Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
25 octobre 2018 4 25 /10 /octobre /2018 01:01

Léopold Nicolas Bellœil naît le 15 février 1850 à Tours (Indre-et-Loire). Il est le fils de Marie Anne Bouchot et de son époux, Nicolas Yves Bellœil, serrurier à Paris. Le père exploita une entreprise de meubles en fer dans le quartier de Ménilmontant, qui fit faillite en 1864, avant qu’un concordat soit signé en 1865 avec les créanciers.

Bien que le nom de Bellœil soit clairement confirmé par l’état-civil, l’orthographe « Belfoeil » est régulièrement utilisée, par exemple dans la des recensements de population ou dans l’activité professionnelle.

Mobilisé pendant la guerre franco-allemande de 1870, Léopold Bellœil sera décoré de la médaille commémorative 1870-1871.

Installé avec sa mère à Joinville-le-Pont (Seine, act. Val-de-Marne), dans le quartier du centre, Léopold Bellœil s’y marie en octobre 1878 avec Henriette Cécile Versy, fille d’un tonnelier. Entrepreneur de peinture à Tours avant son mariage, il s’associe avec son beau-frère Paul Eugène Versy dans l’entreprise Belfoeil-Versy, qui, outre les travaux de peinture, vend également du matériel de quincaillerie et de papeterie, y compris du verre à vitre et du papier peint. Elle est installée en 1903 route de la Brie, dans le quartier en développement de Polangis.

De nouveau en compagnie de son beau-frère, Bellœil est candidat lors des élections municipales de mai 1892 à Joinville-le-Pont. Il figure sur la liste d’opposition à la majorité sortante, républicaine et radicale-socialiste, conduite par le maire Eugène Voisin. Elle a été montée par Albert Bocquentin, négociant et conseiller municipal sortant avec le Dr Jean Barborin, médecin, et s’affiche nettement conservatrice. La liste de droite obtient une moyenne de 141 voix, soit 22,1% des 639 suffrages exprimés pour 644 votants ; elle a un élu, Honoré Moulinet, marchand de bois et conseiller municipal sortant, tandis que les radicaux en ont 16 au premier tour et emportent les six postes restants au second. Bellœil avait recueilli 78 votes (12,2%).

Léopold Bellœil meurt le 9 février 1912 à Joinville, âgé de 61 ans. Son épouse était membre de la section de Joinville d’une association humanitaire, la Société de l'allaitement maternel. Ils avaient eu une fille.

Médaille commémorative 1870-1871

 

Partager cet article
Repost0
23 octobre 2018 2 23 /10 /octobre /2018 01:01

Henri Léon Bethfort naît le 20 juillet 1880 à Joinville-le-Pont (Seine, act. Val-de-Marne). Il est le fils de Céline Henriette Louise Auvray, et de son époux Arthur Désiré Bethfort, garde champêtre et sergent aux sapeurs-pompiers de la commune.

Après le décès de son père en mars 1891, sa mère devient blanchisseuse. Elle quitte vers 1895 la ville pour s’installer dans l’agglomération de Meaux, à Nanteuil, Seine-et-Marne. Henri Bethfort devient enfant de troupe à Rambouillet (Seine-et-Oise, act. Yvelines) Le jour de ses 18 ans, il s’engage dans l’armée et est affecté dans l‘infanterie. Il est domicilié au Mée (act. Le Mée-sur-Seine, Seine-et-Marne).

Devenu caporal en juillet 1899 puis sergent-fourrier en octobre 1900, Bethfort est promu sergent en janvier 1901, sergent-major en juin 1904 puis adjudant en mai 1912. La première guerre mondiale va faire qu’il est nommé officier, assurant à titre provisoire les fonctions de sous-lieutenant en octobre 1914, lieutenant en juillet 1915 et enfin capitaine en mars 1916. Ses différents grades sont confirmés définitivement entre juillet 1916 et septembre 1923.

