Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
27 novembre 2020 5 27 /11 /novembre /2020 00:01

Jeanne Rousseau naît le 16 février 1885 à Joinville-le-Pont (Seine, act. Val-de-Marne). Elle est la fille de Désirée Colette Guillemot et de son époux, Jules Marie Ferdinand Rousseau, chef d’institution. Ses deux grands-pères étaient maires, Pierre Guillemot à Grésigny, Côte-d'Or et Louis Ferdinand Rousseau à Joinville. Son père, conseiller municipal, échoua à devenir lui-aussi maire de Joinville.

Jeanne Rousseau vit au domaine du Parangon, vaste école privée laïque à Joinville. Elle reste dans les lieux à la mort de son père, en mai 1897. Son oncle, Henri Rousseau, reprend la gestion de l’école et la transforme en école pratique coloniale en 1899. Elle y rencontre un futur chimiste, André Julien Émile Carlier, étudiant au Parangon entre 1901 et 1903. Elle est impliquée dans la vie de l’école, probablement en tant qu’enseignante de musique. Plusieurs anciens élèves lui rendront hommage en juillet 1937.

Après un séjour en Tunisie, André Carlier revient épouser Jeanne Rousseau à Joinville en août 1908. Ils vivent d’abord dans le 17e arrondissement de Paris, rue Labie puis à Boucau (Pyrénées-Atlantiques) où André Carlier est employé de l’usine Saint-Gobain. Il créera, en 1936 à Joinville, son propre laboratoire pour produire des sirops pour la toux.

Après la première guerre mondiale, les époux Carlier et leur fils reviennent s’installer à Joinville-le-Pont, dans le quartier du Centre, rue Vautier. Musicienne amateure, Jeanne Carlier va s’impliquer dans l’activité sociale. Elle est, en 1928, présidente de la section de Joinville de la Mutualité maternelle de Paris, structure fondée en 1913 sous le titre d’Union des mères par Jeanne Bitterlin, qui en reste la présidente d’honneur. L’Union des mères était une scission de la Société de l’Allaitement maternel et, comme elle, comprenait comme membres des épouses de notables locaux.

La Mutualité maternelle avait, en 1923, 93 adhérents et suivait 56 enfants. Elle ouvre en juillet 1935 un dispensaire à Joinville, rue de l’Église. Jeanne Carlier est toujours présidente de la section joinvillaise de la Mutualité maternelle en 1938.

Jeanne Carlier meurt le 21 avril 1949 à Joinville. Elle était âgée de 64 ans.

Son activité sociale lui a valu plusieurs décorations. En août 1931, elle reçoit la médaille de bronze de la Mutualité. Elle obtient en février 1936 les Palmes académiques en tant qu’officier d’académie, pour services rendus aux œuvres scolaires et à l'art musical. La croix de chevalier de l’Étoile noire du Bénin, distinction originaire du Dahomey (act. Bénin), prend en compte sa contribution au développement de l'influence française sur la côte occidentale de l'Afrique. Enfin, en février 1938, la médaille de bronze de l’Assistance publique vient récompenser la fondation du dispensaire.

Son mari édite en 1936-1939 des brochures sur L’esprit montmartrois.

 

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : Polmorésie, blog d’histoire
  • : Histoire politique, économique, culturelle et sociale au travers des acteurs qui ont se sont engagés dans la vie publique.
  • Contact

Recherche

Liens