Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 juin 2016 5 24 /06 /juin /2016 01:01
Le château Moynat à Saint-Maur
Le château Moynat à Saint-Maur

Jean Claude Moynat naît à Lyon (actuel 1er arr.) où il est baptisé le 28 mars 1763 dans la paroisse Saint-Pierre et Saint-Saturnin. Il est le de fils Jean-Claude Moynat, agent de change et d'Elisabeth Vandière, sa femme, qui résident rue Sainte-Catherine, au pied des pentes de La Croix-Rousse.

Le jeune garçon perd son père alors qu’il n’a pas dix ans, et sa mère quatre ans plus tard. Il va devenir lui aussi agent de change, à Paris en 1789, où il vivait depuis trois ans.

Pendant la Révolution, il est mêlé au scandale politico-financier dit de la Compagnie des Indes, du fait de ses relations avec Berthold Proly (1750 – an 2), homme d’affaires engagé dans le mouvement des Exagérés, proche de Hérault de Séchelles et Jacques-René Hébert ; le mouvement s’oppose à Maximilien Robespierre. Moynat est arrêté le 6 frimaire an 2 (27/11/1793) et interrogé par D.-E. Laurent, administrateur de la police ; une perquisition est faite à son domicile. Cependant, rien de suspect n’est retenu contre lui, et, sur la foi de certificats de la Trésorerie nationale, où il a été employé, sa mise en liberté est ordonnée.

En l'an 9 (1801), Moynat, qui réside alors, rue de la Michodière, fait partie des notables constituant la municipalité parisienne. Mais il est avant tout un entrepreneur florissant ; dans la Haute-Savoie dont est originaire sa famille paternelle, on le surnommera « le Millionnaire ». Dès 1805, il fait partie des 200 actionnaires composant l’assemblée générale de la Banque de France et continuera de l’être jusqu’à son décès. En 1818, il participe à la création de la Compagnie d’assurances maritimes contre le risque de guerre.

Il possède un hôtel particulier à Paris (9e arr.), rue Basse-du-Rempart, rue détruite lors de l'élargissement des boulevards des Capucines et de la Madeleine. En mars 1824, il achète le domaine de Polangis, qui avait été la propriété du maréchal Oudinot, dans ce qui s’appelle toujours La Branche-du-Pont-de-Saint-Maur et deviendra sept ans plus tard Joinville-le-Pont. Il figure au premier rang de la liste des contribuables de la commune, ce qui fait donc de lui un électeur censitaire.

En 1831, Moynat achète aux enchères le Grand Parc de Saint-Maur (159 ha), ayant appartenu au duc d'Aumale, dernier descendant des Condé. En septembre 1835, Moynat vend Polangis à Charles-Pierre Chapsal, grammairien et futur maire de Joinville.

Le 2 novembre 1834, Moynat était entré au conseil municipal de Joinville, dont le maire est Laurent Nicolas Pinson. Il démissionne le 8 février 1837 et décède deux mois plus tard, le 25 avril 1837 à Paris (2e arr.). Il était âgé de 74 ans.

Charlotte Thérèse Bertheaume et Jean Claude Moynat s’étaient mariés à Paris en décembre 1836. D’une première union, ce dernier, avait eu un fils, Jean-Charles Moynat (1806-1853), qui sera maire de Saint-Maur-des-Fossés de 1845 à sa mort.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Polmorésie, blog d’histoire
  • Polmorésie, blog d’histoire
  • : Histoire politique, locale, du mouvement ouvrier, de la résistance, de l’économie sociale et des initiatives pour l’emploi.
  • Contact

Recherche

Liens