Lors des combats à L’Isle-en-Barrois (Meuse) en septembre 1914, Bethfort reçoit une blessure au bras. Il est cité à l’ordre du corps d'armée en mai 1916 : « officier très brave et très courageux. Le 29 avril 1916, est sorti de son abri avec sa compagnie sous un feu violent d’artillerie ennemie pour se précipiter à la conquête d’une lèvre d’entonnoir occupée par l’ennemi. S’est emparé de cette lèvre et a assuré et organisé sa possession. »

Au moment de sa retraite, en juillet 1926, les problèmes articulaires et les suites de sa blessure lui valent une pension de 60%, passée à 80% deux ans plus tard puis enfin 100% en août 1930. Il s’établit à Auxerre (Yonne).

Déjà titulaire de la croix de guerre avec étoile de vermeil, Bethfort est fait chevalier de la Légion d’honneur en juillet 1921, en même temps que son frère Eugène. Les deux obtiennent ainsi une médaille leur son père, sous-officier chez les pompiers, ambitionnait d’obtenir.

Henri Léon Bethfort, qui vivait alors à Ausone (Yonne), meurt le 24 juillet 1943 à Auxerre. Il était âgé de 63 ans. Il avait épousé, à une date inconnue, Julia Victoire Cosson.

Enfant de troupe à l'école de Rambouillet, coll. musée des enfants de troupe, Autun.

 

Partager cet article
Repost0
21 octobre 2018 7 21 /10 /octobre /2018 01:01

Eugène Léon Bethfort naît le 24 juillet 1869 à Paris (4e arr.). Sa mère, Céline Henriette Louise Auvray, est ouvrière bardeuse. Son père, Arthur Désiré Bethfort, est sergent aux sapeurs-pompiers.

La famille s’installe, vers 1874, à Joinville-le-Pont (Seine, act. Val-de-Marne), où le père Bethfort est garde-champêtre et sert dans les sapeurs-pompiers.

À l’âge de 19 ans, Eugène Bethfort s’engage dans l’armée à Paris (7e arr.). Il est affecté à la 15e section d’ouvriers et commis d’administration. Il devient caporal en octobre 1889 puis sergent en août 1900.

Il s’embarque le même mois pour l’expédition française en Chine, suscitée par la réaction internationale au siège des légations étrangères à Pékin. La révolte, dite des Boxers, était à l’initiative de la société secrète les Poings de la justice et de la concorde. L’expédition s'acheva par la victoire contre la Chine des huit nations alliées (Autriche-Hongrie, France, Allemagne, Italie, Japon, Russie, Royaume-Uni et États-Unis). Pendant la campagne, Bethfort est promu adjudant en novembre 1901. Il rentre en France en janvier 1902.

Toujours domicilié à Joinville, Bethfort épouse en août 1902, à Auch (Gers) Emma Jeanne Philomène Robert. Il reprend ses activités dans les bureaux de l'intendance au sein de la 17e section.

Pendant la première guerre mondiale, Bethfort demande à quitter l’intendance pour intégrer une unité combattante. Il rejoint, en mars 1916, après avoir été nommé adjudant-chef, le 1er bataillon de pionniers du 122e régiment territorial d'Infanterie. Il est gratifié d’une citation : « Excellent sous-officier, venu sur sa demande en mars 1916 de l’intendance. Dans l’infanterie, a constamment fait preuve de beaucoup de dévouement dans son service et de courage dans les missions qui lui ont été confiées ». Les bataillons de pionniers ouvraient le terrain avant les interventions des autres troupes.

Après la guerre, Bethfort fait partie, en 1920 de l’armée du Rhin, qui regroupe les troupes françaises d’occupation en

Eugène Léon Bethfort naît le 24 juillet 1869 à Paris (4e arr.). Sa mère, Céline Henriette Louise Auvray, est ouvrière bardeuse. Son père, Arthur Désiré Bethfort, est sergent aux sapeurs-pompiers.

La famille s’installe, vers 1874, à Joinville-le-Pont (Seine, act. Val-de-Marne), où le père Bethfort est garde-champêtre et sert dans les sapeurs-pompiers.

À l’âge de 19 ans, Eugène Bethfort s’engage dans l’armée à Paris (7e arr.). Il est affecté à la 15e section d’ouvriers et commis d’administration. Il devient caporal en octobre 1889 puis sergent en août 1900.

