Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
3 mars 2021 3 03 /03 /mars /2021 00:01

Alexis Villet naît le 12 juin 1828 à Mirebel (Jura, act. commune déléguée de la commune nouvelle d’Hauteroche). Il est le fils de Jeanne Mathilde Moureaux et de son mari, Claude Marie Villet, cultivateurs.

Devenu garçon limonadier comme son frère Athanase et domicilié à Paris (6e arr.), rue de Vaugirard, Alexis Villet épouse en février 1856 à Linas (Seine-et-Oise, act. Essonne) Augustine Virginie Poigneux, fille de propriétaires du village. Il est propriétaire de son café en 1860 et exproprié, l’année suivante, lors de l’extension de la gare Montparnasse. Il reprend ensuite un établissement boulevard Sébastopol, toujours à Paris. Il l’exploite en 1862-1864.

Peut-être après la vente de son commerce, tout en restant très liés avec Linas, les Villet, qui ont au moins un fils et une fille, s’installent à Joinville-le-Pont (Seine, act. Val-de-Marne).

Lors des élections municipales de mai 1884 à Joinville, Villet est candidat sur la liste républicaine du maire sortant, Gabriel Pinson, républicain modéré. Avec une moyenne de 310 voix, les républicains recueillent 85% des votes face à des candidats qualifiés de réactionnaires par l’hebdomadaire radical-socialiste Voix des communes qui en ont 15%. Villet est élu dès le premier tour avec 245 voix (66% des suffrages exprimés).

Contrairement à la majorité du conseil municipal, mais avec le soutien de plusieurs radicaux-socialistes, Villet se prononce, en août 1887, contre un dégrèvement sur les taxes d’octroi appliquées à la bière.

Au cours du scrutin suivant, en mai 1888, Villet se positionne de nouveau sur la liste de Gabriel Pinson, qui s’oppose cette fois à une liste soutenue par le comité radical-socialiste, vivement anticléricale. Les modérés emportent 18 des 21 sièges à pourvoir, les 3 autres allant aux radicaux et Pinson est réélu. Avec 320 voix, soit environ 75% des suffrages exprimés, Villet est reconduit dès le premier tour. La mort soudaine du maire amène, en juillet 1888, l’élection de son adjoint, Eugène Voisin, qui se rapproche des radicaux, à l’instar de Villet qui est désigné comme délégué sénatorial avec l’appui de cette tendance en avril 1891.

Une réunion de compte-rendu de mandat, organisée par les radicaux en octobre 1891, attire un large public avec le soutien de Villet et de tous les élus, sauf deux.

Le scrutin de mai 1892 voit s’affronter une liste du maire sortant, soutenue par les radicaux-socialistes, sur laquelle figure Villet, face à une liste de droite. Eugène Voisin est réélu maire et ses partisans obtiennent 21 sièges, face un élu de droite et un isolé. Villet recueille 392 voix pour 639 suffrages exprimés (61,3%) et 644 votants. Il siège dans les commissions des fêtes, du marché d’alimentation et du chauffage des bâtiments publics.

Son épouse et lui-même résidaient rue du Pont, dans le centre de la commune.

Alexis Villet meurt le 16 septembre 1895 à Linas. Il était âgé de 67 ans et conseiller municipal depuis 11 ans.

Vue de la rue du Pont, Joinville, 1902

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Polmorésie, blog d’histoire
  • : Histoire politique, économique, culturelle et sociale au travers des acteurs qui ont se sont engagés dans la vie publique.
  • Contact

Recherche

Liens