranches (Manche) le 3 avril 1665, puis fait des études à la faculté de Paris et devient bachelier en théologie de la Sorbonne en février 1678.

En 1678, il est sacristain de Saint-Étienne-des-Grès (parfois improprement nommée Saint-Étienne-des-Grecs), une des plus anciennes de Paris, déjà en usage en 857 et démolie en 1792. Elle était la seconde station du pèlerinage de saint Denis, qu’une ancienne tradition présentait comme le fondateur de l’édifice.

Laisné est en même temps titulaire de la « chapelle simple non sujette à résidence de Saint-Léonard du Pont-de-Saint-Maur », qui existe depuis le 13e siècle et accueille principalement les visiteurs franchissant le pont sur la Marne, l’un des deux seuls en amont de Paris avec celui de Charenton, ainsi que les bateliers déchargeant le bois venu de Haute-Marne.

Cette même année, il passe devant notaire un accord avec Pierre de Laistre, malade, pour échange la charge de chanoine de Saint-Étienne-des-Grès, dont dispose ce dernier, contre la chapelle du Pont-de-Saint-Maur, située sur le territoire actuel de Joinville-le-Pont.

Le clergé de Saint-Étienne s’oppose à la prise de possession de la chanoinie par Guillaume Laisné car il estime qu’il ne justifiait pas « de bonnes vies et mœurs ». Laisné fournit plusieurs attestations dans ce sens et obtient en justice une décision favorable.

Guillaume Laisné se voit attribuer, le prieuré et châtellenie royale de Bouzencourt, dans le diocèse d’Amiens (act. commune Le Hamel, Somme). La fonction est vacante après la résignation de Laurent du Chatelet de Frenières. Contestés en justice, ses droits sur l’abbaye sont reconnus en première instance par un jugement de la prévôté de Paris, au Chatelet en avril 1694, confirmés en appel en février 1695 puis en troisième instance par la cour de Rome en juin 1695. Il porte désormais les titres de prieur, seigneur et châtelain de Bouzencourt.

L’abbaye de Bouzencourt est détruite lors de la Révolution.

Guillaume Laisné ne doit pas être confondu avec son homonyme, prieur de l’abbaye Saint-Jean-de-Brou à Mondonville (act. Eure-et-Loir), historien du diocèse de Chartres, mort en 1655.

Situation de Bouzencourt, dans la Somme, au nord d'Amiens (carte de Cassini)

 

Partager cet article
Repost0
5 septembre 2018 3 05 /09 /septembre /2018 01:01

Pierre Masson naît en février 1631 à Paris. Ordonné prêtre, il est bachelier en théologie et licencié et docteur en droit de l’université de la Sorbonne. Il est d’abord chapelain de la cathédrale Notre-Dame de Paris, puis de Saint-Léonard, au village du Pont-de-Saint-Maur (act. Joinville-le-Pont). Il occupe probablement cette fonction vers 1660-1670.

La chapelle est située au débouché rive droite du pont de Saint-Maur (précédemment nommé pont Ollin, puis pont des Fossés) qui est, avec celui de Charenton, l’un des deux ouvrages sur la Marne en amont de Paris. Il est contigu à un port de déchargement de bois flottant venant de la Haute-Marne. L’édifice, doté d’une petite crypte, sert principalement aux bateliers et des voyageurs pour lesquels des messes sont dites. Les habitants du village sont rattachés jusqu’en 1693 à la paroisse de Fontenay-sous-Bois, qui couvre l’essentiel du Bois de Vincennes (alors dénommé Vilcene).

Devenu chanoine, Pierre Masson officie à l'église Saint-Étienne-des-Grès à Paris (act. 5e arr.), un des plus vieux édifices religieux de la capital, mentionné en 857 et détruit en 1792. Elle constituait la seconde station du pèlerinage de saint Denis, auquel une ancienne tradition attribuait sa fondation.

En 1673, Pierre Masson devient curé de l’église paroissiale Saint-Jean-Baptiste de Choisel (Seine-et-Oise, act. Yvelines). Dans sa fonction, il est réputé avoir gouverné la paroisse « avec beaucoup de prudence, et de fermeté, menant une vie assez solitaire et retirée, donnant son temps à l'étude, et a la connaissance des belles lettres », d’après une inscription funéraire dans l’église de Choisel.

Selon F. de Guilhermy et R. de Lasteyrie, qui publièrent l’épitaphe, « Ce fut sans doute l'amour de la vie solitaire et retirée (…) qui détermina le chanoine Pierre Masson à préférer l'obscurité de la cure de Choisel au rang que pouvaient lui assigner son savoir et ses grades universitaires. Il donna tous ses soins à l'embellissement de son église. La plupart des menuiseries qu'il fit faire sont encore en place. Les initiales de son nom, PM, gravées sur la chaire, ont été respectées. Cette chaire, élégamment sculptée et rehaussée de dorures, est ornée d'une statue de saint Jean l'Évangéliste, d'un écusson armorié, d'une couronne fleurdelisée au pourtour de l'abat-voix, et d'un aigle au sommet. »

Le curé fait agrandir le chœur et exécuter de beaux ouvrages de menuiserie tels les lambris, bancs fermés et les stalles ou, en 1683, la chaire en bois sculpté. Ces éléments ont été sauvegardés.