Il s’embarque le même mois pour l’expédition française en Chine, suscitée par la réaction internationale au siège des légations étrangères à Pékin. La révolte, dite des Boxers, était à l’initiative de la société secrète les Poings de la justice et de la concorde. L’expédition s'acheva par la victoire contre la Chine des huit nations alliées (Autriche-Hongrie, France, Allemagne, Italie, Japon, Russie, Royaume-Uni et États-Unis). Pendant la campagne, Bethfort est promu adjudant en novembre 1901. Il rentre en France en janvier 1902.

Toujours domicilié à Joinville, Bethfort épouse en août 1902, à Auch (Gers) Emma Jeanne Philomène Robert. Il reprend ses activités dans les bureaux de l'intendance au sein de la 17e section.

Pendant la première guerre mondiale, Bethfort demande à quitter l’intendance pour intégrer une unité combattante. Il rejoint, en mars 1916, après avoir été nommé adjudant-chef, le 1er bataillon de pionniers du 122e régiment territorial d'Infanterie. Il est gratifié d’une citation : « Excellent sous-officier, venu sur sa demande en mars 1916 de l’intendance. Dans l’infanterie, a constamment fait preuve de beaucoup de dévouement dans son service et de courage dans les missions qui lui ont été confiées ». Les bataillons de pionniers ouvraient le terrain avant les interventions des autres troupes.

Après la guerre, Bethfort fait partie, en 1920 de l’armée du Rhin, qui regroupe les troupes françaises d’occupation en Allemagne. Il stationne à Bonn en juillet puis à Mayence à partir d’août.

Déjà titulaire de la croix de guerre, de la médaille nationale commémorative de l’expédition de Chine depuis juillet 1902 et de la médaille militaire (depuis décembre 1908), Bethfort est fait chevalier de la Légion d’honneur en juillet 1921. Il obtient ainsi une médaille que son père, également sous-officier, chez les pompiers, rêvait d’obtenir, et que recevra également son frère cadet, Henri.

En retraite et résidant alors à Ban-Saint-Martin (Moselle), Eugène Bethfort est hospitalisé début juillet à l’hôpital militaire du Val-de-Grâce à Paris (5e arr.). Il y meurt le 10 août 1929. Il était âgé de 60 ans.

.Armées alliées contre les boxers, Wikipédia

 

Partager cet article
Repost0
19 octobre 2018 5 19 /10 /octobre /2018 01:01

Arthur Désiré Bethfort naît le 16 août 1827 à Saint-Quentin (Aisne). Il est le fils de Marie Marguerite Adélaïde Carpentier et de Pierre Auguste Quentin Bethfort, tous deux ouvriers, le second résidant à Dallon, Aisne, qui se marient en octobre.

Il s’engage en 1847 dans l’armée et servira dans les sapeurs-pompiers de Paris, qui dépendent de l’infanterie. En 1862, il est sergent. Il épouse en novembre 1866 à Paris (19e arr.) Henriette Célinie Louise Auvray, bardeuse de souliers. Il réside à la caserne de la rue Culture-Sainte-Catherine de Paris (4e arr.). Ils s’installent ensuite, dans le même arrondissement, rue de Sévigné. Ils avaient déjà donné naissance en décembre 1863 à une fille et auront ensuite quatre garçons.

La famille s’installe, vers 1874, à Joinville-le-Pont (Seine, act. Val-de-Marne), où Bethfort est garde-champêtre et sert dans les sapeurs-pompiers, dont la brigade est rattachée au régiment de Paris. Bethfort indique dans un document de 1891 en être l’instructeur et l’un des fondateurs. Les sapeurs-pompiers de Joinville étaient déjà signalés, à ce moment dans le cadre de la garde nationale, en 1868. Toujours en 1874, Bethfort obtient une pension de retraite pour 27 ans de services militaires, dont 12 ans en tant que sergent. Il est encore actif parmi les pompiers de Joinville en 1883 et peut-être jusqu’en 1891.

Bethfort participe à plusieurs souscriptions publiques, en novembre 1871 pour la reconstruction du palais de la Légion d'honneur, incendié lors de la Commune de Paris puis en septembre 1875, en faveur des victimes des inondations de la Marne.

