Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 mai 2013 1 20 /05 /mai /2013 00:02

 

Nicolas Bauche (1734-1813 ?), abbé, franc-maçon, secrétaire-greffier de La Branche du Pont de Saint-Maur.

La date de sa naissance n’est pas connue, mais il a 57 ans en octobre 1791 et serait donc né en 1734.

Nicolas Bauche devint prêtre et rejoignit la congrégation des Minimes du bois de Vincennes. Il s’engage dans la Franc-maçonnerie et s’associe à la loge l’Heureuse réunion, issue de la fusion en 1775 de l'Ancienne de Saint-Jean et de la Vertu triomphante. Plusieurs ecclésiastiques en sont membres ; elle s’intéresse particulièrement au monde des arts. Étienne Poisson des Londes, maréchal des camps et armées du Roi et ingénieur en chef à Lille, en est le premier responsable.

En 1785, l’abbé Bauche participe au convent des Philalèthes qui se tient à Paris à partir du 19 février. Convoqué par la loge des Amis réunis, l’objectif du convent, qui aura une seconde session en 1787, était de réunir tous les régimes maçonniques alors en usage pour les unifier. Bauche donne lecture d’un mémoire le 14 avril.

En 1791, l'abbé Bauche est appelé pour devenir aumônier de la garde nationale basée à La Branche du Pont de Saint-Maur, alors que les congrégations vont être dissoutes et que les couvents sont dispersés. La garde nationale du village est forte de 120 hommes, placés sous l’autorité du commandant Yvon, et elle est notamment chargée de défendre le pont de Saint-Maur (qui s’appelle désormais pont de Joinville).

Nicolas Bauche va jouer un rôle important dans la naissance de cette commune, créée en 1790 et rebaptisée Joinville-le-Pont en 1831. Bien que les habitants relèvent toujours de la paroisse de Saint-Nicolas de Saint-Maur, dont le hameau du Pont s’est séparé, l'abbé Bauche fait réparer la chapelle Saint-Léonard, qui était en fort mauvais état. Il y célèbre plusieurs messes solennelles. Il honore la mémoire du comte Honoré Gabriel Riqueti de Mirabeau, mort le 2 avril 1791, dont le frère, dit Mirabeau-Tonneau, habite le château de Polangis.

Toujours en 1791, l'abbé Bauche dit une messe le dimanche 27 septembre pour fêter l’adoption de la Constitution du 3 septembre 1791, premier texte fondamental écrit en France, qui inclut la Déclaration des droits de l'homme et du citoyen du 26 août 1789.

Le 21 septembre 1791, c’est le père Bauche qui assure la publication de l’acte constitutionnel en tant que secrétaire-greffier de la commune. Dans les autres communes, c’est généralement le maire qui se charge de cette tâche. Le secrétaire-greffier élu en 1790 pour l’année 1791 était Nicolas Spycket, carrier ; Nicolas Bauche semble l’avoir remplacé au moins pour cette occasion. À ce titre, il fait partie du conseil municipal, exécutif de la commune.

Selon l’historien Émile Galtier « La cérémonie commence à 10h à la chapelle Saint Léonard où une messe est célébrée. Elle se poursuit avec un cortège de jeunes filles habillées en blanc vers la maison commune. Le père Bauche, aumônier de la garde nationale, secrétaire-greffier, fait la publication de l’acte constitutionnel c’est lui qui assure (à Saint Maur, c’est le maire). Puis, un Te Deum est chanté dans la chapelle. Le soir, un brandon est allumé au milieu du pont, où l’on danse jusqu’au milieu de la nuit. »

Malgré les réparations faites en 1792, la chapelle Saint-Léonard, datant du 13e siècle, continue de se dégrader. Après une évaluation des dangers qu’elle fait courir, l’administration des domaines adjuge le 6 mai 1804 la démolition pour 335 francs. Il faudra attendre 1860 pour que la commune dispose d’un nouveau lieu de culte catholique et soit érigée en paroisse.

Nicolas Bauche ne figure pas parmi les 423 habitants recensés dans la commune en 1802.

La date de son décès n’est pas connue. Peut-être s’agit-il de Nicolas Bauche, mort le 3 février 1813 à Paris (8e arr.). Il aurait eu alors 79 ans.

Sources : Georges Naudet, L'histoire de Fontenay-sous-Bois, Éditions Jean Naudet, 1980 ; Anonyme : La Franc-maçonnerie dans l'État, H. Gomeare, Bruxelles, 1859 ; Charles Porset : Les philalèthes et les convents de Paris: une politique de la folie, H. Champion, Paris, 1996 ; Jean Marie Lazare Caubet : La franc-maçonnerie: lettre à Mgr l'évêque d'Orléans, Aux Bureaux du Monde maçonnique, 1875 ; Alexandre de Saint-Léger : Histoire de Lille des origines à 1789, Ém. Raoust, Lille, 1942 ; Conseil général de la Seine : Saint Maur des Fossés, notice historique, Montévrain, Paris, 1905 ; Émile Galtier, Histoire de Saint Maur, E. Champion Paris, 1923 ; Georges Bousquié : Histoire de Joinville-le-Pont (XII, XIII et XIV) - La chapelle Saint-Léonard in Le Vieux Saint-Maur (n° 12, 1952, p. 189-191 ; n° 13, 1952, p. 199-202 ; n° 14, 1953, p. 216-219) ; Arch. du Val-de-Marne (état-civil, recensements).

{C}

© Reproduction soumise à l’accord explicite du rédacteur, Benoit Willot.

 

 

La signature de l'abbé Bauche sur un document d'archive

Bauche_1791.jpg

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Polmorésie, blog d’histoire
  • Polmorésie, blog d’histoire
  • : Histoire politique, locale, du mouvement ouvrier, de la résistance, de l’économie sociale et des initiatives pour l’emploi.
  • Contact

Recherche

Liens