Pierre Masson meurt le 27 juillet 1691 à Choisel. Il est enterré sur place et une plaque en marbre noir dans l’église maintient son souvenir : « Requiescat in Pace - Aegidius et Petrus Masson, hic Nepos, ille frater Mærentes. »

 

Partager cet article
Repost0
3 septembre 2018 1 03 /09 /septembre /2018 01:01

En 1259, Jean, prêtre de la chapelle Saint-Léonard du Pont-de-Saint-Maur, reconnait que l’abbé des Fossés, dans l’actuelle commune de Saint-Maur-des-Fossés, a autorité sur la maison qu’il occupe.

L’historien du diocèse de Paris, Jean Lebeuf (1687-1760), le nomme Jean Ret, mais Georges Bousquié, rédacteur d’une Histoire de Joinville-le-Pont, doute du patronyme.

Bousquié publie un acte de septembre 1259, donné par l'Official de Paris, conservé par les Cartulaires, qui porte qu'en sa présence, Jean, prêtre du pont Olin ou pont des Fossés a reconnu volontairement que l'Abbaye des Fossés a la justice et la seigneurie sur une maison dudit pont des Fossés «par lui arrentée à Alips du pont et chargée de 20 d. parisis de chef-cens envers ladite Abbaye ». Le mot Alips semble correspondre à un nom (ou à un prénom) du locataire de ladite maison. La valeur du chef cens, impôt personnel dû par les serfs, est de 20 deniers parisis, ce qui correspond à un sol et huit deniers ou à un vingtième de livre parisis.

La chapelle, dédiée à Saint-Léonard, sert principalement à accueillir des bateliers et des voyageurs pour lesquels des messes sont dites. Les habitants du village du Pont-de-Saint-Maur sont rattachés jusqu’en 1693 à la paroisse de Fontenay-sous-Bois, qui couvre l’essentiel du Bois de Vincennes (alors dénommé Vilcene).

Le pont est l’un des deux ouvrages sur la Marne en amont de Paris, avec celui de Charenton. Il est proche du port de déchargement de bois flottant venant de la Haute-Marne. Il porte d’abord le nom de pont Ollin, puis pont des Fossés et ensuite pont de Saint-Maur, avant de prendre définitivement le nom de pont de Joinville après 1831.

La crypte de Saint-Léonard, in Le Vieux Saint-Maur, 1952

 

Partager cet article
Repost0
1 septembre 2018 6 01 /09 /septembre /2018 01:01

En 1231, l’abbé des Fossés, dans l’actuelle commune de Saint-Maur-des-Fossés, permet à « Estienne, chapelain du Pont, de tenir en main demy arpent de terre scis derrière sa maison ». La superficie d’un demi-arpent vaut environ 2 500 m2.

Le village du Pont-de-Saint-Maur, installé au débouché d’un des deux ouvrages sur la Marne en amont de Paris avec celui de Charenton, est également un port de déchargement de bois flottant venant de la Haute-Marne. Il porte d’abord le nom de pont Ollin, puis pont des Fossés et ensuite pont de Saint-Maur, avant de prendre définitivement le nom de pont de Joinville après 1831.

Les habitants sont rattachés jusqu’en 1693 à la paroisse de Fontenay-sous-Bois, qui couvre l’essentiel du Bois de Vincennes (alors dénommé Vilcene). La chapelle, dédiée à Saint-Léonard, semble cependant dépendre, dès le 13e siècle, de l’abbaye de Saint-Maur-des-Fossés.

Elle sert principalement à accueillir des bateliers et des voyageurs pour lesquels des messes sont dites.

La crypte de Saint-Léonard en 1944

 

Partager cet article
Repost0
29 août 2018 3 29 /08 /août /2018 01:01

L’abbé Bauller a été nommé vicaire de l’église Saint-Joseph des Épinettes à Paris (17e arr.) en juillet 1929. Il soutient en 1931 le syndicalisme chrétien de la CFTC en souscrivant en faveur de sa propagande. Il devient aumônier du groupe des scouts de la paroisse en 1933.

Au printemps 1944, il prend la succession de Jacques Hollande en tant que curé de Sainte-Anne de Polangis à Joinville-le-Pont (Seine, act. Val-de-Marne). Désigné pour prendre la tête de la mission de Paris par le cardinal Suhard, l’abbé Hollande devint un des fondateurs des prêtres-ouvriers en France. La paroisse couvre les quartiers de la rive gauche de la Marne, Palissy et Polangis, qui est principalement sur Joinville mais également en partie à Champigny-sur-Marne.

En mai 1948, aux côtés de Gilberte Pierre-Brossolette et de l’abbé Augustin Baudot, curé l’autre paroisse joinvillaise, Saint-Charles-Borromée, l’abbé Bauller, rend hommage à Joinville aux héros de la Résistance à l’Allemagne nazie. Gilberte Pierre-Brossolette, épouse de Pierre Brossolette, mort pendant l'Occupation en 1944, était vice-présidente socialiste du Conseil de la République (Sénat).

L’abbé Jean Lamour remplace l’abbé Bauller à la cure de Polangis en octobre 1953.

 

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Polmorésie, blog d’histoire
  • : Histoire politique, économique, culturelle et sociale au travers des acteurs qui ont se sont engagés dans la vie publique.
  • Contact

Recherche

Liens