Décoré en novembre 1869 de la médaille militaire, Bethfort obtient une médaille d'argent de sauvetage en mai 1880. Il est récompensé pour avoir, en janvier 1880 avec quatre autres pompiers de Joinville, « bravé tous les dangers de la débâcle des glaces de la Marne, pour porter secours aux personnes surprises par la crue subite des eaux. »

Son rêve est cependant de devenir titulaire de la Légion d'honneur. Il entreprend des démarches en ce sens. Une commission de la chambre des députés, saisie de sa requête, estime, en décembre 1883, qu’elle « aurait dû être adressée au Ministre compétent par la voie hiérarchique ». Le sénat fait de même, en mai 1884, estimant être « dans l'impossibilité de vérifier les assertions de cet ancien militaire. »

Arthur Désiré Bethfort meurt le 5 mars 1891 à Joinville, âgé de 63 ans, sans avoir obtenu le ruban qu’il convoitait. Par contre, deux de ses fils (Eugène et Henri), militaires de carrière, en seront décorés.

 

Partager cet article
Repost0
17 octobre 2018 3 17 /10 /octobre /2018 01:01

Fulcran Raymond Charles Costes naît probablement en 1826 à Villefranche-de-Panat (Aveyron). Il est le fils de Marie Anne Savignac et Auguste Costes.

Il épouse Zoé Chibon dite Gibon. En 1860, à la naissance de leur premier enfant, Emélie Victorine, ils vivent à Livry, Seine-et-Oise (Seine, act. Livry-Gargan, Seine-Saint-Denis). Exerçant une activité de négociant, la famille Costes réside à Saint-Pétersbourg (Russie) où leur seconde fille, Zoé Andrette, voit le jour en octobre 1865. Elle est baptisée par le curé de de la colonie française, Ange Konomavitch, en février 1866. Le dernier fils, Auguste Paul, est enregistré en décembre 1870 dans la commune d’origine du père, Villefranche-de-Panat.

Au cours de cette décennie, la famille s’installe à Joinville-le-Pont (Seine, act. Val-de-Marne) où elle vit avenue Molette, dans le quartier central. Elle conserve cependant une adresse parisienne, où elle réside sans doute pendant la période hivernale, rue Brézin (14e arr.).

Lors des élections de mai 1881, Costes est élu conseiller municipal de Joinville. Le maire, réélu, est le républicain modéré Gabriel Pinson. La nouvelle assemblée accueille quelques personnalités radicales, ouvertement anticléricales, comme le futur député Jules Ferdinand Baulard ou Alphonse Demeestère, pilier du mouvement radical dans la région.

Peut-être Costes fait-il partie des candidats conservateurs qui ont pris part aux élections municipales de mai 1884 à Joinville ; ils ont alors obtenu une moyenne de 56 voix, contre une moyenne de 310 voix pour les candidats républicains et radicaux, élus sur la liste du maire Gabriel Pinson, soit respectivement 15 et 85% des suffrages exprimés.

En septembre 1885, Costes est signataire d’un appel du Comité conservateur de la Seine, qui se présente comme « l'opposition conservatrice » et soutient une liste de candidats qui réclame « le rétablissement de la paix religieuse », s’oppose aux conquêtes coloniales et réclame l'allègement des charges publiques. Deux autres joinvillais signent ce document, diffusé dans plusieurs journaux comme Le Gaulois et la Gazette nationale, Arnoux et Jules Gaconnet . Les conservateurs avaient organisé dans une salle de Joinville une réunion de soutien à la liste d’Édouard Hervé  et du baron Haussmann le 29 septembre 1885 au cours de laquelle un de leurs candidats, Georges Berry, conseiller municipal de Paris, a pris la parole. Les radicaux et républicains, qui constituaient – selon leur journal local Voix des communes – la majorité des assistants, assurent que, malgré une infructueuse tentative de scander « vive l’empereur », c’est aux cris de « vive la République ! » que l’assemblée se sépare. Le scrutin législatif montre une progression, dans la commune de Joinville, des votes conservateurs, avec 130 voix au second tour (90 au premier), contre 365 aux républicains et radicaux sur 518 exprimés (soit respectivement 25 et 70%).

Un conflit démarre en juillet 1884 entre la municipalité et le conseil de fabrique (administration de la paroisse catholique) à propos des sommes qui seraient indûment conservées par le curé sur les recettes des pompes funèbres. Le conseil comprend, outre le maire et le curé, deux personnes nommés par l'archevêque de Paris et deux par le Préfet du département de la Seine. Au vu des irrégularités constatées dans les comptes, le ministre de l’intérieur et des cultes avait pris en février 1885 un arrêté qui révoquait les fabriciens (membres du conseil) en exercice. Pour constituer le nouveau conseil, le préfet désigne deux conseillers municipaux de la commune, Jules Ferdinand Baulard et Honoré Jullien, tous deux notoirement anticléricaux. Mais, sous prétexte que l'archevêque n’avait pas désigné ses représentants, le curé Ernest Jouin refuse de voir les nouveaux membres siéger dans la réunion qu’il convoque le 11 avril, et tente de tenir la séance avec les quatre révoqués Albert Rogat, rédacteur au journal le Pays, Victor Durand, rentier; Costes et Pierre Deubory, ancien capitaine. Pinson protestant contre cette réunion illégale, l'un des anciens membres du Conseil, M. Durand, se précipita sur le maire, le saisit au collet et le fit rouler à terre selon le quotidien Le Petit Parisien. Il est condamné en juillet 1885 par le tribunal correctionnel de la Seine pour violences et voies de fait à six jours de prison et à des dommages-intérêts envers le maire.

Le prêtre, Ernest Jouin, essayiste réputé, est connu pour le combat qu’il mène contre la franc-maçonnerie et pour ses positions antisémites.

L’année suivante, les tribunaux ont à se prononcer sur le fond. En mars, la chambre correctionnelle de la cour d'appel de Paris inflige à chacun des anciens fabriciens 25 francs d'amende pour avoir continué d'exercer leurs fonctions bien que révoqués. Dans un arrêt du 30 octobre 1886, la cour de cassation confirme définitivement la sentence.

Charles Costes meurt le 17 février 1891 à Joinville-le-Pont. Il résidait avenue Molette, dans le centre-ville, et était âgé de 64 ans.

Ernest Jouin

 

Partager cet article
Repost0
15 octobre 2018 1 15 /10 /octobre /2018 01:01

Jules François Gaconnet naît le 12 août 1843 à Saint-Maurice (Seine, act. Val-de-Marne), dans le quartier de Gravelle. Il est le fils d’Anne Célestine Cavin et de son époux Jean Alexis Gaconnet, alors jardinier puis plus tard nourrisseur (éleveur laitier).

Un décret du 2 mai 1868 rattachera une partie du quartier de Gravelle à la commune de Joinville-le-Pont. Jules Gaconnet réside cependant toujours dans la partie saint-mauricienne du quartier en juin 1870 lorsqu’il se marie, à Villiers-sur-Marne (Seine-et-Oise, act. Val-de-Marne), avec Élisabeth Julie Parot, cultivatrice. Il est alors épicier.

Fin 1870, la population des communes riveraines de la Marne se réfugie à Paris pendant les combats de la guerre franco-allemande. Les municipalités de Charenton-le-Pont, Maisons-Alfort, Joinville-le-Pont ou Saint-Maur s’installent provisoirement à Paris, contrairement à celle de Saint-Maurice qui, seule de son voisinage, reste sur place en septembre 1870. Le premier enfant du couple, qui en aura sept, naît le 1er mars 1871 à Paris, avant le début de la Commune de Paris (18 mars), les réfugiés rentrant alors dans les villes et villages périphériques.

Plusieurs Gaconnet sont mentionnés en 1875 comme participant aux souscriptions pour les inondés, suite aux importantes crues de la Marne, récoltées par le commissaire de police de la circonscription de Joinville (qui s’étend sur plusieurs communes, dont Saint-Maurice).

Devenu, comme son père et son frère Paul, nourrisseur, Jules Gaconnet réside à Saint-Maurice jusqu’en 1879. En 1880, il est installé rue du Canal à Joinville-le-Pont. Il va ensuite vivre rue du Pont, au centre-ville, où il est en 1886.

C’est probablement Jules Gaconnet qui va participer de manière active à la campagne des élections législatives des 4 et 18 octobre 1885. Les sources ne mentionnent que le patronyme, il pourrait donc s’agir aussi de son père, Jean Alexis Gaconnet, qui réside également rue du Pont à Joinville ; cependant, son âge (74 ans) et sa faible éducation (il sait difficilement signer de son nom) rendent cette identification peu probable. Il meut d’ailleurs peu après, le 8 janvier 1886.

Peut-être Gaconnet fait-il partie des candidats conservateurs qui ont pris part aux élections municipales de mai 1884 à Joinville ; ils ont alors obtenu une moyenne de 56 voix, contre une moyenne de 310 voix pour les candidats républicains et radicaux, élus sur la liste du maire Gabriel Pinson, soit respectivement 15 et 85% des suffrages exprimés.

En septembre 1885, Gaconnet est signataire d’un appel du Comité conservateur de la Seine, qui se présente comme « l'opposition conservatrice » et soutient une liste de candidats qui réclame « le rétablissement de la paix religieuse », s’oppose aux conquêtes coloniales et réclame l'allègement des charges publiques. Deux autres joinvillais signent ce document, diffusé dans plusieurs journaux comme Le Gaulois et la Gazette nationale, Arnoux et Costes.

Les conservateurs avaient organisé une réunion de soutien à la liste d’Édouard Hervé  et du baron Haussmann le 29 septembre 1885 au cours de laquelle un de leurs candidats, Georges Berry, conseiller municipal de Paris, a pris la parole. Gaconnet intervient également. Les radicaux et républicains, qui constituaient – selon leur journal local Voix des communes – la majorité des assistants, assurent que, malgré une infructueuse tentative de scander « vive l’empereur », c’est aux cris de « vive la République ! » que l’assemblée se sépare. L’hebdomadaire radical assure que Gaconnet « s’agite beaucoup, dès qu’il est à la tribune. »

Le scrutin législatif montre une progression, dans la commune de Joinville, des votes conservateurs, avec 130 voix au second tour (90 au premier), contre 365 aux républicains et radicaux sur 518 exprimés (soit respectivement 25 et 70%). Henry Vaudémont, dans Voix des communes assure que, au vu de ces résultats, « Gaconnet jubile de plus en plus. »

Le dernier enfant de Jules Gaconnet naît en novembre 1887, mais meurt le 9 décembre. Lui-même décède le 15 décembre 1887 à Joinville. La proximité des deux dates peut faire penser à une maladie contagieuse ou à un accident domestique. Il était âgé de 44 ans.

Son épouse continuait, en 1891, l’exploitation laitière à la même adresse de la rue du Pont à Joinville, où elle résidait avec leurs cinq enfants survivants et deux domestiques.

Vue de la rue du Pont

 

Partager cet article
Repost0
13 octobre 2018 6 13 /10 /octobre /2018 01:01

Adolphe Eugène Jules Leblanc naît le 28 octobre 1863 à Paris. Il est le fils de Félicie Honorine Lecestre et de son époux, Ernest Désiré Gustave Leblanc.

En janvier 1887, probablement aux Lilas (Seine, act. Seine-Saint-Denis), il épouse Louise Zéphirine Célina Huché. Ils vivent en 1891 à Paris (19e arr.), rue de Meaux. Adolphe Leblanc est caissier-comptable à la société française de fabrication de bébés et jouets. Ils eurent une fille.

À la fin du 19e siècle, ils s’installent dans le quartier en cours de développement de Polangis, à Joinville-le-Pont (Seine, act. Val-de-Marne), où ils vivent avenue du Parc.

En octobre 1909, Leblanc fait partie d’un groupe de résidents du même quartier qui constituent une société de secours mutuels, l’Assurance fraternelle de Joinville-Nogent. Chéri Arnaud (1875-1931), sellier, négociant puis industriel, conseiller municipal de Joinville-le-Pont (1908-1929), en est le président et Leblanc le vice-président. Le bureau complété par le trésorier Ambroise Denis (1870-1950), qui exploite un café avenue Pauline, et le secrétaire Eugène Constant Broudin (né en 1873), gardien de la paix.

Le but de l’association est de fournir un capital à la famille en cas de décès. En 1936, la société compte 300 membres et est affiliée à l’Union mutuelle nationale pour l’assurance.

Avant 1924, Leblanc devient président de l’Assurance fraternelle. Il cesse cette fonction en 1928 et est alors remplacé par Paul Louis Alfred Jouve.

Décoré de la médaille du travail en août 1924, Leblanc obtient également des récompenses au titre de son action dans la mutualité : médaille de bronze en décembre 1924 puis médaille d’argent en mars 1926.

Adolphe Leblanc meurt le 16 mai 1931 à Joinville. il était âgé de 66 ans.

Partager cet article
Repost0
11 octobre 2018 4 11 /10 /octobre /2018 01:01

Charles Auguste Ehrhardt naît le 12 septembre 1873 à Paris (11e arr.). Il est le fils de  Caroline Freivogel, passementière originaire de Bavière (Allemagne) et de Charles Ehrhardt, tourneur en bois, originaire d’Alsace.

Devenu comme son père tourneur, Charles Auguste Ehrhardt épouse en mai 1900 à Paris (11e arr.) Pauline Peynaud, cuisinière. Après la naissance d’un fils en 1901, ils vont s’installer à Joinville-le-Pont (Seine, act. Val-de-Marne). Ils résident dans le quartier du centre, rue de Paris.

Après la première guerre mondiale, Ehrhardt s’engage dans l’action politique au sein du mouvement socialiste SFIO. Il est candidat en 16e position en novembre 1919 sur la liste conduite par l’ancien conseiller municipal, Georges Laruelle.

Au premier tour, la liste socialiste fait face à une liste d’alliance entre la majorité municipale sortante, des radicaux dissidents, réconciliés avec les radicaux-socialistes officiels, conduite par Henri Vel-Durand et une liste regroupant les libéraux et conservateurs, dirigée par Jules Beauvais. La SFIO recueille 500 voix pour 1695 suffrages exprimés (soit 30,1%) et 1715 votants sur 2491 inscrits. Elle reste seule en lice face aux radicaux au second tour et obtient 502 suffrages sur 1518 (34,3%) et 1537 votants ; il n’y a pas d’élu socialiste.

En février 1920, Ehrhardt est membre de la commission exécutive de la section SFIO de Joinville-le-Pont, dont André Flambard est le secrétaire ; elle comprend une dizaine de membres. C’est probablement Ehrhardt (même si le quotidien L’Humanité écrit Echardi) qui, avec dix autres adhérents joinvillais, souscrit en mai 1920 « Pour les victimes de la grève et des violences gouvernementales. »

Tous les socialistes joinvillais suivent la majorité du parti SFIO et adhèrent au nouveau parti communiste SFIC. La section compte 47 membres en 1922.

La date de décès de Charles Ehrhardt n’est pas connue. Son fils Charles Roger Ehrhardt se marie dans la commune voisine de Champigny-sur-Marne en 1925. Son épouse Pauline Peynaud meurt en février 1962 à Villeneuve-Saint-Denis (Seine-et-Marne).

Partager cet article
Repost0
9 octobre 2018 2 09 /10 /octobre /2018 01:01

Alphonse Charles Mézin naît le 6 mai 1866 à Paris (3e arr.). Il est le fils de deux ouvriers nacriers, Alix Marie Restouble et son époux Adrien Cyprien Mézin. Ils vivent rue du Temple.

Exerçant la même activité de graveur sur nacre que ses parents, Alphonse Mézin se marie en juillet 1889 à Paris (3e arr.) avec Jeanne Eugénie Picardet, passementière. La famille, avec les parents d’Alphonse, s’installe à Joinville-le-Pont dans le nouveau quartier de Polangis, avenue Jamin. Alphonse Mézin divorce en novembre 1893 pour se remarier, en juin 1896 à Joinville avec Caroline Frédérique Reichert, modiste. Ils auront cinq filles ainsi qu’un garçon, mort en bas âge.

Proche de plusieurs radicaux-socialistes, notamment du journaliste Henry Vaudémont, Alphonse Mézin n’eut pas d’activité politique publique. Par contre, il s’engagea dans les domaines social et culturel.

Mézin participe à l’organisation des manifestations locales. Il est secrétaire adjoint de la Commission des fêtes quand elle est créée en août 1891. Il siège aussi au comité qui supervise les animations dans les quartiers de Polangis et Palissy deux ans plus tard.

Il s’implique surtout dans les divers avatars de la fanfare locale, souvent mal en point, mais toujours relancée. Il est secrétaire de l’association La Joyeuse en décembre 1893, puis régisseur de la nouvelle société l’Amicale en 1898 et jusque 1912 au moins. Il rend compte régulièrement de l’activité de la fanfare dans l’hebdomadaire radical Voix des communes.

En matière sociale, Mézin fait partie des 105 habitants de son quartier, et 260 dans toute la commune, qui répondent en septembre 1895 à une souscription du quotidien la Petite République en faveur des « affamés de Carmaux », grévistes qui constitueront ensuite la Verrerie ouvrière d’Albi. Elle est Pierre Jules Tireau, lunetier radical-socialiste, et Victoria Vaudémont, compagne du journaliste et conseiller municipal.

Pendant la première guerre mondiale, Mézin est secrétaire de la Mutualité scolaire, qui compte 165 adhérents en 1916-1917.

Alphonse Charles Mézin meurt le 13 juillet 1917 à Joinville. Il était âgé de 51 ans. Sa troisième fille, Andrée, âgée de 15 ans, meurt un mois plus tard. Sa fille aînée, Adrienne, épousa en mai 1919, Louis Georges Vité (1898-1986), assureur, grand blessé de guerre, responsable d’une association d’anciens combattants et conseiller municipal radical-socialiste de Joinville-le-Pont (1929-1935).

Un restaurant à Polangis en 1900

 

Partager cet article
Repost0
7 octobre 2018 7 07 /10 /octobre /2018 01:01

Alexandre Maxime Dalbavie naît le 22 octobre 1884 à Paris (18e arr.). Il est le fils de Maria Aurélie Maximilienne Deflers et de son mari, Pierre Dalbavie, tailleur pour dames. Sa mère était remariée en janvier 1880 et avait obtenu, par un décret de 1892 que les trois fils qu’elle avait d’une précédente union, prennent le patronyme de Gobin-Dalbavie ; ils se feront connaître sous le nom de Dalbavie.

Résidant avec ses parents à Joinville-le-Pont, rue Dagoty, dans le quartier de Palissy, Alexandre Dalbavie travaille en 1901 comme employé de commerce, sans doute dans l’atelier familial. Il devient ensuite tailleur comme son père, sa mère et ses trois demi-frères Eugène, Victor et Amédée. Il épouse Marcelle Parfond en octobre 1913 à Paris (18e arr.).

Pendant la première guerre mondiale, Alexandre Dalbavie est blessé début 1915. Il sera ensuite lieutenant dans la réserve de l’infanterie.

À partir de 1914, il exerce la profession de drapier. Il dirige après-guerre la société des Textiles Réunis, rue Sainte-Anne à Paris (2e arr.). La maison fait faillite en 1924, un règlement transactionnel étant trouvé en juin.

Pierre Dalbavie, adjoint au maire de Joinville-le-Pont (Seine, act. Val-de-Marne) pendant la guerre, professe des opinions politiques très conservatrices. Alexandre Dalbavie semble partager son point de vue. Le quotidien royaliste Action française recommande en 1921 sa maison à ses lecteurs et fait ensuite un très large écho aux productions de la famille.

Alexandre Dalbavie rejoint sans doute l’atelier familial de la rue Ramey à Paris (18e arr.) où exerçait son demi-frère Amédée, mort en 1922.

En décembre 1929, il est fait chevalier de la Légion d’honneur à titre militaire. Cependant, en avril 1934, un décret suspend pendant trois ans tous les droits et prérogatives attachés à cette qualité.

Alexandre Dalbavie meurt le 13 février 1958 au Raincy (Seine, act. Seine-Saint-Denis). Il était âgé de 73 ans.

Un modèle de la maison Dalbavie en 1926

 

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Polmorésie, blog d’histoire
  • : Histoire politique, économique, culturelle et sociale au travers des acteurs qui ont se sont engagés dans la vie publique.
  • Contact

Recherche

Liens